Le Pentagone veut déployer des micro-réacteurs nucléaires sur ses bases à l’étranger

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

69 contributions

  1. PK dit :

    « À noter que, sur ce point, Lockheed-Martin travaille sur un projet de mini-réacteur à fusion nucléaire compact qui, s’il voit le jour, serait révolutionnaire. Utilisant du deutérium et du tritium, cette technologie permettrait de produire de l’électricité en quantité illimitée, à très bas coût et pratiquement sans déchet. Quand le groupe fit cette annonce, en 2014, il ne manqua pas de susciter beaucoup de scepticisme. Mais, depuis, via sa division Skunk Works, il a déposé ses premiers brevets. »

    Ce groupe a sérieusement entamé sa réputation de crédibilité depuis des années déjà…

    • didixtrax dit :

      je ne sais pas si le schéma est d’eux, mais j’aimerai bien savoir comment se fait le refroidissement. Une centrale nucléaire n’est qu’une machine de Carnot, il lui faut une source froide, et vu la densité de l’air, j’ai des doutes.

      les Russes viennent de mettre en service leur 1ère mini (et pas micro) centrale nucléaire flottante, de quoi alimenter une ville ; ils construisent la suivante en version améliorée. La source froide est simplement l’eau ambiante.

      • tankaboum dit :

        le refroidissement n’est pas trop un problème, la température sur le réacteur d’un soum ne dépasse pas les 160°( et encore c’est une ancienne génération).on joue sur la pression exercée ce qui permet de réduire drastiquement la température de fonctionnement.

        • didixtrax dit :

          merci pour la réponse, pensez-vous que cela soit compatible / cohérent avec les » 1 à 5 MW » dans le volume d’un container standard, même avec de bons ventilos (et en pleine cagnasse au milieu d’un désert) ?

    • John dit :

      Je suis étonné de lire ça…
      Il me semble qu’on est loin de faire fonctionner une centrale à fusion nucléaire.
      Ensuite, il n’est pas tout à fait juste de dire qu’il n’y a pas de déchets. Il y en a moins, et leur demi-vie est très courte, donc on ne crée pas de déchets sur des dizaines de milliers d’années.
      La fusion crée des déchets faiblement radioactifs, et le niveau de radioactivité acceptable selon les standards actuels est atteint après 100 ans.
      Mais cela veut aussi dire qu’l faudrait des solutions de stockage localement pour les déchets. Pas sûr que cela soit techniquement faisable (mais je n’ai de loin pas toutes les infos à ce sujet).

    • Fred dit :

      @ PK
      (?) Un réacteur à fusion c’est un Tokamak dont Iter n’est même pas un prototype, seulement une éprouvette scientifique. Les chercheurs sont unanimes : il n’est pas sûr qu’un Tokamak produira un jour plus d’énergie qu’il n’en consomme et sera capable de fonctionner plus de quelque minutes ; d’où ce programme de recherche mondial pour un incertain futur opérationnel ou toi et moi seront redevenus molécules carbonées libres et indépendantes ;o)

      Quand à l’autre voie, le réacteur au Thorium …
      https://www.sortirdunucleaire.org/Le-reacteur-au-thorium-une-nouvelle-impasse

  2. Fralipolipi dit :

    La miniaturisation de centrales électriques nucléaire fait sens à plus d’un titre,
    au moins autant pour les activités civiles que militaires (tant pour la sécurité civile, comme évoqué, que pour le secteur des transports éventuellement un jour), mais aussi pour l’exploration spatiale (automatique ou habitée).
    Bref, c’est un sujet sur lequel tous les pays (US, Chine, Russie, … et France également) sont censés bosser depuis longtemps.
    .
    En parallèle, faudrait juste ne pas oublier de pousser aussi les recherches sur la neutralisation de la radioactivité, histoire de rester cohérent.

    • Clément dit :

      On peut (en théorie) neutraliser la radioactivité, en « équilibrant » le matériaux. Mais si le matériaux n’est plus radioactif, alors il ne produit plus d’énergie. Ça serait comme vouloir du feu qui chauffe l’eau mais sans être chaud.

    • Hermes dit :

      Pour le spatial on ne peut pas utiliser les mêmes réacteurs que sur terre.
      D’où le projet Kilopower de la NASA (et oui ils y bossent!) ou encore les fameux RTG qui ne sont plu utilisé de nos jours.
      .
      Concernant le spatial ce n’est pas tellement qu’on serait incapable de mettre une source nucléaire en orbite, c’est qu’on a peur des risques lié au lancement et à un boom dans l’atmosphère…
      .
      Concernant la miniaturisation de réacteur nucléaire, ca fait déjà des années que ça traîne, mais comme dit dans l’article, c’est compliqué à mettre en oeuvre en opération et en particulier à l’étranger, c’est pourquoi seule la Chine et la Russie s’en sont réellement préoccupé jusqu’à maintenant.
      La Russie ayant une surface énorme ) couvrir et la Chine ayant beaucoup de point noir sur sa carte avec des difficultés d’approvisionnement en énergie.
      .
      Donc ce n’est pas non plus un sujet statique à l’échelle internationale, mais si on peut voir l’intérêt quand tout va bien, je ne suis vraiment pas certains qu’on apprécierait d’avoir des minitchernobyl en puissance un peu partout a moins de les bunkeriser sous terre…
      Ce n’est pas parce que les bases ont été rarement attaqué ces dernières années que cela sera toujours le cas.

      • Phil dit :

        RTG plus utilisés ? C’est faux, la doublure du robot curiosity, à savoir le robot perseverance en partance pour mars cette année est équipée d’un RTG.

    • batgames dit :

      elle fait sens aussi pour la voler plus facilement ,des commandos bien armés attaque et les camions s’en vont se planque ,en espérant qu’ils y ont penser et réfléchit

  3. Thaurac dit :

    Rien à dire, les russes les ont déjà mis sur des barges pour alimenter certaines régions boréales de la russie.

    • Clément dit :

      On le fait aussi, sur notre porte avion ou sur les sous marins. Les Russes en on fait une version « civile » (ils le faisaient déjà sur certains brises glaces).

    • Hermes dit :

      Pas vraiment la même échelle, ils ont construit des centrales flottantes pour ça..

  4. Raymond75 dit :

    D’un strict point de vue de production énergétique dans des zones isolées, cela a un sens, tout comme les mini centrales nucléaires flottantes pour alimenter les villes de l’arctique russe. Et le projet de Lockeed Martin aussi, pour un avenir sans énergies fossiles …

    Mais se pose alors le problème de la dissémination de sources nucléaires, de leur sécurité en zones isolées, et de leur saisie ou destruction en cas de défaite militaire … L’humanité étant totalement dépourvue de sagesse, et ayant montré son incapacité à maitriser ses pulsions, je pense qu’il y a trop de risques, pour longtemps.

  5. Luc dit :

    un micro-réacteur nucléaires d’une puissance de 1 à 5 mégawatts, d’une masse de moins de 40 tonnes et pouvant être transportés par la route, le rail, la mer ou les airs….
    Moins de 40 T et Transportable … Fortiche …. Les nôtres sont à demeure sur Sites Protégés pour assurer la continuité de l’Etat..

  6. Frédéric dit :

    Mise a jour du Army Nuclear Power Program mit en place dans les années 50/60 🙂

    J’ai mit a jour l’article suivant, les militaires américains ont baisser leur consommation de moitié en 30 ans :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Consommation_%C3%A9nerg%C3%A9tique_des_forces_arm%C3%A9es_des_%C3%89tats-Unis

  7. Morbihan dit :

    Et pendant de temps là… Musique.

    Et pendant ce temps là, le gouvernement français continue à détruire le savoir-faire nucléaire de notre nation

    • Eurafale dit :

      Ah bon ? Pourtant il y a toujours un EPR en construction à Flamanville (ainsi qu’en Finlande), 2 autres sont prévus en France et le démantèlement d’anciennes centrales nucléaires va apporter un savoir faire supplémentaire à la filiale française sur le recyclage des matériaux fissiles, leur stockage etc… Sans compter la filière nucléaire pour les bâtiments de la Marine.
      Donc en soi, je crois que le savoir-faire nucléaire français à encore de beaux jours devant lui.

      • TINA2009 dit :

        Faut reprendre :
        – Alstom pour la quasi moitié de nos turbines de nos vaisseaux maritimes.
        – Le développement – versus 2 – relancé de superphénix 2 : Tout doit être arrêté dans la phase présente, puis un projet de relance de ce type de production nucléaire , qui est plébiscité par les producteurs et chercheurs du nucléaire.Il constitue un des outils de notre avenir .
        – LA FRANCE fut l’initiateur et le pilier de la conception , recherche, production – réalisation  » d’outils nucléaires ». Les russes , américains et chinois furent des « SUIVEURS  » … Ils le savent … La FRANCE DOIT RECOUVRER SON STATUT , dans le domaine NUCLEAIRE.
        – De même que le nucléaire , c’est l’avenir de l’humanité, la MHD, L’IA, l’énergie Quantique sont l’avenir de l’humanité… —> Il faut recruter , urgemment , les septuagénaires et octogénaires français …Et même mondiaux, leaders et précurseurs comme initiateurs dans ces domaines!

    • Hermes dit :

      Faut pas confondre les difficultés que nous rencontrons sur la partie BTP/Gestion de projet et la partie nucléaire (R&D, applications).
      .
      On voit le résultat avec la Chine où ils ont l’habitude de tels chantiers et ont su tirer à profit pleinement de la collaboration avec la France. (Et nous aussi, n’en déplaise à beaucoup)

    • John dit :

      Ha bon? De quelle manière?
      Ha oui, en construisant des centrales de nouvelle génération…

  8. ji_louis dit :

    Foutaises!

    Techniquement, ‘on’ sait faire des micro-réacteurs nucléaires puis qu’on en embarque sur certaines sondes spatiales, et en plus gros sur certains navires (SNA, SNLE, porte-avions, brise-glaces). Les problèmes sont le refroidissement de l’installation et son isolation aux rayonnements nucléaires.

    Le principe de fonctionnement est celui de la fission nucléaire, qui brise un atome lourd instable en atomes plus petits en dégageant de la chaleur et des particules (neutrons ou hélium sous forme de rayons alpha). La chaleur est récupérée par la cisrculation d’un fluide caloporteur (eau ou sodium), et les rayonnements sont absorbés par des barres de graphite à immersion variable (selon le type et la taille du réacteur) et du blindage (plomb ou autre) entourant le réacteur. Ensuite, le fluide caloporteur fait tourner une turbine classique qui alimente l’installation en électricité.

    Pas de problème pour les navires puisque l’eau pour le refroidissement les entoure, ni pour les sondes spatiales qui rayonnent la chaleur dans le vide spatial. Pour les réacteurs à circuit primaire à sodium liquide (beaucoup plus efficace qu’avec de l’eau), le problème est qu’il faut maintenir le sodium à l’état liquide (solide à température ambiante) pour lui permettre de circuler (sans quoi, il bouche les tuyaux, le réacteur n’est plus refroidi, et boum…). Les soviétiques en avaient sur certains sub, ils ont mis des années à quai à préparer les installations (centrales à vapeur + doublage du circuit primaire avec un circuit à eau vaporisée) pour arrêter ces réacteurs. On avait les même problèmes en France avec les surgénérateurs (phénix et super-phénix) et on les a arrêtés parce que cet inconvénient surpasse les avantages (consommation des « déchets nucléaires »).
    Mais dans l’air, un réacteur mal refroidi donne Tchernobyl ou Fukushima.

    Quant à la fusion (on fusionne des atomes d’hydrogène en hélium et cela produit aussi de la chaleur), c’est le principe du tokamak, donc l’installation ITER vise à créer un réacteur modèle qui réussirait à produire plus d’énergie qu’il n’en consomme. C’est pas encore au point alors que soviétiques avaient commencé les travaux (d’où le nom russe de tokamak).

    Et là, le Pentagone prétend avoir en 2 ans quelque chose qui marche à l’air libre de la taille d’un gros camion pour une technologie que personne ne maîtrise vraiment et dont tout le monde rêve?

    SI (un gros si) ils y arrivaient, la face du monde en serait changée, tout simplement parce que les industries énergétiques fossiles (pétrole, charbon, uranium) et leurs installations deviendraient instantanément obsolètes. Il n’y aurait plus qu’à installer ça sur une DeLorean…

    • Tristan dit :

      Aucune sonde spatiale ne contient un réacteur nucléaire!
      Ce que certaines sondes ont sont des générateurs thermoélectriques à isotopes.

    • L'Espadon dit :

      Je n’aurai pas mieux dit et je rajouterai que c’est de la couille en barre servant uniquement à siphonner les crédits du pentagone. Mais si les américains sont trop cons pour ne pas flairer l’arnaque, tant pis pour eux.

    • PK dit :

      On a arrêté les surgénérateurs à cause des écolos, pas à cause de son refroidissement au sodium. Ensuite, quand on a voulu le faire, on a été un peu emmerdé.

      • Fred dit :

        @ PK
        Ah bon ? Le Sodium en phase liquide brule au contact de l’air et explose au contact de l’eau, et on ne sait pas éteindre un incendie massif de Sodium ; mais ce ne serait pas un problème qu’un surgénérateur en contienne des centaines de tonnes ? Et comme s’il n’y avait jamais eu de fuites d’eau du circuit primaire sur les centrales actuelles …

    • Hermes dit :

      Les sondes spatiale ont utilisé des RTG’s, de quelques centaines de Watts.
      Le fonctionnement et la puissance n’ont strictement rien à voir avec un réacteur.
      .
      Le Tokamak n’est pas la seule forme étudié pour la fusion, ce n’est qu’une forme parmis d’autres, le CEA utilise une autre forme potentielle avec le laser mégajoule par ex, et il y en a d’autres.
      Beaucoup d’ailleurs pense que le Tokamak est une impasse.
      .
      Ce n’est pas pour rien si LM n’a reçu que du scepticisme suite à son annonce, car absolument tout le monde sur la planète se penche sur la question sans voir le bout actuellement.
      ITER a été construit car pour atteindre une masse critique pour l’autorégénération du plasma il fallait un « conteneur » beaucoup plus grand que ceux disponible actuellement (Et pour d’autres raisons).
      .
      Mais le prototype était initiallement prévu pour « dans 5 ans » y’a 6 ans.
      On peut facilement imaginer qu’il y a eu des complications, du coup la question c’est pourquoi faire de la com sur un tel sujet avant d’avoir un prototype fonctionnel

      • Fred dit :

        @ Hermes
        Le Laser mégajoule est un pur instrument scientifique destiné à analyser la matière fissile de nos bombes atomiques (et celle des Anglais).
        Il utilise une énergie considérable pour fusionner quelques atomes parmi 0,40 mg de deutérium et de 0,60 mg de tritium durant quelques nanosecondes.
        Le rapport énergétique est donc énormément déficitaire, et le schéma employé rend impossible même, toute récupération de cette énergie minuscule.

    • Thaurac dit :

      Bizarre parcequ’ils participent aussi à ITER!

  9. ji_louis dit :

    J’oubliais de parler du blindage!
    Un réacteur à fusion produit des neutrons rapides qui traversent les parois des réacteurs actuels, et ne sont pas sensibles au confinement électromagnétique du plasma du tokamak. Et pour l’instant, on ne connaît pas d’autre solution que de les entourer d’épaisses parois de plomb et de béton –> intransportable.
    Qui veut se faire neutroniser?

    • Auguste dit :

      C’est bien pour toutes ces raisons que les US veulent les utiliser loin de chez eux.Je serais curieux de connaitre les pays qui sont prêts à accueillir ces bombes à retardement.Il y en a certains à qui on ne demandera pas la permission. »Signe ici,sinon sanctions ».

    • Hermes dit :

      Laissons l’annonce de LM de côté… Pour le moment ils ont tout à prouvé sur ce point.
      .
      La question est sur le miniréacteur « conventionnel » (fission).

    • Estelassar dit :

      Pour les neutrons il suffit d’utiliser des matériaux contenant de l’hydrogène pour les ralentir/thermaliser/arrêter. Donc en fait un peu de polyéthylène fait très bien l’affaire.
      Le Plomb ça fonctionne aussi mais mal.

  10. ScopeWizard dit :

    Très bonne idée spécialement par les temps qui courent ; ainsi , si un jour l’ un deux venait à se volatiliser ( ce qui est plutôt approprié concernant ce type de réacteurs ) , 5 MW suffisent en une année à produire suffisamment de plutonium ( produit artificiel hautement radio-actif issu de la fission du cœur du réacteur que l’ on extrait du combustible usé ou « déchet » ) pour fabriquer une petite bombe nucléaire ………

    Désolé de cette invraisemblable invraisemblance , mais elle reste tout de même à considérer .

    Les champignons , c’ est sympa mais ça dépend quand-même desquels il s’ agit , non ?

    Bref , d’ entrée c’ est le genre de plans qui me font bien rêver ………….

    • Marc mora dit :

      J’imagine la gueule de l’ IED avec ce  » machin  » …

      • ScopeWizard dit :

        Oui , et surtout de celui ou de ceux qui vont en faire l’ expérience à leur dépens ; pas besoin de champignon hallucinogène pour profiter aux premières loges d’ un spectacle son et lumière à nul autre pareil ……..

    • v_atekor dit :

      C’est un réacteur à fusion, donc qui ne produit pas du plutonium mais probablement de l’hélium à partir de l’hydrogène dont personne ne fera jamais une bombe, même en y travaillant dur.
      .
      C’est beau. Ce qui est magique avec LM c’est que ça fait 100 ans que tout le monde se casse la tête sur la fusion contrôlée, et ils prétendent le faire de façon encore plus miniature qu’un réacteur à fission… J’aimerai tellement que ce soit vrai, mais j’ai l’impression que le nom de la centrale sera F35…

      • ScopeWizard dit :

        @v_atekor

        OK !

        Mais c’ est l’ idée que je trouve plutôt inquiétante car quid de réacteurs nucléaires à FISSION miniaturisés qui EUX permettent dans les faits de fabriquer une bombe A ?

        • v_atekor dit :

          Côté militaire, ce sont déjà ceux que tu trouves dans les soum et portes avions.
          .
          Côté civil, Areva en commercialisait un (non transportable) pour produire l’énergie dans des îles (Malte était un prospect sérieux, les Canaries aussi) avec refroidissement à l’eau de mer. Les Russes ont aussi un micro centrale. Visiblement ni la solution française ni celle russe n’ont convaincu, mais pas pour des problèmes de sécurité.

  11. Pravda dit :

    Rien de neuf, juste une version moderne.
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Camp_Century

  12. Lagaffe dit :

    Il y a moins d’un an, la Russie lançait sa première centrale nucléaire flottante sur barge, destiné à alimenter une ville en Arctique, avec les risques dénoncés par Greenpeace et autres ONG :
    https://www.20minutes.fr/planete/2587879-20190823-video-tchernobyl-flottant-quoi-centrale-nucleaire-eau-russie-construite

    • Thaurac dit :

      Là bas, pas d’écolos, si pépin, on la coule, comme les cimetières de sous marins atomiques…

    • Hermes dit :

      A votre avis, a quoi ca ressemble un PAN|SNLE|SNA si ce n’est une centrale nucléaire mobile ?
      .
      Bien que les titres soient flatteur, en soi ca n’a rien d’un exploit.

  13. Plusdepognon dit :

    En voilà une bonne idée ! On se demande bien ce qu’il ce serait passé si un tel camion se trouvait sur cette base à ce moment :
    https://www.lefigaro.fr/flash-actu/raid-iranien-109-soldats-americains-blesses-20200211

    Que l’on croit ou pas au pic pétrolier ou au changement climatique, ces anticipations sont faites par le Pentagone :
    https://alaingrandjean.fr/2016/03/29/guerres-de-lanthropocene-larmee-americaine-sadapte-a-longue-urgence/

    Pic pétrolier :
    https://www.vie-publique.fr/eclairage/271741-lavenir-du-petrole-entre-imperatif-economique-et-urgence-ecologique

    Émission de CO2 :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/06/25/gaz-a-effet-de-serre-20332.html

    Car une armée mecanisée qui opèrent partout dans le monde, loin de son territoire national à d’énormes besoins :
    https://sciencepost.fr/lenorme-empreinte-carbone-de-larmee-americaine/

    • TINA2009 dit :

      bsr PLUSDEPOGNON !

      J’apprécie, un nombre très significatif de vos commentaires.
      Aussi , je vous invite à vous former , sur :
      – La photosynthèse
      – Mr AUZOLLE
      – Mr VEYRES … Son livre constitue 7 livres en UN : Stupéfiant ! Le réveil est dur !
      Et difficile de cannaliser Sa Propre Haine !

      Au final :
      – Empreinte carbone ? —> Une grosse arnaque!!!!
      – Effet de serre?—> Une TRES TRES GROSSE ARNAQUE!
      – Vive le Nucléaire!!!!
      – Il y a du volume d’énergie fossile …

      A bientôt!

  14. philbeau dit :

    Notre époque est plutôt « petit joueur »dans le domaine de l’esprit pionnier , y compris sur ce sujet – là . Pour la nostalgie des fabuleuses décennies d’après-guerre (et de la Guerre Froide) , l’histoire de Camp Century au Groenland , et de son réacteur nucléaire :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_Century
    https://www.youtube.com/watch?v=-DPQ15EgyTY
    https://www.youtube.com/watch?v=YfU9L6zEVH0

  15. NRJ dit :

    Je crois que les principaux problèmes sont identifiés : difficulté à déployer ces réacteurs dans les autres pays (ce serait amusant que les forces américaines en Allemagne déploient des réacteurs nucléaires qui ont été banni par les écolos), risque de se faire détruire par les armées ennemies et de se faire capturer par des terroristes.

    Après les USA sont effectivement talonnés par les chinois et les russes dans l’énergie nucléaire. L’AP1000 (équivalent chez eux de l’EPR) a coûté beaucoup plus cher que prévu au point de mettre Westinghouse proche de la faillite. Espérons que l’EPR tire son épingle du jeu.

  16. bpapon60 dit :

    Bonjour,
    un E2PZ quoi.
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Extracteur_du_potentiel_de_point_z%C3%A9ro

    Plus sérieusement, le pb c’est pas tellement l’implantation mais plutôt les risques/réticences pour autoriser le transport dans son pays ou pire le survol avec un tel engin à bord. Je vois bien un transport en 757 !

  17. LEONARD dit :

    Quand on a les moyens U.S, on peut se payer des études à 3×12 millions de dollars.

    De là à mettre leur résultat en production, puis à l’exploiter, enfin à le déployer, on a le temps de trouver d’autres études à 12 millions de dollars à financer.

    Après la mise en service des W76-2 et la 1ère patrouille opérationnelle à bord du Tennessee, il semblerait cependant que la miniaturisation nucléaire soit à la mode aux U.S, et les études ( et surtout les scientifiques ), n’échappent pas aux effets de mode.

    Ca a été une tendance de la guerre froide, dans les deux camps. ( valises nuc Spetznaz, mines SADM, roquettes Davy Crockett ). Tout celà a été arrêté pour des raisons de risque de dissémination incontrôlée, toujours valables.

    Donc, parions que cela reste une étude sans suite.

  18. Ysgawin dit :

    Le concevoir et le fabriquer, pourquoi pas.
    Mais amener ça en zone de guerre, en voilà une idée qu’elle est amusante…
    Il est capable d’encaisser combien de roquettes de 122mm avant d’entrer en fusion ce machin ? Et bien sur, vous n’oubliez pas les chicanes pour éviter l’approche d’un camion suicide chargé d’explosifs.
    Parce que pour les ennemis, ça va devenir la cible numéro 1 dans la région !

  19. lxm dit :

    après des réacteur à fusion de poche, vont nous sortir quoi ensuite, des vaisseaux en forme de triangles devenant invisibles, des stargates ? la complot-sphère qui pense qu’il y a tout un métro géant et des villes souterraines sous les états-unis doit être aux anges.

  20. pepel_WASSKA dit :

    L’avantage d’une génératrice diesel est que si elle tombe en panne, un mécanicien saura la réparer. Le truc nucléaire, sur le terrain, quand il marche plus, on fait quoi ? On ouvre le manuel où c’est écrit qu’il faut vérifier qu’il y a bien du combustible dans le réservoir ?

  21. du_v1 dit :

    Il me semble que la réflexion date de l’invasion de l’Irak, les consommations de carburant ont explosé de 90% sur les bases rien que pour les clims… Et puis le pentagone navigue a vue avec le réchauffement : il ne peuvent pas le mentionner clairement trump oblige, il ne peuvent pas ne pas le prendre en compte avec leur conso titanesque de fioul et les risques de canicule plus en plus intense comme en Irak…

  22. werf dit :

    Le problème du refroidissement est insoluble en l’état de nos connaissances pour un réacteur transportable par route ou par air. Ils feraient mieux de penser à des générateurs fonctionnant à l’hydrogène…

    • Daniel BESSON dit :

      Cit : [ Le problème du refroidissement est insoluble en l’état de nos connaissances pour un réacteur transportable par route ou par air. Ils feraient mieux de penser à des générateurs fonctionnant à l’hydrogène…]

      En fait le « problème « c’est que quand une base US s’installe quelque part sur la planète le terme  » provisoire  » s’entend comme une période supérieure à 40-50 ans .
      Dans le cas d’une centrale à hydrogène le problème de l’approvisionnement devient donc identique à celui du gasoil …

  23. vrai_chasseur dit :

    Il n’y a pas que LM qui s’intéresse à la fusion.
    L’US Navy, par l »intermédiaire de son centre de recherches stratégiques le SSP (http://www.ssp.navy.mil/index.html), a très récemment déposé plusieurs brevets sur le sujet des technologies clés des micro-réacteurs de fusion.
    Ce qui indique qu’elle effectue des recherches appliquées sur la fusion déjà depuis plusieurs années.
    Parmi les brevets déposés par la marine US, un en particulier est intéressant (http://patents.google.com/patent/US20190295733A1/en) : il décrit comment miniaturiser la production du plasma par des flux électromagnétiques pulsés à accélération contrôlée -et donc comment simplifier son confinement-. C’est justement l’obstacle technologique sur lequel LM travaille.

    On ne sait pas si tous ces braves gens vont trouver quelque chose en matière de fusion. Mais en tous cas ils cherchent, et activement. Et ils déposent déjà des brevets décrivant des technologies précises.
    Et s’ils trouvent, ça va changer la face du monde, pas simplement sur le plan militaire : on le sait, un réacteur de fusion produit plus d’énergie qu’il n’en consomme.

  24. Daniel BESSON dit :

    Certains contributeurs ont évoqué avec justesse la centrale nucléaire flottante Russe  » Akademik Lomonossov  » .
    N’en déplaise à Bellona et à Grinnepisse elle se porte très bien .
    Notons juste que Rosatom™ avait proposé le projet au Sénégal et que celui-ci y avait renoncé sous la pression – amicale – de la diplomatie Française . Ce qui par la Russie est considéré comme le  » premier coup de pied au [ censuré ]  » , disons le premier  » geste inamical  » , de la France envers la Russie en Afrique .
    C’était juste au moment où DCNS parlait d’un projet concurrent – largement inspiré d’un design Malakhit™- de centrale nucléaire immergée Flexblue™ … On s’étonne de pouvoir encore s’étonner .
    Passons …
    L’URSS a développé ce concept de réacteur mobile dés 1961 et un prototype expérimentale  » Pamir  » a été construit en 1985 . Il a été abandonné . En 2010 le Belarus a voulu le réactiver et on assisté au couinement de Bellona , l’association environnementaliste largement manipulé par les SR Norvégiens et Etasuniens .
    Depuis 2015 les études ont été réactivées en Russie .
    Ce concept de réacteur mobile pourrait amha servir à alimenter des batteries de laser anti-drones et anti-missiles et ce n’est pas un hasard si les deux projets sont concomitants en Russie ??????
    http://terraoko.com/?p=102855

    Dans ce deuxième lien les couvertures couleurs ce sont celles du  » Science et Vie Junior  » ™ Soviétique des années 50-70
    https://alaff84.wordpress.com/2018/11/05/the-arctic-beyond-fiction/

  25. Vroom dit :

    Ben oui, allons-y, un réacteur nucléaire aérolargable, quelle bonne idée……

  26. Carin dit :

    Ce qui m’interpelle, c’est que les ricains veulent installer ce joujoux sur toutes leurs bases mais…. à l’étranger!!

  27. Lame dit :

    Deux questions comme cela: 1) Où irons les déchets? 2) Imaginons qu’une organisation jihadiste réussisse à s’emparer d’un de ces réacteurs, que pourrait-elle en faire?
    *
    Pour la deuxième question, vu les travaux des ingénieurs de Daech et ses tactiques d’emploi des drones, nous ne devrions pas sous-estimer la capacité d’innovation tactique des jihadistes: https://www.usinenouvelle.com/article/l-industrie-c-est-fou-une-association-japonaise-veut-construire-un-robot-geant-de-18-metres.N924204