Alors dernier survivant de l’épopée du Normandie-Niémen en Russie, le sergent-chef André Peyronie nous a quittés

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

24 contributions

  1. Nobody dit :

    Un guerrier !

  2. fraisedesbois dit :

    Saluts chef!
    .
    C’est pas pour faire mon prof d’histoire-géo marxiste (vous savez, celui avec la pipe, la barbe, l’écharpe et la veste en velours côtelé (je suis pas comme ça, je suis un capitaliste avec des actions dassault et dorcel)), mais on disait pas u-r-s-s à l’époque?
    Souçis d’exactitude…
    .
    Bon, à la fin ok c’est des russes, ça marche aussi.
    .
    Saluts chef!

    • Xaintrailles dit :

      Vous avez raison en géographie on n’est jamais trop précis, comme en histoire d’ailleurs ! Mais Laurent Lagneau a raison : le S/C André Peyronie a servi en Russie, république de l’URSS et a quitté l’escadrille Normandie avant qu’elle ne s’illustre dans la bataille de Biélorussie ( opération Bagration ) la plus grande défaite de l’armée allemande au moins sur ce front de l’Est, pour laquelle l’escadrille devint le régiment Normandie-Niemen… On comprend la juste modestie de notre mécanicien avion acceptant sa dernière distinction étrangère de l’ambassadeur Biélorusse seulement au nom de son unité et de ses camarades disparus, s’il n’a pas participé à cette bataille de l’été 1944 concernant la libération de ce pays. Le Niemen ( nom polonais du fleuve ) est un grand fleuve naissant au centre du pays biélorusse, et s’écoulant à l’ouest vers la Lituanie, traversant ce pays, avant de séparer son territoire de l’enclave russe de Kaliningrad…

  3. Auguste dit :

    Le dernier témoin,une part d’Histoire qui s’en va.

  4. fgnico dit :

    un brave
    RIP

  5. petitjean dit :

    bravo monsieur et merci !

  6. Le Glaive dit :

    Il aurait probablement été dérangeant de préciser qu’il était en URSS ? , le mot  » Russie  » habilement utilisé ici, permettant de ne pas dire l’horrible vérité, et « Russie » étant une simple dénomination géographie d’une région de l’affreuse URSS ..Le diable se cache souvent dans les détails, et il révèle beaucoup de choses.
    Mais au fond, ce qui compte, c’est que ces héros français aient écrit une de plus belles pages de notre aviation militaire. Nous ne les oublierons jamais .

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Le Glaive,

      Le général de Gaulle parlait de « Russie soviétique »

    • Clément dit :

      C’est géographiquement dans la République de Russie (une des républiques de l’URSS) que André Peyronie s’est battu.

    • ScopeWizard dit :

      @Le Glaive

      Franchement , est-ce que c’ est si important ?

      Perso , dès lors qu’ il s’ agit de parler de la période du XXème siècle entre la fin du Tsarisme et la première présidence de 1991 , je me simplifie l’ existence et emploie systématiquement la terminologie URSS ( du moins à partir de fin 1922 ) mais bon tout comme il ne saurait y avoir d’ OTAN sans les USA , quelle URSS pouvait-il y avoir sans la Russie ?

      Le Soviet , c’ est la Russie , c’ est Petrograd la capitale de l’ époque Nicolas II ………..

      La désignation Russie Soviétique ne paraît donc pas inexacte ou farfelue .

      Bref , essayons de raison garder ; je sais bien que nous sommes en hiver et qu’ il est bon de se réchauffer mais ne nous enflammons pas pour autant ………….

  7. Ion 5 dit :

    Hommage vibrant à nos authentiques héros!
    Si les soviétiques du 18e GvIAP le régiment « frère » *ont combattu tout aussi bien, sinon mieux, faut-il rappeler qu’ils n’avaient guère le choix. Nos aviateurs à nous, auraient très bien pu rester les « doigts de pied en éventail » en attendant que ça se passe.
    Ils ne l’ont pas fait et, dieu sait si à l’époque le choix n’était pas évident…

    *Les français n’ont jamais été assez nombreux pour former un régiment aérien complet. Ils ont dû fusionner…

    • Xaintrailles dit :

      Il semble que les soviétiques ont veillé aussi à limiter la participation française : réticence initiale et discussions prolongées sur sa forme, renvoi des mécaniciens dès août 43 ( André Peyronie n’est pas un cas unique sur ce plan ) sous le prétexte d’un déficit de formation, et aussi refus de leur demande de promotion en pilotes. Il faut cesser un peu avec la flagellation perpétuelle…

      • Ion 5 dit :

        En français on dit « retarder » sciemment et non d’ailleurs, mais pas « limiter ». Les soviétiques s’attendaient à recevoir un deuxième régiment de chasse et un autre de bombardement. Sans parler de la division blindée…

        Parmi les petites histoires, les mécanos français ne faisaient pas vraiment l’affaire dans l’ensemble*, notamment en raison des conditions de travail franchement frustes…

        * L’ensemble ne concerne pas spécialement notre vétéran.

        Mais bon, l’aventure fut quand-même belle.

        • Czar dit :

          « En français on dit « retarder » sciemment et non d’ailleurs, mais pas « limiter ». Les soviétiques s’attendaient à recevoir un deuxième régiment de chasse et un autre de bombardement. Sans parler de la division blindée… »

          ptêt que s’ils avaient évité de laisser pourrir sur pied quelques milliers de Français à Tambov, ils l’auraient eue, leur division blindée

  8. Plusdepognon dit :

    Ces hommes ont vécu des événements extraordinaires.
    http://www.paxaquitania.fr/2019/12/le-dernier-veteran-du-normandie-niemen.html

  9. nimrodwing dit :

    Un grand Bravo a ce Monsieur, ce héros de la France libre ! toutes mes condoléances a sa famille et ses proches.

  10. papy dit :

    Ce qui me turlupine c’est l’attribution tardive de la Légion d’Honneur en 2015. C’est bien trop long comme délai d’attribution et limite au vu de l’âge de ce valeureux soldat.

    • ji_louis dit :

      Et oui… Il et courant de récompenser les braves parce qu’ils sont devenus vieux. Il est rare que les vrai héros se pavanent sitôt leur faits d’armes faits, et l’ambiance du moment s’y prête peu souvent. Combien de temps ont été vilipendés dans la société les soldats ayant fait l’Indochine? Ou ayant défendu l’Algérie tant qu’elle était française?
      Le temps (et les travaux de journalistes et d’historiens) permet la réflexion. Il permet aussi la comparaison, et le tri entre le bon grain et l’ivraie.
      Et puis que feraient les présidents après De Gaulle s’il n’y avait pas tant de chrysanthèmes à inaugurer?

      J’espère que vous pardonnerez la pointe d’aigreur et/ou de mauvaise foi.

  11. Barrere dit :

    je résume, mais l’histoire est superbe
    En mr glevarec (réside toujours à l’Isle Adam), se présente sur la BA d’Orange pour passer des tests psychotechniques et s’engager dans l’AA. Il est accompagné de ses parents. Après qu’un sergent de garde et un CC chargé des couleurs aient traité le drapeau français de serpillière, père et fils se déchaînent et mettent KO sergent, CC et des appelés qui passaient par là. Survient le cdt de base, qui dans la mélée générale reconnaît le père qui était mécano au NeuNeu alors que lui y était pilote. Bilan 45 et 30 jours d’arrêt pour le sgt et le CC, tests brillament réussis (en 5 mn) par Glevarec junior qui a fait par la suite une belle carrière dans l’AA et un repas mémorable. J’ai résumé et Glevarec junior vous en dirait beaucoup plus. Il est toujours sur l’Isle Adam

  12. Jean la Gaillarde dit :

    Un immense respect pour ces héros de l’ombre. Le Neu-Neu, quelle unité et quelle aventure …. Une épopée. Merci.

    • ScopeWizard dit :

      Je me joins à vous !

      Un autre « grand ancien » vient de nous quitter , un de plus …………..

  13. JC 83 dit :

    Repose en paix l’ ancien. Toute mon admiration pour avoir oeuvré dans ce préstigieux escadron qu’ est le « neu neu ». Sincères condoléances à toute sa famille.