CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Pour la British Army, les deux futurs porte-avions de la Royal Navy sont des « éléphants blancs »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

62 contributions

  1. Bob dit :

    Il ne suffit pas d’avoir un chef de la défense qui soit issu de la marine pour avoir une bonne marine.
    Le Royaume-Unis avec le Brexit a plus que besoin d’une marine et d’une aviation que d’une force terrestre. Ses adversaires sont la Russie en premier lieu comme mais ce sont les pays du continent européen de l’OTAN qui assureront la masse armée, la british army n’est pas une priorité pour une île. Mais l’idée de louer un PA aux USA est séduisante mais je ne suis pas sûre que ce type de PA intéresse les USA, l’Inde peut-être. Les britanniques ont déjà un partenariat fort avec les USA sur les SNLE et les ogives et vecteurs idoines, dommage de ne pas avoir fait la même chose pour les PA, cela aurait permis de limiter ces « éléphants blancs ».

    • Belzébuth dit :

      @ Bob
      Deux « lance-dindes » prévus dès le départ pour exclure le Rafale. Ils ne pourront plus refaire « la guerre en Irak épisode 2 », ni « les Malouines, le retour ».
      Qu’ils s’amusent 40 ans avec des suce-budget inadaptés aux missions du Royaume désuni.

      Les rosbeefs récoltent ce qu’ils sèment.

    • ji_louis dit :

      Les porte-avions anglais sont l’équivalent des porte-aéronefs d’assaut des marines américains. Il fallait donner du travail aux bureaux d’études de la construction navale anglaise pour ne pas perdre les compétences. Les français ayant des problèmes similaires à peu près en même temps on payé 100 M€ pour partager les études et calculs avec les anglais sur un design similaire, que les anglais ont finalement modifié, torpillant les études françaises pour un prochain P.A.

      • John dit :

        Non, l’adaptation du projet en CATOBAR augmentait tellement les prix du PA que les Britanniques sont revenus en arrière.
        Et c’est la France qui n’a pas suivi sur la construction… C’est la France pour le coup qui a tergiversé sur ce projet. Les Anglais ont juste cessé d’attendre sur les décisions françaises.
        Ou disons que les torts sont très largement partagés. La France a abandonné le projet. Les Britanniques très logiquement ne vont pas rembourser les sommes françaises pour adapter le PA à leurs besoins.
        Ensuite, toutes les études ne sont absolument pas perdues. Les choix constructifs britanniques n’empêchent pas de reprendre les études.
        Mais un PA binational signifie des compromis. Et pour un bâtiment aussi complexe avec une utilisation très différente des Britanniques… Autant repartir de 0, d’autant que d’autres études antérieures avaient été faites.
        Et le PA franco-britannique ne prenait pas en compte les dimensions très supérieures du NGF…

        • Euclide dit :

          @ John
          Je passe brièvement que vous et votre collègue VRP canadien de l’industrie aéméricaine vous etes toujours réponse à tout meme dans les échecs des pays anglo-saxons.
          C’est formidable.

          A propos du NGF, je me permets de vous conseiller de lire une analyse du site Meta-Défense du 26/11/2019 malhereusement payant avec pour accroche  » Peut’on fusionner les programmes SCAF et Tempest dans un programme européen ?  »

          En clair, l’article suggère qu’il est possible d’associer tous les constructeurs européens en vu de construire 3 avions :
          1) le remplaçant du F-16 ansi que ldu Gripen
          2) le remplaçant du Rafale et Eurofigther
          3) de concevoir un équivalent du Su 57.
          Wait and see.

        • ji_louis dit :

          Merci d’avoir corrigé mes erreurs.

        • Alpha dit :

          @John
          Toujours les mêmes conneries que vous racontez…
          Factuellement : Déjà, Britanniques et Français n’avaient pas le même calendrier, pas les mêmes besoins, etc…
          Et surtout : Les Britanniques n’avaient aucune intention de céder du terrain aux français sur le plan recherche/développement/production et Babcock et Bae Systems notamment, voyaient l’arrivée des industriels français comme des concurrents venant leur tailler des croupières…
          Ainsi, tout a été fait pour tenir loin des décisions DCN et STX.
          Bref, en gros, les Brits déjà avancés sur le programme, on tout fait pour faire capoter la coopération, empochant au passage quelques millions d’€ français engagés en pure perte, car les rares accords passés entre certains industriels français et britanniques n’ont absolument débouchés sur rien !.
          Un article illustre exactement ce qui s’est passé sur ce programme :
          https://www.areion24.news/2019/06/11/porte-avions-franco-britannique-retour-sur-un-fiasco-annonce/
          Article paru dans le très sérieux et bien renseigné magazine DSI, dont les sources sont la Cour des comptes, le Ministère de la Défense, la DGA, le Defense Commitee du Parlement UK,…
          Article reflétant bien plus la vérité que les élucubrations de notre camarade John… 😉

    • Gégétto dit :

      Cela pourrait intéresser L US Marine Corps, pour la mise en oeuvre des F35 B

  2. Tristan dit :

    « D’où sa suggestion d’en louer au moins un – le HMS Prince of Wales – aux États-Unis, afin de dégager des marges de manoeuvre qui profiteraient aux forces terrestres britanniques. »
    Huh? Pourquoi les E-U auraient besoin d’un PA STOBAR qui de plus serait unique dans leur flotte? Il me semble même que l’USN souhaite réduire d’un son nombre de PAN mais que par loi cela lui est impossible.

    • Fralipolipi dit :

      Beaucoup d’erreurs.
      Tout d’abord, le PA QE (ou PoW) du UK est un PA STOVL, et non Stobar, d’env. 65.000t.
      Côté US, il y a les PA de l’US Navy, au nombre de 10 (et 11 en prévision), tous PA Catobar à propulsion nuke, d’environ 100.000t.
      et il y a les PA des Marines, qui sont comme le PA QE des PA STOVL (de 42.000t).
      .
      C’est donc pour l’usage des US Marines, que le UK verrait bien louer son PA PoW à l’avenir.
      Le souci est que les US Marines sont tout juste en train de commencer à percevoir les remplaçants de leurs PA actuels.
      Ils ont donc d’autres priorités que celle de s’approprier un autre type de PA en plus.
      .
      A mon avis, les Anglais n’en sont qu’au début pour ce qui est de réaliser qu’ils ont fait le mauvais choix avec des PA Stovl et la version B du F35.
      Dans 30 ans, on en parlera encore.

    • batgames dit :

      une solution à tous ces ennuis pour les anglais …installer en géostationnaire un ballon porte avions et porteur d’armes et de carburant ….faire décoller son F35 puis le ravitailler gros poids
      une fois en l’Air se poser sur les soutes de ce ballon porteur ,ensuite partir en mission ..comme d’un vulgaire porte avions …mais là finalement il faut innover sur les ballons porteurs à structure solides et déployable à partir de leur PA .un bon gros merdier quoi ,mais avec de l’hélium plutôt que de l’hydrogène comme fluide pourquoi pas,sacré ballon à faire ….LOL

  3. UnArtichaut dit :

    En l’occurrence, si l’on s’en tient aux dernières statistiques annuelles du MoD, les effectifs de l’Army sont de 79 330 militaires d’active (hors Gurkhas) et non 73 000. C’est tout de même une différence assez importante, je ne sais pas d’où vous tenez ces chiffres. Si l’on ajoute les Gurkhas, on atteint en outre bien le seuil des 82 000 hommes…

    https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/847640/1_October_2019_SPS.pdf

  4. vrai_chasseur dit :

    L’armée brit, seule au monde où les éléphants blancs font voler leurs congénères.
    ( L’expression éléphant blanc avait déjà été utilisée pour le F35 :
    http://www.spacedaily.com/reports/F-35_looking_more_like_white_elephant_999.html )

    Quant à l’idée de louer un des PA aux USA, pays qui possède déjà le plus grand nombre de PA au monde…

  5. lxm dit :

    Je suis étonné que le Brexit n’ai pas d’influence sur les besoins militaires anglais. Les scénarios ne manquent pas: Sécession de l’écosse, conflit énergétique en mer du nord, défense chypriote, hydrocarbures de brunei, réunification irlandaise, nouvel « empire terrestre européen » menaçant albion, le cas de gibraltar, protections des iles anglo-normandes, la plupart des paradis fiscaux mondiaux( et les trusts) sont liés au royaume-uni, or l’union européenne et peut-être les usa( si les démocrates reviennent) tentent de trouver comment les taxer et en récupérer l’argent. De plus l’OTAN est actuellement en mauvaise posture, rien ne dit qu’on ne va pas voir nos intérêts diverger. J’ai écouté à la chambre des communes les écossais qui parlaient ouvertement d’indépendance et le clamaient, on ne sait pas comment londres réagirait, elle qui a sa base de sous-marin nucléaires en écosse, en théorie nous français sommes toujours tenus par la Auld alliance qui n’a jamais été abrogée juste mise de côté, enverrait-on des soldats défendre Glasgow et des frégates protéger les puits « écossais » de mer du nord ?

    • wagdoox dit :

      Ca n’étonne que vous, le Royaume Uni est toujours une puissance militaire et nucléaire, membre de l’OTAN.
      Qui peut croire que le Brexit mènerait la GB a diriger ????
      La France est toujours lié au RU par des traités militaires remontant à la 1er GM et réactualisé, il y a moins de 10 ans…

  6. Plusdepognon dit :

    Ils pourront toujours les vendrent à l’US Navy pour une poignée de cacahuètes.
    http://multinationales.org/Aux-Etats-Unis-un-quart-des-impots-enrichit-le-complexe-militaro-industriel

  7. jyb dit :

    Le matériel c’est important, mais les hommes sont essentiels. J’ai parlé de la misère humaine de la british army (chiffres atterrants du nombre de veterans sdf, en prison, drogués et/ou souffrant de ptsd…)
    L’ogre brexit accapare toute la capacité d’attention du public mais les infos sortent.
    Aujourd’hui c’est le niveau de suicide des vets :
    https://www.telegraph.co.uk/news/2019/11/28/veteran-suicides-epidemic-time-former-head-army-has-warned/
    Hier c’était l’ancien sas chris Ryan, auteur à succès, qui dénonçait sa hiérarchie faisant pression sur les hommes pour qu’ils occultent leur ptsd.
    et les nombreux héros de guerre qui témoignent ou dénoncent.
    explications ? cout de l’externalisation de postes et missions, engagement en sur-régime sur 2 théâtres d’opérations majeurs depuis 2001 (afghanistan et syrak) Le fait est que sur les théâtres les brits sont à juste titre hyper choyés et soutenus mais que l’arrière est laissé en déshérence ( on parle d’implantations qui sont devenues des friches militaires)
    h.s : est ce que les chiffres par categories socio-professionnelles du referendum sur le brexit sont disponibles ? j’ai un ami gallois et militaire, brexiter repenti qui m’a fait remarqué qu’il avait voté comme un gallois, alors qu’il aurait mieux fait de voter comme un militaire. Les militaires auraient ils voté pour le maintien ?

    • LEONARD dit :

      En fouinant sur le net, sans que celà soit la réponse à votre question, j’ai trouvé çà, mais c’est l’avis des électeurs sur l’Armée.
      https://yougov.co.uk/topics/politics/articles-reports/2015/10/17/very-british-coup
      En cliquant sur « voir les résultats complets du sondage », vous avez le détail des questions.
      Résultats proches des réponses en France.

      Vu que le Brexit a été très « clivant », notamment du fait de UKIP et des conservateurs, il y a de fortes chances que les militaires, si j’en juge par les quelques infos sur leur vote en France, aient majoritairement voté Leave en suivant ces deuyx partis.
      Mais c’est une déduction, même pas un avis.

    • Euclide dit :

      @ jyb
      qu’entendez- vous par  » l’arrière est laissé en déshérence  » ?

      • jyb dit :

        @Euclide
        un exemple : en afghanistan les brits occupent des shelters équipés, confortables, climatisés…de retour en gb ils se retrouvent dans des barracks vétustes qu’ils occupent de façon saisonnière parce que pas chauffés.

    • vrai_chasseur dit :

      @jyb
      données socio-demo brexit, cf par ex. https://lordashcroftpolls.com/2019/02/how-the-uk-voted-on-brexit-and-why-a-refresher/#more-15880
      Concernant les militaires brits au moment du vote la réalité est malheureusement assez prosaïque : beaucoup étaient projetés, du coup 25% n’étaient pas inscrits sur les listes électorales ou n’avaient pas fait de procuration de vote. Soit 20% de moins que la moyenne UK.
      du coup pas trop de stats dispo du vote lui-même, mais il est probable que les militaires aient voté plutôt Remain suite aux campagnes de lobbying désastreuses en faveur du Leave faites par d’anciennes figures militaires, qui se sont révélées totalement contre-productives en interne au sein de l’institution. Par ex. Veterans For Britain qui a promu le Leave sur le seul slogan « Rester en Europe et l »EU Army’ va sonner la fin de la British Army » a fait un flop chez les militaires brits, dont beaucoup avaient déjà été en OPEX en coalition et avaient vécu la réalité de la British Army sur le terrain.
      (Par ex. en 2011 en Afgha, le remplacement en urgence par des HK 416/417 du fusil d’assaut anglais en dotation standard, qui ne faisait pas le poids face aux kalashs talebs, a été vécu comme une humiliation par les soldats brits face aux autres armées de la coalition. Cet épisode n’est absolument pas relaté dans la presse, on ne le découvre qu’en allant fouiner à l’Army Museum à Londres. Il dénote cependant l’ambiance générale de « décrépitude » qui atteint le moral des troupes brits et des vétérans).
      Et l’éléphant blanc ne va pas arranger les choses. beaucoup au sein de la british army vivent assez mal les slogans martiaux de puissance genre ‘Rule Britannia again’ du gouvernement à propos de ces 2 PA.

      • jyb dit :

        @vrai_chasseur
        intéressant merci. Dans le domaine militaire on peut aisément remplir les colonnes pertes et profits du brexit en termes d’influence, de projets, de budgets, de capacité.

        • vrai_chasseur dit :

          @jyb.
          Exact.
          A noter cependant les efforts explicites du MoD pour faire vivre les accords de Lancaster House indépendamment du brexit. La signature d’accords complémentaires post-vote, demandée par le MoD, a été reçue 5 sur 5 côté français.

  8. Plusdepognon dit :

    Comme le dit « felipe » dans les commentaires de ce lien, le renforcement de l’armée de terre ne se fera que le jour où une menace avérée pointera son vilain museau :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/01/12/l-armee-britannique-de-nouveau-menacee-par-des-coupes-claire-18943.html

    Les britanniques sont un exemple pour tous nos costards cravates qui grenouillent dans les ministères en salivant d’avance au pantouflage qu’ils vont faire en échange des cadeaux offerts grâce à l’argent public avec la future entreprise privée avec laquelle ils passent des marchés publics.
    http://www.slate.fr/story/172065/la-caste-mauduit-bercy-inspection-finances

    Et les anglo-saxons sont en avance puisqu’ils ont détruit leurs armées avant nous :
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2018/01/12/l-armee-britannique-de-nouveau-menacee-par-des-coupes-claire-18943.html

    Comme le disait un général lors des coupes sombres des années Sarko :  » ça passe bien, on dissout plus vite que prévu ».

    Et c’est pas la poudre de perlimpinpin qui va y changer grand chose :
    http://www.opex360.com/2019/09/05/le-budget-britannique-de-la-defense-annonce-en-hausse-de-26/

    Ils n’ont plus qu’ à demander à être le 51 états des USA, ce serait conforme à leurs agissements depuis des décennies.
    Churchill lui-même disait que si un jour le Royaume-Uni devait choisir entre l’Europe et les États-Unis, ils prendraient le parti d’oncle Sam.
    En attendant que ce pays devienne véritablement américain.
    https://mobile.lesinrocks.com/2017/08/28/actualite/actualite/lespagnol-deviendra-t-il-un-jour-la-premiere-langue-des-etats-unis/

    • Franz dit :

       » Ils n’ont plus qu’ à demander à être le 51 états des USA (…)  »

      Vous les connaissez bien mal 🙂

      • Plusdepognon dit :

        @ Franz
        Je reconnais que le Royaume-Uni ne me passionne pas. Mais leurs militaires étaient forts, nous étions envieux de certains de leurs matériels..

  9. philbeau dit :

    Il y a longtemps que je suis perplexe sur cette question des PA de la Royal Navy , à la fois par l’ampleur du programme , et sa structure .
    Après bien des tergiversations , les brits ont refusé la main tendue par les Français ( évidemment , c’était reconnaître à ceux-ci un niveau d’expertise en la matière un peu insupportable pour les descendants de Nelson) , et se sont engouffrés dans la voie des PA utilisant un ski-jump , confiants dans le choix parallèle du F 35 des cousins yankees . Il y a des tropismes qui sont durs à effacer(Acheter des Rafales , shocking !!! .) On connaît la suite , prévisible toujours selon moi , et les péripéties technico-financières du F 35B . Et donc les Athéniens s’atteignirent , et nos amis anglais ont maintenant sur les bras deux énormes mastodontes , qui sont un peu des péniches de débarquement géantes , qui vont leurs coûter les yeux de la tête au détriment du reste de la Flotte…On a coutume de penser qu’en France les décideurs sont d’une incompétence coupable , mais là on peut voir qu’on a trouvé nos maîtres…

  10. Fralipolipi dit :

    Les Anglais n’auront pas forcément une marine macrocéphale, car ils investissent quand même beaucoup aussi dans les autres bateaux (SNA, SNLE, frégates, projection amphibie, ravitailleurs, etc …).
    Mais ils réalisent que leurs 2 PA sont, soit trop gros pour des PA STVOL,
    soit du bon format mais totalement sous exploités du fait du manque de catapultes et de brins d’arrêts.
    .
    Bref, le souvenir nostalgique du Harrier, plus le lobby de Lockheed sur son magic F35B, leur ont fait faire le mauvais choix …
    et les solutions pour retomber désormais sur leurs pattes sont quasi nulles.
    .
    Ces gros bâtiments auraient du au moins recevoir des capacités de projection amphibies en plus (comme les PA des US Marines), pour justifier un peu mieux leur volume et leur coût …
    Quitte à rester sur du STOVL, le UK, même en gardant un tonnage plus important (entre 50.000 et 65.000t), aurait du s’inspirer du nouveau Porte hélicoptère d’Assaut (LHD) italien Trieste – https://www.meretmarine.com/fr/content/le-nouveau-porte-helicopteres-italien-flot – qui parait très bien équilibré.
    Hélas, trois fois hélas …
    Hélas, trois fois hélas .. le UK aurait

    • robin darbin dit :

      « Bref, le souvenir nostalgique du Harrier » : très vrai. Il est fort possible que cela ait joué. On se souvient également du projet des Nimrod MRA4. Ce dérivé du Comet avec ses réacteurs dans l’emplanture des ailes qui avait quand même un air assez incongru au XXI siècle .

  11. nicolas kwiatkowski dit :

    Je ne comprends rien aux britanniques, un jour , ils sont mâles , le lendemains femelles? Ils veulent le Brexit, leurs portes avions des éléphants blancs , faudrait un jour savoir ce qu’ils veulent?
    Je les plains leurs militaires,

  12. LEONARD dit :

    Les U.S n’ont à priori que faire d’un P.H supplémentaire, qui plus est pas à leurs normes et cherchent plutôt à acquérir des frégates et destryers en plus. Par contre, les anglais pourraient rechercher une »location » de ses capacités aux U.S, qui utiliseraient leurs F35, ce qui leur ferait un » Lightning Carrier » de plus et serait une façon de diminuer les coûts d’exploitation d’au moins un « éléphant blanc ».
    La piste indienne serait plus cohérente, mais avec quels avions? A priori, budgétairement, pas le F35 et les indiens voudraient à terme ( indien) , un CATOBAR. Donc, soit restructuration avec catapultes et brins d’arrêt ( les indiens ont déjà donné ), en termes de coûts induits, et RAFALE, puisque les indiens ont des problèmes avec leurs avions russes, ou bien utilisation des RAFALE avec tremplin ( mais brins d’arrêt ), mais quelle capacité d’emport ?
    Et puis, si la France avait déjà écarté la même piste, peu de chance que l’Inde puisse se le permettre.
    https://www.meretmarine.com/fr/content/la-france-etudie-lacquisition-du-porte-avions-hms-queen-elizabeth

    Encore, que nous avons financé une partie de ces merveilles à hauteur de 280 millions…
    https://www.areion24.news/2019/06/11/porte-avions-franco-britannique-retour-sur-un-fiasco-annonce/

    Mais de là à voir des Rafale sur le pont d’un porte-avions britannique, même revendu, même loué, No Way !!

    Bref, le plus probable, sauf guerre, mise sous cocon, du PofW, pudiquement. (on ne touche pas à la Q.E ).

    On glose parfois sur les louvoiements de la politique d’équipement de la Marine Nationale, mais les anglais nous donnent une grande leçon de nonsense.

    • Desty dit :

      Si ils veulent en revendre un, il ferait mieux d’aller démarcher le Japon ou la Corée du Sud, voir l’Australie qui sont plus susceptibles de pouvoir se fournir de quoi atterrir dessus…

  13. Parabellum dit :

    N oublions pas que les anglais sont une puissance nucléaire importante par ses sous marins même s ils ont des missiles américains et donc pas totalement autonomes.le brexit va sans doute pousser les anglais à revoir leur défense et même à la renforcer.ils ont comme tous les occidentaux des problèmes d effectifs et de potentiel. Bon souvenir de contacts avec des « marines anglais solides marcheurs..dommage qu on n ait pas construit notre second pa avec eux..puisque c était sauf la catapulte le même plan .

  14. wagdoox dit :

    Le RU a toujours mis la priorité sur la marine, c’est une ile et l’army a toujours été réduite a un stricte minimum pour les aventures lointaines ou par tenir le temps de la levé en masse. Le probleme vient pas du PA, c’est tombé sur les portes avions car vaisseaux amiraux, s’il n’était pas là ca aurait été les SNLE qui auraient pris.

  15. patex dit :

    Les chinois seront certainement intéressés ! Les anglais fabriquent de bons bateaux, ils devraient pouvoir en tirer un prix raisonnable…

  16. Le Breton dit :

    « Et ses effectifs, qui devraient s’élever à 82.000 soldats après les coupes décidées au début des années 2010 »

    Une minute de silence en l’honneur de la British Army.

    • Plusdepognon dit :

      @ Le Breton
      Après Sarko la tremblotte qui voulait une armée de terre à 30 000 hommes, l’armée de terre française de 66 000 pax n’est magnifiquement remontée théoriquement qu’à 77 000. Youhouhou…
      Et nous sommes une puissance continentale.

      Charité bien ordonnée commence par soi-même. 😉

      • Polymères dit :

        Premièrement ne confondez pas les effectifs de l’armée de terre (115 000 militaires) avec les effectifs de la force opérationnelle terrestre.
        Alors oui c’est toujours tentant de vouloir sortir les chiffres les plus bas pour embellir sa position, mais il incombe une vérité, il incombe de devoir informer de la réalité et non de jouer sur l’ignorance de certaines personnes qui ne savent pas et qui pourraient croire réellement que l’armée de terre c’est 77 000 personnes.
        Apprenez bien à faire la différence.

        Ensuite nous ne sommes plus une armée de conscription, une armée de masse et on ne juge pas/plus aujourd’hui la puissance d’une armée à sa valeur numérique. L’arme nucléaire place indéniablement tout pays qui la possède au dessus de tous les autres qui ne l’ont pas, même s’ils ont 500 000 conscrits dans leurs rangs. L’arme nucléaire rend les pays la possédant d’une certaine façon comme étant intouchable, on ne peut pas les défaire comme on le faisait jadis, on n’envahit pas un pays avec l’arme nucléaire comme on le fait avec un pays qui ne l’a pas. Cette limite militaire qui s’impose à l’ennemi d’un pays nucléarisé, créer une incapacité à briser son effort de guerre, donc d’endiguer réellement ses forces. Car là aussi c’est une chose qu’il faut bien identifier pour différencier une puissance militaire d’une force militaire. Une grosse force militaire, peut s’apparenter à un pays qui achète ses armes à l’étranger et qui vivra sur son « stock » d’armes et de munitions emmagasinés sans certitude de pouvoir poursuivre son effort de guerre en renouvelant ses moyens perdus. Une puissance militaire c’est un pays qui a les capacités de monter en puissance tout seul, capable de construire ses armes en autonomie en augmentant ses productions qu’on a actuellement en temps de paix ou en forçant la reconstruction de choses que nous n’avons pas ou que nous avons abandonnés pour diverses raisons. La France fait partie de ces pays qui peuvent le faire. Attention a bien faire la différence, ce n’est pas par ce que nous achetons des armes aux allemands à défaut d’avoir une entreprise en France qui le fait que ça veut dire que nous n’en sommes pas capables, c’est juste une économie budgétaire et non un déficit capacitaire, en temps de guerre, les budgets et les milliards inonderont bien des choses et permettront bien des choses.
        On peut toujours regretter de ne pas l’avoir actuellement, mais comme je le dis, nous ne sommes plus dans le passé, l’arme nucléaire fera que notre territoire sera préservé et pourra fournir un effort de guerre, quitte à partir d’ici ou là de zéro, on en a les capacités, les compétences et les cadences seront différentes. On peut regretter de ne pas être comme les autres à vouloir maintenir en permanence une grosse armée, mais ne nous leurrons pas, la guerre ne se fait pas seulement sur ce qu’on a sous les hangars, mais aussi sur la capacité à tenir l’effort de guerre.
        Notre situation s’apparente plutôt à ce qu’on a vu des USA durant la seconde guerre mondiale que nous en 40, une armée qui combat en dehors du pays avec tout une industrie qui peut faire tenir l’effort et qui amène les moyens. Ils n’étaient pas grand chose avant, ils sont devenus ce qu’ils sont après, tout ne repose pas sur une simple observation des moyens présents, la résilience de notre armée dans un gros conflit ne s’arrête pas à ce que nous avons en stock mais à ce qu’on peut entraîner derrière.
        La conscription peut revenir demain et gonfler les armées de centaines de milliers d’hommes, on a beau se dire que ce sera compliqué, qu’il y aura des problèmes, mais cela a toujours été ainsi, faut pas croire que les mobilisations générales de 14 ou 39 voyaient venir des militaires rompus au combat, qui allaient en caserne dans des chambres individuelles et que tous étaient bien équipés. Nos limites de tailles en temps normal (actuellement) pousse évidemment à des limites dans nos interventions et nos capacités d’interventions, mais ça ne fait pas courir un risque d’invasion à notre pays comme ça pouvait l’être hier. Il n’est pas aussi important d’avoir des milliers de canons aujourd’hui comme ça l’était hier, sachons bien se situer par rapport à notre époque, nos menaces et ne nous prenons pas pour un pays non nucléarisé qui doivent avoir de gros moyens conventionnels pour dissuader d’autres pays (dont les pays nucléarisés) de les attaquer.

        Nous avons misé sur une armée pro, une armée de projection. On ne cherche pas ailleurs à créer un conflit de masse qui ferait entrer notre pays dans une économie de guerre avec la conscription enrôlant tous les jeunes hommes. Nous n’avons pas besoin de cela pour être fort ou dissuasif, un ennemi supérieur en nombre ne va pas prendre notre pays de haut en prétendant être plus fort que nous. La puissance n’est pas qu’une affaire de nombre et de chiffres mais de capacités et de compétences
        L’armée de terre brésilienne a plus de 200 000 hommes dans ses rangs, est-ce une plus grande force que la nôtre? 10 000 soldats indiens valent-ils 10 000 soldats français? L’armée saoudienne est-elle plus performante et sait-elle mieux faire la guerre que la nôtre en raison de leurs matériels et de leurs nombres? Face aux anglais par exemple on entre dans une compétition, là oui

        Il y en a des facteurs à prendre en compte, vous ne pensez pas? Réduire l’analyse d’une force militaire en comparant le nombre d’hommes comme si ça serait un facteur unique, universel qui définirait la puissance militaire d’un pays. Moi je préfère avoir 100 français avec moi dans un combat que d’avoir 1000 Bangladais et certains pays qui viennent encore aujourd’hui vanter des victoires ou ils n’ont pris le dessus sur l’adversaire qu’à force du nombre, avec des pertes au combat à 10 contre 1, il n’y a aucune fierté. Ce n’est pas étonnant qu’en France nous n’avons pas honte de célébrer des batailles comme Camerone ou à 60 contre 2000 on a fait une misère à l’ennemi plutôt que célébrer une bataille comme celle des pyramides ou à force légèrement inférieure, on a infligé jusqu’à 8000 morts contre 29 chez nous. La combativité, l’expérience, la tactique, l’avance technologique joue plus que le nombre dans un combat (même s’il y a des limites).

        Donc même si le Breton joue un peu sur la perspective future de la british army, ne retournez pas le problème pour une remise en question de la puissance française.
        Il y a une réalité entre notre armée et celle des anglais, c’est que chez nous on est dans une dynamique de hausses quand chez eux ça va vers le bas. Certains aiment croire que l’armée britannique est en avance sur ce que nous allons faire demain, mais c’est souvent les pessimistes qui semblent espérer qu’on réduise et qui refuse de constater que l’inverse se fait.
        Alors oui, on ne va pas gonfler nos forces de 100 000 hommes dans l’armée pro en un claquement de doigt, cela est impossible car cela nécessiterait la conscription. Alors oui, imaginer la british army à 60 000 hommes par rapport à nous qui serions deux fois plus, ne permet pas de faire comme si chez nous ça serait pire ou à peine mieux, il y a un réel fossé qui se creuse pour des armées de deux puissances européennes majeurs et qui augurent assurément une capacité d’intervention française déterminante pour toute l’Europe, même si c’est le fruit en partie d’une baisse des autres.
        Il y a quelques années on vantait les anglais qui investissaient dans la défense, les seuls quand tous les autres diminuaient, aujourd’hui c’est tout l’inverse et on a beau toujours vouloir citer certains de leurs programmes pour donner l’illusion qu’ils sont « mieux » que nous,globalement c’est faux et ça deviendra de plus en plus faux à l’avenir (en attendant les effets de nos efforts et du Brexit…)

        • LEONARD dit :

          Plutôt d’accord avec vous, sauf sur la rapidité de montée en puissance de notre industrie de l’armement. Le cycle de déclenchement des guerres s’est accéléré et même si l’industrie s’est automatisée, ni la formation des personnels ( de + en + qualifiés ), ni l’organisation industrielle ( de + en + internationalisée ), ni l’approvisionnement des pièces, n’est réalisable en un temps inférieur au déroulement des crises.

          Comme par ailleurs, les guerres sont de plus en plus courtes, sur court délai de déclenchement, tenir 1 jour de plus que l’adversaire permet de l’emporter.

          Le volume a donc de l’importance, tant pour les hommes que pour les matériels. Le stock de munitions aériennes en France ( GBU ) et 5.56, par exemple, s’est révélé notoirement insuffisant dès qu’on a été amené à les utiliser, et l’approvisionnement sur stocks « amis » est aléatoire en cas de vrai conflit, d’autant plus que nous ne sommes pas Israël, notre stock n’est pas aux U.S.

          Actuellement, nous tiendrions combien de jours en conflit de haute intensité, mais ne mettant pas notre existence nationale en jeu ?

          La politique du zéro-stock suppose la suppression préalable de l’aléa, et l’aléa est consubstantiel à la guerre:
          « Il n’existe pas d’autre activité humaine qui soit contrainte si continuellement et si universellement par le hasard ». Clausewitz.

        • Plusdepognon dit :

          @ Polymères
          Le Royaume-Uni est une île, cela les a sauvé la dernière fois et de nombreuses fois dans l’histoire.
          D’où leurs efforts sur leur marine et leur armée de l’air.
          Au passage, ils ont redonné lors de la seconde guerre mondiale un coup de neuf au concept de « force spéciale » car ils n’avaient plus d’armée de terre digne de ce nom.

          L’intervention en Irak a scellé un désamour profond avec l’armée de terre dans ce pays. Malgré le tunnel sous la Manche, ils ont une marge de sécurité que nous n’avons pas géographiquement (d’ailleurs il y a un système de destruction intégré).

          Nous n’avons pas cette géographie.

          Et puisque le territoire national est censé être sanctuarisé, vous avez raison de rappeler ce qu’est la Force Opérationnelle Terrestre, il faut l’associer au fait que nous menons des « operations » lointaines.
          https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/defense-faut-il-passer-contrat-a-l-ambition-operationnelle-135706

          Il ne s’agit plus de mourir en masse sur le Rhin pour permettre l’emploi du feu nucléaire, mais de projeter un corps expéditionnaire alors qu’une de nos faiblesses est le transport stratégique.

          Les armées françaises dépassent les contrats opérationnels signés et même si un futur candidat à la présidentielle essaie de se construire un chemin, la garde nationale n’est encore qu’un concept :
          http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/20/la-garde-nationale-signe-une-charte-avec-les-territoires-uni-20661.html

          La « poor body infantery » va recevoir quelques véhicules récents, mais ne sont pas la priorité. Effectivement, ils faisaient envie il y a quelques années :
          https://www.cairn.info/revue-herodote-2005-1-page-44.htm

          Cela a fait un peu epouvantail :
          https://forcesoperations.com/larmee-francaise-plus-puissante-que-larmee-britannique-le-brexit-narrangera-rien/

          Et ils ont les mêmes lubies politiques que nous :
          https://www.capital.fr/economie-politique/larmee-britannique-veut-se-lancer-dans-les-vehicules-de-combat-electriques-1350165

          Pour l’instant, ce côté-ci de la Manche est en effet plus sympathique pour les armées, mais politiquement et au niveau du droit comme de la finance, les anglo-saxons nous ont roulés dessus.

  17. mouchetoxique dit :

    ha les Anglais ! un pays d’alcoolique diriger par des vieux riches pédérastes sans scrupules. Ce pays à tellement fait de malheur et depuis si longtemps, que Dieu dans sa grande sagesse a essayé de les dissimuler dans le brouillard et la pluie afin d’effacer cette erreur de la création aux yeux des enfants. 110 pays du Commonwealth détruits par la toute puissante bêtise de la race blanche friquée. ils sont à l’origine de la destruction de tant de culture et de peuple ses gens là, que c’est à en pleurer pour le restant du temps. Quand on pense qu’il sorte de l’Europe, pour faire de leur si moche pays un eldorado bancaire à l’instar d’Hong Kong qu’il non pu garder. l’Angleterre n’est pas un pays mais la porte des enfers à fabriquer de la misère à l’instar de leur cousin consanguin les USA. Margarette Tatcher était leur grande prêtresse Vaudoue à pognon, induisant le culte de l’ultra-libéralisme pour le monde. La peste noire s’incarnant dans une idiote, j’espère qu’elle soufre en enfer cette garce….

    • Franz dit :

      Face à ce niveau de bêtise et d’ignorance, une fois passée la stupeur, on ne sait s’il faut réagir ou pas.

    • LEONARD dit :

      Vous vous êtes égaré, ce blog n’est pas le mur de votre pissotière habituelle….

  18. jyb dit :

    Dans un monde sans brexit, les brits auraient pu louer leur pa à eunavfor…

  19. Max dit :

    Le lourd F-35 B a une allonge bien insuffisante comparé aux autres. Un choix étonnant.

  20. Polymères dit :

    Moi ce qui me surprend le plus dans toute cette histoire, c’est que ce sont les chefs militaires qui poussent à des réductions et non pas trop les politiciens au pouvoir.
    C’est assez surprenant de voir cela, mais ça traduit aussi un malaise intérieur certain sur un futur pas si lointain que les responsables militaires semblent trouver impossible à réaliser sans sacrifices.
    Pourtant le gouvernement britannique a voté une hausse du budget sur 4 ans, de 2.2 milliards £ (c’est en gros un peu comme notre effort de 2018 et 2019 mais sur 4 ans sans autres perspectives derrière). Une somme qui est bienvenue mais qui en réalité n’amène qu’un pansement, 30% de cette somme servira déjà à payer des pensions. Entre ce qu’ils ont prévus d’avoir dans leur LPM (2018-2028), ils estiment qu’il y a un « trou » de minimum 7 milliards £ pour les gros optimistes et le ministère de la défense l’évalue lui à près de 15 milliards £.

    C’est donc dans cette réalité que se trouve les anglais, celui d’un objectif inatteignable et ou certains dans la marine, la RAF ou la british army ne pourront pas avoir ce qui est prévu. Ils se font donc la guerre entre eux pour dire ce qu’il faut réduire chez l’autre.
    Certains craignent fortement que les programmes symboliques (F-35 par exemple) viennent pomper le budget et qu’il faudra rogner sur les petits équipements en plus des réductions/annulations de certains autres programmes.

    L’effet du BREXIT n’est pas encore là, s’il y a quelques années certains pouvaient vanter la bonne santé et la croissance britannique prétextant que c’est la « preuve » que sortir de l’UE ne change rien, c’est oublier qu’ils ne sont pas sortis et c’est oublier qu’aujourd’hui on s’inquiète de ce qui va être perdu et non des milliards qu’ils vont « récupérer » de leurs cotisations au budget de l’UE. Les politiciens se trouvant dans une situation ou la seule solution est de sortir, même sans accords afin de rester en place.
    L’armée britannique risque de subir un sacré coup si l’économie du pays subit de gros impacts mal anticipés, car la confiance et les flux financiers (investissements etc…) ça pèse énormément dans les pays et il peut y avoir rapidement un effet boule de neige de panique, de fuite qui peut sembler totalement absurde quand on se dit que tout pourrait continuer comme avant avec simplement un passage en douane, ce n’est pas si simple…

    Quand on regarde notre évolution actuelle et future du côté militaire, je crois que les commentateurs de sites comme opex360 au RU doivent plutôt nous jalouser, car si nous aussi avons quelques trous à combler, très vite la hausse budgétaire donnera des moyens pour faire plus.