CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Général Lecointre : « Il faut dès à présent nous interroger sur l’augmentation de la masse de nos armées »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

62 contributions

  1. Plusdepognon dit :

    C’est l’Etat qui doit se dégager des marges budgétaires :
    https://www.challenges.fr/economie/la-france-n-a-plus-de-politique-budgetaire_678535

    Et l’on voit bien que les armées françaises n’ont pas la priorité, puisque même une loi de programmation militaire votée n’est pas respectée (chaque année):
    https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/11/07/budget-des-armees-la-defense-privee-de-la-solidarite-entre-ministeres_5380268_823448.html

    Cette LPM sera de toute manière amendée en 2021, à la veille de la présidentielle, il y aura peut être plus de cadeaux ? 😉
    https://forcesoperations.com/budget-2020-larmee-de-terre-reste-en-queue-de-peloton-des-etudes-amont/

    À moins d’une rigolade financière :
    https://www.lemonde.fr/blog/finance/2019/11/11/5475/

  2. carlin dit :

    Il y a une autre solution pour la gestion de nos forces, nous retirer totalement du Moyen Orient où il n’y aura jamais de solution depuis les interventions américaines et nous concentrer sur l’Afrique où nos capacités militaires risquent d’avoir plus de résultat. Mais il faudra bien se rendre à l’évidence, on ne pourra jamais faire face au manque de coopération de nos voisins européens et s’impliquer dans toutes le zones de guerre. !

  3. themistocles dit :

    Le constat sur les frégates est particulièrement pertinent. Ce qui est difficile à faire comprendre aux gouvernants c’est qu’une frégate en station ( post ship in english) cela implique de mobiliser 3 bâtiments à la tâche. Un en station, un qui va le relever et se prépare et une qui en revient et se fait réparer. A l’instar du désert pour les blindés, la mer est un milieu hostile pour les navires. Allez à Toulon ou Brest et regardez les unités qui rentrent de déploiement, vous pourrez constater à leur aspect que les périodes d’entretien ne sont pas du luxe. Ajoutez à cela l’entrainement minimum requis pour que le bateau fonctionne normalement en opération et le compte y est. Avec le golfe, la mer rouge, la méditerranée orientale, le golfe de Gascogne et l’Atlantique nord, on est déjà à un minimum de 15 bâtiments requis. A titre d’anecdote, les russes ont lancé 8 SSN sur l’Atlantique nord, en début de mois, afin de déterminer quel était le niveau de saturation des forces anti sous-marines de l’OTAN. Le résultat promet d’être édifiant ( mais pour qui ? )

    • Rêveur dit :

      @ Themistocles
      On ne demande pas la même chose au soldat d’aujourd’hui qu’à l’appelé d’hier.

      Une source d’économies serait de donner aux militaires les moyens de leur mission et de leur donner le temps pour pouvoir s’instruire et transmettre leur savoir-faire à une ressource humaine qui ne serait pas traitée comme un kleenex, sans interférence de politique politicienne.
      http://ultimaratio-blog.org/archives/4425

      Ce serait une révolution.

    • Pathfinder dit :

      @themistocles
      Merci pour votre post! Un aspect qui n’est pas vraiment visible à qui n’a pas les pieds dedans…

    • mich dit :

      Bonjour , vous soulignez un exercice de 8 SSN Russe ,mais ils ne sont pas lancés uniquement contre la France ,alors chez eux combien de bâtiments et d’ équipages pour votre théorie de la règle de trois ?combien de bâtiment peuvent ils mobiliser par rapport aux forces de l’ Otan ou simplement européennes ,surtout si ils décident d ‘une vrai épreuve de force , pas les pas de travers qu ‘ils affectionnent depuis quelques années pour regonfler l ‘image de leur puissance ?merci d’ avance.

  4. Belzébuth dit :

    Le chef des armées a demandé à son conseiller de lui faire un devis de sa stratégie ?
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/13/sahel-macron-veut-recentrer-l-effort-sur-le-fuseau-central-20634.html#comments

    Parce que c’est pas trop « économie des forces » toutes ses dernières déclarations !
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/13/un-coup-de-pouce-militaire-francais-dans-l-est-de-la-rdc-20637.html

  5. SCAtastrophe dit :

    Et si on externalisait les etats-majors, on ferait plein d’économies !
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2019/11/12/l-armee-de-l-air-externalise-l-entrainement-operationnel-et-20633.html

    Finalement, il y en a un qui s’en est aperçu avant que ce soit trop tard… c’est NON.

    Dommage, c’était une fumeuse idée de s’appliquer ce que l’on fait au reste de l’outil militaire.

    Question d’exemplarité 😉

  6. Paul Bismuth dit :

    Moi y en a vouloir des sous…
    Le marché de l’armement se porte bien.

    L’outil militaire français, c’est autre chose.
    https://youtu.be/4rO4BroADQM

  7. petaf dit :

    et il s’interroge sur l’augmentation de notre pouvoir d’achat ?

  8. Titispv dit :

    Ambition 2030 :
    350 JAGUAR
    2 Brigades en supplément
    24 frégates
    2 portes avions
    8 SNA
    300 chasseurs pour l’armée de l’air

  9. LEONARD dit :

    Cercle vicieux : Situation à la fois compliquée et inextricable car on a du mal à s’en sortir.

    Les matériels coûtent de plus en plus cher, donc on en commande en moins grand nombre.

    Comme on les commande en moins grand nombre, l’effet de série s’atténue, donc pour remplir la mission, on les complexifie, car il faut que 1 égale 2.

    Comme on les complexifie, ils coutent de plus en plus cher.

    Comme ils coûtent de plus en plus cher……..

    Eléments de réflexion :

    V.B.C.I 3 fois le prix d’achat de l’AMX 10P M.CO multiplié par 8
    Tjgre 3 fois le prix d’achat d’une gazelle Hot M.C.O multiplié par 8
    Rafale 5 fois le prix d’achat du M2000 M.C.O multiplié par 4
    https://www.ifri.org/sites/default/files/atoms/files/fs42lefeez.pdf

    Après, c’est le même rapport entre la 404 bachée et le Toyota Hilux au Sahel.

    It’s the economy, stupid !

    • mich dit :

      Bonsoir , comme on dit comparaison n ‘est pas forcement raison, est ce bien sérieux de comparer un vbci à un amx 10p qui faisait pale figure face au marder allemand ( différence de cout ?) , un tigre face à une gazelle ( à l’ apache ou au mangusta italien pourquoi pas ) ,un rafale actuel face à un 2000C , à la limite à un mirage 4000 équipé comme un F15 E (mais le 4000 on n ‘avait déjà pas les moyens alors que le pacte de Varsovie menaçait ). Bref , c ‘est une chose les économies d ‘ échelles ,maintenant cela dépend aussi de ce que vous devez affronter ,pas forcement de la guerre que vous voulez faire.

      • LEONARD dit :

        J’entends bien la critique, mais : 3 AMX10P manoeuvrant au combat contre un VBCI, qui gagne ?
        3 Gazelle HOT = 14 cibles – 1 Tigre = 4
        Ne négligeons pas l’effet de masse, et l’inflation unitaire y nuit.

        • mich dit :

          Bonsoir ,ce n ‘ était pas vraiment une critique , bien sur qu ‘il faut adapter la masse à son adversaire ,mais tout le monde prends quand même le même chemin (on parle de guerre conventionnelle ,si ce n ‘est que le nombre de pays possédant des armes modernes de premier plan à augmenter ,faut il encore pouvoir les mettre en œuvre et si nous avons des difficultés les autres aussi ). Pour les deux exemples que vous prenez , c ‘est difficile de comparer entre un véhicule de 14 tonnes (même chenillé) et un de 32T sur roue ,en plus il peut y avoir plein de situation de mission ,pendant la guerre froide en attendant un assaut du »pacte » ,un marder cela avait quand même plus de gueule ,mais c ‘était plus cher (comme quoi masse est économie c ‘est pas évident de trouver un compromis). Par contre je comprends pas trop le deuxième exemple ,une patrouille tigre c ‘est deux canons de 30 , 16 missiles antichar plus 4 paniers roquette ou 8 missile mistral (et on parle pas des capteurs et contre mesure ) ; 6 gazelle c ‘est 24 hot ,à part la fameuse rusticité pas vraiment avantageux au combat surtout que beaucoup moins bien protégé .

    • Pathfinder dit :

      @LEONARD
      Ce que vous décrivez est à quelque chose près le dilemme qui se posait pendant la guerre froide. Le bloc soviétique avait opté pour le low-tech pour tenir dans la durée, et le bloc occidental dans le high-tech pour compenser l’écart des effectifs.

      À ce jour, nous savons que le bloc soviétique n’a pas pu tenir sur la durée malgré le low-tech, mais ses matériels (et leurs concepts) sont encore prisés. Le bloc occidental s’est peut-être enivré un peu vite de la perte de son adversaire; Dwight D. Eisenhower nous avait pourtant prévenu lors de son discours d’adieu : /

    • nexterience dit :

      Prendre en compte les grosses difficultés de recrutement actuelles : moins de matériels=personnel mieux sélectionnés.
      Donc faire de la masse contraindrerait à recruter des niveaux plus faibles.
      C’est comme débattre entre plusieurs soldats au couteau contre un seul au pistolet. Pour vaincre, le mental , voire la notion de sacrifice, est primordial pour ceux qui sont moins bien équipés.

    • Parigot dit :

      @ Pietrini
      Les britanniques consacrent 6 milliards d’euros à leur MCO, nous 3,5 milliards…

      Les pièces détachées ne défilent pas au 14 juillet.

  10. Buburoi dit :

    Ce qu’il faut, c’est renforcer la sécurité en France: réformer la justice en augmentant les places de prison, rétablir la peine de mort pour les meurtres, réformer la police judiciaire en renforçant les controles. Il faut supprimer le droit d’asile systématique et renvoyer sans délai dans leur pays d’origine les étrangers sans papiers. La guerre est déjà présente en France, l’ennemi est connu, il est ici chez nous; ce sont ces salopards de demandeurs d’asile et d’islamistes radicaux. Pas besoin d’aller en Afghanistan, ni au Mali.

  11. Edouard dit :

    Déjà faut arrêter de faire de la politique avec l’armee et soupoudrant un peu partout pr pouvoir dire ‘la France participe’. D’autant plus que l’Etat général de l’armée ne doit pas être loin de l’hopital ou la police.
    Tt ça parce qu’on a une gestion des derniers publiques qui m’etonnera tjrs et qu’on a un service publique héritier des 30 glorieuses ou l’argent rentrait. Avec ce que les impôts rapportent maintenant, ça craque de partout.

  12. Polymères dit :

    Même s’il fait un travail de comparaison avec le passé pour avoir des arguments « relativisant » diverses augmentations de volumes qu’il souhaite, il faut pousser la logique à plus loin et dont il s’inspire.
    Comme moi même je l’avais également déjà évoqué ici il y a peu, la perspective budgétaire, qui est positive, fait que très bientôt on aura atteint une sorte de « limite » de renouvellement de ce que nous avons. Certes aujourd’hui on se dit encore qu’il faut changer ceci et cela, que l’on mettra encore quelques années pour y arriver, mais quand on regarde bien ce fameux « horizon 2030 », ben il n’y aura plus tant de chose a renouveler dans nos forces, contrairement à ces besoins permanents de changements qu’on vit au moins depuis 15-20 ans. Beaucoup sera fait entre 2020 et 2030 en plus de ce qui a été fait ces dernières années (même si ça n’allait pas assez vite).

    Au vu de l’effort budgétaire prévu, si actuellement on a le sentiment que rien n’est de trop ou même pour certains « pressés » que ce n’est pas assez, pourtant on va vite se retrouver avec une sorte de trop plein budgétaire par rapport à notre format, un trop plein qui si au début permettra d’inonder un peu d’autres enveloppes (l’infra, petits équipements, MCO…) amènera les possibilités de faire plus, d’acquérir de nouvelles capacités, d’augmenter les volumes.

    J’ai depuis le début de cette LPM prôné une nécessité de maintenir le format pour remplacer tout ce qu’on doit remplacer, pour rattraper les politiques de baisses de ces dernières années.
    La logique voudrait qu’on attende la prochaine LPM pour initier de nouvelles capacités, pour créer plus de masse, mais visiblement on vise déjà 2021 comme point de réflexion pour penser à avoir plus.

    Il faut cependant bien distinguer la différence (tous ne la feront pas) entre ce qui était hier un souhait ou une critique par rapport à une armée qui baisse et aujourd’hui ou est dans une perspective ou l’on aura les capacités de faire plus.
    Comprenons bien que le modèle 2030 tel qu’il a été fixé, par rapport à l’évolution budgétaire (des 2% du PIB en 2025) ben il n’est pas cohérent. Non pas qu’il est sur-évalué, mais le contraire. Le budget équipement cette année est de 19,5 milliards €, déjà en hausse il permet déjà d’accélérer des acquisitions, en 2025, ce budget équipement sera de 31,5 milliards €, 12 milliards de plus.
    Quand on regarde les gros programmes déjà en cours et les nouveaux qui permettent d’arriver à l’ambition 2030, on peut s’interroger. Le renouvellement du gros des forces terrestres avec le programme scorpion c’est 5,1 milliards. On peut comme on veut rajouter les coûts de programmes pas encore lancés, en prenant en compte ce qui aura été accomplit en 2025 et qui aura été financé dans la LPM 2019-2025 pour livraison 2025-2030, on en vient très très vite à comprendre que le budget équipement sera beaucoup plus gros que les besoins pour le format prévu.
    Regardons bien aujourd’hui, si on donne là tout de suite 12 milliards aux armées, vous en conviendrez, on règlerait énormément de choses, (HIL, VBAE…).
    C’est pour cela que je dis que si pour l’instant on se paye ce qu’il faut, on comble les manques, on répond aux urgences qui traînent depuis des années, mais on arrivera assez vite à avoir des moyens pour faire plus, pour acquérir de nouvelles capacités.
    Même si humainement on ne pourra pas décider politiquement d’augmenter les forces de 50 000 hommes pour atteindre de la masse, car le recrutement ne suivrait pas, d’ailleurs déjà aujourd’hui c’est compliqué. Rien que pour cette année, c’est près de 200 millions dévolues à payer des hommes qui ne sont pas sur les rangs qui techniquement servent ailleurs, cette année pour combler le surcoût opex.
    L’an prochain, la nouvelle hausse du budget opex fait qu’un tel déficit de l’enveloppe « personnels » pourrait se retrouver en plus pour les équipements et si plus tard on réduit les opex, l’excédent de cette enveloppe ira là aussi en « surplus ». Dès l’an prochain on entre vraiment dans une autre perspective financière, on a été habitués aux manques ou les régularisations négatives pour boucler les écarts, on va rentrer dans une époque ou on aura des surplus de fin d’années. Dans le pire des cas, on verra ce surplus servir à soulager un éventuel déficit du budget global, dans le meilleur on donnera aux armées la liberté d’acquérir de nouvelles choses non prévus pour améliorer les conditions en opex, de petits équipements ou des programmes plus importants, mais le budget ne se verra plus amputé comme on l’a connu.

    Autre élément à prendre en compte, c’est le fait que de nombreux programmes de développements de certains matériels, se faisant au niveau européen, reçoivent des fonds européens. De cette année (ou l’on voit déjà les programmes émerger) jusqu’à 2027, c’est 15 milliards d’€ que nous n’aurons pas à financer directement et totalement par notre budget de la défense et qui profitera pour des acquisitions futures.
    Donc oui, attendons nous assez vite ( même si les grands adaptes de « l’armée à problème » continueront de ne pas y croire en s’accrochant aux derniers couacs) à avoir les moyens d’acquérir de nouvelles capacités et de gonfler certaines choses ou c’est humainement possible.

    • Francis Hummel dit :

      Je crois que vous oubliez le coût de la composante nucléaire duale, et qui se monte de mémoire à presque exactement les 15 Geuros de différence que vous trouvez.
      Mais je peux me tromper…
      Et comme les coûts vont augmenter car les lpm à venir ne seront pas respectées, donc les coûts unitaires vont exploser, donc il faudra choisir entre des équipements toujours plus chers et au final echantillonaires, les armées vont souffrir, donc peiner à recruter,….
      Et ce n’est pas comme si le monde autour de nous devenait plus imprévisible et plus dangereux !!!!

      • Polymères dit :

        Le coût de la dissuasion nucléaire est estimée à 37 milliards d’ici 2025.
        Mais ce coût n’est pas une nouveauté, il est dans une certaine continuité.
        Il inclue également certains éléments à double usage comme les ravitailleurs ou la modernisation de rafale.

        Prétendre à dire que la LPM militaire ne sera pas respectée, c’est s’obstiner à vouloir être d’une certaine façon défaitiste, d’autant plus que vous n’usez même pas du conditionnel, mais que vous l’affirmez tel un voyant. Rien absolument rien aujourd’hui ne peut vous servir pour avancer cela en dehors de votre propre volonté de ne pas vouloir imaginer un futur positif.
        La précédente LPM n’a pas été respectée, vous avez raison, mais rappelons le, elle a été mieux que prévus, là aussi ce facteur vous ne voulez pas le voir ni l’imaginer se reproduire.
        L’équipement toujours plus cher et échantillonaires c’est encore une vue d’esprit d’hier qui pense que demain sera forcément pareil. Pourtant la tendance est là aussi à l’opposé de ce que vous dîtes. On pourra toujours dire qu’un blindé aujourd’hui est plus cher qu’il y a 40 ans, oui, vous avez raison, mais ça ne veut pas dire que les moyens mis dedans sont les mêmes (le budget augmente, va falloir le comprendre et comprendre ses effets en arrêtant de voir toujours un budget contraint qui force à devoir réduire les commandes, c’était vrai hier, plus aujourd’hui). Il y a quelques années on entendait que le remplaçant du VAB sera tellement cher qu’on ne pourra pas s’en acheter assez, alors ces mêmes personnes faisaient le tour des pages wikipédia pour dénicher la bonne occasion qui permettra d’avoir du volume. On prévoyait 2080 VBMR (lourd/léger) il y a quelques années, aujourd’hui on en est à 3910 (dont plus de 2000 « léger » en différentes versions) pour remplacer environ 2500 VAB actuellement en service. Alors oui un VBMR en 2019 est plus cher qu’un VAB en 1980, mais ça ne veut pas dire forcément qu’on aura la même enveloppe budgétaire qu’en 1980 dans le programme VAB, que les volumes seront forcément inférieur car étant plus coûteux.
        Le budget contraint fait qu’on a réduit certains programmes, la réduction des armées a également réduit le besoin, mais ne généralisons pas tout non plus et ne soyons pas aussi fataliste pour le plaisir de perpétuer « l’armée qui va mal » juste par habitude.
        Pour le recrutement par contre, oui ça peinera toujours, mais ce n’est pas simplement lier aux matériels, un combattant sur VBCI ne sera pas plus enclins à resigner un contrat qu’un combattant sur un vieux VAB

    • revnonausujai dit :

      euh, les « fonds européens » n’existent que parce que les etats contribuent ( plus ou moins !). Tant que la France sera contributeur net, il reste évident que l’argent français ne sert pas aux projets français !

      http://www.ina.fr/video/I08098577

      • Polymères dit :

        Oui oui, on arrête de payer l’Europe et le budget de la défense double? Tout l’argent qu’on pense « perdre » ira à la défense? Vous le pensez vraiment?
        Certes on donne plus qu’on ne reçoit, mais cette différence c’est de l’influence, ce ne sont pas ceux qui reçoivent plus qu’ils ne donnent, même s’ils râlent, qui dirigent et orientent l’UE et je pense que c’est aussi pour cela qu’ils râlent en fait.
        Arrêtez de voir l’UE comme une charge financière, c’est avant tout une sphère d’influence, cette mentalité laissant croire à des milliards magiques qui iront sauver la France, tournant à la quasi obsession, ne sont rien, oui je vous le dis, ils ne sont rien t ils ne règleront qu’un, ils ne feront que satisfaire certains esprits qui pensent savoir gagner sans perdre derrière, les mêmes qui au RU se cherchent encore une bonne sortie après pourtant avoir convaincu tant de monde qu’il y a tout à y gagner de quitter l’UE.

        • Czar dit :

          « Arrêtez de voir l’UE comme une charge financière, c’est avant tout une sphère d’influence »

          mais quel guignol, ce type… un vrai robinet à communiqués officiels le mohamed saif al-sahaf de la Macronie.

          Quelle influence ? L’Allemagne récupère outre la présidence de la Commission, celle de la direction de l’ensemble des services (la co-négociatrice du brexit si je me souviens bien)

          suffit de regarder le nombre de Français et de schleuhs qui sont à la tête des départements,; pour savoir qui pèse (sans même souligner la gifle sans précédent reçue par micron premier avec le retoquage de goulart)

          allez remballe ton catéchisme crétin pour tes réunions tupperware de la LREM les municipales vont être sanglantes

    • NRJ dit :

      @Polymères
      « quand on regarde bien ce fameux « horizon 2030 », ben il n’y aura plus tant de chose a renouveler dans nos forces ». Détrompez vous. Il y aura déjà un ou des porte-avions à développer ainsi que les nouveaux SNLE 3G dont l’entrée en service est prévue pendant cette décennie. Les années 2030 prépareront aussi les années 2040 où l’on devra financer l’arrivée du SCAF, du MGCS, et du remplaçant de l’hélicoptère Tigre. 3 programmes très importants qui mobiliseront à n’en pas douter les budgets ainsi que d’autres programmes moins lourds mais utiles comme le système d’artillerie électromagnétique dont le développement est attendu à cette période. Donc tous les manques qui n’ont pas été réglé avant ne le seront pas entre 2040-2050. Ces manques concernent notamment les nouvelles capacités notamment spatiales (satellites, armes antisatellites, drones spatials peut-être), ainsi que les développements des fantassins grâce à l’amélioration des batteries (en les équipant par exemple d’exosquelettes) car on attend de batteries aux capacités doublées d’ici 2025. En somme beaucoup de « petits » programmes mais nécessaires pour pouvoir rester au niveau du trio USA-Russie-Chine.

      • Polymères dit :

        Mais NRJ, vous sortez un lot d’éléments qui va bien au delà de l’actuel et la prochaine LPM.
        Bien entendu qu’on pense déjà aujourd’hui au successeur du CDG, du Leclerc, bien entendu qu’on mettra quelques centaines de millions pour ces projets (qui reçoivent pour certains aussi des financements européens et d’autres nations), mais ils restent des projets pour l’horizon 2040 et certains s’étaleront (commandes/livraisons) sur un nombre conséquent d’années. On ne parle pas là de dizaines de milliards d’€ dans les années 2020-2030. Alors oui ces projets de plus long terme se prépare et se finance déjà aujourd’hui, mais le gros poids financier ça se fera pour l’essentiel après 2035, le MGCS si on le développe dès à présent, c’est par ce que les allemands le veulent pour 2030, nous c’est 2040 (on modernise actuellement le Leclerc).

        Le Tigre, c’est pareil, peut-être qu’on réfléchira aux débuts des années 2030 pour un successeur, qu’on lui donnera une petite enveloppe de développement (avec sans doute à ce moment également un projet européen avec ses financements européens), il est lui aussi prévu pour durer jusqu’à l’horizon 2040, en attendant on a lancé sa version MK3 qui est sa modernisation à mi vie.

        Ensuite vous évoquez d’autres programmes qui revêt bien plus de créations de nouvelles capacités (pas seulement de renouvellement) et ce sont justement ce genre de choses qu’on pourra s’acheter par ce que l’on aura plus de moyens pour le faire, ils sont à dissocier du renouvellement que j’ai pris en exemple. Tous les projets de drones sous-marin, drones mule, bouclier anti-missile, convenez en que ce sont bien des choses nouvelles et non pas des éléments qui viennent remplacer de l’ancien, elles font bien partis des choses non prévues, non budgétés qui pourront être acquises. Le fait que ces choses plus ou moins envisageables sont financés actuellement (et non dans 10 ans) par le fond européen permet justement de profiter dans quelques années de tout cela et ce ne sera plus à faire.

        Le coût de la dissuasion nucléaire est important, mais il est aussi dispatché sur des années.

        Mais avouez le tout de même si on considère le budget 2025 identique à ceux qui suivront jusqu’à 2030, il y a une incohérence entre le besoin de renouvellement (!) quasi comblé partout pour 2030 (avant les gros projets de l’horizon 2040) et que l’on peut s’interroger sur ce que peut bien financer sur 5 ans (2025-2030) 157 milliards dévolus aux équipements. Cela d’autant plus qu’un grand nombre de projet de livraisons entre 2025 et 2030 seront financés sur la LPM en cours.
        Dire cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien, on financera bien quelques trucs, pouvant dépasser le milliard dans certains cas, on modernisera d’autres choses, on renouvellera des munitions, certes, mais prenez bien la LPM sous les yeux, prenez notre modèle d’armée actuel en identifiant les choses à changer, vous verrez vite qu’il y a une incohérence, qu’on sera dans une situation ou il est difficile d’identifier des choses à renouveler. Même en cherchant dans les petits équipements, on voit le renouvellement de PA, du FRF2, FAMAS, Milan, Eryx et autres se faire dès à présent, le treillis, les gilets pare balles, chaussures et autres c’est déjà fait, on en vient même au renouvellement des effets plus secondaires comme pour le sport. Ce ne sont pas des choses qui coûtent des milliards non plus.
        Mais vraiment il est difficile de voir ce qu’on pourra bien vouloir remplacer en 2030 par rapport à ce qui est prévu et qui est tout a fait réalisable avec le budget. On a mis et on a voulu faire le paquet entre 2019-2025 conditionnant le budget à ne pas trop dévier, sauf que l’après 2025 est vague, l’ambition 2030 est vague et pour les années 2025-2035, voir au delà on a un besoin bien différent de renouvellement qu’actuellement qu’il faut dès à présent identifier.
        Comme pour les allemands dont certains jugent un budget à 2% disproportionné par rapport à leur besoin, nous ce sera pareil, le besoin, c’est à dire notre modèle actuel d’armée n’inscrit pas l’actuel hausse budgétaire sur de la « permanence », entendez par là que le besoin de renouvellement (donc de l’argent nécessaire) pour 2020 n’est pas le même que pour 2025, 2030 ou 2035.

        Je pense que certains, notamment chez les militaires, comprennent déjà qu’il va y avoir une largesse financière après 2025 qui va permettre d’aller plus vite. Ce n’est pas pour rien que ça pousse déjà pour accélérer des projets qu’on envisageait pour après 2025, voir après 2030. On pousse le VBAE, le HIL etc.

        Mais cette réalité budgétaire se verra pleinement quand on va réfléchir vers 2023-2024 à la prochaine LPM, on verra qu’on a bien plus de moyens que l’on le pense et qu’il en est nécessaire pour l’ambition 2030 et les gros projets plus lointain (2040).

        Revoir la masse, revoir le format, revoir tout à la hausse, c’est bien ça le sujet des prochaines années, non plus en rêve mais en réalité.
        Je sais que ça embête certains ici ce retournement de perspective, mais on s’y dirige, on y est même déjà avec le bout du pied.

    • Aymard de Ledonner dit :

      Oui notre armée sera mieux équipée et mieux entrainée. Mais le problème de masse subsistera. Les 53 000 hommes supprimés sous sarko et les 30 000 sous hollande resteront manquants. Si on avait le même volume que lors de l’opération Daguet dans les années 90, on aurai pu envisager de renforcer nos positions en Syrie pour palier le départ des américains. Aujourd’hui c’est impossible, et même avec du matériel tout neuf, cela aurait quand même été impossible.

      • Polymères dit :

        Les 30 000 hommes que devaient supprimer Hollande ne l’ont pas été et la hausse de la FOT a même grignoter une partie des « pertes » de Sarkozy.
        Dans les 50 000 supprimés par Sarkozy, il y a une double chose que peu de personnes savent et oublient. Nous n’avons pas juste supprimé 54 000 postes en supprimant des régiments, il y a eût une RGPP qui est une réorganisation et un regroupement de services, de soutiens, fusions de bases, déménagements en vu de rationaliser des « doublons » par la création de BDD mais aussi des externalisations. Ce sont généralement des postes qui étaient de l’ordre du « non opérationnel », des postes qui généralement assure un rôle pour les bases en métropole, pour le fonctionnement quotidien. Cela représente les 2/3 des 54 000 postes, soit 36 000 postes, dont 12 000 civils. 17 000 postes ont été « remplacés par des services privés, externalisés. Bien entendu cette politique a ses bons et ses mauvais côtés qu’on peut apprécier ou subir encore aujourd’hui.
        Ensuite derrière on a la suppression de 18 000 postes au niveau « opérationnel », c’est là qu’on peut compter la fermeture de régiments d’artillerie/génie, la réduction d’escadrons, réduction des CEA etc…
        Bien entendu tout n’était pas non plus propre à l’armée de terre.
        Qui plus est, un nombre plutôt important des postes supprimés étaient presque sans incidence, car en 2008 (comme aujourd’hui) il y avait je ne sais plus combien de milliers de postes sur le papier mais qui n’étaient pas pourvus, il n’y avait personnes à « supprimer ». Ce sont aussi pour ces raisons que beaucoup de reclassement ont pût se faire dans les unités restructurés et que financièrement le gain, les économies n’étaient pas vraiment au rendez-vous.
        Les suppressions ont donc aussi été une manière d’aligner les capacités humaines (recrutement) avec la réalité, car depuis la professionnalisation, nous n’avons jamais été capable d’avoir les effectifs voulus, on a toujours été en sous-effectifs.
        Maintenant en 90, on avait une armée de conscrits et forcément plus de masses. Je l’avais indiqué la dernière fois, si on veut réellement retrouver de la masse, il faut passer par la conscription, qui peut être limité à 50 ou 100 000 hommes, tout dépend de ce qu’on veut, de comment on va le faire et des moyens qu’on veut y mettre, mais ce n’est pas impossible comme certains le pensent.

        En Syrie, les américains ne sont pas très nombreux, ce n’est pas le volume de leurs forces et les moyens sur place qui font leur pouvoir, mais le drapeau et le poids qu’il représente. Cela n’aurait servit à rien de « remplacer » les américains pour avoir le même niveau militaire sur zone.

        • Aymard de Ledonner dit :

          Les conscrits, il faut du personnel pour les former et les encadrer.
          Par ailleurs le niveau technique étant de plus en plus élevé, la formation demande plus de temps. Combien de temps pour former des peesonnels utilusables sur les navires de la marine ou dans les bases de l’armée de l’air?
          La conscription n’aurrait un véritable intérêt que dans l’armée de terre.
          Vous avez l’air convaincu que l’on pourrait remettre en place la grosse machinerie pour gérer cela. Je ne sais pas si votre optimisme est partagé en haut lieu.

          • Belzébuth dit :

            @ Aymard de Ledonner
            Il n’y a qu’à voir l’enthousiasme pour le SNU.
            Cela n’a rien de militaire, c’est horriblement cher et complètement inutile. Et les armées n’en ont plus les ressources, ne serait-ce qu’en infrastructures. Alors en encadrants…

            Nous avons suffisamment évoqué la ressource humaine qui est en train d’être perdue à vitesse grand V.
            Sachant que pendant 10 ans, l’armée de terre devra jongler entre vieux matériel pourri et matériel Scorpion hors de prix.

            Surtout que le matériel pointu, pour former quelqu’un, il faut le maîtriser.

            Personne ne pense à une levée en masse. Déjà la « garde nationale » est morte avant d’être née, les réservistes fuyant devant le traitement fait à celles et ceux qui veulent servir le drapeau.

        • Plusdepognon dit :

          @ Polymères
          La remontée de la FOT, c’était 11 000 pax en deux ans.
          Ça ne s’est pas fait sans mal:
          http://www.opex360.com/2015/10/24/crise-du-logement-dans-les-casernes/

          Effectivement, ce sera de lourds investissements. Une logique capacitaire, plutôt que d’optimisation ?
          Ce n’est pas l’air du temps pourtant…

  13. lxm dit :

    Le nombre de drones va très fortement augmenter ces prochaines années, plus une armée est mécanisée et plus elle va consommer d’énergie, un drone plus léger va réduire la consommation. Actuellement, on le voit un peu partout déjà dans le civil on tente de réduire cette conso. Cette contrainte du coût de l’énergie nous oblige à rendre l’armée plus « souple » et réduit la quantité disponible de matériel lourd, le pays dépend pour les 2/3 de son énergie du pétrole et du gaz, et on n’en produit quasiment pas, donc en cas de crise on dépend des réserves stratégiques( et si elles restent intactes). Si on écoute les écolos qui ont la cote actuellement comme Jancovici ou Yves Cochet, on irait dans les prochaines années vers une très grosse crise énergétique qui va fortement surenchérir le coût du carburant et donc inciter à encore plus réduire le format( celui d’intervention) des armées. De plus l’énergie est directement corrélée au PIB dont dépend le budget de l’état et donc celui des armées, dès qu’on réduit la vitesse sur route on va moins vite( on consomme moins), y’a moins d’échanges sur une durée donnée, donc le PIB baisse. On arrive là à se dire que la « quantité » devrait donc aller vers du matériel en priorité robuste stockable et rapidement déployable, parce qu’il n’est pas du tout certain qu’on en ai encore les moyens dans les prochaines décennies donc faut faire durer, mais il y a aussi l’humain, et là faut de la quantité, il n’y a plus assez de forces de l’ordre pour tenir tout le pays( la surface absorbe), la gendarmerie manque d’essence ? faut plus de gendarmes locaux plutôt que s’endetter pour acheter du pétrole d’afrique. Et bien sûr il faut une population suffisament apte pour qu’on puisse y piocher des réserves.

  14. Plusdepognon dit :

    L’armée doit avoir des objectifs clairs et définis, non pas servir de faire-valoir à des baisses de popularité.
    Les enjeux sont très importants et devraient dépassés les clivages partisans.

    Car enrichir les multinationales étrangères et les milliardaires « français » n’est pas un programme politique, encore moins quelque chose qui passionne.
    http://www.rfi.fr/afrique/20191024-suspension-concession-douala-bollore-til

    Pour 1 500 morts de civils, 1 million de personnes déplacées. C’est cela la technique des terroristes, engendrer un problème et s’en laver les mains pour ensuite profiter du mécontentement. Ils ont été à bonne école.

    Le Tchad répond d’accord pour le fuseau centre, mais a des problèmes non négligeables :
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/13/le-tchad-appele-a-la-rescousse-de-l-armee-francaise-au-sahel_6019031_3212.html

    La crise des migrants n’en est qu’aux prémisses :
    https://securiteinterieurefr.blogspot.com/2019/11/lue-deja-depense-10-milliards-deuros.html

    https://www.la-croix.com/Monde/Europe/Migrants-loperation-sauvetage-Sophia-privee-bateaux-2019-03-31-1201012529

    Des alliés encombrants :
    https://orientxxi.info/magazine/enquete-sur-les-derives-de-l-aide-europeenne-au-soudan,2298

    Une traite humaine sous le regard de tous ceux qui veulent comprendre l’importance de ce qui se passe :
    http://alencontre.org/moyenorient/egypte/sinai-le-desert-des-tortures.html

    Surtout que nos amis sont à la manœuvre :
    https://orientxxi.info/magazine/les-pays-du-golfe-et-la-turquie-s-affrontent-en-afrique,2765

    Sans parler des USA, de la Russie, de la Chine et de leurs entités (partout en Afrique). Un exemple parmi d’autres :
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/11/14/la-guinee-reattribue-l-exploitation-d-un-immense-gisement-de-fer-a-un-consortium-asiatico-guineen_6019164_3212.html

    La plus belle fille ne peut donner que ce qu’elle a…

  15. Ghostrider dit :

    @ plus de pognon … ton avatar résume l’avenir de la France. Plus que l’état qui doit chercher des marges budgétaires, le budget des armées quelques soit ces espoirs ou ces enjeux devra visionner à budgets constants voir dégradé à moyen et long terme donc cela veut dire qu’il faut tout reconfigurer en conséquences et cela vas sabrer méchant.

  16. Yannus dit :

    Bonjour,
    je vais donc me répéter encore,
    nous avons du matériel très performant mais en nombre insuffisant.
    Passer des commandes fermes d’un nombre suffisant de matériel quite à en mettre la majeure partie sous cocon ensuite pour éviter des frais de MCO trop important et les user qu’en cas de nécessité. On peut étaler les livraisons sur 20 ou 30 ans et donc développer une réflexion en ce sens.

    • Yannus dit :

      Peut-être que dans le cadre de notre participation aux exercices de l’OTAN devrions nous privilégier d’utiliser du matériel éprouvé en voie de réforme (création d’une troisième division) vu que ce sont les USA qui mènent la danse et qu’il est vain de chercher de vendre du matos de haut niveau à nos partenaire européens de l’Est sans parler de la Turquie qui pourrait même retourner nos armes contre nous un jour dans le futur

  17. jo dit :

    Budget Militaire de l allemagne durant 39/45 : 700 Milliard d’USD, autant que les usa actuellement !
    La France à pendant tout le 19e siecle toujours eu le meilleurs budget militaire au mondre soit pour l epoque entre 6 Mld et 33Mld / on a du mal à depasser les 100 et c’est historiques.

  18. Parabellum dit :

    Ce général découvre lui aussi la réalité ? Déjà en 1991 le général Salvan ce grand chef et combattant avait démissionné pour dénoncer les graves manques de nos armées et d autres ont fait de même jusqu’à de Villiers… c est permanent tout comme notre présence sans fin dans un moyen orient à jamais en conflit et dans la bande sahélienne africaine.plus d hommes ? On a déjà du mal à tenir les objectifs actuels et nombre de métiers techniques sont à l os.il faut tout revoir et vite avec d autres moyens au lieu de mettre des rustines cachées par du bla bla .il faut une autre revue strategique que la poursuite sans fin ni résultat des engagements issus des Années 70 et de la décolonisation.il faut une autre vision et d autres concepts d armement et de frappe. Drones armes et missiles longue portée plus de sous marins protection de la Zee cyberdefense et contre errorisme territorial sont d autres pistes que s user sans fin et seuls dans des zones à jamais instables .qui osera et pourra ouvrir cette voie d une autre politique? L histoire depuis prêt de trente ans est helas celle du manque permanent alors même que la fin de la conscription devait donner naissance à une armee pro et bien équipée…les milliards du pseudo service universel de macron sont un nouveau gâchis..pensons XXI éme siècle tout comme de Gaulle avait vu la menace blindée allemande et avait forgé la dissuasion. Mais qui sera le de Gaulle de 2022?

  19. Ping dit :

    Et on ne parle même pas là de cyber et de spatial… Deux sujets mineurs, malgré notre avance dans le domaine, et qui ne feront que s’étioler à l’avenir !

  20. LEONARD dit :

    Il est toujours utile de repartir des chiffres.

    Les crédits de paiement de la mission Défense
    2017 2018 2019 2020 2021 2022 2023
    En Md€ 34,2 35,0 35,9 37,6 39,3 41,0 44,0
    En % du PIB 1,5 1,5 1,5 1,5 1,6 1,6 1,6

    Source : exécution pour 2017 et 2018 ; loi de programmation militaire pour 2019-2023 ; crédits hors pensions et gendarmerie ; FIPECO

    https://www.fipeco.fr/fiche.php?url=Les-d%C3%A9penses-militaires

    Et une synthèse de la ventilation 2020 des investissements.

    https://www.45enord.fr/2019/10/le-details-du-budget-des-armees-2020/

    Il faut toutefois se rappeler que ces chiffres tiennent compte de projections de l’inflation.

    En tenant compte de l’inflation estimée par la Banque de France pour 2019-2020-2021 (ayant servi à la L.P.M ), appliquée linéairement en 2022-2023, ça donne ce tableau.

    TOT 2019 2020 2021 2022 2023
    1,3% 1,6% 1,7% 1,7% 1,7%
    BUD 2019/INFL 185.56 35,90 36,47 37,09 37,73 38,37
    L.P.M 197.80 35,90 37,60 39,30 41,00 44,00
    ECART 12.24 1,13 2,21 3,27 5,63
    CUMUL +6.6 % 3,33 5,48 8,91

    La poursuite du budget 2018 ( 35M€) sur 2019-2023 inflatés nous donne 185,56M€. La L.P.M 197.80M€. le gain facial est donc de 12.24M€, dont 2.92M€ d’inflation.

    Et encore faudrait-il se souvenir que l’inflation des prix du matériel et du M.C.O est bien supérieure à 1.7%. ( voir un de mes posts précédents ).

    Si l’on peut ( doit ) se réjouir des volontés et des engagements, le diable se cache dans les détails et l’art budgétaire est tout d’éxécution.

    • LEONARD dit :

      Désolé pour la présentation des chiffres, tout a été concaténé par ce p^^^n de logiciel éditeur, malgré mes efforts.
      Un suggestion d’amélioration pour notre hôte, que je remercie au passage pour son travail.

      • ji_louis dit :

        Pas possible. Si les commentaires peuvent mettre en place de la mise en forme, alors ils peuvent envahir les écrans.
        La prochaine fois, mets des tirets bas _ en guise de séparations ou d’espaces pour formater un tableau.

  21. vrai_chasseur dit :

    Le vrai débat c’est le beurre ou les armes.
    les armes c’est le budget défense à 1,8% du PIB, le beurre c’est les subventions sociales à 32% du PIB (le ‘pognon de dingue’).

  22. Lassithi dit :

    Ben moi, je ‘était pas CEMA, mais depuis Sarkozy (voire Chirac avec sa grande idée de suprimer le SN), je me suis bien rendu compte de la trajectoire qu’empruntaient nos chers gouverneurs de la province France, amènerait à deux problème majeurs.
    – l’incapacité de nos armées à honorer leur contrat opérationnel
    – l’incapacité a régénérer le matériel et ces bon Dieu d’hommes et de femmes qui les servent.

    Casser est facile, reconstruire difficile et même souvent impossible avant longtemps, les exemples issus de notre histoire sont légions.

    Maintenant, viennent s’ajouter les contraintes imposées par le dikat bruxellois de l’UE, autant dire que dans un pays où un étudiant s’immole par le feu dénonçant les causes de sa situation misérable, reconstruire est impossible. On ne répare déjà pas nos réseaux routiers, alors…

    Pensez maintenant comme les européistes que les fonds Européens sont la solutions, eh ben désolé, mais c’est de notre pognon dont il s’agit.
    C’est comme le budget de l’UE, on donne 24 Md€ pour en recevoir 13. Manque 9 Md€. Avec le départ du RU, ça va être pire. Mais l’européiste oublie sciemment d’en parler, c’est vient écorner le dogme.
    Donc de plus en plus de contrainte , pour nos armées ce qu’évoque son CEMA, ce n’est malheureusement que de la rhétorique.
    Il faut toujours parler des problèmes, quand ce n’est pas à soi-même de les résoudre.

    Il faut donc reprendre notre liberté d’action et nouer des partenariats avec les autres pays, comme c’était le cas au temps du Transall, d’Euromissile ou des grands programmes d’hélico. Ce temps qui a fait Airbus, Ariane,…
    On à déjà trouvé 9 Md€ par an…

  23. werf dit :

    Ce n’est pas de la masse qu’il faut mais de l’intelligence stratégique, de la qualité des armes et surtout ne pas multiplier les théâtres d’opérations. On a tout faux sur tous ces aspects. Quant à privilégier les OPEX, c’est une armée de pauvres, inefficace, car même pas capable de faire du bon renseignement de terrain. Elle donne bonne conscience aux états majors et aux politiques et permet de faire de belles images pour les chaînes télé… Mais le prix humain à payer est élevé (549 morts) pour des résultats médiocres. Quant à l’armée « sentinelle », elle fait fuir les éventuelles recrues, sous payées en plus par rapport aux OPEX. Tout est dit. rajoutez y le problème des retraites et vous aurez compris la situation digne de la grande muette.

  24. revnon au sujai dit :

    @polyméres
    non, le budget de la défense n’a pas besoin de doubler, ce qu’on demande aux armées , c’est la défense de la France et qu’il s’agisse de bordurosyldaves ou l’Afrique du centre nord du milieu, basta !
    mais l’argent sauvegardé sera utilisé pour améliorer tout ce qui dans ce pays part en couille et des samu, à l’EN, voire , faisons un rêve, permettra de baisser la pression fiscale sur les entreprises et les particuliers et de relancer la machine industrielle et l’emploi.
    Influence ? foutaises ! notre propension à donner des leçons nous fait détester et notre aveuglement fait de nous la marionnette des allemands qui nous manipulent à leur gré et puis quel besoin d’influence à l’intérieur d’un bidule qui fonctionne erratiquement et qui lèse systématiquement les intérêts français; le bidule vit sa vie, nous la notre et on échange quand il ya un intérêt mutuel.
    puisque vous parlez des Brits , je suis prêt à parier que, dans 6 ans, ce seront eux qui nous tailleront des croupières. Gloire à la philosophe et penseur Tatcher pour sa pensée flamboyante : I want my money back !
    Unee dernière pour la route
    http://www.ina.fr/video/I08098577
    l’héritier de « la voix de son maitre a été condamné pour trahison

  25. Loïc dit :

    Finalement, ce CEMA est beaucoup moins facile que sont prédécesseure… L’armée et la France ont la chance d’être tombé sur un vrai militaire!

  26. Themistocles dit :

    C’est très précisément parcellaire que les russes sont conscient qu’ils ne peuvent égaler la supériorité navale de l’O.t.a.n qu’ils ont besoin de connaitre notre niveau de saturation en ASW ( anti submarine warfare) Seuls les US , français, norvégiens et canadiens disposent d’avions de patrouille capable d’opérer sur l’Atlantique Nord. Les autres nations font de la figuration dans le domaine. Les anglais viennent juste de percevoir leurs premiers P8 et sont loin de disposer des équipages entraînés pour les employer. Reste quelques frégates ASW mais seules quelques nations ont un niveau d’entrainement suffisant. Et enfin les sous-marins, la encore cela ne concerne que le trio de tête de l’o.t.a.n , a savoir les US, les français et les anglais. Au final, cette stratégie du faible au fort a de bonnes chances d’être la bonne. Lorsqu’un oscar Il (classe sverodinsk) aura gagné un bonne position de tir pour ses 24 missiles anti-navire kalibr les lignes de communications transatlantiques ne seront plus sécurisées. A moins que la cible ne soit un CSG US (carrier strikes group) ou bien les installations portuaires is elles-mêmes…