L’option de doter la Marine nationale de deux porte-avions à propulsion classique n’est pas écartée

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

218 contributions

  1. werf dit :

    Faudra-t-il des PA en 2030-2050 ? Voilà la vraie question d’autant que leur vulnérabilité ne fera qu’augmenter avec les progrès des missiles hypersoniques et des sous marins d’attaque de plus en plus silencieux dotés de drones sous-marins ultra performants… Quant aux pertes éventuelles de compétence, c’est déjà le cas nous perdons tous les jours un peu plus notre outil industriel militaire qui est racheté par des concurrents européens (Allemagne, Italie, Espagne), un comble. Nous ne pourrons conserver ces « bijoux » très longtemps car nous n’avons pas les moyens financiers pour les conserver. C’est le business qui prime pas la stratégie militaire ou la souveraineté politique…

    • Requin dit :

      J’aime beaucoup les réflexion des gens qui n’ont pas pris le temps d’étudier 5 minutes le rôle des porte-avions de ces 70 dernières années.
      Il ne s’agit pas de les engager contre la Chine mais de servir de base aérienne projetée dans des conflits régionaux. Là où l’armée de l’air n’arrive pas à déployer 15 avions en opex sur 1 seul théatre d’opération, le CdG peut en apporter entre 24 et 30 suivants les besoins.
      Exit donc les fantasmes de missile hypersonique ou autres qui seraient de toute façon combattu avec d’autres moyens.
      Quant aux pertes de compétences, dans le monde militaire on ne perds que ce dont on a plus besoin. Plus personne n’a aujourd’hui la compétence pour concevoir un cuirassé mais tout le monde s’en fout.
      La réalité c’est que cela fait 40 ans qu’on a pas conçu un nouveau réacteur naval en France et que cela n’a pas empêché celui-ci d’évoluer et d’avoir les compétences pour le faire.
      Votre remarque est d’autant plus sans intérêt que ni l’Allemagne, ni l’Italie, ni l’Espagne ne s’intéresse au nucléaire militaire, qu’il soit de production d’énergie ou d’armement.

      • Électeur dit :

        Requin, je crois comme vous que le PA sert de base aérienne projetée dans des conflits régionaux. Je le crois parce qu’il n’a aucune chance de survivre plus de cinq minutes dans un conflit de haute intensité : il disparaîtra corps et bien, sans laisser de traces, sous l’effet d’un tir nucléaire qui restera ignoré de tous.
        .
        Le PA est une arme de conflits régionaux et limités, on est d’accord. Par conséquent je recopie ce que j’écrivais ici même il y a deux jours : « la vraie question, c’est un PA (ou deux) pour faire quoi ?
        Notre politique militaire va-t-elle consister encore longtemps à « casser du bougnoule » (dixit Régis Debray) en supplétifs des Américains ? »

        • Requin dit :

          Ahhh
           » « casser du bougnoule » (dixit Régis Debray) en supplétifs des Américains ? » » … Comme si depuis des siècles la France avait eu besoin des Américains pour déclencher des hostilités en Afrique ou ailleurs. On pourrait même aller plus loin en partant de la Grèce et de la Rome Antique qui ne se sont pas gêner pour mener des campagnes militaires sur la rive Sud de la Méditerranée. Alexandrie, en Egypte tire bel et bien son nom d’Alexandre le Grand !!!
          Plus tard, les Musulman nous ont rendu la pareil en envahissant le sud de l’Europe.
          Puis, avec les Anglais, nous avons coloniser l’Afrique et une partie de l’Asie. La décolonisation, non sans guerre, n’a pas empêcher la France de continuer de faire ce qu’elle voulait en Afrique pendant des décennies. Quitte à mettre des dictateurs en place là où ça l’arrangeait.

          Tout cela sans l’aide des USA.
          Étonnant, non ?

          Bref, votre gars n’a pas du souvent ouvrir un livre d’histoire.

          L’Europe est relativement stable d’un point de vu politique et militaire depuis la fin de la 2e GM, cela au départ justement sous une forte contrainte des Américains qui après deux guerres mondiales en avaient « un peu » marre d’aller mourir pour sauver les descendants de leurs propres ancêtres. D’autant que la menace soviétique était là. Il n’était donc pas question pour eux de laisser la France et Allemagne se mettre sur la gueule une énième fois depuis Napoléon.

          Reprocheriez-vous (ou ce type) donc aux USA d’avoir mis fin à deux millénaires de conflits intra-européen ?

          Aujourd’hui, peut-on dire que l’Afrique, le Moyen-Orient et le Proche-Orient sont politiquement et militairement stable ?
          La réponse est évidement non ! Idem pour l’Amérique Centrale et du Sud.

          Ce qui touche ces zones a-t-elle un impact direct en Europe et aux USA ?
          Il suffit de regarder la crise migratoire actuelle pour avoir une réponse. De même que la politique de l’Iran n’est pas sans nuire à nos approvisionnements énergétiques. Cela alors que les Gilets Jaunes veulent consommer, consommer, et encore consommer !!!

          La France est donc condamné, avec les autres pays concerné, dont les USA, à intervenir dans ces zones. Cela dans SON PROPRE INTÉRÊT.
          On est donc pas prêt de pouvoir ce passer de porte-avions. C’est pour cela aussi que les Anglais viennent d’en construire deux nettement plus gros que le CdG.
          La Chine se lançant dans la construction de PA à la chaîne, l’Inde devrait suivre en réponse.

          Si vous vous croyez dans un monde en Paix, c’est « un peu » loupé.

      • dolgan dit :

        Vous confondez rôle et usage. (en argumentant mal derrière en plus, mais passons).
        .
        C’est comme dire que le rôle des SNLE c’est de faire des ronds dans l’eau car c’est le seul usage qu’on a fait d’eux depuis qu’on les possède.
        .
        Ou que le rôle du futur MBT sera juste de participer à des compétitions internationales de char.

        • Requin dit :

          MDR
          Le but des SNLE est précisément de ne pas avoir a faire feu. C’est le principe même de la DISSUASION NUCLÉAIRE.

          On ne peut pas en dire autant d’un PA qui en 18 ans de service a déjà délivré une quantité énorme de munitions.
          Mais c’est certainement pas avec un ou deux PAN que la France, pays de 70 millions d’habitants, va aller envahir la Chine. Pays de 1,3 milliards d’habitants.
          L’intérêt militaire du nucléaire pour un PA français que ce n’est même pas l’argument principal des pro-nucléaires mais uniquement une pseudo perte de compétence. Cela alors que le K15 a été conçu dans les années 80. Autrement dit, la quasi-totalité des personnels qui ont bossé sur sa conception sont aujourd’hui en retraite ! Si perte de compétences il devait y avoir, et bien elle a DEJA eu lieu !!!
          Sauf qu’évidement ce réacteur a parfaitement su évoluer depuis 40 ans en fonction des BESOINS pour les sous-marins. Même le projet de K22 cherche plus à améliorer l’autonomie et le temps entre deux recharges de réacteur que la puissance en usage réel.

          Évitez donc de vouloir donner des leçons sur des problématique dont vous ne connaissez rien.

  2. Robinson dit :

    On pourrait imaginer une coopération Franco-Allemande pour ces nouveaux PA, avec propulsion optionnelle : le PA Français à chaudières nucléaires, le PA Allemand à chaudières charbon.

    • Requin dit :

      Les Allemands ne construiront pas de porte-avions avant des décennies. C’est un système d’arme strictement offensif et donc politiquement trop incorrecte pour eux.
      Quant au charbon, comment dire…. non en fait, je préfère m’abstenir

  3. Europhobe ex-europhile dit :

    @ werf : les moyens financiers, nous les avons si nous voulons (et je sors un peu du sujet mais pas trop).
    Nous ne les avons plus vraiment depuis 1972, lorsque Pompidou et Giscard nous enfermèrent, sans nous demander notre avis, dans le SME qui interdisait au franc de trop s’écarter du Deutschmark..
    .
    Dès lors nous ne pouvions plus fabriquer de la monnaie pour équilibrer notre budget.
    .
    Aujourd’hui nous pourrions fabriquer de l’€uro pour financer notre défense (qui profite d’ailleurs à nos « partenaires » européens).
    .
    Mais lesdits « partenaires » ne veulent pas car ils ont besoin d’une monnaie forte pour leurs importations massives et vitales d’hydrocarbures.
    (Et j’ajoute au passage que les US aussi, veulent un €uro fort pour que nos exportations soient moins concurrentielles).
    .
    Par conséquent, avec notre classe politique euro-atlantiste, vous avez hélas raison : nous n’avons aucun espoir de disposer des finances qu’il nous faut.

    • Requin dit :

      MDR, comme si un déficit en Franc était différent d’un déficit en Euro ou en Deutschemark. Je suis plié en deux devant cette imbécillité. Imbécillité d’autant plus crasse qu’avec la même monnaie, l’industrie allemande se porte à merveille ainsi que l’économie de ce pays qui n’affiche plus de déficit budgétaire annuelle depuis plusieurs années.
      Mais vous avez raison, la médiocrité française en économie, c’est nettement mieux…

      A bon entendeur

      • Europhobe ex-europhile dit :

        @ Requin, votre raisonnement est simpliste (je passe sur les noms d’oiseau dont vous me gratifiez) parce que justement non, un déficit n’est pas le même selon la monnaie : si nous faisons marcher la planche à billet en €uros (en abrogeant la loi de 1993 dite « sur l’indépendance de la Banque de France ») alors l’inflation sera modérée parce qu’elle sera absorbée par l’ensemble de la zone €uro : le SME nous paralysait, au contraire l’€uro nous permet de financer nos dépenses de défense en obligeant nos « partenaires » — contents ou pas contents — à partager la charge.
        .
        Ce que je dis là est totalement contraire aux doctrines économiques euro-atlantistes et par conséquent aucun étudiant en économie depuis quarante ans n’a pu être bien noté en défendant cette position.
        Mais réfléchissez en oubliant les axiomes que l’on vous a enseignés et vous comprendrez.
        .
        Bien sûr, si vous qualifiez de « médiocrité française » (sans savoir qui est votre interlocuteur) un point de vue qui est contraire aux théorèmes qui vous ont été enseignés et que vous refusez de remettre en question, alors ne vous donnez même pas la peine d’essayer de comprendre ce que l’on vous dit.

      • Plouc putatif dit :

        « Requin », ce que vous ne comprenez pas n’est pas une imbécillité.
        L’imbécile est celui qui ne comprend pas.

  4. Paul Bismuth dit :

    On parlait de ZEE (article fermé):
    https://youtu.be/XaYNpgX15Gk