CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Sommet du G7 à Biarritz : Les mini-drones font désormais partie des menaces à considérer

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

44 contributions

  1. garance dit :

    Bref le trouillomètre est au max. Etonnant pour des gens si adulés. Que la fête commence.

    • Nobody dit :

      Plus vulgairement : la chiasse au cul ! (comme pour les collabos après le débarquement des alliés durant la 2eme guerre mondiale)

      • Czar dit :

        Ou, puisque vous souhaitez tellement filer la métaphore historique, celle qui collé au cul du personnel politique de la troisième République, vert de trouille, lorsque les Allemands hermétiques à ses martiales déclarations de démocratie belliqueuse sont entrés dans la capitale de la France, quand bien même celle-ci changeait de place chaque semaine.

      • Robert dit :

        Nobody,
        Lors de l’épuration, il y eu beaucoup de victimes de règlements de compte arbitraire qui n’avaient pas été collabos, les premiers avaient un nom à particule ou étaient opposants politiques aux communistes voire simple victimes de dénonciation calomnieuse. Il y a eu nombre de meurtres après tortures sadiques, viols avant meurtre, et de meurtres de parents de collabos qui n’avaient rien à se reprocher. D’après Adrien Tixier, autour de 100 OOO morts, il se vantait même d’avoir fait plus que la Terreur.
        « C’est cet amiral en retraite, proche du maréchal Pétain, que les épurateurs vont écarteler entre deux camions en le brûlant à la lampe à souder. C’est le comte Christian de Lorgeril, parent de d’Estienne d’Orves, mais à qui on reproche son château et ses idées monarchistes. Il est arrêté le 22 août 1944 : « Complètement nu, le malheureux dut s’asseoir sur une baïonnette. Puis il eut les espaces métacarpiens sectionnés, les pieds et les mains broyés. Les bourreaux lui transpercèrent le thorax et le dos avec une baïonnette rougie au feu. Le martyr fut ensuite plongé dans une baignoire pleine d’essence à laquelle les sadiques mirent le feu. Leur victime s’étant évanouie, ils le ranimèrent pour répandre ensuite sur ses plaies du pétrole enflammé. Le malheureux vivait encore. Il devait mourir, 55 jours plus tard, dans les souffrances d’un damné… ».
        Les justiciers bourreaux auraient pu être dans l’autre camp à commettre les mêmes atrocités, mais ont sûrement eu leur carte de résistance. Beaucoup étaient communistes, issus des brigades internationales, et s’étaient déjà illustrés en Espagne.
        http://www.resiliencetv.fr/?p=19374

  2. ScopeWizard dit :

    Mais même à l’ époque de l’ aéromodélisme , donc avant les drones en vente libre ce qui doit nous ramener pratiquement dès le lendemain de la Seconde Guerre Mondiale , ce type d’ engins volants radiocommandés pouvait s’ avérer potentiellement très dangereux , certains pouvant atteindre et même dépasser les 4 mètres d’ envergure , ça fait grand , pour 200 voire 250 km/h , c’ est rapide , le tout pouvant être radio-piloté à plus d’ 1 km de distance ( en gros , tant que tu as du visuel …. ) !

  3. Nicolas lala dit :

    Le laser, que ce soit anti missile, anti drone etc… sera surement l’arme du futur, avec les progrès dans « l’optique adaptative » pour remédier aux problèmes des nuages etc… (voir les travaux de l’onéra à ce sujet) ça sera peut-être possible, car c’est la seule arme à ma connaissance capable de gérer des menaces que les autres systèmes sont pas capable de gérer, le missile anti-missile est une arme barbare et vite dépassé par des missiles très manoeuvrants et/ou hyper rapides, et ça devient même un exploit encore plus dingue d’intercepter ces missiles avec un autre missile plutôt qu’avec un laser j’ai l’impression.
    Un laser hyper puissant et précis, serait le meilleur bouclier contre des salve de missiles…
    Evidemment il y a du chemin, ça passera surement d’engin énorme à des laser de plus en plus miniaturisé, bref c’est comme pour tout.
    C’est pas une arme imaginaire, c’est quelque chose qui doit juste être perfectionné.
    Et pour rêver un peu, j’imagine un avion solaire volant des semaines au dessus du territoire armé de ce méga Laser… (car un laser à basse altitude ne peut pas taper très loin)

    • ji_louis dit :

      Le LASER n’est une arme possible que parce que les cibles ne sont pas protégées contre l’excès de chaleur de l’impact du rayon lumineux. Un missile qui est déjà protégé contre l’échauffement du aux frottements à grande vitesse avec l’air ne craint pas le LASER.
      https://www.youtube.com/watch?v=tyUh_xSjvXQ

      Et pour quelque chose de plus lent qu’un missile, il existe des parades efficaces (radiateurs, déflecteurs).

    • PeterR dit :

      question bête : comment fait un laser de ce type pour cibler un missile qui vous arrive dessus à vitesse supersonique ? Un missile anti missile a un autodirecteur intégré, des capteurs de proximité et il explose quand il croise le missile adverse en projetant une nuée de débris qui le shoot. J’imagine qu’entre 1 à 10 de mètres ça suffit. Là il va falloir que la station au sol cible un truc qui fait dans les 30 cm de diamètre. Mes souvenirs de géométrie me disent que pour taper dans une cible de ce type à distance raisonnable il va falloir une précision de démon. Si il y arrive de loin il pourra l’aveugler et lui faire manquer sa cible (en plus dans le cas d’un détecteur IR celui ci possède un filtre optique très étroit sur la longueur d’onde qu’il observe. Pas sur que le laser qui sera sur une autre longueur d’onde puisse aller aveugler la capteur. J’imagine que des parades seront vites trouvées en jouant sur l’aspect très mono chromatique du laser). Si le laser balaie l’espace son énergie sera diluée au carré de la surface => énergie surement insuffisante pour détruire un missile. Si c’est à proximité immédiate (à supposer qu’une station sol soit là !) il n’aura surement pas le temps de le détruire et de toute manière un engin comme ça qui pète à proximité et dans une zone habitée fera des dégâts considérables. Je me rappelle des missiles patriots qui faisaient des fois plus de dégâts que les scuds qu’ils essayaient d’intercepter. Les habitants se prenaient le scud ET le patriot sur la gueule.
      Bref intuitivement je me dis que ce n’est pas gagné. Il faudra le laser ET les systèmes pour cibler avec une très grande précision ET les asservissements ad oc pour suivre une cible hyper véloce. Les ingés on du pain sur la planche. Pour des petits drones cela devrait quand même pouvoir faire l’affaire j’imagine

    • wagdoox dit :

      l’optique adaptative ne résout rien aux « problèmes de nuages » mais permet simplement de compenser la diffraction de l’atmosphère. Le nuage devra toujours être « traversé » par le laser, donc chauffer donc perte de puissance.
      Mais effectivement le laser défensif à de l’avenir puisque fonctionnant à des distances relativement courtes.
      Le brouillage reste un moyen efficace et déjà existant pour parer les menaces que vous évoquez.

  4. Pravda dit :

    Du boulot pour le CPA 20 et l’EH 5/67

  5. PK dit :

    Les finances sont vides mais la France dépense des dizaines de millions d’euros pour organiser cette farce…

    • Nihilo dit :

      Donc, ce que vous n’arrivez pas à dire derrière votre critique – provocation, c’est que la France devrait ne plus recevoir les G7. OK. Donc dans 10 ans on entendra moins parler de la France au niveau international et son influence se sera relâchée. Mais vous répondrez « au point où on en est … ».

      • PK dit :

        Vous faîtes toujours les questions et les réponses ? Au moins, vous ne devez pas vous ennuyez tout seul…

        • Frédéric dit :

          Non, Nihilo a totalement raison. Les râleurs professionnels défaitistes déclinistes qui passent leur temps à gémir sur les réseaux sociaux devraient prendre des vacances.

  6. lym dit :

    Le 14 juillet, à part les sifflets visant gérontophile 1er (et non les militaires comme, dans sa grande « honnêteté », il l’avait ensuite dit) et qui n’avaient rien d’un véritable imprévu vu le contexte et le passif de l’intéressé, il s’est passé quoi de notable?!

    • Nihilo dit :

      Si vous le savez pourquoi ne pas nous instruire ? Et ensuite nous expliquez le lien que vous faites avec le G7.

      • Ouranos dit :

        Eh bien… disons que gérontophile 1er (le 14 juillet), et les autres pitres entourés de leurs fort coûteux courtisans (au G7), forment le même théâtre de tristes marionnettes qui nous la jouent « action de l’Etat » alors que l’Etat est désormais entre les mains d’un pouvoir strictement bancaire. Vous savez ?… Le Bilderberg, la Trilatérale, le CFR… Donc oui, il y a un certain lien entre les huées du 14 juillet et celles du G7… Mais le peuple a compris que derrière la force et la répression, ce ne sont que quelques pantins discrédités qui se prennent pour des princes, jouets d’une petite oligarchie anonyme au dessein messianique.

  7. Plusdepognon dit :

    Sans oublier la future menace de la trottinette kamikaze… Le terrorisme vert, c’est moins effrayant ! La « TIED », tout un programme, non ?
    Spéciale dédicace à TINA 2009, qui avait fait un commentaire l’année dernière sur ce mode de locomotion pour les armées françaises (+ les vélos électriques version VTT,…) et qui ne s’était même pas pris une volée de bois vert…
    http://forcesoperations.com/la-trottinette-electrique-des-trottoirs-parisiens-aux-terrains-de-manoeuvre/

    Choisissez si vous voulez rire ou pleurer…

    • Max dit :

      Ca tracte 250 kg quand même ! Ca en fait des bières…

      • Plusdepognon dit :

        @ Max
        Oui, mais la cervoise tiède, c’est juste bon pour les grands-bretons ! 🙂

        Plus sérieusement, la masse des combattants est importante, ainsi que l’indifférence aux pertes humaines.
        Nous pouvons avoir le meilleur équipement. Mais un soldat occidental ne fera jamais aussi peur à une population que dix assassins depenaillés prêt à toutes les atrocités. Surtout qu’ils vivent au milieu d’eux et ont de telles conditions d’existences que nous n’en cauchemardons même pas.
        https://youtu.be/U2tGm8kPIm0

        https://youtu.be/KPMZdUg2GjM

  8. Robert dit :

    C’est dur d’être tellement aimés par les citoyens qu’il faut se donner tant de mal pour se protéger de leur affection débordante.
    Je suis à peine ironique et bien sûr je ne pense ni aux terroristes ni aux anarchistes.

    • ji_louis dit :

      Les exigences du service de protection du POTUS sont à la fois pointues, étendues et draconiennes, mais ils ont quelques raisons d’agir ainsi, et de l’expérience (parfois malheureuse). Les autres dirigeants n’ont pas ce niveau d’exigences. J’ai pu m’en rendre compte de TRÈS près à la COP21.

    • Nihilo dit :

      Provocation sans intérêt.

    • PK dit :

      La République a toujours craint le bon peuple français, aujourd’hui incarnés par les gilets jaunes, tandis qu’elle a toujours fait amie avec une frange pitoyable de ‘l’extrême-gauche, incarnée par les black blocs… Résultat : arrestation préventive pour les uns, laisser-faire pour les autres…

      Dis-moi comment tu traites quelqu’un et je te dirais qui tu crains…

      Le G7 ne craint rien des ultra-mondialistes… C’est du vent pour enfumer le péquin lambda. C’est ce dernier sa seule crainte, car s’il se rebellait, ces nantis boiraient le bouillon.

    • précision dit :

      Ironie à part, je crois que c’est une constante pour les présidents de la Ve: De Gaulle au petit clamart, Chirac aux champs élysées (je passe Mitterand et la tragicomédie de l’observatoire): tous les chefs d’états français ont de sérieuses raisons pour se protéger, indépendemment de toute (im)popularité.

      • PK dit :

        Seul De Gaulle a vraiment craint quelque chose… Tout le reste était n’importe quoi, Chirac compris. Les Présidents de la RF n’ont jamais rien eu.

        Mitterrand a fait une psychose, (rappel : avant, Giscard, qui n’avait rien d’un homme du peuple, allait amener ses pompes tout seul chez le cordonnier en face de l’Élysée), créé la Cellule Élyséenne et depuis, ils se pissent tous dessus.

        Rappel : pour se présenter devant le roi de France, on fournissait une épée à ceux qui n’en portaient pas.

    • Lagaffe dit :

      Amusant.
      Il est impossible pour un dirigeant quel qu’il soit d’être « aimé » par 100 % de sa population, son rôle est de faire des choix économiques, sociaux et politiques dans la limite du budget de l’Etat et en espérant que le nombre de gagnants dépassent celui de perdants… afin de remporter la prochaine élection.
      Parce qu’on est en démocratie.
      Cette règle ne s’applique pas aux dictateurs à vie qui sont « aimés » par 99 % de la population selon leurs sondages officiels. Le 1 % restant étant forcément des « agents de l’étranger » fort utiles pour justifier l’absence d’état de droit, la torture, la censure, etc…

  9. MAS 36 dit :

    Pour un « sommet » qui accouchera d’une souris comme d’habitude , ça fait beaucoup de moyens , 13000 hommes , et donc un certain budget.

    J’aurais aimé autant de moyen pour protéger l’Arc de Triomphe et les Champs Elysées.

    Qu’ils fassent leur raout sur une île déserte ça arrangera tout le monde.

    • Électeur dit :

      Bonne idée, l’île déserte. D’autant que nous en avons beaucoup et que, sur certaines, notre souveraineté est contestée : ce serait un bon moyen d’y faire tacitement, par la simple présence des participants, confirmer notre souveraineté.

  10. Patatra dit :

    Durant les deux guerres mondiales les ball trap faisait partie des exercices types pour appréhender le tir avec déflexion…
    Aujourd’hui, il prend littéralement tout son sens.
    Du coup, verney-caron semble tout indiqué, dans son coeur de métier pour fournir nos armées. 🙂

  11. Nnd dit :

    Il y a 6 ans….. Je me souviens avoir sourri mais encore loin d’imaginer ce que certains en feraient à si court terme.
    https://www.dailymotion.com/video/x14rlqw

    C’est effectivement une vraie menace pour un évènement si protocolaire.
    Dans le meilleur des cas, on vole la vedette et attire l’attention sur un message par le buzz créé.
    Dans le pire ces cas, on touche dans le mille de façon violente.

  12. Robert dit :

    Lagaffe,
    Les dictateurs et autres autocrates ne prétendent pas, ne serait ce que par leurs méthodes de gouvernement, être proches du peuple et ne pas le craindre. Nous sommes dans un régime dont le chef va dans la rue sans cesse serrer des mains, engage des gens de « la société civile », prétend organiser des réunions dans toutes les villes pour écouter » les revendications citoyennes » et, pour une réunion qui va décider du sort du monde, bloque au moins la moitié d’une ville.
    Sous la royauté, n’importe qui pouvait louer une épée et aller à Versailles rencontrer directement le roi sans prendre de rendez vous.
    Sans pousser plus loin, disons que c’est un paradoxe qu’ils aient tant à craindre nombre de revendications toujours plus exacerbées alors qu’ils se disent être plus près du peuple que leurs prédécesseurs.
    Je ne parle pas du terrorisme, dont les moyens de prévention ne sont pas contestables, ni même des casseurs, mais du peuple, des manants, des gueux, enfin de ceux dont nos dirigeants prétendent être l’émanation légitime par le suffrage universel.
    Macron est passé maître dans l’art des faux bains de foule avec des militants assemblés en urgence, des réunions populaires avec des figurants, des courtisans présentés comme la société civile. Ceci sous un régime étatisé qui prétend prendre toutes les places face à l’individu roi. Je pense que cette peur et cette violence sont précisément nés de cette disparition d’une saine hiérarchie et des communautés naturelles de destin.
    Mais ceci n’est qu’un point de vue que je partage.

  13. didixtrax dit :

    Du coup le front est dégarni ailleurs pour les barbus modérément modérés.

    Amis « revendicatifs » ou « anarchistes », GJ ou autres : drones ou ballons largueurs de papier alu ou de fleurs papier ; « bougies chinoises », … j’espère qu’ils mettront un bordel à la mesure de celui subit par la population (ça remonte jusqu’à Bordeaux leurs « mesures de sécurité »).

  14. pepel_WASSKA dit :

    Ce qui n’est pas malin est de faire cela à Biarritz alors que la saison touristique n’est pas finie. Il doit y avoir sur place des milliers de gens, et ce ne serait pas difficile pour des personnes mal intentionnées de se glisser au milieu. La dernière réunion à Cannes était hors saison.

  15. Mercure dit :

    L’émotion autour des drones, c’est seulement un effet de mode.
    Depuis longtemps l’aéromodélisme pouvait, comme le font les drones aujourd’hui, faire planer une insécurité plus ou moins réelle sur n’importe quoi (filmer une centrale nucléaire, attenter à une rencontre de chefs d’Etat, ou autres actions et autres objectifs).
    Le drone n’a rien de fondamentalement nouveau dans le domaine de l’insécurité.
    Mais c’est la mode.
    Comme d’ailleurs (bref hors sujet) les astéroïdes géocroiseurs plus ou moins menaçants : il y en a toujours eu mais c’est un sujet à la mode

  16. Ouranos dit :

    « …en raison du conflit en Ukraine et de l’annexion de la Crimée, la Russie n’est plus conviée à ce type d’événement. Et, par rapport à 2011, une nouvelle menace a fait son apparition : celle des mini-drones. »
    …. AAaaaaarrrff !… Mdrrr !

    « …nos priorités, lors de l’intervention, restent la proportionnalité, la graduation et le respect du droit ».
    …. AAaaarrrrfffff !!!…. Oh putain, que c’est bon de rire !

  17. Faublas dit :

    Soyons pragmatiques, un essaim de drones, un affut quadruple de cal 12, avec des machins genre AA12 à bande, ça doit le faire, simple, pas cher. C’est du tir de saturation, mais face à une volée de plomb (du 4 par exemple) le drone doit faire une sale tête.
    Quant à la direction du tir, un basique tir visuel peut suffire, puisque le but est de faire un mur, pas besoin de technologie de pointe.

    • Robinson dit :

      Et quand le mur retombe par terre en zone urbaine ?

      • Vendredi dit :

        Sur n’importe quelle proposition l’on peut toujours trouver ce genre d’objection « oui mais dans tel cas ? »
        Et si l’ennemi se planque dans les caves ? Et si, et si…