CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

Le général Lecointre précise les limites à l’expression des militaires

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

67 contributions

  1. Raymond75 dit :

    Vous avez compris : si vous avez le sentiment que l’on vous engage dans des actions inutiles, ou pour lequel rien n’est prévu pour la suite, ou qui vous rappelle une ancienne OPEX dont les résultats furent douteux, prenez rendez vous avec votre général, ou mieux avec le chef d’état major, qui vous prêteront une oreille attentive.

    Idem bien entendu si vous considérez que vos conditions de vie ne vous respectent pas, ni vous ni votre famille.

  2. Sam dit :

    Le père Lecointre vient de se tirer une balle dans le slip ! Ce discours va lui faire perdre l’adhésion de tous ses officiers, en dehors des leches-bottes des cercles parisiens ! On se demande ce qu’il espère gagner…

  3. Plusdepognon dit :

    Silence dans les rangs. Mollo sur les critiques et fortissimo sur les louanges. Reçu.

    Y a-t’il un rapport avec cet article (histoire du mois de janvier ) sur un article publié dans une revue doté d’une ligne éditoriale et l’actualité ?

    Parce qu’en tirant par les cheveux, je me disais devoir de reserve, patati patata… et pouf :
    https://www.lepoint.fr/societe/polytechnique-le-commandant-de-promo-se-lache-sur-facebook-24-07-2019-2326424_23.php
    Google, c’est pire qu’un indic de la deuxième guerre mondiale.

    Parce que le fait que le flicage sur internet existe, ok. Mais les géants d’internet ont un coup d’avance sur les Etats :
    https://www.nouvelobs.com/tech/20180502.OBS6042/facebook-google-tous-fiches.html

    1984 est un conte pour enfants par rapport à ce que permettent nos technologies:
    https://youtu.be/Xmy3_QIGOe4

  4. Robert dit :

    Le général ne couvre pas des décisions politiques « fâcheuses » que n’aurait pas supporté le colonel Legrier ?
    Oui, je sais, un subordonné obéit et on est en république, la souveraineté du peuple qui élit ses représentants…

  5. Castel dit :

    A ma connaissance, il n’y a pas une armée dans le monde qui n’ exige pas un devoir de réserve à ses officiers…..
    Et ce genre de polémique ne peut d’ailleurs à mon sens survenir que dans un état de droit, car dans les autres, la presse n’aurait de toutes façons pas accès à ce type d’information !!

  6. Arnaud dit :

    c’est la fin de toute pensée et réflexion stratégique en France.

    • Castel dit :

      Au contraire !!
      Mais les pensées et réflexions stratégiques, ne concernent que les militaires !!
      Il n’y a donc aucune raison de les étaler sur la place publique…..
      Ceci doit d’ailleurs être vrai dans la pus-part des pays du monde, étant entendu qu’un éventuel ennemi ne doit pas être au courant des éventuelles divisions internes, qui pourraient être utilisé par celui-ci le moment venu !!

  7. Jean Valjean dit :

    Est-ce-que les militaires peuvent avoir un avis sur la profanation du Panthéon, de la statue du gal De Gaulle, ou celles des généraux de 14-18 décapités, des églises qui brûlent? En faite, est-ce-qu’il y a un pilote dans l’avion? Je n’ai aucun doute sur le fait que vous avez déjà vu un film de gladiateurs, mais savez-vous quel est le but de la défense national? Le doute ma bite!

    • Plusdepognon dit :

      @ Jean Valjean
      Laissez Lucie faire… (mathieu 12.26) 🙂

    • Castel dit :

      Comme tout citoyen, un militaire a le droit de s’indigner sur ce qui s’est passé récemment dans son pays, mais lorsqu’un officier de haut rang, comme le Colonel Legrier,met en doute sur la place publique les décisions de l’Etat-major, moi, je trouve qu’il y a un problème, car, comme je l’ai écrit un peu plus haut, l’ennemi, sachant qu’il, y a des divergences internes dans le commandement, peut essayer d’en profiter…

      • Jean Valjean dit :

        Si le col Legrier considère que la solution était un peu trop baroque, c’est tout à son honneur, surtout si il avait une autre solution. C’est comme le Titanic, quand on veut aller plus vite que la musique pour faire plaisir aux ronds-de-cuir, et bien forcément on peut pas faire dans la dentelle. La théorie qui dit qu’on peut épargner les civils en n’épargnant pas les soldats est surement un peu vrai. Et justement dans cette guerre que l’EI nous a déclaré avec la vague d’attentats en France, on aurait peut-être pu prendre un peu plus de risque au sol, au côté des kurdes et des forces irakiennes. Je retiens que les civils sont des personnes à sauver et non des dommages collatéraux négligeables, c’est ce qui nous différencie des terroristes. Le col Legrier a parfaitement raison sur l’aspect pacification, le respect des population civile est la base de la conquête, sans ça c’est pas la peine de prétendre à un retour au calme rapide, au contraire, si un obus français tue une famille recroquevillé dans son coin, le reste de la famille a de forte raison de nous en vouloir. Il serait idiot de minorer cet aspect déterminant de la maitrise d’un territoire. Ce n’est pas qu’un jeu purement tactique, c’est aussi le rétablissement du respect et de la justice pour les civils. Il ne sert à rien de sauver les habitants d’une ville, si il n’y a plus d’habitant à la fin…

  8. Some1 dit :

    Ca me rappel un épisode de kaamelot:
    « Non parce que de mon point de vue: la condition paysanne je me la taille en biseau voyez? Alors que par contre du point de vue du gouvernement on vous prend en considération! »

    TL;DR
    « On vous écoute mais surtout fermez bien vos gueules! »

    Bien reçu mon général!

  9. Anaxagore dit :

    Décidément, je suis de plus en plus méfiant vis-à-vis du CEMA, arrivé à la suite de l’insulte faite aux armées par le PR, en doublant tous les 4 étoiles disponibles. J’ai toujours soupçonné qu’il avait dû faire un acte d’allégeance particulièrement fort. Du genre lettre de Lagarde à Sarkozy.

  10. Lucane dit :

    Je pense à ce kurde, kalash en main, qui surveille un trou dans un mur qui donne sur une salle. En face, l’autre mur de la pièce est également troué, et l’on aperçois au travers encore une autre pièce. Sa mission, tirer à la milliseconde prêt! Empêcher qu’un djihadiste est le temps de viser avec un RPG et de percer le front kurde par cette maison, par ce passage creusé à l’explosif. Il est là à fixer cette succession de trous depuis des heures sans bouger, les yeux et les oreilles prêt à détecter le moindre mouvement. Le doigt sur la gâchette à la sensibilité salvatrice, est aussi prêt à lâcher un flots de balles meurtrières. Usé, fatigué, il tient bon là où beaucoup aurait perdu la force, le courage ou..la vie. (Je ne sais plus quel reportage c’était.) Merci aux kurdes!

    La guerre c’est quand on reçoit des bombes et des rafales, mais qu’on est obligé de rester dessous sans pouvoir prendre un billet pour Paris, direction la terrasse du Fouquet’s afin de compter ses exploits à la gente bobo-pathético en marche, nan c’est pas ça la guerre.
    -A tous ces peuples qui subissent, qui essayent de survivre loin des stratagèmes belliqueux des beaux salons occidentaux, des intégristes religieux (Certains doivent se sentir également visés.) et des nababs du golf… Il est faut de dire que nous traitons les humains sur le même pied d’égalité, ce beau principe a été coulé dans le béton et jeté à la baille semble-t-il… Quand on commence à se mentir à soit-même, faut pas espérer trouver la paix intérieur et encore moins la paix diplomatique. Tout cela n’a aucun sens, sauf celui de la vulgaire philosophie de la baise de l’homme par l’homme, comme une fuite en avant d’un monde définitivement cruel et barbare.

  11. JGvonRheydt dit :

    « Croyez-moi, il m’est arrivé plus souvent qu’à mon tour de dire à mes chefs ce que je pensais des ordres qu’ils me donnaient, de préciser ce que je n’accepterais pas de faire et d’être prêt à démissionner, à quitter mon poste ou de ne pas accepter un commandement si le chef ne me disait pas qu’il prenait acte des réserves que j’émettais »
    et bien moi, je n’y crois pas une seconde. Un chef qui fait du chantage à la démission, c’est petit. Si il a vraiment pensé si souvent à démissionner à la première difficulté, ce n’est pas glorieux, encore moins de s’être ensuite désavoué. (si sa carrière était une suite de démissions et de refus d’obéir, il ne serait certainement pas à ce poste. Ou alors c’est un visionnaire qui a eu tout le temps raison contre ses « ignares » de chefs, mais cela se saurait)
    Personnellement j’ai connu un chef qui était en désaccord avec une mesure et qui a tout fait pour qu’elle ne soit pas mise en oeuvre car contraire aux intérêts. Il ne s’en cachait pas. Mais lorsque la décision a été actée, il a été tout aussi clair: Maintenant que c’est signé, c’est la loi et je l’appliquerai.
    Comme quoi on peut, et respecter l’institution, et garder son honneur.

  12. Sacha dit :

    Le petit père a totalement raison et il est le mieux placé, du fait des responsabilités qui sont les siennes, pour montrer ce genre d’exemples et rappeler la ligne à ne pas franchir. Je ne retrouve plus les commentaires en question mais il me semble qu’au moment où sortait ici même un article sur les propos tenus du col LEGRIER j’avais écrit un rappel en section commentaire que je remets ici : il était bien le dernier à pouvoir donner son analyse en place publique. L’endroit où un commandant d’opération peut la donner c’est dans le secret d’un état major. Qu’il ai tort ou raison, d’ailleurs, ce n’est pas le propos, même si je trouve sa formule plus que malheureuse. Se croire autorisé, même à son niveau, de porter sur les toits son avis sur une opération qu’il commande c’est la porte ouverte à toutes les dérives, c’est non-professionnel au possible, et ça va de front à l’encontre de ce qui est attendu des militaires en déploiement. On impose pas la discrétion aux opérationnels pour que leur chef l’ouvre dès qu’il en a envie (on en revient au devoir d’exemplarité). Chacun son rôle.

  13. Cyris dit :

    Les propos du CEMA sont plein de bon sens. L’attitude du colonel Legrier est effectivement une double trahison vis à vis de ses chefs et de ses subordonnés. Il n’a pensé qu’a lui (et à ses ambitions sans doute) en croyant se faire valoir . S’il n’était pas d’accord avec l’action menée, pourquoi n’a t’il pas demandé à se faire relever ? Au moins il aurait fait preuve de cohérence.

    • NRJ dit :

      @Cyris
      Sauf erreur de ma part, le colonel Legrier a publié son article après être rentré de Syrie. Il n’y a donc pas trahison vis-à-bien de ses subordonnées (regardez le film très réaliste sur les militaires « il faut sauver le soldat Ryan », les plaintes montent toujours mais ne descendent jamais : le 1ère classe se plaint au caporal qui se plaint au sergent qui se plaint au capitaine etc.). A partir du moment ou ce colonel a soutenu l’intervention devant ses hommes pendant qu’il était sur le terrain, il n’y a aucune trahison de sa part devant ses supérieurs ou subordonnés. Quand on est dans l’armée on se moque de savoir ce que vous pensez des ordres car la seule chose qui importe est qu’ils soient réalisés.

      Par ailleurs, il n’a été fait que des compliments sur le détachement d’artillerie. A partir de là, quoi qu’ait fait ce colonel a été bénéfique, il mérite donc complètement son poste et s’il ne désirait pas lui-même se désister, il n’y a aucune raison qu’il parte.

      Je suis tenté de penser que vous ne connaissez rien sur les militaires comme semble l’être également Lecointre (je dis bien « semble » car je pense que Lecointre obéit aux directives du ministre). Sinon vous ne parlierez pas de « cohérence ». Un militaire n’est pas un politique, il n’est pas là pour donner son avis sur le terrain. Dites moi si je me trompe.

      PS: je suis en complet désaccord avec ce colonel. Même s’il y a eu plus de victimes civiles que si les occidentaux étaient intervenus, la présence sur le terrain des occidentaux auraient empêché les kurdes et irakiens de se mettre au niveau de leurs adversaires et aurait envoyé nos armées dans un nouveau bourbier irakien, comme au Mali.

  14. Jm dit :

    Bien que ce ne soit pas mon point de vue et ma philosophie, le Gal oublie un détail ; ce qu’il dit concernant la liberté d’expression des militaires est contraire aux lois européennes, et le Col pourrait très bien se tourner vers les instances européennes pour obtenir réparations.
    Cette situation est dans la même veine que la loi européenne sur le « temps de travail  » des militaires, qui n’est pas appliquée en France.
    En fait , dès que les lois concernant les militaires leurs sont potentiellement favorables, étrangement, elles ne sont pas appliquées.

  15. Nauatg dit :

    Avis repris par internet mais paru dans une revue a la diffusion somme toute très confidentielle….
    Article il est vrai discutable mais car très a chaud…. Sorte de hot wash up à exploiter efficacement.
    Mais non, on ne fusille plus les pantalons rouges mais on verse des grosses primes aux généraux…. Ça fait moins de tâches. Voyez que le monde bouge

    • Ah Ca ! dit :

      SVP en français pour le  » hot wash up » qui n’est même pas correct « per se » en anglais!

    • Barrois dit :

      Ouais, bon…en même temps on en a pas fusillé tant que ça des généraux. Au contraire des « pantalons rouges ».

      Il a bien fait son boulot le colon ? Parfait !Félicitations et croix de la valeur militaire (ou autre).
      Il l’a ouverte alors qu’il devait pas (en ces termes en tout cas), ranjo dans les couilles. Ça lui apprendra à mettre les virgules aux bons endroits.

  16. Math dit :

    Le raisonnement exposé est très particulier. Prenez la plume, exprimez-vous, mais dans le respect de ce que pense votre chef et de la ligne politique du ministre. Les raisonnements courtisans n’ont jamais permis d’établir un débat, sont creux et insipides. Se réapproprier les baffes données par Parly (très lâchement) à posteriori ne le grandit pas, ni aux yeux de ses hommes, ni aux yeux du grand public. C’est juste une action courtisane. En cas de conflit, c’est le genre de comportement à bannir et le genre de chef à démettre.

  17. Raymond75 dit :

    Fermer sa gueule et obéir est une tradition qui forme l’esprit guerrier !!! C’est pour cela qu’il y a dans tous les pays développés de grandes difficultés de recrutement.

  18. tartempion dit :

    Absolument du même avis que le Colonel legrier , la politique du « carpet bombing » a démontré ses limites , le ressentiment des populations arabes ayant réceptionné dans leurs villages les obus de 155 mm de la task force wagram peut se comparer à celui qui persiste encore aujourd’hui au sein de la population de la ville de Dresde où 650.000 bombes incendiaires ont été déversées par les anglo-américains sur les civils allemands durant deux jours .

    • NRJ dit :

      @Tartempion
      La guerre tue. C’est triste.

      Quelle aurait été votre alternative ? Envoyer les soldats sur le terrain, comme en Afghanistan ? On aurait alors soutenu à nous de bras une armée irakienne complètement corrompue et inapte comme on le fait au Mali, et le résultat aurait été le même : on se serait retrouvé dans un bourbier et ce serait nos soldats qui seraient morts en quantité et non des soldats irakiens.

      Au moins cette guerre a mise la pression sur le gouvernement et l’armée irakienne. Ils ont eu la pression pour se remettre à niveau et faire le ménage dans leurs rangs, et aujourd’hui ils ont des unités professionnelles (la golden division par exemple) capables de mettre en échec les djihadistes de l’EI. Si on était intervenu on aurait eu la même armée (et encore faut il appeler cela une armée ?) qu’en 2014. Pour rappel, les USA ont tenu à bout de bras cette armée jusqu’en 2010, et vous en avez vu le résultat 4 ans plus tard.

      • Ah Ca ! dit :

        Sarkozy et hollande ont bien des gosses non ?
        Sans oublier ceux de tous les députés UMPS/LRemPS qui votent toujours allégrement pour partir en guerre…

    • Castel dit :

      Votre chiffre de 650000 bombes me semble nettement exagéré, vu que du 07/10/44, au 17/04/45, les alliés ont largués sur cette ville, environ 7000 t de bombes, soit 14000 de 500Kg, ou 28000 de 250 ( probablement un mixage des deux)
      Cela dit, il est vrai , que malgré que Dresde était un nœud ferroviaire important vers l’Est, un tel bombardement ne semblait pas vraiment justifié, mais il ne faut pas oublier que les allemands avaient auparavant pratiqué de même, avec Varsovie, par exemple et bien d’autres villes, comme Rotterdam par exemple, avec comme motif que la municipalité avait-d’après les Allemands- un peu trop tardé à se déclarer « ville ouverte » lors de leur offensive sur les Pays Bas

  19. petitjean dit :

    Lecointre parle trop ! pour ne rien dire ! Ou plutôt si : on peut tout dire à son chef mais, entre quatre yeux et dans les chiottes. Et comme le chef a un chef qui a un chef qui été soigneusement sélectionné par les politiques………
    Un militaire ça meurt et….ça ferme sa gueule !
    et tant pis si les politiques les envoient dans des missions improbables avec de surcroit des moyens inadaptés
    Car ce sont bien les politiques qui contribuent à créer les conflits : En Afrique nous combattons les islamistes, et au Moyen Orient nous armons ces islamistes pour abattre les régimes laïques et complaire aux USA !
    Les politiques français obéissent aveuglément aux injonctions américaines ce qui est objectivement contraire aux intérêts de notre nation. Mais sommes nous encore une Nation ? De Gaulle où es tu ?
    Bref, un militaire , ça ne pense pas , ça obéit, ça ne cause pas et ça meurt en silence.
    Manquerait plus qu’ils aient des états d’âme !…………………

  20. Thierry HENRY dit :

    Pour résumer : les militaires ont le droit de s’exprimer pour dire tout le bien ( et rien que le bien ) qu’ils pensent de leurs chefs. Fermez le ban !

    • Laïc dit :

      @ Thierry Henry
      Tiens, ça me rappelle une ou deux religions. Dites en du bien ou fermez là.
      Dire qu’avant c’était « cause toujours ».

  21. petitjean dit :

    Le devoir d’obéissance, jusqu’où ??
    « Nous nous interrogions (faussement) l’an passé sur l’opportunité, pour les agents publics, de continuer à servir l’état macronien. Non seulement il nous paraît de plus en plus difficile de continuer à servir un tel régime, mais la question de la légitimité du devoir d’obéissance va se poser comme il se posa par le passé. » (…)
    https://www.polemia.com/le-regime-macroniste-veut-mettre-polytechnique-au-pas/

  22. Anaxagore dit :

    C’est donc là la mission principale que le PR a confiée au CEMA : bâillonner les militaires. On comprend mieux pourquoi il est passé directement de 3 étoiles à 5 étoiles, il a dû faire acte d’allégeance comme C. Lagarde l’a fait avec Sarkozy dans sa lettre restée fameuse. Ou comme R. Dati avec le même Sarkozy, en une période « d’inflation » débridée.

  23. Ah Ca ! dit :

    Vous direz à cet officier que l’histoire de France nous a aussi montré le contraire.
    Quand le colonel De Gaulle est allé voir son supérieur, un certain Maréchal Pétain dont il était le poulain, avec un livre sur la mécanisation de l’armée…. Ça a tellement plu qu’il fut envoyé aux oubliettes….
    Cet officier, avec un langage, tournures et expressions avec des tonalités douteuses… (j’en reste la car la censure de notre hôte ma frappée mais je reste convaincu de mon intuition) ne doit, à mon opinion sa position qu’à la courbure/tangente et alignement tout azimut de SES opinons.
    Encore une larme, officier…

  24. Plusdepognon dit :

    Bah, de toute manière la notion de vie privée va être vidée de sa substance:
    https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/07/27/la-reconnaissance-faciale-pour-s-identifier-en-ligne-inquiete-les-defenseurs-des-libertes-numeriques_5494076_3224.html

    Pour l’instant, ça fait débat mais vu les intérêts financiers en jeu…

  25. François-Xavier dit :

    « Il est assez facile de dire ‘bande de lâches, apprenez à vous battre!’. C’est d’ailleurs assez confortable quand on est l’artilleur qui appuie ses petits camarades au sol. »
    Quelle arrogance ! Le pianiste ne combat pas le violoncelliste, il l’accompagne. Mon Général, il faut mieux se taire que de raconter des anneries.

  26. Plusdepognon dit :

    « Quand les hommes ne peuvent pas changer les choses, ils changent les mots  » (Jaurès).

    Mettre des incapables, entourés de courtisans ou d’obligé(e)s , a toujours eu les mêmes conséquences dans l’histoire humaine, quelque soit le domaine :
    http://www.lefigaro.fr/societes/les-rates-de-l-epr-menacent-le-renouveau-du-nucleaire-20190726

    Cela a toujours été, puisque cela permet aux ambitieux de ne pas s’exposer à la vindicte. Celui qui est sur le trône est moins important que celui qui l’y a mis et se tient tout prêt derrière. Avec un nouveau prince sous la main, au cas où…

    Malheur au peuple dont le prince est un enfant. Le CEMA le sait, mais il a bien vu avec son prédécesseur.
    Tout va très bien, madame la marquise.

    • NRJ dit :

      @Plus dePognon
      Concernant l’EPR, sachez qu’on a eu toute une compétence à remettre à niveau. On n’avait pas fait de centrales pendant 15 jusqu’à l’EPR. Et cette centrale est nettement plus complexe que celles qu’elle remplace.

      En outre, il y a eu des erreurs de conception (comme les soudures à l’intérieur de la cuve) normales pour un projet industriel (problème qu’on retrouve également ces surcoûts et retards dans les programmes de défense) qui ont permis aux autres projets d’être plus rapides comme en Chine, car on y a appris de nos erreurs de Flamanville. Donc arrêtez de critiquer l’EPR. Il y a sans aucun doute des défauts de l’entreprise. Mais ça ne remet pas forcément en cause la gestion du programme.

      • Plusdepognon dit :

        @ NRJ
        La conception peut être. Le chantier est intéressant. Tout comme le projet ITER. L’enjeu est de taille.
        Parce que le 20ème siècle a été le siècle de la guerre pour le pétrole et vu la balance commerciale de notre pays, ça se comprend. D’où prolongation de l’activité de nos réacteurs d’un trait de plume.
        https://www.connaissancedesenergies.org/la-duree-de-vie-dune-centrale-nucleaire-ne-peut-exceder-40-ans-150407

        Cependant nous avons bien des problèmes avec la surveillance du chantier et des sous-traitants, le maintien de compétences et le sens du travail bien fait (on parle d’une drôle de cocotte-minute là, avec des conséquences terribles en cas de vices). Les chinois nous ont grillé.

        C’était la seule porte de sortie pour la filière nucléaire française. Par le haut. Et EDF est au pied du mur (donc nous aussi).

        La réussite de la France engendrait une omerta et justifiait tout: ce qui a fait que l’on ne parle pas Fukushima, que le nuage de Tchernobyl n’avait pas ses papiers et n’avait donc pas franchi nos frontières (il y en a eut un autre de nuage, dont on a pas parlé, plus récemment), que le site d’enfouissement de Bure permet tous les comportements vis à vis des opposants au projet. Ou des conditions de travail des sous-traitants.
        https://www.liberation.fr/planete/2017/02/12/fukushima-la-bataille-de-la-france-au-nom-de-l-atome_1547304

        https://www.herodote.net/26_avril_1986-evenement-19860426.php

        https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/20/2725698-levera-mystere-nuage-radioactif-contamine-14-pays-europeens-dont-france.html

        https://www.rtl.fr/actu/politique/bure-sivens-fessenheim-les-sites-sensibles-surveilles-par-le-gouvernement-7791886547

        https://www.cairn.info/revue-travail-et-emploi-2016-3-page-101.htm

        https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/07/25/nucleaire-les-infractions-d-edf-au-droit-du-travail_1738050_3244.html

        Le lobby nucléaire a complètement dicté la conduite des affaires françaises et cela continue alors même que les clés de la maison ont été confiées à d’autres ou sont remises sur le tapis (Alstom, Areva, dissuasion, le triptyque qui devait assurer l’indépendance de la France a beaucoup évolué). Peut être pas pour le bonheur des français d’ailleurs…
        J’entends bien les arguments de monsieur Jancovici:
        https://youtu.be/Fp6aJZQldFs

        Mais nom de zeus, l’humilité est une vertu et franchement il serait temps que ça redevienne à la mode. Il n’y a pas de grand pouvoir sans grandes responsabilités. Dans un certain milieu, on appelle ça « polir sa pierre ».

        Je ne sais pas ce qui a dérapé. Mais heureusement que ça n’a pas été mis en service avec ces défauts de conception !!!
        Je vous rassure les débats sur la dissuasion ou sur la construction d’un nouveau porte-avions posent les mêmes questions de pertes de savoir-faire, de financements et de la place de la France dans le concert des nations.
        Ce n’est bien évidemment pas une attaque ad hominem…

      • Ah Ca ! dit :

        Vous oubliez de dire qu’elle a été construite avec énormément de main d’œuvre étrangère de toute l’Europe pour les cadres et beaucoup venant des pays de l’est pour les techniciens/ouvriers….
        Car bien payer un technicien en France … ça jamais… Les français se sont écartés des métiers manuels pour ouvrir la porte à la main d’œuvre étrangère… ainsi qu’a l’immigration…. quand dans certains pays ils peuvent gagner autant qu’un ingénieur et parfois beaucoup plus pour les meilleurs…
        Mais les français on les préfèrent au chômage…. Ça ne pèse rien sur nos entreprises… c’est le résultat de la lutte politico – idéologique des classes à la française … le revers de la médaille CGT/grandes écoles…
        Nous avons donc les dirigeants que nous méritons … des énarques eunuques….

      • Plusdepognon dit :

        Par contre, la surveillance généralisée n’annonce rien de bon:
        http://www.lefigaro.fr/vox/economie/fabien-benoit-la-silicon-valley-mele-liberalisme-et-penchants-antidemocratiques-20190726

        En URSS, il ne s’est rien passé et en 2018 non plus. Ça me rappelle un bouquin de science-fiction: « Globalia » de monsieur Jean-Christophe Rufin .
        Tout va bien !

      • nexterience dit :

        Oui, surcoûts de 200%, délais +7ans, tout est normal. Ce projet révèle la décadence de toute une filière qui a perdue presque toute son expérience. Sans la pression de la filière militaire, je pense que l’EPR aurait été arrêté car les alternatives se crédibilisent de plus en plus chaque année.

        • PK dit :

          « je pense que l’EPR aurait été arrêté car les alternatives se crédibilisent de plus en plus chaque année. »

          Après Martin Luther King, le rêve de nexerience…

          Rien ne peut remplacer le couple fossile et/ou nucléaire aujourd’hui. Ni même demain.

          Sauf quand on fume la même moquette que les écolo-bobos.

        • Robert dit :

          Nextérience,
          Comme PK, quelles alternatives fiables pour des TGV, des villes surconsommatrices d’énergie, et tout le reste?
          Les éoliennes, le solaire ?
          Pour l’instant, le nucléaire est l’énergie la plus sûre et illimitée à court terme. D’ailleurs, les pays qui ont prétendu s’en passer nous achètent cette énergie pour pallier leurs besoins.

  27. Thierry HENRY dit :

    Les artilleurs ( ainsi que leurs camarades des Armes d’appui ou de soutien ) apprécieront cette phrase :  » c’’est d’ailleurs assez confortable quand on est l’artilleur qui appuie ses petits camarades au sol ».
    Qu’en pensent Bonaparte, Foch, et les autres ? Surprenant mépris, de la part d’un CEMA !

  28. Nonoch dit :

    Pourquoi il n’y a plus de maréchal 7 étoiles, c’est lui qui aurait juger la situation

  29. jyb dit :

    à propos de ceux qui ont cité en exemple les us.
    faux. la liberté de parole d’un militaire us en opération tout grade confondu est rigoureusement encadrée et censurée.
    le colonel legrier s’est planté dans les grandes longueurs sur la forme et dans le fond. je l’ai déjà largement expliqué.
    nulle part un cadre opérationnel au coeur de l’action à l’approche de la victoire finale ne se permettrait une telle intervention.

    • Ah Ca ! dit :

      Je suis en desacord…. sur le fond… Legrier n’avait pas tort…. Ne jamais oublier que le devoir d’un officier c’est de savoir QUAND désobéir… il s’est planté sur le facteur temps… mais il n’a pas tort
      De plus,
      Quelle victoire finale… ? Ce fiasco que nous avons créé… venant de vous je m’attendait à mieux quand même.
      Vous de tous les commentateurs savez mieux que personne ce que nous avons fait en Syrie et quelles ont été nos responsabilités. C’était peu être existant au début mais pas très chevaleresque ni glorieux.
      Heureusement que les russes sont là bas pour finir de nettoyer notre pagaille. On peu tous dire un grand merci à Vlad.
      Il nous faut impérativement lâcher les kurdes au plus urgent, c’est une autre folie de tacticien au rabais sans aucune vision…

      • jyb dit :

        @ah ça
        Il a tort sur les effectifs adversaires (2000 puis 4000 pour finir sur un chiffre proche de 5000) , il a tort sur la nature du combat ( bataille rangée) Il jongle avec le périmètre du champ de bataille etc. Inévitablement les conclusions qu’il tire de ces erreurs intentionnelles et accidentelles sont totalement fausses et biaisées.
        De plus tirer des conclusions quasi définitives 3 mois avant la fin de la bataille est assez incongru.
        La victoire contre daesh est la fin de sa raison d’être : à savoir un territoire. L’après daesh est une autre guerre.
        J’ai toujours dit qu’une coopération opérationnelle avec les russes aurait économisé des vies et des moyens tant en raccourcissant la durée des combats et en ouvrant des possibilités élargies de stabilisation.

    • lym dit :

      https://www.lemonde.fr/blog/aboudjaffar/2019/07/27/crazy-heart/
      De la fin de cette analyse, on peut se dire que si la remontée par la voie hiérarchique avait une influence on n’en arriverait pas eu dilemme évoqué et à devoir casser du subordonné. Lecointre, ou il en est rendu dans la hiérarchie, pourrait aussi se soucier de ce problème.

      • jyb dit :

        @lym
        complètement d’accord avec abou djaffar même si son propos s’intéresse plus à la couleur du colonel legrier qu’à son analyse sur le fo,nd.

  30. JG von Rheydt dit :

    Un autre qui avait forcement tord, c’est Jacques Paris de Bollardiere, puisqu’il a été puni de 60 jours de forteresse pour avoir écrit sans en rendre compte à ses supérieurs: « Le 21 mars 1957 Mon cher Servan-Schreiber,
    Vous me demandez si j’estime que les articles publiés dans L’Express, sous votre signature, sont de nature à porter atteinte au moral de l’Armée et à la déshonorer aux yeux de l’opinion publique. Vous avez servi pendant six mois sous mes ordres en Algérie avec un souci évident de nous aider à dégager, par une vue sincère et objective des réalités, des règles d’action à la fois efficaces et dignes de notre Pays et de son Armée.
    Je pense qu’il était hautement souhaitable qu’après avoir vécu notre action et partagé nos efforts, vous fassiez votre métier de journaliste en soulignant à l’opinion publique les aspects dramatiques de la guerre révolutionnaire à laquelle nous faisons face, et l’effroyable danger qu’il y aurait pour nous à perdre de vue, sous le prétexte fallacieux de l’efficacité immédiate, les valeurs morales qui seules ont fait jusqu’à maintenant la grandeur de notre civilisation et de notre Armée. Je vous envoie l’assurance de mon estime

  31. JG von Rheydt dit :

    Encore une fois c’est le moyen de mettre le débat sous le tapis et de continuer à promouvoir le concept de guerre promu par l’industrie de l’armement, une guerre par procuration aux moyens de drones et autres gadgets. En fin de compte, pas efficace mais juteuse

  32. JG von Rheydt dit :

    Parce que dans ce monde de brutes les armées qui s’en sortiront le mieux face à un conflit de haute intensité mais aussi de longue durée, c’est comme pour le réchauffement climatique: ce seront les armées qui sauront pratiquer la décroissance technologique. Il vaudra toujours mieux être un survivaliste pointu qu’un geek avec un joystick mais sans éléctricité.

  33. Yves Cadiou dit :

    Je ne comprends pas la position de François Lecointre.
    Elle m’apparaît comme un revirement sur l’expression des militaires. Par conséquent je crains que la critique faite à l’encontre du Colonel Legrier ne porte pas vraiment sur l’expression d’une opinion mais sur le fait que l’article désapprouvait les méthodes de l’armée américaine. Pourtant ces méthodes sont depuis longtemps et honnêtement critiquables, on ne peut pas le nier.

    Je me demande quelles sont les motivations de François Lecointre, brillant officier arrivé au sommet de la hiérarchie militaire par la qualité de ses services : il ne peut rien espérer de mieux. Sa position au sujet de l’article de Legrier est probablement fondée mais je ne vois pas comment : les arguments de François Lecointre pour justifier la sanction ne sont pas convaincants. Notamment l’on ne peut pas dire que Legrier est coupable de trahison : au contraire Legrier a accompli une mission avec laquelle il n’était pas d’accord, donnant ainsi l’exemple de la discipline.
    J’aimerais comprendre la position de François Lecointre.

    Voici, en copier-coller, le courriel que j’adressais au Colonel Legrier lorsque son article fut retiré de la Revue de Défense Nationale :

    « Mon Colonel et jeune camarade,
    Je me rappelle vous avoir vu à Coët lorsque ma promo (qui est aussi celle de votre père) était présente pour le jumelage des vingt-cinq ans. Votre père était visiblement très fier de son Bazar de fils.
    Votre article effacé de la RDN est très intéressant en lui-même mais aussi par la plupart des réactions qu’il déclenche et que sa suppression déclenche.
    Grâce à la Toile, ces réactions peuvent s’exprimer alors qu’autrefois l’auteur d’un article était très seul : j’ai moi-même vers 1980 produit un article dans « Armées d’aujourd’hui » qui m’a valu beaucoup d’ennuis (un article pourtant anodin : je réprouvais la technique de l’ordre graphique pratiquée par quelques tacticiens des camps de manœuvre). Mais c’était une autre époque et je ne savais pas quoi faire contre les sanctions déguisées que cet article me valut.
    J’appelle votre attention vers le commentaire que j’ai posté sur le blog « opex360 » qui évoquait votre article censuré : http://www.opex360.com/2019/02/16/un-officier-artilleur-francais-tire-a-boulets-rouges-sur-la-conduite-des-operations-menees-contre-lei-en-syrie/comment-page-1/#comments
    Comme vous le verrez je ne m’inquiète pas pour vous, car il n’y a pas lieu, mais je m’inquiète pour la qualité de notre armée si l’on continue à ostraciser les militaires, à leur interdire de parler de ce qu’ils connaissent. Car en obligeant les militaires à se taire l’on donne la parole à des gens moins qualifiés qu’eux : c’est dangereux.
    Mais comme on dit dans La Coloniale, « restons calmes et buvons frais ».
    Cordialement, Yves Cadiou »

  34. Criloc dit :

    Vous vous plantez complètement. Il ne s’agit pas du tout du problème du droit d’expression du militaire. Il s’agit juste que le Président Macron ne supporte pas les critiques. Et tous les managers des administrations publiques sont tenus d’applaudir la politique menée par ce gouvernement. La démocratie, c’est une fois tous les 5 ans. Après, il faut obéir. La société est communicante mais seulement dans le sens descendant… C’est absurde parce que dans tous les domaines y compris militaire, on n’a jamais eu autant besoin de s’adapter rapidement. Il faut de l’esprit critique, de l’initiative et de la responsabilité à tous les échelons. Ben, nous, on a Macron et son porte bidon Lecointre, qui sautera du pont, pardon qui fera sauter ses hommes du pont si on lui demande. Deux remarques complémentaires : un sondage récent a montré que les militaires votaient de plus en plus RN. Cela explique aussi cette « clarification » sur la liberté d’expression. Par ailleurs, Legrier ne va pas jusqu’au bout de sa pensée. En effet, ces bombardements des infrastructures ont été considérés par Amnesty International comme de potentiels crimes de guerre commis par les alliés en Irak, notamment à Mossoul. Pour le moment, aucun journaliste n’a osé parler de ce sujet brûlant. En même temps, la plupart travaillent pour l’oligarchie, les autres sont intimidés. Dans notre beau pays, les journalistes avaient bientôt moins de liberté d’expression que les militaires. Il était temps que ça change, merci Lecointre…

  35. Pascal (l'autre) dit :

    Nous sommes au début du 21 eme siècle mais notre société est resté quand même féodale dans son fonctionnement!