CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Le Royal Navy a été chargée d’escorter les navires sous pavillon britannique dans le détroit d’Ormuz

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

52 contributions

  1. David dit :

    Quid de l’Italie et l’Espagne? Pourtant tout deux disposent d’une marine adaptée en taille et nombre pour ce genre de mission il me semble.
    Qqun aurait un début d’idée?

  2. Clavier dit :

    Cela me rappelle le début de la seconde guerre mondiale, quand les marines anglaise et françaises mirent plusieurs mois à redécouvrir l’utilité des convois escortés après une hécatombe de navires marchands…..
    Pareil pour les Américains deux ans plus tard.
    Heureusement qu’on enseigne l’histoire à l’école Navale ……

    • Hermes dit :

      Cela n’a strictement rien à voir…
      .
      On ne devrait pas avoir à escorter les bâtiments ici..

      • tschok dit :

        @Hernes,

        Clavier, tout lui rappelle quelque chose. Il est médaille d’or olympique aux épreuves du déjà vu.

        En pratique, dès qu’il voit une coque grise, ça lui rappelle la Deuxième Guerre Mondiale.

        Il fonctionne comme une boussole que vous mettez près d’un aimant.

        Et il est sûr d’indiquer le nord.

        Alors, on lui dit, mais non. Mais c’est compliqué.

    • Lucide dit :

      Ouais enfin, une guerre d’une telle ampleur n’est pas encore déclarée et vu la quantité de navires marchands, je ne vois pas bien ce qu’on pourrait protéger à moins de déclencher un conflit ouvert.

    • Albatros24 dit :

      Oui c’est le même principe, sauf que les UBoot sont des vedettes rapides et batteries côtières.
      Donc si l’Iran c’est l’Allemagne nazie, autant se préparer dès maintenant à l’envahir avec Trump après sa réléection, mais Trump ne voudra pas.

    • Frank dit :

      @ Curieuse comparaison. L’Iran de 2019 serait donc, sous entendu, comparable à l’Allemagne nazie de 1939?
      Je ne sais ce que l’on enseigne à l’Ecole Navale. Mais j’espère que l’on y apprend toutes les techniques de soutien et de défense d’un navire civil sans ce genre de raccourci.
      Si on les inclue dans un module d’enseignement historique, on y met aussi Mers-el-Kebir et surtout Toulon, dans l’histoire de l’escorte des convois et la Bataille de l’Atlantique?
      Dans le doute, je ne leur ferait personnellement pas cette offense, l’Histoire, c’est risqué.

  3. Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

    « I was a CIA director, we lied, we cheated we stole… like, we had entire training courses. It reminds you of the glory of the American experiment, » Mike Pompeo told an audience in College Station, Texas earlier this month amid self-amused chuckles. ( « J’étais un directeur de la CIA, nous avons menti, nous avons triché, nous avons volé … nous avions des formations complètes pour ça, cela vous rappelle la renommée de l’expérience américaine », a déclaré Pompeo à College Station, Texas, visiblement amusé) Qui ne le croit pas, il a été filmé c’est disponible sur YouTube.

    • Frédéric dit :

      Et ? Monsieur le Troll, quel puissance étatique aux cours des siècles n’a pas fait de même ?, l’Iran comprit en tuant des français sur notre territoire ? En quoi cela concerne le sujet ? L’abus de médias  »alternatifs » à détruit votre esprit… Soupir.

      • Frank dit :

        @ Frédéric Pas tort. Mais avouons que nos amis américains ont l’art de parfois avouer leurs turpitudes avec un cynisme enjoué et rigolard assez plaisant. D. Cheney et surtout K. Roves était incroyables là-dessus, leurs remplaçants ne sont que des petits-bras. Des mesquins prudents, on s’amuse moins, je suppose, ce n’est plus mon problème.
        Nous, nos responsables finissent par avouer leurs fautes avec un air contrit et lugubre qui est sinistre.
        Du genre: « Tout le monde fait pareil dans notre milieu, les costards et les homards, pourquoi s’en prendre à moi, c’est injuste, snif, snif… » Mouchoirs citronnés compatissants…
        Puisque les politiques que nous avons choisi sont incompétents, et le prouvent chaque jour, qu’au moins, ils nous fassent rire, que diable!
        Un peu de panache!
        Moins simple, j’en conviens, mais faudrait quand même mériter son confortable cachet, c’est le BA-BA de l’illusionniste.
        Ceci étant, vous avez bien raison. Méfions nous des trolls qui abusent de médias douteux.
        Pas « alternatifs », comme vous dites, l’alternance suppose par définition un mouvement permanent vers son origine, donc vers le politiquement vrai dans ce cas. Donc, se méfier des « alternatifs » avoués.
        Disons des « égarés » qui cherchent l’info ailleurs. Des déviants sceptiques. Des curieux. Des dangers.
        Mais des épaves égarées que l’on savait traiter, ici, à la grande époque, dans la Kolyma ou Norilsk.
        Nostalgie des trolls qui restaient à leur place, celle que nous leur avions désigné. Sont partout, maintenant. Même au gouvernement.
        Soupir…

    • revnonausujai dit :

      c’est le métier de tous les services spéciaux, c’est s’il avait dit le contraire qu’il aurait dérapé !

    • Lagaffe dit :

      Et ? C’est le lot de tous les services secrets dans le monde. Faut voir Poutine quand il se vante de ses crimes, détail son admiration pour Staline (Pompeo au moins n’admire pas Hitler) et se félicite d’avoir oeuvré comme agent du KGB aux plus basses oeuvres de l’URSS, une période bénie selon lui où l’impunité était totale.
      La seule différence est que la CIA agit en dehors de ses frontières et le KGB à l’intérieur du pays.
      Les renseignements, c’est pas le monde de winnie l’ourson, bienvenu dans la réalité.

      • Albatros24 dit :

        Poutine a gardé de bonnes habitudes du KGB : il agit toujours impunément.

      • tschok dit :

        Il le fait pour nous provoquer. C’est une façon de nous draguer.

        Imaginez ces bals où la bonne société essaye de refourguer ses jeunes filles et où l’on tolère que quelques mauvais garçons endimanchés puissent faire partie du tableau, comme dans Titanic, quand le jeune et beau héros, pauvre en troisième classe, est invité en première classe par des vieilles lubriques ou riches héritières qui s’emmerdent.

        Poutine veut arriver dans la cabine et nous mettre en position de lui dire « dessine moi comme l’une de tes Françaises ».

        Mais il faut bien comprendre que dans l’affaire, la fille est à poil et le mec la mate. Donc, faut savoir ce qu’on veut.

        Cette représentation mentale respire la fin de régime et c’est ça qu’il veut entretenir, le Poutine. Il ne veut pas se faire la gonzesse, il en a plein des putes russes. C’est pas ça l’enjeu.

        Lutter contre Poutine, c’est casser son théâtre. C’est lui dire que non, on n’est pas les passagers du Titanic.

  4. Fafou dit :

    Bonjour

    Donc si je comprend bien, la fameuse Royal Navy britannique, l’impératrice des 7mers pendant des siècles n’a plus les moyens de protéger sa flotte commerciale dans un simple détroit ?
    Quelqu’un peux m’eclairer?

  5. aleksandar dit :

    Rien de nouveau puisque cet accompagnement était déjà plus ou moins en action.

  6. Plusdepognon dit :

    D’ailleurs en parlant du premier ministre du Royaume-Uni, il dit vouloir transformer son pays en Singapour…
    Décidément, c’est à la mode :
    https://claude-rochet.fr/age-des-territoires/

    • dolgan dit :

      Une menace à laquelle Barnier a du répondre une énième fois sans trembler: « chiche, tu veux que je te tiennes la porte de la sortie? Tu as assez de vaseline pour tous les Britaniques? Sinon, l’UE offre généreusement un tube à tous les britons. »

      • fabrice dit :

        Dolgan
        Ce n’est pas si simple…
        En cas de guerre commerciale, les Anglais ne seront pas les seuls à souffrir…

        • dolgan dit :

          Bien sur, mais c’est pas la question: les Britaniques souffriraient beaucoup plus. Et seraient rapidement obligés de nous supplier de les reprendre selon des conditions qu’ils refusent mordicus aujourd’hui.
          .
          A court terme pour l’UE, ce serait génant (et certains gouvernant ont peur que cette baisse de croissance tombe pendant leur réellection).Mais à moyen terme, ça serait quasi transparent. Par contre côté anglais, ça serait sanglant (au sens propre) à moyen terme.

          • Royal Marine dit :

            Vous racontez n’importe quoi, bercé par les idioties d’experts autoproclamés de BFM TV qui prennent leurs désirs pour des réalités… Ce sont les mêmes, et Barnier, qui vous expliquaient que l’Euro c’était plus de croissance, la fin du chômage et de l’inflation des prix, l’Europe puissance, etc…
            Nous avons (l’Europe) plus à perdre que les brits qui seront soutenus par les US au niveau économique. Par ailleurs, ce sera l’éclatement de l’Europe… Nous avons tout intérêt à céder un peu, aux Anglais, et à obtenir une sortie négociée, que de les pousser à une sortie dure!

          • Plusdepognon dit :

            @ dolgan
            Ça rappelle furieusement une méchante phrase sur la Grèce pour effrayer l’Italie:
            https://www.les-crises.fr/les-allemands-torturent-les-grecs-pour-que-les-italiens-entendent-leurs-cris-par-charles-gave/

          • dolgan dit :

            @Royal Marine: aux dernières nouvelles, on vit plutôt très bien en Europe. Nos problèmes sont des problèmes de pays riches.
            .
            Éclatement de l’europe … on prophétise ça tous les jours depuis 30 ans. Mais il n’y en a aucun signe.
            .
            Les US vont proposer de tondre les Anglais. Faut arrêter de croire à l’oncle Sam colonie anglaise se mettant à genoux pour sauver l’économie anglaise comme une gentille colonie disciplinée. Si ils en ont l’occasion, ils vont les bouffer tout cru.
            .
            Céder un peu? Nous n’avons aucune demande déraisonnable. On exige juste le minimum syndical (connu par les anglais quand ils ont voté), on est extrêmement gentils et modérés à ce stade de la négociation.

  7. Chimère dit :

    On sera avec les Anglais, peut importe le prix. ‘L’HISTOIRE’.

  8. vrai_chasseur dit :

    Pour sécuriser Ormuz les britanniques n’ont pas d’autres choix que de s’associer à l’EU :
    – Aller avec les USA, c’est s’exposer aux harcèlements asymétriques des iraniens
    – Le format de la Royal Navy est trop petit et ne permet pas de tout faire tout seul.
    En pleine réflexion sur le Hard Brexit cela sonne comme un signe prémonitoire.

  9. jyb dit :

    Si on se réfère au seul pavillon, la royal navy est à l’aise…parce que l’essentiel de la flotte commerciale est sous pavillon de complaisance.

  10. Yannus dit :

    http://www.leparisien.fr/politique/a-cherbourg-livraisons-en-catimini-de-navires-de-guerre-a-l-arabie-saoudite-24-07-2019-8122950.php
    Je pense que ce genre de bâteau que nous construisons pour l’AS serait fort utile en l’espèce pour ce genre de mission.
    Un BPC avec deux de ces engins dans le radier devrait faire l’affaire.

  11. Parabellum dit :

    Et nous on fait quoi avec la base d abu d’habi ? On doit comprendre que les américains sont auto suffisants en pétrole voire même exportateurs et que cela change leur politique stratégique extérieure ´ nous on n a rien et on ne veut ni la nucleaire ni le gaz de schiste..des éoliennes mais ailleurs et on ne développe pas l industrie solaire…rien.donc le pétrole arabe..obligatoire..

  12. Piliph dit :

    Echanges d’informations, c’est bien la moindre des choses. Après, que chacun protège son troupeau de pétroliers. Au fait, au départ de tout ça, l’attaque britannique sur un pétrolier transportant du brut iranien. Alors si on parle FON (freedom of navigation), il ne faut pas d’hémianopsie et les Brits n’auraient pas dû commencer à donner le mauvais exemple. Et secondo : pourquoi les Brits occupent-ils encore Gibraltar, qui est stratégique pour l’économie française et européenne? A part pouvoir réaliser un blocus, je ne vois pas d’autre utilité à cette occupation. Je préfèrerais y voir les Espagnols, qui ne jouent pas à la super-puissance et qui ne sont pas – pas trop – les larbins des bellicistes américains. Si quelques grands pays européens s’en donnaient l’objectif, en quelques décennies ils pourraient libérer la principale porte d’entrée et de sortie de la Méditerranée.

    • Albatros24 dit :

      Im Po SSI BLE …(en Anglais)
      Personne ne peut vaincre les grands bretons actuellement en Europe et leur Navy renaîtra certainement bientôt, (c’est comme les français) et surtout même les espagnols ne le demandent pas.
      La GB continuera son bonhomme de chemin à part de l’Europe mais à côté de nous pour le stratégique.

  13. Lagaffe dit :

    Marrant de voir que la première décision de BOJO le clown est, comme Theresa May, de chercher l’aide de l’Union européenne… et le Brexit alors ?

  14. Plusdepognon dit :

    La fameuse « supériorité militaire occidentale » repose sur une course à l’armement de plus en plus sophistiqués et par la politique managériale simpliste que pour se payer cet outil de production (armement), il suffisait de réduire la masse salariale (les militaires).
    Et que remplacer un adjudant-chef par deux soldats représentait le même budget et de toute manière ne nuirait pas à l’efficacité puisque c’est bien connu « il n’est de richesses que d’Hommes » n’est qu’un slogan pour gogos.
    https://www.athena-vostok.com/a-propos-de-notre-pseudo-superiorite-militaire-occidentale

    Ben depuis 1945, nous avons gagné presque toutes les batailles, mais il n’y a aucune victoire (et quelques cuisantes défaites, la dernière étant l’Afghanistan).
    https://blogs.mediapart.fr/pascalboniface/blog/260416/pourquoi-perd-la-guerre-trois-questions-gerard-chaliand

    https://www.lepoint.fr/monde/gerard-chaliand-l-impact-du-terrorisme-est-surevalue-25-04-2016-2034824_24.php

    Certainement que cela permet plus de profits que la paix…

    • tschok dit :

      @Plusdepognon,

      La citation de Jean Bodin (« il n’est de richesses que d’hommes ») n’est pas un slogan: c’est une assertion philosophique qui a le malheur d’énoncer son propre anéantissement, dans l’une de ses interprétations possibles.

      Si la richesse, dans toutes ses formes, donc les richesses dans toute la diversité de leurs possibilités, gît dans les hommes, là-aussi au pluriel, donc pas l’homme en tant qu’espèce ou destiné, mais en tant que particularité individualisée, alors le résultat de la phrase conduit à une sorte de carré: la particularité est le produit d’elle même par elle-même.

      Mais la particularité dont il est question met face à face une multitude de titulaires, donc un grands nombres d’hommes, mais aussi un seul homme, et de l’autre côté un objet, la richesse, qui peut être une multitude de richesses, mais aussi la richesse qui les contient toutes, donc un objet limité.

      Donc, on arrive à la conclusion qu’un seul homme peut tout posséder, ce qui n’était absolument pas ce que voulait dire l’assertion au départ, qui insistait plutôt sur la diversité des combinaisons possibles et l’affirmation du fait que la richesse essentielle réside dans les hommes et leur diversité et qu’elle est par voie de conséquence non définie.

      L’assertion du philosophe devient suspecte: elle justifie l’accaparement du plus grand nombres de richesses possibles par les plus petit nombre de gens possible. Elle devient donc un truc pour les gogos.

      C’est un peu jeter le bébé avec l’eau du bain, il me semble.

      Bon, sinon, sur les défaites: nous ne menons plus de guerres de conquête, en réalité. L’occident ne trouve plus d’intérêt à cela. On fait du maintien de l’ordre. Donc, nos moblos se font casser la gueule par des boxeurs en colère et nos CRS par des jeunes de banlieue. Notre horizon militaire, c’est le MO dans les bordures. Ou le SNA dans la ZEE, de la même fibre.

      Mais la guerre de conquête est sous notre pif: dans l’espace, par exemple. La guerre de conquête ne s’est pas mise sur pause parce qu’on vire vieux cons riches, gras, égoïstes et menacés par le cholestérol.

      Surtout pas à un moment où il est question de se partager des richesses dont on mesure l’épuisement.

      Bon, c’était le quart d’heure philosophie, parce que je me fais chier à côté de mon ventilo. Fait une chaleur de gueux là où j’ai mon cul.

    • Albatros24 dit :

      L’Afghanistan n’est pas une défaite militaire mais un choix de politique de se retirer après un autre choix politique d’y être allés (sans trop s’impliquer comme l’ont faits les russes).

      • Plusdepognon dit :

        @ Albatros24
        Heu… il est vrai que ce ne sont pas les mêmes chiffres que la guerre du Vietnam. Mais c’est tout de même la plus grosse gifle militaire, vu le différentiel technologique entre la coalition et les talebs.
        En espérant que le retrait américain soit moins humiliant :
        https://youtu.be/og6bi3cgf5g

  15. Nobody dit :

    Quand la Royal Navy va rentrer dans le vif du sujet, nous allons passer du clapotis à une grosse mer hi hi hi.

  16. werf dit :

    La situation n’a rien à voir avec l’Argentine et la guerre des Malouines vu l’état de la marine anglaise disponible aujourd’hui mais aussi le risque de voir détruit ses derniers bateaux en état de marche par des tirs de saturation de missiles iraniens si le conflit s’envenimait. Quant à la protection aérienne, elle n’est pas non plus assurée à 100 % car, là aussi, il y aurait de lourdes pertes. Les états majors de tous les pays concernés, y compris français, ont bien analysé la situation et ne prendront pas de tels risques. La solution est donc politique et diplomatique.