CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

 

Barkhane : Un robot estonien déployé au Mali

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

9 contributions

  1. Raymond75 dit :

    C’est sûr : la victoire est proche !

    • Sacha dit :

      Il y en a déjà eu plein là-bas, des victoires. Suffit de voir la gueule de Gao aujourd’hui par rapport à y a pas si longtemps, mais quand on a décidé de raconter des conneries c’est pas la réalité des faits qui intéresse, hein ?

  2. nimrodwing dit :

    Je ne sais pas si on peu considérer ça comme étant un test précurseur, il faudra compter sur ce genre de moyen en combat dans un avenir proche c’est certain.
    Entre les drones, mini drone, les blindés télécommandé et maintenant les robots, la guerre change de vision tactiquement et techniquement.
    Ces moyens permettent de sauver des vies tout comme d’en protéger en limitant certains risques.
    C’est une aubaine pour l’entreprise Estonienne ainsi que pour le groupe MBDA et Nexter, les mesures en terrain désertique seront plus concret pour les futurs projets.
    Sait ont si des test de résistance vis a vis de projectiles tout type ont été réalisés ou sont en cours ?

  3. Fred dit :

    Le problème de ce type d’engin, destiné à accompagner l’infanterie, c’est qu’il ne passera pas partout où un fantassin peut aller : sentier étroit, muret, ruelle, tranchée, forêt d’arbustes resserrés … Il suffit de regarder les images de combat en Afghanistan pour comprendre les innombrables limitations d’usage, à moins d’abandonner ces engins à leur sort (avec leur réserve de matériel) : soit qu’il ne puisse aller plus loin dans l’itinéraire prévu, soit que des combats imposent un « itinéraire bis ».

    C’était bien l’intérêt des mules à patte US, mieux capables de franchissement (seulement mieux), mais handicapées, elles par une consommation d’énergie bien trop importante (épuisement rapide des batteries ou moteur thermique bruyant).

    Bon, on m’objectera son usage au Sahel et ses grands espaces (souvent mais pas toujours) plats et dénudés. Mais là : quel intérêt de mettre un engin de 1,5T sur un véhicule de transport … Alors que ce même véhicule de transport pourrait aller à peu près partout ou sa mule pourrait cheminer ?

    • Frederic ATCHOU dit :

      « Le problème de ce type d’engin, destiné à accompagner l’infanterie, c’est qu’il ne passera pas partout où un fantassin peut aller : sentier étroit, muret, ruelle, tranchée, forêt d’arbustes resserrés … »
      .
      Vous choisissez des situations ou AUCUN véhicule motorisé n’est capable de passer : moto, quad, 4×4, etc. Personnellement, je pars du principe que l’on ne conçoit pas un drone aussi complexe pour ensuite lui chercher un usage éventuel par les militaires. La conception de ce type d’engin implique obligatoirement les clients finaux. Les cas d’usage sont déjà connus et définis depuis longtemps. Ce test en vrai grandeur par les clients finaux, va permettre de les affiner.

      • Fred dit :

        @ Frederic ATCHOU
        Peut-être, mais je crains fort que cet engin soit plutôt la (mauvaise) réponse à un très sérieux problème posé : sac de fantassin beaucoup trop lourd. Les salons quels qu’ils soient, sont remplis d’inventions que personne n’a demandé, et qui cherchent preneurs.
        À contrario, même le client final peut imaginer une mauvaise solution et demander à ce qu’elle soi mise en œuvre ; cela ne change rien à l’affaire.

        Je serais bien plus enclin à penser qu’un drone aérien puisse être la bonne solution.

        Sinon – pour rire – on pourrait remettre les vraies mules en chair et en os à l’ordre du jour, et pallier leur principal défaut (paniquer lors des combats) par une injection de Tranxène radio-commandée :o)

    • John dit :

      En effet… il ne passe pas partout. MAIS ce n’est pas ce qui est vendu.
      La Syrie est utilisée par la Russie comme « terrain d’essai ». Il y a aussi des pays qui veulent tester certaines capacités en situation réelle, mais correspondant à leurs besoins.
      Peut être que dans la Baltique ils y voient un intérêt. Il ne faut pas être systématiquement arrogant / condescendant envers ces petits pays. Certes ils ne sont pas capables de se défendre seuls face à la Russie (en même temps, y a-t-il bcp de pays capables de se défendre ?). Mais ils ont malgré tout des compétences, et peuvent connaître certains besoins qui diffèrent des besoins français…

      • John dit :

        P.S. sans oublier le fait que l’essai du châssis permettra par la suite de l’affiner, et de lui trouver des applications spécifiques:
        – missiles anti-chars
        – missiles anti-aériens
        – mortiers
        – brouillage? Selon le volume de matériel nécessaire pour brouiller les communications ennemies, ça peut éventuellement être intéresant.
        – et les ravitaillements de postes de combats pouvant être faits en « sécurité », avec moins de monde en étant à couvert.

        Tout ça pour dire qu’il ne faut pas y voir un engin révolutionnaire, mais un outil qui peut être intéressant, mais dont les volumes ne seront pas énormes.

  4. Plusdepognon dit :

    C’est très joli sur ordinateur. Maintenant il ne faudra pas que les RETEX soient caviardés ou enjolivés pour des intérêts autres que militaires.
    http://forcesoperations.com/retex-en-demi-teinte-pour-les-drones-mavic-pro-du-gcp/