Océan Indien : La frégate de surveillance Floréal a saisi plus de 5 tonnes de cannabis

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

21 contributions

  1. Johnny Goodfellow dit :

    Les marins français risquent leur vie pour saisir le cannabis en haute mer. Et en France, le cannabis est toléré, décriminalisé, jamais reprimé, et souvent encouragé. C’est la consommation qui alimente le trafic, pas l’inverse.

    • Bravo-charlie dit :

      Les Rifains s’en moquent, avec la bénédiction de M6, leurs produits passent par Gibraltar, voire à côté pour se déverser en Europe.
      Floréal est en quelque sorte une ligne Maginot nouvelle formule !
      Quelle misère.

    • Robert dit :

      Johnny,
      Quand l’opium est arrivé par les colonies en France, que les drogues se sont répandues autour de 68, qu’elles se sont installées dans le paysage par leur banalisation, il n’y avait pas de consommation importante dans notre pays.
      C’est l’offre qui a incrusté cette mauvaise habitude, puis la contre culture a présenté positivement ces usages, et une petite minorité de vendeurs et de consommateurs s’est étendue jusqu’à devenir cette lèpre actuelle.
      Sans une offre accessible, l’usage de stupéfiants serait resté anecdotique, réservé à certains milieux spécialisés que fréquentaient certains artistes autrefois. Et, effectivement, l’offre accessible s’est développée comme un marché et s’est généralisée.
      La légalisation hypocrite, appelée dépénalisation, de la Hollande, couplée à la libre circulation bon marché d’un pays à l’autre, a permis aux autres pays européens de « bénéficier » de cette permissivité à la fois pour le produit légalisé, le cannabis, et les autres produits demeurés illicites mais prospérant toujours dans la périphérie des consommateurs de cannabis. Et je m’appuie sur ma propre expérience fin des années 70. La Hollande a voulu rétropédaler, mais c’était trop tard, leur naïveté intéressée, taxes et impôts tombant régulièrement dans la poche de l’Etat, a laissé place à un marché européen de la drogue partant de chez eux, illégalement cette fois mais installé dans leur pays grâce à la légalisation.
      L’immigration extra européenne a amené chez nous des consommateurs habituels et des dealers et trafiquants dans leur pays d’origine, Pakistan, Maghreb, Liban, Afghanistan mais aussi Amérique du Sud, Antilles britanniques, Asie, développant en Europe une mentalité drogue.
      La contre culture américaine et la dilution de l’éducation et de la famille, mais aussi l’explosion d’une immigration extra européenne, ont fait beaucoup pour faciliter le développement de la consommation de drogue.
      Bravo à nos marins, cela paraît perdu à vue humaine, mais ils persistent à faire leur travail courageusement, car si la vie d’un trafiquant est sacrée par la suppression de la peine de mort, la vie de nos soldats et policiers est toujours en jeu pour combattre ces criminels.

      • Clément dit :

        Il faut noter que la Hollande a justement rétro-pédalé depuis. Précisément les villes qui ont jugé l’impact négatif ont durement légiféré (notamment les villes frontalières). Reste le cas d’Amsterdam, où le cannabis représente 30% du revenue touristique.

        Par contre il faut noter que l’arrivée de la drogue dans les milieux populaires survient plus tôt dans notre histoire : les soldats napoléoniens ramènent du hashich d’Égypte et la troupe en consomme avant les artistes, on a pas mal de traces d’usage d’opiacés par les soldats en 14-18 (envoyé par les familles) et il semblerait que avant que le tabac n’arrive en Europe, on consommait le chanvre, certains champignons psychoactif et la datura depuis l’Antiquité (principalement dans un usage religieux, mais pas que).

        • jyb dit :

          n’oubliez pas la fée verte qui fut un véritable fléau.

          • Robert dit :

            Jyb,
            L’absinthe, effectivement, j’oubliais, mais je le compte parmi les alcools forts.
            Il revient d’ailleurs à la mode.

          • themistocles dit :

            Le fleau etait surtout les multiples productions artisanales locales avec parfois l`emploi de methanol et l`usage de tuyaux en plomb. L`intoxication avant le delirium, que du bonheur !

        • Robert dit :

          Clément,
          Pour la Hollande, ils ont interdit l’achat dans les coffee shops aux résidents à l’étrangers, mais la consommation et la vente hors lieux autorisés suffit à fournir ceux-ci, la disparition des frontières intérieures empêche de contrôler l’importation chez nous. La fermeture régulière de ces lieux ayant enfreint les règles légales est une plaisanterie, elles n’ont jamais été respectées, j’en ai été maintes fois témoin et à l’époque la situation était moins anarchique qu’aujourd’hui. Les villes proches de la frontière belge restent des plaques tournantes de la consommation européenne, parce qu’autour du trafic légal a toujours existé le trafic illégal qui a pris le relais des contraintes légales et fournit les produits restés illicites, Belgique et Hollande produisant les drogues de synthèse et la Hollande produisant sur son sol du cannabis très dosé en THC, inexistant dans la nature comme les bières à 12,6%, qu’elle est la seule à fournir. La production de produits qui se sont répandus périphériquement au cannabis depuis la légalisation n’a jamais diminué, les ports hollandais sont une passoire et les frontières intérieures n’existent pas. La Belgique a légalisé ne faisant que transférer les quelques misérables restrictions hollandaises un peu plus près de chez nous, tous les consommateurs du Nord vont se fournir dans les boîtes de nuit belges en une heure de route maximum. La légalisation est un échec, une hypocrisie, et a entrainé une légalisation de fait dans toute l’Europe sur laquelle il est impossible de revenir réellement car les habitudes s’installent.
          Je parle de la consommation de drogue culturellement banalisée. Et la dilution des familles, l’individualisme culturel, ainsi que l’apport de populations habituées à ces produits, correspond à l’épidémie de banalisation de la drogue.

      • Plusdepognon dit :

        @ Robert
        La drogue est un fléau qui n’a pas fini de faire des dégâts.
        Après avoir affaibli la Chine, enrichi certains (la banque HSBC est née de ce trafic), le fonctionnement du monde ressemble furieusement à ce que sont devenus les différents acteurs criminels du monde. En tout cas, l’histoire de ces trafics honore pas ce qui ont sacrifié les hommes pour leurs intérêts financiers et personnels.
        https://youtu.be/ljsYxOzRSEE

  2. Breer dit :

    Avec les milliers de consommateurs assidus, plus toute la part de population migrante consommatrice qui est déjà arrivée en Europe (et celle qui viendra encore), l’importation de toute ces saloperies ne faiblira pas, le désoeuvrement, l’analphabétisme, l’inconscience quant aux effets sur l’organisme, sur le cerveau, le mental et le psychisme continuera de créer de la demande, avec toutes les conséquences sociales et humaines en découlant ….
    C’est bien que l’armée participe à la destruction de ces produits et filières, car il s’agit d’une guerre contre la débilisation progressive d’une part grandissante de la gente humaine….

    • Jolindien dit :

      « le désoeuvrement, l’analphabétisme, l’inconscience quant aux effets sur l’organisme, sur le cerveau, le mental et le psychisme  »
      Ce qui me dérange avec le canabis, c’est qu’il enrichit mafias et terroristes.
      Après, j’aimerai qu’on ai le même genre de critiques envers l’alcool quand on parle de nocivité, mais au pays du vin ce serait une hérésie n’est-ce pas?

      Ceux qui sont contre le canabis devraient l’être tout autant contre l’alcool qui est aussi un véritable fléau. Mais l’hypocrisie l’emporte bien souvent.

      Un peu HS comme post, désolé.

      • Robert dit :

        Joindien,
        On peut effectivement parler de l’alcoolisme, mais l’hypocrisie serait de confondre drogues et vin. Le vin est une nourriture depuis des siècles, l’eau saine était rare dès l’antiquité. Le vin peut se consommer raisonnablement sans dépendance ni nuisance, je dirais un verre par jour, deux au cours d’un repas de famille et pas chez les jeunes. Ce qui n’est jamais le cas avec le cannabis qui, dès le premier joint, équivaut à deux whiskys, provoque des troubles de la perception de la réalité et peut augmenter le risque de développement de crise chez les personnes atteintes de pathologie telles qu’épilepsie, schizophrénie et paranoïa, même à un stade léger, ce qui fait une population importante sans parler de la conduite d’un véhicule et du risque de relargage dans l’organisme plusieurs jours après la consommation. Nous parlons aussi de produits dont le taux de principe actif a beaucoup augmenté en quelques décennies.
        L’alcoolisme, la dépendance à une consommation abusive, une dépendance à l’alcool, est réellement un fléau, mais les ligues anti alcooliques qui veulent mettre sur le même plan toute consommation d’alcool ou de substance psychotropes réagissent en lobby qui dramatisent sur certains aspects pour être pris au sérieux. Par contre, il existe des polytoxicomanies dont le mélange alcool et drogue, et je ne pense pas que le vin soit préféré, plutôt bières fortes ou alcools forts.
        Mais je peux vous suivre sans problème si vous parlez de l’alcoolisme mondain et l’alcoolisation précoce des jeunes, car parmi ses victimes se trouvent les alcooliques. Je trouve qu’on gagnerait à revenir sur cette complaisance culturelle de l’alcool et j’aimerais que ce ne soient pas les musulmans qui s’en chargent pour nous, parfois tolérants envers le cannabis et parfois hypocrites concernant l’alcool.

        • Stoltenberg dit :

          Bon. Sur ce, ne transformons pas l’espace commentaires de ce site en un forum médical. Le tas de conneries que j’ai pu lire… Bien sûr que l’alcool est nocif et il s’avère qu’il peut avoir des effets néfastes même en petites quantités si consommé régulièrement (le fameux 1 verre par jour). Une fois de temps en temps c’est beaucoup mieux.

  3. ScopeWizard dit :

    Bravo à tous !

    Excellemment bien joué les gars ! 😀

    ………………

    Dites ……….. au passage tant que j’ y pense , à y être , pourriez pas m’ en mettre 4 ou 5 kg ? de côté » ? 🙂

    C’ est qu’ en ce moment , entre les impôts à 52% , l’ essence à mettre dans le réservoir des deux Maserati ainsi que dans celui de la Porsche de fonctions , la maison de famille à retaper de 800 m2 habitables plus 25 ha de parc et jardins , + mes rhumatismes sciatiques/lumbagos et autres apnées du sommeil 100% dépassements d’ honoraires assurés chaque mois à New-York + les dettes de jeu monégasques ou à Las Vegas accumulées , sans compter les quelques 200 Euros de resto tous les midis 5 jours sur sept , voyez-vous les temps sont devenus plutôt difficiles ………………… 😉

    • Chanone dit :

      Je ne vous connaissais pas un tel train de vie!
      Vivez vous vraiment en France où la réussite est un crime?

      • Robert dit :

        Chanone,
        La réussite des autres, la jalousie sociale ne remet pas en cause les privilèges syndicaux, les passe droits politiques, les subventions aux amis, les postes de parasites surpayés.
        Le seule scandale, c’est que ceux qui travaillent dur pour payer des impôts osent exiger que ces impôts ne servent pas à engraisser des parasites.

      • ScopeWizard dit :

        @Chanone

        Je vous avoue en avoir un peu marre : toutes ces mondanités , tous ces beaux hôtels , grands voyages et autres fantaisies par nature ô combien dépensières comme le yacht amarré sur Saint-Trop’ , la saison de Polo , ou le jet privé actuellement bloqué en cours de grande visite finissent par sérieusement me lasser ………….
        Tout cela devient peu à peu une torture …………. 🙁
        Alors , afin d’ éviter de m’ expatrier j’ avais bien pensé m’ installer en Terre Adélie mais même s’ il n’ y a pas grand-monde et que les sources de tentations y sont quasi-inexistantes , je reconnais qu’ il fait plutôt frais là-bas ………….. 🙂

        Bora Bora ?

        Nous en discutons en ce moment avec ma maîtresse …….. euh , mon épouse !
        https://www.youtube.com/watch?v=SPw8qU32L_s

        • themistocles dit :

          Bora-bora, en dehors du périmetre des hotels, c`est peu glamour. Un cote bidonville/favelas très prononcé. Avec option meutes de chiens errants et aggressifs…

  4. heaume44 dit :

    Bravo ! Excellent travail ! Continuez !

  5. Amida dit :

    Bravo!