Les pilotes de F-22 sont désormais dotés d’une carabine GAU-5A pour leur auto-défense en cas d’éjection

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

30 contributions

  1. Renard dit :

    Au moins un truc qui fonctionnera dans le F 35. Plus sérieusement les pilots de Transall dans le Golfe en 91 n’avaient-ils pas des MAS 36 CR 39? C’est ce que j’avais entendu dire, à moins que ce soit une énième ânerie…

    • Pravda dit :

      Us carbine 30m1, Mas36 CR39, puis Chapuis mixte 12/ 7,65R étaient en dotation

    • Motox1 dit :

      il faudra relire, ça parle de F22 plutôt qui est un superbe avion….le F35 a assez eu comme ça les derniers semaines laissons le respirer un peu 🙂
      Plus sérieusement la réponse est oui c’était leur cadeau de départ

    • Sempre en Davant dit :

      Quand des F35 auront a survoler Kodiac ils auront, en plus, une blague de gros calibre genre « Bear pull my finger… « 

  2. Polymères dit :

    Quand on se souvient que les premières armes individuelles données aux pilotes, c’était pour se tirer (entre autres) une balle afin de ne pas brûler vif…

    • Polymères dit :

      Mais c’est vrai que lorsqu’on voit en Syrie le destin du pilote jordanien éjecté en territoire ennemi, il est bon d’envisager de faire du pilote, un potentiel combattant au sol.
      Sans oublier le cas du pilote russe, bien plus révélateur, car il était clairement dans une phase d’engagement au sol, mais il n’avait pas les moyens d’en emmener quelques uns avec lui, voir de s’en sortir (avec de la chance est un bon raisonnement tactique).
      Nous devons l’envisager également.

  3. tab dit :

    https://www.overtdefense.com/2018/06/25/usafs-new-gau-5a-aircrew-self-defense-weapon/

    je ne comprenais pas le principe d’encombrement et de démontage.

    • lym dit :

      Que de possibilités de dissimulation en conservant une mise en œuvre rapide et aisée, pour une personne aussi peu entraînée que mal intentionnée… On se rappellera le Thalys et une arme un peu rapidement réassemblée dans les toilettes qui, fort heureusement, s’enraye de mémoire.

  4. Fred dit :

    Est-ce une légende ? Durant la 2éme GM, un aviateur américain aurait réussi à tuer le pilote qui venait de l’abattre à l’aide de son Colt 45, alors qu’il était sous voile …

    Peut-être un manpad dans la trousse de secours pourrait-il être appréciable ? :o)

    • Clément dit :

      Il y aussi le cas, durant la Guerre d’Espagne, d’un pilote qui a abattu un avion ennemis à la carabine, avant même de monter dans son avion pour essayer de l’intercepter.

  5. Le Suren dit :

    Le problème c’est que 60 secondes, ça risque d’être trop court. Dans le stress de l’éjection, le termps de le faire et on peut être tué. Il vaudrait mieux un mini-uzi.

    • redirf dit :

      Et tu vas tirer a combien de mètre avec ton mini uzi ?

      • NRJ dit :

        Il vaudrait mieux utiliser un MP7 plutôt qu’un mini M4 ou un mini uzi. Il est plus petit avec son chargeur dans la poignée, a une portée très respectable de 200 mètres. Et si nécessaire, la cadence de tir peut compléter le manque de puissance de feu.

        • John dit :

          Sinon il y a la version récente du SIG 550, le SIG553-P!
          C’est une version « pistol » du Sig 553. Le canon est très court. Il fait 5 cm de plus que le MP7. Il a l’avantage de la fiabilité du SIG-550 y est. Et 2 calibres sont disponibles. La version OTAN en 5.56, ou le 7.62 russe. L’avantage du 7.62 c’est d’accepter les chargeurs d’AK. Et en cas d’éjection derrière les lignes ennemies, les chances que l’adversaire soit équipé d’AK sont élevées.

          • Ysgawin dit :

            L’inconvénient de ce SIG553-P c’est l’absence de crosse. Sans cet « accessoire », impossible de faire un tir précis à plus de 50m (et encore).
            Mais les ingénieurs de chez SIG sont excellents, donc si il y a une demande je suis certain qu’ils son capables d’ajouter une crosse escamotable (et pas repliable sur le côté qui ferait une sur-épaisseur gênante) en quelques semaines.

    • TM dit :

      j’ai pas compris ça. Une fois à terre , il faut 60 s pour remonter l’arme… C’est ça ?

    • Pravda dit :

      Perso, je fournirais un AKSU en 7.62×39 avec 3 chargeurs vu les pays où ils risquent de s’ejecter. Plus controlable qu’un PM, plus facile de « ramasser » des munitions, possibilité de chasser et de se défendre, plus longue portée.
      Avec un pistolet 22 à silencieux et 50 cartouches en complément.

    • lym dit :

      C’est sans doute en effet plus (faussement?) rassurant qu’autre chose. Surtout que la taille du paquetage étant très limitée, ce sera forcément aux dépens d’autre chose dans le kit de survie.
      Pour améliorer les chances sur une éjection pas trop basse ou ce serait alors possible il serait sans doute plus utile (et pas que pour s’éloigner de combattants ennemis, mais globalement éviter une zone peu accueillante) que le pilote soit déjà en capacité d’influer sur son point de chute avec une voile (voir le siège entier, qd on voit un flyboard Zapata on n’est peut-être plus dans le rêve, en n’en séparant pas le pilote si rapidement?) un minimum pilotable.
      Sinon on en restera surtout à la chance du point de chute…

    • Franz dit :

      Je pensais aussi à cette arme, qui a donné beaucoup satisfaction à l’époque ; qu’elle-elle devenue, est-elle encore fabriquée ?

  6. Waroch dit :

    L’idée est bonne, mais je pense que le choix de l’arme n’est pas le bon. L’assemblage en 60s et la portée effective de 200m c’est sans doute vrai au stand de tir, mais un pilote sous le choc de l’éjection et qui atterrit en zone dangereuse est sans doute beaucoup moins efficace. Sans même parler des cas où la menace est immédiate et où il faut une arme prêt à tirer immédiatement. Pour citer une vieillerie, c’était l’idée du MAT-49, conçu pour être déployé ET prêt à tirer en un minimum de temps.

    Ce qu’il faut pour ce job c’est un PDW ou un PM 9mm: PM9, MP5K, Uzi… C’est pas le choix qui manque pourtant :/

  7. Titi28 dit :

    Je pense que le pilote gardera son PA dans son gilet do’c il aura quand même un moyen d’auto défense directement disponible en attendant qu’il est remonte cette arme

  8. Zorg dit :

    @ Le suren. le problème c’est que c’est plus facile d’entrainer un personnel non spécialisé avec du fusil qu’avec un PM.
    Mettre au but avec un mini uzi ça demande beaucoup d’entrainement.

  9. MD dit :

    Curieux les pilotes des F 22 basés en Alaska, c’est à dire loin des zones d’opération ou de territoire ennemi où ils pourraient vraiment devoir en avoir besoin , soient ceux qui en ont été équipés en premier. Il doit s’agir encore d’ un miracle de ces miracles dont sont coutumières toutes les ‘administration militaires.

  10. john dit :

    un fn p90 , serais idéal pour ce job , et au moins pas besoin de le démonter , portée plus longue qu un pm 9mm et plus de compacité qu un fa en 5.56 en plus il peut etre doté d un silencieux .les pm en 9mm c est depassé dans le type actuel de conflits .

  11. jo76677 dit :

    bah suffit de prendre le FAMAS qui est aussi léger que ce GAU 5-1

  12. LAHYRE dit :

    Logique, le seul PA dont sont dotés actuellement nos pilotes peut s’entendre pour faire face à un animal ou 1 seul ennemi. Mais, dans la réalité, en cas d’éjection en territoire hostile, c’est pas vraiment ce qui se passe…

  13. chasseur de trolls dit :

    Merci à Pravda pour son commentaire suggérant l’emploi du 7.62×39 dans une AKSU au vu des pays au-dessus desquels les F-22 interviennent. Ce n’est pas déconnant, mais il y a un souci: le pilote n’aura certainement pas l’occasion de piller les corps de ses victimes pour se réapprovisionner en munitions, et la qualité de celles-ci, souvent médiocre sur ces théâtres où l’on s’approvisionne comme on peut, risque de ne pas convenir au réglage de l’emprunt de gaz de son arme. Si on se réfère aux images observées en Syrie, la situation sera plutôt une éjection suivie d’un encerclement avec objectif de procéder à la capture du pilote. Donc un combat à 1 contre XX individus. Il faut quelque chose d’immédiatement fiable, précis, et permettant un important volume de feu. La compatibilité avec le 7.62×39 est sans doute en bas du tableau en termes de priorités.

    Mais cela étant des AK sont fabriquées aux USA, y-compris pour le marché civil, alors l’idée pourrait être défendue avec un produit spécifique pour certains théâtres. Pourquoi pas.

    Pour le choix de l’arme, et en prévision des obligatoires commentaires désobligeants, une AR15 c’est aujourd’hui ce qui se fait de plus léger et de moins encombrant pour tirer du 5.56, et oui, c’est très fiable et très résistant à un environnement poussiéreux/boueux, contrairement à ce que racontent les légendes urbaines sur l’emprunt de gaz direct… Bien plus fiable que les AK dans ces environnements, même. Pour la bonne raison qu’il y a un piston à l’intérieur du porte-culasse, un volet de protection de la fenêtre d’éjection, et que l’action est entièrement protégée au moment du tir par le verrouillage en tête. Mais les stéréotypes ont la peau dure.

    Quant aux propos sur le 9mm… Qu’est-ce qu’on peut bien tuer au 9 para à plus de 100 mètres? Des écureuils?

    La portée pratique revendiquée par l’arme en question est même presque contestable, 200m pour du 5.56 tiré depuis un canon de 11 pouces apparemment, ça reste très en deçà de ce qu’on peut atteindre avec de bonnes munitions. Cela étant ça risque quand même de manquer cruellement de punch face à des adversaires équipés de protections balistiques même simples voire fabriquées artisanalement. Mais ça ne semble pas gêner outre-mesure nos forces spéciales équipées de HK416-C à canon de 10.5 pouces, donc pourquoi pas…
    Même chose, 120 cartouches pour une arme dotée d’un sélecteur pour le tir en rafale de 3 coups, c’est très léger. Mais c’est peut-être la présence de ce mode de tir qui confère toute sa pertinence au choix de l’arme et du calibre.

    ***

    À titre personnel j’aurais bien vu le même système (la poignée basculante est une bonne idée pour réduire l’encombrement) mais associé au calibre .300 Blackout ou Whisper (7.62x35mm obtenu par formage et raccourcissement d’un étui de 5.56 et sertissage d’une ogive de .30 (7.62) la différence entre les deux étant qu’on peut tirer du Whisper dans un canon chambré pour du Blackout, mais pas l’inverse car les pressions sont différentes et que celles pour le BLK sont éditées par la SAAMI alors que le .300 Whisper est un pur calibre artisanal, « wildcat », à l’origine, bref même histoire que pour le .223 et le 5.56. La balistique reste malgré tout la même, fin de la parenthèse).

    C’est dans ce calibre .300BLK qu’étaient chambrés les HK416 de la Seal Team 6 qui est intervenue dans l’assaut sur la maison de Ben laden à Abbottabad (ce qui a motivé HK à présenter le HK337, un 416 spécifiquement conçu pour ce calibre, un peu plus tard, en même temps qu’une version idoine du G-36 et du HK433: https://www.thefirearmblog.com/blog/2017/07/25/hk-blackouts-hk237-hk337-hk437-300-blackoutwhisper/).

    Deux systèmes remarquables en .300BLK sont proposés commercialement sur le marché, l’AAC (désormais Q.) « Honey Badger » sur base AR15, et son successeur spirituel, le Sig MCX « Rattler » sur base AR18. Action réputée plus fiable (c’est débattable) du fait de la présence d’un emprunt de gaz associé à un piston à course courte.

    Les deux systèmes permettent des tirs précis à plusieurs centaines de mètres (on a vu des tirs à plus de 900 mètres pour le BLK sur des cibles de la taille d’un carton à pizza, mais la portée utile au combat est estimée à 460 mètres) et ce depuis un canon de seulement 9 pouces de long… Soit 22cm. Ce qui est fort court (et permet de rappeler que précision et longueur du canon n’ont rien à voir, la longueur ne jouant que sur la vitesse initiale du projectile une fois la stabilisation d’icelui achevée).

    On est très au-delà des performances du 5.56, y-compris en pénétration, les différentes ogives proposées par les fabricants étant rien moins que 2 fois plus lourdes que le projectile de la M855… (62 grains pour la M855 de 5..56mm, soit 4.01 grammes, 125 grains pour la .300 AAC Blackout, soit 8.1 grammes). Mais la munition tient dans le même chargeur USGI, et l’étui a le même diamètre, donc permet d’approvisionner ces chargeurs à volume de munition équivalent.

    Avec une optique décente et un gros silencieux, positionnés sous une crosse « arm brace » pour l’une, et sous le canon pour l’autre, pour le transport, et des chargeurs 40 coups Magpul en polymères pour remplacer les 30 coups USGI réglementaires en aluminium qui vont certainement bien plus souffrir à cause des facteurs de charge, un tel système donnerait autrement plus de punch aux pilotes éjectés, pour un devis de poids équivalent.
    Et comme la récupération de munitions sur l’adversaire n’est pas une option réaliste dans tous les cas (sauf à opérer les armes de l’adversaire) la question ne se pose pas vraiment…

    Dans tous les cas ça démontre que la menace est prise au sérieux aux USA. En France on reste au Pamas G1, pour l’instant…
    Mais il fut un temps où la MAS existait encore (avant 1997 donc) où une version spécifique du Famas G2 « commando » à canon court aurait pu remplir le même rôle plutôt correctement. C’est malheureusement (?) de l’histoire ancienne.

  14. Frédéric dit :

    Sur l’article du Colt Commando du wiki, on indique un premier projet de mini-fusil pour les équipages de l’USAF proposé à partir de 1968. Le Colt’s Model 608 survival rifle.

    Trop de problème d’ergonomie, cela est tombé à l’eau

    https://medium.com/war-is-boring/u-s-bomber-crews-tested-a-tiny-assault-rifle-f3118a9ca662