CNM, Retraite Mutualiste du Combattant

De nouvelles violences intercommunautaires font plus d’une centaine de tués dans le centre du Mali

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. Alain d dit :

    Centre du Mali: manifestations de femmes et d’enfants de militaires tués
    http://www.malinet.net/editorial/centre-du-mali-manifestations-de-femmes-et-denfants-de-militaires-tues/
    Bandiagara, une double attaque à Diombolo fait 4 morts et 2 blessés
    http://www.malinet.net/alerte/bandiagara-une-double-attaque-a-diombolo-fait-4-morts-et-2-blesses/
    Mali: un regain de violence lié à «l’absence de l’Etat et l’accès à l’armement»
    http://www.rfi.fr/afrique/20190324-mali-conflits-mettaient-jeu-gourdins-font-coup-kalash
    Lutte contre Boko Haram: des soldats tchadiens arrivent en renfort au Nigeria
    http://www.rfi.fr/afrique/20190222-lutte-boko-haram-soldats-tchadiens-arrivent-renfort-nigeria
    Tchad: 23 morts dans une attaque de Boko Haram contre l’armée malienne
    http://www.rfi.fr/afrique/20190322-tchad-23-morts-attaque-boko-haram-armee-malienne

    Heureusement que la situation était maitrisée……

  2. Stoltenberg dit :

    Violences intercommunautaires ? Pas trop étonnant dans un pays dont les frontières ont été tracées à la règle et dont les dirigeants ne pensent qu’à s’enrichir.

    • Henri MARTIN dit :

      Comme si les frontières de l’Europe étaient logiques et respectaient les peuples, elles sont également arbitraires et directement lié à l’histoire et aux guerres. Un exemple en France, basques, catalans, flamands, alsaciens, niçois ne sont français que par une frontière hérité de l’histoire qui les séparent de leurs frères de sang ou de culture. Et je ne parle pas de l’Europe, ou des roumains, russes, hongrois, allemands, turcs, serbes, macédoniens ne vivent pas tous dans leur états officiels. L’Afrique noire n’avaient pas d’organisation étatique et elle est comme ailleurs le résultat de l’arbitraire et de l’histoire plus récente que l’on appelle la colonisation.

      • Stoltenberg dit :

        Je vous rappelle que la 2ème guerre mondiale est, en partie l’effet de l’irrédentisme des états qui ont considéré comme injustes les arbitrages après la 1 ère guerre mondiale. La fin de la 2 ème guerre mondiale a été accompagnée par des déplacements de populations afin d’éviter que cela se répète. C’est pour cette raison que nous n’avons pas beaucoup de problèmes de ce genre aujourd’hui. Malgré cela, les tensions intercommunautaires dans des pays comme la Belgique, l’Ukraine ou Estonie sont toujours fortes.

        • Thinker dit :

          Déplacement de population c’est une jolie formule, pudique, pour dire épuration ethnique. Mais le mal n’est scandaleux qu’en fonction de qui le commet… et tout le monde sait bien que nos maitres sont toujours gentils.
          Pour ce qui est du rôle des frontières africaines dans les tensions ethniques, elles ont bon dos les frontières puisque les populations étaient déjà mélangées, amalgamées sur les territoires avant que ces frontières ne soient tracées. Le mélange de ces populations ne résultent pas d’un déplacement forcé de population organisé par les méchants blancs, en particulier par ces Français diaboliques. Pas plus que les Européens n’ont inventé les différents peuples africains. Les tensions inter-ethniques et les guerres tribales en Afrique sont millénaires et immémoriales, ce sont même elles qui ont fondé les bases du commerce triangulaire ignoble. Les tensions entre éleveurs nomades et cultivateurs sédentaires en particulier ont toujours été très récurrentes. Mais les Africains ont la mémoire courte, soit par manque d’instruction sur leur propre passé, soit parce que c’est une hypocrisie commode (et rentable).
          Alors comment régler la question Peul dont il est sujet dans l’article avec un redécoupage de frontières ? Les Peuls sont présent au Mali, au Sénégal, en Guinée, au Burkina et au Niger. Il y en a peut-être même en Cote-d’Ivoire ! On fait quoi pour éviter les conflits puisqu’ils s’entendent très mal avec tout les peuples avec lesquels ils cohabitent ? On fait des bantoustans partout en Afrique de l’Ouest et on fout du barbelé pour les empêcher d’en sortir ? On les déplace tous de force dans un camp de réfugiés en plein milieu du Sahara ? Attention certaines expériences scientifiques en milieu réel peuvent vite dégénérer en crime contre l’humanité… vous avez plutôt intérêt à obtenir la bénédiction de notre oncle Sam avant de vous lancer dans un projet pareil. C’est le seul à avoir le niveau de gentillesse suffisant pour pouvoir toucher aux frontières et aux populations résidantes sans que la chose ne soit considéré comme criminelle dans le monde post-guerres mondiales.

          • Stoltenberg dit :

            Euh, ces déplacements ont permis d’éviter un autre conflit majeur en Europe. Il suffit de regarder ce qui s’est passé en ex Yougoslavie. D’autant plus que les populations allemandes étaient souvent complices de crimes commis par l’Allemagne (génocide, expropriations, germanisation…).
            .
            Sinon, comment définiriez vous le terme « nation malienne » ?

          • Thinker dit :

            Selon les termes d’Ernest Renan monsieur: la volonté d’appartenir à un même peuple. Le problème Touareg vient d’ailleurs de là: ils n’ont jamais voulu appartenir au peuple Malien et ils l’ont dit dès le départ à de Gaulle qui n’en a pas tenu compte, il les a entubé. Historiquement les Touaregs sont bel et bien le seul peuple à s’être plaint du découpage des nouvelles nations issus du colonialisme Français… leur répugnance ne venait pas de la langue mais d’un style de vie et d’une culture effectivement très différente des subsahariens et aussi et surtout du racisme: ils ne voulaient pas être commandé par leurs anciens esclaves.
            La notion rance et moisie d’une langue un peuple, le nationalisme ethnique, vient d’Allemagne et il a servi à justifier bien des malheurs et des velléités expansionnistes au XXeme siècle. Et ce qui est malheureux, c’est que ceux qui le pratiquait n’en sont toujours pas revenu et continue à jouer à redécouper les états européens sur des critères ethno-linguistiques et à financer et encourager des mouvements sécessionnistes. Le nationalisme ethnique peut servir à 2 choses: justifier des annexions comme les Allemands l’ont fait, ou comme les Russes, les Albanais ou certains Arabes souhaiteraient le faire, ou justifier la balkanisation d’état-nation, comme les Allemands et les Américains le font.

        • Henri MARTIN dit :

          Donc vous êtes pour la même chose en Afrique, et vous confirmez indirectement que même en Europe les frontières sont arbitraires ?

          • Stoltenberg dit :

            Non ?

          • Thinker dit :

            Non ! Les frontières en Europe sont hérités de mille ans d’Histoire et de tradition politique et elles ont été tracé dans le sang. Et ce que le sang a fait seul le sang peu le défaire, on l’a bien vu en Yougoslavie avec cette idée saugrenue de soutenir des nostalgiques du IIIeme Reich et des fanatiques religieux avec des caisses d’armes pour faire plaisir à un nouveau Reich réémergent toujours soucieux de laver l’humiliation du traité de Versailles…
            Ce qui est ennuyeux voyez vous c’est que quand on nie ou on relativise l’importance de la frontière, on dénie le droit d’un peuple à s’autodéterminer, malgré toutes les fadaises que peut raconter la télé. Qu’elle soit bien ou mal placé, la frontière sert avant tout à déterminer jusqu’où s’exerce votre autorité.
            C’est amusant de vous voir relativiser cette notion vous qui dirigez une alliance sensée aider ses membres à défendre leur intégrité territoriale en toute circonstance et refusant même d’en intégrer de nouveau qui auraient des contentieux territoriaux préexistant (c’est la raison pour laquelle la Géorgie ne pourra avoir qu’un accord d’association).

  3. Raymond75 dit :

    C’est vraiment très étonnant de la part des Africains, mais ce n’est pas de leur faute : ils ont été colonisés !

    Bon, 60 ans d’OPEX et rien ne change, encore une petite quarantaine d’années pour fêter les 100 ans d’OPEX inutiles françaises.

    • PK dit :

      Il faudra songer à recoloniser sec… au moins, pendant la colonie, c’était calme là-bas.

      • Polymères dit :

        Ce n’était jamais calme, c’est juste qu’avant, ce genre de choses ne parvenaient pas jusqu’ici.
        Durant les colonies, il y avait toujours des rebelles ici et là, des révoltes et autres. Ils se massacraient entre eux (même avant qu’on ne débarque) et ce sont leurs rivalités, leurs animosités qui facilita grandement l’esclavage, car ce n’était pas nous qui allons faire des rafles dans les campagnes, nous généralement on ne s’aventurait pas bien loin de nos ports en Afrique noire.
        Le Mali et autres, c’était du désert, peu peuplé aujourd’hui, ça l’était encore moins hier et l’isolement de chaque tribus, chaque villages faisaient notre force pour contrôler la zone. Les rivalités internes et souvent très locales, totalement indépendantes d’un destin nationale et commun, permettaient facilement de se faire des alliés (quand l’argent ou la gamelle ne suffisait pas) en prenant position de l’un contre un autre.
        Aujourd’hui ça n’a pas vraiment changé, la désunion et l’animosité ethnique, clanique, tribale domine beaucoup de régions, sauf qu’aujourd’hui le fait local devient un fait national, si ce n’est international qui prend une importance que le fait local n’aurait jamais eût il y a 100 ans.
        Un village massacré au milieu de l’Afrique en 1900 ou 1800, jamais ce genre d’infos ne seraient parvenus chez nous et jamais on ne s’y serait intéresser.

    • Frédéric dit :

      Est ce de l’ironie ? Sinon, conflit entre sédentaires et nomades, agriculteurs comme éleveurs, c’est littéralement vieux comme le monde. A Madagascar, au Kenya, au Zaïre, en Tanzanie, en Amazonie, etc… C’est encore courant.

    • Czar dit :

      décidément… y a-t-il UNE connerie que tu refuseras de nous servir ?

      Tu peux nous faire la listes des Etats européens qui N’ONT PAS été colonisés ? Est-ce qu’on se découpe à la machette pour autant ?

  4. Auguste dit :

    Ceux qui brûlaient les cases après le massacre étaient habillés comme les chasseurs Dozos,qui sont traditionnellement ennemis des Peuls.Une feinte de cowboy pour les faire accuser?.Toujours est-il qu’entre, cultivateurs,règlements de compte,djihadistes,rivalités,il ne fait pas bon être Peul en ce moment.On n’est pas loin de la « purification ethnique » dans le centre du Mali.

  5. Le Breton dit :

    Voilà les maux de l’Afrique.
    Imaginez si les bretons ou les normands s’entretuaient par le fait d’être bretons ou normands.

    • Auguste dit :

      Lisez l’Histoire,ils se sont entretués au temps ou la France se construisait.Aujourd’hui il y a toujours la « guerre » entre les deux,mais sur le plan culinaire et l’appartenance du mont St Michel (entre autres),autrement plus pacifique.

  6. golf dit :

    Le Mali est dirigé par des corrompus.Nous , Français ,soutenons les corrompus, et moi avec la mafia corse, par ma contribution aux impôts je soutiens Barkhane.

  7. petitjean dit :

    Le sentiment anti-français en hausse au Mali
    L’avis d’un expert :
    Bernard Lugan : « Au Mali, les dirigeants français ont voulu imposer l’utopique ‘vivre ensemble’ »
    https://www.polemia.com/bernard-lugan-mali-dirigeants-francais-imposer-utopique-vivre-ensemble/

    « Au lieu de partir du réel ethno-racial sahélien, aveuglés par leur idéologie, les dirigeants politiques français ont voulu imposer l’utopique « vivre ensemble ». Ils imaginaient sans doute que la fée électorale allait, d’un coup de baguette magique, faire accepter à des nomades berbères ou arabes de se soumettre au bon vouloir des agriculteurs noirs sédentaires que leurs ancêtres razziaient, et aux sudistes de cesser de prendre leur revanche sur ceux qui, avant la colonisation libératrice, réduisaient leurs ancêtres en esclavage. »

    • v_atekor dit :

      «  Ils imaginaient sans doute que la fée électorale allait, d’un coup de baguette magique, faire accepter à des nomades berbères ou arabes de se soumettre au bon vouloir des agriculteurs noirs sédentaires que leurs ancêtres razziaient, et aux sudistes de cesser de prendre leur revanche sur ceux qui, avant la colonisation libératrice, réduisaient leurs ancêtres en esclavage » 
      .
      Donc en gros il y avait une alternative entre soit ceux du sud prennent leur revanche sur ceux du nord, soit ceux du nord réduisent en esclavage ceux du sud.
      .
      Une fois qu’on a enterré l’option française d’une coexistence, et qu’on a qualifié l’Égalité d »utopique », que faut-il donc faire ? Soutenir les esclavagiste ou les revanchards ? Tu me dis, car je veux savoir si je prépare le chéquier pour acheter 3 ou 4 esclaves ou bien s’il vaut mieux que je vende des fusils pour expédier les massacres plus rapidement ?
      .

      • Contractor dit :

        Juste prendre en compte cette realite qui est immuable pour le moment et donner une forme d’autonomie au Nord Mali, au sein d’une federation malienne. Autre point : ceux que nous combattons (djihadistes) ne sont pas consideres comme des « problemes » pour les habitants du Nord car presents dans la zone depuis debut 2000 et donc integres (mariages, liens economiques etc). Les mouvements signataires ne s’opposent pas a ceux-la (AQMI) mais a ceux qui posent un probleme aux populations locales (EIGS).
        Pour le Centre, c’est plus complexe et dans la zone du plateau Dogon, les djihadistes ne sont pas encore en action dans ce conflit (du moins pas en tant que groupe constitue / Ansaroul Islam y a des bases mais se tient pour le moment a l’ecart) mais pour combien de temps ? C’est une des cles dans cette zone.

    • Faublas dit :

      Intéressante analyse, certes fondée, mais qui remet en cause des frontières, donc les états. Il est vrai qu’une zone Sahélienne administrée sur un principe territorial (pour la santé, éducation, infrastructure…) serait idéale, mais qui décidera… l’abolition des frontières politiques (pour les remplacer par un pur système administratif avec une vie politique délocalisée n’est pas pour demain…

      • Chamborant autant dit :

        D’autant que le Nord Mali est une région au fort potentiel énergétique et minier même si ce potentiel reste sous exploité compte tenu de la situation. Peu probable que Bamako soit disposé à laisse filer cette manne possible. Ne nous faisons aucune illusion, nous en avons encore pour des décennies … et rien ne dit que nous serons du côté des vainqueurs à l’heure de plier bagages (il suffit de voir ce qui se passe en Afgha en ce moment)

    • Henri MARTIN dit :

      Donc si j ai bien compris, on reste et nous sommes de méchants néocolonialistes qui exploitons les richesses immense du pays en profitant de cette guerre et nous la prolongeons par intérêt, nous partons et nous sommes d’infâmes racistes sans humanité responsable par notre fuite et nos actes antérieurs de massacres de masse par la suite !!! Le blanc n’a qu’une fonction en Afrique être le bouc émissaire de tout ce qui va mal.

    • Edgar dit :

      Il n’y a pas de raison que les ethnies d’agriculteurs ne puissent pas cohabiter avec les ethnies d’éleveurs dans le Sahel. SAUF si l’herbe vient à manquer, si les pluies faiblissent et que le mil ne pousse pas, si le bétail prolifère, ou si une épizootie vient ravager les troupeaux, si les femmes (gravement sous-éduquées dans la BSS et mariées bien trop tôt) continuent à faire trop d’enfants, si le réchauffement climatique vient tout foutre en l’air…

  8. Lagaffe dit :

    Le gouvernement malien a annoncé avoir mis fin aux activités d’une milice de chasseurs dogons et limogé les chefs de l’armée au lendemain du massacre de quelque 130 Peuls dans le centre du pays.
    « Le président Ibrahim Boubacar Keïta a réuni dimanche un Conseil des ministres extraordinaire « pour annoncer la dissolution de l’association (de chasseurs dogons) « Dan Nan Ambassagou » pour dire clairement aux uns et aux autres que la protection des populations restera le monopole de l’Etat », a déclaré à la presse le Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga.
    M Maïga a également annoncé « la nomination de nouveaux chefs militaires », après le limogeage du chef d’état-major général des armées, M’Bemba Moussa Keïta, et de ceux de l’armée de Terre et de l’Air. Le nouveau chef d’état-major des armées est le général Abdoulaye Coulibaly, selon un communiqué du gouvernement. »
    Les sanctions contre les chefs de l’armée surviennent aussi après une attaque jihadiste le 17 mars contre un camp de l’armée à Dioura au cours de laquelle 26 soldats avaient été tués.

  9. bruno dit :

    BERNARD LUGAN EXPLIQUE TRES BIEN ce qui se passe en afrique .faut juste payer les bons (bénéfice)

  10. Plusdepognon dit :

    Je ne sais pas ce que ça va donner pour la suite, mais si Serval a donné un répit, ce n’est pas la France qui profite des contrats.
    L’évolution de l’Algérie est surveillé par tous les camps. Les massacres sont sans doute plus médiatisés qu’avant, mais dans ce cas-là pourquoi ne parle-t’on pas plus du Kivu ? La manière de créer l’information pour susciter une indignation sur commande créer l’indifférence des consommateurs. Même si la question posée par un article montre la complexité réelle du monde.
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/10/06/comment-alger-protege-le-djihadiste-iyad-ag-ghali-avec-l-aide-de-paris_5009126_3212.html
    https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/03/22/les-voisins-saheliens-de-l-algerie-s-inquietent-pour-leur-stabilite_5439708_3212.html
    La solution n’est pas seulement militaire et c’est parti pour durer très longtemps…