La présidente des démocrates-chrétiens allemands propose un « porte-avions européen commun »

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

127 contributions

  1. UnKnown dit :

    100 000 tonnes de diplomatie mais sans la moindre once de politique extérieure commune sur laquelle se baser…
    On le sent bien, le tas de fonte inutile, eco-labelisé « bisounours européens ».
    Ce sont les berniques de la baltique qui vont être contents (je doute que nos sages teutons acceptent de laisser une si belle machine dans les mains des vulgaires français).

    • Paul Letissier dit :

      Et puis « nos sages teutons » sont aussi des écologistes.
      Alors effectivement les berniques et autres coquillages vont se régaler parce que les antifouling seront interdits.

  2. Frédéric JEAN dit :

    l’Allemagne tombe le masque,avant ils étaient dans la subtilité, là ils ne cachent plus leurs pensées le RN doit boire du petit lait.

    • NRJ dit :

      Effectivement les allemands se disent que l’objectif de leur vie n’est pas de payer pour les autres. Ils sont horribles.

  3. Théophraste dit :

    Bah elle a complètement raison ! Il faut se mettre à sa place. Il faut profiter du fait qu’il y ait un dirigeant français illuminé qui désindustrialise la France à cent sous de l’heure au profit de l’étranger.

  4. JF dit :

    Après avoir volé les technologies aérospatiales, plus particulièrement le milieu des satellites, absorbé les technologies aéronautiques militaires (en cours) et civile, ils louchent sur des technologies qu’ils n’ont pas encore. On est gouverné par des apatrides de raison, ils seraient capable d’accepter. Pourquoi Hitler a voulu envahir militairement la france, il suffisait de s’allier et de demander les biens français en leur parlant d’Europe et de paix

    • nexterience dit :

      volé quoi en satellites? Ils veulent juste faire du satellite IR!
      En quoi Trappier accepte de se faire voler par les allemands?
      Apatrides, Le Drian, Macron, Larcher, Philippe, pote d’EDF-AREVA?

    • NRJ dit :

      Si la France perd ses capacités, ce n’est pas du tout par idéalisme de l’Europe mais simplement parce qu’on n’est incapable de se gérer. On élit des démagogues comme Macron (alors qu’au moins aux 2 dernières élections il y avait des candidats avec des programmes reconnus économiquement sérieux par plusieurs instituts. Et après naturellement on est en déficit excessif. Incapable de faire des reformes à long terme on met tout sur les entreprises qui ne sont désormais plus compétitives, et derrière le système entier se désagrège. L’Allemagne n’y est pour rien là-dedans. A l’inverse ils mettent d’ailleurs plutôt la pression pour qu’on réduise notre dette. Mais ils n’ont pas les moyens d’aller plus loin que les annonces.

      • Geoff dit :

        A la dernière élections, quels – si c’est au pluriel ! – candidats « avec des programmes reconnus économiquement sérieux par plusieurs instituts »? Franchement, je n’en voyais qu’un. Et tous, ses « amis » comme ses adversaires, l’ont détruit.

  5. bat dit :

    en échange la France donnera son droit de veto à L’ONU ..bref tout ce que De gaule avait créer après la Guerre d’Algérie sera brader ….rappel le FLN était soutenu par l’Egypte …en 1956 l’Angleterre ,Israël et la France ont essayé de le foutre en l’air ….la France non pas pour le canal de suez en réalité ,partiellement oui ,mais la vraie raison était le soutien que Nasser procurer au FLN .De Gaule est arrivé trop tard pour que la France garde l’Algérie et son pétrole du Sahara….si la France avait eu la Bombe atomique à cette époque ,jamais les amerloques et les russes auraient pu soumettre la France ,d’un autre coté l’Egypte de Nasser aurait eu quelques scrupules à aider le FLN si on le menaçait de l’arme nucléaire tactique …bref le rapport de force n’aurait pas pu être le même que celui des accords donnant l’indépendance …rappelons que les militaires avaient réussit à mettre l ‘ALN l’armée du FLN à genoux …imaginer si Macron refile le droit de veto,tôt ou tard l’indépendance du territoire sera remis en question … on nous dira que la prolifération des armes nucléaire doit être stoppé ,on nous mettra au rang de la Corée du Nord …..nous n’aurons plus aucun poids politique dans le monde sinon celui comme les pays pacifistes à fermer leurs gueules et faire de la diplomatie de pacotilles qui n’abouti jamais …combien ont hurler pour le Vietnam ….combien de pays pacifistes ont empêcher les amerloques de foutre en l’air ce pays ….ils ont fait ce qu’ils ont voulu ,pour finir ils en sont reparti comme des Cons alors que ces mêmes amerloques nous mener la vie dure justement pour les événements d’Algérie 10 ans auparavant …l’indépendance de l’Algérie par une clique de mafieux encore au pouvoir ,on vois où cela les a mener ,ce pays n’a jamais décollé …hors de Gaule avait au départ promis un développement si le FLN accepter un fédéralisme ,le FLN a rejetter toutes les propositions que De Gaule avait faite ….et ce pays est entrer dans un prolongement de la guerre ,car aussi bien le FLN et l’OAS naissante ne voulait pas de cette paix ..De gaule a vite compris que tout était perdu et que la France aller y perdre encore plus ,c’est là qu’il a compris que donner l’indépendance été vital pour que la métropole ne se ruine pas dans un combat fratricide inutile …les gens de l’OAS avait une vue à Court terme ..De gaule à Long Terme ,il a ainsi lancer plusieurs grands Travaux …il avait compris que doter la France de l’Arme nucléaire permettait de se passer des directives des amerloques et tenir aussi les Russes en allant leur expliquer qu’il n’était pas leur ennemis (voir son voyage chez eux ) discours aussi en Chine ….donner le DROIT de veto à l’ONU de la France pour le remettre dans les mains des politiciens allemand c’est foutre en l’Air tout ce pourquoi De gaule s’est toujours battu ….la France deviendrait une province aux ordres des petits cons arrivistes comme le Luxembourgois…..l’Allemagne a perdu la seconde Guerre mondiale ,mais elle a gagné la guerre économique ….la France sera considéré comme la Gréce une fois perdu sa force nucléaire et son droit de veto …si l’Allemagne veut un droit de veto qu’elle aille le quémander comme l’Inde et d’autre ,un porte avion cela dans l’avenir ne servira plus à rien ,c’est un leurre …c’est obsolète

    • nexterience dit :

      Pourquoi vous faites vous du mal à imaginer le pire?
      névrose?

      • Posteur dit :

        C’est bat,il a quelques problèmes psychologiques je crois,suffit de voir ses commentaires.
        .
        Excusez-le il n’a plus toute sa tête.

  6. nexterience dit :

    Le petit jeu de chacun, c’est de demander plus d’Europe quand ça l’arrange.
    L’ Allemagne veut une Europe pour le PESCO (sous son influence), le siège de l’ONU à l’UE, et peut-être la dissuasion? ) et reste très nationale dans ses principes lorsqu’on parle pognon.
    .
    Nous demandons une armée européenne fonctionnelle via l’IEI car elle nous arrange: contrairement aux germaniques, nos compétences sont effectives, donc prêtes à prendre une grande place dans l’ambition européenne.
    .
    Et puis contrairement à eux, nous voulons être indépendants, surtout des USA. Eux affleurent à peine l’idée.

  7. L’autreTom dit :

    Beaucoup ici s’inquiètent de la question de la langue qui serait utilisée dans une éventuelle armée européenne (ou juste sur un bateau européen) :
    .
    Ça sera soit des unités monolangues, avec des recrutements différenciés en fonction des langues parlées par le candidat, soit (plus probablement) obligation pour tout le monde de maîtriser l’anglais.
    .
    L’anglais est déjà la langue internationale de référence. Elle est déjà parlée sur tous les bateaux de la marine marchande avec des équipages multinationaux, pareil dans l’aéronautique ou l’hôtellerie (essayez d’être stewart ou réceptionniste sans savoir parler anglais…). Dans un groupe comme Renault-Nissan, tout le monde doit déjà rédiger ses documents et ses présentations en anglais même si l’auditoire est uniquement français.
    .
    Et aujourd’hui en France, aucun ingénieur ne peut être diplômé sans avoir obtenu un niveau équivalent à B2 en anglais.
    .
    La connaissance de l’anglais sera une compétence indispensable à l’avenir, et vraiment pas insurmontable à acquérir (ça va, l’anglais est très loin d’être la langue la plus difficile qui soit…).

  8. bat dit :

    l’Europe ne se fera pas sans une langue commune hors ce que peu savent c’est qu’au départ à Bruxelles le Français était très présent comme l’allemand également …..ce PB nous fait penser à ce Brexit qui va compliquer les choses ..ou les simplifier ……..grandement car on ne peut pas dire que les Anglais aient été des partenaires fiables et partageurs …..ce sont des égoïstes auto centrer ………..Quand le Royaume-Uni aura quitté l’Union, seuls 5 millions d’Européens auront encore l’anglais pour langue officielle. Une occasion en or pour redonner à notre langue nationale la place qu’elle a perdue. Si…
    L’anecdote prêterait à rire si elle n’était triste à pleurer. « Quand, à Bruxelles ou à Strasbourg, le commissaire français Pierre Moscovici s’adresse à des interlocuteurs francophones, il leur parle… en anglais ». Bruno Fuchs connaît le sujet : ce député LREM du Haut-Rhin est le président de la section française de l’assemblée parlementaire de la francophonie, pour laquelle il boucle un rapport sur le sujet qu’il présentera le 21 mars. Car c’est ainsi : qu’ils soient politiques ou fonctionnaires, un grand nombre de nos compatriotes veulent à tout prix montrer qu’ils maîtrisent la langue des élites mondialisées. Faut-il s’étonner, dès lors, de la dégringolade de notre idiome national en Europe ? Le nombre de documents rédigés en français par la Commission, qui s’élevait à 35 % en 1999, est tombé à… 3,7 % en 2016, selon les chiffres officiels.

    Sur le bout des langues >> Recevez chaque semaine la lettre d’information de Michel Feltin-Palas

    Le Brexit va-t-il changer la donne ? Beaucoup y croient. Après le 29 mars, qui devrait marquer le lancement officiel du divorce du Royaume-Uni avec l’Union européenne, seules l’Irlande et Malte auront encore l’anglais pour langue officielle. « Il serait tout de même paradoxal de voir 450 millions d’Européens choisir pour communiquer un idiome parlé par seulement 5 millions d’entre eux », résume Fuchs. Les partisans du français y croient d’autant plus que, malgré son récent recul, notre langue reste en position de force : 80 % des fonctionnaires européens sont francophones ! De surcroît, cette évolution serait dans l’intérêt de l’Union : « Une Europe qui parle anglais n’est qu’un marché. Une Europe multilingue respecte ce qu’elle est : une mosaïque de cultures, reprend le parlementaire. Elle ne peut pas prétendre être puissante si elle adopte la langue de son principal rival, les Etats-Unis. »

    Vers un trilinguisme anglais-allemand-français ?
    Tout ne sera pas simple pour autant, le député ne se fait aucune illusion sur ce point. Aussi s’est-il fixé un but pragmatique : non pas chasser l’anglais du jour au lendemain, mais instaurer un trilinguisme anglais-allemand-français, en commençant par exiger qu’au moins 30% des textes soient produits dans chacune de ces langues.

    Cet objectif vous paraît modeste? Il est pourtant loin de faire l’unanimité. Les Italiens, comme beaucoup d’autres, ne voient pas l’intérêt de s’associer à une orientation qui ne prend pas en compte leur idiome national. Les Allemands, soucieux de ne pas nuire à leurs exportations, sont tout aussi réservés, de même que les Scandinaves, dont l’anglais est la seconde langue de fait. Mais les plus fortes résistances viendront de l’Est. Pour les anciens pays communistes, l’adhésion à l’Union européenne a été une façon de se mettre sous le parapluie militaire américain, via l’OTAN. De leur point de vue, l’anglais n’est pas un problème, mais un gage de sécurité.

    Les partisans sincères du multilinguisme tordent également le nez. Eux proposent de privilégier non pas trois, mais six, voire toutes les langues des 27. Bruno Fuchs ne voit pas les choses ainsi. « Dans un premier temps, l’essentiel est de mettre fin à l’avancée de l’anglais. Pour cela, il faut privilégier l’efficacité avec seulement trois langues. Dans un deuxième temps, on pourra aller plus loin, notamment grâce aux formidables progrès des logiciels de traduction. »

    Pour ne rien arranger, on trouve même certains Français pour contrecarrer ce plan de reconquête. Exemple avec cette réponse du député européen Brice Hortefeux (Les Républicains) à l’un des électeurs de sa circonscription : « La communication en anglais entre les députés et le personnel au Parlement européen est souvent le seul moyen de communication commun, direct et rapide, écrit l’ancien ministre de l’Intérieur. De ce point de vue, l’anglais ne peut être proscrit sous prétexte que le Royaume-Uni ne sera plus membre de l’Union européenne à partir de mars 2019 ». Et c’est un héritier du parti gaulliste qui l’affirme…

    Dans ce combat, le chef de l’Etat a évidemment un rôle crucial à jouer. Hélas, beaucoup doutent qu’Emmanuel Macron soit décidé à mener cette bataille, tant l’homme recourt aux anglicismes plus souvent qu’à son tour. « Charles de Gaulle ou François Mitterrand avaient une conscience aiguë du rôle politique de la langue, de ce qu’elle symbolise, mais aussi des rapports de force qu’elle sous-tend. Emmanuel Macron habite une autre planète… », analyse, sceptique, l’écrivain Benoit Duteurtre.

    Cette ambition serait pourtant d’autant plus légitime qu’il ne s’agit pas de passer du tout-anglais au tout-français, ce qui, au fond, reviendrait à échanger un hégémonisme contre un autre. Non : il s’agit au contraire de favoriser le multilinguisme, la seule orientation conforme à l’aphorisme du regretté écrivain italien Umberto Eco : « La langue de l’Europe, c’est la traduction ».

    on va vers un brexit sans accord …la théorie de la succession des états va se mettre en place …contrairement à ce quye l’on nous raconte il ne se passera rien ,vous croyez que les compagnie aériennes japonaises ne vont pas se poser …ce qui va changer c’est pour les gens en interne et la grande peur des pro européistes est celle que les gens se rendent compte que le royaume Unie se portent bien contrairement à ce que ces gens racontent en faisant peur ….

  9. rafi77 dit :

    Cette dame sait elle ce qu’est un porte-avions ? Un outil militaire de souveraineté, de projection de puissance, d’intervention…..
    Cette dame connait elle également la constitution de son pays ? Que l’Allemagne ne peut intervenir militairement que dans le cadre de l’OTAN et sur un emploi purement défensif….
    A part déployer des avions de reconnaissance ou des hélicos (qui ne tireront pas) les allemands ne peuvent ni ne veulent se méler des affaires du monde, du moins militairement…..Leur puissance est ailleurs.
    Bon, elle aurait pu attendre le 1er avril pour pondre cette connerie, là au moins on aurait rigolé…..

    • Sblurb dit :

      Il s’agit certainement d’une idée 200% « politique », lancée tout à trac … un porte-avions européen, sans équipage, chaîne logistique, centre de commandement et de décision cohérents et unifiés est à l’évidence … parfaitement inutile d’un pt de vue opérationnel.
      Même proposer une nouvelle série de PA construits et proposés aux pays d’Europe serait uen gageure et aurait peu de sens, tant tous sont équipés de matériels différents : Harrier et F35 Italie, Rafale, …etc… avec des doctrines d’emploi et objectifs très différents.
      Y’a du boulot pour y arriver 🙂

  10. Posteur dit :

    C’est idée est déjà morte-née.
    .
    Un porte avion « européen » ne verra jamais le jour car concrètement impossible à réalisé,déjà que l’idée du PA-Français-Britannique est tombé à l’eau (alors qu’il s’agissait juste d’une reprise apparence en simplifiant) alors un PA européen avec d’autres pays qui ont des besoins divergents,je ne vois pas trop l’intérêt ni à quoi va servir ce PA,il serait plus diplomatique et non militaire qu’autre chose.
    D’ailleurs niveau propulsion ne vous attendez pas à du nucléaire,ça sera classique à coup sur,ça limite déjà un certains tonnage et la place que vont prendre les réserves de carburants.
    Pourquoi ? Car le nucléaire c’est du Secret de Polichinelle (surtout qu’en faite seul la France peut placer des réacteurs de cet acabit avec les anglais) et que du nucléaire sur du PA… pas sur que beaucoup de pays européens approuvent cet décision.
    .
    Niveau avion,ben vous en voyez beaucoup qui peuvent être placé dessus ? A part le Rafale qui est le seul avion « maritime et européen » j’en vois pas beaucoup d’autres à part les avions russes et ça déjà ça risque fort de déplaire à certains car ce PA serait surement plus français qu’autre chose vus que seul la France construit encore des PA avec les Britanniques mais qui eux ne sont plus dans l’Ue enfin dans pas longtemps et les seuls à pouvoir surement procéder à une navalisation de l’Eurofighter mais bon comme dit sur un autre article je crois ou dans un commentaire (http://www.opex360.com/2017/10/09/bae-systems-compterait-supprimer-1-000-emplois-lies-au-programme-eurofighter-typhoon/),on ne navalise pas un avion comme ça et c’est relativement coûteux,alors pour juste équipé un futur PA « européen » qui ferait 50 000 tonnes (tonnage sortie au hasard) je n’en vois pas l’intérêt.
    Ensuite il faut voir comme dit au « milieu fin » de l’article,qui va faire quoi,en clair, la propulsion qui l’a fait ? Les systèmes de télécommunications,radars,canon,armement,missiles et tout les petits attirails ?
    Concrètement seul la France-Royaume-Uni-Italie,Espagne savent faire des porte aéronefs voir »porte-avion » les autres pays européens n’ont pas ces capacités là et encore l’Espagne avec Navantia je pense qu’on va éviter,le Pa risque d’avoir une capacité sous marine ou avoir des pièces qui se détachent.
    Vous voyez l’Europe du Nord financer en partie ce genre de programme qui serait réalisé par l’Europe du Sud soit l’Espagne-l’Italie des pays avec des difficultés économiques,la France,un vilain pays avec des taxes partout même sur la possession de cochon d’inde unijambiste,mal vus,président peu apprécié et un pays qui va sortir de l’Ue donc le Royaume-Uni ?
    Non.
    Ca montre déjà rien que ça de l’infaisabilité du projet,déjà que le programme d’avion en commun est déjà assez douteux comme ça alors un PA c’est complétement surréaliste,apparemment le pragmatisme allemand n’était pas présent ce jour là car c’est du même acabit que les idées européennes folle de Macron,c’est bien jolie mais c’est pas réalisable ou sans d’énorme sacrifice et sans viabilité à long terme si tout le monde n’y met pas du sien.
    Et personne n’oubliera le Bundestag qui va y mettre sa graine,pinceaux car certaines décisions ne lui plairont pas ou que le retour pour la « pauvre » industrie allemande seront minime.
    .
    J’espère aussi que cela ne va pas donné des idées stupide à la Parly sur notre futur PA qui remplacera le CDG même si elle a déjà placer quelques petits mots par ci,par là,mais bon de toute manière elle ne sera surement plus là quand celui-ci sera en préparation ou lancement et tant mieux même si de toute manière c’est déjà irréalisable car il sera obligatoirement à propulsion nucléaire,peu de doute là-dessus,sachant qu’il sera probablement plus grand et gros et vus les avantages du nucléaire je ne vois pas pourquoi ça ne serait pas le cas,le classique c’est bien gentil mais c’est très gourmand,prend beaucoup de place contrairement au nucléaire (si on compte le carburant) et niveau autonomie on a vus mieux.
    .
    « En revanche, l’idée d’un groupe aéronaval européen est nettement plus « raisonnable ».  »
    Mais non voyons,ça serait un signe de l’impérialisme français mené par le CDG qui domine,contrôle l’Europe,j’entends déjà les râlements du Bundestag et autre qui trouve ce groupe aéronavale est un peu trop sous contrôle/domination française.
    .
    Bref c’est bien d’avoir des idées encore faut-il qu’elles soient réalisables et non pas folle comme celle là,un PA européen ça ne verra jamais le jour et bon nombres de débat ou commentaires en ont déjà parler sur ce site,ça serait bien trop chiant,compliqué à mettre en place et surtout coûteux pour pas grand chose.
    .
    Pourquoi pas un Sous marins européen tant qu’on y est ? Manquerais plus que ça,le truc il va jamais partir du continent et il va falloir demandé l’avis de tout le monde si on veut qu’il fasse une manoeuvre précise ou si il doit allez prendre des photos de l’Antarctique.
    —–
    J’espère ne pas voir de bouffonneries européennes sur notre futur PA car concrètement à part l’Espagne et encore faut voir dans quelle état elle sera,personne en UE n’en n’a quelque chose à foutre de notre capacité aéronavale et ça s’est vus sur encore un énième autre article de ce site avec dans les commentaires la volontés de certains de ne même plus vouloir un autre PA voir ne pas vouloir de versions navales du futur avion,et je ne vois pas les allemands payer pour entretenir un PA européen que personne n’utilisera et on voit déjà venir les petits mots placés ou suggestion douteuses « ça serait bien un pa européen » quand on sait que ces mêmes personnes parler de transférer notre veto à l’Ue ou même le fait qu’on devra remplacer notre PA suite à un article il y’a quelques mois.
    On les voit déjà venir et c’est NON ! Et les stupidités économiques ou même de la mondialisation c’est bien mais c’est pas ça qui me fera changé d’avis personnellement surtout avec ce qui s’annonce.
    A part faire naître le sentiment nationaliste ou souverainiste voir l’amplifié en France c’est une mauvaise idée de toucher à nos outils de souveraineté et les européistes seront les premiers à chialer alors qu’on les aura prévenu dés qu’ils auront un FAMAS ou missile français pointé sur leurs tête ou leurs maison rasé par des bombes d’origines françaises.

  11. Anticabri dit :

    Un porte-avions européen existe, construit par des gens qui savent le construire et servi par des gens qui savent s’en servir : c’est le CdG.
    Si l’on peut rassurer les Allemands avec un 2ème PA qui les défendra (parce que depuis cinquante ans c’est la France qui défend l’Allemagne, et gratos) faisons-le en sortant nos dépenses militaires de la règle des 3%.

  12. Tannenberg dit :

    C’est bien essaye, mais l’AKK plane completement:
    « La prochaine étape pourrait consister en un projet hautement symbolique, la construction d’un porte-avions européen commun, pour souligner le rôle de l’Union européenne dans le monde en tant que puissance garante de sécurité et de paix. »

    La colombe essaye d’amadouer le pigeon en sachant qu’un deuxieme PA (a minima) serait necessaire a la France pour assurer la permanence a la mer de son GAE, sauf que la force de ce symbole ne vaut que par l’usage de la capacite de frappe qu’il represente.
    Tout ca pour nous faire lacher du lest sur nos positions dans l’OTAN, l’UE et l’ONU, et continuer de faire tache d’huile sur les pays limitrophes de l’Allemagne en leur montrant ce que c’est de « faire l’europe comme il faut », sur le modele allemand et sans vouloir faire de concession sur celui-ci naturellement.
    Un symbole c’est bien joli, mais qui va decider de l’armement (au sens naval) et des missions de ce symbole, surtout quand il faudra faire parler la poudre?
    Bref, en dehors de toutes les raisons valables deja evoquees dans les commentaires precedents, pour montrer que ce projet n’a pas d’avenir a court ou a moyen terme, elle parle comme une allemande d’aujourd’hui, petrie des valeurs de non-violence, sans manifestement savoir ce que veut dire « usage de la force militaire », et pas forcemment que d’etat a etat.