Dassault Aviation a livré un premier avion Rafale au Qatar

En mai 2015, Dassault Aviation obtenait son second contrat à l’exportation pour son avion de combat Rafale, commandé à 24 exemplaires [dont 6 biplace] par le Qatar. Le tout pour un montant de 6,3 milliards d’euros [armements compris]. Puis, à l’occasion du visite du président Macron à Doha, l’émirat leva une option pour 12 appareils supplémentaires pour 1,1 milliard d’euros.

Alors que 23 des 24 Rafale commandés par l’Égypte ont été livrés, Dassault Aviation vient de remettre le premier des 36 exemplaire destiné à la Force aérienne de l’Émir du Qatar [QEAF], lors d’une cérémonie organisée ce 6 février à son usine de Mérignac, en présence de Khalid bin Mohamed Al Attiyah, vice-Premier ministre du Qatar et ministre d’État chargé de la Défense, de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées et du général Mubarak Al Khayareen, le chef d’état-major de l’aviation militaire quatarie.

« Cette première livraison est conforme au calendrier », a fait valoir l’avionneur, via un communiqué, dans lequel il souligne « l’importance du partenariat historique et stratégique qui unit le Qatar, la France et Dassault Aviation. » Et d’ajouter : « Après le Mirage F1, l’Alpha Jet et le Mirage 2000, le Rafale perpétuera la tradition et contribuera à assurer la souveraineté de l’État du Qatar. »

« Pour la quatrième fois dans notre relation de confiance et de longue date avec le Qatar, un appareil de Dassault Aviation aura l’honneur de servir dans l’armée de l’air qatarienne. Cette première livraison est le point culminant d’une relation entamée voici plus de 40 ans. Je suis ravi et fier qu’à nouveau l’État du Qatar ait renouvelé sa confiance en nous, en confirmant à deux reprises son choix du Rafale pour protéger son territoire et ses citoyens », s’est félicité Éric Trappier, le Pdg de Dassault Aviation.

À noter que, actuellement, les pilotes et les techniciens de la QEAF sont en cours de formation au sein de l’armée de l’Air [à Saint-Dizier, ndlr] et de « l’industrie française ».

Pour rappel, ces quatre dernières années, le Qatar a multiplié les commandes d’avions de combat. Outre les 35 Rafale, l’émirat a en effet signé des contrats pour 36 F-15 américains [Boeing] et 24 Eurofighter Typhoon. Aussi, la QEAF va voir son format être multiplié par 8, ce qui paraît hors de proportion pour un pays qui comptent 2,7 millions d’habitants [résidents étrangers compris]. En outre, l’entretien de plusieurs flottes différents risque de lui poser en matière d’approvisionnement, de formation pour les pilotes et de gestion de compétences.

Quoi qu’il en soit, avec les contrats signés en Égypte [où la levée d’une option pour 12 appareils de plus est envisagée], au Qatar et en Inde [36 exemplaires], Dassault Aviation a dû porter la cadence de production du Rafale à deux avions par mois, contre un seul auparavant.

Pour le moment, 96 Rafale ont été commandés pour les besoins de forces aériennes étrangères. Selon Le Figaro, le premier des 36 avions attendus par l’Inde devrait être livré en septembre 2019.

Photo : Premier Rafale aux couleurs de la QEAF (c) Dassault Aviation

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]