Marine nationale : La Flottille 11F sera la première unité à être dotée de Rafale portés au standard F3R

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

17 contributions

  1. CANOVAS CARLOS dit :

    C’est très positif l’action sur vous menez, un esprit de réaction très amenant pour l’utilité de défense et d’intervention.

  2. Le Cyprés dit :

    J’aurais pensé qu’il aurait été plus logique que ce soit la 12 F qui soit équipée en premier du standard F3 R car c’est cette dernière qui est spécialisée dans le combat aérien et l’interception. Ou est-ce que je me trompe ?
    Est-ce que quelqu’un a une explication ? Merci

    • Nenel dit :

      @Le Cyprés,
      Cette avion, le 30, a été prélevé sur le stock des avions qui ont le plus de potentiel de vol sur les mois prochains. Il porte la cocarde de la 11F. Il aurait pu porter celle de la 12 ou de la 17, c’était pareil. En cela, il faut comprendre que la gestion de maintenance des 3 flotilles se fait comme dans l’AA . Tous les avions sont réunis sous le même pôle, quelque soit leur marquage. Et donc au vu des futurs essais, on tape dans les avions qui ont le potentiel le plus élevé dans l’avenir proche pour mener à bien ces essais.
      La 12F n’est pas plus spécialisé que les autres flotille , chez les marins, les pilotes sont tous polyvalents en mission excepté pour les vols de nuits .

  3. bat dit :

    la 11 feu ,la 11 furieuse remplis de furieux …..eh oui !

  4. bat dit :

    j’aime bien (le terme Ce Ralale M [portant le numéro 30] a été transformé par l’antenne de l’Atelier industriel de l’aéronautique [AIA] Bretagne à Landivisiau. Cet appareil a effectué un premier vol le 17 décembre dernier.)) ouais en clair dans les services de la base où quelques civils ont été détachés de l’Aia Cuers ,un truc comme çà quoi …en clair c’est comme dans l’armée de l’air ,tu met un poste dans le hangar ,tu met l’avion sur vérin et tu détache un chef modif ,et la modif est faite par les personnels de la base qu’ils soit militaire ou civil peut importe ….la marine emploie énormément de civils,c’est intélligent ,quand ils sont en gréve ,le boulot n’avance pas FFFFU …..opérationnel mon oeil ….les modifs alpha jet y’avait quasi pas de civil et le boulot était fait à l’heure ………………….à bon entendeur

  5. bat dit :

    le rafale le prototype a voler quand rappeler moi …………hum ..1986 ou 1987 non ……on est en 2019 (première tôle du Charles de Gaule posée en 1989 .opérationnel en 2001 avec les hélices du Clemenceau au départ ….en France il faut attendre ,attendre ,attendre pour avoir toutes les options ….fichu pays de pauvre et de gilets jaunes où le sport national des riches est l’exonération fiscale ou lka fuite fiscale et après on se demande pourquoi l’etat emprunte ,sans oublier la fameuse loi pour l’etat interdit d’emprunter à zéro % à la banque de France (en clair en fabriquant sa monnaie au besoin),mais on lui impose d’aller emprunter aux banquiers privés qui se sucrent à mort sur les états bien sur …………c’est pour cela qu’on nous parle de la dette et que c’est l’austérité des salaires de la fonction public et le gel des retraites ………..merci qui ..merci les libéraux et socialos libéraux qui nous pompent l’air depuis pompidou

    • Hermes dit :

      Parce que vous croyez qu’un avion ca sort en version X et ça ne bouge pas ?
      .
      Vous seriez surpris avec les F16 et F15 ou F18 qui n’ont strictement plus rien a voir avec les premiers sortie de l’usine…

    • Montaudran dit :

      Mon pauvre bat, les améliorations qui sont apportées au Rafale ne sont pas des options qui étaient prévues dans les années 90 mais des évolutions permises par les évolutions technologies récentes.
      Dois je vous indiquer que le F-16, appareils des années 70 continue d’évoluer avec par exemple des radar AESA…
      Beaucoup se sont plein sur ce forum que les français avaient une moins bonne politique d’évolution de leurs avions (je pense au Mirage 2000 vs F16) aujourd’hui le Rafale justement car il va voler longtemps évolue intelligemment. On ne peut que s’en réjouir.

  6. Nenel dit :

    @bat,
    Pour ta gouverne, le premier vol d’un prototype Rafale date de 1991 ,le C01. En 86 , le Rafale A n’est qu’un démonstrateur c’est à dire un bidule qui ressemble à ce qu’allait devenir le véritable avion, et qui était là dans le seul but de convaincre les pays européens du programme avion du futur.
    En ce qui concerne le CdG, la première tôle, c’est en 87. Et au départ, il avait bien ses hélices prévues jusqu’au pb de casse pendant les essais. La paire de secours ayant le même souci, la marine fut donc obligé d’utiliser les hélices du Foch et du Clem pour terminer les essais et demarrer la mise en condition opérationnel , avec les restrictions de vitesses dûes à ces hélices non prévues. Le Cdg récupère des hélices en conformité en 2008 lors de sa 1ere IPER.
    Et oui, il faut du temps pour mener au bout des programmes ambitieux et surtout innovants, d’autant plus avec des restrictions budgétaires. Mais cracher dans la soupe comme tu le fais n’avance à rien. Si tu étais un temps soit peu plus au fait des choses, en comparant ce qui est comparable du genre avec des pays au potentiel semblable, tu te rendrais compte que malgré les pbs financiers(et je suis d’accord avec tes exemples de politique ) on se débrouille plutôt bien. Donne à nos entreprises, à nos ingénieurs et tout le touti quanti financiers et je te fais le pari que l’on fait mieux que les ricains.

    • Fred dit :

      Bravo tu ne l’ as pas repris sur ses élucubrations financières pour ne pas être méchant mais je crois que tu aurais dû il y à beaucoup de conneries propagées par les gilets jaunes

  7. ScopeWizard dit :

    @Nenel
    .
    Bien résumé !
    .
    Autant de raisons pour lesquelles il existe de telles différences entre le démonstrateur et le Rafale C01 qui lui se rapproche énormément des Rafale de série ………….
    .
    D’ ailleurs , il me semble qu’ il y a eu en tout 5 prototypes + le démonstrateur Rafale A , à savoir la C01 , le B01 , le M01 et ?
    .
    Récapitulons ……………
    .
    Le premier d’ entre-eux , le C01 monoplace c’ était le noir , couleur choisie afin de suggérer ses qualités « furtives ( l’ avion ayant été redessiné en fonction de cette exigence de dernière minute ) , ce qui rappelait le SR-71 , l’ U-2 , ou le récent F-117 , trois appareils américains de chez Lockheed considérés comme « furtifs » ( altitude pour le U-2 , vitesse ET altitude pour le SR-71 , enfin discrétion face à la détection au RADAR pour le F-117 ) .
    .
    Le deuxième , c’ était la version biplace , le B01 , soit celui qui arborait un camouflage clair en deux tons me semble t-il ……………
    .
    Le troisième étant celui destiné à la Marine , le M01 monoplace , qui quant à lui était tout gris-clair probablement comme ceux de série qui allaient suivre …………..
    .
    Oui , mais les deux autres ?
    .
    D’ autant plus que la Marine devait initialement se doter d’ une seconde version , le Rafale N qui à ma connaissance n’ a jamais été construit , n’ a encore moins jamais volé ; ce Rafale étant biplace , il s’ agissait au départ du Rafale BM , il était prévu un certain nombre de modifications ( suppression du canon ( le B l’ a conservé ) , moins de carburant ) afin de soulager le pilote de sa charge de travail jugée trop lourde et donc confiée en partie au second membre de l’ équipage à l’ instar des NOSA de l’ Armée de l’ Air ( Navigateur Officier Système d’ Armes ) …………… et mes connaissances sur le N s’ arrêtent là ………….tout bien considéré , sont pas énormes ! 🙁
    .
    En revanche , j’ en sais un poil plus concernant le Porte Avions à propulsion Nucléaire ( PAN ) Charles de Gaulle ……………. on va pouvoir se rattraper illico-presto ! 🙂
    .
    En résumé , le procédé de fabrication ainsi que les épreuves de passage dérogatoires sont les principaux facteurs ayant entraîné cette grave avarie de casse des hélices ; il en sont les premiers responsables voire les responsables directs .
    L’accroissement du déplacement du navire n’ayant pas été , selon toute vraisemblance , suffisamment pris en compte et évalué à sa juste valeur .
    .
    Ce sont les causes essentielles des « malheurs » de notre tout premier porte-avions à propulsion nucléaire dont nous pouvons , malgré tout , être très fiers ! 😀
    .
    Et alors ? C’ est tout ?
    .
    Ah bon !
    Eh bien , à la demande générale , voici donc plus consistant mais c’ est bien parce que vous insistez ……………..
    .
    Non , ce n’est pas « le » nucléaire qui a à lui seul entraîné l’hélice ; comme très souvent , les causes sont multiples , voyons cela en détail et faisons un peu d’Histoire ………….
    .
    L’ hélice du Charles de Gaulle comptait quatre pales , elle fut dessinée en octobre 1984 , réalisée par la Fonderie de l’Atlantique et fondue monobloc dans un alliage cuproaluminium .
    .
    Le grand avantage de cet alliage , fait de cuivre et d’aluminium , est qu’ il offre une très bonne résistance à la corrosion marine ainsi qu’une dureté une fois et demie supérieure au bronze « classique » . Le cupro aluminium associé au manganèse est même d’une dureté comparable à celle des aciers « spéciaux » !
    Les domaines d’application dans le domaine de la construction navale en font par conséquent un alliage de premier choix pour sa très bonne résistance à la corrosion saline ; on peut noter également ses bonnes aptitudes aux frottements dans des conditions de charge et de températures élevées .
    .
    Les cinq hélices à quatre pales se répartissaient ainsi :
    _ 1 en tant que prototype
    _ 2 en service
    _ 2 de rechange
    .
    Chacune des quatre pales mesurait 6 mètres de diamètre et le poids total de l’hélice se situait vers 19 tonnes .
    .
    Jusqu’en 1990 , quatre projets prévus pour propulser un bâtiment de 36500 tonnes furent expérimentés au bassin d’essais des carènes ; cette même année 1990 précéda une interruption de deux ans et demi pendant lesquels , suite à un renforcement des normes de sûreté nucléaire , le déplacement du futur porte-avions passa à 40500 tonnes …………
    En octobre 1994 , un 5ème projet d’hélice fut commandé mais DCN Ingénierie retint finalement un 6ème projet , en mars 1996 , avant une modification du dessin du profil des hélices !
    .
    Au mois de mars 1997 , DCN prit connaissance du rapport des essais de la nouvelle hélice , réalisés en tunnel hydrodynamique ; l’hélice prototype , dite de qualification , fut coulée en août 1996 , les contrôles mirent en évidence des défauts de retassure sur les pales .
    L’hélice tribord fut coulée ( c’ est à dire fabriquée , pas envoyée au fond de l’ eau ) en décembre de la même année tandis que l’hélice bâbord le fut en février 1997 ………
    .
    La première hélice appelée RPG ( Rechange Grande Prévoyance ) fut fondue en août 1997 ; il s’agissait de celle de bâbord ………….
    Dès l’automne de l’année suivante , en 1998 , les experts constatèrent des défauts similaires à ceux des précédentes hélices .
    Le Service des Programmes Navals ( SPN ) de la DGA donnait l’autorisation à DCN Indret de réaliser une nouvelle RPG , nous étions alors en février de l’an 2000 , qui sera à son tour disqualifiée et refusée en 2002 par la Marine !
    .
    Je complète par cet extrait de nos amis de Wikipedia :
    .
    « Durant la nuit du 9 au 10 novembre 2000, alors que le porte-avions naviguait en Atlantique ouest, faisant route vers Norfolk, en Virginie, une pale de l’hélice bâbord se brisa, et le navire dut retourner à Toulon pour remplacer l’hélice défectueuse. L’enquête qui suivit mit en évidence que les hélices de remplacement comportaient les mêmes défauts de structure : des bulles (soufflures survenant lors du refroidissement du métal coulé dans le moule) près de l’axe des hélices (réalisées d’une pièce dans un alliage cuivre-aluminium) ; ce défaut est dû au fournisseur Atlantic Industrie, qui avait effectué des compressions de son personnel le plus expérimenté. Les hélices du Foch et du Clemenceau, moins adaptées au Charles de Gaulle ont été utilisées, ce qui devait limiter la vitesse maximale à 25 nœuds, au lieu des 27 nœuds prévus. Le 5 mars 2001, il appareille avec deux anciennes hélices, et réalisa des pointes de vitesse à 25,2 nœuds aux essais. Les anciennes hélices sont remplacées fin mai 2008 par deux hélices Rolls-Royce Naval Marine de 20 tonnes et 6 mètres de diamètre, fabriquées aux États-Unis, permettant l’accueil des Rafale F3, dont l’appontage en situation difficile requiert un porte-avions marchant au moins à 27 nœuds, ce qui, dans le cas où le temps le permet, est sa vitesse maximale. »
    .
    Il s’agit donc de défauts ayant conduit à la rupture de la pale à cause de l’apparition de fissures , selon le rapport d’enquête du 20 décembre 2000 , établi par Daniel Estrournet , inspecteur de l’armement pour l’aéronautique et l’espace de la DGA .
    .
    Il faut , à la suite de cet incident , trouver de toute urgence une solution qui s’avérera n’être qu’une solution de secours !
    .
    Celle-ci consiste à mettre en place les deux RPG initialement destinées au Clemenceau ; leur profil classique est conçu afin de permettre la propulsion de porte-avions de 33000 tonnes à 30 nœuds … Or , le Charles de Gaulle accuse en définitive un déplacement supérieur à plus de 42000 tonnes !
    Il avait déjà atteint péniblement les 22 nœuds pendant ses essais en mars 2000 tandis que d’importantes vibrations avaient été constatées sur ses lignes d’arbres , surtout sur celles de bâbord , dues à l’hélice ; toutefois , un passage en bassin permit à l’époque de rectifier le chanfrein de l’hélice .
    Les vibrations étaient semble t-il dues au fait que les hélices de remplacement étaient plus petites , ce qui fait que le flux passait difficilement sur les safrans à certaines allures , ce qui générait nombre de perturbations se traduisant par autant de vibrations ………………..
    De plus , certains avancent que les lignes d’ arbre du CdG présentent par elles-mêmes des défauts de conception ……………… qu’ en est-il en réalité ? Je ne saurais le dire avec exactitude …………………..
    .
    Le porte-avions nucléaire français fut pendant un temps encore propulsé par celles de rechange du Clemenceau en attendant de recevoir les deux nouvelles américaines flambant-neuves sculptées par Bird Johnson ( sur ce point précis , je vous renvoie à l’extrait de Wikipedia , mes sources semblant moins précises et divergeant de celles de Wiki ) .
    .
    Les hélices finales auraient été payées par l’assureur du fondeur français …………….
    .
    J’ espère sincèrement avoir apporté un éclairage suffisamment clair sur le sujet et ne pas avoir péché par excès d’infos ou par omissions …………….
    .
    Toutefois , si vous ou quelqu’un d’ autre veut rectifier et amener quelques précisions supplémentaires ; il sera toujours le bienvenu ! 🙂

    • Nenel dit :

      Pour rectifier sur le Rafale, c’est 4 prototypes. Dans l ordre chronologique, le C01, le M01, le M02 et le B01. On peut aussi ajouter que la version C et M est quasi identique à l’exception des moyens aéronaval du M, c’est à dire la crosse d’appontage et le train avant pour le catapultage. La caisse des avions est identique , c’est à dire renforcée pour les 2 modèles. En fait le C est un avion naval au quel on a retiré les accessoires prévu sur PA. Seul la version B est spécifique et vraiment pensée à part.

      • ScopeWizard dit :

        @Nenel
        .
        Merci ! 🙂
        .
        En fait , je crois m’ être fait un nœud entre un C02 qui n’ a jamais existé à part peut-être sur le papier ou dans les cartons et le M02 dont j’ avais oublié jusqu’ à l’ existence ……………..
        .
        En fait , étant donné que le C et le M ne diffèrent que de très peu , de là à envisager si besoin était pouvoir transformer quelques C en M , il n’ y a guère plus d’ un pas ? Ou cela serait quand même plus compliqué à réaliser que ce que l’ on serait en droit de s’ imaginer de prime abord ?
        J’ avoue que je m’ interroge ……………..

  8. ClémentF dit :

    Il y a des choses qui ne changent pas : couler du métal est une activité délicate, car la plupart des alliages vont beaucoup se rétracter en refroidissant (surtout si on les choisit pour des qualités autres que leur coulabilité), créant toutes sortes de problèmes :
    Des défauts externes de dimension de la pièce qui s’est trop rétractée, des défauts de l’état de surface, mais aussi des défauts internes : bulles d’air ou inclusion de gaz restés prisonnières dans le métal, ou le plus grave : les retassures.
    Les retassures, c’est quand le métal se rétracte à l’intérieur de la pièce (aux endroits les plus volumineux, qui refroidissent en dernier). Il faut imaginer que le métal se « déchire » à l’intérieur, créant des crevasses, affaiblissant ainsi terriblement la résistance mécanique de la pièce.
    Une tâche à confier aux plus expérimentés uniquement, et même encore…

  9. Fralipolipi dit :

    Peu après l’IPER du CDG et son optimisation de systèmes et de ses installations pour le « tout Rafale », … voici venir le standard F3R !
    Pas à pas, notre Groupe Aéronaval ne cesse de monter en puissance.
    En ce sens, le supplément d’allonge du Météor est loin d’être anodin.
    .
    On pourrait aussi parler de la modernisation en cours des Hawkeye.
    https://www.meretmarine.com/fr/content/un-premier-hawkeye-francais-modernise
    .
    Next (very big) step avec le SNA Barrcuda … et ses nouvelles torpilles F21, qui sont dans l’univers des sous-marins, un game-changer comparable à ce qu’est aujourd’hui le Météor dans l’aviation de combat !