Un gendarme condamné à 6 mois de prison avec sursis pour avoir blessé une opposante au barrage de Sivens

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

113 contributions

  1. fenneck33 dit :

    Cette affaire me désole. Condamner ce gendarme dans l’exercice de sa profession alors qu’une sanction interne semble avoir été actée me paraît hors sol de la part de ce tribunal.

    • Fred dit :

      @ fenneck33
      Caravane = domicile privé, Sivens = propriété privée, usage d’une grenade de dès-encerclement sans menace vitale, mensonge devant l’IGGN (démenti par ses collègues) : quadruple faute du gendarme.
      Mais que du sursis : dure, la sanction …
      .
      Quand à Rémi Fraisse, non-lieu … Alors que la grenade offensive a été lancée en cloche (illégal), alors que les gendarmes n’étaient pas menacés [il y avait une clôture] (illégal) et autres fautes procédurales*. Dure la justice (tribunal spécial, pourquoi ?) …
      .
      Tous ceux qui participent à des manifs, constatent que assez souvent, les forces de l’ordre frappent méchamment et sans raison aucune, y compris avec des tirs de flash-ball vers le visage.
      Bon, aucune condamnation politique de faits avérés, les brebis galeuses des forces de l’ordre vont évidemment poursuivre leurs pratiques illégales et les amplifier. Mais il ne faut pas s’étonner, si face à l’arbitraire, en face ça réagit avec colère et violence.
      .
      .
      * du fait de l’absence sur place du préfet ou de son représentant, et du fait qu’un chef d’escadron n’est pas habilité à ordonner ce type d’action, qui nécessite au minimum un lieutenant-colonel.

      • jean pierre dit :

        Et sur le fond un jeune est mort pour empêcher un lac collinaire de 19 ha( surface ridicule) qui retenait l’eau de pluie qui serait partie à la mer, eau qui aurait permis d’arroser des cultures favorisant l’évapo transpiration donc l’humidité de l’air et empêcher que les agris pompent dans la nappe….sans compter que cette retenue aurait pu accueillir les oiseaux migrateurs….bref un gâchis monstrueux provoqué par des imbéciles pour lesquels cette mare à canards n’était qu’un prétexte pour combattre l' »ordre établi »

        zadistes venant de Toulouse n’ayant aucune formation agricole leur seule culture étant le hasch sur les balcons ou dans les caves et que l’on retrouve parmi les casseurs pour essayer d’enclencher le processus provocation répression chez les Gilets Jaunes

        misère……….quel gâchis…….

        • Clément dit :

          @jean pierre
          Vous oubliez qu’il s’est finalement avéré que le projet de retenue était sur-dimensionnée, et inutile au vue des besoins actuels du voisinage (qui ont depuis longtemps reconvertis leurs exploitations pour des cultures moins gourmandes en eaux).
          N’oubliez pas non plus, que comme à Notre Dame des Landes, tout ça cachait une belle affaire de corruption public/privée (projets non consensuels chez les experts, contrats accordés aux copains, coûts faramineux, financement public mais gestion privée, …).

          • Militant désabusé dit :

            N’oublions pas un fait essentiel en matière de marchés publics : l’annulation de contrat produit une indemnisation extrêmement juteuse (et légale !) aux frais du contribuable avec rétro-commission (illégale, par contre) de 30% versée au parti politique qui a fait procéder à l’annulation. L’autorité politique qui a signé l’arrêté d’annulation touche elle-même un tiers de la somme.
            C’est évidemment une règle qui n’est écrite nulle part mais qui est bien établie.

      • Un moblo dit :

        Blablabla……

        • ScopeWizard dit :

          Allobroge
          .
          C’ est juste ; cependant , quid lorsque forces de l’ ordre et forces armées ne sont plus au service et bénéfice de tout un peuple , citoyens , représentants de ce peuple , mais de tout un système voulu par quelques uns qui profitent sans vergogne et sans pitié ou envie de partage de leur position dominante ?
          Eh oui , voici une question parmi bien d’ autres que l’ on peut légitimement se poser …………….
          Après , ça se discute ………..

      • Marensin dit :

        « Quand à Rémi Fraisse, non-lieu … Alors que la grenade offensive a été lancée en cloche (illégal), alors que les gendarmes n’étaient pas menacés [il y avait une clôture] (illégal) et autres fautes procédurales*.  »

        Beau cocktail d’affirmations mensongères pour défendre Fraisse qui se trouvait en pleine nuit (et selon Europe 1 en état d’ivresse) au milieu d’un attroupement armé ayant refusé de se disperser après sommations !
        https://www.europe1.fr/faits-divers/Mort-de-Remi-Fraisse-ce-que-montrent-les-cameras-des-gendarmes-688578
        Les gendarmes pas menacés ? : « A 00h49 (été), considérant l’escalade des moyens employés par les opposants (cailloux puis cocktails incendiaires, fusées de détresse en tir tendu) …. », Rapport IGGN.
        Quant à l’absence du préfet, je vous recommande vivement la lecture de l’article
        L 211-9 al 6 du Code de la Sécurité intérieure :
        « Toutefois, les représentants de la force publique appelés en vue de dissiper un attroupement peuvent faire directement usage de la force si des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent. »
        Enfin, je vous rappelle que ce jour-là, vos amis zadistes ont tenté d’abattre l’hélicoptère de la Gendarmerie en tirant vers lui une fusée : mise en danger de la vie d’autrui ou tentative de meurtre sur agents de la force publique ?

        • Fred dit :

          @ Marensin
          Quand peut-on lancer une grenade de dès-encerclement ?
          Quand on est ? … Encerclé, bravo ! Les forces opposées étaient de chaque côté d’une barrière : donc pas d’encerclement : pas de grenade de dés-encerclement autorisée.
          .
          L’usage de la force doit être proportionné. Y compris un fonctionnaire ou militaire pourrait faire usage de son arme, si nécessaire. Si nécessaire ! Mais il y a fort heureusement des règles d’usage des armes. Et les grenades offensives en font partie. Celle-ci a tué.
          .
          Il ne faut tout de même pas renverser les responsabilités :
          En novembre/décembre 2018 :
          – quatre mains de manifestant arrachées, combien chez les forces de l’ordre ?
          – quatorze manifestant éborgnés, combien de gendarmes et policiers ont-ils perdu un œil ?

          • Marensin dit :

            Fred vous avez la mémoire courte (quand ça vous arrange !)
            Avez vous oublié les CRS en feu le 1er mai 2017 à Paris :
            https://www.ladepeche.fr/article/2017/05/03/2567549-manifestation-1er-mai-photo-crs-feu-fait-tour-monde.html

            Le risque, c’est qu’un jour, en pareille situation, des policiers ou des gendarmes finiront, pour sauver leur peau, par utiliser leurs armes de poing. Leurs vies étant menacées, ils seront en droit d’invoquer l’état de légitime défense et vous n’aurez surtout pas à l’ouvrir !

          • Clément dit :

            @Marensin
            L’événement dont vous parlez est très grave mais heureusement très rare. Vous devez allé chercher un événement de l’an dernier alors que rien que sur le mouvement des gilets jaunes ont dénombre plusieurs mutilés et même un mort (une vieille dame qui fermait juste ses volés).
            La violence contre les forces de l’ordre est grave, mais la violence disproportionné des forces de l’ordre est encore plus grave et plus fréquente.
            Et puis plus généralement, être victime vous autorise à vous défendre contre vos agresseurs, pas à devenir un agresseur.

          • Robert dit :

            Marensin,
            Exact.
            Face à l »usage de cocktails molotov par des manifestants, les policiers sont légitimement en droit de se voir comme attaqués avec des armes létales.
            Dans certains situations, appliquer strictement le règlement au pied de la lettre ou prendre en compte un risque réel?

          • Alpha dit :

            @Fred
            A Sivens, lors de la nuit de la mort de Rémi Fraisse, des membres de FO étaient de garde dans un réduit où était stocké du matériel, réduit entouré d’un grillage. Vers 02 heures ou 03 heures, de nombreux manifestants, dont le jeune Fraisse (qui était fortement alcoolisé…) les ont assaillis et les encerclent : Jets d’objets divers, cocktails Molotov…
            Les FO jettent plusieurs grenades (en cloche, puisque derrière un grillage…) pour faire reculer les assaillants. L’une d’entre elles tombe dans le sac à dos d’un des assaillants : Rémy Fraisse.
            Le drame. Ce reste au tapis, et personne ne s’en aperçoit…
            Ce n’est qu’après l’intervention d’autres Moblos venus dégager leur camarades, que le jeune Fraisse est découvert.
            Alors que vous le vouliez ou non, les faits sont là, bien établis, il y a eu enquête administrative, et la justice est passée, même si sa décision ne convient pas à la famille et aux soutiens de Rémi Fraisse, ce qui se comprend, forcement…
            Alors après, théorie du complot, justice aux ordres, FO intouchables, etc … Là aussi, forcement… Surtout quand on a des idées de gauche…
            Mais diable, que faisait Rémi aux milieu de manifestants violents à 03 heures du mat ???

        • Fred dit :

          @ Marensin
          Remi Fraisse n’était pas ivre (autopsie), Europe 1 s’est excusé.
          Et puis ? Quand bien même il eut été ivre, cela mérite la mort ?
          .
          Quand une fusée d’artifice abattra un hélico, tu me préviendra …
          .
          Tu rase les pâquerettes avec ce genre d’arguments.

      • maxime (le vrai) dit :

        le simple fait qu’il soit illégal de lancer une grenade en cloche (je ne sais pas si c’est vrai, mais vous semblez l’affirmer) montre à quel point le législateur est déconnecté des réalités du terrain, et même plus globalement à quel point nous (citoyens) sommes noyés par un empilement de lois qui ajoute de la confusion au lieu d’apporter de la clarté.
        Car enfin, soit la grenade est autorisée, soit elle ne l’est pas. Mais donner des grenades à un gendarme et lui dire quand il peut s’en servir et quand il ne doit pas, c’est déjà lui faire prendre un risque qu’il ne devrait pas avoir à assumer : il incarne l’autorité, il n’est pas un robot qu’on pilote depuis l’assemblée. Mais lui dire en plus COMMENT il doit la lancer (la loi définit-elle un angle maximal à partir duquel un lancé est considéré comme « en cloche » ? Le gendarme doit-il sortir un rapporteur pour mesurer cet angle, etc….) est tout simplement de l’irresponsabilité législative. Si j’étais mesquin, je dirais même que c’est du foutage de gueule, de l’incompétence, bref du grand n’importe quoi.
        Existe-t-il une loi pour cadrer la façon dont les députés doivent tenir leurs stylo à l’assemblée ? Ah non mais j’oubliais, ils n’y vont quasiment plus…. Le travail législatif est une foutrerie de plus dans ce beau pays. S’il y a un travail à réaliser en la matière, ca n’est pas de rajouter des lois, mais au contraire de simplifier le corpus législatif autant que possible.
        Soutien à ce gendarme, même s’il a commis une erreur d’appréciation. Seul celui qui passe sa vie dans un bureau ne risque pas d’en commettre.

        • NRJ dit :

          Ca me rappelle l’histoire de la personne tuée par un tir de flash ball. Le policier a été mis en cause car il se tenait à 6 mètres et il fallait 8 mètres réglementaires pour pouvoir tirer. Peut-être les législateurs voudraient donner un double decimetre aux forces de l’ordre aussi.

          • Fred dit :

            @ NRJ
            Tu es bien léger, avec la mort d’une personne … À cette distance, 6 mètres, on tire dans les jambes.

        • Fred dit :

          @ maxime (le vrai)
          Une grenade qui arrive dans le dos d’une personne a forcément été lancée en cloche, c’est l’évidence ; elle doit être lancée au ras du sol.
          .
          Alors après, je suis d’accord avec toi : les forces de l’ordre se servent des armes qu’on leur fournit, et ça c’est un autre problème : les forces françaises sont sur-armées en Europe, notamment avec les GLIF4 qui arrachent des mains (entre autres blessures) et les flash-ball qui éborgnent (ce qui ne devrait pas arriver, puisque le tir au visage est interdit !).
          .
          Voici un tableau comparatif des équipement en Europe, très instructif (il faut enlever les grenades offensives de dès-encerclement qui ne sont plus en usage) :
          https://www.acatfrance.fr/public/tableau-arme-en-dotation_3.JPG
          .
          PS. J’ai regrettablement oublié une femme de 80 ans, tuée dans son appartement par une grenade à Marseille.

          • Marensin dit :

            Fred, vous qui est un expert (auto proclamé) du maintien de l’ordre va nous expliquer avec brio comment on peut lancer une grenade au ras du sol quand on se trouve derrière un grillage haut de 1,80m, comme c’était le cas à Sivens !
            Les GLIF4 qui arrachent des mains : uniquement celles de ceux qui tentent très imprudemment de les ramasser pour les relancer sur les forces de l’ordre ! L’esprit fantassin n’existe plus : c’est un tort !

          • Marensin dit :

            Pour la femme de 80 ans décédée à Marseille, l’autopsie avait révélé que le « choc facial (avec la grenade lacrymogène) n’était pas la cause du décès ».
            https://www.europe1.fr/societe/marseille-mort-dune-femme-blessee-par-une-grenade-lacrymogene-en-marge-des-incidents-samedi-3812804

          • Fred dit :

            @ Marensin
            Je me répète, mais apparemment tu es obtus : justement, la présence d’un grillage entre les protagonistes opposés prouve que les forces de l’ordre n’étaient pas encerclées : d’où il était illégal de lancer une grenade de dès-encerclement et de plus de la lancer en cloche.

          • Fred dit :

            @ Marensin
            Tu joue sur les mots : elle est morte pendant l’opération du traumatisme facial provoqué par la grenade : pas de grenade, pas de mort.

          • Robert dit :

            Marensin,
            La vieille dame est morte d’un choc opératoire. A 80 ans, vous recevez une grenade lacrymogène dans votre appartement, vous vous retrouvez en choc opératoire dont vous décédez, désolé mais il y a un lien de causalité. De nombreuses personnes âgées, déjà fragiles, décèdent suite à un accident, un choc violent qui entraine le décès même si ce n’es pas la cause directe.
            J’ai une vidéo prise le 15 décembre sur les Champs-Elysées ou on voit des dizaines de flics en civil de la BAC et la BRI, donc pas formés au maintien de l’ordre mais à « sauter » des délinquants par la violence qui provoquent et pourchassent les manifestants. Eux ont des matraques télescopiques et ne font pas dans le détail.
            https://www.youtube.com/watch?v=H_WKBqhDggY
            Lors de guérilla dans une ZAD, c’est une chose, mais le personnel en face est formé à ça, c’est leur métier. Lors des manifs de ces derniers samedis, avaient été mélangés force de l’ordre et flics d’intervention qui ne maitrisent pas cette façon de travailler, mais par contre maitrisent très bien l’arrestation musclée. Or, les manifestants n’étaient ni des délinquants, même s’il a pu s’en glisser quelques uns à certains moments, ni des émeutiers. Mais bloqués dans des situations impossibles à se faire gazer voire tirer dessus, certains flics se sont crus tout permis.
            Je veux bien défendre les force de l’ordre à Siveins et à NDDL, ils sont en légitime défense, le terrain est expropriante, les sommations ont été faites, des manifestants sont violents et armés, un cocktail est une arme, mais ne venez pas justifier ou éluder la violence contre les gilets jaunes dont le contexte est radicalement différent. Plus encore samedi dernier à Paris ou la manif a été déclarée, mais ils se sont quand même fait enfermer, gazer et frapper.
            Et cette violence, provoquée et en répression, elle a été savamment orchestrée pour aboutir à des blessés ou à des agressions de flics.
            Et c’est l’autorité qui permet cette violence.

          • Alpha dit :

            @Robert
            « Or, les manifestants n’étaient ni des délinquants, même s’il a pu s’en glisser quelques uns à certains moments, ni des émeutiers. »
            Ah bon ?… On se demande bien alors, par qui les dégradations, destructions, violences, etc … ont pu être commises ! Ah oui, juste « quelques uns » …
            « Plus encore samedi dernier à Paris ou la manif a été déclarée, mais ils se sont quand même fait enfermer, gazer et frapper. »
            Enfermer, gazer et frapper… Ça, c’est ce qui arrive quand on ne respecte pas l’itinéraire déclaré, qu’on vient au contact des FO, qu’on ne respecte pas les ordres et que l’on écoute pas les sommations, comme sur une certaine passerelle, par exemple …
            Vous, vous me plaignez, mais moi je vous trouve consternant !
            Sans jeu de mots …

      • Zhu dit :

        @ fred. MdrJ’adore les portions de message clôts par la mention « illégal ». Seulement illegal dans votre tête, ouvrez un code pénal ca vous fera du bien..au lieu de pseudo connaissances acquise sur un contour de bar ou fait de palettes dans la foret…

        • Fred dit :

          @ Zhu
          Est-il légalement obligatoire de parler en langage juridique ?
          C’est du français ordinaire, tu m’as compris, c’est le principal.
          Tu grignote petit.

      • revnonausujai dit :

        heu,
        expliquez nous comment on peut lancer une grenade à main autrement qu »en tir courbe ?
        « du fait de l’absence sur place du préfet ou de son représentant, et du fait qu’un chef d’escadron n’est pas habilité à ordonner ce type d’action, qui nécessite au minimum un lieutenant-colonel. »
        vous avez surement les textes de référence, 1 sur la présznce du préfet et 2 sur la différenciation entre LCL et CE ?
        allez pour vous aider:
        En outre, l’emploi de la force est possible sans sommation dès lors que « des violences ou voies de fait » sont exercées contre les forces de l’ordre ou que ces dernières « ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent ».

        • Fred dit :

          @ revnonausujai
          heuuuuuu ? … Au ras du sol, ça me semble tellement évident …
          .
          « l’emploi de la force », oui, mais proportionné, avec des règles d’engagement et des règles d’usage des armes.
          Qui n’étaient pas respectées dans ce cas.

          • Marensin dit :

            « Qui n’étaient pas respectées dans ce cas. »
            Faux ! Tous les rapports et comptes-rendus établis sur les affrontements de Sivens, tous les éléments recueillis par les enquêteurs et magistrats instructeurs, dont des enregistrements sonores, prouvent que toutes les règles ont été respectées !
             » L’autorisation de recourir à l’emploi des grenades offensives a été accordée par le commandant de la force publique. Il est prescrit que la foule doit être avertie que l’usage des armes va être utilisé contre elle. Les enregistrements sonores prouvent que ces avertissements ont été effectués, en indiquant le type de munitions qui va être employé.
            La décision de lancer la grenade offensive est prise sous la pression des manifestants qui se trouvent face au groupe Charlie 1. Le lanceur connaît les effets de la grenade offensive et démontre sa volonté d’éviter de blesser un manifestant en prenant la précaution d’utiliser une paire de jumelles I.L pour vérifier si personne ne se trouve dans la zone où il s’apprête à jeter la grenade.
            Les avertissements réglementaires préalables au lancer de la grenade offensive ont été faits et l’effet attendu était le recul des manifestants. « 

          • revnonausujai dit :

            « heuuuuuu ? … Au ras du sol, ça me semble tellement évident … »
            stupide !
            si vous lancez une grenade ( ou une pierre ou un pot de yaourt ou un cocktail incendiaire ou n’importe quoi ) au ras du sol, à moins d’être sur une patinoire, la portée va être très faible et sans intérêt tactique.
            « des règles d’engagement et des règles d’usage des armes.
            Qui n’étaient pas respectées dans ce cas. »
            verbiage de psittacé; vous seriez bien incapable de citer, et pour cause, avec leurs références réglementaires, les règles que vous invoquez; va falloir réviser sérieusement le manuel du parfait gauchiste pour les nuls !

      • Allobroge dit :

        Brebis galeuses ? On voudrait vous y voir ! Recevoir sans cesse et avoir l’ordre de ne pas riposter (mais alors à quoi servent elles les forces de l’ordre ?) et quand l’ordre arrive être condamné pour avoir blesser non volontairement quelqu’un qui juste auparavant aurait du quitter les lieux mais qui par « bravitude » continuait à harceler les forces de l’ordre !. Allez soyons cohérent , supprimons les armes de défense des forces de l’ordre purement et simplement comme ça les bavures ne seront que d’un côté, et encore c’est pas sûr (quoiqu’ avec les boxeurs actuellement…)

      • Fonctionnaire territorial dit :

        @ Fred, vous oscillez entre l’approximatif et l’inexact (comme souvent ceux qui s’expriment ici sous ce pseudo de Fred) : une caravane était légalement un domicile privé seulement quand elle était utilisée ainsi pendant plus de six mois par an. Je ne sais pas si c’était le cas à Sivens.

        Quoi qu’il en fût, cette loi a été abrogée en 2003 pour tenir compte des abus qui en avaient été faits, notamment en matière de trafics.
        Double approximation (l’avez-vous fait exprès ou êtes-vous mal informé ? Vous auriez pu en tout cas vérifier avant d’écrire) :
        1) les caravanes ne sont plus un domicile privé et
        2) c’était sous des conditions précises qu’elles l’étaient.

        Je ne relève pas les autres approximations et inexactitudes parce que je commence à saturer (depuis quelque temps je ne vous lis pas plus que quelques lignes).
        Je signale vos balivernes de ce jour seulement pour que les autres lecteurs du blog prennent toujours avec des pincettes les affirmations de ceux qui signent « Fred ».

      • M´enfin ! dit :

        @ Fred
        «  » »Une « mauvaise appréciation » favorisée par l’enchaînement des missions et la fatigue, l’enquête ayant déterminé que le sous-officier avait déjà été mobilisé de 7h à 19h15 la veille, de 3h15 à 4h30 et de 7h à 19h le jour des faits. » » »
        Sans excuser totalement le gendarme, je voudrais voir dans quel état vous seriez après les heures de service qu´il a effectué citées ci-dessus dans l´article.
        « la critique est plus facile que la pratique »

        • Fred dit :

          @ M´enfin !
          Mais parfaitement, on peut mettre en cause toute la chaine de responsabilité (y compris politique).
          Mais tout de même, une grenade offensive, on sait que cela peut tuer, il y a des règles à appliquer.

      • felipe dit :

        pardon mais on reconnait bien là votre discours politisé.
        non sivens n’est pas une propriété privé mais un espace public
        non la caravane -certes bien privé- n’avait rien à faire sur un lieu dans lequel les manifestants l’avaient installée de fait
        quant à la mort dramatique de R fraisse, merci de bien la replacer dans son contexte : la nuit au plus près de la cloture de l’enceinte du chantier défendue par les gendarmes, que faisait un malheureux manifestant allongé au milieu des fumées et des grenades à moins de 25 m de « la ligne de confrontation », si ce n’est de participer à ue manifestation en acceptant de passer outre l’ordre public

      • felipe dit :

        je précise que le geste inaproprié de ce gendarme ne prête pas à discussion en tant que tel . c’est le contexte qui s’y prète.

        • Fred dit :

          @ felipe
          Ok pour tenir compte du contexte, ce que fait habituellement la justice dans ses attendus.
          Mais là, il s’agit d’un non-lieu pur et simple, rendu par un tribunal d’exception, malgré des fautes évidentes. C’est scandaleux.

          • Alpha dit :

            @Fred
            « Mais là, il s’agit d’un non-lieu pur et simple, rendu par un tribunal d’exception, malgré des fautes évidentes. C’est scandaleux. »
            Non, les fautes n’étaient pas évidentes, puisque même l’enquête interne n’a pas noté de faute du gendarme… Le non lieu le prouve.
            Après, vous dites que c’est scandaleux…
            Çà, c’est parce que vous avez des idées de gauche, ou alors que vous avez eu accès à l’enquête dans son intégralité ?… 😉

  2. Clavier dit :

    Si le gouvernement veut continuer à se faire protéger par ses forces de l’ordre, il ferait bien de ne pas se les mettre à dos…..
    Les grands principes, c’est bien beau, mais un peu de psychologie ne nuit pas !

    • Robert dit :

      Je remarque que la sollicitude envers les force de l’ordre, des cagnottes pour leur venir en aide, n’avait jamais atteint ce niveau, lors des multiples émeutes de banlieue ou des aussi multiples manifs qui dégénéraient et dont ils devenaient la cible. Accusation de bavure,d’usage excessif de la force, victimisation des agresseurs, évitement de la confrontation en délaissant certains quartiers, les force de l’ordre semblent avoir retrouvé une certaine bienveillance à proportion que la contestation contre le système politique, et pas seulement Macron, ne fait qu’enfler.
      Est-ce que par hasard les nouveaux amis des pandores ne seraient pas aussi ceux du système politique qui ronronnait si bien jusqu’à ces fâcheux de gilets jaunes ?
      Nous le saurons aux prochaines casses gauchistes et émeutes de banlieue ou la solidarité avec la police ne devrait logiquement pas diminuer.

      • Alpha dit :

        « Je remarque que la sollicitude envers les force de l’ordre, des cagnottes pour leur venir en aide, n’avait jamais atteint ce niveau… »
        Dit il avec une pointe d’amertume … 🙂
        Une dizaine de cagnottes en faveur des FO, dont l’immense majorité créées par des citoyens lambda, et celle de Muselier qui atteint 1 M € !…
        Quand les faits contredisent pour tout ce que vous avancez depuis quelques jours …
        « Nous le saurons aux prochaines casses gauchistes et émeutes de banlieue ou la solidarité avec la police ne devrait logiquement pas diminuer. »
        Alors là, l’amertume atteint son paroxysme !!!…
        Aïe ! L’ulcère vous guette !…

        • Robert dit :

          Alpha,
          Vous lisez dans les pensées ou vous vous lâchez en faisant un procès d’intention ?
          Lisez ce que j’ai réellement dit avant de réagir, cela vous éviterais de dire n’importe quoi.
          Je répète donc que jamais avant les gilets jaunes et certains affrontements la sollicitude envers la police n’avait été aussi médiatisée, comme après les émeutes de banlieue et les manifs gauchistes. Pouvez vous nous donner des exemples de cagnottes ou autre forme de soutien aux policiers aussi importants au cours de ce genre de situation ?
          Vous y en a comprendre quoi moi y en a dire ?
          Et cela vous choque que j’anticipe sur les prochaines casses en banlieue?
          Pensez-vous que le soutien envers la police doit se limiter à essayer de diaboliser un mouvement social ou est-il aussi légitime quand les policiers servent de cibles, et pas avec des poings, mais d’une voiture prise pour cible aux objets plus ou moins lourds jetés sur eux jusqu’aux tirs d’arme à feu, quand ce n’est pas un conducteur qui fonce sur les policiers délibérément.
          Pouvez vous décrire par le menu ce que je dis, sachant que je fais aussi des hypothèses ou donne un point de vue, ne décrivant pas uniquement des faits.
          Je vous plains de pondre de tels messages.

          • Alpha dit :

            @Robert
            Je me lâche !… 🙂 Mais c’est tellement facile avec vous, avec vos petits sous entendus sournois. Assumez mon grand !
            Les cagnottes de la Police ne sont qu’une réaction à une autre cagnotte, honteuse celle-là. Car une majorité de français soutien sa police, tout en soutenant les Gilets Jaunes. Cette même majorité condamnant les violences et la casse. Un dernier sondage, datant d’hier, et vu sur LCI, donne 75 % de confiance en la police (même pourcentage pour l’armée…). L’idée ? C’est que les français dans leur immense majorité, tout en soutenant les premières revendications des Gilets Jaunes, veulent de l’ordre et un peu plus d’autorité. Mais ce soutien, c’était déjà le cas avant, lors des émeutes de banlieues, des attaques terroristes, et cela sera aussi vrai demain lors des prochaines émeutes à venir. Et cela ne passe pas nécessairement par un soutien des politiques, ou même par une diabolisation d’un mouvement social qu’ils opposeraient à la police : Les français ne s’y trompent pas, dans le même sondage que j’évoque, les politiques obtiennent des scores lamentables ! Ils ne sont donc plus écoutés.
            D’ailleurs, il suffit de sortir dans la rue et d’échanger avec les gens…
            « Je vous plains de pondre de tels messages. »
            Moi, je viens sur ce site d’abord par loisir, puis pour apprendre certaines choses. Je ne suis pas là pour « m’écouter parler » comme vous le faites à longueur de commentaires, édictant vos vérités… Aussi, vous n’avez pas à me plaindre, puisque je m’amuse à vous répondre !…
            Vous par contre, il faudrait voir à « péter un coup »… 🙁

  3. Tokamak dit :

    La justice doit toujours être appliquée. Donc, il faut que les personnes à l’origine des blessures, de 56 membres des forces de l’ordre, soient aussi condamnées.

    • Robert dit :

      Tokamak,
      Bien d’accord avec vous, pas plus mais pas moins.
      Mais de laisser s’installer des agitateurs, genre de parasites qui rendent les situations compliquées, est aussi une faute. Il faut les virer immédiatement.
      A Siveins, d’autres moyens immédiats auraient évité l’affrontement final et cette mort inutile.
      Est-ce que les lois, avec leurs jurisprudences, permettent cette action immédiate, évitant des risques plus tard ?

  4. Marcel dit :

    Et la bobo dans sa caravane ( qui n’avait rien à faire là …) qui a « refusé d’obtempérer après sommation d’un agent de la force publique » , de quelle peine a-t-elle écopé ?

    • Clément dit :

      @Marcel
      En fait le « bobo dans sa caravane » était présent légalement au moment de l’incident. Ils étaient sous le coup d’un avis d’expulsion et avaient encore plusieurs jours (ou semaine) pour exécuter celui-ci.

      • FG66 dit :

        Et tous ceux qui balancent des cailloux pavé boules de pétanques ….combien ils prennent eux…..c’est le monde à l’envers……

        • Kinowa dit :

          @FG66,
          Peut-être que les lancements de cailloux pavés boules de pétanque, ne sont pas « en cloche »……..?…pour reprendre les propos de Fred.

      • felipe dit :

        en fait la bobo était fondemantalement hors la loi en installant cette caravane sur un lieu qui ne lui appartenait pas. tout le problème démarre de là.
        quand tout le monde voudra bien respecter la loi quitte à maifester dans les règles fixées par l’etat de droit, on n’en arriverait pas à ces situations.
        il est bon de rappeler que la grenade n’a pas été lancée par principe mais parce que des gens ont refusé d’obéir à la loi

      • Fonctionnaire territorial dit :

        Un arrêté d’expulsion est immédiatement exécutoire.
        D’où tenez-vous qu’il y avait un délai ?
        Montrez-nous le document.

        • Fonctionnaire territorial dit :

          Je m’adressais à Clément qui prétendait que les occupants de la caravane étaient en situation légale parce que, selon lui, un arrêté d’expulsion n’est pas immédiatement exécutoire. Or, c’est faux : je ne sais pas d’où Clément tient ça, mais un jour sa certitude et son ignorance pourraient lui jouer des tours.
          « Nul n’est sensé ignorer la Loi » surtout à notre époque où il est facile de vérifier ce que disent les textes.

          • Clément dit :

            @Fonctionnaire territorial
            Je ne sais pas dans quel pays vous vivez, mais en France les procédures d’expulsion sont longues, très longue. Je connais plusieurs propriétaire qui ont eu des soucis avec des locataires où des occupants indélicats (ou des locataires avec des propriétaires véreux), et la procédure prend un sacré bout de temps.
            C’est plutôt à vous qui affirmez quelque choses « d’incongrue » de le prouver : d’où tenez vous qu’une procédure d’expulsion est immédiate ?

            De plus si vous êtes vraiment fonctionnaire territoriale vous devriez savoir qu’un avis et un arrêté ne sont pas du tout la même chose. Comme vous dites « Nul n’est sensé ignorer la Loi » surtout à notre époque où il est facile de vérifier ce que disent les textes.

          • Fonctionnaire territorial dit :

            @ Clément
            Les procédures sont longues c’est vrai, mais ça n’empêche pas que l’arrêté d’expulsion est immédiatement exécutoire et que les gens qui ne s’y conforment pas sont immédiatement en situation illégale.
            La lenteur des procédures ne crée pas un droit comme vous semblez l’imaginer.

      • Clément dit :

        En tout cas jusqu’a preuve du contraire ils étaient chez eux (dans la caravane), et surtout ne représentaient aucune menace. D’où la peine (légère) pour le gendarme.
        Je sens venir les remarques de « sédentaires fragiles » à propos de cette caravane.

        • Fonctionnaire territorial dit :

          On n’est pas « chez soi » dans une caravane, pas plus que dans une voiture.
          Jusqu’en 2003 les caravanes des nomades (= dits aussi « gens du voyage ») étaient juridiquement des domiciles à la condition qu’ils y vivent plus de six mois par an.
          Cette règle de la caravane=domicile a été abolie à la fois parce qu’elle autorisait trop de trafics incontrôlables (un domicile inviolable et qui roule, c’est pratique) et parce que les fameux six mois étaient invérifiables et donc abusivement déclarés.
          .
          Depuis 2003 les caravanes ne sont en aucun cas considérées juridiquement comme des domiciles, même pour les gens qui déclarent y vivre plus de six mois par an.
          Dans le cas présent, il me semble que les plaignants n’ont même pas essayé d’arguer qu’ils étaient chez eux.

  5. Jean la Gaillarde dit :

    Et bien je dis normal.
    1- On ne balance pas une grenade sans regarder où elle tombe. L’utilisation d’une grenade, quelle quelle soit, n’est pas un acte anodin
    2-On ne balance pas une grenade dite OF dans un espace fermé (appartement, abris ou caravane). La charge de Tolite en zone libre et ouverte n’est pas dangereuse, en zone fermée, elle est faite pour causer des dommages type hémorragie interne ….. donc niet.
    D’ailleurs pour Rémy Fraisse, la grenade tombe dans un sac à dos, qu’il portait. Voilà pourquoi elle a causé la mort. Le gendarme a été blanchi car il lui était totalement impossible de viser un sac à dos, de nuit avec un tir en cloche, par dessus des grilles de barrage de protection. Ce décès, aussi malheureux que cela puisse être, ne peut être qu’accidentel.
    Pour la caravane, la sanction est logique.
    J’ai reçu, voilà plusieurs dizaines d’années auparavant une sanction (Jours d’arrêt, rayer de la liste pour passer l’OPJ, demande de mutation annulée et détachement de circonstance à l’étranger annulé ….) pour avoir, sur un moment de colère, mis un coup de tête à un pédophile que je faisais manger lors de sa garde à vue. Il m’expliquer ses gestes qu’il avait fait sur un enfant de 02 ans et m’affirmait que l’enfant avait « aimé », et avec la fatigue, j’ai « dégoupillé » !!! Et bien j’ai été sanctionné et c’est tout à fait normal. L’usage de la violence est encadré et c’est très bien ainsi.

    • Clément dit :

      @Jean la Gaillarde
       » L’usage de la violence est encadré et c’est très bien ainsi. »
      C’est même le principe de la violence légitime. Si elle n’est plus régulée, elle n’est plus légitime.

      • Jean la Gaillarde dit :

        Affirmatif et c’est pour cela qu’il faut accepter lorsque qu’il y a sanction de la justice ou de l’autorité de tutelle, sur un acte manifestement illégal. Je suis entièrement d’accord avec vous.

    • Robert dit :

      Jean,
      Pour le pédophile, à votre place, j’aurais fait pareil. Pour en avoir côtoyé, ce sont des pervers assurés de leur bon droit et ils peuvent manipuler et détruire des enfants et ensuite défendre leur point de vue en niant leur victime comme si cela allait de soi. Pas devant u tribunal, ça ne jouerait pas en leur faveur, mais en privé. Je m’en fiche du droit en de telles circonstances et il sortira indemne d’un coup de boule, pas la victime de ses horreurs.

      • Clément dit :

        Des pervers c’est certains. Par contre « assuré de leur bon droit » je suis pas sure, sinon ils ne se cacheraient pas.

        • Robert dit :

          Clément,
          Vous n’avez jamais rencontré un pervers qui est persuadé que l’enfant est consentant et aime ça, mais qui tiendra un autre langage devant le tribunal pour ne pas prendre une lourde peine car ils restent intelligents et manipulateurs. Pour eux, le mal c’est de s’être fait prendre et d’être privés de leur plaisir durant leur incarcération ou ils sont en général des détenus modèles jusqu’à leur libération ou aucune barrière ne peut les empêcher de recommencer. Les pédophiles et les pédérastes sont pour une part non honteux, pas comme ceux qui agissent cachés et ont honte quand ils sont pris. Celui dont parle Jean est sincère, il dit ce qu’il pense parce qu’il n’a pas de conscience morale qui lui dit que c’est mal, il est dans la toute puissance et la souffrance de l’enfant n’existent pas, il est un objet au service de son plaisir. Tous se cachent, pour ne pas être pris et pour agir impunément, mais les personnalités perverses sont très doués pour manipuler et se faire passer pour irréprochable, quand les autres pédophiles ou pédérastes subissent des pulsions qu’ils ne maitrisent pas et dont ils ont conscience qu’elles sont mauvaises car il gardent une conscience morale. Seuls ces derniers sont accessible, relativement, à comprendre et à être soignés, les premiers sont inguérissables.
          Ils font de l’enfant ou de l’ado un objet de leur désir, il n’existe plus comme personne, c’est eux qui existent à leur place à travers leur fantasme pervers de dominer, de faire mal, qui est leur vision de la sexualité.
          Jacques Dugué, cela ne vous dit rien ? Alors, lisez sa prose, quand Libé publiait son apologie de la pédophilie pour réagir à la dénonciation de ses crimes par Minute. Car il y a quelques décennies, le combat pédophile faisait partie des combats de la gauche pour la libération sexuelle, on a tendance à l’oublier. Et je dois préciser qu’une bonne partie des pédophiles ou pédérastes ne s’en prennent qu’à des jeunes ou enfants de leur sexe et manifestent une tendance homosexuelle, comme la grande majorité des prêtres pédophiles ou pédérastes.
          http://www.bafweb.com/Lib19790126.html
          C’est la façon de penser de ces pervers pour qui il n’y a de mal que de s’interdire d’assouvir leurs penchants. Certes, la pédophile avec des bébés, on en trouve moins pour justifier leurs actes, car intelligents ils savent que c’est réprouvé par la société, mais ils ne connaissent pas pour autant la culpabilité.

    • Alpha Roméo dit :

      @Jean la Gaillarde, respects à vous.

    • garance dit :

      Le B.A. BA, oui, mais les Lucky Luke du clavier ont du mal à comprendre çà.
      Vous aviez donc de vrais chefs .Dura lex sed lex même pour vous. De nos jours…

    • Ping dit :

       » avec la fatigue, j’ai « dégoupillé » !!!  »
      Tiens… ce me rappelle vaguement quelquechose ! Mais oui : « Une « mauvaise appréciation » favorisée par l’enchaînement des missions et la fatigue »…
      Il y sans sans-doute des raisons à la mises en place de normes pour les pilotes d’aéronefs, chauffeurs routiers et autres. Pas pour les forces de l’ordre ?

    • ScopeWizard dit :

      @Jean la Gaillarde
      .
      Pour un coup de tête ?
      Vous lui aviez cassé le nez , l’ arcade et tout le reste ? Ou juste « secoué » ?
      Ce qui serait très intéressant serait de savoir ce qu’ il est advenu du pédomachin , quel sort la Justice lui a t-elle réservée ?
      Eh oui , même si vous avez « déraillé » , vu que vous n’ êtes qu’ un Humain et non une machine , ce que vous avez fait n’ est rien à côté de la gravité de ses actes …………..
      Déjà , sans rien y connaître ou presque , j’ y vois « abus de faiblesse sur personne vulnérable » et je rajouterais « très vulnérable » …………………
      Je suis désolé , mais ces déviances ne devraient pas exister ; je peux comprendre certaines choses , mais pas ça , pas à un âge où ce n’ est qu’ une petite créature sans défense à peine formée qui ne peut que se soumettre à toute autorité qui lui inspire confiance …………………
      .
      Je sais que certains ont subi des choses terribles dans leur jeunesse , qu’ ils les reproduisent , peut-être en s’ imaginant les exorciser , en relativiser plus ou moins consciemment leur gravité ?
      Je sais aussi qu’ il existe des monstres de perversité , de cruauté qui peut se manifester très jeune notamment envers des animaux , que ces « signes » devraient immédiatement alerter ………………
      .
      Non @Jean , vous n’ avez rien commis de grave , rien qui méritait de telles sanctions ; si vous l’ aviez tué , estropié , ou mis dans un fauteuil roulant je comprendrais mais pas pour un simple coup de tête ……………….
      .
      Détendez-vous , il y a pire ………
      https://www.youtube.com/watch?v=Xby8JleDl_I
      .
      Je vous recommande vivement son visionnage ; excellent film mais pas facile à regarder , superbe interprétation :
      https://www.youtube.com/watch?v=FZT-x_dp4jo

  6. Thaurac dit :

    « Estimant que le gendarme « n’avait pas commis une faute mais un délit d’acte de violence avec l’usage d’une arme, un acte volontaire », le procureur a alors requis une peine de 8 mois de prison avec sursis à son encontre, ainsi qu’une interdiction de porter une arme pendant un an. »
    Et on ergote pour les émeutiers et les interdictions de manif!!!
    combien prend un casseur pour avoir blessé un policier ?
    On a une justice à deux vitesses, qui est motivée par l’idéologie de la haine de la police, de l’ordre et la sécurité en général

  7. ced dit :

    Donnons des pistolets à eau à nos gendarmes. Et assumons….

  8. MAS 36 dit :

    Habillez les gendarmes et les policiers en clowns avec un gros nez rouge, les enfants adorent, armez les avec des seaux de confettis ça fait rire tout le monde « il est beau tout le monde il est gentil « .

    Apparemment beaucoup à ce jour perdent leurs repères. J’ai les miens ils se nomment :
    Mon pays ma patrie
    La République
    La Nation
    Les Institutions
    La Démocratie
    Le Droit et la Justice

    D’autres argumenterons mieux que moi sur la situation.

  9. Renard dit :

    Faites comme moi. La RETRAITE et loin de moi tout ce bordel. Nos pires ennemis ne sont pas forcément ceux d’en face!

    • Jean la Gaillarde dit :

      C’est pas faux !

    • Allobroge dit :

      Ne croyez pas cela, les forces de l’ordre et les forces armées sont le dernier rempart avant le bordel généralisé appelé de leur voeux par tous ceux qui sont adeptes de la table rase du passé ! Oui mais pour remplacer ce passé par quoi ?Une dictature ? S’il faut en passer par là pour remettre les pendules à l’heure , on en passera par là alors !

      • ScopeWizard dit :

        Allobroge
        .
        C’ est juste ; cependant , quid lorsque forces de l’ ordre et forces armées ne sont plus au service et bénéfice de tout un peuple , citoyens , représentants de ce peuple , mais de tout un système voulu par quelques uns qui profitent sans vergogne et sans pitié ou envie de partage de leur position dominante ?
        Eh oui , voici une question parmi bien d’ autres que l’ on peut légitimement se poser …………….
        Après , ça se discute ………..

  10. Michelle Kobryn dit :

    C est dingue quand même les forces de l ordre on les condamne tout de suite alors qu ils ne font que leurs boulots et les delinquants sont protégés et même payés quant ils tapent sur nos gendarmes. C est le monde à l envers et bien français .J ai honte

  11. Michelle Kobryn dit :

    C est dingue quand même les forces de l ordre sont condamnés alors qu ils ne font que leurs boulots et les délinquants sont encensés dès qu ils tapent sur nos.gendarmes on fait même des cagnotte pour les soutenir ,une honte .En tout cas mille merci à nos force de l ordre et bon courage

  12. Breer dit :

    On devrait inventer des cartouches anesthésiantes, ou paralysantes pour ce genre de manif, étonnant que la technologie actuelle ne permette pas de trouver d’autres moyens d’intervention, des filets du style filets de pêche, sur les manifestants … du moins quand ceux ci se montrent trop virulents ..

    • Pascal (l'autre) dit :

      Ou utiliser des projectiles chargé de colorant indélébile comme celui utilisé dans les D.A.B. Façon « paint ball » ………… Dans le style d’un célèbre nom italien de l’habillement……………….. Je vais vous en faire voire de toutes les couleurs!!

  13. Quelle honte pour la France de laisser tapasser nos forces de l ordre sans réagir, quelle honte de voir qu ils sont condamnés alors qu ils ne font que leurs boulots et qu on fait des cagnotte pour soutenir les délinquants qui leurs tapent dessus. C est bien français ça , dans aucun autre pays ça ce passe comme ça. Quand enfin nos ministres vont ils réagir efficacement?

  14. Breer dit :

    si ça continue à dégénérer, d’ici quelques années les forces de l’ordre utiliseront les armes létales, parce que totalement débordées par tous ces anarchistes et délinquants ..

  15. tchac dit :

    J’ai pour habitude de soutenir farouchement nos forces de l’ordre, particulièrement les gendarmes mais ceci dit, je trouve la décision de justice plutôt équilibré : c’est une peine avec sursis, apparemment le gendarme pourra continuer d’exercer (il ne va pas ruiner sa carrière, n’espérons pas qu’il soit coltiné à des postes administratifs toute sa vie après la fin du délais de son interdiction de port d’arme) et les faits reproché sont quand même grave : lancer une grenade provoquant des blessures légères en milieu ouvert n’est pas anodin dans une caravane. Cette méthode pour sortir des individus d’une cache (sommation puis grenade) est pour moi une méthode de guerre pas de rétablissement de l’ordre. Notons toutefois que la situation très tendue (euphémisme) à Sivens + la fatigue + la lassitude peuvent expliquer ce geste regrettable comme il le dit lui même, mais cela reste pour moi pas admissible de la part d’un professionnel du maintien de l’ordre. De même, le non-lieu prononcé dans le cadre de la mort accidentelle de Rémi Fraisse est tout à fait justifier selon moi.

    • Pascal (l'autre) dit :

      « (il ne va pas ruiner sa carrière, n’espérons pas qu’il soit coltiné à des postes administratifs toute sa vie) » Vous croyez ça? Peine avec sursis = inscription au casier judiciaire. Etant gendarme il est militaire donc je peux vous assurer que sa carrière a pris un sacré coup d’arrêt! Et on lui fera comprendre que le ciel est plus bleu hors de l’institution. Quand on se rappelle l’histoire du foulard à tête de mort siglé « Call of Duty » d’un légionnaire et ce qu’il en avait découlé pour l’intéressé ………………………………………………………… et ce n’était qu’un foulard!

    • Paul Letissier dit :

      Je n’appelle pas « une peine équilibrée » une peine qui ouvre un portail pour une demande de dédommagement énorme que fera la victime (ainsi reconnue comme telle par ce jugement alors qu’elle était en situation de rébellion à la Loi).
      Or L’IGGN a conclu d’avance que ce dédommagement sera intégralement et personnellement à la charge du Gendarme déclaré fautif.

    • Géo dit :

      Équilibré ! Pas du tout : les juges du pénal ne comprennent pas qu’ils sont des agents de l’ordre public. Ils croient peut-être qu’ils sont des arbitres entre les hors-la-loi et les flics.
      .
      S’ils croient ça (et je suis sûr que beaucoup croient être ce genre d’arbitre) alors il faudra que quelqu’un leur fasse comprendre qu’ils se trompent.
      .
      Si la loi n’est pas assez claire concernant le rôle des juges, il faut que le Législateur qui est supposé nous représenter, modifie la loi.
      .
      Sinon ce seront les Gilets Jaunes qui expliqueront aux juges : beaucoup de choses sont à mettre au point. Si elles ne le sont pas légalement elles le seront dans la violence.

  16. Pat75 dit :

    Est ce que la mission d un gendarme ou policier est qujourd hui de tout laisser faire et d attendre de se faire blesser ou même pire . Sont ils censés ne rien faire quand les gens ne respecte plus aucune loi ni aucune personne … Il faut vraiment une vocation pour accepter tout ce qu’ on leur impose Sans reconnaissance Et sans même reconnaître que leurs conditions de travail leurs horaires le stress peut parfois générer des erreurs

    • Robert dit :

      La violence provient en partie de l’indécision du pouvoir, voulant ne contrarier ni son électorat ou les agitateurs d’extrême gauche ni celui plus attaché à l’ordre de gauche comme de droite. Je me souviens qu’une mort accidentelle de Malik Oussekine aura fait abandonner au pouvoir les efficaces voltigeurs dont j’ai gouté autrefois le bidule. Ils seraient bien utiles aujourd’hui pour les émeutes urbaines et les manifs de casseurs. Pour compenser son image médiatique entachée, le pouvoir a abandonné un outil efficace.
      Et de cette indécision, vient s’installer un vide dont profitent professionnels de l’agitation et opportunistes. une fois installés dans la place, la situation devient forcément plus compliqué, chacun pensant être dans son bon droit et la police faisant légitimement ce qu’on lui ordonne.
      Je reproche encore à l’autorité d’avoir été trop indécise quand il aurait fallu fermer toute perspective à des manifestants opportunistes dans les récentes manifestations, bloquer en nombre avec des moyens. Ceux qui auraient voulu passer quand même assumaient leurs actes et la police ne pouvait être accusée de violence arbitraire.
      Pareil à Siveins et à NDDL, ne laisser s’installer personne sur place, même si cela était contesté légalement, et repousser fermement toute intrusion. Une situation floue a entrainé des ambiguïtés et ouvert la porte à des drames. C’est pas la fermeté qui peut être reproché à l’autorité, mais ses tergiversations qui poussent à un usage peut-entre excessif en apparence de la force publique dont sera accusé les force de l’ordre et pas le pouvoir qui a laissé cette situation s’installer.
      Si c’est clair dès le départ, la police garde l’initiative, si c’est flou elle se retrouve en situation difficile avec tous les risques.
      Que pense un spécialiste du maintien de l’ordre de ce point de vue.

  17. Arnaud dit :

    je suis assez perplexe. En décembre, le président Macron trouvait que les forces de l’ordre n’étaient pas assez « efficaces » contre les gilets jaunes, et qu’elles devaient faire preuve de plus de motivation.
    De fait je m’interroge :
    – faut-il comprendre que les forces de l’ordre ont consigne de sévir face aux GJ, mais de faire preuve de retenue face aux zaddistes ?
    – cela signifie-t-il que selon les manifestants, les consignes sur l’ordre public sont différentes ?

    Enfin, sur le fond, il y a un vrai souci sur la justice qui prend des décisions d’expropriation et demande à la « force publique de faire exécuter la décision », et qui ensuite sanctionne cette même force publique d’avoir fait appliquer l’ordre public…

    • aleksandar dit :

      Personne n’a reproché a ce gendarme d’avoir  » fait appliquer l’ordre public  » mais bien d’avoir ,pour ce faire, utilisé un moyen disproportionné et dangereux.
      Le peuple dans une société démocratique renonce a l’utilisation de la violence privée pour en confier le monopole a son expression politique, l’État.
      L’État délègue ce monopole aux forces de l’ordre.
      En contrepartie il demande a ces forces d’utiliser la violence a bon escient, de manière proportionnée a la menace et dans le respect strict des lois, textes et règlements.
      A partir du moment ou l’une de ces trois conditions n’est pas respectée, c’est ce contrat moral entre le peuple et l’État qui est remis en cause avec le retour possible de la violence privée.
      L’État doit donc sanctionner les manquements de ses agents en tenant compte des circonstances et des intentions, ce qui a été fait de manière intelligente et sereine dans cette affaire.

      • Paul Letissier dit :

        @ Aleks
        Un moyen « disproportionné », peut-être mais.
        Mais ce n’est que l’appréciation subjective d’un petit agent de l’autorité judiciaire (le juge) qui ne connaît rien d’autre à la violence que des mauvais souvenirs d’école primaire et de « twartagl à la récré ! ». Il réprouve la violence par un réflexe de looser (comment devient-on juge ? Et pourquoi ?)
        .
        Avec cet état d’esprit le petit juge ne se demande pas qui a poussé ce Gendarme à la faute : le juge devrait également poursuivre les complices qui ont mis ce Gendarme en situation de commettre cette faute : ce sont les personnels d’état-major qui n’ont pas prévu des relèves suffisantes et ont poussé les personnels à l’épuisement, ce sont aussi les officiers qui n’ont pas alerté officiellement leur hiérarchie sur le danger d’un tel rythme d’activité, etc.
        .
        L’accident résulte de fautes professionnelles multiples commises par plusieurs personnes mais le juge (qui, lui aussi, commet une faute professionnelle) se contente de condamner « le lampiste ».
        .

  18. Fenneck33 dit :

    On devrait aussi mettre en avant le quotidien de nos gendarmes. Je viens de visionner cette vidéo à chamonix (https://www.youtube.com/watch?v=mYH08-i4z-g&feature=youtu.be). Voilà pourquoi je respecte la gendarmerie le quotidien et l’exceptionnel.

    • Xaintrailles dit :

      Je l’ai vue ces derniers jours, époustouflant ce poser – toucher sur les bouts de patins sur pente neigeuse à 40° ! Il y en a eu beaucoup des pilotes de secours en haute montagne qui auraient voulu faire cela, mais il y en a aussi qui y sont restés…

  19. FG66 dit :

    Et tous ceux qui balancent des cailloux pavé boules de pétanques ….combien ils prennent eux…..c’est le monde à l’envers……

  20. Edouard dit :

    Même si je suis un soutien indéfectible des forces de l’ordre, je suis assez perplexe par toutes les réactions qui semblent ne jamais vouloir sanctionner un gendarme ou un policier… Même si leur boulot est difficile, on ne peut pas partir de ce principe. Ou alors on se rapproche des états non démocratique. Et puis perso, je trouve que nos forces de l’ordre ne sont pas si sanctionnées que ça au final… comme pour le policier qui a balancé la grenade qui a tué R Fraisse. La justice a estimé qu’il n’avait pas fait de faute. Donc tout n’est pas si mal fait en fin de compte.

  21. Justiciable dit :

    Après cette condamnation pénale (car c’en est une, même avec sursis), les avocats de la victime ne vont pas manquer de lui conseiller une procédure au civil pour obtenir de l’argent. Si le Gendarme n’est pas couvert par une assurance en responsabilité civile, ça va lui coûter cher. La Gendarmerie ne le couvrira pas : c’est le sens tacite de la conclusion de l’IGGN : « tu as commis une faute de service, c’est donc une faute personnelle que tu dois assumer personnellement ».

    Dans cette situation (responsabilité civile) la création d’une cagnotte est licite, elle n’est pas interdite comme pour une responsabilité pénale.
    Alors dès qu’une telle cagnotte existera pour ce Gendarme, je souscrirai.

  22. Faublas dit :

    De mon temps de vieux con, quand il y avait une manif, chacun prenait des coups, en donnait, mais personne ne portait plainte sous quelque raison que ce soit. La « casse » faisait partie du « jeu », et chacun se faisait réparer dans son coin.
    Bref, on assumait et on fermait sa gueule, surtout du côté manifestant, il n’y avait pas de responsables, de procès, de dommages et intérêts, de familles, quartiers, politiciens de sous-terrain en quête de notoriété…

    Et ça allait très bien comme ça.

    • Électeur branché dit :

      Lorsqu’il y a des plaintes contre les forces de l’ordre, le juge devrait être tenu d’examiner avant toute chose la situation du plaignant (par ex : le simple fait de participer à une manif interdite, ça mérite sanction pénale).
      Mais pour ça il faudrait que le Législateur prenne ses responsabilités et modifie la Loi. Prendre leurs responsabilités, c’est probablement trop demander à des élus.
      Ils sont pourtant supposés nous représenter. Nous avons un grave problème institutionnel et je vois venir que ça va se régler dans la violence si les élus ne font rien pour adapter les règles à l’évolution de la société.

      Or l’évolution de la société, c’est @internet.
      Pas seulement les « réseaux sociaux » où l’on exprime en 140 ou 280 caractères des idées qui ne peuvent être que simplistes.
      @internet, c’est surtout des blogs comme celui-ci où des participants souvent compétents échangent des idées qui sont parfois élaborées.
      @internet c’est aussi toute la partie invisible constituée par des échanges, entre de nombreux destinataires ayant des centres d’attention communs, de courriels non publics et donc très libres.

      Tenter aujourd’hui de récupérer la situation en évoquant un « débat national » (tiens ? L’on peut désormais dire « national » sans entendre « populiste » voire « fasciste ») c’est déjà être à la traîne : le fameux débat national, il a déjà lieu depuis longtemps sur @internet, à l’écart des partis politiques.

      • les grands arbres dit :

        le simple fait de participer à une manif interdite, ça mérite sanction pénale
        Non, absolument pas. La notion de manif interdite n’existe pas (encore, dieu nous garde)
        Vous n’avez pas à demander l’autorisation pour manifester, vous etes le peuple souverain, et l’autorité administrative ne peut vous interdire de vous exprimer.

        Vous ne pouvez pas non plus etre arrêté pour avoir organiser une manifestation non autorisée. Mais vous pouvez etre tenu responsable des dommages causée par cette manif, si vous l’avez pas déclarée

        Oui, je sais, ce n’est pas ce que la télé dit, ni ce que fait la police en arrêtant un leader Gilet jaune. Comme quoi, l’état de droit, voire l’état de Droit, voire la démocartie et les Valeurs de la République, c’est comme les promesses, ca n’engage que ceux qui y croient

        • Électeur branché dit :

          @ grands arbres.
          Je suis d’accord avec vous : la notion de « manif interdite » est très discutable.
          Mais j’aurais pu prendre un autre exemple d’infraction : violence contre agent de la force publique, ou même tout simplement insulte. Il y a des tas d’exemple où les gens qui se plaignent des forces de l’ordre sont eux-mêmes les premiers fautifs.
          .
          Le Procureur ou le Juge d’instruction devrait avant toute chose examiner la situation dans laquelle le plaignant se trouvait au regard de la Loi au moment des faits dont il se plaint. Mais non : pour notre personnel judiciaire, le plaignant est forcément un innocent et le flic (peut-être parce que le métier est de mettre en oeuvre la force, je ne sais pas ce qu’il y a dans la tête de notre personnel judiciaire) est forcément une brute.
          .

        • Fonctionnaire territorial dit :

          Les occupants de la caravane étaient en infraction (même si Clément n’est pas d’accord, s’imaginant qu’un arrêté d’expulsion n’est pas immédiatement exécutoire) et ce fait devrait être le premier point examiné par le procureur ou par le juge d’instruction au moment où les plaignants viennent se plaindre.
          .
          La présence illégale de leur caravane sur les lieux devrait leur valoir une mise en fourrière, voire une confiscation et une amende. Mais non : ils considèrent (comme Clément) qu’aussi longtemps que la mise en fourrière n’a pas lieu ils ont l’autorisation d’être là.
          C’est visiblement un aspect des choses que les juges préfèrent ignorer, donnant tort aux agents de la force publique qui font usage de la force.

        • revnonausujai dit :

          ordonnance 2012-351 du 12 mars 2012
          article 3, « si l’autorité investie des pouvoirs de police estime que la manifestation projetée est de nature à troubler l’ordre public, elle l’interdit par un arrêté qu’elle notifie immédiatement aux signataires de la déclaration au domicile élu ».
          sans commentaires !

    • Gégétto dit :

      Elle est bien loin l époque où on mettait des grands coups de crosse de MAS36 avec son tromblon dans les ratiches sans pleur ni plainte!!!
      Il me semble que les militaires Américains ont testé des armes non létales à énergie dirigée;micro ondes ou infra sons provoquant ou sensations de brûlures ou désorientation. Voilà de magnifiques nouveaux joujoux ….Allo Castaner ?
      Les forces de l ordre ne sont qu un vulgaire instrument aux mains des politiques…la preuve quand ça dérape, qui c est qui porte ses fesses au tribunal? aucun politique…
      Par contre, à les entendre ils soutiennent les forces de l ordre, voire même lancent des dons en ligne de façon désintéressée bien sûr…mais les lâchent au premier: » j ai glissé chef!! »
      On en reparle si un Samedi ça merde grave…

  23. les grands arbres dit :

    A lire
    https://reflets.info/articles/les-blesses-eborgnes-par-les-forces-de-l-ordre-ne-le-sont-pas-par-accident

    Avec un témoignage d’un ancien para, qui sur ce site, aura toute crédibilité

    « J’ai la rage, explique Jim. Je suis un ancien para. Si l’on vise la tête, c’est que l’on a des ordres ! 220 joules en pleine tête, ce n’est pas anodin. C’est pour faire peur aux autres. Qui radicalise l’autre ? Vous savez, tous les proches des victimes sont très en colère. Il faut changer la politique de maintien de l’ordre ».

    Jim venait pour sa par de l’île d’Oléron, avec sa femme, pour participer à la manifestation du 8 décembre à Bordeaux. « On ne connaissait pas la ville. On a essayé de partir par les petites rues mais les policiers en civil bloquaient et nous tiraient dessus. J’ai voulu protéger ma femme, indique-t-il. Après… Je ne me souviens plus de rien ». Il a été victime d’un tir de LBD 40 au visage et a perdu un œil tandis que l’autre a perdu en acuité. « On m’a fait une piqûre d’adrénaline. Je me rends compte que j’ai failli y passer. Je me suis réveillé le dimanche. J’ai 15 fractures au visage et désormais, j’ai une plaque en titane sur le côté droit ». Tout comme Franck, qui a eu le crâne ouvert d’une oreille à l’autre pour passer sa plaque en titane.

    • Sceptique dit :

      « les policiers en civil bloquaient et nous tiraient dessus »? On peut dire que l’on est « ancien para » et mentir sur toute la ligne.
      Je ne crois pas à ce prétendu « témoignage » : jusqu’à preuve du contraire, c’est un fake.

      • Robert dit :

        Sceptique,
        Il y a des photos et prénoms des personnes, avec le lieu de l’action, il devrait y avoir des procédures de plaintes ou de poursuites pour faux témoignage assez rapidement, les serait-ce que pour être couvert par les assurances ou obtenir des dédommagements ou un procès.
        Nous le saurons assez vite, si c’est vrai ou faux. Car l’accusation de « fake » est aussi un moyen de nier un fait qui nous dérange sans avoir à le démontrer.
        Il y a plusieurs autres témoignages d’oeil perdu ou bien abimé ou de mâchoire fracturée suite à un tir de flash ball au niveau de la tête, il va être difficile de faire tout passer pour « fake ».

        • Sceptique dit :

          @ Robert : ce qui me dérange, c’est l’accusation invraisemblable (des policiers en civil qui barrent le passage et tirent à vue sur cet « ancien para » et autres personnes qui sont là).
          C’est pourquoi j’écris « jusqu’à preuve du contraire (= jusqu’à ce que ces faits invraisemblables soient prouvés) c’est un fake.

          • Robert dit :

            Sceptique,
            Non, c’est une information à vérifier, pas un fake.
            Un fake, ce qu’on appelle ainsi, c’est une informations volontairement tronquée afin de désinformer. Là, nous avons un témoignage d’une partie qui demande à être vérifié, pas une fausse information. Cela le sera s’il s’avère que ce qu’il dit est faux. Appelle-ton un « fake » les informations déséquilibrées ou fallacieuses des médias et politiques, pourtant elles déforment la réalité des faits volontairement ?
            Les policiers en civil qui tirent, flash ball au visage, existent, n’oubliez pas qu’ils sont formés à l’interpellation musclée pas au maintien de l’ordre. Sur plusieurs vidéos, des témoignages de manifestants parlent de flics de la BAC et de la BRI, non formés au maintien de l’ordre mais au flagrant désir, « le saute dessus » musclé et violent au besoin, qui se baladent tranquillement et chopent des manifestants parfois au hasard, celui qui ne coure pas assez vite. Ils n’ont pas la discipline et l’autorité de commandement qui les contrôlent et font ce qu’ils veulent. Cela se voit sur nombre de vidéos.
            Eux, ce sont des cow-boys, adaptés à la délinquance musclée mais pas à gérer des manifestants. Et je pense que c’est volontaire de mélanger pour provoquer violences et réaction violente des manifestants. Rien de ce que dit ce manifestant n’est contradictoire avec ce que disent d’innombrables témoignages. Aussi, un peu d’honnêteté devrait nous inciter à prendre ces témoignages certes avec prudence mais avec bienveillance. Il y a aura des enquêtes sérieuses, comme pour la femme tabassée sur la passerelle comme l’avocat du boxeur l’a demandé, et nous en saurons plus prochainement. Ce que je cherche à faire passer comme message, c’est que la justice peut être une arme de vengeance du pouvoir pour avoir été contesté, et nous ne devons pas tomber dans le piège de voir les gilets jaunes assimilés à quelques débordements et excités, justifiant une répression injuste. Il y a eu nombre de perquisitions dont une effectuée par le RAID, la dramatisation semble voulue pour développer une ambiance d’acceptation de la répression dans la population.
            https://www.youtube.com/watch?v=H_WKBqhDggY
            https://www.20minutes.fr/high-tech/2390707-20181208-video-gilets-jaunes-video-manifestant-touche-tir-lbd-devient-virale
            http://www.francesoir.fr/societe-faits-divers/info-fs-gilet-jaune-dans-le-coma-apres-tir-flash-ball-bavure-toulouse

            L’autorité, c’est le gouvernement, a visiblement décidé de provoquer des violences, des deux côtés, en mettant des policiers non formés au maintien de l’ordre à chasser le manifestant avec des flash balls et des matraques télescopiques ou des tonfas. Les force de l’ordre bloquaient ou chargeaient et les autres partaient au contact. Demain, je crains que ce ne soit encore pire.
            La stratégie de la tension est clairement la volonté du pouvoir qui veut des affrontements encore plus graves et des morts pour avoir le dernier mot en prenant à témoin l’opinion publique qui a peur de la violence, d’un mouvement impossible à manipuler, et se retrouve toujours vers le pouvoir pour être rassuré.
            Le pouvoir est responsable de ce qui s’est passé et de ce qui se passera, en dehors des vrais casseurs qui méritent d’être réprimés.
            Jamais de mémoire, les black blocks ou les racailles immigrées n’on bénéficié d’un tel traitement alors qu’à chaque fois ils ne venaient que pour casser et piller et que les policiers connaissent tous les black blocks et les Antifas.
            C’est inédit et c’est contre des français qui ont des revendications légitimes et étaient capables d’accueillir de véritables propositions qui respectaient ce qu’ils demandaient malgré leur variété.
            Les syndicats et les partis ont aussi intérêt à ce que ça dégénère pour récupérer une certaine légitimité en discréditant le mouvement. Ne nous trompons pas de combat, policiers et manifestants sont tous le peuple français et le gouvernement cherche à les opposer jusqu’à l’irréparable.
            Quand à cette information, à vérifier, selon laquelle ce seraient les black blocks qui auraient commis l’effraction au ministère.
            https://www.medias-presse.info/ce-sont-des-black-blocs-qui-ont-defonce-la-porte-du-ministere-de-benjamin-griveaux/103520/

      • Logos dit :

        Fyi, l une de mes filles a ete témoin de ce que ces trou d uq de la BAC faisaient. Bloquer les voies de dégagement et allumer a la tête les gens. Une personne a ete touchée sur l arrière du crâne alors qu elle partait. Sans etre un hyper violent, je suis bien content que ma fille n ait eu… le cas contraire, on en serait revenu au bon vieux talion. Et je respecte bcp les policiers, pour avoir un proche dans les GM. Mais les ptis crétins de l urbaine ou de la BAC se défoulent en se croyant intouchable sur ces événements. Ça c est scandaleux.

        • Roger Dubreuil dit :

          @ logos
          Là, je suis d’accord. Une nuit par hasard j’ai vu la BAC travailler
          : ce sont des cow-boys.
          .
          Je n’ai jamais été trop émotif dans l’action avec armes, même contre les vrais méchants qu’on rencontre entre opex.
          .
          Pourtant cette nuit-là dans un quartier désert de la ville où je passais, la BAC m’a foutu la trouille : elle a coincé des voleurs à la roulotte (des voleurs de poules) et j’ai été pris par hasard dans l’action.
          .
          Ces connards (la BAC) se croyaient dans un western : ils étaient nerveux, agités, poussant des cris inutiles, le révolver à la main, prêts à défourailler sur tout ce qui bougeait, je m’attendais à prendre une balle tirée involontairement (les voleurs n’étaient pas armés et ne cherchaient pas à résister).
          .
          Depuis lors je ne suis pas surpris quand j’entends dire qu’il y a eu un accident à cause de la BAC.
          Mais cette histoire que je raconte, comme celle de Bordeaux plus haut, n’a rien à voir avec l’affaire de Sivens.

    • Ancien médecin du SSA dit :

      Crâne ouvert d’une oreille à l’autre… faux : incision du cuir chevelu d’une oreille à l’autre effectivement, le cuir chevelu est décollé et rabattu jusqu’aux lésions du visage, dans le but de ne pas faire d’incisions, donc d’éventuelles cicatrices, sur le visage.
      Il faudrait que tous ces cas soient réunis, afin que l’on interdise absolument au moins les tirs au dessus des mamelons, comme les plaquages au rugby !…
      Un service où un smash au tennis peuvent aussi entraîner la perte d’un œil avec fracture des os formant le « cadre orbitaire ».

    • Pascal (l'autre) dit :

      @ de les grands arbres Je suis dehors et il pleut, je suis mouillé. C’est un constat, d’où découle la vérité! Par contre  » Avec un témoignage d’un ancien para, qui sur ce site, aura toute crédibilité »
      là c’est une hypothèse, et une hypothèse ce n’est pas forcément la vérité!

  24. Marensin dit :

    @ Fred qui ne connaît rien, mélange tout , et qui est l’auteur de ce petit chef d’oeuvre en inventant un type de grenade jusqu’alors inconnu:
     » (il faut enlever les grenades offensives de dès-encerclement (sic) qui ne sont plus en usage)  »

    – A Sivens, la Gendarmerie n’a utilisée qu’une seule grenade de désencerclement : ce n’est pas elle qui est arrivée dans le sac à dos de Fraisse ;
    – les grenades interdites d’emploi depuis Sivens sont les grenades offensives OF-F1; c’est une grenade de ce modèle qui est en cause dans la mort accidentelle du gentil écolo égaré nuitamment au milieu d’affrontements violents où il n’aurait jamais dû se trouver.

  25. Marensin dit :

    @ Fred, Clement et Robert qui ont jugé utile d’évoquer les manifestations des gilets jaunes dans ce sujet consacré à Sivens : sur 10 ou 11 décés depuis novembre 2018, de combien sont responsables les forces de police ou de gendarmerie (qui comptent plus de 1000 blessés dans leurs rangs) ? 1 à Marseille ? Et les 9 ou 10 autres, la faute à qui ?
    Quant à Fred qui se permet de qualifier ses contradicteurs d’obtus, mais persiste dans sa fixation inepte « grenade de « dès-encerclement « (!) – en cloche – illégal « , il lui est répété que la mort accidentelle survenue à Sivens est imputée à une grenade offensive modèle OF-F1 et aucunement à la seule grenade de désencerclement qui a été utilisée pendant tous les affrontements sur les lieux du futur barrage.
    Alors…, c’est qui la buse ?