Si Paris persiste à protéger les milices kurdes syriennes, alors ce « ne sera bénéfique pour personne », prévient Ankara

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

134 contributions

  1. Sephiroturk dit :

    Laurent Lagneau vous etes payés pour foutre le bordel entre turcs et francais ?

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Sephiroturk,

      Moi non, M. Mevlut Cavusoglu sans doute. Je ne suis pas responsable de ses propos 😉

    • asinus dit :

      bonjour , vous aurait il échappé que notre  » juvénile président » sert de punching ball a pas mal de monde dernièrement , et que l’envie de passer ses nerfs sur la Sublime porte pourrait lui prendre.Outre que le différentiel technologique s’est accentué du fait de l’incarcération et la mise a l’écart de nombreux techniciens Turks  » c’est étonnant d’ailleurs la distance d’avec les idées de mr Erdogan semble croitre a mesure que le niveau culturel augmente , juste une impression hein  » .Il pourrait tomber ente les mains kurdes  » par inadvertance des ouvre boites a blindés voir des tapette a hélicos  » une rumeur comme ça .Outre que meme au profane il apparaît de plus en plus que l’arrogance militaire turque n’a pas lieu d’être , sa fonction d’abcès purulent au portes balkanes devrait valoir a Istanbul les foudres économiques européenne si d’aventure les élection européennes prochaine voyaient se concrétiser le réveil des peuples sous-chiens .

      en cette fin d’année que mr Lagneau trouve ici mes modestes remerciement pour son travail et la bienveillante patience dont il fait preuve.
      Asinus

    • cipal dit :

      allez lécher les babouches de votre sultan dictateur de pacotille

      • Jouliot21 dit :

        l’armée française n’a aucun poids face à la Turquie

        • Naoned 46 dit :

          À voir
          Freiner ou calmer les ambitions du sultan qui rêve d’un retour aux frontières de l’empire ottoman me semble sain
          La Turquie a toujours été,dans les temps antérieurs,une alliée fidèle de l’empire allemand notre ennemi héréditaire de jadis.

        • ScopeWizard dit :

          @Jouliot21
          .
          On ne peut plus vrai ; le Monde n’ a qu’ à bien se tenir : la Turquie futur maître de l’ Univers …………….. au moins ………………… et bien sûr ……………….
          .
          Pauvres chinois , ils sont déjà morts …………………..
          Les russes ou les américains ? Ah ben eux ne comptent déjà plus , ils sont morts depuis si longtemps ……………
          La France ? Oh , elle , c’ est encore mieux : elle n’ a même jamais existé ……………
          .
          Enfin , tout ça c’ est bien mignon , mais avant de conquérir tout l’ univers , si vous commenciez déjà par remporter l’ Eurovision ? Ce serait un bon début …………….

          • Clément dit :

            Où une coupe d’Europe.

          • Robert dit :

            Avec la population turque en Europe, et particulièrement en France, sommes-nous encore libres de contester les désirs du vizir Erdogan ?
            Souvenez-vous des meetings politiques sur notre sol et des manifestations massives de turcs.
            http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/10/04/97001-20151004FILWWW00094-meeting-du-turc-erdogan-a-strasbourg.php
            Non pas que je pense qu’il faille baisser culotte devant les lobbys étrangers, bien au contraire, mais nos politiques ont-ils encore le courage de résister à d’habiles pressions coalisées de différents lobbys étrangers ?
            Parce qu’à mon avis viendra le jour ou un conflit servira de prétexte à une communauté lié au pays adverse pour manifester sa nuisance en France.
            En réalité, cela s’est déjà produit et se produit encore.
            Est-ce que la France est capable de résister aux pressions d’un pays étranger ayant des dizaines de milliers de ressortissants sur notre sol souvent dotés de papiers français ?

          • ScopeWizard dit :

            @Robert
            .
            « Parce qu’à mon avis viendra le jour ou un conflit servira de prétexte à une communauté lié au pays adverse pour manifester sa nuisance en France. »
            .
            Alors ça , voyez-vous , perso c’ est quelque chose dont j’ ai pris conscience en 2004 au cours de diverses discussions in vivo et en face à face ( oui , pas derrière un écran , quoi ! ) avec des copains ou connaissances noires ( îles , Afrique Noire ) et quelques fois musulmanes …………
            À l’ époque , je parlais ouvertement d’ invasion migratoire , ethnique , religieuse , j’ ai bien précisé OUVERTEMENT ; aujourd’ hui , j’ ose le mot « colonisation » ………..
            .
            @Scope en prison ! ( c’ est rien , c’ est juste pour la rime ……. )
            .
            Mais que voulez-vous que je vous dise ?
            .
            Au nom de certaines idéologies mondialistes et mondialisantes humanisantes prônant fraternité et égalité à tous les étages mais qui servent en réalité des buts bien plus lucratifs et retors qu’ on aimerait le croire et surtout nous faire croire , nous multiplions erreurs et bévues qui vont nous revenir en pleine poire sous peu tandis que les principaux responsables du maelström à venir se seront tous carapatés en lieu-sûr nous laissant joyeusement nous entre-tuer , notamment à cause de l’ accumulation irresponsable de leurs conneries plus débiles et à courte-vue les unes que les autres ………………
            .
            Sauf que ces gens-là , il se pourrait bien que certains aient dans l’ idée d’ aller les chercher et leur demander de rendre des comptes avec tout le cortège de dérives que de tels positionnements supposent ……………. en particulier dans l’ hypothèse où de tels comptes ne seraient pas rendus en temps et en heure …………………….
            .
            Moi je dis , bravo , très beau travail sur toute la ligne ! 😉

          • Robert dit :

            Scope,
            Le principe d’accorder une double nationalité avec l’accès à la nationalité française est objectivement un acte qui peut devenir une haute trahison.
            Vous parlez d’immigration, or ce n’est plus d’immigrés qu’il s’agît s’ils peuvent bénéficier des mêmes privilèges que nous dans notre pays, ils ont devenus des français. Et il deviendra impossible à terme de distinguer entre immigrés devenus français et aimant réellement la France au point d’abandonner leur autre nationalité et ceux qui ne sont français que pour les avantages et dont moeurs, culture et religion, les tirent à l’opposé de l’adhésion à la civilisation française. D’ailleurs, si on ne distingue plus les différences en vue de nous unir autour de ce qui nous rassemble, que reste-t-il de notre civilisation ?
            Vous parlez de colonisation, mais la colonisation, même la pire, a eu des avantages pour le colonisé dont il reste des traces après le départ du colonisateur.
            Que peut-on apprendre de moeurs tribales, d’une religion purement légaliste et sociale qui nie la liberté de l’homme et la dignité de la femme, au sens vrai le plus élevé de ces deux notions pas les caricatures qu’en a fait la modernité ?
            Et je ne parle pas que de l’islam en disant cela.
            Oui, bien sûr, il y a eu des groupes de pression étrangers, des nomades de profession toujours à nuire, mais le premier responsable c’est chacun d’entre nous qui a cru un moment tirer profit d’une abolition de la loi morale, d’une transcendance religieuse, de communautés naturelles de destin dont l’Etat a prétendu prendre la place et se faire à la fois dieu, père et mère, patron et juge de conscience. Pour aboutir à une société dure aux faibles et douces aux violents et aux puissants ou la sensibilité, l’émotion et le désir sont lois et ou le bien, le beau et le vrai servent de repoussoir.
            Comme disait bien Bernanos  » l’homme moderne à le coeur dur et la tripe sensible. »
            On ne peut pas en vouloir aux immigrés, ni même aux cosmopolites de tenter leur chance. Si nous étions capables de leur tenir tête voire de les châtier si nécessaire, cela n’arriverait pas ou nous y résisterions comme il convient. Au lieu de ça, nous nous complaisons dans notre déchéance et nous appelons cela le Progrès.
            Je ne sais pas si nous ne méritons pas notre sort en ayant appelé le malheur sur nous.

          • ScopeWizard dit :

            @Robert
            .
            1) « Le principe d’accorder une double nationalité avec l’accès à la nationalité française est objectivement un acte qui peut devenir une haute trahison. »
            .
            Perso , je n’ ai pas parlé ou même évoqué cela .
            Maintenant , il est clair que suivant ce que l’ on en fait ou même les raisons pour lesquelles cette double-nationalité serait accordée , c’ est comme pour beaucoup de choses cela peut poser problème ……………..
            .
            L’ immigration ne devient « française » qu’ au travers de certains bouts de papier ou cartes plastiques qui lui donne le droit de se revendiquer comme tel et de bénéficier de beaucoup de choses dont de nombreux avantages ……….
            Ça , c’ est pour le côté officiel de la chose …………….
            En revanche , ne devenir « français » que comme ça est très insuffisant …………….
            La liberté de mœurs , culture , religion ne devant en aucun cas jamais aller à contrario de ce qu’ est la France au point de la modifier en profondeur ……..
            Sauf que pour ça , il aurait déjà fallu commencer par , par exemple , « corriger » et sévir par rapport à toute la pédophilie ambiante …………. mais comme là-dedans vous avez des « notables , politiques , ou magistrats qui sont loin d’ être blancs comme neige ………….
            Eh bien , « on » a minimisé et laissé faire …………….
            .
            Concernant la colonisation , je suis au courant et bien conscient de la façon dont elle est présentée et enseignée , c’ est à dire de façon systématiquement négative et même si possible en noircissant le tableau tandis que l’ immigration bénéficie exactement du traitement inverse ; ce qui est totalement anormal et pour paraphraser toute cette ribambelle d’ « intellectuels de Gauche » qui sévissait dans les années 1980 qui n’ avaient que ce genre de leitmotiv à la bouche : « c’ est scandaleux ! »
            .
            Et oui , clairement , ce n’ est pas que nous ne savons pas , c’ est plutôt que nous ne voulons pas , nuance , distinguer le bon grain de l’ ivraie ; pour X raisons , nous passons le plus clair de notre temps à nous focaliser sur ce qui nous sépare et nous divise plutôt que sur ce qui pourrait nous unir et nous rassembler………………..
            Est-ce que c’ est un hasard ? Je ne le crois pas !
            Notre civilisation , et c’ est multifactoriel , est en train de se casser la figure , voilà tout ; et comme la nature a horreur du vide ……………….. elle sera remplacée , c’ est aussi simple , basique et brutal que ça !
            .
            Par quoi le sera t-elle ? ceci est encore une autre question ………
            .
            Quoi qu’ il en soit , et vous le savez aussi bien que moi , dans la Vie vous avez une phase de montée , un apogée qui en général ne dure guère , puis une phase descendante , les deux phases pouvant s’ étaler plus ou moins dans le temps , être plus ou moins raides ou au contraire plutôt douces durant ce même intervalle de temps …………….
            Par contre , rien ne vous oblige à vouloir aller plus vite que la musique et à accélérer le processus ou à favoriser voire créer de toutes pièces les conditions d’ une accélération de la descente sachant bien que si elle est trop rapide , alors vous multipliez les risques de vous casser la gueule quitte à vous faire très mal suite à une perte de contrôle qui dès-lors à moins d’ un miracle ou d’ une « décuplétion » instantanée de vos capacités devient inévitable …………………… et c’ est bien ce que nous constatons ……………….
            .
            2) « Que peut-on apprendre de moeurs tribales, d’une religion purement légaliste et sociale qui nie la liberté de l’homme et la dignité de la femme, au sens vrai le plus élevé de ces deux notions pas les caricatures qu’en a fait la modernité ?
            Et je ne parle pas que de l’islam en disant cela. »
            .
            Ben , rien ; qu’ est ce que vous espérez apprendre de quelque chose par lequel nous sommes déjà passés et maintes fois passés , nous n’ apprendrons rien que nous ne sachions déjà ………………mais vraiment rien de rien …………………. Si , à régresser , ce que d’ ailleurs nous sommes précisément en train de faire , et ce , pour diverses raisons que vous devinez et qui tiennent entre-autres à deux facteurs principaux : notre folie démographique conjuguée à notre même folie consumériste elle-même étroitement liée au Dieu Pognon ……………..
            .
            3) « Oui, bien sûr, il y a eu des groupes de pression étrangers, des nomades de profession toujours à nuire, mais le premier responsable c’est chacun d’entre nous »
            .
            Chacun d’ entre-nous ?
            .
            Désolé , mais je ne suis pas du tout de cet avis ; ceux qui ont le pouvoir d’ agir et de changer les choses ou les faire évoluer dans un sens ou dans un autre , ce n’ est certes pas « chacun d’ entre-nous » ; que chacun d’ entre-nous ait sa part de responsabilité , ça je vous l’ accorde , mais cela ne revient pas au même car cela signifierait que nous serions tous en capacité d’ exercer le même poids dans les décisions qui sont prises et qui vont apporter quelque chose en plus ou amener quelque chose en moins à l’ ensemble d’ une société , changement qui sera vécu par chaque individu qui la compose plus ou moins positivement ou négativement …………..
            Chacun d’ entre-nous n’ est pas en capacité d’ exercer même poids et influence , soutenir le contraire c’ est se raconter des histoires afin de s’ endormir , s’ abrutir , se bercer d’ illusions , se rassurer , etc …………….
            .
            4) « qui a cru un moment tirer profit d’une abolition de la loi morale, d’une transcendance religieuse, de communautés naturelles de destin dont l’Etat a prétendu prendre la place et se faire à la fois dieu, père et mère, patron et juge de conscience. »
            .
            Non , non , non ; chacun d’ entre-nous n’ a pas « cru » , certains sûrement afin d’ en tirer parti et faire avancer idées et causes , mais la plupart n’ a cru en rien du tout , « on » ( et « on » ramène directement à ceux que je viens à l’ instant d’ évoquer ) lui a fait croire , ce qui là aussi n’ est pas du tout la même chose ………………..
            C’ est également quelque chose que vous savez : sans charisme , sans puissance , sans connaissances et pas forcément avec les trois à la fois , vous ne ferez rien qui puisse entraîner une foule susceptible de vous suivre à le faire ………….
            Le facteur « notoriété/célébrité » compte aussi mais s’ il peut servir de tremplin de départ , il ne fait pas tout non-plus !
            .
            Cela étant , afin de nous garder de toute confusion , je vous invite à préciser ce point ………..
            .
            5) « Pour aboutir à une société dure aux faibles et douces aux violents et aux puissants ou la sensibilité, l’émotion et le désir sont lois et ou le bien, le beau et le vrai servent de repoussoir.
            Comme disait bien Bernanos » l’homme moderne à le cœur dur et la tripe sensible. » »
            .
            Bernanos est bien gentil , mais nul besoin de « modernité » pour cela ; il en a presque toujours été ainsi , depuis la nuit des temps , je dirais ………..
            Après , si la mode actuelle consiste à se raconter conneries sur conneries histoire de se bercer d’ illusions rassurantes alors que dans le même temps nous ne cessons de créer et d’ encourager les conditions d’ un affrontement qui n’ aura au final de fratricide que la certitude trompeuse de le faire entre frères , là évidemment c’ est autre chose …………….
            .
            6) « On ne peut pas en vouloir aux immigrés, ni même aux cosmopolites de tenter leur chance. »
            .
            Si justement on peut ; et je dirais même plus , on doit .
            Tenter sa chance est une chose , en profiter en faisant n’ importe quoi afin de s’ imposer quitte à nuire au pays d’ asile ou d’ accueil en est une tout autre , voyez-vous …………..
            .
            Ce que je vais faire , au nom de cette « chance » qui m’ est donnée , c’ est débarquer chez-vous parce que par exemple j’ ai vu de la lumière ( ou « on » m’ a assuré qu’ il y en avait ) ou que vous aimeriez bien avoir quelqu’ un à pas cher pour entretenir les magnifiques roses rouges de votre jardin , puis une fois dans la place , me comporter comme bon me semble et faire exactement comme si j’ étais chez-moi quitte à vous imposer ma religion et à faire de vous une sorte de « co-habitant’ des lieux , uniquement encore chez-lui grâce à quelques papiers qui parviennent encore à en attester mais pour le reste déjà à moitié étranger chez-lui ………….
            .
            À vous lire , on dirait du tschok amélioré ; c’ est lui qui déteint à ce point sur vous ?
            Eh ben , permettez-moi de vous dire que c’ est du propre ! 😉
            .
            7) « Si nous étions capables de leur tenir tête voire de les châtier si nécessaire, cela n’arriverait pas ou nous y résisterions comme il convient. Au lieu de ça, nous nous complaisons dans notre déchéance et nous appelons cela le Progrès.
            Je ne sais pas si nous ne méritons pas notre sort en ayant appelé le malheur sur nous. »
            .
            Mais qui est ce « nous » ???
            Vous ?? Moi ??
            Qui ?
            Toujours la même chose : de quoi parle t-on ?
            Nous ne nous complaisons dans rien du tout , enfin pas tous ; d’ aucuns oui , certains un peu , d’ autres pas du tout ……………
            Mais encore une fois , nous en revenons directement au point numéro 3 …………
            Et cette grande question nous renvoie également à celles des proportions dans une organisation de société pyramidale : quelle est la part de cette proportion en mesure de peser et d’ influer et à quelles conditions peut-elle exercer ce pouvoir ( car c’ est bien de pouvoir qu’ il s’ agit ) ?
            Elle est très faible voire infinitésimale et depuis longtemps quasiment en perpétuelle cooptation d’ où la violence du mouvement à la base de la pyramide , en l’ occurrence les Gilets Jaunes , sur lesquels comme on pouvait s’ y attendre finit par se greffer tout et n’ importe quoi qui espère correspondre peu ou prou au développement du point 3 …………….
            .
            Cela étant , je vous rejoins : bien-sûr que nous « méritons » notre sort sauf que comme je vous l’ exposais plus haut , que ce soit hier comme à ce jour ( mais encore plus hier ) , fort peu sont conscients de ce qui se joue en coulisses , soit parce qu’ ils ne sont pas formés pour ça ( voir le Monde tel qu’ il est et non tel qu’ on aimerait bien que vous le perceviez ) , soit parce que l’ on ne cesse de masquer ou transformer la réalité dans le but de dissimuler au mieux les intérêts et buts réellement défendus et poursuivis .
            .
            En gros , la Terre est une sphère irrégulière mais certains vous assurent qu’ elle est absolument régulière voire parfaite , voire plate !
            Et si vous n’ avez pas ou peu de connaissances , vous goberez , ce sera facile !
            .
            Pour finir , vous êtes intelligent , éveillé , et suffisamment vif pour comprendre ( et même lire entre les lignes s’ il y a lieu ) avec exactitude l’ ensemble de toute cette réponse sans que je ne sois ou me sente obligé de passer encore plus de temps à rédiger afin de fournir exemples sur exemples afin d’ illustrer mon propos ……………………… 🙂

        • Herve Lesage dit :

          Jouliot21
          Je serait toi je m infomerais avant de raconter des fakes si les turck annonce c est qu il savent sur quoi il peuvent tomber sans compter qu il sont membre de l otan et que la faute sauras pas permi erdogan est un imbecile d otocrate mes je pensent qu il vas reflechire un petit moment

    • R2D2 dit :

      « le bordel entre turcs et francais ? »
      en meme temps cela n’a jamais été le grand amour donc difficile de foutre le bordel.

      • Gremlins dit :

        Pourtant la communauté Turque en France est disons… Notable.

        • garance dit :

          certes, mais le boycott çà existe, et après?

        • ScopeWizard dit :

          @Gremlins
          .
          C’ est cela , oui , c’ est cela …………….

        • dolgan dit :

          Certes, mais ils sont plus intéressés par la vente de kehbab que par la guerre en Syrie.

        • MERCATOR dit :

          Les consulats turcs de France pour leur part comptent un peu plus de 611 000 Turcs et Franco-Turcs en France, 800 000 en estimant le nombre de personnes en situation irrégulière venues de Turquie

          Populations d’origine rurale, ne se mêlant pas aux autres communautés musulmanes, très grosses difficultés d’apprentissage scolaire , avec des résultats nettement inférieurs aux autres populations issues de l’immigration même ceux d’origine subsaharienne !

          • Castel dit :

            @ MERCATOR
            Et surtout, il faut bien constater, que ces populations ne sont pas celles qui sont censées fuir l’oppression dans leur pays, piusque, sans les voix des Turcs à l’étranger, Erdogan aurait perdu lors du récent référendum sur le changement de la constitution ….
            On pourrait d’ailleurs en dire autant, concernant la réelection de Boutéflika pour l’Algérie !!!

    • felipe dit :

      Ben voilà…
      la suite de l’affaire kashogi.
      nous aovns le premier président américain qui se comporte comme se comportaient la majorité des dirigeants européens aux XIXe et XXe siècle. exactement ce que le premier président américain et ses successeur, souvent avec beaucoup d’arrogance d’ailleurs, condamnaient.
      monsieur trump a décidé que la responsabilité américaine dans le monde n’avait aucun sens. ce n’est plasu america first mais american first.
      il nous fait comprendre que la turquie était le pays clef de la région et le mieux à même de rivaliser avec l’Iran. tant pis pour l’arabie saoudite, jugée trop peu fiable.
      maintenant on fait quoi ?
      tant pis pour les kurdes parce que les français n’entreront pas dans une logique d’affrontement avec la turquie
      attention à ne pas jeter l’arabie saoudite dans le cas de l’islam politique
      la prochaine bagarre ? entre les russes et les turcs (avec le soutien US)

      • ji_louis dit :

        Tout le monde a compris que les américains ne se comporteront plus en soutien mais en marchands de canons, Erdogan n’est pas bête au point de ne pas l’avoir remarqué. Oubliez donc vos espoirs d’affrontements russo-turcs, ça va louvoyer dur dans les parages.

    • MAS 36 dit :

      Le grand Vizir Erdogan et sa magalomanie se suffisent à eux-même pour mettre de l’huile sur le feu au Levant .

      Nous avons également vu le comportement de ses affidés en France lorsque la presse nationale a elle eu le courage de le mettre en première page avec son vrai visage de dictateur aux méthodes expéditives digne du NKVD du début de l’ère stalinienne.

      Merci à M. LAGNEAU pour la haute tenue de ce site collant au plus près des événements tout au long de l’année.

      • Lassaigne dit :

        Lol. Le Grand Vizir Erdogan. Je rappelle que la France, du temps de Mazarin, fut le premier allié européèn de la Turquie. Une alliance destinée à tenir en respect les puissances protestantes. Quoi que Mazarin se soient néanmoins allié avec les mander protestants allemands, pour abattre les Habsbourg, faisant massacrer au passage plus de 60 % de la population allemande. La géopolitique n’était pas plus simple à l’époque qu’à présent.

    • bat dit :

      si y’avait que le bordel entre Turcs et la caste des dirigeants Français (car le peuple n’est pas consulté quand ils décident ..et se gardent bien de le faire …surtout quand on ne fait que 23 % de voix au premier tour et qu’on se fait élire avec les voix de la france insoumise au second …quel attelage ce macron qui jupitérise )

      c’est bien plus inquiéttant ce qui se passe entre Russe et Israelien
      Ci-dessous, on trouve l’article de E.J. Magnier du 14 décembre 2018, sous le titre initial de « Nouvelle règle d’engagement entre la Syrie et Israël alors que la Russie a modifié sa position »

      « La nouvelle position russe face à Israël
      « La Syrie va appliquer une nouvelle règle d’engagement avec Israël, maintenant que la Russie a adopté une position plus ferme et plus claire sur le conflit qui oppose Israël à l’Axe de la résistance. Désormais, Damas va répondre aux frappes israéliennes : si une cible militaire en particulier est endommagée, il visera un objectif similaire en Israël. Des décideurs à Damas ont affirmé que « la Syrie n’hésitera pas à frapper un aéroport israélien si Israël vise et frappe l’aéroport de Damas. Cela se fera avec le consentement des militaires russes basés au Levant ».

      Cette décision politique syrienne se fonde sur une position claire prise par la Russie en Syrie à la suite de la perte d’un de ses avions abattu le 18 septembre de cette année. En 2015, lorsque les militaires russes ont atterri en Syrie, la Russie a informé les parties concernées (la Syrie, l’Iran et Israël) qu’elle n’avait pas l’intention de s’immiscer dans le conflit entre eux et le Hezbollah, et qu’elle n’empêcherait pas les avions de Tel-Aviv de bombarder des convois militaires du Hezbollah en route vers le Liban ou des entrepôts militaires iraniens n’ayant aucun rapport avec la guerre en Syrie. Elle s’était engagée à rester passive si Israël frappait des objectifs militaires iraniens ou si des convois du Hezbollah transportaient des armes de la Syrie au Liban. La Russie avait aussi informé Israël qu’elle ne tolérerait aucune attaque contre ses alliés (Syrie, Iran, Hezbollah et leurs alliés) engagés dans la lutte contre Daech, al-Qaeda et leurs alliés.

      Israël s’est plié à la volonté de Moscou jusqu’au début de 2018, lorsqu’il a commencé à attaquer des bases iraniennes et des entrepôts militaires syriens, mais sans jamais frapper de position militaire du Hezbollah. Israël a justifié son attaque contre une base iranienne, une installation militaire appelée T4, en prétendant que des drones partant de là avaient survolé le ciel d’Israël. C’est que Tel-Aviv considérait la violation de la souveraineté de ses voisins comme sa prérogative. Damas et l’Iran ont riposté en abattant au moins un F-16 israélien confirmé. Israël s’est alors mis à frapper des entrepôts syriens, principalement là où il y avait des missiles iraniens. L’Iran a remplacé chaque missile se trouvant dans ces entrepôts détruits par des missiles de précision encore plus perfectionnés, capables de frapper n’importe quelle cible en Israël.

      La neutralité de la Russie à l’endroit d’Israël au Levant lui a cependant coûté très cher. Elle a perdu davantage que l’Iran, surtout après la destruction de son IL-20 et la mort des 15 officiers qui s’y trouvaient et qui avaient suivi une formation rigoureuse pour utiliser les systèmes de communication et d’espionnage les plus avancés.

      La Russie a alors convoyé en Syrie ses missiles perfectionnés S-300 forts attendus, qu’elle a livrés à l’armée syrienne tout en maintenant la coordination électronique et le commandement radar. Les S-300 présentent un danger pour les avions israéliens seulement s’ils violent l’espace aérien syrien. Tel-Aviv s’est gardé de faire voler ses avions dans le ciel syrien depuis septembre dernier, mais a lancé des missiles à longue portée contre quelques cibles.

      Pendant de nombreux mois, le président russe Vladimir Poutine a refusé de recevoir le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Ce n’est qu’à force de se faire harceler par ce dernier que Poutine a finalement accepté de le rencontrer brièvement à l’heure du déjeuner ou autour d’une table dans le cadre d’un grand sommet ou d’une réunion de chefs d’État, sans toutefois accepter de compromis ou de réconciliation. La Russie a maintenant adopté une position claire et n’a pas l’intention d’ouvrir ses bras à Israël ou de lui pardonner. La Russie a pris conscience que sa générosité (en fermant les yeux sur les activités d’Israël en Syrie) n’a jamais été reconnue ni suffisamment appréciée par Tel-Aviv.

      Cette semaine, Moscou a accepté de recevoir une délégation militaire israélienne dirigée par le major-général Aharon Haliva, sur l’insistance d’Israël de briser la glace entre les deux pays. Il ne faut toutefois pas s’attendre à ce que la Russie change sa politique en Syrie et aucun bombardement israélien de cibles syriennes ou iraniennes ne sera toléré.

      Selon la source, « la Russie a informé Israël que des officiers russes sont présents dans chaque base militaire syrienne ou iranienne et que toute attaque contre des objectifs syriens ou iraniens frapperait aussi des forces russes. Poutine ne laissera pas ses soldats et officiers être frappés par les bombardements directs ou indirects d’Israël. »

      En outre, toujours d’après la source, la Russie a donné le feu vert à la Syrie pour frapper Israël à tout moment si des avions de Tel-Aviv venaient à faire des raids contre des objectifs militaires syriens ou à lancer des missiles à longue portée sans survoler la Syrie (par crainte des S-300 et pour éviter que ses avions soient abattus au-dessus de la Syrie ou du Liban).

      La source a confirmé que la Syrie, contrairement aux prétentions d’Israël, possède dorénavant les missiles les plus précis, capables de frapper n’importe quelle cible en Israël. Les forces armées syriennes ont reçu un nombre non révélé de missiles à longue et moyenne portée de l’Iran. Ces missiles utilisent le système de positionnement par satellite GLONASS, qui est l’abréviation de Globalnaya Navigazionnaya Sputnikovaya Sistema, la version russe du GPS. La livraison par l’Iran et la fabrication à l’intérieur de la Syrie (et au Liban) de missiles seraient dorénavant chose faite. Israël prétend toutefois avoir détruit la capacité des missiles de la Syrie, y compris ceux livrés par l’Iran. D’après la source, Damas contrôle un très grand nombre de missiles de précision, outre ceux détruits par Israël : « En Iran, les articles les moins chers et les plus facilement accessibles sont le Sabzi et les missiles ».

      La nouvelle règle d’engagement de la Syrie, poursuit la source citée, est la suivante : un aéroport sera frappé si Israël frappe un aéroport, et toute attaque contre un baraquement militaire ou un centre de commandement et de contrôle sera suivie d’une attaque contre une cible similaire en Israël. La décision aurait été prise au plus haut niveau et une « banque de données » détaillant clairement les objectifs israéliens choisis a été établie.

      Les règles d’engagement changent et la situation sur le théâtre du Levant devient plus dangereuse, car des affrontements régionaux et internationaux sont toujours possibles. Le Moyen-Orient ne sera jamais calme tant que la guerre syrienne ne sera pas terminée, une guerre à laquelle les deux superpuissances, l’Europe, Israël, la Jordanie, l’Arabie saoudite et le Qatar jouent des rôles cruciaux, et dont les derniers chapitres restent encore à écrire. »

      • longer29 dit :

        personne lit ton racontar si long

      • Didier dit :

        L’homme a été choisi par la majorité des Français à la suite d’un scrutin à 2 tours confirmé par un quasi plébiscite qqs semaines après à l’Assemblée nationale par une nouvelle élection directe…. Et oui, je sais, c’est pas facile la démocratie… Et que crèvent les cons et les ennemis de la France ( bien souvent les mêmes)

        • ScopeWizard dit :

          @Didier
          .
          Certes , mais jusqu’ à quel niveau de non participation entre l’ abstention et le vote blanc , va t-on pouvoir continuer de considérer comme légitime une élection de cette nature ?
          À un moment donné , ça va forcément coincer , c’ est du reste déjà le cas …………… et cela n’ a rien d’ illogique ou de choquant ; ce qui est choquant c’ est plutôt le nombre d’ électeurs qui ne se retrouvent plus dans quelque offre politique que ce soit et qui préfèrent ou se révèlent être dans l’ incapacité de choisir se contentant de botter en touche ……………
          .
          Par conséquent , quelle que soit la solidité de nos institutions , il arrivera un jour prochain où même Président élu et gouvernement constitué seront poussés à la démission voire à la destitution …………
          .
          Je le dis et le répète à qui veut l’ entendre ( ou pas ) , dans ce Monde , extrêmement rares sont les choses qui restent figées ou acquises , ces choses là sont rarissimes …………… tout bouge et tout évolue jusqu’ à pouvoir beaucoup changer quitte à en devenir méconnaissable………….
          .
          Notre Constitution n’ échappera pas à la règle ………….

    • bat dit :

      7 décembre
      Certes, la France a retrouvé une certaine prétention à être un peu le centre du monde, avec sa révolte des Gilets-jaunes qui semblerait offrir ce qui pourrait être la recette de l’insurrection postmoderne, – avec tous les risques y afférant, – que la dynamique postmoderne recherche désespérément. Pour autant, les autres éléments constitutifs du tourbillon crisique où la France a pris sa place continuent à tourner de plus en plus vite et à affirmer leur existence. C’est le cas de l’affrontement, également de type postmoderne, entre la Russie et ses innombrables “accusateurs” du bloc-BAO et, sur le terrain de la possibilité d’extension du risque d’un conflit réel, entre la Russie et des USA qui balancent entre Washington D.C. et “D.C.-la-folle”.

      Pour ce dernier cas, une série d’événements, symboliques et de communication autant qu’opérationnels, – des “signaux” si l’on veut, qui constituent un diagnostic d’accroissement de la tension. L’on observera par ailleurs, ou “en même temps” si l’on préfère, que cette escalade de la tension semble sans fin, – c’est-à-dire sans explosion, – car c’est bien depuis février 2014 et le “coup de Kiev” (certain nomment cela “révolution-Maidan”) que la possibilité d’un conflit réel entre Russie et USA s’est totalement concrétisée jusque dans la possibilité de l’option nucléaire. Dans une époque où la communication est reine, et le symbolique son prince consort, cette réserve n’est pas de circonstance : elle est fondamentale et interdit l’annonce assurée de l’éclatement d’un tel “conflit réel”.

      Une “Grande Guerre” ?
      D’abord, voyons le panorama européen et l’état d’esprit régnant du côté de ceux qui dénoncent des préparatifs de guerre de la partie OTAN/USA. Il s’agit d’un texte de SouthFront.org du 2 décembre 2018.

      « L’OTAN rassemble des troupes dans les pays limitrophes de la Russie, a déclaré à la presse le colonel général Alexander Fomine, adjoint au ministre russe de la Défense, le 30 novembre.

      » “Les pays membres de l’OTAN s’arment eux-mêmes, des troupes, des véhicules lourds et des blindés étant rassemblés dans les pays baltes, en Pologne et dans d’autres pays sous le prétexte d’exercices”, a déclaré Fomin. Il a noté que parmi les pays qui renforcent leur présence militaire figurent ceux qui doivent beaucoup à la Russie. “Nous avons perdu plus de 600 000 vies pour la Pologne. La Pologne est désormais le principal promoteur de ce plan et est prête à ouvrir une base et trois centres de commandement sur son sol”. Effectivement, les États-Unis et la Pologne envisagent ouvertement de créer une base militaire américaine permanente dans le pays.

      » Début novembre, le ministre polonais de la Défense, Mariusz Blaszczak, a approuvé le calendrier de la formation de la quatrième division régulière de l’armée polonaise. La 18ème division mécanisée (18ème“Żelazna” – Dywizji Zmechanizowanej) doit être déployée dans l’est du pays, près des frontières avec la Biélorussie et l’Ukraine. En outre, le département d’État américain a approuvé la vente de 20 lanceurs HIMARS (High Mobility Artillery Rocket System) à la Pologne.

      » Ces développements, ainsi que le nombre et l’intensité accrus des exercices de l’OTAN près des frontières russes et l’escalade récente provoquée par l’Ukraine dans la région de la mer Noire pourraient être considérés comme des préparatifs et des provocations avant la guerre aux frontières orientales de l’OTAN. Selon certains experts, l’intensité et l’ampleur de cette activité ne peuvent s’expliquer par les “efforts de sécurité” ordinaires du bloc militaire visant à décourager “l’agression russe”.

      » Si l’on prend en compte ces facteurs, on peut en conclure que l’establishment de Washington et ses représentants au sein de la bureaucratie européenne et des élites politiques des États de l’Europe de l’Est poussent ouvertement vers une guerre d’agression ouverte contre la Russie. Cette guerre pourrait être déclenchée par une série de provocations dans la mer Noire, la mer d’Azov ou dans la région ukrainienne du Donbass. L’ex-vice-chancelier et ministre des Affaires étrangères allemand, Sigmar Gabriel, a déclaré dans un entretien télévisé le 2 décembre que “l’Ukraine” [en fait, le régime de Porochenko et ses dirigeants] avait tenté, à l’occasion de cet incident, d’entraîner l’Allemagne dans une guerre contre la Russie.

      » Un tel conflit causerait des dégâts dévastateurs dans toute la région et provoquerait des millions de morts, éliminant en fait les petits pays de cette région. En outre, cela affaiblira deux des principaux concurrents de l’establishment de Washington – “l’Europe unie” et la Fédération de Russie. Les élites supranationales euroatlantiques ont maintes fois montré qu’elles ne se souciaient pas du coût des actions contribuant à leurs intérêts. Elles peuvent donc considérer ce scénario comme “acceptable”. Ce scénario ne peut être évité que si les États européens les plus grands et les plus influents, tels que l’Allemagne, la France et l’Italie, le rejettent et emploient les moyens nécessaires pour l’éviter. »

      Cascade crisique
      Depuis la parution de ce texte, d’autres “signaux” sont apparus, et bien plus qu’anecdotiques. C’est essentiellement Mike Pompeo, exceptionnelle brute épaisse trempée dans l’élixir neocon dès l’origine et transportée de la CIA au département d’État, qui a tenu la vedette lors de la réunion des ministres des affaires étrangères de l’OTAN.

      • D’abord, Pompeo lance un ultimatum aux Russes : “Vous avez 60 jours pour rectifier vos violations du traité FNI. Si ce n’est pas fait, nous sortons du traité”. Procédure nette et expéditive, qui a le mérite de la clarté puisque les “violations” du traité par les Russes ont jusqu’ici été démontrées par la seule affirmation de la partie américaniste ; bref, comme ils disent, business as usual à l’époque des narrative, du déterminisme-narrativiste et du FakeNewsisme. Réaction de Poutine, rappelant que les USA ont prévu depuis longtemps de quitter le traité puisque le Congrès a autorisé le développement de missiles qui sont prohibés par lui, et que des fonds sont déjà programmés pour cela dans le budget du Pentagone ; puis déclarant sur un ton sarcastique, mais d’un sarcasme fatigué… : « La déclaration de M. Pompeo arrive un peu tard. D’abord, la partie américaine a annoncé son intention de se retirer du traité INF, puis elle a commencé à chercher des justifications sur les raisons pour lesquelles elle devrait le faire. […] Ensuite, ils ont commencé à chercher quelqu’un à blâmer. Le plus simple est de dire au public occidental que la Russie est coupable… »

      • Du même Pompeo, l’annonce dans un autre discours à Bruxelles, au German Marshall Fund, de l’arrivée imminente, sinon déjà faite, d’un nouveau-nouveau-nouveau “nouvel ordre mondial” qui sera, ô surprise, dirigé par les USA et bien entendu absolument libéral. Le “New Liberal World Order” est l’affirmation que les USA dominent partout, tout le monde et le monde entier ; qu’il y a des méchants qu’il faut liquider, sorte d’“axe du mal” n°2.0 (ou 3.0, ou 4.0, qu’importe), qui comprend, ô autre surprise, la Russie, la Chine et l’Iran. Le discours bombastique de Pompeo est ahurissant d’hybris vulgaire, type-marchand de frites, déclarant le système actuel (multinational) caduque, à foutre à la poubelle, tandis que tout le monde doit se mettre en rang…

      Jason Ditz, de Infowars.com résume la chose pour nous : « Le message ici est que l’alternative à l’échec [du système multinational] est l’hégémonie américaine et que tout ce qui n’est pas sous un contrôle US quasi absolu n’est qu’une relique. Pompeo est allé jusqu’à suggérer que si le système financier de l’après-guerre froide fonctionnait bien, la Chine n’aurait pas gagné autant d’argent dans le commerce international, et que ce système est impuissant pour arrêter la Chine. Pompeo a conclu que l’unilatéralisme américain allait réformer le monde sur la base d’une conception réalisée et dictée par les États-Unis, affirmant que l’Amérique dirigerait [le monde, et bien sûr le cosmos et les étoiles,of course] maintenant et pour toujours, et que les organismes internationaux devaient se réformer pour aider les objectifs américains à se réaliser ou “ils seront éliminés”.»

      • Autre élément, plus opérationnel celui-là, pour nous montrer que monsieur Pompeo ne plaisante pas et ne parle pas en l’air : l’annonce que l’U.S. Navy a envoyé un navire (une frégate lance-missiles) croiser dans les eaux du Pacifique, dans la baie Pierre-le-Grand, à hauteur de Vladivostok où se trouve le quartier-général de la flotte russe du Pacifique, – ce qui est une première depuis la Guerre froide. L’affaire a tourné à l’incident, avec l’intervention de navires et d’avions russes pour détourner la course de la frégate. (Les Russes annoncent qu’ils ont “mis en fuite” la frégate, l’U.S. Navy dit que tout va bien et que tout est normal.) La même chose (une frégate en croisière hivernale) est prévue pour la Mer Noire, suite à l’incident de la mer d’Azov. L’US Navy assure, avec flegme et pince-sans-rire, que ces opérations ont pour but d’accroître la sécurité et la stabilité… La marine américaine range cette sorte de gâterie sous l’acronyme de FONOP pour Freedom of Navigation Operations.

      Trump sait-il de quoi il tweete ?
      Là-dessus, on ajoutera une intervention qu’on qualifierait d’“étrange” au vu de ce qui précède, et de ce qui se sait et qui se dit habituellement à Washington. Lundi, Trump diffusait un tweet complètement inattendu où il nous confia qu’il jugeait les dépenses de défense du Pentagone complètement “folles”, et qu’il lui semblait urgent de négocier avec les Russes et les Chinois un arrangement pour ralentir cette course si coûteuse. Comme le remarque Jason Ditz nouveau, cette remarque contredit complètement sa position constante jusqu’ici, de pousser à encore plus d’armements, de dépenses de défense, de renforcement des forces armées US et ainsi de suite. Trump donne même des précisions, affirmant qu’il lui semble qu’il ne faudrait pas que le prochain budget de la défense US dépassât $700 milliards.

      • Mais le lendemain, devant la Commission des forces armées du Sénat, le Lieutenant-Général Kenneth McKenzie, envoyé du comité des chefs d’état-major, estimait fermement qu’un budget en-dessous des $733 milliards demandés pour l’année fiscale 2019 constituerait un « risque certain » pour la sécurité nationale.

      • Dans le même sens, affirmer (lundi) qu’il faut parler avec les Russes et les Chinois pour contrôler et freiner les dépenses d’armement et avoir un secrétaire d’État qui annonce, le lendemain, comme quasiment certain le retrait des USA du traité d’interdiction d’une classe d’armes signé par les seuls USA et la Russie, indique pour le moins un dysfonctionnement au sein du gouvernement US, sinon des contradictions et, ici et là, des actes s’accordant au refus d’obéissance ou de conformité à l’autorité supérieure à l’intérieur d’une hiérarchie.

      On dira aussitôt que ce n’est pas la première fois que de tels “dysfonctionnement” surviennent avec Trump. Mais cette fois-ci, la matière est importante et sensible, en cours et complètement opérationnelle. Il apparaît très probable, quand on considère le contexte, les positions des uns et des autres, et surtout la personnalité de Trump, sa psychologie et son amateurisme en matière de sécurité nationale, que sa prise de position de lundi ne conduira nulle part, et que nous aurons les Bolton, Pompeo & Cie continuant à croiser à toute vapeur

      Psychanalyse de The-Donald
      Pour expliquer notre appréciation que Trump n’ira pas plus loin, et donc que Bolton-Pompeo ont la voie libre, nous nous appuyons sur deux avis successifs du colonel Lang (site Sic Semper Tyrannis) sur la position et le caractère de Trump.

      • Dans un premier texte du 28 novembre 2018, Lang décrit la façon dont Trump travaille, la façon dont il pense et décide, la façon finalement dont il peut être très aisément manipulé par ses proches et ses collaborateurs. Un homme qui se fie à “ses tripes” et à des informations douteuses, qui n’a comme référence de jugement que le dollar, sensible à la flatterie, et pour tout cela évidemment aisément manipulable…

      « Yes. Trump says that is how he “rolls.” The indicators that this is true are everywhere. He does not believe what the “swampies” tell him. He listens to the State Department, the CIA, DoD, etc. and then acts on ill informed instinct and information provided by lobbies, political donors, foreign embassies, and his personal impressions of people who have every reason to want to deceive him.

      » As I wrote earlier he sees the world through an entrepreneurial hustler’s lens. He crudely assigns absolute dollar values to policy outcomes and actions which rarely have much to do with the actual world even if they might have related to the arena of contract negotiations. He evidently learned about balance sheets at the Wharton School of Business at the University of Pennsylvania and wishes to apply the principle of the bottom line to everything.

      » I will guess that he resisted taking elective courses in the Humanities as much as he could believing them to be useless. That is unfortunate since such courses tend to provide context for present day decisions. I have known several very rich businessmen of similar type who sent their children to business school with exactly that instruction with regard to literature, history, philosophy, etc.

      » From an espionage case officer’s perspective he is an easy mark. If you are in regular contact with him, all that is needed to recruit him is to convince him that you believe in the “genius” manifested in his mighty ego and swaggering bluster and then slowly feed him what you want him to “know.” That does not mean that he has been recruited by someone or something but the vulnerability is evident.

      » IMO [In My Opinion] the mistake he has made in surrounding himself with neocons and other special pleaders, people like Pompeo and Bolton is evidence that he is very controllable by the clever and subtle. »

      • Le 30 novembre 2018, Lang renchérit en poursuivant sa description des activités de Trump, cette fois en parlant de son entourage. Trump n’en est pas le prisonnier, mais bien “un président sous influence” d’ailleurs quasi-consentant, et l’influence dont il s’agit est celle de la faction la plus activiste des bellicistes, « d’une catégorie jamais vue depuis les impérialistes de la guerre des Philippines du temps du président McKinley [dernières années du XIXème siècle] ». Chose remarquable, qui laisse à penser sur la situation du couple et la capacité de réalisation de sa propre situation de Donald Trump, Lang rappelle ce point qui nous était inconnu, l’affirmation de Melania Trump selon laquelle son mari est « entouré d’ennemis ».

      (Nous avions signalé une intervention de Melania Trump contre une personnalité du Conseil National de Sécurité, dirigé par Bolton, mais sans y adjoindre son avis que signale Lang, évidemment parce que nous ne nous en étions pas informés : « Chose très inhabituelle, cette dernière [Ricardel, adjointe de John Bolton] a été écartée à la demande expresse et rendue publique par un communiqué de la Première Dame, Melania Trump, qui s’était plainte du comportement de Ricardel durant un voyage qu’elle [Melania] a effectué en Afrique en sa compagnie… ».)

      Lang : « Melania was right when she told an interviewer in Africa that her husband is surrounded by enemies within his administration. These are people who either opposed him during the 2016 campaign season or who signed up early in the campaign with an expectation that they could get jobs in a Trump Administration and in both cases understood that a president not accustomed to thinking seriously about other than business hustle could be manipulated or deceived in pursuit of their own agenda rather than his or that of the “deplorables.”

      » These people are the neocon incubi and succubi who seek an even more dominant hegemonic role in the world for the US. They are out and out imperialists of a kind not seen since the time of McKinley and the US-Filipino War. The Democratic campaign for president in 2016 was filled with such people from the start but then, Hillary herself is an arch-neocon and still pursues that agenda.

      » Bolton, Pompeo, his new helpmate Mary Kissel, dozens and dozens of Obama globalist holdovers, and people who find Trump’s boorish ways repulsive, they all are undermining the administration from within and Trump does nothing about it. He is in fact detestably boorish but is that a reason to betray the oath you took to serve in his government? I think not.

      » Is Trump competent in such matters as tax policy, regulatory reform and trade negotiations ? I think he is, but he is allowing the neocons to destroy the possibility of rational political relations in Europe and the Middle East.

      » To quote a great president, “I grieve for my country when I think that God is just.” TJ Jefferson. »

      Du traité FNI aux Gilets-jaunes
      Il semble difficile, à moins d’un événement inattendu précipitant un changement en son sein, d’encore espérer et attendre quelque chose de décisivement constructif de Trump lui-même dans les matières de sécurité nationale, selon le portrait qu’en trace Lang, qui nous semble très approprié… Les Russes ont fait savoir que le Kremlin et le président Poutine sont fatigués d’attendre après le deuxième “lapin” posé par Trump au G-20 (rencontre annulée après celle de Paris, lors de la cérémonie du centenaire de l’armistice de 1918). Du coup semble ouverte la voie pour une très grave crise en Europe, avec le retrait quasiment acquis des USA du traité FNI, au printemps 2019. La crise retombera alors sur les pays de l’Union Européenne qui sont directement concernés par les armes nucléaires de portée intermédiaire, comme ils le furent lors de la “crise des euromissiles” de 1977-1987 qui se régla effectivement avec ce traité FNI de décembre 1987.

      Les Européens pourront alors goûter les fruits amers de leur refus constant, évidemment imposé par Washington mais assumé avec empressement, d’un traité de sécurité paneuropéen incluant la Russie comme celui que l’équipe Medvedev-Poutine leur proposa à l’automne 2008 , – et qui sembla intéresser Sarkozy lors de la seule période de son mandat (les six mois de présidence française de l’UE) où il sembla assumer un jugement indépendant en matière de politique étrangère. Aujourd’hui, la situation est infiniment dangereuse, beaucoup plus que lors de la (première) crise des euromissiles et qu’en 2008, pour s’appuyer sur les deux périodes mentionnées. L’Europe connaît plusieurs faiblesses de formes différentes, qui s’additionnent en un désordre d’impuissance, – avec le paradoxe sur lequel on revient plus loin que cette impuissance touche d’abord des directions jusqu’ici complètement alignées sur la politique débilitante et entropique de l’UE :

      • Le leadership des trois plus grandes nations (si l’on y ajoute le Royaume-Uni) est en crise profonde, – May et le Brexit chaotique, Merkel affaiblie dans ses dernières années sinon ses derniers mois, Macron et la crise des Gilets-jaunes qui, si elle ne se termine pas dans la catastrophe, a dans tous les cas détruit sa légitimité et son autorité.

      • L’attaque du populisme-nationalisme coupe l’Europe en deux, avec les pays qui lui sont plus ou moins acquis (Pologne, Hongrie, Italie, Autriche notamment) et ceux qui sont pressés par lui (la France certainement, l’Allemagne peut-être), contre ceux qui restent acquis à l’orthodoxie.

      • Le lien transatlantique sur lequel s’appuie en théorie la sécurité de l’Europe de l’UE est soumis à des pressions terribles de la part de l’administration Trump qui affirme une politique unilatéraliste et un néoprotectionnisme tout en pratiquant une politique anti-UE et de discrimination (soutien implicite des populistes).

      • Les liens avec la Russie suscitent des divisions extrêmement fortes entre des pays complètement antirusses (Pologne, pays baltes, Royaume-Uni) et des pays plus ou moins ouverts à une restauration de la coopération avec la Russie (Hongrie, Italie, Allemagne, France).

      • La question générale de la sécurité par rapport au lien transatlantique d’une part, et à la Russie d’autre part, interfère d’une façon ou l’autre avec les diverses postures vues précédemment : politique générale de sanctions antirusses de l’UE, liens obligés avec l’Ukraine qui constitue un bastion avancé de la politique US de provocation antirusse.

      Dans ce désordre de contradictions et d’antagonismes, avec une politique US complètement aveuglée dans le sens de l’antagonisme belliciste par l’hybris et l’absence d’une direction ferme, seule la France est (re)devenue un facteur énigmatique à cause de la terrible crise qui la frappe. Paradoxalement mais logiquement, l’affaiblissement dramatique de l’autorité de sa direction européiste et pseudo-“progressiste” peut conduire du fait de l’épisode crisique actuel, même s’il termine son pic paroxystique sans trop de conséquences déstructurantes mais avec la certitude d’effets durables et profonds, à une réaction de renchérissement de sa position traditionnelle de souveraineté.

      Macron peut se découvrir dans une position classique souvent mentionnée pour nombre de présidents US depuis Franklin Delano Roosevelt : pour faire oublier, ou du moins passer au second plan une terrible faiblesse intérieure, renchérir sur des positions classiques (dans le sens de la souveraineté) en matière de politique extérieure. La seule voie utilisable à cet égard est de se tourner vers la Russie, l’alliance US étant nécessairement destructrice de la souveraineté de l’allié. Ce faisant, Macron rencontrerait une orientation qui existe également dans les opinions souverainistes voire populistes, et exaspérées par les contraintes de l’UE. Paradoxalement, – le jeu de mots est trop tentant, – un Macron faible c’est peut-être le maillon devenue faible dans la chaîne euroatlantiste qui tient toute l’Europe dans une politique complètement contre-productrice et absolumlent entropique. Il peut être considéré comme possible que certains pays suivent cette orientation, l’Italie bien entendu, l’Allemagne peut-être avec Merkel affaiblie ou Merkel éliminée oubliant ses liens de vassalité aux USA. La situation en Europe aujourd’hui est tellement rocambolesque qu’il faut, dans nombre de cas, des leaders affaiblis jusqu’à l’anéantissement pour songer à un retour à une politique nationale, – la souveraineté par la chute, – c’est-à-dire la chute des illusions utopiques-inverties.

      Il faut ajouter à tout cela que la désintégration du traité FNI donne une occasion légitime à la France d’assurer une position spécifique. Elle est la seule nation nucléaire indépendante (les Britanniques étant tenus en laisse très serrée par les USA dans ce domaine). Elle est donc partie prenante dans la situation nucléaire de l’Europe, et dans ce cas dans la disparition de l’équilibre nucléaire assuré en Europe par le traité FNI, et encore signé par deux puissances dont l’une n’est pas européenne. (La France s’était d’ailleurs gardée de ce traité lorsqu’il fut signé, de crainte de voir une mise en cause de sa force nucléaire si l’un ou l’autre des signataires l’avait assimilé à une “force de théâtre”.)

      La disparition du traité FNI peut créer une situation nouvelle où la France pourrait trouver une opportunité d’affirmation, dans ce cas en mettant en cause un réarmement nucléaire US en Europe. La partie pourrait être assez intéressante, – mais pour cela il nous faut un Macron complètement passé au tamis des Gilets-jaunes, quasiment transformé sous les coups reçus et devenu Gilet-jaune lui-même.

      Pendant ce temps, de façon très symbolique pour notre propos, l’ex-candidat Fillon, qui passait par là au Kremlin, a salué avant-hier son ami le toujours-président Poutine. On a causé chaleureusement, quasiment comme entre Gilets-jaunes.

      • MAS 36 dit :

        et alors ?

      • Jolindien dit :

        Si c’est pour écrire des pavés merci de créer votre propre site et de débattre avec vous-même.
        L.Lagneau est vraiment sympa. Et ça fait 2 commentaires interminables à la suite.

      • Didier dit :

        On se sent pousser des ailes comme dans les années 30, à l’époque mort d’amour pour Hitler et aujourd’hui pour PouTrump…
        Mais ici c’est la France, cette nation qui a éclairé le monde et enterré les tyrans (mort aux cons )

      • Castel dit :

        @ bat
        C’est ce qu’on appelle fournir de la lecture pour les longues soirées d’hiver !!
        En tout cas, j’invite tous ceux qui sont victimes d’insomnies à essayer de lire votre texte jusqu’au bout….
        Si à la fin, ils ne se sont toujours pas endormis, c’est que leur cas est grave !!!!

    • Jean Claude dit :

      Il n’y a pas besoin de Laurent Lagneau, le président Turc y arrive tout seul. C’est un dictateur, qui veut exterminer les Kurdes.

    • ji_louis dit :

      J’imagine bien une passation de suite entre troupes occidentales et russes en territoire YPG, empêchant les turcs de débouler sabre au clair. Cela aurait en outre l’avantage de conforter Bachar dans la maîtrise de son territoire, et cela ferait plus facilement comprendre aux turcs que leur présence en Syrie ne sera pas éternelle.

    • fabrice dit :

      La Turquie a un énorme déficit de sa balance des paiements qui n’est comblé que par des emprunts internationaux (et l’aide du Qatar par notamment des accords de swing).
      Elle dépend pour 70% de son commerce extérieur de l’UE.
      Elle est très dépendante d’IDE étranger (notamment de sous traitance ou d’assemblage dans le domaine automobile, 1ère exportation du pays, l’usine Renault de Bursa est le 3ème exportateur du pays (vers Israël notamment…)) surtout européens.
      Même si Erdogan développe une industrie d’armement qui progresse, ils sont encore loin de l’auto suffisance.
      Dans le domaine des services, la Turquie a besoin des banques européennes et le tourisme joue un rôle majeur dans son économie (45M de touristes par an).
      La Turquie veut faire de son pays un hub aérien et a considérablement développé Turkish Air Ways (c’est peu su mais c’est la compagnie aérienne qui a le plus de liaisons aériennes). Il est facile de sanctionner Turkish…
      L’armée turque est certes nombreuse mais l’équipement même modernisé n’est pas au top, je doute que les recrues de la mer Egée soient très motivés et il y a eu une purge sévère du corps des officiers…
      Enfin la Turquie ne manque pas d’adversaires historiques. Je pense à la Grèce, à la Bulgarie, la Roumanie, à Chypre et à l’Arménie. On notera que sauf le dernier, ces pays sont quasiment alliés militairement à Israël.
      Honnêtement je ne pense pas qu’Erdogan soit sérieux quand il menace la France. Il bluffe. La Turquie aurait beaucoup à perdre économiquement d’une fâcherie avec l’UE. Maintenant il suffit de savoir si la France aura ou non la volonté politique d’imposer sa présence. Erdogan étant aligné avec le Qatar contre l’Arabie, l’Egypte et les EAU qui pactisent avec Israël. Il faudra peut être nous rapprocher avec un camp sunnite contre l’autre. Néanmoins il nous sera nécessaire dans cette région d’avoir de bonnes relations avec Israël et avec l’Allemagne s’il faut faire des sanctions.

      • Anonymous dit :

        Bien sur les 27 autres états européens devront mettre leurs intérêts de cotés pour suivre ceux de la France. Au nom de quoi ? Le RU qui est en crise économique ne s’autoriserait pas de mettre en danger le commerce avec un pays important de 80 millions d’habitants. L Espagne, l Italie et d autres pays fragiles économiquement ne voudront pas de vos sanctions et dénonceront le diktat de l UE qui les empêche d’avoir des relations economiques avec un etat souverain, ça provoquerait une montée des extrêmes. Ensuite, l Allemagne tire beaucoup de bénéfices de son commerce avec la Turquie et risquerait de s’attirer les foudres des millions d allemands d origine turcs. Et pour finir le déficit commercial s’est attenué et n’est plus que de 15 milliards de dollars sur cette année, bien moins important que celui de la France. Bref vous fantasmez sur un scénario improbable.

    • ScopeWizard dit :

      @Sephiroturk
      .
      Ah ben maintenant que vous l’ dites …………….
      C’ est marrant , chaque fois que je vous lis , j’ ai plutôt l’ impression que c’ est vous qui l’ êtes …………
      Vraiment très rigolo comme sensation ………………….

  2. Stoltenberg dit :

    En gros une puissance moyenâgeuse veut dicter à Paris quelle doit être sa politique étrangère et quelles alliances nous devons nouer sous peine de mettre en péril nos forces militaires qui sont présentes sur le terrain. C’est inacceptable ! Imaginez ce que De Gaule aurait fait !
    .
    P.S. Laurent Lagneau ne fait pas de paude et fait des articles même pendant Noël ! Respect !

    • Anonymous dit :

      Du temps de De Gaulle la Turquie n’était pas aussi puissante qu’aujourd’hui. Je pense surtout qu’il ne serait pas intervenu dans ce bourbier qui ne concerne en rien la France. Enfin bref les Etats Unis vont sûrement rappeler à l’ordre la France et elle devra partir la queue entre les jambes, je ne vois pas la France s’opposer à la toute puissance américaine. Ça sera toujours ça de dépenses inutiles en moins.

      • Olivia dit :

        Cela ne concerne’ en rien la France ! Et les être tata sur notre territoire !?!
        Les attaques de tout genre sur nos intérêts nationaux ?!

      • Stoltenberg dit :

        Je suis également opposé à toutes ces interventions inutiles. Mais la vie et la sécurité des soldats français passe avant tout. Et les États-Unis ne sont plus présents dans cette zone. Soyons clairs, les forces turques n’ont aucune chance face à la France.

        • felipe dit :

          erreur, la vie et la sécurité des soldats français ne comptent pas a priori car leur emploi ne répond qu’à une logique politique. les armées sont engagées par nature pour les intérêts du pays avec le risque inhérent au combat. on n’engage pas nos soldats en pensant d’abord à leur sécurité. on les engage en prenant les dispositions pour que le maximum soit fait pour les aider à remplir leur mission avec succès. nou avons une obligation de moyens par de résultat (zero mort)
          quant à la supériorité de l’armée française, il faut déjà connaître la supériorité de la volonté politique de la france

          • Stoltenberg dit :

            Nous devons garantir le maximum de sécurité aux soldats. Si quelqu’un s’attaque à eux, il sera détruit.

      • Pravda dit :

        Les USA se fichent du fait que les kurdes relâchent quelques milliers d islamistes détenus, la France non.

        • Auguste dit :

          Le problème c’est qu’Erdogan en a aussi des islamistes, et un plus gros paquet.Et il nous tient en respect depuis un bon moment avec çà.

      • Sonata dit :

        Les familles des 250 civils français morts dans la récente vague d’attentats sont probablement d’accord avec vous sur le fait que la France n’a rien à faire dans ce bourbier 😉

        • Castel dit :

          @ sonata
          Ah bon, tiens donc…
          Et vous croyez que ces attentats n’ont rien à voir avec les messages de haine envoyé sur le net, à partir des quelques territoires que tiennent encore ces salopards ?
          Vous me paraissez bien naïf…..

        • datamo dit :

          Cette vision des choses parait assez simpliste tant il demeure de zones d’ombres concernant les commanditaires réels des attentats de Paris.

      • Thinker dit :

        Du temps de de Gaulle, c’est l’URSS qui soutenait les Kurdes. En conséquence l’occident soutenait fermement Ankara en fermant les yeux sur les exactions induites pour maintenir un verrouillage strict de la mer Noire…
        Quand les dirigeants Turcs commençaient à trop faire la girouette et à affaiblir le rideau de fer, les gentils téléguidaient un coup d’état pour raffermir tout ça !

      • bobo dit :

        En quoi les EU vont nous rappeler à l’ordre ? A priori à part trump, tout le monde est embêté de ce lachage.
        Il se peut au contraire que la France soit invitée officieusement à ne pas partir, pour ne pas laisser totalement la main aux turcs et russes.

    • Tremah dit :

      De Gaulle ne se serait certainement pas laissé enfermer et piéger par les évènements, berné par ses alliés au point de nous plus avoir comme choix qu’entre de mauvais choix, alors même que nos intérêts fondamentaux ne sont pas engagés. La France n’a ni les moyens de soutenir les Kurdes, ni la possibilité de les abandonner. C’est une situation impossible, de laquelle elle ne pourra sans doute se sortir qu’un peu plus affaiblie et un peu plus marginalisée sur la scène internationale, ce qui est d’ailleurs une des arrières-pensées de Trump qui marque définitivement sa préférence pour les dictateurs orientaux à la « relation transatlantiques ».
      Le seul fait qu’une « puissance moyenâgeuse » (17 millions d’hommes aptes au service) n’hésite pas à menacer de manière à peine voilée un membre du conseil de sécurité en dit long sur le caractère contreproductif des choix géopolitiques qui ont été conduits ces dix dernières années, sur l’affaiblissement du pays et surtout sur la nécessité de revenir à une politique étrangère réaliste tenant compte des rapports de force (la France ne peut prétendre exercer une influence sur les USA et donc sur ses alliés au sein de l’OTAN) et basée en priorité sur la défense de nos intérêts. Macron doit impérativement revenir sur terre: il n’est pas Président du Monde, pas Roi de l’Europe, personne ne l’a intronisé défenseur du multilatéralisme, du libéralisme, ni champion international du climat. Il est le chef de l’Etat d’une puissance moyenne comptant 66 millions d’habitants, qui a néanmoins des intérêts singuliers à défendre et qui ne sont pas forcément partagés ni reconnus comme légitimes par les autres pays et en particulier par ceux que nous appelons nos « alliés » ou nos « partenaires européens » dont pas un ne va lever le petit doigt pour nous soutenir, on connaît la chanson (cf. « non » à l’intervention américaine de 2003, opération Serval…)
      Notre « réalignement » atlantiste des années 2000 nous aura coûté très cher politiquement sans nous rapporter les bénéfices attendus. Nous étions censés devenir le premier allié des USA capable d’exercer une réelle influence sur la politique étrangère américaine. Il n’en a rien été, par deux fois des présidents américains démocrates et républicains ont lâché les présidents français, sans aucune consultation. Le grand partenaire européen des Américains, c’est et cela restera l’Allemagne, pas la France. Notre rôle au sein de l’OTAN devait être reconnu et renforcé pour servir de pivot à la relance de l’Europe de la Défense, là aussi on voit que cette politique n’a rien donné de concret, nos « partenaires » continuant de privilégier les bonnes relations commerciales avec le « bouffon » Trump aux chimères supranationales des élites françaises. Quant aux Américains, ils ne nous considèrent pas comme des alliés fiables (5 eyes) mais plutôt comme une puissance d’appoint pouvant « faire le boulot » dans les régions où l’armée américaine ne veut pas mettre une botte de GIs, comme l’Afrique subsaharienne.
      Quoiqu’il en soit, nous sommes tenus à présent de rester aux côtés des Kurdes, c’est une question d’honneur et de crédibilité internationale . Leur tourner le dos reviendrait à acter notre dépendance totale vis-à-vis des Etats-Unis et achèverait de discréditer Macron qui aura décidément fait preuve d’un manque singulier de discernement dans son appréciation de la personnalité de Trump et d’une naïveté inquiétante dans sa croyance en sa capacité à exercer une influence sur ce dernier. Lors de son passage à la Maison Blanche, la presse américaine avait fustigé l’amateurisme de Macron et reconnu chez lui « un défaut typiquement français consistant à surestimer son intelligence ». Sévère, mais juste. Dommage que la presse française ait attendu l’explosion de la violence populaire pour admettre les carences du personnage, pourtant déjà évidentes dès le lendemain de son élection (crise d’autoritarisme ayant poussé le Général de Villiers à la démission).
      Bref, on est sans allié et on n’a plus le choix, ce qui est la plus mauvaise situation en géopolitique. Le Général de Gaulle aurait sans doute utilisé un mot pour qualifier cette situation, qu’il est sans doute inutile de répéter pour la énième fois.

      • Anonymous dit :

        +1000. Enfin un qui est réaliste sur la position du pays à l’international. J’ajouterais que sans doute de Gaulle ne serais pas intervenu en Syrie puisque les intérêts fondamentaux de la nation ne sont en rien menacés. A cause de mauvaises décisions politiques passées et présentes, la France risque de se retrouver dans un avenir proche avec le même poids politique que Blackwater, une milice au services des Etats Unis qui fait ce qu’on lui dit mais sans être payé carrément.

      • Stoltenberg dit :

        La Turquie ce sont les nombres et QUE les nombres. En ce qui concerne la France, avant d’être malmenée par ses alliés, elle s’est malmenée elle-même militairement, économiquement et socialement par des gens que les Français eux-mêmes ont élus. Par conséquent, nous ne pouvons pas exiger d’être respectés si nous ne nous respectons pas.

      • datamo dit :

        Trémah
        Je partage votre constat
        En revanche , je suis en désaccord total avec l’affirmation comme quoi nous serions « tenus de rester aux cotés des Kurdes ».
        On ne leur doit rien , on ne leur apportera rien , on en tirera aucun avantage et cela pourrait finir en drame.
        Il faut d’urgence faire le constat de naufrage total de notre action en Syrie depuis 2011 et changer de cap sans attendre.
        Il faut laisser tomber les lubies israéliennes de destruction de la Syrie et revenir à la politique traditionnelle de la France d’équilibre dans cette région instable.
        Proverbe allemand: « La fin de l’horreur est préférable à l’horreur sans fin ».

        • Thaurac dit :

          Datamo
          « Il faut laisser tomber les lubies israéliennes de destruction de la Syrie »
          C’est apparemment « ta » lubie, car israel ne veut pas et n’a jamais voulu la disparition de la syrie et en fait ils accommodaient bien de ce qui se passait avant, une sorte de statu-quo….
          C’est plutôt du coté de tés potes que se trouvent ceux qui veulent détruire israel et qui le disent quasiment tous les jours…
          dis toi bien que si israel disparaissait un jour, ils en s’arrêteraient pas là, et ,au contraire ,commenceraient à lorgner vers l’occident..comme ils le font déjà…et la russie , à commencer par le caucase, seraient la première concernée.

    • bat dit :

      ce qui peut réellement se passer c’est que Trump envoie des moyens par des voies détournés aux Kurdes…..c’est beaucoup plus simple ,combien de fois la CIA ou la NSA a fait cela ……on ne les compte plus et la France va rester

      • ji_louis dit :

        Reste que pour atteindre les territoires kurdes, il faut franchir des territoires adverses dans toutes les directions: Syrie (Bachar n’est pas très content même si les kurdes ne lui ont pas fait de crasse), Turquie (sans plus de commentaire), Irak (les kurdes d’Irak ne s’entendent pas très bien avec les YPG, les milices chiites soutiennent/ sont soutenues par l’Iran dont la route Téhéran-Bagdad-Damas-Beyrouth est coupée par les YPG et Daesh dans le désert syrien).
        Bref, pour un soutien, c’est troupes au sol, pavillon bien visible et pont aérien… ou grosse négociation avec Bachar!

    • François dit :

      arme moyenâgeuse pardon mais l’armée turque et largement plus moderne que larme français , les turque feront qu’une bouche de l’armée français, la seule chose qui peut sauvé la France c’est larme nucléaire !!!!

      • Shendar dit :

        ça c’est du patriote.
        Si cela arrivait, ce serait du combat entre forces spéciales.
        Et à part matraquer du kurde, qu’ont fait les forces spéciales turques depuis ces dix dernières années? La on pourrait comparer avec les nôtres sans rougir je pense.
        Ya qu’a voir ce que fait la Task Force Wagram. C’est pas avec les turcs qu’ils opèrent les américains aux dernières nouvelles…

        • Robert dit :

          Surtout que Erdogan a épuré l’armée de nombre de ses officiers supérieurs et que cela risque de se voir en cas de conflit avec un pays équivalent.
          Le fanatisme et la servilité ne feront pas la différence.
          Il leur restera la 5eme colonne des immigrés turcs très encadrés déjà sur notre sol pour essayer de nous déstabiliser.

      • Stoltenberg dit :

        La « modernité » de l’armée turque se compte en épaves de chars et d’hélicoptères. La Turquie n’a aucune chance face à l’armée française.

        • Yannus dit :

          bonjour,
          Je suis plutôt d’accord, à Afrin, l’armée turque s’appuyait sur son aviation et son artillerie. Je pense qu’en terme de modernité, l’armée française est largement capable de venir à bout des fanatiques du satrape sans avoir à débaler le grand jeu .

  3. lym dit :

    « Un allié se doit d’être fiable ». L’heure n’est donc vraiment plus aux ridicules séances « épouillage chez les grands singes » entre Micron et Trump, version pellicules!

    La « pensée complexe » (ou capillotractée), vantée avec a-propos par ce b… de « (Jean-)Gilles (mon/Le?) Gendre », mise en échec par un type dont le niveau de réflexion serait du niveau d’un enfant de 8 ans… C’est triste, quand même!

    Pas assez « subtil », en toutes occasions: Le camouflet succède donc logiquement au ridicule et c’est pas revoir les troupes pour Noël en se poussant du menton qui va redonner une stature avec ce qui se passe depuis 2 mois.

    Mais bon, les turcs feraient quand même bien de ne pas trop pavoiser de leur côté en tirant sur l’ambulance… Poutine est plus un allié de circonstance que fiable! Erdogan étant plutôt, au delà des nécessités actuelles, à ranger au rayon « a buter jusque dans les chiottes ». Un de ces jour, le naturel pourrait revenir au galop.

  4. Chris dit :

    C’est tout à l’honneur de la France de défendre ses alliés et ceux qui ont assuré à leur corps défendant le gros des combats au sol contre l’EI. Alors que les Américains s’apprêtent, comme d’habitude, à abandonner sur place leurs alliés Kurdes, comme ils l’ont fait après la 1ere guerre contre l’Irak. Chapeaux bas!

    • Arnaud dit :

      Nous en reparlerons. Si nous les défendons comme nous avons défendu récemment nos interprètes en Afghanistan, je pense que certains feront moins les fiers

  5. Anonymous dit :

    C’est bien dans ces cas la que l’on voit le poids de la France dans le monde, quand les maîtres américains ne sont pas la, sa voix ne pèse pas grand chose.

  6. Duc d'Orléans dit :

    Je suis inquiet et attristé car dans le domaine de laisser tomber nos protégés on a un certain savoir-faire dans l’histoire récente. Je pense aux chrétiens du Vietnam en 1954, aux Harkis d’Algérie en 1962 et je ne suis même pas sûr qu’on a accueilli les Afghans qui ont servi d’interprètes auprès de nos forces et qui sont en danger de mort. Donc, je ne voudrai pas que ces vaillants combattants kurdes soient les prochains sur la liste.

    • Pravda dit :

      Tout à fait, nous avons lâché une bonne partie des harkis pour nous retrouver ensuite avec une importation de main d’oeuvre (pour fournir Psa, Renault…), hostile.
      Aujourd’hui, on lâche les kurdes et on va se retrouver avec des milliers de « revenants « , l histoire se répète

      • Thaurac dit :

        On a laissé mourir ceux qui ont œuvré pour nous et importé ceux qui ont lutté contre nous, le monde à l’envers ( merci la gauche et les porteurs de valises, assistés des fameux idiots utiles, les syndicats et pseudos intellectuels)

    • Christine dit :

      Franchement, il faudrait un jour que l’on dise clairement que les Kurdes, les Irakiens, les Maliens, on s’en fiche éperdument et on redéploie nos forces dans les banlieues afin de faire un grand ménage

  7. Auguste dit :

    Et pendant ce temps là:les Marines américaine,française et turque s’entrainent ensemble au large de la Turquie.Les Américains détruisent un pont à Der Ezzor pour empêcher les troupes d’Assad d’entrer en territoire FDS.Ces mêmes FDS qui sont prêts à négocier une aide d’Assad en cas d’attaque turque.Erdogan menace l’Egypte avec qui nous sommes liés,via contrats d’armement,pour un bon bout de temps.
    Je ne voudrais pas être sous le casque de Le Drian:ça doit bouillir.
    PS:les milices chiites irakiennes se disent prêtes à venir soutenir les Kurdes en cas d’attaque turque.Et Blackwater annonce: »We are coming »

    • Tintouin dit :

      Le tableau que vous dressez résume très bien la complexité e la situation.
      Au moins Le Drian a les notes des servives pour se forger un avis plus clair que nous, simples mortels alimentés par « l’écume » de bfm et france info.

    • mich dit :

      Bonsoir ,et bien vous êtes super positif pour un jour de noël ! Par contre je ne comprends pas pourquoi les milices chiites irakiennes s’en mêleraient ?

      • Auguste dit :

        Quand il s’agit de casser du sunnite,les milices chiites répondent toujours présent.Et les Irakiennes ont en plus un contentieux avec les daesh qui soutiennent Erdogan.Pour mettre un peu plus de sel:les Israéliens bombardent un dépôt de munitions à Damas,livrées probablement par l’avion cargo 747 iranien,EP-FAB -QFZ9951,parti de Damas vers Téhéran.

    • bat dit :

      si ce n’est pas les prémices d’une troisième guerre mondiale çà c’est quoi ???
      ah oui c’est vrai y’a trop de bombes nucléaires ..donc non ….! pour moi c’est juste peut être une nouvelle manoeuvre pour embarquer les russes dans une sorte de Vietnam ou un Afghanistan bis ,c’est peut être raté alors les amerloques tente un coup de poker ,de la part des amerloques ce serait une riche idée merdique stratégiquement encore et cela ne m’étonnerait pas…l’ennui c’est qu’il faut lâcher la Turquie et la sortir de L’OTAN si on veut sauver les Kurdes …..et là ……..çà ressemble à un vrai merdier ce truc maintenant …mais le moyen Orient est un merdier depuis tellement longtemps qu’on ne sait plus quel scénario est réel ou ne l’est pas ,plausible ou pas …celui qui sait quel est son alliés là bas est fort ..houlà là très fort ..euh ah Oui Israël le fouteur de merde du départ ,bon sang où avait je la tête c’est l’allié fidèle de cette Amériques des marchés et ce bon peuple amerloque le doigt sur le pantalon toujours prêt à aller se faire tuer pour des causes qui ne le concerne pas !

      c’est que Trump sait que cela ne marche plus beaucoup … que chez nous cela ne marche plus non plus ….pas facile tout cela ….

      • ji_louis dit :

        Le départ des américains de Syrie emmer.e les israéliens au plus haut point, n°2 aprés les kurdes, parce qu’ils les laissent seuls face aux troupes iraniennes qui s’installent à leurs frontières.

        • fabrice dit :

          Vous savez la 1/2 du budget russe et 67% des exportations proviennent du gaz et du pétrole…Le prix du baril est à 46$. Il faudrait qu’il soit à 70$….Je veux bien que Poutine fasse le kéké en Syrie comme le faisait Brejnev. Mais aux mêmes causes les mêmes effets… La Syrie ça coûte cher aux Russes et ça rapporte que dalle… Un moment Poutine fera la même chose que Brejnev et rentrera au bercail. Je rappelle qu’en 1982 l’URSS avait 280M d’habitants et que la Russie de Poutine en a 143M en baisse d’un M par an du fait d’une démographie catastrophique…Quand à l’Iran je rappelle qu’on manifeste là bas sous les cris l »Iran pas le Liban ». Un moment ou un autre il y a aura bien après Khameney un ayatollah qui fera les comptes…Détruire Israël comme objectif, c’est pas rentable et tu t’en prends plein la gueule…

  8. Rogov dit :

    Je suis désolé mais nous n’avons rien à foutre en Syrie. Les Kurdes ont voulu s’allier avec les Américains, les Américains les ont lâchés, c’est fini maintenant.

    • Bravo-charlie dit :

      Exact !

    • Sonata dit :

      Les Kurdes sont pratiquement les seuls à avoir combattu les mecs responsables de la mort de 250 civils français.
      Pendant que les Turcs achetaient du pétrole à l’ISIS et laissaient passer leurs recrues sans souci.

      • jaicruvoir dit :

        pour nos 250 morts la France devait allé en nombre se battre contre EI et non faire la guerre par intermédiaire.
        il nous faut être autonome et ne dépendre de personnes

        • sonata dit :

          Sauf que faire appel à des acteurs locaux permettait d’éviter de réitérer l’erreur de l’invasion irakienne de 2003, où l’intervention étrangère a été vue comme une nouvelle croisade dans le monde arabo – musulman. Et cette stratégie a très bien fonctionné grâce aux Kurdes. Les mêmes que l’on abandonne maintenant.

  9. Bloodasp dit :

    il paraît que la tourelle du leopard vole bien, on va voir si elle vole mieux.apres un impact de missile MMP, c’est le.moment de les.essauer…mdr

    • Castel dit :

      @ Bloodasp
      J’ai l’impression que les turcs utilisent surtout leurs M60 modernisés en Syrie, plutôt que leurs Léopards, qu’il doivent conserver pour défendre leur territoire national étant donné qu’il s’agit de leur meilleur char .
      Dans ce cas, même un RPG 85 ou 93 mm, est suffisant pour traverser le blindage…..
      Mais vu le nombre qu’ils possèdent, et associé à l’artillerie lourde, ainsi que l’aviation que possèdent évidement pas les Kurdes, cela m’étonnerai qu’ils essayent de résister à une offensive frontale de grande envergure….
      Cela dit, il ne s’enfuiront pas comme des « lapins », comme essaye de faire croire le gouvernement Turc, ils essaieront plutôt de ménager leurs forces, en vue d’une guérilla future contre les troupes Turques, la seule solution pour lutter contre des forces tellement supérieures…
      Mais le résultat final risque quand mẽme de jeter ces mêmes Kurdes dans les bras d’Assad, car ils n’auront plus vraiment le choix….
      Et la possibilité d’une négociation pour établir une véritable démocratie dans ce pays, semble s’éloigner à grands pas !!!

      • Vince dit :

        Pas dit que leurs Leopards II A4 soient leur « meilleur » char (date quand même de 1985) en terme de protection – Le M60 « retrofitté » bénéficie par ex. de blindages réactifs ; très efficace pour contrer les missiles et roquettes.

      • Vince dit :

         » la possibilité d’une négociation pour établir une véritable démocratie dans ce pays, semble s’éloigner à grands pas »
        .
        Démocratie et PKK / YPG sont des termes incompatibles.

    • Arnaud dit :

      On ne va rien voir du tout. Il y a 30 MMP produits. Et on ne va pas les donner aux Kurdes, à 500.000 euros pièces

      • Yannus dit :

        Je suis d’accord, il y a tout un stock de Milan et d’Eryx à écouler.
        Pour ce qui est de l’AA je n’en sais trop rien.

  10. Fernand S dit :

    J’espère que la France va continuer à aider les Kurdes et effacer la honte du non-respect du traité de Sèvres

  11. Raymond75 dit :

    Question : quelle est la politique de la France au Moyen Orient ?

  12. Julien dit :

    Peut être serait-il temps de cesser avec la realpolitik concernant la Turquie.
    Erdogan est un dictateur en devenir, les liens de son gouvernement avec ISIS ne sont plus à démontrer, en témoignent les devantures de magasins Turcs avec le logo DAESH en gros sur la vitrine, l’inaction des Turcs pendant 10 piges, sauf à l’encontre des civils fuyant la guerre et reçus à coups de trique (au mieux, c’est parfois au mortier que la Turquie semble les avoir acceuillis).
    Ce sale type joue la carte de la culpabilisation des Occidentaux, celle de l’hypocrisie, celle de la menace, celle du fait accompli.
    Joli carré.
    Maintenant, et comme à Manbij il y a deux ans, quand il a tenté sa manip, le lendemain circulaient des vidéos des troupes US aux côtés des Kurdes.
    Faisons pareil.
    Fort tristement à mon sens, puisque je suis pro-UE, Bruxelles démontre une fois de plus que ses couilles sont en mousse; incapable qu’elle est de mobiliser ses sections de combat, existantes et totalement inutiles depuis leur création.
    Maintenant, vus les résultats discutables des opérations Turques en Syrie (emploi de chars lourds en agglomération et sans couverture d’infanterie: chapeau bas), je pèche peut être par excès d’optimisme mais l’éventualité d’une confrontation ne me terrorise pas.

  13. Baki Okçu dit :

    La Syrie du Nord, que les kurdes appellent le Rojava sera très prochainement rattachée à la turquie, administrée par l AKP et les mercenaires de l ASL.

    Il devait avoir deux visions différentes aux États-unis et au pentagone.

    Erdogan va pouvoir accomplir son rêve ottoman.

    Il n est pas sans risque de voir à l avenir la région autonome du kurdistan en Irak être rattachée à l un ou l autre, turquie ou Iran.
    Si les américains se retirent de la bas aussi c est ce qu il se passera.
    Et les kurdes, de nouveaux coincés entre perses et ottomans.

  14. tartempion dit :

    Macron en difficulté sur le front intérieur pourrait trouver son salut en déclenchant un conflit de moyenne intensité en Syrie , une sorte de diversion qui aurait pour but d’ exacerber le sentiment national en faisant couler le sang des français , de quoi lui redonner la stature de chef d’état qu’il a définitivement perdue aux yeux du monde .Une action qui ne serait pas pour déplaire à l’état juif particulièrement inquiet de la partition qui se jouera en Syrie , manifestement sans les américains .

    • Tintouin dit :

      Ainsi, vous conseilleriez à Macron de déclencher un conflit?
      Ah non, c’est vrai, vous lui prêtez possiblement cette intention. C’est bien différent…

  15. Nuke@justdoit dit :

    La France doit cesser d’aider les Kurdes ? Et quand la Turquie cessera d’acheminer des armes aux islamistes de Libye ? Juste un petit rappel aux décideurs : « …partout où les intérêts français seraient menacés…. » c’est ainsi que le général de Gaulle aurait répondu pour #dissuader les Turcs de lancer des pseudo menaces.

  16. Renard dit :

    Nous allons lâcher les Kurdes à qui nous devons tant car erdogan va mettre les réfugiés dans la balance. J’ai bien peur que les pays européens mettent la pression sur la france pour que nous ne contrarions pas la Turquie.
    Une dictature islamiste dans l’ OTAN, mais à qui profite le crime?

  17. Arnaud dit :

    Je suis assez surpris des posts sur ce forum. Donner du MMP aux forces kurdes ? Ah bon ? et que dirions nous si un pays donnait des lance roquettes aux indépendantistes corses ? ou si un pays fournissait des armes et lance missiles dans nos banlieues pour donner leur indépendance ??
    La dernière fois que la France et les USA ont donné des armes, c’était en 1985-1989 en Afghanistan. On a vu le résultat.
    La réalité est là : Bachar a gagné. Il a gagné parce que Obama n’a pas été au bout de sa logique qui aurait dû être de mener une opération militaire contre la Syrie.
    Quant à nos FS, un grand combat avec les Kurdes à Manbij, ce serait beau, héroïque,…du Dien Bien Phu. Et au final, des pertes et une défaite.
    A un moment, le rôle d’un vrai allié est d’arrêter de vendre du vent. Les Kurdes vont se retrouver seuls. C’est un fait. Macron les lachera dès que Trump lui dira d’arrêter. Les Kurdes n’ont aucune unité politique, et il serait bon de se rappeler qu’ils ont passé des décennies à se battre entre eux. L’UPK est protégé par l’Iran. Le PDK, est rentré dans le rang et sera désormais avec Bagdad (car c’est finalement un moindre mal). Le parti islamiste de Dohuk est proche de la Turquie. Le PYG a tout intérêt à discuter avec Bachar, pour créer une région autonom comme le GRK irakien. Ca s’appelle la Realpolitik.

    • Tremah dit :

      Vous n’avez pas tort mais nous sommes politiquement coincés en Syrie, c’est tout l’habilité de Trump de démontrer par son retrait unilatéral le caractère artificiel des protestations françaises. En ce sens c’est bien le continuateur de la politique d’Obama qui rendait d’ailleurs les Français responsables du chaos libyen. Mais nos politiques ne semblent jamais l’avoir compris, persuadés de pouvoir ramener les Américains dans le jeu. Depuis lors, nous n’avons fait que subir la situation et les choix des autres acteurs impliqués dans la région.
      La seule porte de sortie est effectivement pour la France de pousser les Kurdes à la négociation avec Assad en essayant parallèlement de convaincre Poutine d’exercer une influence similaire sur le régime syrien. Poutine, contrairement à Erdogan, a tout intérêt à jouer le rôle d’une puissance médiatrice capable d’imposer une solution politique négociée à l’ensemble des acteurs régionaux.

      • lym dit :

        Une autre inconnue, c’est que va faire un autre franc-tireur de ce conflit qui souhait éviter voir se constituer un axe Syrie/Iran (ses deux principaux problèmes) et peut désormais ajouter la Turquie qui va très certainement ne plus faire que souffler sur toute braise pouvant affaiblir les kurdes: Israël.

    • Fred dit :

      @ Arnaud
      La Corse est en France, les banlieues françaises sont en France ; mais le Kurdistan syrien n’est pas en Turquie … Tu as raison, il faut bien distinguer les différent groupes Kurdes, mais il faut que tu l’applique à ton propre raisonnement ;o)
      Mais pour le reste je suis OK ; peut-être cependant une voie moyenne serait-elle plus favorable aux Kurdes de Syrie ?
      Et après tout, si la France demandait à l’ONU l’application du Traité de Sèvres (signé par les deux parties), quel membre permanent y opposerait son véto ? Ce serait un beau pataques, intéressant.
      .
      Un article du Monde diplomatique, à propos du « problème kurde source de conflit » datant de … 1959. Avec ses consonances désuètes, cela remet en perspective.
      https://www.monde-diplomatique.fr/1959/02/ROULEAU/22924

      • Arnaud dit :

        Il fallait le négocier en 2014… quand le rapport de force le permettait. Maintenant, c’est fichu

    • Julien dit :

      Faut peut être comparer ce qui est comparable.
      C’est quand le dernier echange d’artillerie entre Paris et Bastia, déjà?

  18. mich dit :

    Personnellement ,je pense que le plus logique serait d’écouter ce qu’en pense nos forces sur place ,seules capable de vraiment nous aiguiller sur la mission que nous avons encore la bas (dont la traque de nos têtes blondes peut être encore entrain de faire du tourisme et que la Turquie pourrait nous renvoyez) et si nous auront encore les moyens de la menée.Le problème c’est que la politique politicienne peut toujours prendre le pas sur le concret ,en ce moment ce n’est pas les égos surdimensionnés qui manque .Mais bon ,il me semble que la Grèce a besoin de se refaire une santé militaire par rapport à un de ses voisins un peu agité ,on peut leurs faire un petit crédit ?(en plus ils sont à une frontière historique de l ‘Europe ) ,désolé ce n’est pas bien le jour de Noël .

  19. Gremlins dit :

    On a rien à y faire, on doit y être … Bon moi en ce 25 décembre, je note que ceux qui ne le fêtes pas viennent nous menacer.
    Alors soit on reste en mode compromis et on pense à « notre belle europe » et « notre super allié US », soit on ouvre les yeux pour cette nouvelle année.

    L’Europe tel qu’on a voulu nous la faire boire c’est fini. Demain ou dans 10 ans, c’est pareil. C’est fini. Les US, ils pensent à leur gueule principalement. Pas uniquement, mais principalement.

    Alors à nous la France de porter nos bijoux de famille et de faire un peu dans la démesure militaire à coup de programmes qui vont créer des emplois pour le Français.
    L’économie de guerre ça fonctionne. Les USA en sont la preuve. Alors Erdodo il faut « le renvoyer au terminal des prétentieux et dans ses pantoufles avec une paire de mirettes bordées de valises. »

    Nous aurons des alliés quand il serait intéressant d’être allié avec nous. A ce jour, nous sommes cerné par les profiteurs. Pas les peuples, mais les politocards.

    Allé Joyeux Noël à tous.

    • NRJ dit :

      Si l’économie marchait comme ça, ça se saurait. Faire des grands programmes militaires pour embaucher et faire la relance économique, ça marche dans les périodes de crise économique type 2008 ou 1929. Si on avait une telle méthode aujourd’hui en France, on ferait encore plus de dette et ça ne changerait rien d’autres, parce que nous sommes la cause de notre crise. Notre faiblesse économique est due à notre mauvaise gestion (ou pour être plus précis, la mauvaise gestion des présidents que nous elisons).

      Après l’UE est un beau rêve. Cependant on a besoin d’alliés sérieux. Une fusion ou alliance franco-allemande serait l’idéal pour faire face à la guerre économique que nous livre les USA. N’oubliez qu’ils rackettent nos entreprises (BNP Paribas, Deutsche Bank, Bayer…) et les absorbent (Alstom qui a dû payer 700 millions d’euros, qui est devenu une filiale de Général Electrics). Ils imposent leur politique comme l’affaire iranienne l’a montré, et nous ne pouvons pas faire face. Le seul vrai moyen de faire face est de s’allier. La France est trop petite, l’Allemagne l’est également. Mais à 2 on pourrait faire un bloc plus important.

      Mais pour ça il faudrait que la France fasse les réformes nécessaires au lieu de dire « on va investir des milliards dans n’importe quoi et tout marchera mieux ». Sarkozy a fait des premiers pas en termes de réductions de dépense il faut le reconnaître, mais changer la situation en 5 ans avec une crise au milieu est insuffisant.

      • Gremlins dit :

        J’ai bien simplifier les choses je vous l accorde, mais je maintiens.
        Par contre je ne rêve plus. Les pays d Europe ne sont jamais des «états unis».

        A rêver d union, on ne bouge pas. Et ne pas bouger dans le monde actuel, c’est reculer.

      • fabrice dit :

        NRJ
        En gros pour échapper à la pluie (la concurrence US) il faut se jeter à l’eau (devenir un vassal allemand et ne niez pas, l’économie allemande c’est 2X l’économie française, un partenariat franco allemand n’est pas entre deux égaux).
        Un bloc franco allemand pour quoi faire ?
        Nous protéger des USA ? Rappelez lorsqu’en 1945 nous étions à la merci des USA, ils ont fait quoi ? Ils ont installé une dictature nous ruinant ici ?
        Moi je me rappelle ce qu’ils ont fait en France lorsque nous étions à la merci allemande…Rappelez moi le chant national allemand « Deutchland uber alles », l’Allemagne au dessus de tout…ça veut tout dire des Allemands.
        On est prêt pour X10 le budget de la défense ? Parce que pour l’instant on critique les USA mais le parapluie militaire qui protège l’Europe il est USA…
        Un moment il faut savoir être franc. C’est la France qui d’un côté se prétend ami des USA et qui de l’autre va voir tous les ennemis des USa pour leur dire, vous ne pouvez pas acheter US, vous pouvez acheter chez nous y compris nos armes… Lorsque les Arabes ont fait leur embargo pétrolier en 1973 les USA ont attendu longtemps la solidarité française qui s’est empressé de démarcher les pays arabes pour vendre ses armes…
        Lorsque les USA ont fait les accords de camp David et d’Oslo il ne me semble pas que la France ait été franchement enthousiaste…. en tout cas la paix n’arrangerait pas nos exportations d’armes quand on sait qui les achète…

  20. harry dit :

    Il serait réaliste pour nos forces spéciales de neutraliser les djihadistes français détenus par les Kurdes syriens. Voilà une mission que macron ne donnera pas alors que Trump et Poutine n’hésiteraient pas. Erdogan devrait réfléchir car Moscou et Damas peuvent lui interdire l’espace aérien rendant ainsi difficile un combat terrestre pour une armée déjà à l’oeuvre au Kurdistan turc et dans les poches d’Afrin et Idleb.
    La réaction de Barzani sera à suivre car le leader kurde irakien a jusque là était proche d’Ankara(plusieurs visites officielles) et contrôle les échanges économiques turco-irakiens.
    Enfin la branche politique du Rojava ,le PYD, a ouvert en 2016 un bureau à …..Moscou ce qui en dit long sur la maitrise du jeu syrien par Poutine

    • Yannus dit :

      Bonjour,
      Il me parait difficile à Macron de garantir un statut autonome aux Kurdes de Syrie. Par contre, il peut négocier avec Poutine un sort des Kurdes qui leur sera plus enviable que celui que leur réserve Erdogan.
      Il peut aussi rappeler à Trump que son accord avec Erdogan n’engage que Trump et que nous avons nous aussi des intérêts à défendre : fin de la menace terroriste quitte à flinguer les proxis djihadistes d’Erdogan et les proxis des proxis djihadistes.
      En l’état actuel des choses, Poutine a tout intérêt à laisser faire Erdogan quitte à lui mettre la pression après lorsque le ménage et les dégats auront été faits parce qu’il n' »chappe à personne que Poutine, Trump et Erdogan ont laissé les Kurdes en finir avec l’EI pour mieux leur tomber dessus après et que la promesse d’Erdogan d’en finir avec l’EI n’engage que lui.

      • Vince dit :

         » Par contre, il peut négocier avec Poutine »
        .
        On ne négocie rien quand on est rien. On subit et on pleure.

  21. aleksandar dit :

    Nous ne devons rien, absolument rien aux kurdes.
    Si ils se sont battus c’est d’abord pour sauver leurs peaux.
    C’est bien gentil le romantisme  » BHL  » mais ça coince avec la réalité.
    Ceux qui ici parlent d’abandon ont bien avalé leur dose de propagande sur la responsabilité de l’homme blanc, les kurdes ne sont ni nos soldats, ni nos alliés, en fait les kurdes se foutent complétement de la France !
    Si a un moment ils avaient pu faire alliance avec Daesh contre la Syrie, ils l’auraient fait.
    Maintenant ils ont le choix, le même qu’a Afrin, laisser tomber leur délires indépendantistes ou en prendre plein la gueule.
    Parce que de toute façon, ils ne font pas le poids face a l’armée turque même mauvaise.
    Ils sont d’ailleurs déjà en pourparler avec le gouvernement de Damas et la Tiger Force est aux portes de Manbji ou la population locale manifeste pour son retour.
    Parce qu’encore une fois, les Kurdes qui représentent 10 % de la population de la zone n’ont absolument pas assez de personnels pour contrôler la zone.
    La manière dont ils traitent les populations arabes ( conscriptions forcée, taxes, obligation de parler kurde, etc ) ne leur attire pas non plus la sympathie.
    ( Voir l’excellent article de Ballanche sur le sujet :
    L’échec des États-Unis dans le Nord-Est syrien : quand la géopolitique oublie le local )
    Et ils ne peuvent pas se permettre un affrontement direct avec la SAA.
    Donc celle ci va reprendre ville après ville et village après village le Nord Est de la Syrie, avec l’appui des russes, que les tractations avec le gouvernement syrien soient couronnées de succès ou pas..
     » Reality is a bitch  » comme disait mes collègues américains.

  22. Affreux Jojo dit :

    Il me semble qu’il y a plusieurs éléments à prendre en compte.

    1/ Les USA ont une vision stratégique globale d’un problème qui est celui de l’initative de l’Organisation de Coopération de Shanghai et qu’ils veulent compromettre. Cette organsiation a pour centre la Chine, qui étend son emprise stratégique jusqu’en Méditerranée, avec son allié Russe actuel. Cette emprise stratégique a pour cible entre autre, la Turquie, qui en est un partenaire de discussion, pour controler la Méditerranée orientale et ses voies d’accès, dont le canal de Suez vital pour l’Europe. La Turquie a mis la pression sur les USA avec le chantage des missiles S4OO, et ses opérateurs et formateurs russes, qui auraient pu mettre le nez dans le programme F35 dont fait partie la Turquie. En échange d’avoir les mains libres sur la Syrie et l’Irak, les Turcs ont à priori retourné casque et promis aux Américains de se fournir exclusivement chez eux pour leur défense antiaérienne d’interdiction et donc de ne pas dévoiler les secrets vitaux du F35 aux Russes comme, peut-être, et pour l’instant, de ne pas basculer du côté de l’OCS, futur concurrent de l’OTAN quie st bien plus qu’une simple organisation militaire de défense.

    2/ Les Français dans cette affaire, comme certainement aussi d’autres nations d’Europe ont d’autres problèmes sur cette zone, avec notament l’Etat Islamique qu’ils combattent sur tous les fronts, aussi bien moyen orientaux qu’africains. Comme l’Europe est soumise au chantage des Turcs dont on ne sait pas trop bien quelles sont leurs intentions à leur grand ouest européen.

    De fait pour la France, le problème principal, ce ne sont pas les Turcs, mais sur le sol syrien et au-delà, irakien, l’Etat Islamique qu’il convient d’anéantir. Les Turcs ne donnent aucun gage ni aucune assurance qu’ils voudront faire ce boulot à notre place. Et même au contraire, on pourrait presque les soupçonner de le soutenir en sous main pour s’en servir contre nous.

    C’est tout le dilemme. Après, les menaces turques, on les connait. cela fait des siècles qu’on est en guerre contre eux plus ou moins larvée et plus ou moins ouverte.

    Les 5 années à venir seront intéressantes à suivre, pour leur impact sur l’histoire. Mais à un moment, forcément, on va se mettre sur la figure avec les Turcs qui montrent jour après jour, avoir des intérêts antagonistes des notres et ne montrenet aucune envie de vouloir collaborer avec nous. On verra ce que feront aors les Américains et les Russes. Mais au final, je pense que les Turcs auront joué et perdu.

    C’est mon avis et je le partage.

  23. pepel_WASSKA dit :

    Notre cher Macron qui veut créer une armée européenne va avoir du travail. Protéger les kurdes de la boucherie qui se prépare, voilà un objectif noble qui doit plaire à tous les grandiloquents défenseurs des droits de l’homme. C’est assurément une opportunité, parce que tout le monde le voit, la Turquie se renforce, et plus on la laisse libre de faire ce qu’elle veut, plus il sera difficile de l’arrêter le jour où elle voudra aller trop loin. L’influence turque est déjà énorme en Macédoine du Nord, et au Montenegro, c’était les russes qui achetaient le plus de résidences secondaires, mais on y voit de plus de plus de turcs. Quand les dirigeants turcs n’hésitent plus à tenir des meetings politiques partout en Europe de l’Ouest, la confrontation est inévitable. Le plus tôt sera le mieux.

  24. vrai_chasseur dit :

    Il semble que la Turquie ait demandé à ses supplétifs du groupe Ahrar al-Charkiya, des ex-Al Qaeda qui travaillent maintenant pour eux, d’arrêter leur avancée sur Manbij.
    Les FS françaises sont présentes sur zone et les FS US ne sont pas encore complètement parties.

  25. diego48 dit :

    Les Turcs avec leur arrogant Erdogan commencent à nous fatiguer…Il faut aider les Kurdes dans la mesure du possible à se sortir de leurs griffes

  26. Carin dit :

    Dans tout ça, il faut que l’europe comprenne bien que le sultan turc sera la future menace des institutions et des pays d’Europe. En effet si erdogan obtient ce qu’il veut, les kurdes seront massacrés, et remplacés par des islamistes pro-turc, dont les nuisibles de l’EI!!! À terme le sultan turc exigera les îles qu’il dispute à la Grèce, ainsi que Chypre… et il nous enverra non plus des syriens, mais des kurdes par milliers, y compris ceux qui forment 20% de sa population. Mr cavusoglu a beau jeu de menacer la France, il sait que l’europe est fortement désunie, et qu’elle préférera désavouer la France, plutôt que de se ranger derrière elle… donc la réponse à apporter à cette menace à peine déguisée est simple, ou la France met sont honneur à la poubelle, ou notre président fait une conférence de presse où il indique à ce mr cavusoglu et son patron l’endroit où ils peuvent mettre leurs menaces, ce qui de facto doit être accompagné d’un renfort en hommes et matos sur place, mais là encore il nous faut passer par l’aval des EAU et de la Jordanie?? Qui sont nos seules bases dans la région, en dehors du PA Charles de Gaulle, si sa remontée en puissance est finie? Il est malheureusement plus tentant d’abandonner les kurdes à leur triste sort!!!

  27. Ah il fallait pas, il fallait pas, y aller…

  28. nofake dit :

    Les Kurdes n’ont pas d’amis, ils ont les montagnes….
    La quasi totalité du Kurdistan Syrien est a porté de tir de l’artillerie Turque et les principales villes sont frontalières. Si les US autorisent les Turques a utiliser leur artillerie personne ne pourra aider les Kurdes Syrien. Les YPG se replieront sur les montagnes Irakiennes, là où le PKK tient l’armée Turque en respect. Des millions de civils peuvent potentiellement migrer vers Damas où vers le Kurdistan Irakien ce qui risque de poser problème à Barzani et à son parrain américain.

  29. La France a vraiment perdu toute vision stratégique. Qu’un ramassis de fonctionnaire à la noix où personne n’est apte à prendre des décisions souveraines, personne! Fabius puis Le Drian sont de gentils valets-de-pied de la stratégie anti-iranienne de l’état hébreu et de Trump, par un mot plus haut que l’autre, pas une posture qui rendra à la France une crédibilité qui impose le respect! La vérité c’est que tous nos petits stratèges en goguettes sont completly à la rue! Pourquoi? Parce-que nos institutions démocratiques ont faillis et que la CIA et le Mossad ont pignon sur rue en ce qui concerne nos médias, c’est la raison pour laquelle Hollande est partis bille-en-tête faire la guéguerre à Bashar, après une propagande savamment orchestré dans nos médias et parfaitement ignoré à l’insu de leur plein-gré par Ballard! Les attaques au gaz sont même désavoué aujourd’hui?! Sans blague les gars vous n’avez pas honte de jouer sur le banc de touche, alors que la partie se joue sur un autre terrain? Zont toujours pas vu que leur centre était enfoncé comme à Trafalgar ou à Sedan les pauvres gants-blanc auto-satisfait jusqu’au trognon!!!

  30. Herve Lesage dit :

    Une grande pensé pour nos forces speciales sur place je pensent que les turques avertisses pour evité l affrontement, il savent que si il y a combat il vont trouver des grands geurriers des grands pros du combat,j espere que sa n arriveras jamais j espere aussi que la france garderas ses positions pour defendre les fds il le merites bien surtout que beaucoup sont des femmes

  31. Lame dit :

    La politique d’Erdogan devient aussi volatile que celle de Trump.
    *
    Il s’acharne contre les Kurdes au point de renforcer occasionnellement (mais involontairement) la position des jihadistes qui commettent des attentats en France. Du coup, il casse les pieds des Français quand ils aident les Kurdes à nettoyer leur secteur mais il espère dans le même temps que l’UE soutiendra la Turquie en cas de sanctions économiques de l’Administration Trump.
    *
    Qu’espère Erdogan en virant sa cuti chaque mois? Finir par tomber dans une alliance viable? Je ne veux pas être acide mais le « sultan-président » a l’air aux abois. Il aurait bien besoin d’un harem. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Sultanat_des_femmes)