Par rapport à ses capacités, la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris assure 70.000 interventions en trop

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

18 contributions

  1. Stoltenberg dit :

    RESPECT POUR NOS POMPIERS!!! Ils font un travail magnifique.

  2. Un secouriste dit :

    Il est de notoriété que la BSPP manque d’environ 800 soldats. Pour le moment, le salut vient d’acteurs du monde associatifs (Croix-Rouge, protection civile…) qui même s’ils sont formés PSE et ont sur Paris un niveau très correct, restent des civils avec des métiers à assurer d’un côté, ainsi qu’une règle d’engagement différents de la BS (surtout depuis le 15 novembre où un VPSP associatif primo-arrivant s’est fait arrosé à coup d’AK47) de l’autre. Est-ce que c’est là une solution? Remettre la société civile en partie au coeur de son système de secours? Samedi dernier à encore été un bon exemple.
    Pour les « taxis », les ambulanciers privés (au niveau… disparate) peuvent très bien faire le job (et comme se sont des ambulances privés, les coûts ne sont plus uniquement portés par le service publique).
    Reste la véritable raison du nombre croissant d’appel et d’incidents : un manque de civisme et une forte dose d’égoïsme. Mais pour ça, je n’ai pas de remède en tête…

    • MD dit :

      Comme les petits ambulanciers et taxis médicalisés sont très en colère, ce n’est pas de leur côté qu’on trouvera la solution . Car leur problème s’appelle : loi de finances 2019.
      Si celle-ci était appliquée, cela signifierait la mort des petites compagnies, sociétés, associations et individuels qui pratiquent ce genre d’activités . Pourtant celles-ci présentent l’avantage d’être plus réactives et plus disponibles que ces grosses sociétés pour lesquelles l’actuel gouvernement a les yeux de Chimène pour l’assassin de papa .
      Quant au niveau  »disparate » du personnel de ces ambulances et taxis, un ancien pompier militaire de la BSPP – donc quelqu’un qui sait de quoi il parle – reconverti comme conducteur de taxi estime que si les ambulanciers ont bien l’obligation d’être qualifiés , donc d’être formés , les chauffeurs de taxi échappent pour l’instant à cette procédure. Mais pour autant , plus que la moitié d’entre eux savent quand même ce qu’il faut faire , et ont aussi assez de bon sens pour refuser un transport médical qui n’est pas dans leurs compétences. Si une réforme les obligeait à être qualifiés, pourquoi pas ? Ce serait une très bonne chose et ils l’accepteraient volontiers en général . Mais pour instruire, il faut des instructeurs, des salles de cours , du matériel , des examinateurs . Et payer tout çà . Mais par qui et avec quoi ? On sait bien que ce gouvernement n’est pas prêt à faire ce genre de geste, puisque ses membres ne connaissent que des restaurants à 200 € le repas . Ce qu’ils veulent , c’est la disparition de ces petits. Et après, on se plaindra du désert médical de certaines villes, quartiers ou régions de France .
      Voir: https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/12/03/des-centaines-d-ambulanciers-manifestent-devant-l-assemblee-nationale

  3. Raymond75 dit :

    Il serait intéressant de comparer les pompiers de Paris (militaires) et les pompiers d’une autre métropole (civils) pour voir si leur statut n’est pas une source d’exploitation et de non respect de diverses réglementations, comme le droit du travail. De fait, ils sont appelés très souvent ‘par défaut’, par des gens qui les considèrent comme bons à tout faire. Mais réglementer leurs appels (ce qui ne serait que justice) suppose que d’autres moyens sont disponibles, ce qui n’est pas le cas ! Et pour ce qui concerne les agressions dont ils sont victimes, c’est inadmissible, et la population est passive … sauf en Corse, où la réaction a été immédiate et très efficace. La complaisance de la population, ou d’une certaine population, envers des déviances de plus en plus grave et systématiques montrent que la justice ne fonctionne pas, c’est à dire que la société se décompose. Peut être que des moyens vidéo, de proximité et aussi de vision de l’ensemble d’une façade, pourrait permettre des inculpations ?

    • PK dit :

      @ Raymond75
      .
      Je vous rassure et je vous inquiète.
      .
      Comme la BSSP a un statut militaire – et comme tous les milis – ils sont archi exploités.
      .
      Par contre, les autres SP aussi d’une certaine façon. Ils connaissent tous le même problème que la BSPP : ce sont les (avant)-derniers acteurs (le dernier étant le CHU) de la société civile et ils interviennent pour tout et surtout n’importe quoi, dès qu’on ne sait plus qui appeler.
      .
      En Isère, pour couvrir les cas présentés ici, on a signé une convention avec l’hôpital et tous les cas qui relèvent d’une ambulance privée ET traités par les SP sont refacturés à l’hôpital. Cela permet de palier l’absence d’infrastructure hospitalière pour répondre à la demande de secours. Mais cela surcharge les SP à traiter des cas qui ne relèvent pas de leur compétence (d’où une lassitude des hommes et une usure du matériel : le seul qui y trouve son compte est le SDIS qui se met politiquement en avant).

    • Jean la Gaillarde dit :

      Alors Raymond je suis rarement d’accord avec vos interventions, mais là …. vous avez entièrement raison. Alors, la BSPP, est militaire, donc corvéable à merci… A mon avis ils ont des missions indues qui devraient être décentralisées sur des organismes plus tournés vers le social. Peut être qu’il faudrait une gestion plus rigoureuse des CODIS afin d’envoyer la BSPP sur des interventions plus en adéquation avec leur capacité lourde d’engagement, et avoir, des unités plus légères, couplées avec la croix rouge, samu social….. pour des missions demandant moins d’expertise et de moyens. (Exemple, lors des manifs à Paris, a t-on besoin de la BSPP pour éteindre un feu de voiture ou de poubelles ?).
      Après vous avez encore raison, la population doit se prendre en main et avoir des réactions courageuses. Lorsque les pompiers se font caillasser, elle se doit de réagir. Ils sont là pour sauver…. Les colères, les frustrations ne doivent pas rejaillir sur nos pompiers. Je suis gendarme, alors je n’aime pas que les violences s’abattent sur mes camarades ou collègues, mais, sans les justifier, nous représentons l’état, l’ordre, une capacité de coercition ou de limitation des libertés… mais pas les pompiers !!!!! Les pompiers ne présentent aucun danger pour des fauteurs de troubles. Lorsqu’ils interviennent, c’est pour aider, sauver, soigner …. Donc les ultras, les pilleurs, les incendiaires, les voleurs, les dealers, et la population citoyenne se doit de respecter ces hommes et ces femmes et de les protéger lorsqu’ils interviennent. Et bien là, on aurait fait un très grand pas en avant si c’était appliqué. Respect à ce corps d’élite et respect à nos pompiers professionnels et volontaires dans nos villes et villages. Ils sont un modèle d’altruisme, totalement à l’opposé d’une très grande majorité de notre société.

  4. petitjean dit :

    La couverture sanitaire et sécuritaire du pays relève de la compétence de l’état……qui laisse pourrir !
    cet article succite plusieurs remarques :
    -les pompier sont saturés comme les services d’urgence des hôpitaux
    -les urgences et les pompiers sont saturés par des demandes qui ne sont pas justifiées : il faut un aiguilleur ! Comment font les pays voisins ?
    -nous manquons de médecins en ville tout simplement parce que l’état depuis des décennies est intervenu sur le numérus clausus afin de réduire l’offre, donc, pensait-il, réduire les coûts (nul doute que nos zélites n’attendent pas un an pour avoir un rendez vous avec un ophtalmo ou un dermato)
    -les services d’urgence et les pompiers sont assaillis par des population qui ne veulent pas payer, et qui, au bout du bout ne paieront pas !!
    -le nord est parisien je connais et…je ne ferai pas de commentaires mais….nous ne sommes plus en France. Ceux qui en doute doivent s’y rendre d’urgence !!
    -quant à l’insécurité , les agressions de pompiers, etc, là encore c’est de la responsabilité de l’état !
    -prenons exemple sur ce qui se fait de mieux chez nos voisins
    Manifestemment cet état de veut pas, ne peut pas et laisse pourrir………………….

    • petitjean dit :

      j’ai oublié un truc important : La gratuité !!
      dès que c’est gratuit c’est la rués sans aucun sens des responsabilités. C’est aussi la logique du « j’y ai droit » , chère aux sociétés hyper socialisées comme la nôtre !
      On devrait y réfléchir…
      Mais une chose est sûre : la gratuité n’existe pas, car il y a toujours quelqu’un qui paie !…………….

  5. petaf dit :

    c’était samedi ,pour ceux qui auraient loupés l’info
    https://www.youtube.com/watch?v=UINCykiE_4g

  6. marc dit :

    Des réservistes?
    On a bien des pompiers volontaires en province.

    • Johan dit :

      Bonjour Marc, concernant les réservistes à la BSPP, et plus spécifiquement pour le secours à victime, les Associations Agrées de Sécurité Civile (Protection Civile, Croix-Rouge…) ont régulièrement fait le job de « réservistes / volontaires » (entre guillemets) depuis plusieurs années. En cas de surchauffe, les associatifs sont appelés pour renforcer, directement dans les casernes, les engins de secours à victime de la Brigade (les associations font aussi ce job le weekend). Ils n’interviennent bien sûr que sur du « secourisme », et ce GRATUITEMENT.

    • thierry dit :

      la brigade cible 400 réservistes opérationnels en 2019 et 1000 en 2024.

  7. Breer dit :

    la justice à force de laxisme, ne sanctionne pas assez les agressions de nos pompiers à Paris comme ailleurs, les bandes des cités (on sait de qui on parle) sont dans l’impunité lorsqu’ils agressent les pompiers en intervention…. Un jour il n’y aura plus assez de personnel pour s’engager dans ces corps de métiers honorables mais épuisables, et ce ne sont pas les petits délinquants et paresseux des zones sensibles qui iront faire ce boulot (mis à part quelques exceptions)….

    Ce pays s’avancent de plus en plus dans un chaos social, généré par l’amalgame de centaines de raisons différentes qui se sur-ajouteront sans fin (vieillissement, maladies, problèmes économiques, immigration, carence d’ éducation et carence de socialisation d’une partie grandissante de la jeunesse, grèves, manifestations, gouvernants dépassés, délinquance croissante, vétusté des infrastructures, coût de la vie, décérébration virtuelle des individus, psychisme de plus en plus perturbé dans la population.) Mais qui croit encore que le monde va aller mieux, pas moi en tout cas.

  8. Garance dit :

    Respect pour eux.
    ceci étant dit nous souffrons d’un mal bien français, l’opposition entre le blanc et le rouge.
    Dans d’autres pays européens beaucoup d’interventions sanitaires ne sont effectuées que par des blancs. les rouges ne traitent que les cas graves et techniquement hardus : incendies, accidents, catastrophes, risques particuliers.
    Bien souvent ces blancs sont aussi…caritatifs: Croix Rouge, Maltese etc etc
    Alors? non?

    • Dic d'Orléans dit :

      Vous semblez faire référence à l’Allemagne. Dans les Laender de l’ancienne Allemagne de l’Ouest se sont effectivement des associations caritatives solides qui font le secours aux blessés : Croix Rouge, Ordre de Malte, Samaritains. En revanche dans l’ancienne Allemagne de l’Est, où ces associations n’existaient pas c’étaient les sapeurs pompiers municipaux qui remplissaient la mission. Lors de la réunification, ils n’ont rien changé : pragmatisme de ne pas changer quelque chose qui marchait bien.

  9. Bangkapi dit :

    Cet article le jour de la Sainte Barbe tombe bien.
    Sauver ou périr, c’était sur l’insigne de mon père.
    Respect pour ces hommes dévoués au bien public qu’ils soient professionnels ou volontaires.

  10. Le_Roquet dit :

    @Laurent Lagneau
    Merci de bien vouloir corriger l’erreur grossière qui ouvre votre article. La BSPP (qui est la brigade (sans majuscule) DE sapeurs-pompiers (sans majuscules) de Paris – jamais vous n’écririez « régiment DES tirailleurs » ou « régiment DES spahis, alors merci de nous faire preuve de la même attention) n’appartient pas au COM (T) TN, coquille vide d’une dizaine de PAX, créé en 2015, quand les sapeurs-pompiers de Paris ont 207 d’existence en tant qu’entité militaire, unité mise pour emploi à la disposition du Préfet de police. CQFD. Personne ne connaît le COM TN, qui ne commande … que des bières au foyer militaire, mais qui, en aucun cas, ne donne des ordres au divisionnaire qui commande la BSPP. Ce sont des gens très bien mais ils ne servent à rien. ceci est d’ailleurs de notoriété publique. Ce sont des chaussures en carton, qui pointent au bureau de 8 à 17, non des professionnels du secours et de l’urgence, qui décalent bottes aux pieds, 365 jours par an, 24 heures par jour. L’organigramme qui ‘affecte’ la BSPP sous les ordres du COM TN, abondamment publié en 2015, est un non sens, une hérésie, et pour tout dire, une fumisterie. Il a d’abord été rectifié pour transformer les traits pleins en tiretés, marquant bien qu’il n’y a absolument aucun lien de subordination hiérarchique entre le COM BSPP et le COM TN. Ce n’est pas le COM TN qui note le COM BSPP.

    • Laurent Lagneau dit :

      @ Le_Roquet,

      « J’en viens à la place de la BSPP au sein de l’armée de terre. Elle fait partie du commandement du théâtre national (COM-TN) » – Général Gallet, lors de son audition. Après, j’ai tendance à croire ce qu’il dit, puisqu’il commande la BSPP