Ayant subi d’importantes pertes face aux jihadistes, des soldats nigérians mettent en cause leur gouvernement

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. le nouveau dit :

     »Plus de 100 tués » ! Mais combien étaient ils en face pour avoir réussi à infliger de telles pertes à des soldats dans leur propre base ?
    S’ils étaient en surnombre et regroupés, c’étaient des cibles faciles pour les MI 35 nigerians pourtant !

    • Roger Dubreuil dit :

      Les techniques de combat africaines modernes (avec des fusils d’assaut et des mitrailleuses) sont à la fois rudimentaires et terriblement meurtrières : tout le monde rafale au hasard et « Allah reconnaîtra les siens ». Ils n’ont aucune discipline de feu ni aucun encadrement compétent pour instaurer cette discipline qui est indispensable au combat.
      .
      L’effectif attaquant n’est pas une donnée qui détermine le nombre de victimes. Il suffit que l’attaque soit perçue comme telle et déclenche une « riposte » : celle-ci sera massive, désordonnée, terriblement meurtrière.
      .
      Les cent morts dont on parle ici n’ont probablement pas été tués directement par l’ennemi mais tués par la panique des « soldats » nigérians et le bololo meurtrier qui a résulté de cette panique.
      .
      Dans le domaine militaire comme dans tous les autres, le problème des Africains est l’inexistence d’un « encadrement de contact » qualifié, motivé, formé, expérimenté (du caporal au capitaine) qui est au contraire le point fort des vieilles armées comme la nôtre et l’armée britannique.
      .
      J’y insiste pour rappeler que lorsqu’un vaillant Président-énarque-chef-des-armées s’imaginait qu’il pourrait former l’armée malienne en quelques semaines, il démontrait seulement que ceux qui l’avaient proposé à nos suffrages étaient de parfaits incompétents.

      • LeColonisateur dit :

        J’ajoute : l’indiscipline semble être une marque de fabrique dans de nombreuses armées de ce formidable Continent.

      • Fred dit :

        @ Roger Dubreuil
        « Allah reconnaîtra les siens » « bololo » …
        Puisque tu es un militaire de référence parait-il (?) Tu serais bien venu d’employer des termes militaires génériques consacrés, et non des mots méprisants et racistes.

        • Bangkapi dit :

          Je ne suis pas là pour défendre R.Dubreuil.
          Mais  » Allah reconnaîtra les siens  » c’est aussi  » dieu … » terme utilisé depuis longtemps mais pas méprisant. Et quand on sait que beaucoup d’armée et surtout en Afrique n’on aucune discipline de feu c’est aussi une explication qui se tient.
          Quand à Bololo ( utilisé il y a peu par le premier ministre ) ce n’est pas raciste. C’est un quartier de N’Djamena où c’était un tel foutoir question organisation que les militaires français l’ont utilisé depuis très longtemps pour dire foutoir ( bordel etc…). Il est passé depuis lors dans le vocabulaire militaire ( comme talweg , oued …) que tout le monde comprend.

        • Plouc putatif dit :

          Et en dehors de pinailler sur les mots, « fred » a-t-il quelque chose d’utile à répondre ?

        • Fred dit :

          Et si d’aventure, quelqu’un parlait en ces termes de l’embuscade d’Uzbin, avec des insinuations sentencieuses et méprisantes, à l’aide de mots connotés, vous ne seriez pas révoltés, vous ne trouveriez pas cela totalement irrespectueux pour les morts ? Nous serions tous vent debout, j’en suis certain. Alors respect pour nos frères humains, tous nos frères humains ; respect pour les morts.
          .
          Et ce n’est pas parce-qu’un mot a été utilisé par un premier ministre qu’il n’est pas raciste et méprisant. « Talweg » et « Oued » sont des mots précis et non connotés, il est d’ailleurs difficile de leur trouver un synonyme, ils ne renvoient pas à une chose négative, ils n’ont pas une sonorité pseudo « africaine ».
          .
          Le mépris, la suffisance, les idées préconçues, les schématismes … N’aident en rien à rendre le monde meilleur, chose qui me parait « utile ». Mais peut-être cela n’est-il pas un objectif pour certains ?

          • Roger Dubreuil dit :

            Mon objectif est de convaincre nos décideurs (car les blogs sont lus, au moins par quelques collaborateurs) de laisser tomber l’Afrique : on en a déjà trop fait depuis l’indépendance. Et quand un accrochage se passe mal en notre absence, les Africains ne peuvent pas nous en rendre responsables.
            .
            Lorsque nous les laisserons tomber, ils se décideront peut-être à se prendre en main : ils en sont capables à condition d’en avoir la volonté, comme quelques pays l’ont montré (Gabon, Sénégal…). Mais il y a d’autres pays que les gens capables préfèrent fuir en espérant que nous nous occuperons de tout. Avec l’intention de revenir quand nous aurons réglé tous les problèmes et de nous critiquer sur quelques imperfections de notre action. C’est pour contrer cet état d’esprit que je n’hésite pas à être clair dans mes contributions sur ce blog. N’en déplaise à tous les « Fred » du quartier.
            .
            Alors bien sûr les Russes, les Chinois, les US essayeront de prendre notre place mais ça n’a aucune importance pour nous.
            .
            Lorsque je critique (par expérience) certaines troupes africaines, c’est parce qu’il faut le dire pour éviter de fréquenter des gens armés qui sont dangereux pour nous et pour eux-mêmes par incompétence de leur encadrement.
            .
            La seule façon dont nous pourrions les aider militairement, ce serait de les encadrer nous-mêmes (sans oublier de leur verser leur solde). Nous l’avons fait au Tchad lors de l’Opération Tacaud. Nous l’avons fait mais personne ne le savait en Afrique ni en France hors des milieux militaires.
            .
            J’imagine les protestations en France et en Afrique si nous le faisions aujourd’hui. Même seulement dire la vérité (= « c’est le bololo »), ça choque quelques Bisounours qui n’y sont probablement jamais allés.
            Il n’y a donc pas d’autre bonne solution que de laisser tomber l’Afrique. Les Africains comprendront peut-être alors le principe « aide-toi et le Ciel (la France) t’aidera ».

    • Lagaffe dit :

      La Force aérienne nigériane a bombardé plusieurs positions de Boko Haram suite à l’attaque menée par des combattants du groupe contre une base militaire à Metele, dans l’État de Borno (nord-est), ont rapporté lundi les médias locaux.
      D’après PRNigeria, média local à Abuja qui regroupe les communiqués de presse pour les agences de sécurité du Nigeria, les dernières frappes aériennes ont détruit un convoi de véhicules liés aux assaillants de Boko Haram impliqués dans le raid.
      « La force aérienne nigériane suit la piste des terroristes et a réussi à détruire sept véhicules et à éliminer tous les terroristes dans les véhicules », a rapport PRNigeria citant une source militaire.
      La source a souligné que la force aérienne a déployé des Mi-35M, hélicoptères de combat multi-rôles au cours des raids.
      Selon le témoignage d’un soldat rescapé cité sous couvert d’anonymat par The Nation Nigeria, un site local, des éléments de Boko Haram déguisés en soldats de la force régulière se seraient introduits dans la base militaire et se seraient emparés par surprise du poste de garde en abattant un officier et cinq soldats permettant à un grand nombre d’assaillants lourdement armés d’investir la base.
      Les Mi-35M nigérians ne volent sans doute pas de nuit. Les militaires n’ont pas détectés l’arrivée de nuit des terroristes et ont été pris par surprise, ce qui expliquerait (si les témoignages sont exacts) le lourd bilan de cette attaque.

    • Ancien du Sahel dit :

      On retrouve dans cette affaire tous les ingrédients sociologiques évoqués sur ce blog par les uns et les autres lorsque l’on parle des armées africaines qui sont à l’œuvre dans la BSS : une pagaille où les participants s’entretuent aveuglément, tirant au hasard dans tous les sens, puis un « story telling » laborieux qu’il faut savoir interpréter.
      .
      Dans le communiqué cité par Lagaffe il faut comprendre que l’on parle « d’ennemis infiltrés » pour tenter d’expliquer pourquoi les soldats nigerians se sont entretués.
      .
      Heureusement cette fois l’armée française n’y était pas. Nous devons cesser d’envoyer nos soldats au milieu de ces maladroits dont la seule tactique est de tirer sur tout ce qui bouge jusqu’à épuisement des munitions.
      .

      • Fred dit :

        @ Ancien du Sahel
        C’est toi qui ne comprends rien : Lagaffe ne parle pas « d’ennemis infiltrés » comme tu l’affirme en dénigrant tes propres termes et avec des guillemets qui indiquent une citation, mais « (d’) éléments de Boko Haram déguisés en soldats de la force régulière (qui) se seraient introduits dans la base militaire et se seraient emparés par surprise du poste de garde en abattant un officier et cinq soldats permettant à un grand nombre d’assaillants lourdement armés d’investir la base. »
        Ce qui est nettement plus précis et circonstancié.
        Peut pas compter sur toi pour faire un rapport valable …

      • Ancien du Sahel dit :

        Erratum : remplacer « ennemis nfiltrés » par « ennemis déguisés ».

  2. jyb dit :

    Attention les 100 dcd ne sont pas tous tombés à Matélé. On parle de plusieurs attaques et embuscades du 16 au 23 novembre.
    Sur cette durée bh faction d’al barnaoui (iswap) revendique 118 tués.
    Les militaires nigérians ont pris l’habitude de décamper assez vite, en langage militaire nigerian on dit « les militaires présents ont été amené à se retirer… »
    quoiqu’il en soit ceux qui paient le prix du sang au carré sont les milices civiles villageoises qui n’ont nulle part ou « se retirer »; et malheureusement aucun chiffre ne les décompte.

  3. Le matos ne vaut jamais plus que le gars qui s’en sert…C’est avant tout la volonté de combattre qui fait la différence. On l’a vu en A-stan ou des mecs habillés d’une couverture avec une A.K des années 70 ont mis des branlées aux soldats de la coalition équipés de pleins de gadgets high tech…Eux savaient pourquoi il se battaient ce qui n’était pas le cas des autres…Je le vois ici (corne de l’Afrique) quasiment toutes les semaines ou mes soldats en tongs font des opérations contre les mecs d’en face…
    L’exemple des Tchadiens venus aider les Nigerians est très révélateurs, excellents guerriers les Tchadiens…

    • Nauatg dit :

      Des branlées donc?????
      En Afghanistan?
      A la coalition?
      Voilà voilà……..
      Mais mieux informé sur les Tchadiens du coup!

  4. lxm dit :

    C’est que l’ennemi connait le terrain, il est aussi chez lui, c’est comme une guerre contre des partisans, boko haram pourrait agréger dans le futur des indépendantistes.
    Mais globalement, vous regardez une carte africaine des religions, et vous tracez la limite christianisme-islam et vous observez que cela correspond avec presque toutes les zones de conflits.
    Vous aviez le conflit au mali-nord qui était en fait une guerre touaregs nomades( blancs) contre africains noirs sédentaires sur lequel sont arrivés « ensuite » les djihadistes pour exploiter l’animosité.
    En démocratie africaine, c’est une ethnie( celle du président) contre une autre ethnie( celle de l’opposant); donc une guerre démographique, les résultats électoraux sont donc rarement acceptés car ensuite l’argent est détourné vers l’ethnie ayant gagné, et le surnombre d’habitants est catastrophique pour l’avenir, on nous parle de 3 voir 4mrds d’africains en 2050 alors que le continent noir est déjà déficitaire en nourriture. On regarde des pays comme l’afrique du sud sombrer, et là le Nigéria semble ne jamais s’en sortir malgré son système fédéral qui semble le seul truc empêcher la guerre civile généralisée, boko haram se greffe sur un monde où les gens s’entretuaient déjà avant sa création au nom de la religion, mais on le sait tous la religion( comme la politique) est toujours une justification par ceux qui veulent prendre aux autres, s’approprier terres, énergie, nourriture et argent, ça ne varie pas, et donc le surpeuplement augmente l’envie de revendications.

  5. CortoM dit :

    C’est un simplisme de considérer que dans un combat asymétrique le « faible » aurait le génie de la guerre, ce dont serait privé le « fort ». Des questions comme la géographie, l’économie, la technologie, la Culture… ne peuvent être écartées. Bien des exemples contredisent ce lieux commun de la pensée issu d’un gloubi goulba mal digéré de théories en -isme, marxisme, gaullisme,
    romantisme et j’en passe pour agréger des idées présupposées et contradictoires: La supériorité du « Resistant » opposé au « défaitisme » du « fort ». On en arrive fatalement à des erreurs stratégiques comme dans le Maquis des Glieres.
    Ce n’est pas l' »Afghan des villes » contre l' »Afghan des campagnes », le « sédentaire » contre le « nomade », le « Chrétien » contre le « Musulman ». C’est faire injure aux Viet-Namiens, aux Harkis qui ont combattu pour la France, aux Soldats Français en Indochine et en Algérie, c’est méconnaître l’échec des révolutions hispaniques, en Espagne et Amérique du Sud. Enfin, et surtout, c’est mépriser les vaincus, peuples massacrés ou autres, que l’Histoire fait disparaître. Il y a beaucoup trop de pré-supposés colonialistes qui attribuent aux uns des qualités et aux autres des tares. Le malheur de l’Afrique c’est souvent que certains s’érigent en juge tout en prenant partie pour une ethnie. Et ces histoires finissent mal en général. Sur ce, bonsoir.

  6. Arno dit :

    Ce qui rend dangereux les islamistes, ce n’est pas tant leur équipement qu’une abnégation au combat qui fait défaut à beaucoup de leurs adversaires.
    L’exemple syrien est éloquent.

    • Roger Dubreuil dit :

      L’Islamisme en Syrie peut-être, je ne sais pas. Mais dans la BSS (l’ancienne AOF, Afrique occidentale française décolonisée depuis plus de cinquante ans) l’abnégation islamiste n’existe pas.
      Non plus d’ailleurs que dans la région des grands lacs ou en Centrafrique où les massacres vont pourtant bon train.
      L’on est en présence de pillards sans foi ni loi.
      .
      Les explications par la religion sont faciles et passent bien auprès des lecteurs de notre presse et des téléspectateurs qui s’accommodent de schémas simples. Mais en réalité on a affaire à des pillards.
      L’étiquette religieuse vient ensuite pour satisfaire nos journalistes et parce que c’est une couverture à la mode.
      Naguère, les mots-clés étaient « Libération, National » mais c’est passé de mode.

  7. AR dit :

    Comme dans tout pays corrompu, le matériel n’est pas entretenu, les militaires sont peu ou pas payés, non entraînés et ont à peine de quoi manger. Même si certains d’entre eux sont très motivés, la majorité ne veut pas aller se battre dans le Nord contre Boko Haram. D’autant plus que Boko Haram a des sympathisants au plus haut niveau de l’etat et de l’etat major., les musulmans du Nord ayant été dupés lors d’élections , qui fut un prélude a l’avènement de Boko Haram. Les Nigerians n’acceptent aucune ingerence étrangère et toute aide extérieure est rapidement mise à mal. Lors d’une reprise d’otages allemands il y a quelques années, des groupes spécialisés allemands n’ont pas été autorisés à gérer l’assaut et ont dû suivre des equipes non spécialisées nigérianes, aboutissant à l’execaution des otages. Les annonces du gouvernement sont différentes de ce que l’on peut voir sur place et il n’y a pas de véritable desir de combattre Boko Haram, les guerres de pouvoir étant prioritaires.

  8. DRAILLET dit :

    Qui connait les pertes par pays après toutes ces années de guerre

    • jyb dit :

      @draillet
      30 000 morts depuis 2009 pour boko haram (toutes factions confondues) Je n’ai pas la ventilation en tête mais c’est nigeria bien sûr, puis niger et tchad (quelques victimes au cameroun)