Le secrétaire général de l’Otan critique les missiles chinois de portée intermédiaire

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

25 contributions

  1. Berkut dit :

    Comment ? Les chinois peuvent faire carreau sur n’importe quel porte-avion à plusieurs milliers de km et transformer tout un équipage en menu vapeur, frire ses moyens et rendre obsolète tout le concept pour une bouchée aux crevettes ? Il faut donc au plus vite qu’ils deviennent signataire d’un traité qui n’a plus aucune valeur pour se mettre juridiquement en défaut et ainsi justifier l’intervention de…qui au juste ? Dans la guerre de l’opium, c’étaient déjà les occidentaux qui étaient tombés sur la Chine pour continuer à le vendre aux chinois.

    • Fred dit :

      @ Berkut
      Pour autant que le DF 21 ou un planeur balistique* soit capable de cibler un PA (une cible qui bouge). Ce qui n’est pas aisé. Il n’est pas sûr qu’ils sachent le faire. Pt’et ben qu’oui, pt’et ben qu’non.
      Par contre, contrer un missile balistique à portée intermédiaire, Américains et Français savent faire (Aster 30 NG). À contrario, pour ce qui est d’un planeur balistique* … Etc. Etc … [canon contre cuirasse].
      .
      *Vu en image de synthèse

    • Vince dit :

      « Dans la guerre de l’opium’
      .
      C’est en effet important de rappeler ces évènements historiques du XIX° (guerre de l’opium, des boxers , sacs de Pékin – traités dits « inégaux ») qui sont loin d’avoir été oubliés par les dirigeants chinois. La Chine va se donner les moyens au minimum de ne pas faire bégayer l’histoire, c’est très clair.

  2. Marsac dit :

    Et si le retrait des américains du traité n’avait pas pour origine le développement des activités militaires chinoises ? n’est-ce pas non plus un moyen de trouver un accord qui intègre tous les acteurs ?

    • Fred dit :

      @ Marsac
      Je ne crois pas : les USA ne craignent pas une course aux armements avec une Russie au budget militaire ridicule (ce n’est pas péjoratif) à côté du leur. Les Chinois n’ont rien à gagner à entrer dans le traité : ils ont très, très peu d’ICBM ; que pourrait-on leur proposer en échange ?

  3. HBOB dit :

    Quel scandale!!!! Les chinois investissent dans des armes modernes. Ca m’a toujours fait rire ce genre d’article. Les ricains dépensent 650 milliards de dollars par an, et il faudrait que les autres se contentent de fronde

    • didixtrax dit :

      dépensent ou gaspillent ?

    • Le Suren dit :

      Vous me l’avez enlevé du clavier, bravo !

    • Montaudran dit :

      Mais cela veut bien dire que les USA devait se libérer du Traité FNI, puisque c’est bon pour les chinois de pouvoir posséder ce type d’armement…
      L’idéal serait un FNI mondial mais l’idéal est rarement atteint.
      Je ne sais pas si les indiens possèdent pas eux aussi ce type de missiles.

  4. Fred dit :

    La Russie n’a pas intérêt à se lancer dans une course aux armements stratégiques-tactiques/stratégiques avec les USA-Otan. L’URSS s’est éreinté dans une course aux armements où elle a explosé en vol, alors, pour ce qui est de la Russie-CEI, n’en parlons même pas (avec un budget militaire à peine supérieur à celui de la France pour cette première).
    .
    Pourquoi alors avoir développé le « Novator » qui va relancer cette course ? Tout simplement, j’imagine, parce-que la Russie sait qu’elle aura du mal à entretenir et renouveler son énorme arsenal stratégique (onéreux ICBM) et son armée conventionnelle dont le volume est déjà très sérieusement entamé et sur un déclin inévitable (difficile de renouveler tous les matériels anciens, [avions ou chars en sont des exemples connus]. Peut-être aussi et en même temps, craignent-ils une course à l’anti-ICBM, domaine où les USA ont désormais une avance technologique et industrielle ou encore une avancée dans la détection des sous-marins, ou encore une avancée dans une arme anti-ICBM spatiale … ?
    .
    Pour ce qui est de la Chine, je ne comprends pas, mais alors pas du tout, qu’elle limite à ce point sa capacité stratégique (inférieures à celle de la France, au niveau de la Grande-Bretagne, et encore …), relativement peu protégée contre une première frappe : peu d’ICBM et à combustible liquide, peu de SNLE et ICBM en nombre moins important que les anti-ICBM américains …
    .
    Les armes de portée intermédiaire chinoises ? C’est bien pour défendre ses frontières (encore que leur destruction soit plus aisée que celle des ICBM, par exemple par un Aster 30 NG, et ces anti-missiles là ne font l’objet d’aucun traité). Mais quid d’un blocus total ?

    • Solifara dit :

      la vitesse d’Aster 30 NG: mach 4.5,
      la vitesse de DF-26: mach 8,
      une 2CV peut rattraper une Ferrari ?
      hahahahahha

      • Cricetus dit :

        Yes… Il suffit que la 2cv se mette en travers du chemin de la Ferrari… Comme cette 2cv est plus manœuvrant et que sa proie…

      • Montaudran dit :

        Une 2 CV peut intercepter une Ferrari qui arrive en face…
        Il ne vous vous aura pas échappé que l’on cherche rarement à intercepter un missile qui s’éloigne de nous. Ah si je pense que cela vous a échappé.

      • Berkut dit :

        Ce sont des missiles de défense terminale. Personne n’a d’ailleurs d’intercepteur capable de « courser » un ICBM ou même un IRBM, il s’agit d’une rencontre, d’une collision essentiellement en sens contraire – ce qui compte c’est d’être au bon endroit et au bon moment (ex d’interception de satellites, deux fois plus rapides). Par contre j’ai effectivement du mal à croire qu’un intercepteur aussi petit qu’un Aster-30 puisse intercepter un truc qui tombe à une telle vitesse, et qui manœuvre surtout, ça reste un missile de défense anti-aérienne « élargie »…à des missiles qui seraient vraiment dans le « bas » du spectre IRBM : quelques centaines à un petit millier de km de portée (la vitesse, et donc l’énergie pour manœuvrer étant en rapport). D’autant, que là où l’on a le plus de chance de taper un IRBM, c’est encore dans l’espace, où il est lent et uniquement soumis aux lois de la balistique, sans pouvoir vraiment manœuvrer (sans parler de leurres éventuels etc..). Un fois dans l’atmosphère, c’est une autre paire de manches quand le bazar fait des « doglegs » à plusieurs centaines de g pour décrocher les capteurs terminaux de l’intercepteur. Et puis un porte-avion, c’est quand même un énorme tas de ferraille, genre pas discret. La vraie prouesse ne tient pas uniquement aux missiles, qu’aux moyens de pistages du groupe aéronaval (fini l’effet de surprise type Pearl Harbour, depuis que les russes ont lancé des RORSAT dans les années 60), et à l’intégration dans une chaîne complète pour que le DF-26 ouvre les yeux et trouve le PA exactement là où il doit être avant d’aller le cogner. D’ailleurs le vrai progrès est dans son usage conventionnel (en gros un AASM au bout d’un super-scud), parce que pour flinguer tout un GAN, les soviétiques avaient prévu « d’encadrer » la zone établie par satellite avec 4 frappes nucléaires de forte puissance pour compenser l’imprécision terminale par le « blast » des charges. Je pense que si on voulait réellement se prémunir d’un IRBM précis « haut de spectre », il faudrait un intercepteur de la taille d’un GBI américain. Pour la France, ce serait un premier étage de M-51 en gros pour lui conférer une énergie totale suffisante, et avec une partie haute spécifique qui pourrait être dérivé de l’Aster, mais qui devrait surtout être au top en terme de discrimination vis à vis des leurres lors d’une interception « exo-atmosphérique » (en gros le missile « Exoguard » proposé par EADS à l’époque, mais dans une version »embarquée »). Ca nécessiterait des aménagement de nos frégates anti-aériennes assez considérables, sans parler du coût de développement de cet ABM qui ne saurait se cantonner à la défense d’un P.A., mais entrerait dans un cadre de défense anti-missile plus large. A tout prendre, il vaudrait mieux envisager une reconversion des SNLE de la classe du Triomphant à terme comme plateforme de tir ABM globale, que de chercher à faire rentrer des intercepteurs de cette taille dans une frégate. On a d’ailleurs pas vraiment le choix en terme de morphologie (genre « plus long, mais qui dépassent des tubes actuels »), parce que le profil de poussée définit en gros diamètre et longueur (on ne peut qu’adapter la « figure » de combustion du propergol solide à la marge) : si on veut aller haut, on se rapproche de la douille d’obus, si on veut aller vite, de la cigarette, et entre les deux, c’est un compromis mais qui tombe toujours plus ou moins sur le même résultat. On peut aussi se passer de PA et déclencher des frappes de la mer vers la terre avec des missiles de croisière par ces futurs « anciens » SNLE, comme le font les américaines avec 4 anciens « OHIO » convertis en SSGN multi-mission. Et là, plus de problèmes de « déni d’accès » par ces missiles. Mais plus d’intervention jupitérienne au 20H depuis le CDG. La question au finale est : voulez-vous payer pour des forces armées efficaces et un minimum efficientes, ou pour faire de la gesticulation, et de temps en temps mettre quelques kg d’explosifs à un coût prohibitif sur un objectif sans valeur comparable ?

        • Fred dit :

          Deux des problème d’un missile balistique qui se veut auto-guidé, sont de « voir » avec précision à travers le jet de matériaux arrachés à son nez par la vitesse, et que les capteurs eux-même ne soient pas endommagés.
          .
          Au vu de la grande faiblesse nucléaire stratégique chinoise, cela me paraitrait un calcul mortel pour eux d’engager un feu nucléaire tactique contre les USA, et même très risqué contre un pays comme l’Angleterre ou la France.
          C’est bien cela qui m’interroge : pourquoi les Chinois ne font pas un effort plus conséquent sur leur nucléaire stratégique ?

          • Hermes dit :

            Ils ont autant d’arme nucléaire que la France, ce qui est suffisant pour peu que le vecteur soit correct.
            .
            Il n’y a pas besoin d’avoir la force de raser les 5 continents… Il suffit de pouvoir toucher les villes principales (NY/WDC/LA…)

          • Fred dit :

            @ Hermes
            Il semble (au conditionnel) qu’ils n’aient que 200 têtes nucléaires, dont 145 actives (et la France 300 actives). Seulement 18 ICBM capables d’atteindre le continent américain et à combustible liquide : c’est très peu et aisément vitrifiable par une attaque de première frappe. Un seul SNLE en expérimentation. D’autre part, les américains disposent semble-t’il de 60 anti-ICBM qui paraissent de plus en plus efficaces.
            Beaucoup de conditionnels, certes ; je cite des chiffres de sources qui semblent les plus crédibles, d’autres sources citent des chiffres bien plus élevés, d’autres légèrement moins.
            En tous les cas, au maximum, ce n’est pas Byzance.

      • Luc dit :

        On parle d’interception pas d’une course.

  5. didixtrax dit :

    Peut-être que, au contraire, la Russie dépense judicieusement son budget militaire, ce n’est pas (ou plus) le cas pour les US. Du coup les Russes (et les Chinois) n’ont pas beaucoup d’efforts à faire pour conduire les US « à la faillite », bref leur faire le coup qu’ils ont fait à l’URSS.

    • Montaudran dit :

      Le fait est que les russes qui ont des options bien plus limités que les USA ont sélectionner leurs points fort par exemple ils ont une aviation bien plus faible que les USA mais il ont développé les S-300/400 et bientôt S-500.
      Les chinois sont dans le même trend.
      Par contre les USA qui longtemps n’avaient plus d’ennemis précis avec des choix déterminés pendant les années 90-2000 ne savait plus quoi faire d’intelligent de leur milliards. On ne compte plus les projets sans qualité (Classe Zumvalt ou LCS)
      Mais les choses changent les USA ont maintenant effectivement des adversaires/ennemis déterminés (trop peut-être) et ils vont enfin pouvoir faire des choix répondant aux choix adverses. Par exemple le fait de vouloir un sous-marin plus offensif contre les cibles sous-marines et de surface (non que les Virginia soient de la daube) est une réponse claire à l’augmentation de qualité de la sous-marinade russe et de la volonté des chinois de barricader la mer de Chine.

  6. MD dit :

     »La Russie n’a pas intérêt à se lancer dans une course aux armements stratégiques-tactiques/stratégiques  », certes.
    Mais c’est à Poutine à toute sa bande qu’il faudrait d’abord le dire. De toute façon, ils n’écouteront pas.

  7. Parabellum dit :

    Au lieu de geindre on ferait mieux d avoir nous aussi des missiles mobiles de différentes portées et de les montrer armes de têtes classiques et neutroniques…on n a pas grand chose non plus en anti aerien…et toujours pas de drone national ou meme européen inter continental…on est en fait pas arme face aux vraies menaces modernes…sauf les snle et encore IL en faudrait d autres…une toute autre vision est urgent car on pourrait avoir des surprises très désagréables venant du Sud si l Algérie devenait islamiste après bouteflika..ils ont des iskander selon certaines sources…nous on a été assez debile pour ferrailler le système hades à peine opérationnels…notre niaiserie et le manque de vision réaliste peuvent coûter cher helas…blitzgrieg contre ligne maginot incomplète..on en est la ?

    • Fred dit :

      @ Parabellum
      La France n’a pas aucun intérêt, ni trop les moyens, de se lancer dans une course aux armements, anti-missiles ICBM surtout, (cela n’a rien de misérable : c’est en relation au nombre de Français, de sa géographie, de son Histoire …).
      Sa doctrine du « faible vers le fort », sa menace de destruction – du moins totale, du moins cataclysmique – me parait en totale adéquation avec sa situation, et très satisfaisante.

  8. Arno dit :

    Ahah l’OTAN pour faire peur aux chinois, bien joué, pas sur que ca marche mais bon c’est l’illussion de l’union qui est efficace.
    Les US ont pléthore de bannerets bientôt équipés de F35, entre autres matériels, et tous ces gueux ont intérêt à bien suivre les consignes pour préparer la guerre à venir, ou la partie d’échec…
    Macron et son europe de la défense, même si je soutiens sur le fond et la forme sa démarche, fait un peu office de don quichotte dans ce big players game.