La DGA s’intéresse aux catapultes électro-magnétiques dans le cadre des études sur le futur porte-avions

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

77 contributions

  1. Bertrand dit :

    Excellente nouvelle.

  2. Bino dit :

    Mouais ça a l’air compliqué pour Trump peut être. Je suis pas expert de la question mais le principe me semble le même que pour faire un rail gun. On trouve pas mal de montage amateurs de ce type sur le net. Après bien sûr à ce niveau, c’est de l’électronique de puissance qu’il faut. Donc il faut des ingénieurs qui touchent un minimum. De mon point de vue, la vapeur me semble plus compliquée. Après que le premier exemplaire du système subisse des déboires, c’est pas étonnant.
    On doit avoir l’avantage de pouvoir régler finement la puissance et la vitesse de chaque catapultage indépendamment en plus de la puissance supérieure. Et sûrement aussi une cadence supérieure, ce qui n’est pas négligeable.

    • nexterience dit :

      Un rail gun, c’est un autre monde : les vitesses sont 20 a 30fois supérieures et la chaleur générée par les frottements incomparablement destructrice.
      Je ne comprend pas la difficulté technique d’une EMALS qui n’ est qu’une glissière motorisé par un électroaimant à accélération constante. Si quelqu’un a des infos là dessus…

  3. Alain d dit :

    @Laurent Lagneau
    Proposition :
    La DGA s’intéresse aux catapultes électro-magnétiques dans le cadre des études sur le (s) futur (s) porte-avions

  4. NRJ dit :

    Quel est l’intérêt concret des catapultes ? Si c’est juste sur la gestion des pics d’énergie, je doute que le prix et les retards liés à un tel programme en fasse un investissement rentable. C’est plus « technologique » et « innovant »,, c’est vrai, mais il y a un moment ou avoir un système pas cher et fonctionnel, c’est bien aussi…

    • nexterience dit :

      Avions préservés, gain de place en remplaçant les cuves vapeurs hautes pression par des gros condensateurs, simplification des circuits vapeur, indépendance techno…

    • John dit :

      Le mieux est d’attendre la mise au point américaine, et estimer à ce moment si c’est un bon investissement ou non !

    • Matthieu dit :

      Les pics d’énergie, la possibilité de catapulter des avions plus lourds et plus doucement (donc moins traumatisant pour leur structure), moins de place occupée dans le porte-avions.

      Après, peut-être que le jeu n’en vaut pas la chandelle, mais c’est à la DGA de faire l’évaluation.

    • Père Castor dit :

      Et bien… je vous laisse à votre vélo, votre cybercafé, votre 2CV, etc…

    • Jupiter dit :

      Justement, ce système pas cher et fonctionnel, c’est l’EMALS.
      La catapulte à vapeur a fait son temps. Elle ne permet pas de gérer finement la puissance, est très consommatrice en maintenance et en eau douce (denrée chère sur un bateau) et à une cadence de tir bien inférieure.
      Certes, les catapultes du Ford sont encore en rodage. Mais avec un nouveau PA qui arriverait en 2035, ces problèmes de jeunesses, inhérents à tout nouveau projet, seront derrière.
      Restera alors la technologie, qui est bien meilleure que la vapeur

    • Hermes dit :

      La souplesse d’emploi est bien supérieur sur les EM bien plus simple et rapide de gérer la puissance nécessaire sur la catapulte en fonction de la masse de l’appareil. Ce qui peut impliquer un rythme de décollage supérieur ce qui de facto augmente la puissance du GAN

    • WaterBoy dit :

      Un catapulte électromagnétique permet un contrôle total de la puissance et donc de l’accélération délivrée à l’avion.
      Cela permet d’éviter les chocs et donc d’augmenter a durée de vie des avions.

    • wagdoox dit :

      L’intérêt c’est de limité l’impact sur les structures, notamment les avions, ca veut dire qu’ils pourront être un peu plus léger, sur 30 ans ca fera une différence monstre sur la facture.
      Ca permet une fréquence plus importante.
      Bref que des avantages.
      Le temps que le PA soit prêt, ces catapultes le seront largement.

  5. HerNameIsKoko dit :

    On croise les doigts pour avoir 2 porte-avions.

    • alexandre dit :

      Conservons en un et encourageons nos concitoyens européens à en faire un ensemble, un porte avion moderne pour un pays comme la France c’est déjà un lourd investissement.

      • Posteur dit :

        Encore ces folies européennes ?
        .
        Les citoyens européens n’en n’ont rien à faire de votre second porte avion et n’en veulent pas,qu’est ce que vous voulez qu’ils en fassent ? Encore ces idées « d’équipage européens » qui ont été déjà démontés de multiples fois ?
        .
        *un porte avion moderne pour un pays comme la France c’est déjà un lourd investissement. ».
        .
        Et ben… qu’est ce que ça doit être pour les britanniques qui en ont deux ou les russes ou même les indiens,ils doivent être ruiner les pauvres..
        .
        A croire que seuls les EU ou la Chine peuvent s’en payer ou en faire.
        .
        Encore un européiste bêta ?

        • Hermes dit :

          Les 2 PA’s Brits les ont mis sur la paille, de plus leurs 2 PA ont coûté le prix du seul grand charles… Et la différence de prix n’a rien a voir avec leurs efficacité… Uniquement a la forme lowcost qu’un STOVL permet.

  6. galand dit :

    de toute façon il faudra bien s’y intéresser puisque les Etats Unis sont les seuls fabricants de catapultes pour porte avion et qu’ils semblent vouloir abandonner les catapultes à vapeur

    • Frédéric dit :

      Et la Chine teste aussi un EMALS pour ses futures porte-avions.

      • Ragiley dit :

        @ Frédéric
        Faudrait déjà qu’elle maîtrise la vapeur donc arrêter de donner des infos intox , en plus leur PA n’est t’il pas à rampe donc votre information c’est de la propagande et rien d’autre .
        Ensuite croire que la Chine peut tout ou à tout est une fausse idée , dernier exemple celui des transports lourds , tellement ils sont à la ramasse , ils ont été obligé de faire appel aux Ukrainiens ,pas de bol pour eux , les ukrainiens ont signés des accords avec Boeing , texas instrument et Lockheed .

        • Hannibal dit :

          @ Ragiley
          Vous n’êtes pas très au courant, alors avant de donner des leçons aux autres…
          Le 3e porte avions chinois en gestation sera du type CATOBAR, comme le dit Frédéric mais vous n’avez sans doute pas compris le sens du mot futur 🙂
          Encore un qui se précipite sur le clavier sans prendre le temps de lire correctement.
          Et qui sous-estime les Chinois, mais bon, c’est des jaunes, hein, donc ils ne peuvent pas être aussi bon que nous ! Quelle vision méprisable, on a bien vu ce que ça a donné avec le Japon.

        • Hermes dit :

          Aucun besoin de maîtriser la vapeur pour passer à l’emals…
          .
          L’emals est d’ailleurs probablement bien plus simple a développer aujourd’hui, le problème c’est l’application…
          .
          Bref avant de vous emballer il serait bien de comprendre un peu les sujets que vous abordez..

    • wagdoox dit :

      C’est pas une raison !
      Le dernier Nimitz doit être retirer en 2056 donc la vapeur a encore de belles années.

      • John dit :

        La puissance des catapultes électromagnétiques et potentiellement plus élevée, donc des avions plus lourds peuvent être embarqués.
        Et je pense que la partie la plus intéressante c’est de pouvoir gérer la force de manière plus régulière, et de permettre un décollage « plus doux ». J’imagine que c’est un confort pour le pilote (même si c’est pas le plus important). Mais surtout, ça permet de réduire les efforts sur la structure des appareil, et du train en particulier. Donc moins d’usure, moins de maintenance nécessaire, moins de problème de fatigue sur la structure qui fait face aux efforts de la catapulte et j’imagine que la durée opérationnelle ne peut être qu’améliorée.
        Le système prend moins de place, donc la taille du navire peut être réduit.
        Le PA n’est pas prévu pour demain,le mieux serait d’attendre que les Américains aient terminé la mise au point du système, de connaître les retours opérationnels, et de prendre une décision au moment où la décision de construire un nouveau PA est prise !

  7. ULYSSE dit :

    le problème n’est pas celui des catapultes , mais celui du choix tête baissée d’un nouveu porte-avions, qui ne sera pas mis en service avant 2030 au mieux et aura une dure de vie de 40 ans soit jusqu’en 2070.
    Ce choix est dimensionnant pour la Marine nationale (et le sucdcesseur du Rafale), tant en terme de budget , d’organisation, que de format, et pourtant aucune solution alternative n’a été étudiée.
    Demain, les drones , les missiles, l’intelligence artificielle, auront une place prégnante.
    Le PA est-il l’outil le plus adapté pour la France, sa politique de défense, sa politique étrangère?.
    Quelqu’un s’est-il posé véritablement la question, des études sur son rapport cout efficacité au regard des missions qui lui sont confiées ont-elles été réalisées?
    Quid des Arsenal ships et de l’usage des missiles de croisière?

    Une fois de plus les diktats de quelques uns s’imposent arbitrairement, pour satisfaire des prétentions ou des intérêts industriels.

    • Leum dit :

      Ton drône il faut bien l’ammener sur zone de guerre.

      Le PA permet l’action en indépendance.

      L’arsenal ship et le missile de croisière n’ont pas la souplesse opérationnel d’un avion, piloté ou non.

      Ce qu’il faut c’est armer normalement en fonction de leur tonnage nos destroyers qui ne disent pas leur nom comme le font les USA et la Chine, et se doter de deux groupes aéro-navales.

      On a l’argent pour le faire, mais faut décider de l’investir dans l’Armée et pas dans un ministère trou noir qui avalera l’argent sans jamais rien en faire pour améliorer la sécurité ou la vie de nos concitoyens et ne créera pas le moindre emploi…

    • Frédéric dit :

      Si tout les grandes puissances actuelles actuels et potentielles se lancent dans la mise en service de porte-aéronefs, c’est que cela n’est pas qu’une notion de prestige 🙂
      Les drones doivent bien décoller de quelques part je le rappelle, un porte avions peut embarqué plusieurs dizaines,.
      Les missiles ? On voit bien qu’il faut un guidage terminal sur des cibles mobiles rapides, un aéronef qui fait un rapport d’évaluation de l’attaque sera toujours également un plus.
      IA ? On embarque aussi des ordinateurs à bort d’un navire.

    • Vince dit :

      La PA est un totem. Personne n’osera y toucher et l’on continuera à s’y prosterner en lui sacrifiant moult budgets – et tant pis pour tout le reste (batismar, patmar, soumar, et tout ce qui fait une vraie Marine).

    • Jupiter dit :

      Vous oubliez un point important à mon avis: la politique
      Un porte avion est un outil autant politique que militaire.

    • Hermes dit :

      Les missiles de croisière et de facto des arsenal ship, sont 1. Bien moins polyvalent 2. Bien plus coûteux.
      .
      Vous avez un doute ? Regardez le nombre de SCALP utilisé et le nombre de GBU.. La France est typiquement le type de pays nécessitant un GAN. Pourquoi? Regardez donc la répartition géographique des territoires français, on peut pas y foutre une BA partout…
      .
      Être critique c’est nécessaire mais les données pour le justifier sont accessibles à tous et facilement analysable…
      Mais oui un GAN c’est extrêmement coûteux mais c’est également actuellement irremplaçable à moins d’avoir une flotte de drone chasseur bombardier avec un rayon global et une vitesse hypersonique.

    • Le sicaire dit :

      Bonjour,

      La France possède la deuxième zone économique exclusive du monde et n’a pas, aujourd’hui, la marine capable de la protéger. Quand sera-t-il demain ? C’est un choix stratégique, militaire et politique, qu’il convient de préparer aujourd’hui si on ne veut pas perdre cet avantage demain…

      Effectivement, un porte-avions en méditerranée, on peut s’en passer mais dans le pacifique ?

    • luc dit :

      Vous semblez être dans le secret des dieux, alors qu’eux même ne savent pas encore s’ils ont des secrets. Évidemment que tout ça est étudié. D’autres puissances militaires ont d’ailleurs décidé que des portes avions étaient très utile.

    • WaterBoy dit :

      Renseignez-vous avant de couiner, ces études existent. par exemple :
      https://pdfs.semanticscholar.org/017a/fef469263eb874d54d496aec3d4de7b87b12.pdf

      Les conclusions sont mitigées sur les solutions extrêmes (tout avion ou tout missile), et indiquent que sur les conflits longs, le couple avion+bombe est moins cher que le missile de croisière.

    • wagdoox dit :

      Encore cette vieille rengaine …
      ton arsenal ships, il détecte comment les cibles ? ah oui un avion.
      un missile de croisière coute très cher et n’est pas forcement proportionner.
      Tu refuses le PA pour un outil que même les USA ont trouvé trop cher au nom du rapport cout efficacité.
      Il faut environ 100 tonnes de bâtiments pour un silo à missile.
      En équivalence le CdG emporterait 400 missiles de croisières (X3 millions d’euro = 1,2 milliard et c’est deux fois plus que la réserve de MdCN qu’on a), on espéra donc que les terroristes sous équipés n’aient pas plus de 400 Toyota… qu’on ne saura pas détecté et encore moins viser sans avions, après on a plus de missiles il faut rentrer.

  8. wagdoox dit :

    Enfin ca devient un minimum tangible cette affaire

  9. Frégate dit :

    François Geleznikoff ne doit pas connaitre grand chose aux catapultes à vapeur car elles aussi ont un dispositif d’accumulation de l’énergie (des réservoirs) et le pic d’appel d’énergie n’est due qu’à la cadence des catapultages : si on veut la même cadence, il y aura les mêmes appels.

    Maintenant si l’on adopte un dispositif électromagnétique pourquoi le faire forcément rectiligne ? Ne peut-on lui donner un rail en forme de tremplin ? Ainsi on cumulera les avantages des catobar et des stobar

  10. précision dit :

    @Laurent Lagneau
    Est-ce que nos catapultes à vapeurs nécessitent actuellement de l’aide des Etats-Unis pour leur entretien ou leur production ?

  11. Lagaffe dit :

    Trump ne manqua pas de critiquer la complexité de ce nouveau dispositif. « C’est très compliqué. Il faut être Albert Einstein pour comprendre. […] Cela « coûte des centaines de millions de dollars et ce n’est pas bon », avait-il lancé, en mai 2017, avant d’estimer que l’US Navy devait revenir à « la foutue vapeur ».
    On pourrait croire à un gag d’humoriste mais il l’a vraiment dit !
    Si Trump doit « comprendre » comment marche un équipement militaire de pointe avant d’investir dans la recherche, l’armée américaine va revenir aux lance-pierres et aux chars à boeufs.

    • Yannus dit :

      Bonjour,
      De temps en temps, je suis un peu comme Trump.
      Quand on commence à me parler dans un langage technique que je ne comprends pas histoire de me montrer que je suis un peu concon sur les bord, alors je démontre que je suis franchement concon au milieu aussi.
      Là en l’occurence, Trump rappelle aux ingénieurs qu’ils peuvent se seigler la cervelle autant qu »ils le souhaitent avec l’argent du contribuable américain du moment que ça marche.
      Et là le problème n’est pas que Trump doive comprendre le principe de fonctionnement d’une catapulte EM , c’est que l’équipement de pointe en question ne marche pas justement.

      • Hermes dit :

        Les EMALS fonctionnent, elles rencontrent des difficultés pour être opérationnelle, mais fonctionnent lors des tests.
        .
        On est loin du mur en brique de josé avec sa trouel…
        .
        Le développement de l’EMAL est probablement bien plus important que celui du F35 sans bénéficier du budget qui va avec…

  12. Clavier dit :

    Si le Ford n’est pas encore sorti de l’auberge des essais …..C’est qu’il doit y avoir de sérieux problèmes avec le magnétisme de ses catapultes et c’est pareil pour les canons du Zumwalt
    et j’ai bien l’impression que les Américains veulent aller trop vite dans leur sauts de générations en générations et trébuchent allègrement ……
    et je n’ai rien dit sur le F-35…..

    • Hermes dit :

      Sur le railgun, on parle d’énergie autrement plus importante et de difficulté qui vont avec totalement différente, d’ailleurs le problème majeur des railguns à l’heure actuelle, se sont les matériaux..
      .
      L’énergie endommageant beaucoup trop les « rails » actuellement.

  13. Maxime dit :

    Ah ah ah un nouveau porte avion !
    Je répète :
    Ah ah ah un nouveau porte avion !

    Mais avec quelle argent ?

    • Françoise dit :

      @Maxime : Avec celui consacré à accueillir et soigner les clandestins d’une part. Avec celui consacré au retour de ce service national inutile d’autre part.

    • sirthie dit :

      @Maxime :

      « Ah ah ah un nouveau porte avion !
      Je répète :
      Ah ah ah un nouveau porte avion !

      Mais avec quelle argent ? »

      Celui du porte feuille 🙂

  14. Benjamin dit :

    Monsieur Lagneau, depuis sa refonte, le PA Charles de Gaulle est passé en « tout Rafale ». Cela veut dire que plus aucun appareil n’est catapulté avec une élingue. Les derniers appareils catapultés avec élingue (jetable) étaient les Super Etendard modernisés, retirés du service en 2017. Cordialement.

  15. petitjean dit :

    développons notre propre système et ne soyons pas encore dépendant des USA
    nous avons de très bons ingénieurs
    je me souviens d’un slogan en entreprise pour nos ingénieurs : « si on copie , on ne peut être numéro 1 . (mais on gagne du temps) Si on crée nous même nous pourrons être numéro 1 »
    avant, bien avant , on disait : « copier, c’est gagner »…..

    • Hannibal dit :

      @petitjean
      Il est aussi possible de copier pour apprendre et ensuite de développer ses propres projets grâce à l’expertise ainsi acquise….

  16. Chef Chaudard dit :

    La technologie est fiable, en tous cas: des trains électromagnétiques roulent de façon courante dans le monde.
    ça doit être la mise au point qui est plus compliquée, avec une accélération bien plus forte qu’avec un wagon et une consommation d’énergie brève, mais importante.

  17. Herve Lesage dit :

    Je comprend toujourd pas a quoi peut servir 1 seul porte avions?
    A moins de partir sur des conflits avec des pauses le temps de reviser le porte avions et revenir faire la deuxiemes mi temps?
    Je croit que dans l histoire sa c est jamais vu!
    Tant que nos cher responsable politique n aurons pas compris que 2 portes avions minimum est obligatoire si on veut vraiment avoir le dessus
    Pour la catapulte c est accessoir,je rappelerais que la marine a été la grande perdante il avais 2 porte avions et on aujourdhui plus 1 porte avions en sachant que sa maintenance handicape sont potentiel
    Mes j oubliais il faut faire l ena pour savoir q un porte avion suffit dans les conflits et surtout c est pas vendeur si on veut garder sont fauteuil???

  18. Gremlins dit :

    2 portes avions… Je crois que nous n’avons pas les moyens, humains, aérien et financier pour en avoir 2.

    – Humains car 2 portes avion c’est 2 GAN complet. Donc environ 7 navires (sans compté les sous marins) et pas des bateaux de pêches…

    – Aérien car il faut avoir au moins 60 RAFALES MAIRNES pour être logique, même si le réalisme tablerait plutôt sur 80 appareils. Quand on sais que l’armée de l’air aura en tout et pour tout environ 150 RAFALES … Ca devient GRAVE !!! A ce jour moins de 200 chasseurs dans l’armée de l’air alors que pendant que le CDG est en cale sèche toutes les missions aérienne sont confié à l’AA.

    – Et financier car … Faut il vraiment développer. Bercy choisie même à l’encontre du président de la république alors. La masse salariale sera ultra conséquente mais aussi dure à trouver. Car par les temps qui courts servir sur un PA ce n’est pas ce qui est le moins dangereux. Un gros rafio qui ne peut se soustraire à des missiles de dernière technologie et un élément de défense rapproché équipé de missile sous dimensionné et en nombre très très insuffisant… Ca peut vite couler.

    Personnellement j’aimerais bien 2 bons PA, pas trop gros mais agile, avec une flotte de 1er rang équipé avec beaucoup de missiles plus moderne (plus rapide principalement), mais avant ça j’aimerais une armée de l’air avec au bas mot 300 RAFALES F4 et l’armement qui va avec afin de ne pas avoir une chasse qui ressemble à un escadron américain mais bien à une armée nationale.

    • Royal Marine dit :

      Que de bêtises accumulées…
      Non, 2 PA ce n’est qu’un seul GAN, (toujours constitué par divers bateaux, à différentes périodes…
      De même, ce n’est qu’un seul GAé (Groupe aérien embarqué), et 1,5 équipage de PA… Ce qui est déjà le cas aujourd’hui. Votre argument humain et financier ne tient donc pas la route…
      Lorsque le PA est en cale sèche, les avions du GAé sont d’autant plus disponibles pour se taper les corvées non-assumées par l’AA dès qu’elle peut s’en affranchir: P.O. des weekends, ponts et jours fériés… Par exemple.
      La vulnérabilité des P.A. face aux nouveaux missiles n’est pas prouvée à ce jour. Nul doute que la défense antimissiles ne progresse rapidement! Vous en avez un bon exemple avec le S 400 Triumph, et bientôt S 500 du côté russe.Pourquoi ne serait ce pas pareil du côté occidental?
      La vulnérabilité des bases aériennes fixes, fussent elles louées à prix d’or à l’étranger, elle, est prouvée par contre, et depuis longtemps… Leur manque d’ubiquité est flagrant! Pas besoin d’une vive intelligence, ou d’une imagination délirante pour le comprendre…
      Pour ce qui est des 400 Rafales F4… Moi je voudrais 800 Rafales F5, cher Père Noël? 🙂 🙂 🙂

      • Gorille dit :

        Si vous voulez un PA supplémentaire pour en avoir un en mer toute l’année, il va bien falloir plus de frégates et un sous marin supplémentaire, on est déjà limite aujourd’hui alors je vois pas comment vous allez faire, sauf à compter sur des armées étrangères pour escorter le PA2.
        Et il a surtout raison sur le plan humain, on aura jamais les ressources nécessaires, sauf à sacrifier ailleurs, comme toujours.
        Les patrouilleurs outre mer servent tous les jours, le PA non. Il serait temps de redéfinir les priorités sur le terrain;

        • Posteur dit :

          @Gorille Encore un qui n’a toujours pas compris.
          .
          *Et il a surtout raison sur le plan humain, on aura jamais les ressources nécessaires, sauf à sacrifier ailleurs, comme toujours.*
          .
          Et bien pas grave.. on a l’habitude après tout et là on parle de la défense du pays et de ses ZEE donc je ne vois pas le problème,on va taper dans les salaires,primes des membres du gouvernements,Bercy,Députés,sénateurs et bien d’autres qui ne servent quant à eux pas à grand chose à part rester assis dans leurs fauteuils pour faire acte de présence. (quoique).
          .
          *Les patrouilleurs outre mer servent tous les jours, le PA non. Il serait temps de redéfinir les priorités sur le terrain;*
          .
          Mon dieu quel argumentation en béton armée,ha franchement,dure de faire mieux.
          .
          A ce rythme autant supprimé les chars de combats car les véhicules à roues sont plus utilises et opérationnels non ?
          .
          Pareil pour l’armée de l’air,qu’elle se passe de ses avions qui ne volent pas et qu’ils utilisent des hélicoptères « plus utiles ».
          .
          Sinon vos patrouilleurs à part surveiller des poissons ils font quoi ? (on peut allez loin comme ça).
          .
          Un porte avion permet d’avoir une capacité de projection (nécessaire à la France du aux interventions,ZEE,espace maritime),permet d’avoir un pouvoir politique,militaire dés qu’il entre dans une zone,on ne réagit pas de la même façon quant on voit un porte avion à une frégate,les deux n’ont pas la même « peur » ou influence ou capacité militaire qu’ils peuvent exercer.
          .
          Maintenant oui vous devriez faire tourner vos neurones pour redéfinir mentalement dans votre tête la véritable utilité d’un porte avion au lieu de comparé cela à un patrouilleur,sinon on peut aussi revenir au moyen âge ça reviendra moins chère et des chevaux de toute façon c’est plus écologique,économique et tout aussi rapide si on compte leurs capacités opérationnels non ?
          .
          Sans parler des bateaux à voiles qui eux ne sont pas limités en « carburants ».

          • Gorille dit :

            Et bien… C’est répondu poliment au moins, merci de l’effort.
            Les clichés ont la vie dur, vous ne faîtes pas grand chose pour effacer tout ça.

            « Et bien pas grave.. on a l’habitude après tout et là on parle de la défense du pays et de ses ZEE donc je ne vois pas le problème,on va taper dans les salaires,primes des membres du gouvernements,Bercy,Députés,sénateurs et bien d’autres qui ne servent quant à eux pas à grand chose à part rester assis dans leurs fauteuils pour faire acte de présence. (quoique). »

            D’accord, donc on va tout sacrifier au nom d’un porte avion et tant pis pour le reste, super, votre stratégie militaire est fantastique, incroyable.

            A ce rythme autant supprimé les chars de combats car les véhicules à roues sont plus utilises et opérationnels non ?
            .
            Pareil pour l’armée de l’air,qu’elle se passe de ses avions qui ne volent pas et qu’ils utilisent des hélicoptères « plus utiles ».
            .
            Sinon vos patrouilleurs à part surveiller des poissons ils font quoi ? (on peut allez loin comme ça).

            Et bien oui, la priorité, c’est pas de commander plus de chars actuellement. Je vois pas ce que ça d’incroyable.
            C’est bien beau, dans votre monde imaginaire, de placer l’armée en n°1 dans tous les budgets et de lui mettre 6 portes avions, 18 SNA et 500 chinook, dans le monde réel, il y a des priorités dans le budget de l’état et dans le budget de l’armée.
            Sinon mes patrouilleurs, ils protègent notre ZEE des pêcheurs étrangers qui viennent piller la zone.
            Et votre porte avion ? Il servira à quoi dans une guerre du pacifique, quand il mettra 30 jours à arriver et qu’il se fera dégommer par un sous marin à son arrivé ?

            « Un porte avion permet d’avoir une capacité de projection (nécessaire à la France du aux interventions,ZEE,espace maritime),permet d’avoir un pouvoir politique,militaire dés qu’il entre dans une zone,on ne réagit pas de la même façon quant on voit un porte avion à une frégate,les deux n’ont pas la même « peur » ou influence ou capacité militaire qu’ils peuvent exercer. »

            C’est pas un porte avion défensif, c’est un porte avion offensif.
            Restez humble et arrêtez de vouloir jouer les gendarmes du monde, à aller casser des pays qui n’ont rien fait.

            « Maintenant oui vous devriez faire tourner vos neurones pour redéfinir mentalement dans votre tête la véritable utilité d’un porte avion au lieu de comparé cela à un patrouilleur,sinon on peut aussi revenir au moyen âge ça reviendra moins chère et des chevaux de toute façon c’est plus écologique,économique et tout aussi rapide si on compte leurs capacités opérationnels non ? »

            Oui bien sûr, je pensais envahir la chine avec des patrouilleurs, merci de faire évoluer ma réflexion.

  19. Fralipolipi dit :

    Que ce soit via EMALS ou via catapultes Vapeur, si on veut augmenter les cadences de catapultage de notre PA (base actuelle), il faudra sans doute aussi rester sur une config avec chaudières nucléaires (!),
    car je ne crois pas qu’une propulsion conventionnelle pourra facilement permettre à notre futur PA de pédaler à 24 Nœuds (ou plus) tout en fournissant une énergie additionnelle très substantielle pour les catapultages à haute intensité … sauf à dévorer une place folle dans la coque = agrandissement et alourdissement nécessaire de la coque (= début de cercle vicieux).
    .
    Notons que la Chine, qui a déjà 2 PA officiellement à l’eau, investit également dans l’EMALS, et qu’en parallèle, elle a lancé cette année la construction de son premier bateau à propulsion nucléaire – un brise glace – afin d’apprendre aussi de ce côté là.
    https://www.meretmarine.com/fr/content/la-chine-va-construire-son-premier-batiment-propulsion-nucleaire
    A terme, son projet de synthèse est connu car déjà annoncé : un PAN avec catapultes (a priori plutôt Emals).
    Son 3ème PA sera-t-il nucléaire, ou sera-t-il encore un PA de transition ? C’est ici la dernière question ouverte.
    Pour le reste, l’objectif est clair pour la Chine : une marine à 6 PA minimum.
    … sachant que l’Inde a aussi son projet de nouveau PA (idem pour la Russie, mais sur une base plus petite), et sachant que le UK vient tout juste de rempiler avec 2 PA (certes VSTOL mais de très gros tonnage), il est difficile de comprendre ceux qui ne voient toujours pas l’intérêt d’un PA pour une grande puissance (?)…
    Et qu’on ne me dise pas que la France n’est plus une assez grande puissance pour disposer d’un ou 2 PA, car son PIB et sa population n’ont cessé de croitre depuis le Clémenceau et le Foch et même depuis le CDG, et les savoirs et capacités technos et industriels sont toujours bien là.
    Il ne s’agit que d’une problématique politique.

  20. Emmanuel dit :

    Mauvaise idée de refaire la meme erreur que pour le Charles de Gaulle.Lors de la 2 e guerre du golfe,le refus Français d’épauler les États-Unis en Irak a eu pour conséquence un embargo sur les approvisionnements en pièces détachées pour la catapulte qui est de facture Américaine… On a pas la technologie pour faire une catapulte française ?

    • Hermes dit :

      Ce n’est pas uen question de savoir faire, concrètement il serait parfaitement possible de faire ça souverainement.
      Concrètement, le coût que cela engendrerait (pour 2 ou 3 catapultes produites) serait abominable…
      A voir si les recherches l’ISL sur le railgun pourrait profiter et réduire les coûts de développement d’une catapulte, mais honnêtement ca serait de l’argent un peu jeté par la fenêtre..
      .
      Par contre clairement il faut sécuriser l’importation de ces dernières(Soit par renégociation, soit par un stockage de pièces important)

      • Posteur dit :

        « Concrètement, le coût que cela engendrerait (pour 2 ou 3 catapultes produites) serait abominable… ».
        .
        Toujours les mots pour faire peur n’est ce pas ? Chercher de la rentabilité à tout prix pour tout et n’importe quoi et on va finir par tout importer car « ça coûte moins chère ».
        .
        La souveraineté ça dit quelque chose à certains ?

        • Hermes dit :

          La souveraineté oui, mais le pragmatisme avant tout… Rappelez vous comment à tourner l’USSR.

  21. ScopeWizard dit :

    D’ après des recherches que j’ ai faites sur ce sujet il y a quelques semaines , le porte-avions à propulsion nucléaire Charles de Gaulle est équipé de deux réacteurs à eau pressurisée de type K15 à savoir les mêmes dont sont dotés les SNLE classe Triomphant et que l’on devrait retrouver également sur les nouveaux SNA Suffren ………
    Ces K15 qui développent une puissance de 150 MW sont au nombre de deux compte tenu de la masse du navire à propulser qui dépasse tout de même les 40.000 tonnes ( 27 nœuds ) , soit deux fois et demi de moins que les porte-avions géants américains de l’ US Navy classe Nimitz qui dépassent quant à eux les 100.000 tonnes ( plus de 30 nœuds ) et sont propulsés par deux réacteurs développant chacun 550 MW ; il se trouve que selon un grand nombre de marins et d’ observateurs cette puissance est à peine suffisante pour le porte-avions français .
    .
    C’ est ainsi que se pose la question de la propulsion du nouveau PA à savoir le dotera t-on trois réacteurs K15 ou faut-il en concevoir un de tout nouveau quitte à en installer deux à l’ instar du CdG ?
    Dans le premier cas , le problèmes est que trois K15 tiennent plus de place que deux et donc les dimensions du navire doivent être en rapport , il serait donc nettement plus grand et sans nul doute bien plus lourd …………….
    Dans le second cas , il y a beaucoup de chances que le développement d’ un nouveau réacteur coûte très cher , trop cher , et prenne du temps ……………….
    Donc l ’idée serait plutôt de s’ orienter vers un K15 + , seulement dans ce troisième cas , l’ augmentation de puissance risque très vite de se heurter à des limites vite atteintes ………………..
    Pourtant , en parallèle , il faudra aussi penser aux réacteurs des remplaçants de nos actuels SNLE classe Le Triomphant , les futurs SNLE-3G ……….
    .
    Quoi qu’ il en soit , ne perdons pas de vue que l’ un des enjeux cruciaux si l’ on veut maintenir à haut niveau nos compétences et notre savoir faire en matière de propulsion nucléaire consiste au moins à les conserver en l’ état voire à les accroître ……………
    Alors , faudra t-il revenir à de la propulsion classique à l’ instar des deux nouveaux porte-avions de la Royal Navy ?
    .
    Et c’ est encore compliquer un peu plus l’ équation déjà difficile à résoudre que d’ y rajouter la problématique des catapultes , la France ne construisant pas ce type d’ équipements pourtant indispensables à la mise en œuvre des avions de combat à partir du moment où l’ on choisit la conception CATOBAR ; en effet , les catapultes du CdG ont été achetées aux États-Unis et selon toute vraisemblance il en ira exactement de même concernant son successeur.
    Sauf que comme nous le constatons , l’US Navy est justement en train de délaisser la technologie des catapultes à vapeur au profit d’ une toute nouvelle génération de catapultes électromagnétiques à la fois plus souples et moins brutales pour les avions de la sorte sujets à moins de contraintes d’ ordre mécanique , des avions qui en théorie doivent moins souffrir lors des catapultages et ainsi accroître leur durée de vie encore du reste soumise à rude épreuve lors des appontages ……..
    Or , connaît-on seulement aujourd’hui avec précision le prix d’ achat , la puissance électrique nécessaire pour mettre en œuvre de telles catapultes de nouvelle génération ?
    Et c’ est clairement là que se niche la question des réacteurs nucléaires qui du coup prend toute son importance et s’ avère primordiale quand au choix de la propulsion du ou des nouveaux PA ………..…
    .
    Comment dans ces conditions estimer avec une relative précision le coût du ou des prochains PA d’ ores et déjà évalué entre 4 et 6 milliards d’ Euros ?
    .
    Alors , déjà pour commencer rétablissons quelques vérités : en dépit d’ une masse 2.6 fois supérieure et d’ une puissance de réacteur près de 4 fois supérieure , les porte-avions américains ne sont pas si supérieurs que l’ on pourrait le croire de prime abord à notre fleuron , en effet , selon certains connaisseurs du dossier parmi les mieux informés , les deux réacteurs K15 s’ avèrent en réalité plus que suffisants , simplement leur pleine puissance n’ a jamais pu être exploitée pour la bonne raison que la ligne propulsive , en gros ce qui reçoit la vapeur des réacteurs et pousse le navire , est sous-dimensionnée , de ce fait elle ne peut absorber la poussée que pourraient générer les réacteurs et ainsi transmettre toute la puissance exploitable …………..
    S’ ajoute à cela le fait qu’ environ 40% de la puissance des réacteurs est utilisée pour alimenter en énergie de nombreux systèmes autres que propulsion et catapultes : à savoir moteurs électriques, radars , chauffage , cuisine , appareils divers et réseau électrique domestique , c’ est à dire que le CdG peut tout juste compter sur 60% de la puissance des réacteurs en temps normal , environ 70% en cas de circonstances exceptionnelles , en poussant à 110% pendant quelques heures si nécessaire pour le propulser mais aussi catapulter ses avions ………..
    .
    Conclusion , et elle est rassurante , au vu des essais réalisés sur le CDG , il lui resterait entre 15 et 20% de puissance inutilisée ( rappelons le parce que non exploitable par la ligne propulsive ) .
    Par conséquent , la puissance de deux réacteurs K15 s’ avère donc suffisante s’ il s’ agit de propulser un bateau de 55 ou 60 000 tonnes , ce qui correspond à peu de choses près au tonnage des deux nouveaux PA de la Royal Navy ( Queen Elizabeth et Prince of Wales ) , cependant au-delà il est clair qu’ il faudra songer à « doper » ces bons vieux réacteurs K-15 ( conçus et réalisés par Technicatome au début des années 1980 afin d’ équiper les SNLE classe Le Triomphant , plus compacts que ceux de la classe Le Redoutable ) , d’ ici là nous disposons tout de même d’ une bonne marge de progression à condition bien évidemment de ne pas commettre les mêmes erreurs et de sous-dimensionner la ligne propulsive du successeur du Charles de Gaulle …………
    .
    Illustrations réacteurs K15 et PAN CdG :
    https://www.dissident-media.org/infonucleaire/propultion_nucleaire.jpg
    .
    https://imgfast.net/users/2913/33/99/84/album/propul18.gif
    .
    https://i38.servimg.com/u/f38/16/54/46/77/circui12.jpg
    .
    http://www.mai68.org/spip/IMG/gif/Porte-avions_charles-de-Gaulle.gif
    .
    http://www.maquetland.com/v2/images_articles/carac04(1).jpg
    .
    http://www.ffaa.net/ships/aircraft-carrier/charles-de-gaulle/images/cdg-000010.jpg
    .
    https://www.ouest-france.fr/sites/default/files/styles/image-640/public/2016/12/14/toulon-le-charles-de-gaulle-de-retour-pour-18-mois-de-renovation_0.jpg?itok=NORPVcsA
    .
    http://cols-bleus-fr.s3.amazonaws.com/1170_117.png
    .
    Comparaison catapulte à vapeur et catapulte électromagnétique :
    https://www.youtube.com/watch?v=_PYwhVDJ5N0
    .
    Catapultage de F/A-18 Super-Hornet à l’ aide de catapultes EM depuis le pont du tout nouveau Gerald Ford actuellement en essais :
    https://www.youtube.com/watch?v=6qahWEhrDfg
    .
    Catapultage de Rafale M à l’ aide de catapultes « traditionnelles » à vapeur depuis le pont d’ envol du Charles de Gaulle :
    https://www.youtube.com/watch?v=NfnQ5tSoFxo
    .
    That’s all folks ! 🙂

  22. Faublas dit :

    Ce qui m’interpelle est l’impact électromagnétique sur les avions. Les champs endommagent les mémoires et circuits, il suffit de poser un aimant sur un ord pour le savoir. Je sais que c’est blindé, mais je m’interroge.

    • John dit :

      Je présume que les avions et autres matériels militaires sont en général protégés de cela !
      Car le risque serait une arme électro-magnétique pour mettre hors-circuit tout ce qui contient de l’électronique ! Et les éléments sensibles sont placés dans des cages de Faraday qui les isole des perturbations externes !
      Cela est une nécessité depuis que l’électronique et le risque nucléaire se côtoient ! En effet, une attaque nucléaire crée une impulsion électromagnétique (nucléaire) de très forte amplitude sur une courte période.
      Bref, il y a des solutions qui peuvent isoler complétement le système qui induit la force, afin que les ondes électromagnétiques n’aient pas d’impact sur les avions !
      (Sinon ce projet n’aurait même pas été développé tellement c’est un problème évident)!

    • Hermes dit :

      Ca génère certes un champ, mais il n’est pas si problématique que ça, d’autant plus qu’entre avion et rails il y a plusieurs couche sans parler de l’isolation relative de l’appareil lui même.

  23. Tournicoti dit :

    Voici trois articles, qui se recouvrent quelque peu, apportant un bon éclairage sur les conséquences du choix des catapultes (puissance, longueurs, masse du porteur…etc.)
    http://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2016/10/propulsion-nucleaire-navale-du-porte.html
    http://lefauteuildecolbert.blogspot.com/2016/11/pan-3-et-pan-4-porte-avions-nucleaires.html
    https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/chaudieres-catapultes-enjeux-techniques-prochain-porte-avions-119230
    Un vrai choix stratégique!

    • ScopeWizard dit :

      @Tournicoti
      .
      Super ces liens !
      Oui , cela reprend plus ou moins ce que j’ avais trouvé et qui m’ a servi de base de compréhension du problème et surtout des enjeux ……….

  24. vrai_chasseur dit :

    Pour ceux que ça intéresse voici quelques infos.
    Le problème crucial du catapultage est la dépense instantanée d’énergie..qu’il faut donc impérativement stocker au préalable.
    Car un réacteur nucléaire K15 (ou même une chaudière classique) supportent très mal ces à-coups de demande de puissance. Dans le cas des réacteurs nucléaires ces à-coups peuvent même « empoisonner » le coeur par génération de matière fissile radioactive parasite.
    – Sur une catapulte vapeur (les PA français et US actuels ont la même catapulte C13-3, sauf que celles du CDG font 75m au lieu de 90m de long), on stocke l’énergie dans un grand réservoir de vapeur sous-pression constante (timbré à 45 bars). C’est lui qui envoie la vapeur dans les catapultes, les chaudières se contentant de le recharger progressivement en tant que de besoin.
    Sur une catapulte EMALS, c’est de l’énergie électrique qu’il faut stocker. Tout le monde (en fait, US et FR) s’oriente vers des volants d’inertie (« flywheels » en anglais), sorte de générateurs rotatifs que l’on fait tourner à grande vitesse avec de l’énergie électrique. L’énergie est donc « stockée » sous forme de mouvement rotatif. Au catapultage, on accouple une ‘dynamo’ (un cycloconvertisseur en fait) que le flywheel va faire tourner pour générer du courant.
    Les enjeux techniques ?
    – maîtriser d’abord la catapulte elle-même (contrairement au Rail Gun on n’envoie pas du courant tout le long, c’est trop cher en courant électrique, mais juste à l’endroit où se trouve le chariot tracteur durant son accélération donc il faut pouvoir suivre en permanence sa course et envoyer le courant là où il faut ce qui demande des technos extrêmement sophistiquées).
    – maîtriser les flywheels et leur rendement pour les rendre compatibles avec les caractéristiques énergétiques des réacteurs nucléaires : c’est là où se situent les enjeux essentiels. Il semble que les progrès récents faits par le constructeur US General Atomics en la matière sont significatifs.
    – Enfin, pour le catapultage, c’est la masse de l’aéronef qui prévaut, mais c’est surtout sa vitesse en bout de catapulte – elle doit être suffisante pour générer la portance aérodynamique. Et chaque avion a ses propres paramètres, on ne catapulte pas un Rafale comme un Hawkeye.
    Bref, pour faire du PA EMALS, il faut parfaitement maîtriser un ensemble de technologies rendues très complexes par l’énergie requise du fait de la masse des avions, en particulier les flywheels. Il faut en amont parfaitement maîtriser le bilan énergétique d’un catapultage, on ne « tire » pas impunément sur un réacteur nucléaire comme sur une titine de rallye sans risque grave… prime aux américains et à la France, les 2 seules nations qui ont acquis ce savoir-faire avec le catapultage vapeur. Et ces 2 nations partagent actuellement leurs avancées en la matière.

    • ScopeWizard dit :

      @vrai_chasseeur
      .
      Impeccable ! 🙂
      .
      Une petite question toutefois , lorsque vous dites :
      « Sur une catapulte EMALS, c’est de l’énergie électrique qu’il faut stocker. Tout le monde (en fait, US et FR) s’oriente vers des volants d’inertie (« flywheels » en anglais), sorte de générateurs rotatifs que l’on fait tourner à grande vitesse avec de l’énergie électrique. L’énergie est donc « stockée » sous forme de mouvement rotatif. Au catapultage, on accouple une ‘dynamo’ (un cycloconvertisseur en fait) que le flywheel va faire tourner pour générer du courant. »
      .
      Perso , j’ aurais plutôt employé le verbe « produire » plutôt que « stocker » ; en effet , je crois plus juste de parler de production puis de restitution d’ énergie surtout électrique , c’ est pourquoi je visualise assez mal cette histoire de stockage d’ autant plus que de toute façon il s’ agit avant tout d’ alimenter un tel système , un peu à l’ image de la batterie et de ses éléments aux réactions chimiques génératrices de courant , batterie qui se recharge grâce à l’ alternateur ……..
      Aussi , pourriez-vous préciser ce point ?
      Merci !

      • vrai_chasseur dit :

        @scope
        les ingénieurs utilisent le terme « stocker » pour dire « conserver » l’énergie électrique (ici, sous forme de mouvement mécanique rotatif avec une roue à inertie).
        Dans la pratique un Flywheel est entrainé en rotation par de l’énergie électrique (il se comporte donc comme un moteur électrique). Puis, lorsqu’on a besoin de cette énergie électrique, on le couple au cycloconvertisseur, qui va être entraîné par l’inertie rotative du Flywheel et produire l’énergie électrique nécessaire au catapultage (comme une génératrice).
        Le rendement est très performant, General Atomics annonce 89,7% pour ses Flywheels (on ne perd donc que 10% d’énergie, sous forme de frottements et d’échauffements des paliers). A comparer au 30% d’un moteur à essence d’une voiture…
        Ce chiffre indique qu’EMALS n’est plus du tout un rêve mais est très proche de la réalité opérationnelle … la DGA qui planche dessus avec les américains le sait parfaitement.

        Vous avez une analogie dans l’hydroélectricité : l’été, quand on a de l’énergie électrique disponible (personne ne se chauffe), EDF s’en sert pour pomper de l’eau en la remontant dans les lacs en amont des retenues des barrages. En la remontant ainsi, ils « stockent » de l’énergie sous forme d’eau en hauteur : l’hiver venu, on fait simplement couler cette eau dans les turbines des barrages hydroélectriques pour produire le surplus d’électricité. On a donc « stocké » de l’électricité estivale pour l’hiver.

    • Fralipolipi dit :

      Pensez-vous qu’une génération d’énergie (et propulsion) conventionnelle (comme celle des PA QE du UK) soit plus indiquée et adaptée que les chaudières nucléaires pour mettre en œuvre des catapultes EMALS, notamment en régime de haute intensité ?

      • vrai_chasseur dit :

        @fra
        Techniquement les deux sont possibles. Avec les mêmes contraintes : ne pas trop tirer sur la chaudière (ou le réacteur) pour stocker l’énergie nécessaire au catapultage EMALS. L’avantage d’un K15 nucléaire français actuel (au passage, il suffirait pour le nouveau PA français, avec les Flywheels de General Atomics…) est qu’il peut durer plus longtemps donc il est peut-être plus adapté à de la haute intensité.
        Ce qui veut dire aussi qu’en théorie le QE anglais a des chaudières suffisantes pour catapulter EMALS. Cependant il n’a pas le pont d’envol prévu pour cela, ce qui est une autre histoire. Ni les compétences des chauff », ces techniciens et ingénieurs énergéticiens embarqués que le monde entier nous envie. Charger le réservoir sous pressions d’une CATOBAR se faisait en effet avec une manette maniée au millimètre. Pas d’improvisation possible dans la chaîne énergétique.

        • ScopeWizard dit :

          @vrai_chasseur
          .
          Pensez-vous que ce choix anglais soit uniquement dû au fait que les britanniques ont choisi le F-35B et donc prévu leurs porte-avions en fonction ou ce choix a t-il été motivé par tout autre chose comme des contraintes techniques ou budgétaires voire les deux ?

  25. ScopeWizard dit :

    Il existe également du côté américain une autre innovation qui va de pair avec celles concernant le catapultage et les fameuses EMALS , innovation dont il faudra sans doute tenir compte dans un proche avenir , c’ est celle de l’ appontage à l’ aide d’ un tout nouveau dispositif , l’ AAG ou Advanced Arresting Gear , c’ est à dire via des brins d’ arrêt contrôlés différemment qui se règlent automatiquement en fonction du poids de l’ avion qui doit être stoppé s’ il ne veut pas finir sa course à la baille ………..
    .
    En fait , l’ AAG est un tout nouveau système d’ arrêt conçu autour d’ un moteur électrique , utilisant des turbines à eau « classiques » , ceci afin d’ absorber l’ énergie , turbines elles-mêmes couplées à un gros moteur à induction destiné à contrôler le plus précisément possible les diverses forces d’ arrêt exercées .
    Ce système permet donc la décélération d’ une large gamme d’ aéronefs pendant les opérations de récupération du porte-avions ainsi équipé , la possibilité de réduire les effectifs et la maintenance tout en offrant des marges de fiabilité comme de sécurité plus élevées .
    .
    Pour mieux comprendre en visualisant ce dont il s’ agit plus précisément :
    http://www.ga.com/websites/ga/photogallery/5323648/aag2.jpg
    .
    Attention , les liens Wikipedia sont « fragiles » ………… donc essayez de sauvegarder celui-ci …………..
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/5/5c/Advance_Arresting_Gear_for_US_Navy_CVN78_Ford_Carriers.jpg/1200px-Advance_Arresting_Gear_for_US_Navy_CVN78_Ford_Carriers.jpg
    .
    https://news.usni.org/wp-content/uploads/2015/03/aag.jpg
    .
    http://www.ga.com/Websites/ga/PhotoGallery/5323648/AAG-system.jpg?04134
    .
    http://www.navair.navy.mil/img/uploads/AAG.JPG
    .
    http://www.gannett-cdn.com/-mm-/7626b137a8dc1cbe98d475cbfed6a23b6d978687/c=12-0-697-515&r=x383&c=540×380/local/-/media/2015/01/02/DefenseNews/DefenseNews/635558131063641406-DFN-WEB-DFN-Advanced-Arresting-Gear-010514.jpg
    .
    Démonstration :
    https://www.youtube.com/watch?v=yLNkfDhMcZ0
    .
    Fonctionnement d’ un système « traditionnel » :
    https://www.youtube.com/watch?v=diMmXyaUJOk
    .
    https://www.youtube.com/watch?v=KNDey1HOOVw
    .
    https://www.youtube.com/watch?v=2tLs9k6Is3Q
    .
    That’s all folks ! 🙂