Les États-Unis vont « très significativement » augmenter leur contribution à la force anti-jihadiste du G5 Sahel

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

28 contributions

  1. Fred dit :

    Le terrorisme est comme une maladie: Il ne suffit pas de combattre les symptomes, il faut s’attaquer à la cause même. Comment faire? Cela passe, je pense, par le développement économique.
    Facile à dire mais quasi impossible en réalité. Une alternative est d’être ultra-répressif. De nouveau, c’est quasi impossible pour les démocraties.

    • Stoltenberg dit :

      Fred : Tenter d’expliquer ce genre de problèmes avec des théories purement économiques est contre-productif. Il faudrait plutôt mettre en place des structures au pouvoir avec des moyens de renseignement et d’infiltration efficaces.

      • Auguste dit :

        Vous pouvez infiltrer et réprimer tant que vous voulez,il arrive un moment ou les gens qui crèvent de faim,qu’on empêche de vivre,finissent par ne plus supporter.Si en plus l’étranger s’en mêle et en profite…..Chez nous,sans parler des guerres, on a connu Budapest,Prague,Irlande du Nord,Varsovie,sans la faim.

        • Stoltenberg dit :

          Les Lybiens sous Khadafi étaient-ils plus riches qu’aujourd’hui ? Pareil pour les Irakiens sous Saddam ? Et tous ces islamistes en Europe ? Crèvent-ils la dalle ?

    • Castel dit :

      Le problème des démocraties, c’est que l’aide économique qu’elle veut apporter à ces pays se heurte au fait que , dans la plus-part des cas, les pays en question sont eux-mêmes rarement des véritables démocraties au sens ou nous l’entendons dans les pays développés.
      Et en fait, l’aide en question est souvent détournée par leurs dirigeants, ou alors se perd dans les méandres de la bureaucratie locale……
      Donc, elle arrive rarement vers ceux à qui elle était destinée…..
      Et bien sûr, si l’on exige des justifications sur l’emploi de ces fonds, l’on entend tout de suite parler  » d’ingérence », de « souveraineté Nationale », ou même de « néo colonialisme », bref, tout de suite les grands mots, pour, à l’arrivée toujours les mêmes effets !!

    • Fabien dit :

      @ Fred
      On peut aussi travailler avec les gouvernements ben place, même si la corruption est une constante, pour rétablir avec eux, chez eux, l’état de droit.
      .
      La faillite des usa en Afpak et Syrak n’est pas une fatalité.

    • Auguste dit :

      Le dernier message envoyé aux troupes par le Général Lecointre, laisse penser qu’on se dirige vers la deuxième solution. »Le respect des droits fondamentaux ne doit pas rendre impossible la tâche des Armées,confrontées à la surabondance des normes civiles,nationales,européennes et internationales ».

    • wagdoox dit :

      Le développement économique n’a rien à voir dans l’affaire, il suffit de voir que les terroristes d’AL Qaida étaient tous diplômés.
      Il faut le temps de la guerre arrêter de faire la différence entre allemand et nazi…
      et à l’époque on était déjà en démocratie (beaucoup plus qu’aujourd’hui).

    • Arno dit :

      Mouais..
      Ca doit faire faire 30 ans, depuis que j’ai une conscience critique 🙂 que j’entends dire qu’avec du développement économique on résout tous les problèmes.
      Forcément si vous arrosez de bonnes victuailles tout le monde, tout le monde il est content, du pain et des jeux..etc

      Mais il y a rarement assez pour tout le monde, et même gavés jusqu’à la gorge vous trouverez toujours des mécontents, non le pain et les jeux c’est pas toujours la panacée.

    • librexp dit :

      @Fred
      Que pensez-vous de l’aide démocratique voire humanitaire apportée à la Libye pour sauver son peuple d’un massacre qualifié de très probable ?
      Pour votre information, la Libye n’est pas un pays pauvre, aidait économiquement les pays voisins et employait de centaines de milliers de leur ressortissants

    • NRJ dit :

      @Fred
      Vouloir éradiquer le terrorisme est voué à l’échec. Depuis la guerre froide les USA sont la première nation militaire au monde et tout le monde, en particuliers les terroristes, ont compris qu’il était impossible de gagner contre eux. C’est la raison pour laquelle ils font du terrorisme. C’est l’arme du pauvre.

      Par ailleurs, une autre chose qu’on semble oublier est qu’un monde sans guerre est impossible. C’est triste, mais il faut vivre avec les guerres.

      Une dernière erreur qu’on a fait (et qu’on fait encore) est de croire que la démocratie et l’ouverture du monde serait germe de paix et de prospérité. L’Irak a montré le contraire pendant l’invasion américaine et avec l’EIIL. Une milice complètement internationale dans ses membres et son matériel (pickup japonais, fusil russe etc…) mais complètement opposée à l’ouverture et à la tolérance ainsi qu’a la société de consommation actuelle (même les cigarettes étaient interdites). Le fait que les miliciens de Daesh soit des gens initialement normaux montrent la limite de notre modèle de société.

      En France même, l’ouverture du monde est facteur d’instabilité future: les immigrés se communautarisent, refusent de s’intégrer (pour rappel une majorité de musulmans qui est une religion d’immigration n’est pas intégré, et 28% des musulmans veulent un régime islamique). Par opposition, les français -mais c’est le cas dans tout l’occident- se radicalisent et votent FN, chose impossible il y a 20 ans.

      La libéralisation voulue par des élites qui ne se reconnaissent plus en un pays particuliers (je le sais, j’ai vécu parmi ces élites) voit l’opposition de plus en plus vive des couches populaires en recherche de valeurs et d’être perçu autrement que comme des consommateurs mouton. Cette opposition est présente dans tout l’occident. Ainsi, les électeurs qui ont élu Trump sont parmi les couches populaires des états comme la Pennsylvanie ou l’Ohio ou les gens voient leur train de vie baisser, là ou Clinton (plus acceptée que Trump parmi les élites de la presse et de l’industrie qui voient forcement d’un mauvais oeil les sanctions économiques) a eu pour elle les états les plus riches comme l’état de New-York ou la Californie.
      Un article intéressant : https://www.google.com/amp/m.leparisien.fr/amp/election-presidentielle-americaine/interactif-ces-etats-ou-hillary-clinton-a-perdu-l-election-09-11-2016-6306717.php
      Je vous invite également à lire l’express de 2015 après les Européennes ou l’on montre clairement que l’austérité des régions fait augmenter le vote FN.

    • tschok dit :

      @Fred,
      .
      Je ne sais pas. Si je file la métaphore de la maladie, le terrorisme me fait penser (il y a une pub sur l’écran, en même temps, faut dire…) aux problèmes de la prostate chez les hommes: laisser pisser mais faire gaffe quand même.
      .
      Il faut être à l’écoute des petits signes. Les prodromes des emmerdements immenses. Donc l’idée qu’en prenant les choses à temps on peut s’éviter de graves déconvenues.
      .
      C’est là qu’apparaissent les divergences, en général. On n’a pas tous la même interprétation des signes et on en tire pas tous les mêmes conséquences.
      .
      Maintenant, il faut être clair: le terrorisme est une guerre non-désirée, ce en quoi elle a les mêmes aspects que la maladie, qu’en général on ne désire pas. Alors qu’on désire la guerre, même si on fait semblant de croire le contraire, par éducation.
      .
      La clé, il me semble, est de bien comprendre que les patients sont dans le même état que les agents infectieux: les terroristes sont dans le même état que les gens qu’ils vont terroriser, à peu près fous à lier, les uns et les autres. Quand les terroristes ne sont pas dans le même état que leurs victimes, c’est une guerre conventionnelle: un groupe A agresse un groupe B pour diverses raisons, le plus souvent pour remplir sa gamelle. Routine de l’histoire, on sait gérer, malgré les flots de sang et de malheurs.
      .
      Dans le terrorisme, il a une dimension pathologique, mais du côté des victimes aussi. Pas seulement du côté des agents infectieux. En fait, pour le dire plus simplement, le terrorisme est une symbiose pathologique: un système collaboratif entre deux pathologies, celle de l’agresseur et celle de sa victime qui, à un moment donné de l’histoire, se complètent l’une l’autre.
      .
      La question centrale est alors de savoir ce qui va se produire durant l’échange: comment les deux vont échanger leurs pathologies respectives, mais aussi leurs antidotes.
      .
      Aujourd’hui, les réflexions vont plutôt dans ce sens-là. Mais j’ai cru comprendre en vous lisant que votre idée de départ était plus classique: manichéenne. Vous vous rangez dans le camp du Bien et, évidemment, le terrorisme c’est mal. Donc, maladie: vous vous posez comme une organisme sain dans un monde malade dont le terrorisme est l’un des agents infectieux. Aucun reproche. Mais quand on regarde le truc de plus près on observe plus des logiques symbiotiques qui compliquent et complexifient les choses.
      .
      Ca veut pas dire que le truc va être moins violent ou cruel, je ne vous revends pas une approche bisounours new age en vous disant que Mère Gaya est notre amie et que la symbiose rend pote tout ce qui vit sur Terre. C’est même tout le contraire. C’est justement parce qu’il y a des entrelacements que les déchirures font plus mal.
      .
      On regrette le manichéisme, n’est-ce pas?

    • nsosia dit :

      impossible n est pas africain. on peut le prendre au bon ou au mauvais sens.
      exemple du bon sens:
      http://www.presimetre.bf = le tableau de bord qui mesure le taux d achevement des engagements du programme du president elu!

  2. Stoltenberg dit :

    Je me demande ce que vont dire trolls anti-américains. Indépendamment du sujet, ils trouvent toujours 1000 raisons pour critiquer les USA.

  3. Thaurac dit :

    « par le développement économique. »
    On a tout essayé en afrique! tu envoies 10 € d’aide (n’importe laquelle) au fianl il n’arrive que 10 cent!!
    J’ai aimé la question de macron au sujet du pognon débloqué pour st martin, et les gueules des élus locaux à la question , car manifestement, il en manquait à l’arrivée sur le concret….
    Chacun prend son écot, c’est une honte
    tu as des offres d’emploi de commerciaux ou responsables de ci de là, sur le net, émanant d’ong, d’assos d’aide pour la faim, et tout ce que tu veux , je te dis pas les salaires et avantages, tu peux en filer des biftons à ce genre de truc, d’abord le salaire et les frais , ensuite s’il en reste, on verra…

  4. B21raider dit :

    quand on a besoin d’aide on fait appel a qui ?
    Et dire qu’il y a des personnes qui sur ce blog vantent sans arrêt la supériorité du matériel français, pourquoi alors y a t-il besoin de faire appel aux US ?

    • Carin dit :

      Peut-être parce que les US ont promis une certaine somme d’argent qui n’est toujours pas débloquée?
      Peut-être aussi parce que le tout petit pays qu’est la France à 4000 bonhommes et leurs matos qui guerroient sur place aux frais du contribuable?
      Et peut-être aussi parce que le reste des pays d’europe présent sur place le sont aux frais de l’ONU et se contentent de faire de la formation?

    • Céphée dit :

      Parce que ce n’est pas une question de matériels, mais de moyens.

    • ji_louis dit :

      Parce que la France (et les européens en général) a une armée et des ressources à doses homéopathiques quand les USA y investissent massivement et comblent les manques de leurs alliés (en râlant).

    • Fabien dit :

      Pour la seule chose de puissant chez eux: le dollars.

    • Censuros dit :

      @B21raider
      Vous confondez qualité et quantité. Il vous aura peut-être échappé que la France ne peut avoir le budget pour ses armées que celui des U.S.A..
      Mais le troll que vous êtes n’en a probablement cure.

    • Christophe dit :

      B21RAIDER
      Complètement hors-sujet ta réponse. Ou tu voie que l on parle de matériel? La on parle de financement, d’argent, $, €……plus exactement de 423 millions qu il manquerait.

    • FredericA dit :

      Euh… Vous avez réellement lu l’article avant de faire votre commentaire ?
      .
      A l’évidence non car il traite de la contribution financière des US au G5 Sahel, organisation qui comprend les pays suivants : Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad. On parle donc du POGNON que nécessite la mise en oeuvre d’une force armée coalisée.

  5. Auguste dit :

    Ils n’ont pas parlé que du Sahel.On a parlé aussi de « Scalp »,entre autres, et des composants américains qui nous empêchent de les vendre à certains pays.Et là ça coince un peu.

  6. Arno dit :

    Comme relevé plus haut, c’est toujours vers les mêmes qu’on se tourne, la puissance militaire US est omnipotente et n’a pas d’équivalent en europe, mais attention ils feront payer d’une manière ou d’une autre la sous-traitance du traitement des menaces contre nos sociétés opulentes et un peu molles, je dis un peu parce que nous autres Français on va quand même au charbon là-bas, la solidarité de nos voisins européens est toute relative, par contre je vous mets un billet qu’ils iront se prosterner devant le sauveur US dés que le feu d’artifice sera terminé.

  7. Christine dit :

    Y-a-t’il des officiers français détachés au sein du PC du G5 Sahel ?

  8. werf dit :

    Les retraites des hauts fonctionnaires, y compris des militaires de haut rang, sont si faibles en Afrique, quand elles existent et qu’elle sont payées, qu’il faut « arroser » bien avant l’âge de la retraite. Les américains savent le faire, j’ai vu cela… Les français ne peuvent pas le faire (règles juridiques strictes) sauf à utiliser des fonds spéciaux du Premier ministre en liaison avec la DGSE… La constitution de la force et de son état major opérationnel sont donc pas pour demain ni même pour après demain d’autant que les états n’accepteront pas d’être « traités » de manière différente. En outre, la solde des soldats est misérable dans la plupart de ces pays, sans parler des retards de paiement….Le « transit » des fonds conduit donc à des « fuites » en ligne….