Les talibans tentent de s’emparer de la capitale de la province de Farah, dans l’ouest de l’Afghanistan

L’an passé, le mouvement taleb afghans n’a pas cherché à prendre le contrôle d’une capitale provinciale, même provisoirement, comme il le fit à Kunduz [nord] et à Lashkar Gah [sud], l’objectif de son offensive de printemps, appelée « Mansouri », étant de consolider ses gains territoriaux tout en continuant à s’en prendre aux forces étrangères et locales.

Cette année, et alors qu’ils viennent de lancer l’offensive « Al Khandaq », les talibans ont repris le mode d’action qu’ils avaient suspendu. Dans la nuit du 14 au 15 mai, ils ont en effet attaqué Farah, la capitale de la province du même nom située dans l’ouest de l’Afghanistan. Et cela fait craindre que d’autres villes, également menacées en 2016, comme Lashkar Gah, Kunduz, Tarin Kot et Pul-i-Khumri soient leurs prochains objectifs.

Visiblement, les talibans ont rapidement progressé. Selon Mohammad Sarwar Osmani, un député de Farah, des « combats sont en cours dans la ville ». Les insurgés « ont pris le contrôle de certains bâtiments gouvernementaux », a-t-il ajouté.

Sur les réseaux sociaux, le mouvement taleb a diffusé des vidéos et des photographies montrant des armes et des véhicules qu’il a pris aux forces afghanes. A priori, il a aussi fait des prisonniers.

Cette attaque a été lancée alors que les combats entre les talibans et les forces afghanes s’étaient intensifiés depuis plusieurs semaines dans la région de Farah, notamment après l’envoi, par le mouvement taleb, de renforts depuis la province de Helmand.

Ainsi, en février, dans le district de Bala Buluk, un assaut nocturne contre une base de l’armée [ANA] fit 20 morts parmi les soldats afghans. Et, le 10 mai, au moins 32 policiers et 9 soldats ont été tués lors de l’attaque de leurs positions dans le même secteur. En outre, les talibans contrôleraient 3 des 11 districts que compte la province de Farah.

En 2017, la mission Resolute Support, de l’Otan, y avait envoyé 200 militaires italiens pour « conseiller, sécuriser et réapprovisionner » les forces afghanes, après que les taliban tentèrent d’encercler Farah en coupant ses voies d’accès. La situation avaient été rétablies après l’envoi de renforts et des frappes aériennes américaines.

Il est difficile d’avoir une idée précise de la situation. À Kaboul, les ministères de la Défense et de l’Intérieur ont annoncé le déploiement de forces spéciales à Farah quand la mission Resolute Support a assuré que la ville était encore sous le contrôle du gouvernement afghan. Et de préciser que des avions d’attaque A-10 Warthog ont été engagés pour repousser l’offensive talibane.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de Olivier

    • de giat

      • de Clément

  2. de Clavier

    • de giat

      • de Clavier

  3. de jyb

    • de jyb

  4. de jyb

    • de nt que le pakistan oeuvre en coulisse pour eux, ils pourriront la vie de ce pays.

      • de jyb

  5. de Thernisien Jean Philippe

  6. de Arnaud

  7. de Thernisien Jean Philippe