Deux militaires de la base aérienne de Nancy-Ochey victimes d’un accident d’avion léger de tourisme

Le 11 mai au soir, un avion léger de type Rutan VariEze s’est écrasé dans un prés de la commune de Laneuvelotte [Meuthe-et-Moselle]. A priori, et selon les témoins, l’appareil aurait perdu une aile avant de piquer brusquement vers le sol. Puis il a ensuite pris feu, ne laissant aucune chance à son pilote et à son passager.

Ce scénario a été confirmé le 13 mai par le procureur de la République de Nancy, François Pérain. « Des premiers éléments de l’enquête et notamment des témoignages, il ressort qu’un morceau d’une aile se serait détaché et aurait eu pour effet de déséquilibrer l’avion dont le pilote aurait perdu la maîtrise », a-t-il en effet précisé, via un communiqué.

Cette piste est d’autant plus privilégiée qu’un morceau de l’aile manquant a pu être retrouvé grâce à un drone.

Dans un premier temps, l’identité des occupants du Rutan VariEze n’était pas connue dans la mesure où cet appareil avait plusieurs propriétaires et qu’il n’appartenait pas à l’aéroclub implanté sur l’aérodrome d’Essey-lès-Nancy, d’où il avait décollé.

Finalement, grâce aux véhicules retrouvés devant le hangar de l’aérodrome, les enquêteurs ont pu identifier les deux victimes. Ainsi, selon le procureur, il s’agit de « Thomas C, pilote de chasse à la BA 133 et Paul G., militaire également dans cette même base. »

D’après l’Est Républicain, Paul G. serait un officier de renseignement. Il aurait acquis le Rutan VariEze en commun avec Thomas S auprès d’un retraité de la région de Dijon.

Le procureur a dit également envisager l’ouverture d’une information judiciaire et de « demander au juge d’instruction qui sera désigné d’ordonner une expertise » afin de comprendre pourquoi le Rutan VariEze a perdu une partie de l’une de ses ailes.

Le Rutan VariEze est un avion « canard », construit avec des matériaux composites. L’une de ses particularités est qu’il est livré en pièce détachée, son acheteur ayant le soin de l’assembler. Propulsé par un moteur Volkswagen 4 cylindres à plat de 100 ch, il peut voler à la vitesse maximale de 340 km/h (290 km/h en régime de croisière)

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de ScopeWizard

    • de heaume44

  2. de Hermes

  3. de Robert

    • de lym

    • de EchoDelta

    • de LeSud

    • de Céphée

  4. de Robert

  5. de Sempre en Davant

    • de Alex

      • de Alex

    • de Céphée

  6. de GuillaumeTell

  7. de lechavenois

    • de ScopeWizard

      • de lechavenois

        • de ScopeWizard

    • de DianeChasseresse

  8. de Wrecker 47