Quels sont les enjeux de la future Loi de programmation militaire pour les forces spéciales?

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

63 contributions

  1. Parabellum dit :

    Tres inquiétante mauvaise qualité des Renault trucks …et le successeur du Vab n est pas très bien parti un gros machin …très haut lourd et mal voyant si il n y pas plus de moyens de vision latérale et arrière…us afd a raison quant à la multiplicité des conflits possibles et donc qu on doit avoir une armee complète ou renoncer à certaines missions…les lois programme ne sont jamais respectées avec toujours des gels ou des réformes au milieu sans parler des lenteurs techniques…il faut aussi penser à autre chose qu a la bss et en gros a l asymétrique…missiles de toutes portées robots frappe lointaine protection des Zee etc …une autre defense est à imaginer que le pauvre rattrapage de nos manques criants…et le service macron va plomber les budgets pour un résultat très discutable militairement…

    • S.B-Seguin dit :

      La responsabilité du retour de la première série des PLFS est aussi bien celle de la DGA que de RTD.
      Il y eut un réel manque de coordination et de communication ou de suivi, entre les deux entités pour en arriver à ce résultat qui n’est pas non-plus insurmontable.
      Mais ça reste encore des retards dû à des erreurs de calcul d’un véhicule qui fini surchargé par rapport à sa capacité initiale.
      .
      Le VBMR Griffon compte certes 3 ouvertures de moins que le VAB, mais offre globalement la même visibilité que le VAB pour ses passagers, voire même meilleure pour son équipage.

      • 6G dit :

        Attendons d’apprécier sa mise en oeuvre et son efficacité. A un coût unitaire de 1,3 M€ pour le GRIFFON, la DGA, la STAT et les industriels ne peuvent commettre d’erreur. Sinon, …………………

    • felipe dit :

      le successeur du VAB est un gros machin parce que la fonction protection est devenu un enjeu politique dans une société qui n’accepte pas qu’on puisse mourir pour elle. elle ne veut même pas entendre qu’on tue pour elle.
      le VAB est un engin utile en ce sens qu’il possède un rapport coût/performance: employabilité hors normes. son successeur n’est ni plus ni moins qu’un VAB de 2017 avec les critères de 2017. en parcourant les produits comparables , ils sont tous dans ce périmètre, même les russes alourdissent et complexifient leurs blindés.
      si les lois de programmation ne sont pas respectées, c’est parce que la vision financière de la politique française est, à l’instar des financiers des grandes entreprises, dans le court terme et la chasse aux économies. or la construction d’une armée s’inscrit dans le long terme, ce qui suppose une véritable stratégie face à une menace identifiée. on la pressent mais elle n’a pas de nationalité

      • Parabellum dit :

        Quand on va vraiment au combat on voit arriver les crash programmes les urgences opérationnelles efficaces…nous on avait eu les sig sauer au liban …autre temps ou on était très peu protège…je crois surtout maintenant qu il faut développer les robots de combat comme les uran 9 russes et la puissance de feu longue portée si on veut épargner la vie du fantassin…les blindages dès griffon résistent ils à des rpg améliorés et à du 14 mm? Esperons vu le prix…

      • S.B-Seguin dit :

        Bonjour monsieur felipe,
        allez dire aux amputés ou autres handicapés à vie ainsi qu’aux familles de victimes, que la protection des véhicules face aux IED n’est qu’un « enjeu politique ».

        • felipe dit :

          je n’ai pas dit cela, je veux seulement souligner que le facteur protection est devenu majeur (car il est plus difficile d’xpliquer pourquoi nous faisons la guerre en 2018). il implique de fait des coûts dans la conception des sytèmes d’armes.
          le VBMR est bien le un VAB auquel ce facteur protection – et donc le coût-
          explique qu’il coute 1.3 millions d’euros et plus 300000 euros comme son prédecesseur.
          si vous n’expliquez pas à nos hommes politique que faire la guerre suppose d’accepter de tuer et d’être tué, ils ne comprennent pas pourquoi il faut autant investir. quand vous leur dites qu’ils sont redevables de la protection de leurs soldats, il acceptent ce prix car il en mesurent l’impact politique. un politique doit dire pourquoi nous avons des morts et nos chefs militaires doivent expliquer comment ils sont morts.
          fonction protection est devenu un enjeu politique parce que nous sommes entrés dans une ère où le combat, et ses risques, n’est plus admis comme l’aboutissement d’un acte politique mais comme un « super » accident du travail. dans un monde hyper médiatisé, le miliaire devient une victime. et l’opinion attend du politique une protection totale même à la guerre, ce qui est un contresens en soi.
          or la réalité de la guerre ne peut vous garantir une protection totale . mais une protection optimale.

          • S.B-Seguin dit :

            Ça n’enlève rien au désir légitime de réduire les risques, comme en adoptant des MRAP ou des PLFS et VLFS, également plus protégés contre les IED qui auront fait de nombreuses victimes françaises de l’Afghanistan â la BSS.

          • felipe dit :

            deux aspects à votre remarques en rappelant une fois encore que je ne remets pas en question les efforts de protection. seulement pour dire que le passage de300000 euros à 1.3 M euros se justifie notamment par la préoccupation protéger ses soldats autant que possible.
            quant à la pertinence des MRAP et autres PLFS? il ne faut pas se tromper de guerre. le MRAP est parfait pour de la COIN ou du C. TERRO, quand nous intervenons en stabilisation au milieu de la population et que les menaces sont asymétriques. ces matériels sont complètement inadaptés au combat de coercition. il n’a échappé à personne que les USA ont remisé leur 3000 MRAP encore en état dès lors qu’il s’agit d’un combat face à un ennemi structuré.
            le vrai débat est de disposer d’un véhicule -en l’occurence median- qui reponde aux deux cas de figure, pour maintenant et pour dans 20 ans : le VBMR, avec là aussi des coûts plus élevés.

  2. tartempion dit :

    Ces généraux au torse plein de médailles dont aucun ne peut se vanter d’avoir remporté la moindre bataille dont la plupart n’ont jamais tenu une arme en dehors d’une cérémonie auront finalement convaincu le président Macron , les politiciens et les journalistes parisiens majoritairement ignares des questions de défense qu’une armée repose sur quelques unités photogéniques de forces spéciales. On peut dés lors se poser la question de notre capacité militaire face à une armée conventionnelle vu qu’au Mali nous piétinons face à quelques hurluberlus enturbannés en babouches simplement armés de veilles pétoires rouillées de l’ère soviétique

    • S.B-Seguin dit :

      Les « armes de l’ère soviétique » ne sont pas plus rouillées que nos FAMAS, P4, VLRA, AMX-10RC, AML-90 et VAB des années 70/80.
      .
      Et à ceux qui prétendent être plus au fait des questions militaires que « ces généraux au torse plein de médailles dont aucun ne peut se vanter d’avoir remporté la moindre bataille dont la plupart n’ont jamais tenu une arme en dehors d’une cérémonie » et journalistes parisiens et politiques, qu’ils critiquent,
      qu’ils apprennent déjà la différenciation élémentaire d’un conflit classique face à une armée conventionnelle, d’un conflit asymétrique qui ne voit perdurer un ennemi seulement parce qu’il est peu nombreux et par là même difficile à débusquer dans l’immensité désertique que couvre Barkhane.

    • IGNAREDUCOIN dit :

      @TARTEMPION : Vous pensez que le GCOS fait parti de ceux qui n’ont jamais gagné de bataille ou porté une arme ? Et vous alors ? Très certainement dans un autre temps où l’on gagnait des batailles…Le GCOS prêche pour sa paroisse comme la conventionnelle le fait aussi. D’ailleurs il me semble que le CEMAT a aussi été auditionné par l’AN. 250 millions d’euros sur 7 ans sur plus de 210 milliards, il en demande du pognon notre GCOS ! Quant à la guerre au sahel même avec plein de joli matos en tout genre, on est pas près de la gagner. L’ENI a bien compris depuis longtemps que le temps joue pour lui et même..avec des pétoires sovièt.

    • felipe dit :

      qui êtes-vous pour juger de l’expérience de « ces généraux » comme vous dites ? je n’en suis pas mais je sais par où ils sont passés depuis trente ans. on n’obtient pas 3, 4 ou 5 citations uniquement quand on est général. la plupart les gagnées comme lieutenant , capitaine ou chef opérations.
      quant à savoir s’ils ont convaincu le président de monter une armée photogénique, je vous invite à lire les comptes rendus d’audition des chefs militaires à l’assemblée nationale depuis 2012 au moins.
      si nous piétinons au mali comme vous dites, c’est tout simplement parce que nous (la société occidentale et française en particulier ) ne sommes pas disposés moralement, intellectuellement, politiquement et matériellement à en assumer le prix. d’ailleurs est-ce à nous de l’assumer seuls ?
      la liberté de ton qui a coûté sa place au CEMA y règne depuis un certain temps et les requêtes des chefs d’état- major d’armée démentent votre vision un peu YAKA. le renouvellement des frégates, des MRTT, des blindés médians, etc, en nombre suffisant est sans cesse mis en avant, justement pour donner aux armées cette capacité à faire face à l’ensemble des situations.
      la question est entre les mains du politique et elle est simple : les besoins financiers sont estimés à 40 milliards supplémentaires dans les 7 prochaines années. il s’agit simplement des 40 milliards prélevés consciencieusement chaque année depuis 2002, intérêts non compris dans la mesure où ces retraits ont généré des surcoûts sur les équipements qui subsistaient.
      nos hommes politiques sont confrontés à une décision lourde : équiper les armées pour les combats d’aujourd’hui , centrés sur des logiques expéditionnaires et de préférence sans durer, ou préparer des combats de coercition dans la durée qui engageraient la nation sur le long terme. c’est en cela que les FS sont sexy. mais elles ne peuvent fonctionner sans l’autre volet des forces conventionnelles dont l’emploi devient moins probable à court terme.
      mas leur première responsabilité reste de disposer d’un système de défense qui ne soit pas surpris.

      • raymond dit :

        euh bémol concernant les VM de certains généraux de salon s’auto attribuant des récompenses non méritées ; tout le monde en a connu mais certes il ne faut pas généraliser, enfin si je peux dire

        • felipe dit :

          idem dans toutes les guerres depuis qu’on a crée les croix de guerre…. ne rêvons pas non plus.
          enfin, ce ne sont aps les généraux qui s’attribuent eux même les CVM

    • eric dit :

      L’amiral Isnard est breveté nageur de combat, a fait la plus grande partie de sa carrière au sein du commando Hubert, y compris comme commandant. J’imagine que ça lui donne une petite expérience militaire non ? En tous cas certainement plus que ne l’insinuent vos reflexions insultantes : mettons ça sur le compte de l’ignorance. Quant à vos « hurluberlus » en babouche, non pas armés de quelques pétoires, mais disposant d’énormes stocks d’armes issus de l’armée de Kadhafi, ils auraient juste été à deux doigts de conquérir le Mali, et sans doute dans la foulée le Niger et le Burkina, sans l’intervention rapide et efficace de nos forces…

    • fred83 dit :

      effectivement on ne doit pas mettre les oeufs ds le même panier (proverbe boursier) néanmoins je vous laisse lire la bio de l amiral Isnard , je peux juste vous dire que lui , il est allé les chercher ses médailles et il sait de quoi il parle , surtout quand on porte les hippocampes sur la poitrine droite

    • Plusdepognon dit :

      Le livre « Forces spéciales » de monsieur Merchet est très bien fait (j’ai pas d’actions). Oui, il remonte l’origine des fs 1u corps francs et surtout il souligne le piège de la LPM de SARKOZY (qui voulait un corps expéditionnaire de 30 000 hommes sans moyens de projection): une armée conventionnelle forte à quelques unités spéciales, ce sont les armées faibles qui ne comptent que sur les fs car cela veut dire que l’irrigation naturelle entre personnels de bons niveaux ne se fait plus (typiquement une armée du tiers monde ou très mal en point). Et dans ce livre excellent, il montre a travers l’histoire que la tentation à toujours été grande d’en demander toujours plus à ces gars. Ces spécialistes donnent à plein badin, mais tant va la cruche à l’eau qu’à la fin (exemple hors france, les bérets verts americains du niger)… Il faut des gens de qualité partout et des équipements, sans désespérer les bleus (vivier). Et en effet, dans un theatre grand comme l’Europe avec des acteurs plus ou moins puissants et troubles, la solution n’est pas simple comme un film hollywoodien… L’ennemi veut vaincre, il s’adapte, recrute et fait des enfants.

      • S.B-Seguin dit :

        Pour info, c’est Sarkozy qui avait commandé 4 BPC et lourdement pesé pour que les britanniques ne lâchent l’A400M, en ce qui concerne les moyens de projection.
        C’est également Sarkozy qui était à l’origine des accords de Londres de 2010 visant à la création d’un corps expéditionnaire franco-britannique jamais remis en question depuis et en passe de devenir réalité à l’horizon 2020.

    • Plusdepognon dit :

      Arnaud, en effet votre remarque est une des conclusions du livre « Forces spéciales » de monsieur Merchet qui est très bien fait (j’ai pas d’actions). Oui, il remonte l’origine des fs 1u corps francs et surtout il souligne le piège de la LPM de SARKOZY (qui voulait un corps expéditionnaire de 30 000 hommes sans moyens de projection): une armée conventionnelle forte à quelques unités spéciales, ce sont les armées faibles qui ne comptent que sur les fs car cela veut dire que l’irrigation naturelle entre personnels de bons niveaux ne se fait plus (typiquement une armée du tiers monde ou très mal en point). Et dans ce livre excellent, il montre a travers l’histoire que la tentation à toujours été grande d’en demander toujours plus à ces gars. Ces spécialistes donnent à plein badin, mais tant va la cruche à l’eau qu’à la fin (exemple hors france, les bérets verts americains du niger)… Il faut des gens de qualité partout et des équipements, sans désespérer les bleus (vivier). Et en effet, dans un theatre grand comme l’Europe avec des acteurs plus ou moins puissants et troubles, la solution n’est pas simple comme un film hollywoodien… L’ennemi veut vaincre, il s’adapte, recrute et fait des enfants.

    • Allobroge dit :

      Ce qui satisfait pleinement les politiques qui se disent, voyez pas besoin de dépenser plus, avec quelques « Forces Spéciales » (le Spécial les fait fantasmer à outrance) on obtient d’excellents résultats. C’est raisonner à courte, très courte vue, mais bon, ils sortent à peu près tous des grandes écoles que le monde est sensé nous envier alors ….

      • S.B-Seguin dit :

        Le projecteur médiatique porté sur seulement 4 Caesar en Irak, issus d’unités d’artillerie on ne peut plus conventionnelles, contredit spectaculairement votre commentaire.
        .
        De même, d’une façon plus générale, les actions de combat menées par la France en Irak et Syrie sont essentiellement (à 90%) le fait d’unités conventionnelles, aériennes, de l’Armée de l’Air et de la Marine Nationale.
        .
        Le rapport est moindre dans la BSS, mais il reste majoritairement le fait des forces conventionnelles, même si certaines unités de type GCP et GCM qui se sont souvent illustrées, correspondent effectivement à ce qu’on pourrait désigner comme un « 2e cercle » ou « réserve » du COS.
        .
        La BSS avait aussi vu la mise en place de la « TF Sabre », bien avant l’opération Serval du fait de l’enlèvement d’otages occidentaux, principalement français… Et ce genre d’action de recherche / CTLO n’est pas du ressort des unités conventionnelles.

  3. Albe dit :

    Il est en effet primordial qu’un processus d’acquisition réactif soit accordé au COS car il est dans leurs gènes de pouvoir rapidement répondre ou s’adapter à une menace tout aussi réactives et opportuniste. Il est tout aussi primordiale que des moyens ou des partenariats renforcés leurs soient accordés afin de pouvoir garder l’avantage voir l’effet de surprise. L’information et son partage est nécessaire cependant la qualité de l’information qui va y circuler l’est encore plus. Dans l’objectif d’une mission réussie, la pertinence n’est autre qu’une parfaite et cohérente adéquation entre moyens et ressources. Le train me semble en marche vers la préservation et l’amélioration du processus.

    • Fred dit :

      @ Albe
      Si le gars (ou la nana) qui a inventé il y a six ou sept ans l’expression « L’innovation est dans nos gènes (ou notre ADN) » a réussi à la breveter, il/elle doit être riche à millions !
      Pas une PME ni une multinationale ni une institution quelconque qui ne l’emploie comme un âne-mitrailleur chaque année dans ses communications :o)

      • mich dit :

        @Fred
        Bonjour ,quel rapport entre votre commentaire et celui de Albe ?

        • Fred dit :

          @ mich
          ?
          Je cite Albe : « (…) car il est dans leurs gènes de pouvoir rapidement répondre ou s’adapter (…) », ce qui me semble une déclinaison assez proche.

          • mich dit :

            Bonsoir ,bref vous confondez slogans bidons et capacités bien réelles sur le terrain ,déclinaison bien tirer par les cheveux ,plus simpliste que proche par rapport aux missions de ces forces.

          • Albe dit :

            Dans le cas cité il s agit, me semble t’il, de faciliter par l’introduction d un procédé spécifique et normalisé dans un processus de vente, l acquisition et la satisfaction d un besoin immédiat au profit des forces spéciales. Oui cela pourrait etre innovant, pour peu que cela le soit vraiment, mais dans ce cas précis, je ne vois pas en quoi chercher à améliorer un processus est à rattacher à la volonté d une entreprise désireuse de vouloir breveter quoi que ce soit, par l emploi d arguments dignes d un ane …

  4. arnaud dit :

    La priorité accordée aux forces spéciales est inquiétante.
    Pour mémoire, les FS ont été créées par les britanniques en 1940-1941, car ils avaient perdu l’essentiel de leur armée conventionnelle en 1940 (surtout l’équipement).
    Pour tenir, contre quelques groupes terroristes, pour des actions limitées (même si stratégiques), les FS sont utiles. La question ne se pose pas.
    Mais on ne gagne pas une guerre sans une armée conventionnelle digne de ce nom.

    • S.B-Seguin dit :

      Votre historique est faux monsieur arnaud,
      la création des prédécesseurs des forces spéciales en tant que telles remonte aux corps francs, notamment au cours de la 1ère Guerre Mondiale, suivis des commandos (souvent parachutistes) de la 2e Guerre Mondiale, tous destinés à agir isolément derrière les lignes ennemies ou sur des assauts en force.

    • Fred dit :

      @ arnaud
      À mon sens les Corps-francs français de 1914 (les Corps-francs ont une histoire plus universelle et ancienne) sont bien proches de Forces spéciales.
      On les voit en action dans l’excellentiscime film « Capitaine Conan » de Bertrand Tavernier, tiré du roman éponyme de Roger Vercel, tiré de son expérience de la guerre de 14-19*, donc bien documenté (mais que je n’ai pas lu). Tavernier lui-même a la réputation de soigneusement documenter historiquement ses réalisation, donc je crois que l’on peut faire confiance à ce document.
      J’en profite pour recommander très chaudement ce film, magnifiquement réalisé, réaliste, et qui aborde des thèmes militaires pas si courant, voir étonnants.
      Surtout si on compare au récent « Forces spéciales » … Les teasers de ce film faisaient envie, mais quand je l’ai vu … Ça fait pitié, non ? Personne n’en a reparlé après sa sortie, silence gêné ?
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Capitaine_Conan
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Capitaine_Conan_(roman)
      .
      * C’est grâce à ce film que j’ai appris que la guerre de 14-18 s’est terminée en 1919
      .
      P.S. je serais très curieux d’avoir votre avis sur ces deux films (surtout le premier)

      • revnonausujai dit :

        @ fred et seguin
        pas d’accord,
         » commandos » et « fs » ont (devraient avoir) des concepts d’action antinomiques:
        – les commandos, corps francs,.., agissent par la violence du choc et la concentration locale de leurs force au point d’application de leur action; dans le principe, c’est une action du fort au faible;
        – les fs agissent dans la discretion et du faible au fort ( cf les conceptions à ce sujet de Stirling, qui est quand même l’inventeur des SAS).
        Bon, par manque de moyens humains et matériels, ce sont les mêmes qui s’y collent, et puis, c’est tellement sexy pour les politiciens de faire joujou avec les super héros de la mort qui tue ( sans aucune dérision de ma part envers des soldats compétents et respectables), mais dans une armée professionnelle, tout corps de troupe , ou au moins une unité par corps ( cf GCP ou GCM) devrait être en mesure de mener des actions de choc de type commando.
        En plus, ça économiserait les fs qui sont effectivement une spécialité rare, complexe et onéreuse à former !

        • S.B-Seguin dit :

          Bonjour monsieur revnonausujai,
          en fait, depuis le XIXe siècle les corps francs agissent derrière les lignes ennemies pour harceler et désorganiser les forces ennemies.
          Nous étions déjà dans le concept actuel de FS qui « du faible au fort » (Stirling n’avait rien inventé, mais juste réactualisé) agissent aussi derrière les lignes ennemies, comme le faisaient les commandos britanniques SAS et SBS ou les nageurs de combat de la Decima Flottiglia MAS, italiens.
          .
          Quant aux actions de choc, elles entrent aussi dans spectre de certaines unités des FS comme le 1er RPIMa, les commandos Jaubert et Trépel ainsi que le CPA-10.
          .
          Attention à ne pas confondre avec le métier des FS avec celui des GCP et GCM (voire même « GCA » et « GCI »), qui ne sont que les versions modernes des CEA.

          • revnonausujai dit :

            Vous depeignez l’organisation et l’emploi actuels en refusant de voir qu’ils sont le fruit des circonstances et du hasard et en feignant de croire que puisqu’ils existent, ils sont forcément idéaux et non amendables.
            Non, lescorps francs n’agissaient pas du faible au fort
            Il y a une grande différence entre agir derrière les lignes ennemies en composante de la bataille principale ( c’est la raison d’être des TAP !) et sous l’autorité du commandant de celle-ci ( c’était le cas des corps francs); l’action de ces commandos, corps francs, appelez comme vous voulez, reléve dune option tactique de ce commandant et participe directement à son succès,
            et d’autre part, l’action stratégique des FS , indépendante de la bataille principale,qui vise à affaiblir le potentiel « politico- économico-militaire » de l’ENI et que seules les dites FS ( sabotage d’installations industrielles, assassinats ciblés, rens dans la profondeur,..) peuvent faire.

            pour faire court :
            – WW2 divisions aérportées GB + US versus SOE et OSS
            – Indo : TAP vs GCMA
            – URSS TAP vs spetnatz

            ps: bien sur que nos FS font des actions de choc, mais quand elles démolissent une dizaine de pellegreux dans les cailloux maliens ou qu’elles récupérent un pilote abattu, elle font le travail que d’autres devraient faire. Leur job à elles, et je dis pas qu’elles ne le font pas puisque c’est classifié, c’est de casser les dépots ou de détruire les réseaux log au fin fond de la Libye.
            Il est vrai que , comme nous menons une « guerre » sans ENI déclaré (rappel: le terrorisme n’est pas un ENI mais un mode d’action !), l’action dans la profondeur relève plus du SA et qu’il faut bien occuper les FS !
            en ce qui concerne Sterling , il a amené un changement radical; c’est l’echec de commandos « agissant derrière les lignes ennemies pour harceler et désorganiser les forces ennemies » , menés sur Tobrouk avec des effectifs de plus 400 hommes et qui outre ceux ci coute un destroyer qui valorise l’idée révolutionnaire de Sterling : » 5 hommes ont plus de chances de détruire un objectif ennemi que 200 par ce qu’is combineront le minimum d’effectif avec le maximum d’effet de surprise »; avantage supplémentaire, la mise est infiniment plus supportable en cas de pertes.

          • S.B-Seguin dit :

            Bonjour monsieur revnonausujai,
            non je ne confonds pas troupes aéroportées et forces spéciales, même si au début de le 2e Guerre Mondiale l’usage de troupes aéroportées était celui de FS à part entière comme la prise du Fort d’Ében Émael en Belgique en 1940.
            .
            L’usage par la suite massif des troupes aéroportées les inclura dans une doctrine conventionnelle, agissant toujours derrière les lignes ennemies mais plus dans un rapport du faible au fort comme les FS.
            .
            « …Vous depeignez l’organisation et l’emploi actuels en refusant de voir qu’ils sont le fruit des circonstances et du hasard et en feignant de croire que puisqu’ils existent, ils sont forcément idéaux et non amendables. »
            __ Cette formulation est incompréhensible.

          • Wrecker 47 dit :

            @Seguin : BIEN !Plein leurs gueules!
            Quand aux « corps francs » pour moi ils remontent à du Guesclin!

      • Allobroge dit :

        La guerre de 14 s’est en effet terminée en 1919 et non pas en 18, année de l’armistice qui elle, est l’année d’un armistice.L’armistice est la suspension des combats en attente d’un compromis débouchant sur un traité de paix.Si pas d ‘accord les combats peuvent reprendre comme d’ailleurs en novembre 1942.

        • Fred dit :

          @ Allobroge
          C’est surtout que la Première GM a été poursuivie en 1919 dans les Balkans, et y compris des appelés ont participé à ces combats.

    • Dans le bayou dit :

      Ou les Kommandos afrikaners de la guerre des Boers (1899-1902).

      • S.B-Seguin dit :

        Les afrikaners n’opposaient pas d’armée régulière et l’utilisation de leurs « kommando » s’inscrivait plutôt dans les modes d’action propres à toute guérilla.

    • mich dit :

      Bonjour ,priorité accordé aux forces spéciales vous dites , et bien non , il suffit de voir les budgets de défense ,mais libre à vous de juger le rapport cout/efficacité insuffisant.De plus vous limitez très largement le spectre d’actions ,vous devriez savoir qu’ils y en a bien davantage et qui concerne aussi la guerre contre un ennemi plus « conventionnel » ,et qui en plus ne se limite pas à des actions dites « commandos » terme fourretout souvent limité à une action de choc sans tenir compte de environnement , des moyens à employer et de la permanence dans le temps à maintenir.

  5. Lagaffe dit :

    Acheter sur étagère et arrêter de perdre 15 ans pour obtenir de la DGA la validation d’un équipement ou d’une arme qui équipe déjà d’autres armées est le plus important, doter rapidement les forces spéciales de Buggy et d’avions légers pour l’ISR est indispensable.
    Le BPC, base commando, ce n’était pas déjà le cas ?

    • S.B-Seguin dit :

      Le BPC « base commando » a toujours été le cas et l’article ne dit pas contraire.

    • PK dit :

      @ Lagaffe
      .
      La minigun en 7.62, arme archi utilisée dans le monde, vient de passer les tests de qualification de la DGA après… 10 ans, date du début du test, sur Gazelle.
      .
      En France, on n’a pas besoin d’ennemis : la bureaucratie est largement suffisante.

    • Alden74 dit :

      Jusqu’au 1er accident…où les familles demanderont des comptes à l’Etat tout à fait légitimes et que les yeux se tourneront vers la DGA….

      • Lagaffe dit :

        La M134 minigun citée par PK est en service dans 38 pays, la France étant le 39 ième à la mettre en service, où est le risque qui justifiait 10 ans de tests de qualification par la DGA ?

    • Wrecker 47 dit :

      @Lagaffe …Acheter sur étagère ? Mais on y est a plein:Treillis US ,Fusils d’assaut Américano-schpountz ,calibres identiques ,huiles identiques etc …Seule la bouffe reste Française !Et encore après la mort de Bocuse rien de moins sûr!

  6. werf dit :

    Il est stupéfiant de « lire » le compte rendu de cette audition qui devrait être tenue à huit clos et ne donner lieu à aucun commentaire du commandant du COS, devoir de réserve oblige. En d’autres temps, il y aurait eu des suites car tous les députés ne sont pas membres de la commission de la Défense et les « fuitse » organisées ou non, auraient vite donné lieu à des sanctions. Les forces spéciales ne sont l’alpha et l’oméga, il faut les remettre à leur place, celle d’unités de « commandos », c’est tout, et pas une armée bis, spécialisée et richement dotée.

    • Allobroge dit :

      Tiens ça me rappelle une autre affaire de fuites au moment de l’Indo !…

    • mich dit :

      Bonjour ,c’est surtout votre commentaire qui est stupéfiant ,cette audition n’a rien d’exceptionnelle si vous avez l’ habitude de les lire ,et au vu de la fin de votre commentaire vous l’avez bien mal lue.

  7. Myshl dit :

    La LPM est une illusion, comme l’a été le « Plan quinquennal » qui lui a disparu.
    La LPM est une expression du besoin, que ça.
    (Sans parler du « Livre blanc », qui n’est que vide tel un tableau blanc)
    Il faut considérer la LOLF, qui elle est ajustée, actualisée aux moyens qu’a l’Etat de dépenser.
    Puis surveiller l’application de la LOLF.

    La LPM c’est du pipot, ou du pipeau, je sais plus, donc de la merde.

    Si les efforts ad hoc sont votés en direction des FS, c’est cause que la Représentation nationale fait le pari d’entretenir les FS et se dispense donc d’entretenir la totalité de nos armées.

    Le piège dans lequel nos armées sont tombées est là.
    Du fric pour faire la guerre, mais pas de fric pour la préparer.
    Mais à force de ne plus la préparer, on ne saura plus la faire,
    ni ailleurs ni ici.

    Merci à l’exécutif, merci au législatif. Continuez de nous essorer.
    On aime bien ça, être au sec… Pendant que vous ne vous mouillez jamais.

    • mich dit :

      Bonjour , votre commentaire est un peu excessif quand vous dites fric pour la guerre et pas de fric pour la préparer ,vous qui connaissez plutôt bien le domaine air ou souvent je partage vos constatations ,je peux vous dires que malgré les déploiements actuels le niveau des exercices restent élevés et semble qualitatif (et je pense avoir un peu de recul pour le dire),le point noir restant le mco de tout ça qui alourdit voir grippe l’ensemble,problèmes d’organisation ou de budget ,un peu de tout ça , c’est un sujet déjà abordé.

      • Myshl dit :

        Nous sommes condamnés, contraints à l’excessif.
        Si on veut être écouté et pas seulement entendu,
        il faut parler (Ecrire) plus fort que celui qui n’espère qu’être entendu.
        Tout en veillant à rester audible, donc sans jamais crier.
        Un clou, ça s’enfonce calmement, petit à petit.

      • felipe dit :

        mich
        soyons serieux et honnetes. nos unités savent très bien affronter l’ennemi asymétrique même très bien armé (DAECH par exemple) , un peu comme l’armée française avant 1870… on connaît la suite.
        le pb c’est qu’on ne sait pas justifier les investissements pour un type d’affrontement hypothétique mais possible contre un ennemi non désigné aujourd’hui mais qui peut se révelr demain.
        or pour préparer cet affrontement de demain, il faut s’équiper aujourd’hui. d’autant qu’une armée bien équipée et bien entraînée est un outil majeur de diplomatie.

        • mich dit :

          Bonsoir , je donnais juste un avis sur le coté air ou la priorité , il me semble ,est plus un mco efficace pour amélioré toute la chaine que l’achat d ‘ avion de chasse neuf ,par contre il n’est pas faux de dire que peu d’armée aérienne hors OTAN peuvent se permettre des exercices réguliers et pas que pour faire du CAS (ça va pas plaire à MP3 ,mais il comprendra) sur des Toyotas ,d’ailleurs je n’en vois pas .
          Par contre si vous pensez plutôt à l’armée de terre , je suis bien d’accord avec vous que l ‘équipement et le support des troupes sur les terrains actuels et bien insuffisant ,et devrait être prioritaire (il semble l’être ) ,sangaris avait été un bon signal d’alarme je pense ,on va voir ce que la donne ,on ne rattrape pas plusieurs décennies de gestion pas très heureuses ( je reste poli)en deux ou trois ans même en mettant des milles et des cents sur la table.

  8. Chimère dit :

    Maintenir une armée (FS où non );au goût du jour n’est plus une priorité de nos pays depuis 25 ans. Nos politiques gèrent une armée comme une entreprise , preuve de leur inculture de la chose militaire. Avoir une armée au top est un long processus , qui ne doit souffrir d’aucune insuffisance budgétaire massive sous peine d’être déclassée en quelques décennies. Chose à mettre donc au crédit des politiciens, mais aussi du « millefeuilletage » de la chaîne décisionnaire militaire qui prend trop de temps pour valider du matériel soit déjà éprouver, soit déjà obsolète….. Arrêtons ce cinéma où l’on offre des places d’adjudant à des commandants , car le café est aussi bien fait par l’un que par l’autre. Mettons des pros pour choisir le matos ( c’est du vécu…).

  9. Lagaffe dit :

    « Le COS va s’orienter vers l’achat de véhicules de patrouille spéciale fondés sur un standard proche
    de celui développé par la société britannique Jankel, sur un chassis Toyota. Pour l’instant le contrat n’a pas été notifié, comme l’évoque le GCOS dans son audition de décembre, mais une décision est proche, selon des sources convergentes. Une société française qui a montré sa fiabilité et sa réactivité sur un récent contrat de l’armée de terre en sera la bénéficiaire… Avec une notification qui devrait être rapide, des véhicules VPS2 pourraient être livrés dès l’été prochain afin de prendre en compte l’usure avancée des VPS de l’armée de terre et de l’armée de l’air. »
    http://lemamouth.blogspot.fr/2018/01/vps2-une-solution-francaise-base-de.html

  10. Lassithi dit :

    Bonne chance et bon courage les gars d active. Il ne va bientôt plus vous rester que ça…

  11. mich dit :

    Un petit mot sur les auditions actuelles de nos chefs ,bien sur que l’on peut toujours trouver à redire ,qu’il y a toujours une petite bataille entre armes ,mais franchement pour les lire depuis de très nombreuses années on a l’air d ‘être sorti d’une certaine langue bois bien pompeuse qui mettait souvent sous le tapis les problèmes de notre défense depuis le fiasco de notre pays pendant la deuxième guerre mondiale ,maintenant il est encore trop tôt pour savoir si cela évolue.C’est là ou je n’ai pas de raison d’être plus optimisme que pessimiste ,quand j’apprends de cette l’audition qu’il y a un problème pour embarqué des matériels sur les FTI et leurs radar hightech !

    • felipe dit :

      Mich
      plus 1
      le problème c’est que cela n’intéresse personne sur le fond. en revanche, sur la forme, quand un CEMA nous la joue à la « blondel », alors les médias « bandent ». pardonnez moi l’expression. on se jette dans l’évennement mais pas sur le fond
      pourquoi ? parce qu’on ne veut pas comprendre ce que signifie faire la guerre, au delà des images de sang et d’horreur, ou au delà du blocbuster américain. voyez vous un journaliste expliquer le sens du collectif et sa primauté sur l’individu ? non jamais . en revanche , vendre de l’autorité, du physique oui, en oubliant que cela se justifie pour une seule chose : l’engagement au combat, dans lequel chacun doit prendre sa part d’une action qui le dépasse. mais là, c’est pas bien, il ne faut pas dire cela comme ça.

  12. vrai_chasseur dit :

    Pour résumer ce que dit le GCOS, il manque des bagnoles, des hélicos et des propulseurs sous-marins. Pas des fusées pour aller sur Mars, juste des moyens de transports dont on maîtrise la technologie depuis au moins 50 ans. La DGA a sans doute trop de cerveaux au m² pour faire un acte simple : acheter. Non, elle réinvente l’écrémeuse à chaque fois qu’on veut juste acheter du beurre….
    Par ex. ça fait depuis les années 2000 que Jankel fait des Toyota standards militarisées pour les FS Brits et celles d’autres nations, On sait que ça marche, il suffit d’aller voir en Jordanie où elle sont même fabriquées sous licence. Et les pièces détachées Toyota, on en trouve partout, y compris chez les djihadistes. le VPLS c’est de la m**de. Tous ceux qui l’ont vu de près le disent. Alors chers gens de la DGA, arrêtez de refabriquer l’écrémeuse et ayez le réflexe d’acheter du beurre.

    • S.B-Seguin dit :

      En citant le « VPLS », évoquez-vous le « PLFS » (Poids Lourd des Forces Spéciales remplaçant du VLRA) ou le « VLFS » (Véhicule Léger des Forces Spéciales remplaçant des P4 PATSAS et VPS) ?
      Car on parle de « VPS2 » basés sur Toyota livrables dès cet été 2018, pour faire face au retard annoncé du VLFS.

  13. Rascasse dit :

    Il y a une autre solution dont personne ne discute : plutôt que d’acheter sur étagère, on peut acheter des licences et laisser les industriels français fabriquer. Cela permettra d’économiser des années de développements et de tests. Par exemple, on pourrait acheter de très bon designs chez Denel ou Paramount, deux boites sud-africaines qui font de très bons véhicules blindés (c’est quand même Armscor/Denel qui a inventé le MRAP, excusez du peu).
    Pour eux, ce serait un excellent coup commercial de vendre une licence à la France, ça crédibiliserait leurs produits et ça leur ouvrirait des marchés fermés pour l’instant. Pour nous, ça maintiendrait l’emploi et la compétence industrielle, tout en gagnant du temps et de l’argent sur le processus d’acquisition, et sans rogner sur la qualité du design.