Aucun des 6 sous-marins de la marine allemande n’est opérationnel

Le 15 octobre, le sous-marin allemand U-35, de type U-212A, a été endommagé lors d’essais en eau profonde au large de Kristiansand [Norvège]. Apparemment, l’une des barres de son gouvernail a heurté un rocher, ce qui cause des dégâts assez importants pour justifier la fin de sa mission, son retour au chantier naval de TyssenKrupp Marine Systems [son constructeur, ndlr] à Kiel et l’annulation des exercices auxquels il devait participer d’ici la fin de cette année.

Le souci est que le U-35 y a rejoint trois autres sous-marins, à savoir les U-31 et U-33 ainsi que le U-36, lequel est le plus récent de la flotte puisqu’il a été livré en octobre 2016. Ces derniers y subissent des travaux de réparation ou de modernisation qui, pour certains, tendent à s’éterniser.

C’est ainsi le cas du U-31, qui vient d’être récemment remis à l’eau après avoir passé trois ans en cale-sèche (période au cours de laquelle TKMS a modernisé son système de propulsion anaérobie et amélioré ses piles à combutible). Mais il n’est pas encore opérationnel pour autant étant donné qu’il doit passer des batteries de tests avant d’être déclaré à nouveau bon pour le service.

En outre, deux autres sous-marins attendent à quai avant de passer à leur tour par le chantier naval de Kiel : le U-32, dont les batteries ont été endommagées lors d’une mission d’entraînement au large de la Norvège, et le U-34, qui doit subir une opération de maintenance au début de l’année 2018.

La marine allemande explique cette situation par un manque de pièces détachées.

« Pendant la Guerre Froide, des lots de pièces de rechange avaient été achetés et stockés pour chaque projet d’armement. Il y en avait ainsi toujours suffisamment », a expliqué le capitaine Johannes Dumrese, un porte-parole de la Deutsche Marine. Par la suite, avec des budgets en baisse, le mode d’approvisionnement a été basé sur un système de production à la demande. « Ça n’a pas vraiment marché », a admis l’officier de marine allemand.

Cette situation devrait s’améliorer bientôt, grâce à la hausse importante des crédits du ministère allemand de la Défense et à la mise en place un nouveau système d’approvisionnement en pièces détachées avec l’industrie, en l’occurrence TKMS.

« Nous avons réussi à vraiment prendre des mesures importantes pour améliorer la situation à l’avenir », s’est ainsi réjoui le capitaine Dumrese auprès du portail d’informations shz. Mais ces effets ne seront visibles qu’à partir de novembre 2018. Là, la marine allemande espère disposer de quatre sous-marins disponibles.

Photo : U-36 (c) Bundeswehr / Julia Ude

85 commentaires sur “Aucun des 6 sous-marins de la marine allemande n’est opérationnel”

  1. Ca fait vraiment pas sérieux, pour les alliées, les clients et la population allemande !

  2. ¨ Par la suite, avec des budgets en baisse, le mode d’approvisionnement a été basé sur un système de production à la demande. »
    …. et voila pourquoi une grande partie du matériel français reste aussi au garage.
    De faire des pièces d’usure à la demande c’est un concept comment dire… euh…

    1. Ceux qui ont décidé de mettre en place ce système doivent être tenus responsable, c’est-à-dire viré pour faute grave.

    2. Oui c’est vrai, on voit que notre problème, n’est pas unique.
      Problème numéro un, absence de stocks!
      On sera surpris de voir comment la situation peut s’améliorer en constituant des stocks de pièces détachées, même si pour les vieux matériels c’est un peu trop tard, pour nos hélicos, nos nouveaux avions, blindés et autres, il faut impérativement le faire.
      On doit avoir le moins de véhicules différents et constituer des stocks, l’idéal serait d’avoir toutes les pièces d’un blindé pour 10 blindés en service actif (naturellement je ne prend pas en compte toute la structure, mais tout se qui est mécanique). Idem pour les aéronefs, pour 10 rafale en vol, il faut avoir toutes les pièces pour changer chaque pièce, c’est à dire 1 moteur complet, une verrière, des roues etc.Le tout est bien entendu conditionné et mis sous cocon dans l’objectif de durer dans le temps, il ne faut pas sortir une pièce dans 15 ans avec de la rouille dessus…
      On peut bien entendu éviter ou limiter certains matériels, on ne va pas stocker un radar par exemple ou certains systèmes électroniques complexes dont on sait qu’ils risquent d’être modifiés tous les 5 ou 10 ans ou dont on sait qu’il n’y a pas de vrais risque de pannes ou de casses, on peut passer à un stock de 1 pou 20 ou pour 30, voir plus. Ensuite la gestion de la maintenance et des approvisionnements se font sur le recomplètement des réserves et non par rapport à la demande (c’est à dire au moment ou ça casse).
      Tout cela coûte de l’argent à mettre en place, mais moins que ce que l’on pense.Avoir toutes les pièces d’un rafale, ça ne coûte pas le prix d’un rafale complet assemblé à Marignane, c’est peut être 20 millions (je pense que c’est même moins), a raison de 10% de la flotte finale on serait avec 350-400 millions € de pièces en magasins permettant de maintenir en permanence une bonne disponibilité ou juste le temps humains (des mécaniciens) sera le frein principale à la durée des opérations de maintenance et de révisions.
      On a peut être 1,5 à 2 milliards à dépenser pour recréer du stock, 500 millions pour investir et moderniser des zones de stockages pour les 3 armées (cela se faisant sur plusieurs années), mais il faut le faire, c’est crucial si on souhaite obtenir et optimiser la disponibilité de tout.
      Pour ceux qui en doutent, je les invite a m’expliquer pourquoi en opex, nous arrivons à avoir des taux de disponibilité proche de 90% dans un contexte ou il y a bien plus d’utilisations, de problèmes, de pannes, d’entretiens qu’en France? Moi j’ai la réponse, c’est qu’en opex, on a des stocks et si une pièce n’y est pas, elle est traitée en urgence (priorité) depuis la France pour l’envoyer dans le premier avion (quand il y en a un). Si nous le faisons en opex, on peut le faire en France, surtout qu’on peut profiter de la situation actuelle ou on remplace beaucoup de vieux matériels.

      1. « pourquoi en opex, nous arrivons à avoir des taux de disponibilité proche de 90% dans un contexte ou il y a bien plus d’utilisations, de problèmes, de pannes, d’entretiens qu’en France?  »
        … le matériel à la maison sert de réservoir de pièce de rechange pour le matériel en opex.
        Ca commence par une pièce qui immobilise ainsi tout un matériel puis, comme il est immobilisé, autant continuer et prendre deux ou trois autres pièces: ca ne fera pas de différence sur sa disponibilité. A la fin pour remettre ce qui reste en état de marche c’est plus compliqué…

      2. « ça ne coûte pas le prix d’un rafale complet assemblé à Marignane »
        .
        A Mérignac vous voulez dire.

          1. C’est vrai que ça ne doit pas être « donné » le prix d’un Rafale assemblé à Marignane; tout comme celui d’un Caracal assemblé à Mérignac, d’ailleurs !

      3. On appelle cela le cannibalisme, quand pour compenser le manque de pièces de rechange, on pique le matos dans les armes et équipement en réserves. Ainsi on se retrouve avec une unité opérationnelle de projection très mobile et tout le reste de l’armée.. bloquée dans ses hangars. Toute comparaison avec l’état de nos leclerc ne serait que purement fortuit.

  3. Le cadavre du Führer (enfin ce qu’il en reste, c’est à dire pas grand chose) est en train d’hurler.

        1. Savez-vous comment on reconnaît un belge dans un sous-marin ?

          C’ est le seul qui a un parachute …

          Et comment reconnaît-on un suisse dans un sous-marin ?

          C’ est celui qui court après le belge pour lui piquer son parachute …

          Amis de Bruxelles , ne me tenez pas rigueur de mon égarement potache , soyez choux …

          Amis de Berne , gardez pavillon haut …

          Danke schön 🙂

          1. Si on ouvre les fenêtres du sous marin pour l’aérer lors de la plongée , il va naviguer moins bien 🙂

          2. Oui , il y a des chances …

            Il vaut mieux éviter les journées portes-ouvertes …

  4. J’ai aussi appris ça il y a 2 jours, mais le U-31 ne devrait pas tarder à être à nouveau déclaré opérationnel suite à la fin de ses essais après une IPER de modernisation devant aussi porter ses systèmes au standard des type 214.

    Ceci dit, avec une flotte de 6 sous-marins d’attaque, la marine allemande aurait dû commencer à s’alarmer dès le 3e indisponible.

  5. Si, l’info est vrai ? Est-ce que les polonais achèteront des sous marins français ?
    Wait and see ?

    1. même pas en rêve!
      quand on voie qu’ils ont préféré PAYER des hélicos US alors que le contrat Caracal leur DONNAIT le beurre,l’argent du beurre,le c*l de la crémière et celui de sa fille en prime!!!

      je ne sais plus où j’ai lu que les teutons et polonais avaient mutualisé le commandement de leurs sous-marins…..mais au point où ils en sont…..mutualisation complète en achetant allemand….

      1. Souhaitons que français nous permettent de nous doter de 80 caracals au standard souhaités par l’Armée de Terre et l’Armée de l’Air….pour commencer ! Et 20 de + avec les besoins de la Marine .

    1. Autre version: pas grave, l’OTAN est là (ce qui revient à dire pas grave, les américains sont là)

  6. Problème de budget…encore.
    Mais il y a de plus en plus d hyper riches en Europe spécialement en Allemagne et France. Rien à voir bien sûr…

    1. Plus il y a de dépense plus il y a de gain, les riches n’ont donc rien a gagner a appauvrir un pays.
      .
      Et sans les riches beaucoup d’innovation n’auraient jamais existé faute de financement(s).

      1. Quand les riches bouffent du caviar à la louche, cela ne finance rien du tout, sinon la disparition des Esturgeons de la Caspienne.
        Si les riches payaient plus d’impôts, cela financerait la recherche, l’éducation, l’armée …
        Si la richesse produite (pas par les petites mains des riches, sois dit en passant) était plus équitablement répartie, cela reviendrait au même, du point de vue des impôts, donc du financement de la recherche, l’éducation, l’armée … Et bien plus de citoyens (les prolétaires) seraient plus heureux.

      2. Inutile de leur donner des cours d’économie, ils ne comprendront rien à rien, tant que leur logiciel n’aura pas été corrigé ou même changé.

        1. Et vous , espèce de grosse baderne , que comprenez-vous à part ce qui vous arrange ? Rien …

      3. Digression assumée :

        le reproche fait aux riches (et au système politique et économique) n’est pas d’être riches, c’est de doubler leur fortune, quand ceux qui les entourent (les autres, c’est à dire le reste de la population dans son ensemble) s’appauvrissent. Toutes les études montrent un écart grandissant des richesses en Occident.

        Quand les riches auront tout et les autres rien, seront-ils plus heureux? Ah, ma Morale se pointe…

        Et aussi, à méditer, trouvé sur le web (je ne l’ai pas lu):
        « La patrie, c’est le seul bien des pauvres face à l’internationale des riches. »
        Citation de Jean Dutourd ; Le spectre de la rose (1986)

      4. Vous rigolez ?
        Vous êtes néo libéral sinon…
        C est votre fric de contribuable qui paye tout y compris les investissements des grosses boites.
        Comment voulez vous financer des programmes militaires ou énergétiques comme les centrales d Edf par exemple sinon ?
        C est aussi vos impôts qui servent à éponger les « petites » erreurs de gestion des banques françaises. C est aussi le contribuable qui roule qui paye grassement les Vinci et consorts leaders mondiaux devant les américains et chinois…environ 1.5 à 2 milliards de benefice nets indûs du fait d une mauvaise négociation par les technocrates pantouflards et donc pourris du Minefi de la reconduite des contrats de concession de service public car les autoroutes appartiennent à l Etat …toutes
        Le système repose sur votre TVA payée ou impôts qu est ce que vous croyez…

  7. Ce n’est pas qu’un problème de MCO et de budget… c’est trop facile comme explication par les Allemands. Il ya aussi un problème de conception aux niveaux du dispositifs anaérobie et des batteries/piles a combustible.

    Les 212 Allemands (214 pour l’export) sont équipés du système anaérobie PERMASYN (Permanently Excited Synchronous propulsion motor) avec neuf piles à combustible PEM (Polymer Electrolyte Membrane) BZM 34 de 34kW à base d’oxygène et d’hydrogène. Et les piles sont installés a l’EXTERIEUR de la coque épaisse/résistante. D’où déja un passage obligé au bassin a sec pour entretien et recharge du système(indisponibilité augmenté…). Certaines infos font état de problème de surchauffe et de fiabilité du concept. D’ou ces très longue période d’entretien et de modernisation de la flotte.

    A côté ces sous-marin sont en effet très silencieux en opérations, mais leurs fragilité technique sera a terme leurs « talon d’Achille ». Pas sur que les Norvégiens est fait le bon choix vis a vis des Russes…

    1. « Certaines infos font état de problème de surchauffe et de fiabilité du concept »
      .
      Justement , est-ce-que cela serait judicieux de les avoir dans la coque étanche ?

  8. Cette information révèle deux faiblesses, celle du problème énoncé, mais aussi celle d’une communication qui en fait l’écho.
    Je trouve que dans nos sociétés actuelles, tant les médias que les politiques , on aime chercher les scandales et ce qui va mal.D’un côté cette attitude conduit souvent à vouloir résoudre cela, mais c’est aussi un travail de renseignement pour un ennemi potentiel.
    Mettons nous dans une situation ou Alpha souhaite s’attaquer à Bravo. Alpha connait vaguement les forces adverses, il sait qu’il y a 6 sous marins et 10 corvettes et que lui il a dans ses inventaires 10 sous marin et 15 corvettes.Mais chez l’un comme chez l’autre, on ne connait pas réellement le potentiel réel de chacun (la disponibilité). Alpha qui reste silencieux sur son potentiel, sait qu’il n’a que 4 sous marin et 6 corvettes réellement prêts a un engagement immédiat face à Bravo, il se sait dans une position de faiblesse numérique qui ne lui donnera pas la confiance pour passer à l’acte.Par contre si Bravo, qui ne cache pas ses problèmes, annonce qu’il a ses 6 sous marin inaptes, qu’il a 4 corvettes en réparation, comment Alpha interprètera t-il cela? Il se retrouvera en situation d’agir, car se savant alors en supériorité.
    .
    La faiblesse occidentale, c’est celle ou l’on met en avant nos faiblesses, ou l’on pointe nos problèmes, no difficultés et toutes ces informations qui plombent notre moral et notre confiance à nous occidentaux, elles sont analysées et exploitées par nos ennemis.
    A côté de cela vous avez les autres pays qui gardent encore un secret défense sur tout cela.On ne sait pas la disponibilité des chars T-72 en Russie! On ne connait pas le nombre d’avions de chasse disponible en Chine! Des pays comme ceux là, la méconnaissance de leur réel potentiel laisse le sentiment qu’ils n’ont pas de problèmes et qu’ils ont donc une disponibilité très haute ou que leurs matériels ne sont pas aussi complexes ou vieux que les nôtres.Pourtant n’en doutons pas, chez eux aussi ils doivent avoir des choses inquiétantes, des disponibilités au raz du sol, mais nous n’en savons rien et cet inconnu participe à leur image de force militaire, elle laisse un brouillard qui leur est favorable.
    La différence par exemple entre la Russie et les pays occidentaux, c’est qu’en Russie on ne parle pas des faiblesses, on ne donne pas de chiffres précis, on laisse volontairement le doute dans la tête des autres, par contre on met en avant les points forts qui doivent être représentatifs de la force du pays.Chez nous on fait tout l’inverse, on met nos faiblesses sur le devant de tout, quand il s’agit de parler de nos armées on ne parlera pas du VBCI, mais du VAB, on ne parlera pas du NH90 mais des vieux Puma, on ne parlera pas des FREMM mais des vieilles frégates à bout de souffle.On aime chercher la disponibilité la plus basse pour bien montrer à l’ennemi que notre force est toute relative, qu’il ne faut pas trop nous craindre car de toute façon on a que la moitié de nos avions de disponibles.On en a pris tellement l’habitude, on pense tellement que pointer tout cela, c’est pour notre bien…
    Allez voir chez les russes, leurs blogs, eux, leur mentalité, c’est d’être fier des nouvelles choses, on ne parlera pas des vieux chars, mais du nouveau T-14 alors même qu’ils n’en ont presque aucun.Ils parleront des nouveaux avions de 5e génération et non des su-27.Et même lorsqu’ils parlent des anciens matériels, l’absence d’informations sur leurs problèmes ou leurs disponibilités, fait qu’ils ont le sentiment que si ce matériel est toujours là après 40 ans, c’est qu’il a été bien conçus, qu’il est toujours aussi efficace.
    Je ne sais pas si vous saisissez ou je veux en venir, mais nous avons une communication militaire qui ne met pas en avant la force de nos armées, mais leurs faiblesses, ce qui est totalement absurde dans le jeu de la guerre et de la confrontation avec d’autres.Tout le monde, y compris moi même, en avons pris la mauvaise habitude, en pensant qu’internet, nos médias, nos rapports parlementaires et autres c’est comme le nuage de Tchernobil, que ça s’arrête aux frontières.

      1. @ FrédéricA

        Je ne trouve pas.

        je pense que Polymère confond deux problèmes, qui sont différents.

        1) D’une part il y a la tendance d’une société, comme la société française, à l’autoflagellation, dont on sait qu’elle est réelle et ancienne: Jules Michelet, dans le Peuple, qui date de 1846, donc pas d’hier, notait déjà que les Français avaient tendance à se dévaloriser.

        Avant lui, on doit à Talleyrand, la fameuse formule « quand je me regarde, je me désole (ou me méprise, selon les versions), quand je me compare je me console (ou m’admire) », qui montre clairement que la considération de soi, pour un Français, n’est pas instantanée: elle passe par une intermédiation complexe.

        Donc ça, c’est historiquement prouvé, c’est bon, et on a de la documentation.

        Pour être un peu plus complet, certaines interprétations psy-historiques font remonter la tendance des Français à l’autoflagellation à leur culture chrétienne (je le cite, mais je vous laisse vous démerder avec le truc).

        2) Et, d’autre part, il y a quelque chose de complètement différent: la transparence démocratique. Le fait que le peuple soit ou non tenu informé des grands choix qui le concernent par la technocratie qui le gouverne, en l’absence des contre-pouvoirs dont ce même peuple ignore parfois même jusqu’à la possibilité de l’existence.

        C’est-à-dire que vous avez un peuple qui est gouverné par une aristocratie républicaine – la technocratie – qui décide à sa place ce qui est bon pour lui (le pouvoir vient d’en haut, dit-on) et à la base un peuple qui fait ce qu’on lui dit de faire (la confiance vient d’en bas, rajoute-t-on) mais qui doute, parfois, et souvent se méfie.

        Polymère commet l’erreur classique: il attribue 1 à 2. Il établit un lien non prouvé entre l’appétence culturelle d’un peuple à l’autoflagellation, dont on sait qu’elle précède l’établissement de la démocratie en France, à l’exigence de transparence démocratique, dont on sait qu’elle n’en est qu’à un stade embryonnaire dans la démocratie française d’aujourd’hui, qui reste fondamentalement une aristocratie technocratique.

        C’est-à-dire que, historiquement, ça colle pas: les Français sont, depuis bien avant la démocratie, des dépressifs victimaires. Dit autrement: le symptôme précède la maladie. Ca colle pas.

        Donc, non, c’est pas « pertinent ». En fait le discours de Polymère est un discours d’auto-apitoiement (donc très français), mais qui attribue son propre état dépressif à la démocratie, qui n’est pas une maladie française, elle. C’est plutôt le remède, en fait.

        Voilou.

        1. @Françoise

          Et bien moi je ne suis pas subjugué du tout …

          Je suis même consterné par la teneur du discours … par toute cette rhétorique tutoyant l’ idéologie la plus sournoise une fois de plus …

          Si je résume , autrement-dit , nous français faisons sans cesse nos chochottes , passant notre temps à nous plaindre ce qui fait de nous des dépressifs chroniques donc des malades victimes du pouvoir en place qui décide de son sort malgré lui …
          Et ce qui le prouve sans contestation possible , tient aux propos de Michelet ou Talleyrand qui tendraient à démontrer un fonctionnement atavique …

          Je regrette mais ceci est un discours accusateur faisant de nous des coupables d’ être français …
          C’ est de l’ anti-France … avec , je l’ ai bien noté , un soupçon d’ anticléricalisme habilement placé …

          C’ est fort bien emballé , mais ce n’ est ni plus ni moins que du dénigrement déguisé en constat sociologico-historique , parfaitement en adéquation avec l’ influence idéologique dont tschok se fait le chantre habituel …

          On frise le racisme pur et simple …

          Je ne cautionne pas .

          1. Euh… Bon.

            (Souvent, quand je vous lis, j’ai l’impression d’avoir loupé une marche, mais là, j’ai carrément l’impression d’avoir loupé l’escalier)

        2. Les syndromes d’autoflagellation, d’auto-apitoiements, d’auto-dénigrements, de grande dépressions à l’échelle du pays se trouvent dans l’histoire de la plupart de tous les pays du monde de la Russie à l’Argentine, du Japon à l’Espagne, de l’Allemagne à l’Italie, de la Grèce à l’Irlande sans oublier les pays qui connurent une longue période de domination étrangère sous les colonisations occidentales, ottomanes ou japonaises.

          Certains rares pays semblent échapper avec notamment les pays anglo-saxons.

          Dans le cas français, il est possible que la France ne se soit jamais vraiment remise des deux décennies de 1940 à 1962 entre la débâcle et le renoncement à l’Algérie passant par la décolonisation aussi marquée par la défaite en Indochine.
          Certains débats qui animent la vie politique restent toujours liés à cette période récente de l’histoire sans aller chercher jusqu’à Talleyran dont la longévité (pour l’époque) l’aura fait témoin du déclin de la France post-napoléonienne.

          D’ailleurs, à ce propos s’il convient de faire une métaphore médicale, parlons plutôt d’un peuple bipolaire que strictement dépressif concernant le peuple français.
          Disons schématiquement, que la France n’a fait dans son histoire que connaitre des successions de périodes « d’hyper-activité » et de « dépression »: des conquêtes germaniques à l’Empire Carolingien, des invasions vikings conjuguées à l’anarchie féodale poste carolingienne au règne de Philippe II Auguste, de la bataille de Crécy avec la peste noire aux reconquêtes de Charles V avec Du Guesclin, de la bataille d’Azincourt aux reconquêtes de Charles VII et conquêtes de Louis XI et François, des guerres de religions aux règnes de Louis XIII et Louis XIV, du règne de Louis XVI à l’Empire Napoléonien, de la Restauration à la Monarchie de Juillet, de la IIe République au 2nd Empire, de la bataille de Sedan au traité de Versailles, de la débâcle de 1940 aux « 30 glorieuses »…

    1. Entre la communication et la propagande, mon choix est fait. Parler des problèmes permet de les résoudre alors que les ignorer n’apportera que désillusion, au mieux… Quant à informer nos adversaires, nous ne sommes pas en guerre. Et je ne pense pas qu’un agresseur sérieux prendra ses décisions en fonction des informations parues dans la presse ou dans quelques rapports parlementaires.

      1. Nous, NOUS ne sommes pas en guerre, mais l’adversaire considère qu’il l’est …..
        C’est toute la différence
        Guerre asymétrique des terroristes, autre ex. guerre asymétrique de Poutine
        Ils savent parfaitement analyser nos forces et nos faiblesses, et comme par un heureux « concours de circonstances » nous préférons parler de nos travers, de nos faiblesses, de nos imbécilités que de nos forces… déballer la bêtise en place publique les fait bien rire et ne les incite pas à nous respecter.

        1. @ Rigel,

          Oui mais enfin, quoi que vous fassiez, un terroriste ne vous respectera jamais, puisque par définition, il décide unilatéralement que votre vie vaut moins que son combat.

          Donc il faut proclamer son indépendance intellectuelle par rapport au « colonialisme » terroriste comme un préalable à toute autre chose.

          On rétablit d’abord et avant tout la souveraineté intellectuelle sur nos propres esprits.

          Sans ce préalable, aucune résistance n’est possible, donc pas d’espoir de victoire.

          Donc, on commence une phrase ou un raisonnement par: « je n’ai aucun compte à rendre à ces gens-là ». Et avant de se coucher, on fait la prière du soir et on répète: « je n’ai aucun compte à rendre à ces gens-là ».

          Comprenez?

          Là, vous êtes en train de faire un com où vous vous placez de vous même comme un type qui attend du respect de la part d’un terroriste. Baissez votre froc, montrer-lui votre cul et écartez les cuisses, pendant que vous y êtes.

          Je vous conseille plutôt ma méthode. je vous le dis très amicalement en vous répétant que l’attentat, c’est la moitié du job, le reste, c’est nous qui le faisons, ou pas, dans notre tête. Et là, je vous sens en train de faire le job du terroriste dans votre tête. La moitié qui reste, après l’attentat.

          Parlons plutôt de la première moitié, celle de l’attentat et le goût qu’elle doit laisser dans notre bouche. Le goût du sang.

          Je ne vais pas détruire ma démocratie pour que les terroristes me respectent: je ne leur dois rien. je vais faire autre chose: je vais payer mes impôts et appuyer nos institutions pour que notre justice, nos soldats et nos policiers fassent leur job.

          Donc, non, on continuera à s’informer comme on doit s’informer, même si les nouvelles sont mauvaises et même si elles ne sont pas bonnes pour le moral. Et on arrête de faire sa petite chose fragile, ça devient agaçant.

          C’est en tout cas ce que je vous suggère.

        2. @tschok

          Mais où est-ce que Rigel tient le discours que vous lui prêtez ?

          Il ne se plaint pas que les adversaires déclarés ou potentiels ne nous respectent pas , il pointe du doigt le fait que nous ne nous comportons pas comme il le faudrait et qu’ ainsi nous leur facilitons la tâche …
          Nous n’ adoptons pas la bonne attitude …

          Ce n’ est tout-de-même pas « faire sa petite chose fragile » ? Si ?

          Quant-aux attentats , nous réagissons comme nos décideurs nous ont conditionnés à le faire …
          Via les médias et la doxa en vigueur du moment …
          Vous trouvez cela normal que tant d’ adultes amènent fleurs et bougies sur le lieu du drame , comme le feraient des enfants ?
          C’ est de l’ infantilisme qui nous prive de chercher à comprendre les tenants et aboutissants en donnant le sentiment trompeur que tout est accompli et que ce sont aux « experts » à qui appartient la partie explication …

          La société nous infantilise et fait de nous de simples spectateurs qui se contentent de peu pour apaiser peines et consciences ; et moi ça ne me convient pas du tout car cela nous déresponsabilise et limite nos efforts éventuels .

          1. @ Scope,

            je cite Rigel: « nous préférons parler de nos travers, de nos faiblesses, de nos imbécilités que de nos forces… déballer la bêtise en place publique les fait bien rire et ne les incite pas à nous respecter. »

            Le « les » dans la phrase = les terroristes.

            Rigel forme un reproche collectif à l’adresse de la société française dans son ensemble, comme vous l’avez fort bien compris vous-même, mais il termine sa phrase en regrettant que notre comportement collectif n’inspire aucun respect aux terroristes, comme si on devait le quémander. Comme si c’était de notre faute.

            Et c’est bien ça qu’il dit: nous n’obtenons pas le respect des terroristes, car c’est de notre faute. Notre faute= « nous préférons parler de nos travers, de nos faiblesses, de nos imbécilités que de nos forces… déballer la bêtise en place publique ».

            Un raisonnement qui inclut l’idée selon laquelle nous n’obtenons pas le respect des terroristes et c’est de notre faute, pour moi, c’est niet.

            Quant aux hommages rendus aux victimes, on peut trouver cela un peu ridicule, c’est vrai. Mais à la base, ça part d’une bonne intention et c’est normal et humain. Je n’y vois pas la marque d’un quelconque infantilisme, pour ma part, même s’il y a souvent un aspect cucul la praline dans ce genre de manifestation, ça oui.

            En revanche, j’y verrais autre chose: le sous-équipement des sociétés modernes en matière de rites destinés à marquer le sentiment du sacré: sorti du rite religieux, on ne sait plus faire grand-chose.

            L’homme moderne perd sans doute un peu la main, quand il s’agit de renouer avec le sacré, tout en restant dans le domaine laïque. On sent l’amateurisme.

          2. @tschok

            OK !

            « Un raisonnement qui inclut l’idée selon laquelle nous n’obtenons pas le respect des terroristes et c’est de notre faute, pour moi, c’est niet. »

            Bien , par conséquent selon vous quel devrait être le bon raisonnement ?
            Celui qui vous conviendrait ?

            Au contraire , j’ y vois clairement la marque d’ un infantilisme dont j’ ai exposé brièvement les griefs .

            Sur les deux derniers paragraphes , je suis entièrement de votre avis .

    2. Un gros coup de gueule à été poussé contre l’exhibitionnisme des FS US conduisant à faire connaître les méthodes et moyens. http://www.snafu-solomon.com/2017/10/my-biggest-fears-about-africasocom-are.html
      Sous cet aspect, je suis de votre avis.
      .
      Hélas, la vétusté de nos équipements, les manques d’effectifs ne doivent pas pouvoir être passé sous silence et leur renouvellement éternellement repousser.
      En ce sens le développement des Blogs comme OPEX est une excellente chose! Nos politiciens ne pourront plus dire qu’ils ne savaient pas!
      Trop en taire peut être pire que trop en dire. Songez au nombre d’électeurs qui n’ont aucunes notions sur ces sujets sauf la certitude satisfaite de n’être pas concernés et l’illusion béate qu’ils ne subiront pas d’éclaboussures « when the shit it the fan! »
      Ne rien dire c’est payer le prix d’un scorpion pour le ravalement d’un VAB. Ce qui est un risque militaire et industriel. Un double déclassement… Plus de pensions à payer, moins d’export, moins de recherche, d’investissement etc.

    3.  » (…) nous avons une communication militaire (…)  » : si la communication est à revoir, la diffusion des informations est presque inévitable dans une république où le partage des pouvoirs donne au parlement ‘ un droit

    4. @Polymères

      Tout cela est très bien exposé …

      Cependant … une telle attitude bien plus politique que militaire ne me surprend ou scandalise absolument pas …

      En effet , comment s’ étonner de ce qui est tant voulu et tellement recherché et qui doit à ce point entrer dans une routine devenant au fil du temps une logique d’ un fonctionnement estimé comme étant tout-à-fait naturel ??
      Sauf que là , le point d’ absurdité est atteint voire même dépassé … certes , je ne vois aucun inconvénient à ce que l’ on communique un peu sur nos déboires , mais de là à ne faire pratiquement que ça il y a un seuil à ne pas dépasser !
      Et surtout sur le plan militaire qui est notre outil de Défense , lui même gage de souveraineté , elle-même garante d’ indépendance …

      Je soupçonne donc les dérives d’ une idéologie contraire aux intérêts de la France d’ être à l’ origine de telles inepties et d’ affecter des secteurs qui devraient rester intouchables ou du moins qui devraient en être particulièrement préservés …

      Connaissez-vous le terme de « transparence » ?

      Alors , je vais vous-en toucher deux mots et vous-vous ferez votre propre idée si ce n’ est pas déjà fait … car il se peut que moi-même j’ extrapole exagérément vu qu’ il s’ agit d’ une de mes obsessions ; en fait il s’ agit d’ un des éléments d’ un combat que j’ essaie de mener avec mes petits moyens depuis un bon bout de temps … Disons , pour faire simple , que je ne puis m’ empêcher d’ y voir un rapport de cause à effet …

      C’ est parti !

      Au fil des ans , l’ injonction de « transparence » s’ est imposée …

      À priori pourquoi s’ y opposer ? La transparence n’ est-elle pas le gage d’ une véritable démocratie ? Ne permet-elle pas d’ éviter les magouilles et autres abus de celles et ceux qui se partagent le pouvoir ?
      Est-ce que la transparence prévaut dans les dictatures ou chez les autocrates ? NON , bien évidemment …

      Certes …

      N’ empêche qu’ en Chine , peu connue pour être un modèle de démocratie à l’ occidentale , le développement des réseaux sociaux a permis à une certaine transparence de mettre en évidence les turpitudes et plans tordus de certains dirigeants du Parti via leur divulgation …

      Et puis ne perdons pas de vue que c’ est bien au nom de la « transparence » que des individus comme Edward Snowden ou Julian Assange ont révélé au Monde les écoutes planétaires de la NSA via Wikileaks tout comme d’ autres médias l’ existence de réseaux complexes et opaques concernant un certain nombre de circuits financiers …

      Jusque là , ce n’ est pas mal … Mais ça va très sérieusement se gâter …

      En effet , nous devons d’ abord partir du principe que tout ne peut être exposé sur la place publique ; il ne peut y avoir de gouvernance efficace avec une transparence totale …

      Il convient de conserver impérativement une part de secrets …

      Lesquels ?

      Et bien , par exemple , celui portant sur les négociations entre l’ IRA et le gouvernement britannique qui ne pouvaient avoir lieu que dans le secret le plus absolu ou celles entre Obama et les autorités de Téhéran …
      Supposons maintenant qu’ un journaliste ait eu vent de tout cela , et qu’ au nom de la liberté de la Presse l’ envie lui prenne de tout divulguer encouragé par ce désir de « transparence » …
      Pire , imaginons que ce même journaliste sache quelque chose de crucial sur des pourparlers en passe de réussir pouvant mettre un terme à un conflit meurtrier …
      S’ il divulgue l’ info , c’ est fini , tout capote et tout est à refaire si toutefois cela reste faisable …

      Ce journaliste se doit donc de garder l’ info pour lui le temps que les démarches aboutissent positivement … Cela va de soi … Ensuite , il sera toujours à temps d’ approfondir son sujet et d’ être le premier à en publier une analyse la plus exhaustive possible …

      Jusqu’ ici apparemment nous sommes encore dans ce qui reste amplement gérable …

      Maintenant ça va coincer et même bloquer …

      Pourquoi ?

      Tout simplement parce qu’ au nom de la « transparence » sont remis en cause un certain nombre de principes qui protégeaient les individus …
      Certaines professions qui étaient garantes de nos secrets ne le sont plus …
      Le secret des sources des journalistes étant pour l’ instant en péril tandis que celui de nos avocats , banquiers , médecins a pratiquement déjà complètement volé en éclats …

      Et c’ est bien à partir de ce moment précis que technologie ( le numérique , internet ) et idéologie ( GAFAM ) se font la courte échelle , se donnent la main …

      En effet , les GAFAM ( Google , Apple , Facebook , Amazon , Microsoft ) connaissent tout de nous et exploitent ces données sans vergogne tout-en nous incitant à nous mettre à nu … Ils contribuent à faire de nous des voyeurs et des exhibitionnistes donc des hérauts ( porte-parole , ambassadeur ) de la « transparence » dont ils prônent les vertus sans défauts à longueur de journée …

      N’ est-ce pas Eric Schmidt , ancien PDG de Google de 2001 à 2011 , qui affirme : « que seuls ceux qui ont des choses à se reprocher se soucient encore de la protection de leurs données personnelles » ou encore Mark Zuckerberg , boss de Facebook , qui explique à l’ envi que : « chacun doit s’ exposer sauf à être hors-normes » …
      Ce qui sous-entend que si vous refusez d’ être sur Twitter , Facebook etc , si vous n’ acceptez pas que votre compte bancaire soit étalé au grand-jour , si vous-vous opposez à ce que votre dossier médical soit transmis à votre assureur , banquier , employeur , alors vous ne pouvez qu’ avoir des choses à cacher , n’ être qu’ un très mauvais citoyen … voire un terroriste …

      Et c’ est ainsi qu’ au nom de la lutte contre le terrorisme , la transparence absolue nous amène sur un plateau d’ argent vers le soft-totalitarisme … qui n’ est qu’ une forme nouvelle mais bien réelle de dictature …

      Raison pour laquelle , je ne voterai jamais pour Macron qui n’ est autre que l’ incarnation de tout ce système au sein duquel l’ intérêt privé prend peu à peu le pas sur l’ État jugé peu ou pas efficient …
      Regardez les profils de ceux qui composent son mouvement , les LREM , soit-disant si nouveaux et censés renouveler le paysage politique , celui de nos élus de la République …

      Ces gens-là sont pour moi des repoussoirs absolus autant que leur foutue « transparence » …

      1. Vous êtes un peu trop dans le conspirationnisme à mes yeux.
        Ce n’est pas un dessein maléfique ou je ne sais quoi qui pousse a cette « transparence », c’est la société actuelle et c’est aussi quelque chose de naturelle au plus profond des hommes, celui de vouloir savoir et découvrir des choses.
        Mais dans le cas présent ce n’est pas trop le désir de savoir, c’est aussi un problème politique et comportemental.
        Le monde militaire ne fait pas défaut dans cette transparence, on le traite comme un autre thème, ou l’on cherche du scandale, car le scandale fait vendre, mais aussi par ce que c’est ainsi que les politiciens se descendent entre eux, peu importe les partis.Mais la société est elle même en attente de ce genre de choses mais il convient de comprendre pourquoi on s’obstine sur les problèmes, pourquoi on se tait sur ce qui va bien? Ce n’est pas juste un problème politique, de Macron ou d’une conspiration mondiale, êtes vous de ceux qui cherchent à mettre en avant nos points forts ou à pointer les faiblesses?
        Il faut que les politiciens comprennent que la défense et surtout ses faiblesses doivent garder un certain secret.Il est faux de croire que le gouvernement a besoin d’un scandale sur la place publique pour découvrir les problèmes des armées, ils savent mieux que quiconque les problèmes qu’elles connaissent, pas la peine de le rendre publique.
        L’ennemi utilise nos faiblesses contre nous et nous on comme des cons, on cherche encore plus de faiblesses et de problèmes en pensant qu’une fois jeté sur la place publique, le problème va se résoudre en 1 semaine.
        Pour moi il faut que tout le monde, du blog comme celui-ci aux politiciens, on utilise une communication militaire publique qui met en avant nos forces et qu’on garde une communication non publique pour ce qui va mal.Si on a un problème avec des avions de transports, on se résume à dire au grand publique « qu’on a un problème, que souvent nous disposons d’avions indisponibles » et point barre.Même si on est tous content de savoir précisément le taux de disponibilité, de connaître chaque petit ennuie mécanique en opex, ces informations, bien qu’elles nourrissent notre envie d’en savoir « plus », elles nuisent en réalité à l’image de nos armées et à leurs puissances aux yeux du monde.Car quoi qu’on en pense, la dissuasion et la force d’une armée elle doit aussi être inscrite dans les esprits de l’ennemi et non pas se compter sur un tableau d’indisponibilité ou encore un pays qui s’inquiète plus du prix monétaire d’un engagement que de la volonté de vaincre par tous les moyens.Résultats? Aujourd’hui n’importe qui qui se retrouve en face d’une armée occidentale sait qu’il suffit de faire durer le conflit pour gagner, il sait que quelques bonnes images de leurs soldats morts suffira par retourner leurs opinions publiques contre leurs politiciens et donc de la guerre menée.
        Le plus drôle la dedans, c’est que nous, qui nous intéressons a nos armées, nos engagements, nous critiquons chacun de nos engagements, nous comptons chaque bombes et on se plaint en même temps de ne pas mener la guerre jusqu’au bout, on se plaint de ne pas avoir ou de vouloir y mettre les moyens.Moi quand mon pays s’engage, peu importe mes convictions politiques, peu importe que j’estime un engagement juste ou non, inutile ou utile, mon devoir de citoyen me poussera à soutenir cet engagement et non pas a m’y opposer en critiquant chaque année son coût, ses pertes. Cette attitude défaitiste ne grandit pas notre pays et c’est cette attitude collective de la société qui freine les politiciens et une ambition supra-nationale.
        .
        Il faut que nous arrêtions d’agir ainsi, je veux voir des blogs ou l’on parle de nos forces, qu’on vante nos matériels et non de blogs ou l’on parle des problèmes et des faiblesses en permanence au point de voir en l’armée française qu’un nid à problèmes et rien d’autres.Aujourd’hui un « spécialiste » défense devient un expert en « problèmes des armées », moi je veux des spécialistes qui vantent nos atouts sans que derrière on ait des commentateurs qui viennent déverser un déluge de problèmes pour tout minimiser ou si ce n’est inverser totalement l’idée.
        Au même titre que je n’arrive pas à comprendre pourquoi il y a des individus qui sont normalement français qui sont toujours présents pour amener des critiques négatives et de la contradiction concernant nos armées et notre pays, mais qu’on retrouve ailleurs défendre les intérêts d’un pays comme la Russie, vantant leurs forces, niant leurs faiblesses.Désolé mais peu importe ses convictions, vous êtes français donc vous vous tenez derrière la France, la question n’est pas de savoir si vous aimez ou pas le gouvernement et ses décisions, si demain un pays envahit la France, on ne va pas regarder si le gouvernement est de gauche ou de droite pour savoir si on doit soutenir une guerre ou si on doit plutôt soutenir l’ennemi par ce qu’on veut dégager les dirigeants actuels.J’ai le sentiment, que certains seraient prêts à soutenir la Russie de Poutine dans une guerre (fictive) contre la France de Macron, moi personnellement, ça me choque comme attitude.

          1. Moi ce qui m’ intéresse serait plutôt de savoir si vous seriez capable de me contredire point par point …

          2. Et de proposer une autre grille de lecture quitte à ce qu’ elle soit aux antipodes de la mienne .

      2. @Polymères

        « Vous êtes un peu trop dans le conspirationnisme à mes yeux. »

        Çaaa y est … le grand mot est lâché …

        CONS-PI-RA-TIO-NNISME …

        Mon commentaire était une explication de ce qu’ est la transparence , de ce qu’ il y a de bon comme de moins bon voire d’ inacceptable ; il n’ y a aucun conspirationnisme là-dedans , aucun … Simplement je me projette dans le futur et ce que j’ y vois ou entrevois ne me convient pas du tout , ni de près ni de loin …
        Vous êtes en train de vous faire bouffer par une idéologie qui va nous éliminer …
        Et pour moi , voyez-vous , cela constitue un vrai problème …

        Soyez au moins aussi clair que je le suis si vous contestez un point-de-vue si précis et argumenté … autrement cela se résume plutôt à du baratin …

        « Ce n’est pas un dessein maléfique ou je ne sais quoi qui pousse a cette « transparence », c’est la société actuelle et c’est aussi quelque chose de naturelle au plus profond des hommes, celui de vouloir savoir et découvrir des choses. »

        Certes , mais les choses ne naissent pas du hasard ; il y a des raisons , des circonstances , des situations qui favorisent cela .

        Vous confondez curiosité et visibilité avec transparence et ce n’ est pas du tout la même signification … La nuance est d’ importance …
        Par exemple , la curiosité est le plus souvent on-ne-peut plus naturelle , pas la transparence …
        Idem pour la visibilité qui est encore plus évidente …
        De toute façon le terme de transparence est un piège … au fond duquel , si vous n’ y prenez garde , il est très facile de tomber … C’ est un élément de rhétorique semblable au fameux « premiers de cordée » , le but étant de vous embrouiller à la manière d’ un illusionniste … C’ est genre tour de passe-passe quoi …

        La société actuelle , réfléchissez ; qui la façonne , qui l’ influence , Vous ? Moi ?
        Que dalle !
        Vous , vous n’ êtes qu’ un pion , moi aussi d’ ailleurs et nombre d’ entre-nous … un pion que l’ on amuse en lui faisant croire qu’ il compte et joue un rôle , qu’ il dispose d’ un pouvoir décisionnaire conséquent , qu’ il a le choix , mais ce n’ est pas vrai , pas vrai du tout …
        Et encore moins depuis que l’ européiste en chef est aux affaires …

        « Mais dans le cas présent ce n’est pas trop le désir de savoir, c’est aussi un problème politique et comportemental. »

        Alors-là nous sommes d’ accord sauf qu’ il faut pousser la logique du raisonnement jusqu’ au bout … et répondre au pourquoi en est-on arrivés là ?

        « Le monde militaire ne fait pas défaut dans cette transparence, on le traite comme un autre thème, ou l’on cherche du scandale, car le scandale fait vendre, mais aussi par ce que c’est ainsi que les politiciens se descendent entre eux, peu importe les partis. »

        Pareil , pourquoi en est-on arrivés là ?
        Qu’ est-ce que vient foutre cette transparence dans le monde militaire ???
        Ce n’ est absolument pas approprié …
        Et pourquoi ce goût du sang ? Le scandale fait vendre alors qu’ il devrait susciter un tout-autre mécanisme ; celui consistant à chercher à comprendre pour savoir , pas celui de savoir pour comprendre ; la démarche n’ est pas du tout la même …
        Quant-aux politiciens , c’ est sur les idées qu’ ils devraient se descendre , pas sur les scandales et autres magouilles pas joli-joli …

        « Mais la société est elle même en attente de ce genre de choses mais il convient de comprendre pourquoi on s’obstine sur les problèmes, pourquoi on se tait sur ce qui va bien? Ce n’est pas juste un problème politique, de Macron ou d’une conspiration mondiale, êtes vous de ceux qui cherchent à mettre en avant nos points forts ou à pointer les faiblesses? »

        La société est en attente parce que l’ « on » veut qu’ elle le soit , elle est conditionnée à cela … On pourrait avec du temps et de la détermination changer les choses …
        Pourquoi on s’ obstine et pourquoi on se tait ?
        Vous avez déjà la réponse dans le monde du travail ; quand vous faites tout bien , tout va bien et on ne vous dira rien ou presque rien de positif , en revanche si vous faites une connerie , alors-là il ne va rien vous manquer …

        Si vous ne mettez en avant que vos points forts en dissimulant vos points faibles , alors vous mentez par omission , vous faites de la rétention d’ informations et , tôt ou tard , la vérité éclatera ; en revanche , si vous ne mettez en avant que vos points faibles et pas vos points forts , alors vous êtes d’ emblée dans un scénario perdant totalement contre-productif , échec assuré … ou coup de bol phénoménal … mais ne comptez pas trop là-dessus …

        « Il faut que les politiciens comprennent que la défense et surtout ses faiblesses doivent garder un certain secret.Il est faux de croire que le gouvernement a besoin d’un scandale sur la place publique pour découvrir les problèmes des armées, ils savent mieux que quiconque les problèmes qu’elles connaissent, pas la peine de le rendre publique.
        L’ennemi utilise nos faiblesses contre nous et nous on comme des cons, on cherche encore plus de faiblesses et de problèmes en pensant qu’une fois jeté sur la place publique, le problème va se résoudre en 1 semaine.

        Là-dessus , je partage complètement votre avis .

        « Pour moi il faut que tout le monde, du blog comme celui-ci aux politiciens, on utilise une communication militaire publique qui met en avant nos forces et qu’on garde une communication non publique pour ce qui va mal.Si on a un problème avec des avions de transports, on se résume à dire au grand publique « qu’on a un problème, que souvent nous disposons d’avions indisponibles » et point barre. »

        Cela dépend à quel niveau et à quel degré cela va mal …
        Oui , c’ est savoir faire preuve de discrétion , devoir de réserve , confidentialité , etc …
        Je suis d’ accord .

        « Même si on est tous content de savoir précisément le taux de disponibilité, de connaître chaque petit ennuie mécanique en opex, ces informations, bien qu’elles nourrissent notre envie d’en savoir « plus », elles nuisent en réalité à l’image de nos armées et à leurs puissances aux yeux du monde. »

        C’ est le bon sens-même ; cela étant personnellement je ne suis pas à l’ affut de ce genre de nouvelle …
        Si elle se présente , je réagis comme je le sens mais je ne cours pas après …

        « Car quoi qu’on en pense, la dissuasion et la force d’une armée elle doit aussi être inscrite dans les esprits de l’ennemi et non pas se compter sur un tableau d’indisponibilité ou encore un pays qui s’inquiète plus du prix monétaire d’un engagement que de la volonté de vaincre par tous les moyens.Résultats? Aujourd’hui n’importe qui qui se retrouve en face d’une armée occidentale sait qu’il suffit de faire durer le conflit pour gagner, il sait que quelques bonnes images de leurs soldats morts suffira par retourner leurs opinions publiques contre leurs politiciens et donc de la guerre menée. »

        Ben oui , question de mentalités …
        Là aussi , pourquoi en est-on arrivés là ?

        « Le plus drôle la dedans, c’est que nous, qui nous intéressons a nos armées, nos engagements, nous critiquons chacun de nos engagements, nous comptons chaque bombes et on se plaint en même temps de ne pas mener la guerre jusqu’au bout, on se plaint de ne pas avoir ou de vouloir y mettre les moyens.Moi quand mon pays s’engage, peu importe mes convictions politiques, peu importe que j’estime un engagement juste ou non, inutile ou utile, mon devoir de citoyen me poussera à soutenir cet engagement et non pas a m’y opposer en critiquant chaque année son coût, ses pertes. Cette attitude défaitiste ne grandit pas notre pays et c’est cette attitude collective de la société qui freine les politiciens et une ambition supra-nationale. »

        Mais oui , bien-sûr , certains se plaignent , mais pas tous et pas systématiquement …
        La question est : ceux qui se plaignent , qui rouspètent , quel poids ont-ils ?

        Voyez , là nous divergeons : je ne cautionne pas tout et n’ importe quoi parce que je suis citoyen du pays qui en décide ainsi … Mais comme « on » se débrouille toujours pour vous présenter les choses sous un certain angle , disons le plus favorable possible , le plus souvent vous n’ y voyez que du feu et lorsqu’ enfin vous découvrez le pot aux roses , vous êtes devant le fait accompli , c’ est trop tard …

        Qu’ appelez-vous « ambition supra-nationale » ?

        « Il faut que nous arrêtions d’agir ainsi, je veux voir des blogs ou l’on parle de nos forces, qu’on vante nos matériels et non de blogs ou l’on parle des problèmes et des faiblesses en permanence au point de voir en l’armée française qu’un nid à problèmes et rien d’autres.Aujourd’hui un « spécialiste » défense devient un expert en « problèmes des armées », moi je veux des spécialistes qui vantent nos atouts sans que derrière on ait des commentateurs qui viennent déverser un déluge de problèmes pour tout minimiser ou si ce n’est inverser totalement l’idée. »

        Attention , là vous entrez dans la pensée unique , la bienpensance , le conformisme ( les trois sont similaires ) …C’ est un peu du béni oui-oui tout ça …
        Ce n’ est pas la démarche la plus honnête et constructive qui soit …
        Tout va dépendre de là où vous placez le curseur et de la marge de manœuvre que vous-vous autorisez …
        Faisable , certes , mais sans excès …

        « Au même titre que je n’arrive pas à comprendre pourquoi il y a des individus qui sont normalement français qui sont toujours présents pour amener des critiques négatives et de la contradiction concernant nos armées et notre pays, mais qu’on retrouve ailleurs défendre les intérêts d’un pays comme la Russie, vantant leurs forces, niant leurs faiblesses.Désolé mais peu importe ses convictions, vous êtes français donc vous vous tenez derrière la France, la question n’est pas de savoir si vous aimez ou pas le gouvernement et ses décisions, si demain un pays envahit la France, on ne va pas regarder si le gouvernement est de gauche ou de droite pour savoir si on doit soutenir une guerre ou si on doit plutôt soutenir l’ennemi par ce qu’on veut dégager les dirigeants actuels.J’ai le sentiment, que certains seraient prêts à soutenir la Russie de Poutine dans une guerre (fictive) contre la France de Macron, moi personnellement, ça me choque comme attitude. »

        À mon avis , c’ est plus compliqué que cela …

        En fait , pour résumer , c’ est parfois « qui aime bien , châtie bien » ; perso , je veux le meilleur pour mon pays quitte à l’ aiguillonner régulièrement afin de provoquer une prise de conscience , un sursaut d’ orgueil … que j’ estime indispensable et salutaire …
        Cela étant , prendre parfois la défense de la Russie de Poutine équivaut plus souvent qu’ à son tour , du moins en ce qui me concerne , à s’ élever contre la main-mise des USA sur notre souveraineté et donc sur notre indépendance dont je crains qu’ elle soit très sérieusement menacée dans un proche avenir …

        Et puis vous parliez de transparence …
        Je détiens une info depuis peu que je ne prétends pas être un scoop , pourtant je pense que vous ne savez pas encore de quoi il s’ agit …
        Alors , blackout ?
        Et pourtant , si ça sort , c’ est énorme …

        Voyez que la « transparence » … un peu à géométrie variable … quand ça lui chante … 😉

        Sachez enfin , cher Polymères , que je ne suis pas un idéologue et que je suis patriote , affectueusement attaché à son identité , mais que mon patriotisme a tout-de-même ses limites …

    5. Vous savez très bien que dans un régime très autoritaire ou dictatorial rien ne peut transpirer, le premier qui tente de parler est occis sur le champ ou envoyé en taule. La presse est sous contrôle du régime en place ou de l’autocrate du moment, alors que chez nous il est de bon ton de tout dire, même les conneries les plus « connes » . La démocratie sans limite…….
      « la liberté des uns s’arrête là où celle des autres commence » n’est plus trop de mise c’est la foire d’empoigne.

      1. @Rigel

        Tiens , t’ en veux des conneries ?

        En voici :
        ceci est une réponse HS vu que les commentaires sont déjà fermés sur le fil correspondant …

        Mais qu’ est-ce que vous racontez encore comme bêtises monumentales …?

        « des blindés en quantité comme le Tigre et Panther, canons elefant ou ferdinand »

        Le Jagdpanzer Elefant était un chasseur de chars ( panzerjäger ) lourd produit à 90 exemplaires à partir de 1943 qui était armé d’ un canon de 88 mm à l’ instar du char Tigre lui-même conçu autour de ce canon anti-chars initialement canon anti-aérien ( FLAK ) , une arme très polyvalente et très efficace qui se retrouvait même sur certains U-Boot …
        Ce chasseur de chars fut surnommé tout d’ abord « Ferdinand » par rapport à son concepteur Ferdinand Porsche … puis désigné Elefant à partir de 1944 surnom qu’ il reçut après la bataille de Koursk l’ été de l’ année précédente , en 1943 …

        Le Tigre I ( 1942-1945 ) fut tout-de même construit à 1350 exemplaires tandis que le Königstiger Tigre II l( 1944-1945 ) le fut à 490 exemplaires ( bataille des Ardennes ) …
        Le Panther , lui , fut équipé d’ un canon de 75 mm et mis-à part sa motorisation insuffisante , sur le plan de sa protection comme de son armement , un équipage bien entraîné disposait d’ une des toutes meilleures machines de combat terrestre …
        Il fut construit à près de 6000 exemplaires …

        En comparaison , leurs principaux adversaires par certains aspects moins performants et moins bien armés tels le char Sherman américain fut construit toutes versions confondues à 50.000 exemplaires et le T-34 soviétique à près de 28.000 !

        Rigel , quand on a la prétention d’ allumer tout-le monde n’ importe quand , n’ importe comment pour n’ importe quoi , on a au moins l’ intelligence de prendre soin à ne pas prêter soi-même le flanc à la critique sombre idiot … 😉

        Soyez au moins précis et vérifiez vos sources ; c’ est le B-A BA du donneur de leçons en l’occurrence mal embouché que vous ne cessez de revendiquer être …

    6. C’est beaucoup plu simple, En occident on essaie de décrire la réalité. En Russie on fabrique la réalité telle que la veut Poutine. Le résultat c’est la Russie virtuelle ou les russes sont les plus grand, les plus beau, les plus forts. Evidemment avec ce genre d’information les Russes ont de quoi se masturber l’ego.

  9. La morale de cette histoire : on ne doit pas appliquer à la Défense la logique privée de limiter les stocks pour éviter les frais financiers. C’est un non sens pour une armée moderne!

    1. La gestion à la demande, ce n’est pas ne pas avoir de stocks, c’est de savoir anticiper au mieux pour avoir le stock idéal, juste suffisamment pour ne jamais être à court. Pour ça, il faut un historique long et varié pour savoir modéliser toutes les situations. Çà marche très bien dans le commerce car ils ont de gros volumes. Dans l’armée c’est plus difficile.

      Mais limiter les frais financiers, il faut savoir le faire. Si tu sais économiser 400 millions de stockage inutile, ça veut dire que tu sais acheter 4 Rafales de plus.

      1. Anticiper quoi, les pannes ? Belle blague ! Il n’y a qu’à voir nos convois au Mali (cf. reportage de TF1). Il n’y a pas d’anticipation pour une armée, sauf à constituer des stocks suffisants compte tenu des matériels en opération. Si, en plus, il faut attendre plus de 48h les pièces ou faire, comme aujourd’hui, du cannibalisme bonjour la disponibilité. Quant au stockage, je me souviens des véhicules neufs pleins les hangars qui ne tournaient jamais, à l’américaine, avant de faire le bonheur des sociétés privées de revente….

  10. C’est vrai qu’on peut en rigoler (jaune), mais on n’a vraiment pas de quoi faire les malins non plus.

  11. On va faire la foutue Europe de La Défense avec quoi? Des sous marins en rade, des avions incertains’, Pas de drones indépendants des soldats dont 60 pour cent veulent arrêter…on va rétablir une formation militaire d un mois…bon courage !

  12. On comprend mieux pourquoi l’Otan (l’Otan hein pas forcément nous) se sent faible ces derniers temps …

  13. Quelqu’un a des infos sur les dites piles à combustibles ? Techno, qui les produit ?
    .
    Le mode d’approvisionnement a été basé sur un système de production à la demande. Çà n’a pas marché ».
    .
    Étonnant ça ! Déjà que dans le cadre industriel d’une production de masse, le concept n’est pas évident à mettre en oeuvre, alors pour les petites séries… cette maladie contagieuse des fausses économies touche tous les pays de l’OTAN apparemment.
    .
    En fait ça fonctionnera pour certaines pièces qu’on pourrait temporairement fabriquer avec des imprimantes 3D.
    http://www.digitalistmag.com/digital-supply-networks/2017/08/09/military-applications-for-emerging-technology-of-3d-printing-05281588
    .
    https://www.aubertduval.com/products/powders-for-additive-manufacturing/

  14. C’est la preuve par l’absurde que la politique du zéro stock et du budget de MCO servant de variable d’ajustement interne est une absurdité en matière militaire, d’autant qu’en cas de guerre il suffirait à l’ennemi de s’en prendre à nos systèmes énergétiques pour paralyser les industriels de la défense et les empêcher de fournir les pièces de rechanges. L’ennemi gagnerait ainsi simplement par une attrition mécanique qu’il nous serait impossible à combler.
    Il faut au contraire faire un maximum de stocks et disposer de quoi équiper 10 fois plus de troupes qu’en temps de paix afin de permettre une disponibilité maximum de tous nos matériels
    En temps de paix, on devrait avoir en permanence au moins 90 % de disponibilité.

  15. Retirez le T… On en reviendra à KMS et ca repartira comme en 40, la kriegsmarine et ses vaisseaux (fantômes)!

    La nature ayant horreur du vide, y compris sous les mers, Merkel va se faire « akuler » par Poutine à laisser ainsi baisser les armes…

    1. L’Allemagne officiellement subventionne 540 millions d’euros sur les 1,5 milliards du contrat israélien, soit 1/3. Pour deux soums achetés, un gratos.
      .
      Sur la vente de ces trois sous-marins, un « memorandum of understanding » – accord de principe- a été signés entre la chancellerie, le ministère des affaires étrangères et de la défense, pour ne pas livrer tant que les poursuites pour corruption n’auront pas été levées en Israël – (probablement que la menace de sanctions judiciaires aux US notamment a du jouer).

  16. HUM HUM … Attention , Attention , Oyez , OYEZ … ( éclaircissons-nous encore la voix … )

    Comme je l’ avais plus ou moins annoncé depuis déjà belle lurette , il va nous-en tomber une méchamment gratinée du côté d’ AIRBUS …
    Plusieurs milliards sont en jeu … Et les USA vont nous tomber dessus à bras raccourcis … 🙁

    NON ! Je ne suis pas un devin ou un oiseau de mauvaise augure ; c’ était amplement prévisible car parfaitement logique au vu et au su de ce que je savais … ou me doutais … ou déduisais …

    L’ avenir du groupe tout-entier est d’ ores et déjà dans la balance voire menacé … Et ça , bordel à cul de saperlipopette de connards d’ enfoirés de mes deux , je l’ avais clairement vu venir !!!!!!!!!!!!!! il y a un moment que je tire la sonnette d’ alarme … mais à quoi bon ???

    HEIN ? QUI ? QUOI ? COMMENT ????

    Mais non , ce n’ est pas le sujet du prochain James Bond …

    MAAIS NOOOOOOOOOOOON , je rigÔoole …….

    Ah bon ? Sûr ? vous croyez ? Peut-être …………………… 😉

  17. On a quand même du souci à ce faire en attendant la remontée en puissance de l’armee Allemande… Ils devraient s’adresser à Israël pour améliorer leurs piles à combustible…il me semble que ces derniers n’ont pas de problèmes pour l’utilisation des mêmes soums?

  18. Herr Admiral Dönitz, ou êtes vous? Tod! (mort), ach, je comprends tout maintenant. Scheisse.

Les commentaires sont fermés.