La marine indienne a toujours des problèmes avec ses avions embarqués MiG-29K

Le constructeur du chasseur embarqué MiG-29K, Russian Aircraft Corporation (RAC), a vigoureusement réfuté les informations publiées par la presse spécialisée d’outre-Atlantique au sujet des difficultés que rencontre la marine indienne avec la maintenance de son appareil.

« Nous réfutons toutes les allégations négatives d’un article concernant les avions MiG-29K, qui sont les seuls avions de combat du porte-avions [indien] INS Vikramaditya. Ni nous, ni nos partenaires n’avons reçu de réclamations officielles sur des problèmes relatifs aux avions MiG », a tenu à faire savoir le constructeur russe.

Et d’ajouter, selon le texte que RAC a envoyé à Jane’s 360, qu’il « convient de mentionner que les porte-avions INS Vikramaditya et [INS] Vikrant sont adaptés pour mettre en oeuvre des avions russes, y compris les MiG-29K/KUB. Tous les systèmes techniques [du] navire ont été produits en Russie et ont été conçus pour fonctionner uniquement avec des avions MiG. »

Seulement, le constructeur russe de réveille un peu tard. S’il est vrai que Defense News a publié, le 5 août, un article sur les problèmes – récurrents – de la marine indienne avec ses 45 MiG-29K, les informations qu’il contenait avait déjà été révélées trois semaines plus tôt par un hebdomadaire indien, en l’occurrence India Today.

Ainsi, selon ce dernier, qui a cité une source au sein de l’Indian Navy, les MiG-29K ne seraient pas assez « résistants » pour supporter les appontages. Ce qu’ont confirmé plusieurs sources à Defense News.

« Après chaque appontage sur le porte-avions, des composants de l’appareil se fissurent, cassent ou arrêtent de fonctionner. L’avion va ensuite à l’atelier pour y être réparé et recevoir des pièces qui doivent souvent venir de Russie », a expliqué l’amiral Arun Prakash, un ancien chef d’état-major de l’Indian Navy.

Aussi, New Delhi voudrait que ses MiG-29K soit « plus robustes ». Les « Russes ont envoyé des équipes techniques pour examiner le problème et trouver une solution car l’avion est encore sous période de garantie », a précisé India Today. Qui plus est, un responsable du ministère indien de la Défense a affirmé, rapporte Defense News, que Hindustan Aeronautics Limited (HAL) ne peut pas intervenir. « Sans autorisation du constructeur, il est difficile de procéder à des modifications », a-t-il dit.

« La vérité est que la marine indienne a pratiquement financé le développement de cet avion [la marine russe a récemment acquis à 24 exemplaires]. Si les Russes avaient une éthique, ils veilleraient à ce que chaque inconvénient soit réglé gratuitement », s’est emporté l’amiral Prakash.

Ces problèmes structurels des MiG-29K ne sont pas les seuls. L’an passé, le Comptroller and Auditor General (CAG, l’équivalent indien de la Cour des comptes) avait tiré à boulets rouges sur ce programme de 2,2 milliards de dollars, en dénonçant des appareils livrés qui n’étaient pas conformes aux attentes de l’Indian Navy. Et de citer des défauts de qualité concernant les moteurs RD-MK33, la cellule et les commandes de vol électriques. D’où la faible disponibilité de ces avions, qui sont désormais les seuls chasseurs embarqués indiens après le retrait des Sea Harrier.

Cela étant, la marine indienne compte se doter de 57 nouveaux appareils, dans le cadre de son programme « Multi Role Carrier Borne Fighters » (MRCBF). Selon les spécifications de ce dernier, l’avion qui sera retenu devra pouvoir mis en oeuvre depuis un porte-avions STOBAR (Short Take-Off But Arrested Recovery, comme l’INS Vikramaditya) ou CATOBAR (Catapult Assisted Take-Off Barrier Arrested Recovery, qui sera la configuation du prochain « Indigenous Aircraft Carrier » qu’envisage de construire New Delhi). Le constructeur français Dassault Aviation entend bien remporter la mise avec le Rafale M, de même que Boeing avec son F/A-18 Super Hornet et Saab, qui compte soumettre une version navalisée de son JAS-39 Gripen E/F.

46 commentaires sur “La marine indienne a toujours des problèmes avec ses avions embarqués MiG-29K”

  1. [« Après chaque appontage sur le porte-avions, des composants de l’appareil se fissurent, cassent ou arrêtent de fonctionner. L’avion va ensuite à l’atelier pour y être réparé et recevoir des pièces qui doivent souvent venir de Russie », a expliqué l’amiral Arun Prakash, un ancien chef d’état-major de l’Indian Navy.]
    Un moyen pour les russes de se gaver encore plus en facturant ces pièces ?

    1. Non, tout simplement un mauvais calcul de contraintes, comme nous en avons connu avec l’Étendard IVM et P dans la marine française, en son temps

      1. Rappelons que l’INS Vikramidity n’est en service que depuis 2014 après avoir été livré en 2013.
        Quels Étendard IVM et P auraient été retirés suite à de tels problèmes après moins de 5 années de service ? Aucun semble t’il.

  2. Les russes défendent leur image bien plus qu’ils ne défendent la réalité.
    Pour les russes, tout est toujours parfaits et c’est toujours le top du top.
    Mais la Russie a toujours profité de l’Inde pour faire vivre son industrie militaire depuis les années 2000.On peut légitimement s’interroger sur ce que serait devenu certaines sociétés russe sans le client indien qui profitait lui aussi de leurs situations chaotiques.Que serait Sukhoi aujourd’hui s’il n’y avait pas eût la commande indienne, ce Su-30, seul avion que la Russie pouvait donner à l’Algérie après que la société Mig, totalement à la ramasse elle aussi, livra des Mig-29 en piteuse état alors qu’ils sont sensés être tout beau tout neuf.Que serait le constructeur du char russe T-90, sans la commande indienne, ce même char modernisé par les indiens avec des équipements occidentaux qu’on retrouve là aussi en Algérie.Ce constructeur de char, qui encore récemment était au bord de la faillite.
    Que dire du sauvetage de chantiers naval russe par l’Inde? Là aussi on en a donné du travail, que ce soit pour récupérer un vieux porte avions qui a coûté bonbon aux indiens car les russes sous-estimant le coût de la remise en état. L’Inde louant les vieux sous-marin nucléaire russes dont elle n’a pas les moyens de remettre en état, comme l’ancien Nerpa.L’Inde finançant un projet de frégate que les russes ont achetés et vantent aujourd’hui devant la Syrie, les mérites.Ce programme bien entaché par l’interdiction ukrainienne d’exporter des produits à usage militaire à la Russie, fait qu’aujourd’hui, Moscou brade les derniers navires qui devaient lui revenir de cette série et qu’elle ne peut finir sans les éléments ukrainiens, là aussi l’Inde est le client.
    Le missile Brahmos, l’avion de 5e génération et tant d’autres projets, l’Inde est le porte feuille du complexe militaro-industriel russe.
    Le Mig-29k, lui aussi est un autre exemple de tout cela, projet indien, donnant un peu de travail a cette société Mig dont on se demande combien de temps elle durera et qui créa un avion raté à partir d’un avion totalement inadapté a cette mission.Les russes ont beau dire que cet avion est superbe, les indiens sont d’un autre avis et les indiens ne sont pas tenu par la même langue de bois que l’armée russe par rapport aux produits russes.Pourtant on pourrait bien relativiser ses déclarations du côté russe, car récemment , au large de la Syrie n’ont-ils pas perdus un de ces Mig-29k tout neuf? N’a t-il pas arraché les câbles d’appontage du navire? n’a t-il pas poussé la Russie a devoir envoyer tous ses avions embarqués sur sa base terrestre?
    C’est bien cela qui différencie un pays ou l’on parle des problèmes, comme la France ou l’Inde, avec un pays ou on les caches et ou on ne parle que de ce qu’on veut faire briller comme la Russie ou la Chine.Pour un amateur, on pensera que les problèmes et les équipements inadaptés ne sont que chez nous vu qu’ailleurs personnes ne s’en plaint.

    1. Bonjour, de mémoir ils en ont perdu 3 en 2 semaines.
      C’est pour cela qu’ils ont à la fin envoyés les autres sur une base syrienne terrestre avant de faire rentrer leur Amiral Koutzenov « triomphant » dixit Sputnik (forcément).
      Heureusement pour les Russe qu’ils ont construit un croiseur-lance-missiles-porte-aéronef-machine-à-café, parce que pour ce qui est de lancer des avions depuis un porte-avions, il n’ont pas l’air très au point.

  3. Les indiens ont des problèmes avec leurs Su30 Mki, avec leur MIG-29K, avec la mise au point de leur TEJAS, les Russes les écartes du programme T-50, Dassault refuse que les Rafale soit construit sur place par manque de savoir faire, on peut se demander sérieusement si les indiens savent faire la maintenance de leurs avions.
    J’ai comme l’impression que tout dans ce pays est un vrai bordel, que ce soit pour conclure un contrat, développer un avion, ou pour entretenir un appareil. Ce pays manque franchement de sérieux.
    je me demande si ça va etre bon pour l’image du Rafale d’en avoir vendu à l’Inde car ils ne sauront visiblement pas s’en occuper.

    1. Dassault ne refuse pas la construction sur place.
      .
      Dassault refuse de GARANTIR les avions construit en Inde, totalement différent !

      1. Bah non, ca veut dire qu’ils ne font pas confiance dans la qualité d’assemblage et réglage des indiens et qu’ils ne veulent pas prendre le risque de payer pour leurs erreurs.

      2. Non pas différent, c’est au contraire une preuve que Dassault ne fait nullement confiance en la qualité d’assemblage et réglage des indiens. Refuser de garantir une fabrication sur place c’est un gage de non confiance.
        Les indiens sont réputé pour être très désorganisés, pas sérieux dans ce qu’ils font, et comme le dit MERCATOR, il n’y a qu’à voir le pays pour se rendre compte à quel point ils travaillent n’importe comment, ils rafistolent, ils ne respecte aucune règle, bref je comprend que Dassault ne veuille pas garantir des avions qui pourrait nuire à l’image internationale de l’avion si plein de défauts font surface suite à de mauvais assemblages.

        1. Refuser de construire sur place = refuser de construire sur place (garanti ou pas garanti)
          .
          Refuser de garantir une construction sur place (non maîtrisé donc) n’implique pas de refuser la construction, seulement que les indiens devront s’en prendre qu’à eux même de ne pas avoir respecter le manuel d’utilisation de la chaîne de montage.
          .
          Si A != B alors c’est différent.
          .
          Mais ça c’est du chipotage, dans le font ca revient au même, Dassault ne fait absolument pas confiance aux indiens, et qui pourrait trouver à redire à ça ?
          Là où les chinois seraient à même de faire un Rafale ++ les Indiens seraient capable de le transformer en biplan

    2. Si vous allez aux Indes il suffit de voir le réseau électrique non enterré, un fouillis inextricable de fils se balançant aux quatre vents, un code de la route inexistant, un réseau routier digne du moyen age, bref un pays du tiers monde avec une élite intellectuelle de premier plan.

    3. Dassault ne refuse pas la construction de Rafales en Inde, il refuse de garantir la conformité des avions produits sur place (ce qui me paraît être la moindre des choses).

    4. Dassault n’a jamais refusé la construction de rafale sur place mais a demandé 2 choses ; choisir le partenaire industriel indien et avoir un certain contrôle puisque c’est l’entreprise qui garanti le produit finit.
      L’entretien des mirages 2000 indiens se fait en Inde depuis quelque temps déjà, Dassault a prit le temps de transmettre de savoir faire et ca fonctionne bien. La meme chose se met en place pour l’entretien du rafale, ensuite peut être avec un autre contrat le rafale se produit sur place mais il faudra un nombre important d’appareil. Il faudrait prévoir 10 ans minimum pour former les Indiens avec un rythme de 10 rafale par an, il en faudrait 100.
      Le Tejas est très en retard mais c’est le premier projet Indien au vu de leur expérience c’est déjà pas si mal.

    5. Possible, mais à ce que je sais, les indiens n’ont jamais eu de gros problèmes avec leurs avions de combat d’origine occidentale : Harrier, Jaguar ou Mirage 2000… Ni d’ailleurs avec leurs Mig-21 ou Su-7 russes plus anciens. Ce qui prouve au passage que leur armée de l’air est parfaitement compétente : les pakistanais en savent quelque chose d’ailleurs. Quant au programme FGFA (qui n’est pas à proprement parler le T-50 mais un dérivé), les négociations butent pour le moment parce que les russes ont décidé unilatéralement de doubler la facture.

  4. Vont reprendre une louchée de chasseurs Russes les Indiens….
    Le jour ou ils comprendront comment ils se font enfler par les Russes peut etre que cela bougera mais d’ici là…..

  5. J’ai du mal à imaginer l’Inde choisir (encore) un nouveau fabricant d’avions de chasse au regard de sa flotte actuelle. En clair, je vote pour un choix raisonné qui serait le Rafale (M).

    1. @ ricojaneiro

      Il n’y jamais aucun choix raisonné en terme de choix d’arme : tout est politique. Sinon le meilleur matériel gagnerait à chaque fois (et il suffit de regarder les 20 dernières années de contrat pour s’en rendre compte).
      .
      En plus, en Inde, il faut gérer la culture spéciale du pays (doux euphémisme).

      1. Vous n’avez pas tort. Cependant, si tout est politique, peut on alors imaginer Saab remporter ce marché ?

  6.  » qui compte soumettre une version navalisée de son JAS-39 Gripen E/F »
    mais oui, mais oui… un peu comme la crosse d’ appontage sur l’ Eurofighter…

  7. J’ai lu le contraire pourtant sur Sputnik.fr ! Tout va très bien, tout va très bien ! 😀

  8. La Russie nous gave de sa propagande sur ses sites (sputniknews, rt) avec leurs Wunderwaffen soit disant supérieures à tout ce que font les USA, les marsiens et les klingons. Tout ca, c’est du vent. Leurs chasseurs 4g ont 10 ans de retard et ne sont pas fiables. Leurs tentatives dans le 5g genre pak-fa sont du bluff : l’Inde a poliment invité la Russie à porter leur incompétence ailleurs.
    Leur fabuleux S300, S400 sont probablement du même tonneau. Tout ce qui reste à ce pays décadent c’est un arsenal nucléaire hérité de la guerre froide, grâce auquel ils peuvent continuer à enquiquiner la planète.
    L’Inde devrait mettre une croix sur la Russie, elle a perdu assez d’argent avec ces clowns. Si l’Inde veut des chasseurs 5g qu’ils achètent des F-35.

  9. « « Nous réfutons toutes les allégations négatives d’un article concernant les avions MiG-29K, qui sont les seuls avions de combat du porte-avions [indien] INS Vikramaditya. Ni nous, ni nos partenaires n’avons reçu de réclamations officielles sur des problèmes relatifs aux avions MiG », a tenu à faire savoir le constructeur russe.

    Et d’ajouter, selon le texte que RAC a envoyé à Jane’s 360, qu’il « convient de mentionner que les porte-avions INS Vikramaditya et [INS] Vikrant sont adaptés pour mettre en oeuvre des avions russes, y compris les MiG-29K/KUB. Tous les systèmes techniques [du] navire ont été produits en Russie et ont été conçus pour fonctionner uniquement avec des avions MiG. » »
    .
    Voilà ce qu’est la propagande russe. Propagande qui met malheureusement des milliers d’internautes dans le doute et ce, pour toutes les sphères possibles, de la politique au domaine militaire.
    .
    Et ça ose ce moquer du F-35 sur RT alors qu’ils ne sont même pas capable de concevoir un appareil de 4e gen + ou encore de mettre en service un AESA embarqué, après 17 ans d’utilisation chez les américains …

    1. Nico,
      Excusez le hors sujet, les commentaires sont fermés avant que j’ai pu répondre.
      Vous qualifiez Udo Ulfkott et son ouvrage « journalistes achetés ou soudoyés », en allemand « Gekaufte journalisten « de « livres ou des torchons complotistes que vous prouverez quoi que ce soit » ?
      Ce monsieur a fait partie des journalistes stipendiés par la CIA en Allemagne il cite des affaires, les méthodes et des noms, son livre est un best seller en Allemagne et en dehors de l’unanimité habituelle de la grosse presse à insinuer et diffamer, comme vous le faites, mais cela ne prouve jamais rien sinon leur embarras, personne n’a disqualifié son ouvrage.
      Et votre méthode de qualifier de torchon complotiste tout ce qui est critique à l’égard du gouvernement américain est le signe que vous n’avez pas d’argument, que vous croyez la grosse presse qui dit ou tait, encense ou diffame qui elle veut, et que ce qui n’est pas conforme à la doxa n’est digne d’aucun intérêt. C’est vous que je pourrais qualifier de délire complotiste dès qu’on touche aux USA. Ici-même, on m’a conseillé des livres très intéressants sur les méthodes américaines, écrits par des anciens des services ou de la diplomatie américaine. Vous voulez des citations précises et sourcées?
      Votre façon d’esquiver relève de la paresse intellectuelle. Pour rester poli.

    2. Possible, mais pas exact, mon cher Nico St Jean. Si on regarde chez MiG, on s’ aperçoit que la situation est contrastée avec un passé prestigieux et un présent misérable ( le terme est judicieux ). Le bureau d’étude à été réduit au minimum par la volonté du Kremlin alors que l’entreprise à été la cheville ouvrière de la guerre froide. Les MiG 19 et 21 continuent de voler au Pakistan et en Inde et les les MiG 31 continuent de garder la Sibérie avec leurs radars PESA , premiers du genre.
      .
      Je continue de garder un oeil sur ce concepteur car Poutine préfère Sukhoi. Et rien ne permet de penser que l’état Russe passera commande du MiG 35, dernière itération du MiG 29.

      1. si le mig 35 servira de chasseur moyen alors que le T50 servira de chasseur lourd.
        l’achat de quelques SU35 n’est là que pour aider à l’exportation.

    3.  »Les porte-avions INS Vikramaditya et [INS] Vikrant sont adaptés pour mettre en oeuvre des avions russes ». S’il fallait prendre cette phrase à la lettre, on devrait comprendre que la logique de la construction aéronautique navale russe est la suivante:
      1) on construit d’abord des avions embarqués
      2) puis on construit des navires sur lesquels ils peuvent se poser et décoller.
      En caricaturant, on peut donc en déduire que ce sont les portes-avions qui doivent être adaptés aux avions, et non l’inverse . Si c’était vrai, cela pourrait expliquer beaucoup de choses !

  10. C’est pas la fête pour la Russie, elle a perdu le marché des sous-marins indiens (c’est le Scorpène français qui a gagné) après l’explosion à quai de l’INS Sindhurakshak (un ex-Kilo russe), les Tu-142 de patrouille maritime indiens seront remplacés par des P-8 Poseidon américains et sauf erreur les hélicoptères Kamov de la marine vont être remplacés par des hélicoptères Dhruv de fabrication locale. L’inde diversifie ses importations au détriment de la Russie.

  11. Le F18 et Rafale sont les seuls concurrent sérieux, le Gripen est une proposition de navalisation jamais vérifiée qui pourrait donner les memes résultats que le MIG29K.

    1. Petit hors sujet : Pour la construction du F-16 « Make of India », c’est mort semble t’il !…
      «  » »Washington, dans le cadre de l’appel d’offre indien en vue d’acquérir et de produire un nouvel avion de combat monoréacteur, l’avionneur américain Lockheed-Martin s’est vu notifier une « fin de non –recevoir » de l’administration.
      L’administration américaine en charge des exportations d’armement et le Pentagone ont refusé le transfert de la technologie critique et la production des avions de chasse F-16 dans le cadre de l’initiative « Faire en Inde ».
      À la question de savoir, si les États-Unis ont accepté le transfert de technologie sophistiquée et la production du F-16 dans le cadre de l’initiative « make in India », Subhash Bhamre, ministre indien d’État à la Défense, a déclaré « Non » à une question au Parlement mardi dernier.
      Les technologies critiques en question font parties des systèmes intégrés du radar à antenne à balayage électronique (AESA), des systèmes de ciblage électro-optique, du capteur infrarouge IRST et concerne le système de brouillage des fréquences radio. Ces technologies forment une composante importante du F-16 « Viper » proposé jusqu’ici à l’Inde.
      Lors de la remise de l’offre américaine, l’Inde avait demandé la garantie des États-Unis pour le transfert complet de technologie.
      «  » »Un revers pour Lockheed-Martin :
      Cette décision, bien peu étonnante de la part des Etats-Unis qui ne partagent pas leurs technologies, semblent mettre un sérieux frein à la vente de F-16 en Inde. Il semble que seul les suédois et le Gripen E peuvent encore espérer se positionner sur cette demande. Du côté de l’avionneur américain, on a commencé à déplacer la production des avions de chasse F-16 à Greenville à partir des installations existantes de Fort Worth au Texas. Les plans pour déplacer la chaîne de production vers l’Inde sont ainsi définitivement enterrés. » » »
      Reste donc le seul Gripen pour une hypothétique construction en Inde d’un appareil monomoteur !…
      Et là, je retombe sur le sujet : Dans ce cas ou le Gripen serait choisi, une version navale (qui vaudra ce qu’elle vaudra…) aurait toute sa pertinence pour l’Indian Navy !

      1. exacte sur la partie F16 mais le gripen est aussi dans la meme situation puisque SAAB a beaucoup d’éléments étrangers dans leur avion. On se souviendra de la réaction des anglais quand le brésil a parler d’exporter des gripen fabriqué au brésil à l’argentine.
        Le contrat n’a que peut de chance d’aboutir surtout quand on regarde la puissance de la suède. L’inde cherche des partenaires plus lourd. Enfin jamais l’IN n’achètera un chasseur sur papier et encore moins un mono réacteur. Autre réalité HAL a abandonné l’idée de produire les tejas I, IA et le tejas II en meme temps. C’est donc une branche de reliance qui se chargera de produire les 83 tejas II. Donnant raison à Dassault. En d’autre terme si on reprend l’argument de la mutualisation et du make in India le rafale semble fort bien placé pour se vendre à 147 exemplaires supplémentaires si le make in India suit. (pas de raison que le F18 soit produit sur place si le F16 ne l’a pas été).
        autre nouvelle la GB continue de travailler avec les américains et sur le talaris en plus du SCAF ce qui laisse penser qu’il y aura un choix budgétaire pas forcement positif pour la France puisque BAE se plaint du partage industriel avec Dassault. Ce qui expliquerait également l’accord de principe avec l’Allemagne. A noter là aussi qu’il n’y a plus d’intérêt pour le F35 coté allemand.

  12. Et pendant ce temps là, l’Inde vient d’annoncer qu’elle vient de commander 108 PAK FA. Les Russes ont raisons de les traiter ils le font car la preuve ils en redemandent !

    1. @niccos

      108 pak fa ? pourriez vous nous donner le lien de l’article svp ? merci d’avance

      1. Aucun risque que cela soit confirmé. Le projet d’acquisition éventuelle de PAK FA ( ou T 50) par l’IAF n’est qu’un serpent de mer qui réapparaitra encore de temps à autre, tant que les Russes n’accepteront pas les transferts de technologie que réclament les Indiens pour une production en commun . D’après ce qu’on peut lire dans les journaux indiens , devrait durer encore longtemps .

    2. Cette blague circule sur les sites pro-russes depuis 2013 ! elle ressort tous les 3 mois, à chaque fois « l’Inde est sur le point de… » ou « une commission d’experts estime… » ou encore « le général bidule est favorable à… « .
      C’est amusant, mais on attends toujours le contrat !

      1. on a entendu la meme chose avant que le contrat rafale en inde se concrétise…

    3. Alors l’Inde n’achètera jamais de PAKFA mais une version modifiée appelé FGFA.
      Ensuite rien n’a encore signé concernant le SU57.

  13. Ils n’ont pas voulu du Rafale ?…qu’ils fassent avec ce qu’ils ont …et s’ils perdent autant d’avions que de pilotes cela nous laissera la possibilité de vendre peut-être …l’après Rafale !

  14. Quand les indiens recevront leurs premiers rafale, ils comprendront toute la différence qu’il y a entre une rols et une super cinq, à ce moment là ils se déciderons beaucoup plus vite pour équiper leur marine.

  15. « des appareils livrés qui n’étaient pas conformes aux attentes »

    Tiens, ça me rappelle l’affaire des MiG-29SMT algériens. Ils sont vraiment forts ces russes (en particulier MiG), pour refourguer leur camelote à tout le monde en leur faisant croire que c’est du matos de qualité !

    1. Et les russes ont également refourgués leurs armes a de nombreux pays dont l’Algérie par ce contrat en transformant leurs dettes en dons d’armements, ainsi on efface ses dettes en Russie.Imaginez qu’en France pour régler notre dette a tel ou tel on leur donne des rafale et des blindés.
      Les russes utilisent leurs armes comme une monnaie d’échange, c’est ainsi qu’ils arrivent à maintenir leurs usines, malgré de gros problèmes.
      Récemment c’est la Thailande qui achète des Su-30 contre de l’huile de palme…

      1. Ce n’est pas la Thaïlande mais l’Indonésie.
        A noter que le ministre indonésien du commerce, peu diplomate, n’a pas caché aux journalistes que les sanctions internationales qui frappent la Russie peuvent être profitables à son pays, la Russie étant prête à tout contre des denrées alimentaires.

  16. A lire tous ces commentaires d’experts sur la piètre qualité de l’armement russe, on se demande pourquoi la plupart d’entre eux sont morts de trouille devant la Russie.
    Le reste c’est juste l’habituelle désinformation qui accompagne les contrats d’armement.

Les commentaires sont fermés.