Armée de Terre : Un commandement dédié à l’assistance militaire opérationnelle verra le jour en 2018

Le dossier concernant les restructurations du ministère des Armées pour l’année 2018 précise que les mesures de réorganisation s’inscriront « dans la continuité » de celles prises en 2016, afin d’achever « le plan de transformation de l’armée de Terre ‘Au contact' ».

Seulement, ce dernier, dévoilé il y a maintenant deux ans, n’évoque à aucun moment la création du COM AMOT, un nouveau commandement spécialisé pour « l’Assistance militaire opérationnelle de l’armée de Terre ». Et pourtant, il doit bel et bien voir le jour en 2018, un échelon « préfigurateur » devant être mis en place d’ici le début du mois de septembre.

Ce nouveau COM AMOT sera adossé à l’État-major spécialisé de l’outre-Mer et de l’étranger (EMSOME), qui a vu le jour le 1er juillet 2016 en lieu et place de « l’École militaire de spécialisation de l’outre-mer et de l’étranger. »

Actuellement dirigé par le général Philippe Delbos, l’EMSOME, qui doit rejoindre l’École militaire, à Paris, a la responsabilité organique de 11 unités terrestres déployées outre-Mer et à l’étranger. Il « garantit leur performance en lien de coordination avec les commandements interarmées (COMIA) et les commandements et directions de l’armée de Terre. »

L’Assistance militaire opérationnelle (AMO) se définit, selon le général Houïtte de La Chesnais, le major-général de l’armée de Terre, comme « l’appui à nos forces partenaires, partout dans le monde auprès desquelles nous sommes engagés en opération. » Elle consiste à « à former, organiser, conseiller, entraîner, équiper voire accompagner militairement un pays tiers dans un cadre bilatéral, interministériel ou éventuellement multinational et dans un environnement hostile ou semi-hostile » et doit être comprise comme « une véritable coopération entre les forces armées françaises et les forces armées du pays en question dans une logique de transmission. »

Or, l’AMO est un savoir-faire historique de l’armée de Terre. D’où la création de ce COM AMOT afin de l’organiser « structurellement » pour répondre le mieux possible aux besoins dans ce domaine.

Ainsi, la créaction de ce commandement dédié, qui sera dirigé par le colonel Alain Vidal, ancien commandant de l’unité de commandement et de coopération opérationnelle des éléments français au Sénégal, vise, explique le général Delbos, à augmenter les capacités de l’armée de Terre à « préparer, planifier, conduire une opération de montée en puissance et d’accompagnement des armées de nos partenaires. »

Ce nouveau commandement, qui comptera une trentaine de personnels quand sa montée en puissance sera achevée, permettra aussi à l’armée de Terre d’avoir une « vision globale » et un « référent unique » de l’assistance militaire opérationnelle. Et l’une de ses tâches sera d’assurer le suivi des expertises au sein des forces terrestres françaises.

« Avec ces procédures, quand nous aurons un besoin particulier, nous pourrons les détenir et les déployer rapidement. C’est le COM AMOT qui aura cette vision globale et anticipée du besoin lui permettant de proposer l’organisation à mettre en place, les formations à préparer, etc. », souligne le général Delbos.

Une autre mission du COM AMOT sera « d’aider nos partenaires à prévenir les crises le plus en amont possible afin d’éviter que nous intervenions directement. Si jamais les crises arrivent, il faut pouvoir les maîtriser, en complémentarité des forces du pays partenaire. Nous devons donc renforcer ces capacités afin d’être plus fort dans cette phase préventive et donc moins engagé directement », continue le chef de l’EMSOME. Et cela, en relation avec avec la Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) du ministère des Affaires étrangères et les différents organismes interarmées.

Actuellement, l’armée de Terre fournit notamment une assistance militaire opérationnelle aux pays du G5 Sahel dans le cadre de l’opération Barkhane ainsi qu’à l’Irak, avec deux détachements auprès de la 6e Division d’infanterie irakienne et de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS).

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].

Contributions

  1. de MD

  2. de Jm

  3. de Bipbip

  4. de wrecker47

  5. de wrecker47

  6. de guiberd