Imbroglio franco-italien au sujet de STX France, stratégique pour la construction navale militaire

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

54 contributions

  1. dureau dit :

    Kohler, l’homme qui a précipité le départ du CEMA…. Le hasard existe-t il ou bien y a t il autre chose de moins reluisant derrière ces grandes manœuvres ?

  2. Myshl dit :

    STX construit des bateaux, pas des navires de guerre.
    Il nous faut des chantiers qui nous construisent nos navires de guerre.
    Les PME font bien le boulot, pour les « Petits navires » dont nous avons besoin.
    Les gros chantiers ne construisent plus que vers le marché « Croisière de retraités »,
    et si on leur contracte un navire de guerre ils nous font un truc qui flotte, mais qui n’est pas un navire de guerre.

    Alors faut pas trop angoisser quant à l’avenir de STX.

    Il nous reste les PME qui nous font très bien nos petits navires.
    Et pour nos gros navires, il faut renforcer no chantiers nationaux, nos arsenaux, comme Richelieu a su le faire, mais lui avait la volonté, et servait l’Etat.

    A tout vendre, on se vend.

    • Dans le bayou dit :

      Sans revenir 50 ans en arrière, STX France a construit sous divers noms 5 BPC, 8 frégate type Floréal et possède les formes pour des navires de plus de 250 m, des porte-avions par exemple…

    • Requin dit :

      LOL, histoire de dépenser 5 ou 6 fois la même somme pour que ce soit l’entreprise privée Naval Group (nom très « très français » n’est-ce pas ?) qui fasse très mal, trop petit et très cher à Brest ce que peut faire l’un des meilleurs spécialistes mondiaux des navires de grande taille et seule constructeur français capable de construire des navire de plus de 260 m et à des prix très compétitif.

      Il y a des fois, où le « nationalisme » de certains arrive encore à m’étonner par leurs bêtises….

    • Renato dit :

      Les bcp ont été construit dans les bassin de STX ,car il sont les seul en France de disposer de cale permettant de construire de navire de cette taille et ainsi que des PAN de la classe CDG .
      DCN devenu Naval Group n’ont pas de bassin aussi grand a Lorient et à Brest pour ce genre de navire.

      • Myshl dit :

        Les BCP ne sont pas des navires de guerre, tout juste des plates-formes aux normes civiles à usage militaire. Les coques des BCP sont des coques de bateaux de croisière. Vous n’en verrez jamais en Arctique, faut pas les abimer. En Egypte et sur les mers chaudes, ils sont bien, et ils y resteront.

        STX a à St-Nazaire à lui seul la capacité de construire une petite sœur au PAN? Le CDG est le dernier, il n’y aura jamais d’autre PA. Le PA est un anachronisme, plus un gouffre à fric.

        Faut changer. Faut savoir changer.

        • Alpha dit :

          @Myshl
          Les « BCP » (sic) que vous évoquez, et qui sont en fait des BPC, répondent à certaines normes civiles, mais ne sont absolument pas des « coques de bateaux civils ». Ainsi, les coques des BPC sont plus cloisonnées et par endroits -notamment la soute à munitions- la tôle y est beaucoup plus épaisse qu’un navire civil… En fait, « norme civile » ou « norme militaire » permet juste de répondre à certains points de contrôle, selon certains accidents ou certaines avaries … Et beaucoup de navires de construction antérieure aux BPC, et donc répondant à des normes militaires, ne navigueraient plus si certains points de sécurité étaient vérifiés par un organisme civil !… D’ailleurs, même les FREMM sont construites selond e telles normes … Un petit lien, simple, pour vous aider à saisir la différence : https://www.lesechos.fr/05/12/2006/LesEchos/19808-518-ECH_les-militaires-s-inspirent-des-normes-des-navires-civils.htm
          Vous devriez en quelques « clics » trouver sur le net des liens beaucoup plus techniques …
          Pour ce qui est de la navigabilité en eaux arctiques, dites nous quels sont les intérêts de la France dans cet océan qui la verraient y déployer ses BPC ???? 🙂
          Mais ceci dit, sachez que les BPC ex-russes revendus à l’Egypte, étaient prévus pour naviguer dans les eaux polaires, avec coques renforcées, pont chauffant, etc … Ils ont même été proposés au Canada ! …
          Pour ce qui est de votre délirium, devenu régulier maintenant, sur les porte-avions, je vous ferai juste remarquer que de plus en plus de marine s’en équipent !!! Tiens, les USA viennent justement de mettre en service une nouvelle classe … 😉

        • Fred dit :

          Les Russes qui ont à n’en pas douter une expérience des mers froides, ont acheté des BPC.

  3. auxsan dit :

    la dernière solution me semble plus logique (avec les éléments succincts que l’on a).

    • Auguste dit :

      Des clients qui entrent au capital d’un fournisseur…hummm !.A votre avis,quel sera leur premier soucis?.Pas celui de payer les navires plus chers que la concurrence,en tous cas.Quant à Naval,STX ne l’intéressait pas,sinon avec Fincantieri.D’ailleurs,on pourrait se poser la question,pourquoi personne n’en a voulu de STX et de son savoir faire?.Pourquoi ce savoir faire,on l’a donné aux Coréens sans que ça pose de problèmes ?.Ici les questions,à vous Cognac-Jay pour la réponse.

      • Requin dit :

        L’industrie naval n’est pas une activité très lucrative, le % de bénéfice y est moins fort que dans les autres industries. C’est quelque chose de connue depuis des années.

  4. Leum dit :

    En gros, Kohler essaye de faire plaisir a ses amis?

    • Requin dit :

      Ou bien il essaye que le seul chantier français capable de construire des porte-avions, porte-hélicoptères et pétrolier-ravitailleur redevienne de capital français au lieu de rester étranger, et avec un associé chinois en plus.

      Mais bon, si c’est ce que vous souhaitez….

      • Leum dit :

        La nationalisation ça ne marche que très rarement.

        Et aucune banque ou entreprise française n’a le cran de servir les intérêts de la nation sur un projet pareil.

  5. PHLF dit :

    Si l’état veut garder le contrôle par rapport à Fincantieri c’est aussi en raison de sa forte proximité avec le groupe chinois China State Shipbuilding Corporation: http://www.opex360.com/2016/12/27/fincantieri-serait-le-seul-repreneur-declare-pour-le-chantier-naval-stx-france/

    Ce qui n’était pas le cas du groupe coréen STX Offshore and Shipbuilding.

    • Auguste dit :

      .Damen qui était l’un des possibles repreneurs et le préféré, travaille avec les Chinois depuis des lustres.

  6. Fred dit :

    La différence entre STX Offshore & Shipbuilding et Fincantieri est que l’Italien est un vrai concurrent de STX France, particulièrement sur la croisière. Imaginons que dans huit ans (à ce moment Fincantieri sera alors libre d’organiser la production entre ses différents chantiers, selon le schéma de vente actuel), il se produise une baisse des commandes, l’Italien pourra très bien regrouper tout ce qu’il veut produire en Italie, au détriment de la France. Par ailleurs, l’Italien est aussi en concurrence dans le domaine militaire avec Naval Group (ex DCNS) ; et s’il décidait de faire payer un prix exorbitant à Naval Group pour construire un BPC, type de navire que lui-même construit ? Fincantieri a aussi des partenariats avec la Chine : une autre possibilité pour lui de retirer à STX une partie de son carnet de commande, aujourd’hui très bien rempli, en pillant le savoir faire reconnu de STX.

    • Auguste dit :

      Faut arrêter avec « le savoir faire de STX »,Fincantieri l’a aussi.Il a 20 chantiers dans le monde dont 2 aux USA qui travaillent pour la marine américaine.Faut arrêter avec la Chine,qui tôt ou tard va acquérir les compétences,sans besoin de nous les piquer.STX était en faillite avec toutes ses compétences.A voir comment fonctionne Fincantieri,qui ne s’intéresse a STX que pour la grand bassin, c’est probable que STX ne fabrique plus un bateau de A a Z et qu’ils voudraient le spécialiser dans le off-shore (rumeurs).

      • Requin dit :

        Non, Fincantieri n’a pas le savoir faire de St-Nazaire qui a investi énormément d’argent (et les contribuables français aussi) dans la R&D. De plus St Nazaire possède les plus grande cale de construction d’Europe avec la possibilité de construire jusqu’à 400 m x 60.

        Quant à vos rumeurs, vous me faites marrer, c’est pas parce que St Nazaire se diversifie vers l’éolien offshore qu’il veut arrêter la construction de paquebot valant jusqu’à 1 milliard d’Euros pièces, cela alors que le marché est en forte demande et les carnet de commande plein pour une dizaine d’années. Et c’est sans doute pour cela que MSC et RCCL, 2 des plus importants armateurs de paquebots au monde veulent prendre des parts dans St-Nazaire, pour faire de l’offshore ? MDR

      • Fred dit :

        Wouaif … Lakshmi Mittal devait sauver la sidérurgie française … En fait, on s’est aperçu plus tard (?) hélas que sa stratégie internationale consistait à « tuer » les sidérurgies avancée (en gardant les brevets), pour faire monter le prix de l’acier et ne conserver qu’une production dans les pays à bas coûts sociaux. Tiens ? Fincantieri produit déjà 40% des bateaux de croisière au monde, il investi en Chine dans cette tranche, il a une production a forte valeur ajoutée dans le militaire qu’il peut garder en Italie … Il ne nous referait quand même pas le coup de Mittal ?
        .
        P.S. STX a quand même quelque brevets (pods …), process … à récupérer, eh ? Pour moins de 100 millions d’Euros, et un carnet de commande jusqu’en 2026, c’est bon à piller ! (je n’affirme pas que c’est ce qu’ils vont faire, mais c’est un risque sérieux)

    • ScopeWizard dit :

      Bien vu !

    • Fred dit :

      … Et il faut préciser que Fincantieri est la propriété de l’État Italien (largement majoritaire pour être exact) … Qui de toute évidence privilégiera son pays en cas de baisse de production.

      • Auguste dit :

        En tous cas pas pour les très gros bateaux,vu que Fincantieri n’a pas de grand bassin.D’où l’intérêt pour STX.Faudra pas trainer, parce qu’il m’étonnerait que les Chinois n’en construisent pas un (ou plusieurs) et comme Fincantieri est associé ……

  7. Niko dit :

    Si STX est « stratégique pour la construction navale », je ne comprends même pas pourquoi d’autres pays ont des billes dedans…

    • ScopeWizard dit :

      @Niko
      .

      Pourquoi ?
      Entre-autres :
      fusions-acquisitions , partenariats , participations etc … Le bordel du business habituel , quoi !

    • Fred dit :

      Parce-que STX fait essentiellement de la construction civile, mais que Naval Group n’a pas de bassin assez grand pour construire un BPC ou un Porte-avions et sous-traite alors les coques avec STX qui a le plus grand bassin d’Europe.
      À noter que les 66% de STX, malgré un chiffre d’affaire annuel d’un milliard d’Euros et un carnet de commande plein jusqu’en 2026 ne coutent que moins de 100 millions d’Euros (il s’agit d’une liquidation judiciaire de la maison mère internationale). Une affaire en or ! À nationaliser, donc, puisque cela est prévu dans le contrat avec STX Offshore & Shipbuilding, en cas de vente.

  8. Auguste dit :

    Dans cette affaire c’est pas tellement STX qui embête l’Etat,c’est que Fincantieri est un concurrent direct de Naval (même s’ils travaillent ensemble depuis un moment) et il craint qu’avec STX,Fincantieri,qui fait aussi du militaire,ne prenne le pas sur Naval.
    En tous cas cette affaire fait deux heureux:RCCL et MSC.Ils ont tout fait pour faire capoter l’affaire.Leur crainte c’était de n’avoir que deux constructeurs en Europe et donc de difficilement faire jouer les prix a la baisse.Il serait intéressant d’ailleurs de savoir quel prix ils ont obtenu de STX pour leurs commandes,tenant compte que la rentabilité d’un bateau c’est 2% quand ça rit.En outre il faut rappeler que les bateaux sont payés a la livraison et qu’il faut avoir des biscuits pour tenir jusque là.Alors, nationaliser c’est bon pour le moral,mais ça risque de coûter quand on sait comment les nationalisées sont gérées.

    • Requin dit :

      La rentabilité d’un navire de croisière 2% ??? C’te bonne blague 😀 Sans doute pour cela que comme le rappelle l’article, ces 2 armateurs ont pour 12 milliards d’euros de commande à St-Nazaire.

      auriez vous confondu rentabilité d’un navire avec bénéfice du constructeur ?
      Quant au prix, ce sont celui du marché. Ces entreprises ne sont pas françaises et irez voir ailleurs si les prix était plus élevé que la concurrence.

      De plus, cela fait des années que la Coface garantit le paiement de ces navires, éventuellement en avançant l’argent pour que le constructeur puisse avoir les fond nécessaire pour les construire.

      Donc au final, cela ne changera strictement rien de ce point de vue. D’autant qu’il ne s’agirait que d’une nationalisation provisoire pour écarter les Italiens.

      • dudul dit :

        Les chiffres sont têtus:
        Chiffre d’affaire 2016 de STX france environ 1.4 mld , bénéfices environ 427000 euros ! soit 0.03% du CA ! (Source:Verif, ou societe)
        Dettes: 1.8 mld…je crois que tout est dit !
        Auguste a raison le bénéfices sur la constructions d’un navire de croisière c’est 2% au mieux ! en mème temps l’activité principale est bien les navires de croisière ! au vu du bilan sommaire il y a quelque chose qui cloche , augmentation du CA et bénéfices en baisse !
        de plus quel industriel voudrait investir en étant minoritaire ?
        « Quant au prix, ce sont celui du marché. Ces entreprises ne sont pas françaises et irez voir ailleurs si les prix était plus élevé que la concurrence.  » mais justement c’est bien parce qu’ils sont bon marché qu’il passent commande (Cf : Dettes) avoir un carnet de commande plein c’est bien, mais gagner de l’argent c’est mieux !

  9. Nike dit :

    Il n’y a pas si longtemps ces chantiers s’appelait Alstom et ils étaient français, Alstom fournissait également des turbines, qui depuis ont été revendeurs à Général electric. Avec une vision de financiers de … qui vendent l’industrie française à la découpe pour faire un max de bénéfices, il ne faut pas s’étonner qu’on soit à la ramasse. Je ne vois pas les Allemands vendre Siemens à la découpe, ni les japonais Hitachi, ni les Canadiens Bombardier ? En fait il y a qu’en France que ce genre de choses arrivent.

    • ScopeWizard dit :

      @Nike
      .
      Ce qui fait écho à ma théorie selon laquelle la France est méthodiquement dépecée parce que trop réticente ( voire rebelle ) et trop puissante pour permettre aux USA via l’ Allemagne déjà inféodée de mettre l’ Europe en coupe réglée ; donc , tous les moyens sont bons afin de l’ affaiblir et de la diviser dans le but de la mettre progressivement hors-jeu en la déstabilisant le plus possible pour lui faire perdre/renoncer à toute souveraineté …
      Ce qui expliquerait la main-mise sur le pouvoir exécutif des financiers de Bercy pétris d’ idéologies européistes et atlantistes pour qui la Défense de la France ne doit plus exister en tant que telle , en tant qu’ outil assurant notre souveraineté , mais doit bien au contraire se fondre dans le cadre d’ une Défense européenne qui ne sera en réalité qu’ une émanation de l’ OTAN .
      .
      Cependant , je dois avouer que je suis plutôt agréablement surpris de la proposition de ce falot de Bruno Le Maire , le Ministre de l’ Économie , qui me fait l’ effet d’ un coup d’ arrêt en forme d’ avertissement , qui semble avoir saisi les principaux enjeux stratégiques vitaux que toute cette filière représente concernant l’ indépendance de la France en matière de construction navale , seule garante de la constitution d’ une marine nationale made in France , avec tout ce que cela implique et termes d’ emplois , de savoir-faire , d’ innovations , de recherche , d’ installations etc …
      .
      Sans être un fana des nationalisations , je considère que certains des fleurons industriels de notre pays doivent absolument être préservés et férocement gardés dans le giron national .
      .
      De plus , je suis partisan que nombre d’ autres pays fassent de même quitte à ce que nous échangions via certains partenariats ; alors , bien évidemment , plus nous serons nombreux à proposer la même chose et moins les marchés raflés risquent d’ être importants ; là où nous pourrions remplir le carnet de commandes pour 50/60 navires , nous n’ en obtiendrons peut-être que 10 ou 15 dans le meilleur des cas MAIS même si en termes d’ emploi et de perspectives d’ avenir ce n’ est pas idéal , j’ en conviens , je préfère cela plutôt qu’ un ou deux très grands groupes qui par le jeu des fusions/acquisitions/actionnariats et autres pirouettes financières ou de droit risqueraient de se faire absorber par d’ autres concurrents étrangers à l’ Europe lui faisant perdre de facto toute autonomie sur de tels secteurs stratégiques .
      .
      C’ est un fait ; soit nous-nous partageons le marché et nous prenons ainsi le risque que nos parts soient plus petites et il faut d’ ores et déjà songer à trouver les meilleurs moyens de protéger ces entreprises intrinsèquement plus fragiles ou du moins vulnérables , soit nous constituons de très grandes entités européennes , réduisant par-là même la concurrence , et remportons de plus grandes parts de marché ; ce qui , si les événements ne nous sont pas favorables , peut se retourner contre-nous et profiter à nos rivaux internationaux hors-Europe mettant en péril l’ un des éléments fondamentaux de notre souveraineté ; c’ est un choix crucial pour l’ avenir de notre pays , pour celui de l’ Europe .
      .
      À titre d’ exemple significatif , sans vouloir être rabat-joie ou casser du sucre sur l’ une de nos entreprises-phares , je constate avec un mélange d’inquiétude et d’ amertume , que depuis qu’ Airbus est sous administration allemande , ce n’ est plus du tout pareil et que c’ est le bordel !
      Du temps de Jean Pierson , par exemple , il me semble , même si bien-entendu je suis parfaitement conscient que c’ était une autre époque et que la situation du consortium européen a considérablement évolué depuis , que certains de nos intérêts étaient nettement mieux défendus et qu’ aucun des partenaires dudit consortium n’ avait réellement matière à se plaindre du sort qui lui était réservé …
      .
      Airbus serait-il devenu trop gros , trop gourmand , en définitive ?
      Quelqu’ un partage t-il ce sentiment ?

    • FredericA dit :

      « Je ne vois pas les Allemands vendre Siemens à la découpe, ni les japonais Hitachi, ni les Canadiens Bombardier ?  »
      .
      Et pourtant… Hitachi est en grande difficulté financière depuis la catastrophe de Fukushima, et ce, malgré un alliance avec General Electric (que vous citez également) :
      http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/02/15/les-trois-geants-japonais-du-nucleaire-en-difficulte_5079883_3234.html
      .
      Par un effet domino, c’est tout le groupe Hitachi qui est en danger. Ce faisant, les ventes à la découpe ont déjà commencées :
      http://www.zdnet.fr/actualites/hitachi-cede-sa-filiale-hitachi-kokusai-a-des-fonds-americains-et-japonais-39851674.htm
      https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/hitachi-envisage-de-ceder-ses-outils-electriques-hitachi-koki-1621531.php
      .
      En outre, Bombardier n’est pas au mieux de sa forme. A tel point, que le gouvernement Canadien a dû lui venir en aide financièrement :
      http://www.air-journal.fr/2017-02-09-canada-le-gouvernement-au-secours-de-bombardier-5176930.html
      .
      « En fait il y a qu’en France que ce genre de choses arrivent.
      Et si vous changiez de lunettes 🙂 ?

  10. L'impertinent dit :

    @Mr Lagneau Il est simple pour l’Etat de trouver cet argent. Il suffit de vendre certaines parts dans certains groupes non-stratégiques tenus dans la main de l’Etat (Macron a déjà annoncé la cession pour 10 milliards de parts dans le but d’abonder un fond destiné aux NTIC et aux énergies renouvelables). Cela n’a rien à voir avec le budget de fonctionnement de l’Etat et les 850 millions d’euros de coupe dans le budget des armées.

    L’Etat Français est l’un des plus gros détenteurs souverain d’action d’entreprises au monde (et c’est le plus gros en Europe, le troisième après la Chine et les Etats-Unis). De l’argent il y en a (il y en a beaucoup même). Mais cet argent ne peut pas servir à abonder le budget de fonctionnement, car ce serait verser de l’eau dans le tonneau des Danaïdes. Ici il s’agit d’investissement pérenne en one shot.

    • Laurent Lagneau dit :

      @ L’impertinent,

      Je pensais au coup de la recapitalisation d’Areva…

    • Auguste dit :

      Les participations il faut les vendre au bon moment,pas en catastrophe,quand il y a une belle plus value,pas pour des clopinettes,a perte comme c’est souvent le cas avec l’Etat.

  11. Steph dit :

    Je me rappele il y a quelques mois des articles dans les journaux de Fincantieri et de ministres italiens, la bouche en coeur, appelant à créer un ‘Airbus naval’ … oui à condition qu’il soit sous control total italien, on comprend mieux leur hypocrisie de l’époque.
    STX est fabuleux outil industriel qui a montré sa résilience, utilisable par le secteur militaire et il n’est pas question de le livrer à des voisins italiens qui le demembreront des que nous auront oublié leurs engagements.
    Pour 80 milllions (+ dettes), je suis un nationalisation totale mais temporaire, le temps de trouver un partenaire européen fiable avec qui parler d’égal à égal sans faire piller.

    • dudul dit :

      Dette: 1.8 mld, une paille et en constante augmentation, c’est peut être pour cela qu’aucun industriel n’a voulu acheter ce fleuron!
      « il n’est pas question de le livrer à des voisins italiens qui le demembreront des que nous auront oublié leurs engagements. »… supputations, en attendant c’est bien le camp français qui renie sa parole !

  12. David7894 dit :

    Pour comprendre cet imbroglio, il faut se rappeler quelques faits:
    1/ Octobre 2016 – Contrairement à ce qui était prévu initialement par STX, le tribunal de Seoul en charge de la procédure de redressement de STX Offshore & Shipbuilding décide fin 2016, afin de protéger les intérêts des chantiers coréens, de privilégier une vente globale de STX, éliminant de fait la totalité des acheteurs potentiels sauf un (c’est une question de surface financière). STX France, grâce à au soutien financier de l’Etat français, est la seule filiale rentable du groupe STX avec en plus des installations stratégiques et un carnet de commandes plein (14 paquebots sont à construire d’ici 2026). http://www.europe1.fr/economie/la-justice-sud-coreenne-cherche-a-vendre-en-bloc-stx-et-les-chantiers-navals-de-saint-nazaire-2875907
    2/ Il n’y a que 2 formes en Europe capable de faire des navires type BPC, porte-avions, gros paquebots, pétroliers, …. Celle de STX Saint-Nazaire possède par ailleurs la plus grande grue européenne; en étant capable de soulever des modules de navires plus gros, le temps d’occupation des cales sèches est réduit, ce qui a un impact significatif sur les couts de construction des navires. La deuxième forme est en Suède et a déjà été vendu il y a quelques années par STX.
    2/ Fincantieri et Naval Group sont des concurrents frontaux dans le naval militaire et les grands paquebots, ce que n’était pas les coréens. L’existence du bureau d’études de Saint Nazaire serait donc en cas de rachat en doublon avec son homologue italien. La pérennité de celui de Naval Group pourrait aussi se poser si la France n’avait plus aucun pouvoir d’imposer ses décisions sur ce chantier naval. Or Fincantieri n’offre comme réponse à ces derniers points que de belles promesses.
    3/ L’Italie a refusé lors de la vente d’Avio, au combien stratégique pour Ariane et Vega, de le vendre à des français, préférant le vendre à un groupe nord américain. Dès lors, l’argument de la construction européenne a bon dos.
    4/ Le gouvernement aurait un plan de financement avec deux croisiéristes, clients de STX, Naval Group et les salariés pour financer le rachat après nationalisation des chantiers STX. Le cout pour le contribuable serait donc très limité. En revanche, cela présente un risque pour les chantiers de Saint Nazaire. Ces deux sociétés sont des clients importants de Saint Nazaire. Les marges étant faibles dans le naval, il ne faudrait pas qu’ils privilégient leurs marges au détriment de celle du chantier de Saint Nazaire. La contrepartie de cet argument est que logiquement, ils devraient privilégier Saint Nazaire pour la construction de leurs futurs paquebots.

  13. Pierro dit :

    C’est ridicule. Les chantiers de Saint Nazaire devraient être repris par DCNS/ Naval Group qui pourrait ainsi se diversifier dans le civile et se placer à hauteur de Fincantieri qui le concurrent aussi bien dans le civile que le militaire.
    Avec une participation salariés/ Etat/ Naval Group.

  14. Auguste dit :

    Je me souviens de la vente par Fiat d’Avio qui avait fait pousser des hauts cris,car on allait faire entrer le loup dans la bergerie,c’est a dire les Américains,dans l’espace européen.D’autant plus bizarre cette alarme,que SAFRAN le candidat acquéreur était lié a GE.L’état italien avait bloqué l’affaire…..comme on bloque aujourd’hui la vente STX.Pour des raisons autres que ce qu’on veut bien nous dire,a mon avis.

  15. dudul dit :

     » L’Italie a refusé lors de la vente d’Avio, au combien stratégique pour Ariane et Vega, de le vendre à des français, préférant le vendre à un groupe nord américain » …Faux archi Faux.. Avio avait 2 entités 1/ les moteurs civils, 2/ les moteurs pour le secteur spatial, c’est la branche civile qui a été vendue a GE , et le spatial est rester dans le giron italien (space2 et Leonardo)
    Apparemment il y a 3 cale sèches sur le site de Saint-Nazaire, 2 appartenant a STX et une aux autorités portuaire d’une longueur de 350 mètres!
    « Fincantieri et Naval Group sont des concurrents frontaux dans le naval militaire et les grands paquebots, ce que n’était pas les coréens. L’existence du bureau d’études de Saint Nazaire serait donc en cas de rachat en doublon avec son homologue italien. » les bureaux d’études de STX n’ont rien a voir avec ceux de Naval Group, c’est ceux de l’ex DCNS qui conçoivent les navires de guerre, et pas STX, de plus DCNS faisait partie du tour de table !
    Beaucoup trop d’approximation et de supputations, mais je vous rejoins sur le dernier paragraphe !

    • Auguste dit :

      Le problème est surtout militaire,a mon avis.Il y avait 2 grands bassins:St Nazaire et Brest.Brest a été supprimé et si l’on doit construire un nouveau porte-avions,(entr’autres),c’est a St Nazaire et là serait le problème parce que l’on toucherait a la défense.

  16. Myshl dit :

    STX est « sauvé » par une inavouée nationalisation temporaire. Mais ne croyez pas que Macron, Philippe et Le Maire se soucient de la capacité mili de St-Nazaire. Il n’en ont rien à foutre du mili, le PA2 restera dans les rêves d’anachroniques mais pas dans leurs calculs. Ils ne « sauvent » St-Nazaire que pour les sous que rapporteront les gigantesques pré-cercueils flottants, les trucs à croisières de vieux.