L’Allemagne reporte l’achat du système de défense aérienne MEADS

En juin 2015, Berlin annonça son intention d’acquérir le système de défense aérienne MEADS (Multinational Extended Air Defense System) dans le cadre du programme TLVS [Taktisches Luftverteidigungssystem, ndlr], visant à remplacer les batteries Patriot de la Bundeswehr, acquises dans les années 1980. Le montant du contrat était alors estimé à plus de 4 milliards d’euros.

Pour rappel, le système MEADS, lancé en 1995 sous l’égide de l’Otan, est développé conjointement par Lockheed-Martin et les filiales de MBDA en Allemagne et en Italie. Ce programme n’a pas été épargné par les retards et les surcoûts, au point que le Pentagone envisagea, en 2011, de l’abandonner. Ce qu’il ne put pas faire, étant donné les pénalités qu’il aurait dû s’acquitter en cas de rupture de contrat.

Cela étant, le contrat devant confirmer les intentions allemandes n’a toujours pas été signé. Et il ne le sera pas d’ici les prochaines élections législatives, lesquelles auront lieu en septembre. Or, l’objectif d’Ursula von der Leyen, la ministre allemande de la Défense, était de boucler ce dossier avant la fin de l’actuelle législature.

Pour expliquer ce nouveau contretemps (le contrat aurait dû être signé avant la fin de l’année 2016), le ministère allemand de la Défense a expliqué que la proposition faite par MBDA ne lui convenait pas totalement. « Il y a encore du travail à faire », a confié une source à l’agence Reuters. Cette dernière avait avancé, en octobre dernier, que le coût du projet dépassait de « plusieurs milliards d’euros » l’estimation qui avait été faite au moment de l’annonce du choix en faveur du système MEADS.

Aussi, sauf retournement de dernière minute, le contrat « MEADS » risque de ne pas être signé avant l’été 2018. Et encore, tout dépendra de ce que décidera la nouvelle équipe gouvernementale qui sera en place après les élections de l’automne. En tout cas, pour le moment, le ministère allemand de la Défense s’attend toujours à ce que ce système de défense aérienne soit opérationnel d’ici 2025, conformément aux plans initiaux.

11 commentaires sur “L’Allemagne reporte l’achat du système de défense aérienne MEADS”

  1. Je ne sais pas si c’est du pragmatisme économique ou de l’inconscience stratégiqu’ô’politique. Toujours difficile avec les Allemands.

  2. Les allemands souhaitent-ils développer leur propre technologie anti-balistique grâce au MEADS? Espérons que ce report allemand trahisse une volonté nouvelle de mutualisation européenne…
    Qui comprend le choix de Mbda Italie de financer à la fois Meads et Aster?

    1. Ça ne coute rien de l’espérer sachant que ce serait effectivement une bonne chose à l’échelle européenne. Mais mis à part l’Italie et la France tous les autres européens ont été convertis aux solutions US…

      1. Oui, espérons !
        Ca cause de défense européenne, et dans le domaine anti-aérien l’Italie et la France ont déjà fait un choix commun, l’Aster-30.
        Le R-U qui l’utilise aussi pour ses navires et serait intéressé pour participer à l’évolution pour l’Aster-30 B1-NT.
        Il manque juste les allemands pour travailler sur un missile commun.
        Parce qu’une défense commune ça commence par le défense de l’espace aérien commun. Cohérence, c’est évidement bien plus facile, efficace et moins couteux si les nations majeures choisissaient toutes un même système.

        Peut-être que le MEADS n’est pas aussi moisi que son design !
        Mais il arrive bien après le SAMP/T !
        L’Allemagne va t’elle faire un pas vers l’Union ou continuer à foutre la zizanie et jouer solo avec les US !
        Faudrait savoir, elle la veut, sa défense européenne, ou c’est du pipo pour faire plaisir au complexe militaro-industriel US ?

  3. Le MEADS est-il un concurrent du Patriot ?
    Y a-t-il un équivalent au niveau européen ou national ?

  4. Ce programme ressemble à beaucoup un coup tordu de Lockeed afin de profiter de financements de R&D allemands.

  5. Ils augmentent le budget et apparement c’est toujours pas suffisant. C’est le problème avec les allemands ils ne savent pas se contenter, c’est aussi une qualité.

Les commentaires sont fermés.