Les restes d’un soldat russe de la Première Guerre Mondiale découverts à Cormicy

russie-20170121

La semaine passée, les restes d’un soldat de la Première Guerre Mondiale ont été découverts dans un champ de la commune de Cormicy (Marne) où, il y a cent ans, les troupes allemandes avaient établi une ligne pour défendre le mont Espin. Or, cette zone fut le théâtre de violents combats, menés lors de l’offensive du Chemin des Dames (ou offensive Nivelle), le 16 avril 1917. D’ailleurs, en 2015, les corps de cinq Poilus, dont deux purent être identifiés, furent exhumés au même endroit.

Après les analyses effectuées par un médecin légiste et des archélogues, il s’est avéré que cette dépouille est celle d’un fantassin appartenant probablement à la 3e Brigade spéciale d’infanterie russe du général Marouchevski. C’est la première fois que le corps d’un soldat russe ayant pris part à la Grande Guerre a été découvert en France.

Faute de plaque d’identité, le nom de ce soldat demeure inconnu. Mais plusieurs éléments ont conduit les specialistes à déterminer sa nationalité, comme des boutons de vareuse, un ceinture, des munitions et une croix othodoxe.

Le lieu où sa dépouille a été trouvée permet d’avancer qu’il faisait partie de la 3e Brigade spéciale d’infanterie russe dans la mesure où cette unité avait été engagée dans le secteur du Mont d’Espin. Après avoir progressé jusqu’à la troisième ligne de défense allemande, elle fut contrainte de « décrocher » faute de soutien.

En 1916, à la demande du gouvernement français et en échange de la fourniture d’équipements militaires, la Russie tsariste avait envoyé en France les 1ere et 3e Brigades spéciales d’Infanterie (et deux autres furent déployés aux côtés d’unités françaises sur le front d’Orient).

Ces troupes russes, partiellement équipées et encadrées par l’armée française, furent regroupées au camp de Mailly avant d’occuper le fort de la Pompelle afin de tenir le front de Champagne durant la Bataille de Verdun. Engagées lors de l’offensive Nivelle, elles subirent de lourdes pertes. Citées à l’ordre de l’armée, les deux brigades russes furent envoyées à La Courtine, où en septembre 1917, une partie de leurs soldats se mutinèrent. Leur révolte fut rapidement réprimée dans le sang, non seulement par les troupes françaises mais aussi par leurs camarades restés loyalistes.

21 commentaires sur “Les restes d’un soldat russe de la Première Guerre Mondiale découverts à Cormicy”

  1. Je me demande pourquoi le cinema francais ne s’interesse pas d’avantages à ces troupes étrangères venues battre en France … sans entrer dans les niaiseries habituelles, un bon film de guerre quoi !
    Et quand va t on enfin refaire le grand cirque et normandie niemen en film moderne ?!! Non de non !!

    1. le cinéma est un commerce; un tel film trouverait il suffisamment de spectateurs pour être rentable ?

    2. Il y en a un paquet de troupes étrangères.On pourrait faire un film pour chacune d’elles.

    3. Parce que le cinéma français est largement subventionné entre copain et que les films de guerre c’est pas bien, sauf pour dire que la guerre c’est pas bien.

  2. Cela confirme une rumeur quasi secrète dans ma famille : mon grand-père ‘biologique’ serait un soldat russe affecté en France, et qui aurait croisé sur son chemin ma grand-mère maternelle … Sourire … Rumeur confirmée par mon groupe sanguin, très rare en France, et banal autour de la Baltique.

    Paix à ces hommes ballotés par l’histoire, car pendant que la guerre faisait rage, et que les Russes perdaient, il y eu la Révolution Russe, porteuse d’espoirs et de tragédies.

  3. oh les méchants Russes encore une preuve de leurs tentatives désespéré d’interférer dans les élections otaniennes, heu pardon françaises !
    Sinon il y a une statut à Paris pas très loin du pont alexandre III en l’honneur justement des russes venus combattre en France de 1916 à 1918.

    1. Établir le moindre lien entre les troupes envoyées par le tsar Nicolas II pour combattre les germains et les troupes anonymes envoyées par Poutine pour annexer illégalement des territoires étrangers est pour le moins hasardeux quant aux motivations politiques. Le courage des hommes qui n’ont pas choisi d’être là est similaire, mais la justesse de la cause change.
      Mais tout est bon pour dénigrer l’OTAN et faire la propagande d’un dictateur élu n’est-ce pas ?

  4. On a dissous et rapatrié le corps expéditionnaire russe en 1920.Rouges et Blancs?.Bonjour l’accueil pour les Blancs.

    1. A l’époque la Russie était encore en pleine guerre civile et ca m’étonnerait qu’on est envoyé les blancs chez les rouges. L’inverse étant plus probable mais pas sur, la France soutenait les Blancs.

      1. Quand la révolution bolchévique a éclatée, la brigade russe a été retirée du front par l’état-major, par crainte de la contagion révolutionnaire, et envoyée au camp de la Courtine, loin du front. Les russes se sont mutinés et se sont battus entre « blancs » et « rouges », il a fallu envoyer la troupe pour rétablir l’ordre. Les morts sont enterrés au carré militaire du cimetière de La Courtine. Les « rouges » ont été renvoyés en Russie devenue R.R.S.S. après la guerre et le « blancs » sont restés en France ou sont partis en Algérie. Cet épisode peu connu a fait récemment l’objet d’un livre que je recommande chaudement « Héros et mutins, les russes sur le front français » écrit par Eric Deroo, une valeur sûre.

        1. les « irréductibles » déportés en Algérie,les « meneurs » envoyés dans une compagnie disciplinaire a l’Ile d’Aix.Formation d’une légion de volontaires et de compagnies de travail.Et dans la « Chronologie de l’histoire du corps expéditionnaire russe en France » on dit que les Accords de Copenhague « règlent le rapatriement définitif des anciens membres du corps expéditionnaire russe ».Sans précision.Je suppose que seuls ceux qui ont été intégrés dans l’Armée Française ont pu bénéficier du droit de rester.Et encore,pas sûr,vu qu’ils étaient intégrés a la Legion.

          1. Sur un sujet annexe, le film « Vent d’Est » de Robert Enrico sur la sort des soldats russes ayant servi dans l’armée Vlassov. Loin d’être des nazis et des criminels, ils voulaient simplement libérer leur pays du joug communiste et certain qui ont été livrés aux bolcheviques avec eux étaient des « Blancs » réfugiés en France depuis la révolution. Tous ont été immédiatement massacrés.
            Encore une initiative des britanniques qui ne déçoivent jamais.

  5. Pour info un cimetière Russe de la 1° GM se trouve sortie de Mourmelon le grand…

    1. Cimetière a Richebourg.Anciennement Pas de Calais,aujourd’hui « Haut de France ».

      1. le Pas de Calais n’a pas disparu c’est la région Nord qui est devenue haut de France … et encore il nous a été épargné bas de France à la place de Paca 🙂

        1. Haut de France c’est la fusion du Nord-Pas de Calais-Picardie.Alors,on était distrait pendant le cours?.Vous me ferez 100 lignes.PS le cimetière se trouve près de Béthune…un peu plus connu.

  6. J’espère qu’il pourra être identifié et son corps rendu à sa famille, et ceci malgré les tensions entre la France et la Russie.
    S’il y a bien une chose où se chicaner n’a aucun intérêt, c’est le respect des soldats tombés au combat.

  7. Allez les pro russes de notre chaude actualité, une petite virée vers les cimetières russes de la première guerre ?? histoire de vous rappeler que les russes ont fait ami ami avec l’ennemi commun, le reich allemand, en 1917, permettant les grandes offensives contre la France dès mars 1918, tuant encore plus de français et de britanniques, sans parler des coloniaux des deux pays, provoquant une seconde bataille de la Marne !!
    allez les vieux on se remémore un peu l’Histoire de France et non celle des russes !!

Les commentaires sont fermés.