Les hélicoptères NH-90 Caïman de la Marine nationale affichent un taux de disponibilité désastreux

caiman-20150324

Il a beaucoup été question des problèmes de Maintien en condition opérationnelle (MCO) des hélicoptères de la Marine nationale et de l’Aviation légère de l’armée de Terre (ALAT) lors de l’examen, en commission élargie, à l’Assemblée nationale, du budget qu’il est prévu d’allouer à la mission « Défense » en 2017.

Le député Gwendal Rouillard, rapporteur pour avis des crédits destinés à la Marine nationale, a ainsi attiré l’attention sur la situation de la flotte d’hélicoptères NH-90 Caïman de la Marine nationale, lesquels sont pourtant les plus récents [le premier exemplaire est entré en service en décembre 2011, ndlr]

Dans son rapport, M. Rouillard indique que sur les 17 Caïman reçus par la Marine, 10 sont actuellement immobilisés pour subir des opérations de maintenance. Pire : le 17e et dernier appareil livré par le consortium NH Industries (NHI) « ne peut pas voler en raison de problèmes constatés au niveau du harpon et du système de pliage ». Et cela, souligne à juste titre le député, est « inacceptable s’agissant d’une machine neuve. »

La cause de cette situation ubuesque est à chercher du côté du montage industriel concernant cet hélicoptère, qui, au passage, n’a pas bonne presse outre-Rhin.

« L’entreprise NHI est co-détenue par quatre entreprises relevant de trois pays différents : Airbus Helicopters avec ses deux filiales française et allemande, l’italien Leornado Helicopters et le néerlandais Fokker », rappelle le député. Or, selon lui, avec ce montage, la Direction générale de l’armement (DGA) « ne constitue pas l’unique autorité technique de référence pour les personnels responsables du MCO de l’appareil. »

Et de préciser : « Le processus d’attribution de pièces de rechange se caractérise souvent par sa lenteur et, lorsque les équipes françaises proposent des solutions de réparation, la validation par le consortium peut prendre jusqu’à quatre semaines, contre une à deux semaines dans une situation ‘classique’ avec un interlocuteur technique unique. »

Lors de son dernier passage devant les députés de la commission de la Défense, Laurent Collet-Billon, le Délégué général pour l’armement, avait eu des mots assez durs à l’endroit du consortium NHI.

« NHI n’est pas réputé pour être un industriel particulièrement performant », avait-il lancé. Et d’ajouter : « La question de fond, dans l’entretien du matériel, est toujours la même : au bout de combien de temps l’industriel se désintéresse-t-il d’un matériel qui n’est plus fabriqué? En l’occurrence, pour le MCO des hélicoptères, l’industriel semble s’être déjà désintéressé du produit, comme le montre sa performance insuffisante, et il faut anticiper autre chose. Cette difficulté a été aggravée par la structure même de NHI. »

Or, que ce soit pour le contre-terrorisme maritime, la lutte anti-sous-marine ou encore l’action de l’état en mer, la Marine nationale n’a pas trop d’hélicoptères, bien au contraire! Aussi, pour remédier à cette situation, M. Rouillard plaide pour une « remise à plat des modalités du fonctionnement du consortium NHI permettant de traiter par priorité les demandes émanant des forces armées des pays les plus engagés (…) qu’il s’agisse de la validation des solutions de réparation ou de l’attribution des rechanges. »

Mais cela devrait prendre du temps… Aussi, faute de mieux pour le moment, le député du Morbihan propose donc une solution plus simple à mettre en oeuvre et consistant à « prévoir une présence des représentants des équivalents étrangers de la DGA participant à ce projet au sein des équipes de la DGA française chargées du dossier NH90 afin d’accélérer les procédures, du moins de faciliter les échanges entre autorités techniques nationales. »

57 commentaires sur “Les hélicoptères NH-90 Caïman de la Marine nationale affichent un taux de disponibilité désastreux”

    1. …et moi qui pensais que le NH90 allait devenir l’hélicoptère de référence des armées, (ALAT incluse avec 74 en commande), et qu’enfin le problème de disponibilité des hélicos de transport serait résolu…. c ‘est mal barré !

      1. Le NH90 connait un (trop) grand succès auprès de beaucoup d’armées et NHI est débordé tant sur les livraisons que la maintenance. C’est le même problème avec le Tigre (cf l’Australie livrée au compte-gouttes qui a jeté l’éponge), l’A350 et son manque de sièges et toilettes (fournisseurs cette fois)… Airbus préfère louper des ventes que d’embaucher, sans doute plus rentable économiquement. Quant à l’ALAT, il a été contraint de choisir le Caïman alors que le Caracal (LA REFERENCE) transporte 1.6T de plus, a un plus grand rayon d’action, un plafond bien supérieur, mieux armé, plus rapide, plus fiable (lignée des Puma et Cougar éprouvé), 30% moins cher…

        1. C’est grave ce que tu dis. Pourquoi en effet ne pas avoir pris des Caracals, alors qu’on essaye encore de le vendre dans le monde entier (Pologne mais raté, Koweit etc)? A cause d’Airbus Helicopters, partie prenante dans les deux projets mais qui a intérêt à vendre son modèle le plus cher?

          Pour rebondir aussi sur les remarques concernant la rusticité comme critère de choix, il faudrait méditer sur l’exemple du IIIe Reich : la technologie était au top dans quasiment tous les domaines, mais Hitler a gâché le potentiel industriel en cherchant à obtenir l’arme ultime et en y consacrant trop de ressources. Tous ces projets ont certes donné des prototypes incroyables, très en avance sur leur temps. Mais sur le terrain, pour les types qui se battaient, ça ne donnait rien, car ça voulait surtout dire des petites séries, car plus complexes à produire, plus chers, pas très fiables, plus compliqués à entretenir. Si les Allemands s’étaient concentrés sur des matériels et des technologies plus éprouvés, moins cher et plus simple à produire, cela aurait pu changer beaucoup de choses.
          Enfin bref, on peut se demander si on ne fait pas la même erreur.

        2. Pour la Caracal je pense que vous êtes dans l’erreur.
          C’est effectivement la référence au niveau de la mer mais pas en conditions désertiques, là où il est le plus souvent solicité.
          Le 4 à d’ailleurs passé commande de NH après avoir vu ce qu’il donnait au Mali.
          Alors certes les équipages attendent déjà le « NH réno » mais grâce à lui plus de compromis emport/kero.
          Pour l’armement, les M3M arrivent.

          1. Le Caracal est à l’ALAT ce que le Caïman est à la Marine. Lutte ASM, manœuvre avec mer formée, le Caïman Marine excelle dans ses missions tandis que le Caracal est un parfait hélico pour l’Armée de Terre. Certes il y a un problème avec le sable abrasif du nord mali et s’essouffle dans les montagnes afghanes. Dans ces deux alors oui le Caïman est mieux adapté. Avec 10% de Caïman et 90% de Caracal la condition opérationnelle de l’ALAT serait au top. Mais il ne faut qu’une seule machine pour rationaliser la maintenance et réduire les coûts, jusqu’à l’absurde parfois.

  1. Ca n’arrête pas en ce moment entre les Tigres jugé insuffisant par l’Australie, l’A400M qui n’est pas opérationnel et là, le NH90 qui a un taux de disponibilité désastreux, il manquerait plus qu’on achète des F35.

  2. « Pire : le 17e et dernier appareil livré par le consortium NH Industries (NHI) « ne peut pas voler en raison de problèmes constatés au niveau du harpon et du système de pliage ». »

    Livré, mais est-ce que payé ?
    Parce que payé pour un produit qui ne correspond pas au cahier des charges, c’est encourager l’incompétence de NHI…

    1. Mais, voyons ! Il faut construire l’Europe ! D’où le mécano industriel NHI, un consortium germano-franco-italo-néerlandais. Le problème, c’est la gestion. On aurait dû la confier à des bureaucrates de Bruxelles qui, comme tout le monde le sait, savent ce qu’ils font. Ça aurait beaucoup mieux marché. Maintenant, pour ce qui est de voler, c’est une autre histoire 🙂

    1. on fait travailler l’europe mais on fait que des conneries qui coutent très chères à notre portefeuille.
      faire travailler 4 pays avec 4 langues et tous le reste.c’est pareil pour le remplacement du famas,
      quand on aura un gros différend avec le pays ??????
      et cela s’appelle la défense nationale .
      PAUVRE FRANCE.

  3. Le plus simple serait d’accélérer l’acquisition d’autres appareils. Le taux de disponibilité serait identique mais le nombre opérationnel serait augmenté. Malgré quelques défauts de jeunesse cet appareils est appelé durer dans la Marine.

  4. Airbus a force de meccano européen pose de gros problèmes de fiabilité et d entretien dans le militaire et surtout la non disponibilité est scandaleuse. Et dangereuse avec autant d hommes au sol qui dépendent du soutien aérien..on a besoin de machines à long rayon d action avec une arme de sabord au moins …à force d avoir une culture mono produit quand le produit manque ça devient très problématique…les bpc français sont vides d hélico aeronale et les plages arrière des frégates aussi puisque les lynx sont presque tous hs…le cdg a encore pour Pedro une alouette 3 ! Au moins elle vole…il est temps de bouger ce constructeur arrogant…on est en guerré non?

    1. Il y a une dizaine d’années on nous expliquait que la nouvelle génération d’hélicoptères ( Tigre et NH90), bien que plus chère, nous permettrait de faire des économies grâce à une MCO moins chère et une disponibilité plus grande ! Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent… Effectivement, que nos 3 magnifiques BPC ne puissent engager qu’une ou deux Gazelle volant sans blindage et qu’avec deux HOT pour économiser du poids, cela en dit long sur notre parc d’hélicoptères…Il serait temps de comprendre que la simplicité à ses propres vertus (économie, légèreté, fiabilité… comme la Gazelle il y a 40 ans) et que la complexité ne remplace pas le nombre.

  5. qui fabrique le boulon de six qui casse ??? ?
    personne !!!
    alors pourquoi il y a un boulon de six ???
    le comité de direction a dessidé qu il fallait un boulon de six !!

  6. Il aurait été intéressant d’avoir les taux de disponibilité des autres pays (Australie, Italie, Allemagne…) pour faire une comparaison et en déduire, peut-être, quelques analyses pertinentes : est-ce un problème de conception et de fabrication de l’appareil ? ou est-ce un problème d’organisation de NHI ? ou les deux ?

    Si quelqu’un à des réponses…

    1. Les australiens ralent contre les problèmes du tigre et les allemands ne sont très heureux du Nh 90.ma chines trop complexes ou mal gérées par le constructeur…?je suis de génération des alouettes 3 à ss11 et des super frelon …bonnes grosses mécaniques…achetons des trucs moins sophistiqués mais qui volent loin …et prions pour que l on soit toujours à même d appuyer les gens au sol…tessalit madama …

  7. J’hallucine … Le 17° Caîman livré  » ne peut pas voler ». Est-il arrivé chez le client: la DGA, sur une semi-remorque ?

    1. Faut pas vraiment faire attention à ce genre d’article, le NH17 est embarqué sur le forbin, et a déjà 122FH à son actif.

  8. NH90: Airbus, A400: Airbus
    Il serait temps de faire comprendre à cette entreprise qu’une rente de situation, faut pas en abuser!
    Dassault vit toujours à nos crochets (pour la partie militaire) mais au moins ses produits sont bons.

    1. Ils sont bons parce qu’ils sont fabriqués par un seul fabriquant qui sait ce qu’il fait et où il va .
      Cela me rappelle les confidences d’un ingénieur de la maison qui travaillait au consortium Jaguar
      avec les Anglais..:  » Plus jamais çà…! »

  9. Dans tous les cas, une telle situation est parfaitement inacceptable. Il serait bon que les autorités tirent les REX de ce type de consortium. A quoi sert de dépenser des sommes extraordinaires dans l’achat de matériel si au bout du compte il est inutilisable, voire même dangereux pour les hommes. Déjà que notre armée n’est pas à la bonne volumétrie vs les menaces mais en plus, si le matériel est dysfonctionnel, en particulier le matériel neuf, c’est une catastrophe. Que fait la police ! C’est dommage, car j’avais compris que par ailleurs, le NH90 donnait de bonne satisfaction en matière de qualités de vol (allonge, manoeuvrabilité).

  10. Le problème pour les hélicoptères, c’est que l’industrie française s’est mal défendue.
    Aérospatiale était le N°1 mondial. Un outil diablement efficace au service de la France.
    Pourquoi s’être fourvoyé en intégrant cette pépite dans Airbus ? Pour moi, c’est la porte ouverte au pillage de nos richesses, intellectuelles et industrielles.

    1. Mais, voyons, il faut Construire l’Europe ! Et puis, il faut bien des prétextes pour que nos homme politiques puissent passer leur vie à assister à des conférences internationales et des colloques européens et des cérémonies de signature de protocoles d’accord et de traités de coopération et puis d’autres conférences internationales et encore d’autres colloques européens, avec plein de petits drapeaux de toutes les couleurs posés sur la table. Ça fait classe, les petits drapeaux.
      .
      Alors, bon, voui, en effet, ça peut impliquer qu’on sème quelques secteurs industriels en cours de route et qu’on jette à la poubelle sans faire gaffe des pans entiers de nos compétences techniques et l’essentiel de notre autonomie militaire et industrielle. C’est un risque, il faut en convenir. Mais pensez un peu à nos homme politiques qui bataillent si durement à Construire l’Europe dans les tranchées de Bruxelles et des colloques z’internationaux. Il faut savoir faire des sacrifices, non ?
      .
      Et puis, s’ils ne sont pas occupés à Construire l’Europe, qu’est-ce qu’ils ficheraient de leurs journées, nos Décideurs, autrement ? Ils seraient obligés de se contenter de s’occuper des affaires du pays ? Les pauvres, ils s’ennuieraient tout de suite. P’têt ben même qu’ils arrêteraient la politique. Et là, privés de leurs exceptionnelles compétences, c’est nous qui serions dans la mouise …

  11. C’est peut-être une impression, mais on entend plus souvent parler de pb chez Airbus que chez Dassault

  12. Les plus c.. dans l’affaire ne sont pas ceux qui fabriquent mais ceux qui achètent sans vérifier et contrôler le cahier des charges de la marchandise !
    N’y a t-il pas en France des cerveaux musclés sortis de nos grandes écoles qui sont un peu payés pour ça ?

  13. Nh90 et tigre sont des machines certes neuves sur le papier mais de conception des années 1990 donc obsolète et avec peu de rechange.
    On paye les erreurs du passé et des reports de programme sans fin!!!!
    On devrait être en train de concevoir et tester des appareils de nouvelle génervation au lieu d’essayer de faire voler ces joujoux dépassés quand à faire des économies avec de VP à 400 hdv pour le tigre on marche sur la tête !!!!!!!

  14. On ne sait plus trop quoi penser avec ce post ,étonnant quand même ce soi disant désintéressement pour le mco d’un hélicoptère récent vendu à de nombreux pays (nous ne sommes pas les utilisateurs principaux);étonnant de comparer les délais de traitement des solutions techniques ,deux semaines c’est vraiment si énorme pour justifier une dispo catastrophique ?étonnant de pointer NHI pour le nh90,cela se passe mieux pour nos puma,caracal ,cougar et gazelle ,qu ‘en pense la dga ?
    Personnellement je ne suis pas trop étonné ,tout ces grand programmes issu de la guerre froide n’avait deja pas les crédits d’achat nécessaire à l’achat des matériels ,alors le mco !pour faire fonctionner une armée dont on se sert ,il faut avoir les moyens de l’entretenir,il suffit de voir la part de ces crédits dans le budget US ,la répartition n’est pas la même que chez nous .

  15. … le Rafale, 100% Français, ne pose pas problème. Retour à la souveraineté. On peut si on veut. Il y a trop d’exemples de matériel Européen pourri et cher.

  16. L’article ne met pas en cause le matériel mais ça disponibilité.
    Si je comprends bien, le matériel s’use mais la chaîne de commande des pièces et des travaux de maintenance n’anticipe pas et ne réagit pas. J’aimerai savoir comment se prennent les décisions à haut niveau. Avec tout les moyens de communication et de transport la solution la plus rapide est de détacher des personnels de décision de chaque pays dans chaque centre de décision. On ajoutera probablement un échelon supérieur pour gérer ces nouvelles équipes. Merci M Lagneau cet article m’a fait rire. Même si ce rire tourne au jaune en pensant à ceux qui ont besoin du matériel.

  17. Genial les programmes multi-nationaux!
    Une fois de plus, on constate que lorqu’il y a plus de 2 partenaires, cela ressemble plus à la tour de babel qu’au jardin d’eden 🙂

  18. Quand je vous disais qu’Airbus n’était pas la meilleure entreprise pour faire du militaire !
    .
    Autant le Tigre ne me pose aucun problème , autant je n’ai jamais eu confiance au NH-90 que j’ai toujours trouvé trop petit ( simple impression et à priori primaire mais … ) !
    .
    Pour ma modeste part , j’aurais préféré que l’on continue le programme Lynx et surtout que l’on s’équipe de quelques EH-101 Merlin ( AW-101 ) anglo-italiens .
    Comme le fait remarquer très justement Jean , l’Aérospatiale n’aurait jamais dû être dans le giron d’Airbus .
    Airbus est devenue une très « curieuse » entreprise ( consortium ) , boursouflée d’orgueil et de morgue ( ça depuis déjà longtemps ) , à qui tout ne réussit plus ; ou elle trouve le moyen de redresser la barre rapidement et efficacement ou il se passera quelque chose de pas souhaitable du tout .

    1. au fait Airbus, c’est pas l’héritier de l’Aérospatiale ?
      passer d’une entreprise française capable à un catopéblas, merci l’européanisation !

  19. Pour modérer un peu les critiques, forcément justifiées sur le fond, il faut tout de même considérer quelques autres points.
    Une partie des 10 Caïman Marine immobilisés en maintenance doit l’être, non pas seulement pour des soucis MCO, mais également pour un upgrade au dernier standard 2 (sauf erreur de ma part, ce dernier standard n’ayant été livré d’origine qu’à partir du 15eme appareil livré à la MN).
    Autre point qui pourrait aggraver cette immobilisation, au delà des soucis de MCO : les problèmes de protection à la corrosion constatés sur certains organes de l’appareil.
    Le traitement des ce défaut serait alors plus une réparation d’un défaut de jeunesse qu’attribuable à une MCO trop lente ou déficiente.
    Bref, avant de tirer des conclusions trop strictes, il serait peut être souhaitable d’attendre encore une ou deux années … ce qui ne nous empêche pas de tout faire pour améliorer une MCO déjà constatée comme pas assez rapide.

  20. Sur la photo de l’article , le CaÏman largue quelque chose ; de quoi s’agit-il ? D’un SONAR flottant , d’une torpille , d’un instrument de mesures ?
    Est-ce que quelqu’un le sait ?
    Merci

    1. @ScopeWizard:
      .
      Ce Caïman Marine ici en version ASM, largue une torpille Murène Mu90. Observez aussi un des deux bras porteurs installés en kit de chaque côté de l’appareil.

  21. Quand il y a 3 NH90 alignés sur le parking de la 33F à Lanvéoc, dont deux qui peuvent voler, c’est le summum…
    et on n’évoque pas non plus le cas des Atlantique à Lorient … tout cela est pathétique.

  22. Pour être monté à bord d un NH90 (alat),je confirme, il n est pas très grand, il faut baisser la tête pour pénétrer dans la soute par la rampe arrière, sinon aïe la tête, boum dans la poutre….Très impressionné par le poste de pilotage. Peut être une machine trop sophistiquée, pas assez rustique. Je suis inquiet pour nos militaires, vu la disponibilité de nos matériels.

  23. Le NH 90 « De vrais problèmes de maturité, de fiabilité, et de confiance dans le constructeur », déclare le général Philippe Roos, patron de la SIMMAD. Du vrai langage « euphémistique » de responsable qui n’en peut mais… On traduit les propos de celui qui se retrouve en charge du MCO de la bête dans la conception de laquelle il n’a pas pu intervenir ( il était lieutenant à l’époque …): le NH 90 n’est pas au point techniquement, il présente nombre de pannes qui n’avaient pu être détectées lors des multiples essais ( de mise au point, de réception à la DGA, de mise en service opérationnel), et l’industriel fait ce qu’il veut … Et, bien sûr, pas de responsable, pas de sanction. Il n’existe pas de mot pour qualifier un tel b … Ah, si : LOUVOIS !!!!

  24. C’est étrange mais dès qu’on s’allie avec la deutsche Qualität (Merdität ?) ça ne fonctionne plus.
    Dommage que DASSAULT ne fait pas d’hélicos…

      1. Bonsoir, c’est quoi le souci exactement ? les italiens aligne aussi le nh90 ,est ce que leur marine se plaint ? Pas nouveau les problèmes (ou plutôt la concurrence) agusta /eurocopter.

  25. ou est l ‘ époque où le SAMAN et la SOTEMA de Toussus le Noble opérait une maintenance efficace rapide et peu couteuse ……………….

  26. y a plus qu’à envoyer un courrier recommandé avec AR au service client du constructeur en demandant une participation financière au frais d’entretien, ou alors acheté du rustique soviétique Mil 8

  27. C’est comme cela qu’on perd des marchés. Mais il est vrai qu’avec la tendance actuelle du marché de proximité écologique, forcément et de l’échange (mon vélo contre ton puma) on est bien parti. Le chômage a de l’avenir dans notre beau pays. On déteste les études dans les sections industrielles, on préfère la psycho-socio-conno…qui n’a jamais mené à rien.

  28. C’est le pb des programmes d’armement en commun. Il faut un seul pôle de compétence et c’est lui qui décide!

Les commentaires sont fermés.