Un groupe rebelle syrien classé parmi les organisations terroristes par Washington

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

27 contributions

  1. jyb dit :

    la brigade khorasan a été absorbé par le front fatah al sham ( al qaida)
    Les américains sont complètement largués ! C’est dramatique.
    1 cela fait 13 jpurs qu’ils doivent produire une liste dans le cadre d’un accord de cessez le feu et il nous sorte jund al aqsa, qui plus est 3 jours trop tard.
    2 Je peux sortir de mon chapeau 10 mouvements pires ou semblables à jund al aqsa : jeich al nasr,
    ajnad al kaukaz ( soldats du Caucase), la légion levantine, ajnad al sham, la katibat al tawhid wa al jihad etc etc
    Alors quelle est la stratégie américaine ? Sinon de paraître totalement deconnecté des réalités, d’etre incapable de tenir un discours cohérent, et d’agir dans une improvisation brouillonne.
    J’ai déjà dit hier qu’après 6 jours d’atermoiement, le département d’état avait exclu des groupes terroristes ahrar al sham. Or ahrar al sham avait avant même le début de la treve annoncé qu’elle ne la respecterait pas !!!
    Je suis désolé mais la locomotive est folle et nous sommes dans le train.

    • Reality Check dit :

      La stratégie américaine est de semer le chaos dans cette région du monde pour atteindre des objectifs multiples (politiques, économiques, géostratégiques, …) évidents mais inutiles a lister ici car ce n’est pas le sujet.
      .
      Pour ce faire les USA se reposent sur un ensemble d’initiatives tactiques qui sont menées en parallèle par ses propres démembrements (mainstream Pentagone vs Langley vs JSOC led) mais aussi par le biais de leurs relais volontaires ou de facto (Saouds, Israel, Qatar, UAE, Turquie, France, UK, Danemark, etc……).
      .
      En surface tout ces acteurs jouent des partitions contradictoires. Mais il ne faut SURTOUT PAS oublier qu’il existe une entité organique OFFICIELLE aux USA dont le rôle est précisément de coordonner tout cela, le NSC de la Maison Blanche.
      OBJECTIVEMENT le seul point commun de toutes ces initiatives tactiques, le fil conducteur, c’est l’aggravation du chaos par tous les acteurs dont l’action est supposée être coordonnée par les USA (que ce soit des acteurs internes ou des relais externes).
      .
      D’aucuns objecteront que tout ceci s’explique plutôt par l’incompétence ou le manque de lucidité ou de leadership du NSC voire de la maison blanche.
      .
      Mais c’est très mal connaître le système américain.
      .
      Les américains ne sont pas des imbéciles, il me faut surtout pas les sous estimer.
      .
      Les yankees ne dépensent pas des milliards de dollars dans une telle entreprise sans savoir ce qu’ils font. Il savent ce qu’ils font. Ils sèment le chaos SCIEMMENT.
      .
      DE FAIT la stratégie américaine se base sur une aggravation du chaos en Syrie.
      C’est un constat empirique que nul ne peut nier.
      .
      C’est pourquoi comme de nombreux américains je préfère de loin un President Trump a « four more years » avec Hillary.
      .
      Pour finir on sait qu’avec Hillary ce sera 4 années de plus avec la même politique de chaos créatif EN PIRE. Tandis qu’avec Donald on sait qu’il déclare vouloir remettre du bon sens en politique étrangère mais on ne sait pas s’il le fera vraiment…. mais l’espoir fait vivre 😉

      • Pathfinder dit :

        Tout à fait… et que l’Europe ne s’imagine pas immunisée, ou que l’Afrique et le Moyen-Orient soient des laboratoires délimités et étanches.
        Je respecte les Américains, auprès desquels j’ai beaucoup appris. Mais ils ont à leur tête de puissants fous furieux.
        .
        Vae Victis

      • jyb dit :

        alors là chapeau bas !
        une théorie du chaos organisé, j’y avais pas pensé. Le nsc comme chef d’orchestre de la fete du slip mondial, maintenant que vous le dites c’est une évidence.
        Cette audace intellectuelle et cette fulgurance, je ne l’ai croisé qu’à l’esm.
        alors mes respects mon…

      • Thom dit :

        Ce que vous écrivez n’a pas de sens. Le chaos est incontrôlable.
        On peut créer volontairement le chaos, certes, mais rien ne dis que ce qui en découlera sera positif ou dans votre intérêt.

        • Reality Check dit :

          N’oubliez pas que:
          .
          1) Le chaos qu’ils sèment est très loin de chez eux, littéralement l’autre bout du monde pour eux
          2) Le domaine militaire est leur force. En semant le chaos, ils transforment leurs problèmes politiques en problèmes militaires, et ils ont la suprématie militaire.
          .
          C’est simple.

      • Vince dit :

        Les américains ne sèment pas le chaos sciemment ; il le sème parce qu’ils jouent aux apprentis-sorciers – essayant de ménager des alliés aux intérêts contradictoires, tout en gardant la posture d’agent de l’Empire du Bien et de la Vertu et autres bullshit droit-de-lhommistes. Comme dit Jyb ils sont largués (et avec eux tout l’Occident), faute d’une doctrine claire et d’une vision – mais ils ont perdu les moyens/outils intellectuels de lire le monde actuel, donc ce n’est pas étonnant. Les droits de l’homme, sauter comme un cabri en criant « ça suffit ça suffit », ça ne constitue ni une doctrine, ni une politique. En gros la politique américaine cours derrière les événements comme un canard sans tête.

        Un jour faudrait écrire une thèse qui expliquerait pourquoi on est si adepte des théories du complot dans les pays arabes. Ou pourquoi on préfère là-bas absolument s’accrocher à un très vague possible plutôt qu’à du probable, à défaut du certain.

        • Reality Check dit :

          Souvenez vous de ce que disait Einstein a propos des gens qui font toujours la même chose et de s’attendant à un résultat différent….

    • u corsu tontu dit :

      assez d accord,la naïveté des ricains est parfois surréaliste…….a moins justement qu elle soit feinte,et la ce serait différend.

    • Pathfinder dit :

       » (…) la locomotive est folle et nous sommes dans le train »… tout à fait!
      Pour ma part, je suis convaincu qu’il y a des « frictions d’intérêts » aux échelons supérieurs. Certaines unités au sein des agences doivent avoir un agenda différent du reste de l’agence, et je soupconne des connections plus que douteuses avec certains cercles d’influence.
      .
      Il n’est tout simplement pas possible qu’autant d’appareils aussi bien équipés et formés merdent coup sur coup – et sur chaque théâtre. Même en s’abandonnant aux calculs les plus théoriques possible, il devrait y avoir des coups d’éclat réguliers.
      Les gars sur le terrain font un boulot remarquable, il y a pour sûr de de sérieux ratés ici et là, mais leur action doit être replacé dans son contexte (…) Si les administrés étaient aussi intraitables avec leurs mandataires (… et eux-mêmes!) qu’ils ne le sont avec les flics et la troupe, l’Europe serait un eldorado.
      .
      Mais on préfère continuer à fabuler et à abrutir. À défaut d’un village mondiale très utopique, il serait bon que les entités nationales parviennent à garantir une certaine cohérence dans leur discours et leurs actions / « We must learn to live together [as brothers], or perish together as fools. » Martin Luther King.
      .
      [*] je me suis permis de mettre « as brothers » entre crochets, car je n’en attends pas tant… je me contenterais amplement d’un respect de bonne et due forme.

    • Zayus dit :

      @jyb:
      .
      Entre vos nombreuses et précises constations immédiates et à l’inverse la mise en perspective de Reality Check somme toute très théorique, mais qui n’engage que lui (…),
      ne perdons pas de vue un important événement intermédiaire sur ce conflit syrien:
      Le facteur turc Erdogan, qui aura complètement boulversé la donne de l’approche US de ces 2 derniers mois.
      Une approche US qui depuis lors a perdu l’initiative et n’est évidement plus qu’une succession d’adaptations incertaines et d’improvisations brouillonnes, étant coupée son propre plan qui passait initialement par les kurdes.

  2. jyb dit :

    Les états unis n’ont pas de marge de manoeuvre en Syrie. Ils sont pieds et poings liés par leurs différents engagements envers leurs alliés.
    La première question est : pourquoi le département d’état a déclaré qu’arhar al sham est une organisation « modérée » ? alors qu’elle s’est exclue elle meme de la trêve et que sur le terrain elle cooperent à tous les niveaux avec al qaida ( certains think tank us pensent que ahrar al sham fusionnera avec al qaida ) La seule explication que je vois c’est l’interdépendance d’ahrar al sham avec ses soutiens saoudiens. La brigade est le dernier instrument dont disposent les saoudiens pour contrer assad et les iraniens et ils ne renonceront pas. Les usa l’ont compris, la cia qui sur ce dossier est quasi fusionnelle avec le mukhabarat saoudien en est un des piliers. (Si dans 5,10 ou 15 ans des complotistes me disent que c’est la cia qui a créé le golem, je me souviendrai de cette période )
    hypothèse : les usa jouent la carte du salafisme d’ahrar al sham en essayant de l’éloigner le plus possible du djihadisme. Ils actent la création d’une syrie sunnite très pro saoudienne. La turquie grince des dents mais ça reste acceptable si elle obtient ses garanties anti-kurdes.
    Mais il faut mettre dehors les russo-syriens.

    • Zayus dit :

      Depuis l’entrée de l’armée turque, les États-Unis ont perdu l’initiative en Syrie en ce qui concerne toute action d’envergure au sol.

  3. jyb dit :

    2 les états unis sont aussi otages de la turquie.
    Les turcs ont explosé la seule possibilité que les états unis avaient de federer une opposition modérée. et ont brisé l’offensive fds contre al tabqah et raqqah.
    De plus poutine a offert un atout supplémentaire à erdogan en lui proposant de rejoindre
    l’organisation de coopération de shangai et donc de quitter l’otan.
    là, les usa toutes administrations confondues sont paniquées.
    L’organisation de coopération de shangai, c’est un groupement de cooperation militaire et économique qui réuni aujourd’hui russie chine kazakhstan tadjikistan ousbekistan.
    MAIS l’inde et le pakistan voudraient rejoindre l’organisation en 2017 !
    La présence de la turquie dans cet ensemble est plus logique que dans l’union européenne puisqu’un grand nombre de turcophones se retrouvent dans ces pays de l’ex urss et que les turkmenes sont culturellement turcs.
    Bref les usa vont passer beaucoup de caprices a erdogan, sans gage de retour.

    • Zayus dit :

      @jyb:
      C’est le constat auquel je vous invite dans mon commentaire ci-dessus, l’approche US en Syrie s’établit maintenant en fonction et en réaction face au « facteur turc » Erdogan.
      .
      Sinon, l’Organisation pour la Coopération de Shangai ouvre effectivement à de possibles coopérations « militaires », mais celles-ci restent limitées aux plans commerciaux et industriels et cette organisation ne saurait en aucun cas être comparable à l’OTAN:
      Tout comme au sein des BRICS (en perte de vitesse avec les Brésil et Afrique-du-Sud), on imagine mal l’organisation de Shangai devenir comme l’OTAN surtout avec la Chine, le Pakistan et l’Inde sous un même commandement militaire en 2017 🙂 …

  4. Fabrice dit :

    Enfin!

  5. nico76 dit :

    C’est ça de jouer aux apprenti sorcier à un moment on perd la tête. Les américains arrivent à se paumer tous seuls. Respect

  6. valere dit :

    La position américaine dans ce conflit a toujours manqué de cohérence. Ce qui est malheureux dans l’histoire c’est que la France et la GB continuent de jouer les porteurs de valises. La russie même si elle n’est pas irréprochable a maintenue jusqu’ici une ligne claire et nette

  7. jyb dit :

    3 les états unis et les les kurdes :
    les kurdes syriens gardent intacte leur revendication et l’appel ( l’ordre ) de joe biden
    à ce qu’ils refluent à l’est de l’euphrate est resté lettre morte et au contraire a brisé la dynamique kurdo-américaine au point qu’aujourd’hui le fragile atout que pouvait constituer les fds est en hibernation. C’est l’aporie totale.
    Les américains ont besoin des kurdes militairement et politiquement mais il n’y a aucune ouverture possible avec la turquie.

    A 47 jours des elections americaines, je ne vois pas quelle sortie de crise en syrie est imaginable pour obama. Militairement, l’action se résume aux frappes aériennes contre daesh. Au sol toutes les initiatives qui n’étaient pas avec les forces kurdes ont échoué.
    La fin de la treve enterre les possibilités de solution politique à court terme.
    Les russes l’ont bien compris. La recrudescence des bombardements le prouve.

    Militairement le rapport de force sur le terrain risque de tourner à l’avantage du régime et de ses alliés. Le régime à desserré l’étau sur Damas et peut compter sur le soutien militaire de ses alliés ( l’irak vient d’envoyer un brigade de 1000 hommes en syrie )
    Les rebelles ne sont plus en mesure de reprendre alep. Les combats vont se concentrer sur le triangle homs hama idleb. Coté rebelles, seul al qaida dans ce secteur est capable de mener des combats « d’infanterie » et de coordonner des offensives avec d’autres mouvements. Si selon toute vraissemblance, la chute de daesh profite à al qaida alors le leadership des salafistes djihadistes sera incontournable.

  8. aleksandar dit :

    Reality Check
    Je ne suis vraiment pas sur qu’il y ait UNE stratégie américaine en Syrie. Il semble régner une telle pagaille en ce moment entre la CIA, le Pentagone et le Département d’État.
    L’argument concernant les milliards dépensés ne me semble pas pertinent si l’on considère que le Pentagone n’est même pas capable de justifier ses dépenses devant le Congrès.
    Finalement , le peuple américain est une victime collatérale, engagé dans une guerre dont il ne veut pas et qui voit son argent partir en fumée dans des délires impériaux.
    La force de Trump c’est de le dire clairement.

    • Reality Check dit :

      Chacun peu avoir son avis, et chacun peut évoluer.
      .
      Le Pentagone, la CIA, State Dept ce sont des « agences gouvernementales » en charge de l’exécution de feuilles de route émises par la Maison Blanche dans le système US.
      Ils obéissent scrupuleusement a ces feuilles de route sous peine de grave sanctions.

      Chacune de ces feuilles de route est établie par le NSC.
      En outre, organiquement, le NSC est en charge de formaliser une doctrine générale transversale, et une politique générale pour chaque dossier d’importance.
      .
      Le rôle de POTUS est de trancher entre des options de politique générale après consultation de son cabinet (les « Principals » comme on dit dans le jardon US).
      .
      Ensuite, une fois les arbitrages enis par POTUS, le NSC établit des feuilles de route pour les agences d’exécution comme celles de Langley, Arlington et Foggy Bottom et coordonne leurs actions.
      .
      Le Congres vote les budgets sur la base des doctrines et feuilles de route émise par le NSC qui résultent des arbitrages d’un président désigné Commander in Chief par les URNES.
      .
      Le Congres (surtout le Sénat) peut exercer un contrôle, un suivi des actions menées, mais la politique générale est émise par la Maison Blanche tout comme la feuille de route des agences gouvernementales. Le Congres légifère, vote les budgets, contrôle a posteriori mais le pouvoir exécutif est au 1600 Pennsylvania Avenue.
      Losqu’il s’agit de dossiers sensibles, des commissions spéciales du Congres (« Select Commiteees ») sont mis a contribution. Leurs membres sont des parlementaires auxquelles sont délivrés des « Security Clearances ». Leurs débats se déroulent a huis clos. A la maison blanche c’est le NSC qui centralise les dossiers de sécurité nationale.
      .
      Ce que je décris plus haut ce sont uniquement DES FAITS qui portent sur le système institutionnel américain.
      Mon post précédent prendra peut être plus de sens a la lumière de ces faits incontestables.
      .
      J’ajoute qu’a chacune de ces étapes de formulation doctrinaire, de définition des feuilles de route et d’exécution, les américains disposent de capacités organisationnelles hors pair et d’une pléthore de talents inouïs dotés d’une intelligence foudroyante, qui bossent dur.
      .
      Il ne faut surtout pas les prendre pour des imbéciles, car c’est faux…

      • jyb dit :

        @reality check
        que ce soient des gros bucheurs, j’en conviens. Mais qu’ils soient foudroyant c’est faux.
        l’organigramme que vous décrivez est certainement exact, je n’en connait pas les rouages. Mais ce que je constate et développe au fil des post et malheureusement au fil des évènements c’est que cette mécanique ne marche pas, produit des abberations et conduit à des impasses.
        j’ai écrit il y a quelques jours pentagone contre cia, en plaisantant à moitié.
        Mais les élèments de preuves arrivent peu à peu. Le pentagone s’est alarmé que la cia fournissent des armes via les saoudiens aux djihadistes de tous bord en considérant que ces armes pouvaient se retourner contre des americains et alliés.
        aujourd’hui vous trouvez des photos de combattants de daesh exhibant
        des fusils vhs2 croates ! tout porte à croire que ces combattants sont dans la province de ninive et vont prochainement servir contre des français, des us, des kurdes et des irakiens…
        peut etre penserez vous que le pentagone a orchestré tout ceci pour montrer qu’il a raison…
        Moi je pense que ces armes ont été acheté par la cia et distribuées via les saoudiens a des milices salafistes qui les ont vendu à daesh ou qu’ils ont peut etre perdu lors de combat.
        Mais je ne peux pas croire que ceci résulte d’un processus décisionnel pré établi, maitrisé et controlé au plus haut niveau.
        J’ajouterai que le passage par des fonds étrangers ( saoudiens en l’occurence ) court circuite tout controle des autorités de tutelle ou de controle comme le congrès us.
        désolé d’avoir été ironique lors de ma précédente réponse.

      • Vince dit :

        « Il ne faut surtout pas les prendre pour des imbéciles, car c’est faux… »

        Oui enfin nos enarques non plus ne sont pas des imbéciles… Au final comme on dit par chez nous c’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses : le bilan de la politique étrangère US au Proche-Orient ces vingts dernières années ? En Irak ? En Syrie ? En Ukraine ?

        Au-delà de toute la mécanique administrative, dans l’hypothèse d’une harmonie totale entre les différentes strates et entités (ce qui n’est jamais le cas, cf Carter vs Kerry), il y a des hommes qui prennent – ou non – des décisions qui peuvent êtres heureuses – ou non. Décisions dont les fondements ne sont pas tjs aussi claires que le plus beau des organigrammes.

  9. Robert dit :

    Donc, si j’ai bien tout compris, ce groupe vient de passer du côté obscur de la farce.
    Euh, de la force !

  10. Lagaffe dit :

    Les changements de camps, renversements d’alliances et les pactes contre nature se succèdent à une vitesse folle dans toute la région, et ceci dans tous les camps. Il suffit de voir la Russie qui change aussi les règles tout le temps : ennemie puis amie de la Turquie au point de la laisser intervenir en Syrie, fournie des armes aux kurdes avant de les abandonner, allié du hezbollah et d’Israël qui les bombardent sur le sol syrien, allié de l’Iran mais signe des accords stratégiques avec son ennemie le Qatar, critique l’Arabie Saoudite mais veut leur vendre des armes, soutien de Bachar mais négocie dans son dos avec les américains, etc…
    Il est clair que les intérêts, variables dans le temps, des multiples intervenants dans les conflits en Syrie et Irak se télescopent entre eux et avec d’autres enjeux géostratégiques et s’opposent à toute solution pacifique.

  11. wrecker47 dit :

    Je ne sais pas si tous les commentateurs y comprennent quelque chose ,mais là j’y perds mon latin!