L’US Navy confirme que la mission principale de son futur drone sera le ravitaillement en vol

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

60 contributions

  1. Clavier dit :

    Avec des avions d’attaque qui ont une allonge de plus en plus faible …..on doit regretter l’A6 chez les anciens, il faut bien trouver une solution et une utilité au drone embarqué .

  2. Pierro dit :

    Est-ce que les Chinois ont déjà démontré la capacité du DF-21 a atteindre une cible mobile en mer ?
    Jusqu’ici ça ressemble surtout à un épouvantail…

  3. Marc Fan dit :

    Il me semble bien que le programme UCLASS est un bide. Mobiliser toutes ces technologies pour finalement cantonner l’appareil au ravitaillement…
    J’espère qu’ici en europe avec le FCAS on aura une vraie doctrine d’emploi en GAN (pour peu qu’une version FCAS-M soit prévue)

    • Marine dit :

      Bonjour Marc Fan,

      Pas forcément. Un appareil de ce type habituera le pont d’envol et les marins du ciel étasuniens à la mise en œuvre de drones dans de vraies conditions opérationnelles (et non pas lors de manœuvres dédiées comme avec le X-47B). Cela permettra aux pilotes et NOSA (leur équivalent US? les bonhommes en place arrière du F-18F quoi) de se familiariser à côtoyer des drones (jusqu’au contact pour le ravitaillement).

      Sans compter qu’en sacrifiant une partie du carburant, il sera sûrement possible de monter un pod reco ou un pod d’écoute électronique.

      Pour le moment, l’homme reste dans la boucle en ce qui concerne les frappes et autres. Je pense que c’est prudent.

      • Elmin dit :

        De memoire et a mon epoque on parlait de RIO pour les F4 et F14 un truc genre Radar Interception Officer.

      • Elmin dit :

        Et en effet je trouve que commencer par cette fonction ravitailleur est une approche tres pragmatique de la montee en puissance des drones de combat dans la Navy :
        – cela solutionne immediatement un probleme reel
        – sans risque de voir le drone abattu ou simplement capture par l’adversaire
        – la mission n’est pas en soit dangereuse et libere de la ressource avions et personnel navigant
        – et en cas de probleme, on peut quand meme s’en passer et revenir aux nousnous classiques
        Cela permet de familiariser l’ensemble des personnels avec les manoeuvres avias avec drones sur pont d’envol et dans les circuits
        En somme, ca resoud beaucoup de chose sans ajouter des problemes, et cela permet de voir venir de maniere confiante les ameliorations futures entendant le spectre des missions.
        Si je devais faire une comparaison, celz ressemblerait assez avec la facon dont le programme Rafale a ete gere.

    • Zayus dit :

      @Marc Fan:
      .
      Relisez l’article et observez qu’il aura aussi des mission de reconnaissance ISR qui représentent une expérience préalable aux missions d’attaque au sol…
      .
      Disons que l’US Navy n’a pas officiellement arrêté de calendrier de développement des capacités d’attaque de ce tout nouvel UCLASS.
      Les RETEX de ses futures missions de ravitaillement de reconnaissance ISR seront déjà en soit très précieux pour développer la suite 😉 …
      .
      Enfin, notons que configuré pour des missions ISR, le MQ-25 « Stingray » garde aussi la possibilité de voir son autonomie augmentée par la possibilité de le ravitailler en vol (comme le montre d’ailleurs ici la photo d’illustration de l’article). Un ravitaillement qui pourrait donc aussi s’opérer avec un autre MQ-25 configuré en ravitailleur (qui pourrait aussi être ravitaillé par un 3e MQ-25…) 😉 !

  4. batgames dit :

    on a même pas été foutu en France de voir que c’était l’avenir ,le rafale est déjà obsoléte ,on paye les programmes à l’export de dassault qui n’a pas les moyens de gérer une avance technologique sur les amerloques ,on est toujours en retard de 15 ans dérrière eux ..là ils avaient le Neuron ,voilà que les décideurs décident de s’associer aux Anglais …quelle connerie ,les Anglais retournent constamment leur vestes en matières d’avions ,depuis le jaguar ,le Break sit ne va rien arranger …le neuron sera opérationnel en 2050 quand les amerloques seront déjà passé à autre chose ..triste pays de France …en ce moment l’utile serait un sous marin porte avions et drônes à créer ,le repérages des grosses bailles non furtives comme les PA est trop facile en cas de gros conflit ….on avance pas sur ces solutions là non plus !
    et le pire ils comptent nous servir leur rafale jusqu’en 2040 ,quelle rigolade …

    • chill dit :

      bonjour, pour vous le rafale est obsolète car sa ser est plus importante qu’un f22 OU F35 ?

    • Orion dit :

      Rafale obsolète…
      Et vous pensez que le Neuron est 100% FR ?

      Arrêtez… s’il vous plait…

      • Zayus dit :

        Le nEUROn est un programme développé par Dassault (aboutissement du programme de plusieurs démonstrateurs « LOGIDUC » lancé en 1999…), financé à hauteur 46,7 % par la France.

    • Marine dit :

      Jusqu’ici, il me semble qu’en 2040, les USA auront encore bien des avions pilotés, comme les F-35 par exemple. Donc on n’est pas si « à la masse » avec notre Rafale.

      Quand au sous-marin PA, il va nous falloir un avion sous-marin aussi ? (note : penser à relire « Le secret de l’Espadon » !)

      • Dany40 dit :

        La comparaison systématique entre Rafale et F-35 n’a de toute façon aucun sens …

        Bine sûr que la Rafale n’est pas à la ramasse … il est aujourd’hui exactement l’avion qu’il faut à la France dans le contexte mondial actuel … et cela tombe bien c’est pour cela qu’il a été conçu … Le Rafale va être en encore très pertinent pour bien 15 ans selon moi … après cela il sera difficile de ne pas se poser la question sur l’automatisation massive des systèmes et l’intégration de nouveaux systèmes d’armes sans augmentation de SER de l’appareil … mais les travaux sur le NEURON donne bon espoir sur ces sujets.

        Le F-35 répond à des exigences totalement différentes … ils ne seront pas déployés dans les mêmes quantités et ils sont conçus pour être une arme de première frappe et de pression tactique massive sur tout ennemi y compris les plus avancé technologiquement … En gros il s’agit de déployer des flottes entières d’avion d’attaque furtifs capables de brouillage et de missions ELINT, mettant les nations majeures face à un cauchemar de sécurisation de l’espace aérien.

        Pour le reste, disons que les USA maintiennent cette course folle aux avancées technologiques … avec des coûts énormes mais qu’ils peuvent se permettre d’investir (pour rappel le programme F-35 représente un coût annuel inférieur aux Black Programs du Pentagone) avec pour seul but de maintenir un fossé capacitaire suffisant pour leur permettre de conserver leur capacité d’action unilatérale …

    • Zayus dit :

      Non seulement vous vous contredisez dans votre commentaire, mais tous les arguments que vous présentez ici sont faux.
      Extraits :
      – 1 – « ..là ils avaient le Neuron ,voilà que les décideurs décident de s’associer aux Anglais … le neuron sera opérationnel en 2050 …
      .
      Observez simplement que le « nEUROn » est démonstrateur technologique qui ne volera maintenant plus. Quant au programme franco-britannique SCAF/FCAS auquel vous faites maladroitement allusion, sachez qu’il est sensé être opérationnel avant 2030 et qu’un prototype est prévu pour 2019 pour un premier vol en 2022…
      Et que ce soit en 2050 et qui plus est en 2030, les américains étrenneront toujours leurs F-35, X-47 et même même leurs F-22…
      .
      – 2 – « ..triste pays de France …en ce moment l’utile serait un sous marin porte avions et drônes à créer ,le repérages des grosses bailles non furtives comme les PA est trop facile en cas de gros conflit ….on avance pas sur ces solutions là non plus !
      Et bien dans ce domaine notre CdG est une moins « grosse baille » que les 11 PA, 11 LHD et LHA US qui déplacent 105 000, 90 000, 45 000 et 42 000 tonnes…
      C’est donc un domaine où selon vos dires et vos critères nous serions donc très avance sur les USA, vu que nous n’avons qu’un « petit PAN » et 3 « petits BPC » 😉 !
      .
      – 3 – « et le pire ils comptent nous servir leur rafale jusqu’en 2040 ,quelle rigolade … »
      Vous ne croyez pas si mal dire, car si on peut estimer la durée de vie d’un Rafale à 35 ou 40 années, avec les derniers qui entreraient en service à l’horizon 2025, nous aurions plutôt des Rafale au moins jusqu’en 2060 pour les derniers 🙂 !!!
      .
      « on a même pas été foutu en France de voir que c’était l’avenir,…  »
      Est-ce une allusion au rétrofuturisme 🙂 ???
      L’important est plutôt d’agir en fonction de « ce que sera l’avenir » plutôt que « voir ce que c’était » 😉 …

    • Maotchao dit :

      Il y a quelques années je ne supportais pas le french bashing des américains, aujourd’hui, je dois le dire, je ne comprend pas comment cela a réussit a convaincre des français d’en faire autant.
      D’ailleurs, il faut le dire, c’est tout aussi incompréhensibles que ceux qui font de la lèche aux russes tout en souhaitant notre destruction.
      Le plus drôle, si on peut dire que cela est drôle, c’est que ces individus pensent être les meilleurs patriotes pour la France, mais j’ai certainement raté un épisode.
      .
      Sommes nous a la ramasse par rapport aux américains? Ou serait ce que le simple fait qu’avec plus d’argent ils peuvent faire plus que nous?
      Sommes nous en confrontation avec les USA pour avoir peur qu’ils ont des projets plus avancés que nous? Y a t-il une mode à suivre pour qu’on pense avoir une armée a la pointe?
      .
      L’avenir des américains, ce ne sont pas des drones ravitailleurs, mais des KC-46, soit la même chose que nous avec notre Airbus.L’avenir des américains, c’est le F-35 et même s’il sera un bon avion, ne fait pas du rafale un appareil obsolète, par ce qu’on classifie cet avion comme étant de la génération supérieure.
      Le neuron est un démonstrateur tout comme ces appareils américain.Et quoi qu’on en pense, nous avons démontré qu’on est tout aussi capable de réaliser un drone furtif de combat.
      Il ne sert à rien d’aller plus vite que la musique, il faut attendre que l’on ait un produit réellement aboutit et qu’il y ait un marché.
      Ce que vous voyez ici chez les américains ou chez nous, ce n’est pas le présent mais le futur, celui dans 20 ans, pas dans 3-4 ans.
      Il y a beaucoup d’imagination dans votre tête, mais l’imaginaire ne fait pas la réalité.

      • Elmin dit :

        Vous touchez du doigt le fond du probleme, Matchao : les francais ne savent plus ce que cela veut dire d’etre francais. J’entend par là qu’il n’y a pas de symbolique ni de valeur nationale commune aujourd’hui qui rassemble l’ensemble des francais.
        Les americains savent qui ils sont, les russes savent qui ils sont, les anglais, les allemands, les italiens, les chinois, les japonais savent qui ils sont en tant que peuple et que nation.
        Il ne s’agit pas de jeter l’opprobe sur un courant politique ou une communaute … Les facteurs de rupture sont largement plus puissants que les facteurs de cohesion …
        La premiere preoccupation des politiques devraient etre de recreer un socle social commun permettant aux francais de se reconnaitre, de s’identifier , de s’assimiler …
        Le debat sur le sujet, les responsabilites, les consequences, les moyens serait extremement long et ce n’est pas le lieu pour ca, mais le constat me parrait, malheureusement, incontestable …

      • Wolf pack dit :

        Les polémiques lancées par des batgames ou autres pseudos sont inutiles et stériles, leur anti france caractéristique ne les met pas en position de juger objectivement.
        Le rafale, essayé par des pilotes de l’air force, et de l’aeronavale américaine est jugé comme un très bon appareil, pas obsolète du tout.
        Les résultats des red flags sont beaucoup plus qu’honorables, les pilotes de typhoon de la RAF et Luftwaffe le jugent à la hauteur lors des dogfights, y compris avec le raptor F22, d’autant plus avec le eagle F15.
        Il donnerait pas mal de fil à retordre aux pilotes russes de SU27, 30, 34 , 35……
        La technologie française n’a absolument pas à rougir, les mal pensants peuvent retourner se coucher.

      • Dany40 dit :

        Juste un mot pour dire … que j’adore votre réponse …. un gros +1

    • Aute dit :

      Tu veux faire la course a l’armement avec les US ? Faut être sérieux 5min et comparer les budgets.

    • Etienne dit :

      Il est à combien la calva au café du commerce ?

    • Nico St-Jean dit :

      @ batgames

      Quel commentaire ridicule .. Premièrement, demandez à n’importe quel « expert » étant de près ou de loin dans le secteur aéronautique, tous vous dirons qu’il reste au moins de 15 à 20 ans au Rafale avant d’atteindre la véritable « obsolescence » .. Le seul contexte qui ferais du Rafale un avion obsolète serais un conflit de haute intensité France vs USA ce qui ne risque pas d’arrivé.
      .
      Le Rafale est avec le Super Hornet le seul avion au monde parfaitement situé entre la 4e gen et la 5e gen car ce sont les 2 seuls avions de 4e gen qui combinent, SER réduite, radar AESA et système de détection passif combinant, capteurs IR, laser, et antennes de brouillages. Les autres avions s’en approchants comme le SU-35, le F-15E/C, quelques modèles chinois ou le Gripen ne possèdent pas tout ses avantages à la fois. Par exemple un SU-35 ne possède pas de radar AESA, ça SER est gigantesque, et bien qu’il possède quelques capteurs, ils ne sont pas fusionné et relié à un système de détection passif.
      .
      Les USA sont bel et bien en avance de 15 à 20 ans sur le reste du monde dans CERTAINS domaines mais ce n’est en aucun cas relié avec un manque de compétence en France, au UK, ou en Allemagne, ils ont des moyens et un savoir-faire que les autres n’ont pas. 1- ils ont un PIB de 18,500 milliards.. 2- grâce à leur énorme systèmes économique couplé à une volonté politique en la matière, ils ont produit des milliers de prototypes, programmes, développements au fil des décennies qui ont conduit à des essaies/erreurs essaies/réussites dans tout les domaines de la guerre, ce qui à certainement contribué à développé des entreprise de classe internationale comme LM, Raytheon, Northrop Grumman, Boeing, GD, et autre ainsi que de constamment amélioré leurs savoir-faire, et 3- le critère le plus important selon moi, la compétition à l’interne. Toutes les grandes entreprises de la défense américaine sont en constante compétition pour chaque appel d’offre national ..
      .
      La compétition à toujours eu pour effet de tiré le meilleur de chaque partis dans toutes les sphères de la vie humaine et les exemples US dans le secteur de la défense sont flagrantes. Par exemple les compétitions à l’interne aux USA sont :
      .
      Avion de combat : Lockheed, Northrop, Boeing, avec une énorme sous-traitance de qualité comme : Textron, Harris, Elbit System, BAE-USA, L-3 et des dizaines d’autres entreprise dont les chiffres d’affaires annuel dépassent les 5 milliards
      .
      Drone : General Atomics, Northrop, Lockheed, Boeing, etc..
      .
      Hélicoptère : Bell, Boeing, Lockheed, Sikorsky etc..
      .
      Missilier : Raytheon, Boeing, Lockheed, GD, etc..
      .
      Naval : Lockheed, Northrop, GD, Marinette Marine, Austral-USA, etc ..
      .
      Radar/système électronique : Lockheed, Northrop, Raytheon, L-3, et une foulé d’autres ..
      .
      Se ne sont que quelques exemples du Complexe militaro-industriel américain en constante compétition dans tout les domaines, ce qui naturellement pousse ses entreprises à ce dépassé d’années en années, de projets en projets .. Ce genre de complexe, aucun autres pays n’en possèdent l’équivalent .. couplez ça avec un budget presque illimité, des agences opérant uniquement dans le développement technologique comme la Dapra, la MDA, Skunk Works ou Phantom Works et beaucoup d’autre, et le potentiel de développement devient gigantesque et la réussite américaine dans le secteur de la défense en devient grossièrement toute simple à comprendre et n’est certainement pas dû à l’incompétence des autres pays ..
      .
      Couplé BAE à Dassault dans le développement du FCAS était tout sauf une erreur.. En faisant ça, vous vous assurez un meilleur financement, et certainement un meilleur savoir-faire, ce n’est pourtant pas très compliqué à comprendre .. (2 têtes valent mieux qu’une..)
      .
      Je ne comprendrai jamais cette auto-flagellation excessive .. En France vous avez DCNS, Thales, RTD, Nexter, Safran, dont une de leurs boites, Turbomeca Canada est situé juste à côté d’ou je travaille, j’y ai même 2 amis et ils vous ferais tout un serment pour votre post très négatif sur l’industrie française de la défense .. Bref, soyez un peu plus indulgent avec vos entreprises.. biens des pays n’ont pas une aussi bonne industrie militaire que la France..
      .
      Milles excuses pour les fautes d’orthographes, c’est à ma mère que revient la faute pour m’avoir fait étudié presque exclusivement en anglais pendent mon enfance 😉

      • Zayus dit :

        @Nico St Jean:
        Ce n’est vraiment pas beau de se défausser sur sa maman 🙂 …
        … D’autant plus que vous comptez parmi les plus excusables pour vos fautes d’orthographe en français.

        • Nico St-Jean dit :

          Lol vous avez bien raison Zayus 😉 N’empêche que c’est une histoire vrais, cependant je ne lui en veut pas, l’anglais est une langue presque obligatoire (même au Québec) dans mon domaine et donc toutes ses études m’ont été très utile. Quant au Français, le défis n’est pas de le parlé (je le parle depuis toujours) c’est la grammaire !! si vous saviez à quel point la grammaire anglaise est simple comparé à celle française .. Mais bon, un jour mon Français à l’écrit sera parfait 😉

          • Zayus dit :

            Oui je sais bien que la grammaire anglaise est bien plus simple et abordable que la française 🙂 …
            .
            Vous avez aussi la chance de vivre dans pays bilingue où toutefois l’anglais semble plus incontournable que le français :
            Je suis persuadé que les canadiens francophones parlent tous l’anglais, mais je doute que ce soit réciproque pour les canadiens anglophones 😉 !
            .
            Sur ce site, nous avons tous fait des fautes de grammaire et de syntaxe, ne pas en faire demande simplement un peu (ou beaucoup…) plus de concentration.

      • Orion dit :

        Merci pour votre commentaire excellent.

        Beaucoup oubli qu’un « petit » pays comme la France ne peut pas lutter face aux ressources d’une superpuissance.

        On fait avec ce qu’on a, et a notre échelle on fait très bien !

    • Alpha dit :

      Neuron… C’est peut être ce qui vous manque pour poster des commentaires pertinents mon cher batgames !… 😉

    • Dans le bayou dit :

      Batgames est en retard d’une génération technologique, quelqu’un a déjà trouvé la solution au sous-marin/porte-aéronef/vaisseau spatial, Leiji Matsumoto 🙂 :

      https://www.youtube.com/watch?v=AMIrFNHAGyE

    • Dans le bayou dit :

      Et j’oubliais, Cocorico ! On l’a déjà inventé en France dans les années 1930 (avec le succès que l’on connaît…) :

      Surcouf (sous-marin), le croiseur/sous-marin/porte-hydravion :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Surcouf_(sous-marin)#Liens_externes

      Et les japonais ont suivi :

      I-400 (sous-marin)

      https://fr.wikipedia.org/wiki/I-400_(sous-marin)

  5. batgames dit :

    l’idée révolutionnaire serait que ces drônes soit capables de ravitailler en missiles également pour gagner du temps sur un théatre de guerre lointaines où les supports (PA ou Bases sont trop éloignées )la solution doit se trouver techniquement avec des systéme de bras articulé sur l’Avion ou les drônes un peu comme pour les satellites sur les navettes spatiales

    • Zuperdjoul dit :

      Ahahahahah…heureusement que vous etes la, la DGA ne vous a pas encore fait de proposition d’embauche ??? Petite devinette : quelle est la difference entre un vol spatial et un vol atmopherique ? ( attention, la reponse est dans la question )

      • Orion dit :

        Rien n’empêche d’imaginer un ravitaillement de munition en soute par un fonctionnement de « barillet » a la façon d’un revolver a ceci prêt qu’il serait interchangeable.

        Potentiel ravitaillement en vol même si j’en doute, mais gain de temps en ravitaillement au sol !

        Ceci dit ca concerne que les soutes <3

      • Wolf pack dit :

        Pas sûr que batgames comprenne votre devinette…..

    • Marine dit :

      Rappelons que dans le cas des navettes, il y a un homme derrière le bras articulé, que ces missions durent très longtemps, et surtout qu’elles s’effectuent dans le vide spatial, donc pas d’effet aérodynamique à prendre en compte. Aller mettre en quelques minutes un missile en bout d’aile d’un Rafale ou pire dans la soute d’un F-35 me paraît hautement improbable !

    • Zayus dit :

      La manoeuvre serait autrement plus complexe les contraintes d’un vol atmosphérique, que la simple mise en orbite d’un satellite à vitesse orbitale, mais en apesanteur, à partir d’une navette spatiale usant de son bras téléopéré…
      .
      Vous n’imaginez pas la complexité des ravitaillements en vol classiques qui seront déjà plus compliqués avec un drone ravitailleur…

      • tschok dit :

        Batgame n’a pas été assez révolutionnaire: injecter le missile sous forme liquide, dans le carburant.
        .
        Le missile serait livré sous la forme d’un paquet de nanoparticules dilué dans le carburant et qui prendrait sa forme physique de missile dans la soute de l’appareil (pour éviter la contrainte de frottement aérodynamique).
        .
        Le brevet pour ce procédé sera déposé en 2064 par Starck Industry. En attendant, faudra faire le truc à l’ancienne, Tony Starck n’ayant pas encore eu l’idée à ce jour. En effet, il ne l’aura qu’en 2046. Je le sais parce que j’ai interrogé ma boule de cristal, qui me raconte plein de conneries, mais refuse obstinément de me refiler les prochains numéros du Loto (la vache).

    • MP3 dit :

      Sinon, on peut envisager de passer dans l’espace extra-atmosphérique juste pour ravitailler en munitions… Lol.

  6. Darth-Revan dit :

    L’idée n’est pas mauvaise mais inadaptée pour ce type d’appareil.
    L’idéal serait un appareil avec des turboréacteurs ou turbopropulseur dronisé tel qu’un C-2 Greyhound ou un ADAV/VTOL tel que le V-22 (version de ravitaillement déjà à l’essai).

    http://www.northropgrumman.com/Capabilities/C2AGreyhound/PublishingImages/ss_GR-10007_001_734x265.jpg
    https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/10/C-2A_ramp_DN-ST-86-02080.JPEG
    http://defense-update.com/wp-content/uploads/2013/09/v22_f18_refueling650.jpg

    Le fait de rendre l’appareil dronisé enlèvera tout les équipements liés aux pilotes et ainsi allégera l’appareil pour plus de capacité d’emporte et plus d’autonomie.
    Imaginé un rafale M décoller avec d’autre bombes ou missiles à la place de ses 2 ou 3 réservoir externe. Le drone pourrait avoir une autonomie accru et peut être même accompagner l’appareil en restant à distance de sécurité.

    Imagné sur l’image suivante d’autre AASM/Meteor ou MICA à la place des 3 réservoirs externes.
    http://supersonique.blogs.challenges.fr/images/APe_01-52-1.jpg

    • Zayus dit :

      Non Darth-Revan,
      l’idée qui préside une telle option n’est pas celle d’avoir un « drone ravitailleur », il s’agit plutôt d’avoir un « appareil furtif ravitailleur ».
      Et vraisemblablement, la capacité en soute d’un X-47B ou MQ-25 « Stringay » (:-) …) est bien plus importante que celle d’une nacelle buddy-buddy que pourrait emporter un F-35C (on est ici sur des PA CATOBAR…) qui verrait aussi sa furtivité dégradée…

    • pygargue56 dit :

      tout à fait d’accord sur le fait qu’un drone de combat furtif n’a aucun intérêt en terme de ravitaillement en vol. Au contraire, c’est un appareil trapu comme le C-2 qui aurait été l’idéal en complément des nacelles sur F/A-18F. En prime, cela sauvait un programme bien plus adapté en COD que le V-22.
      non, les missions optimales d’un drone de combat sont l’ISR et le SEAD en coordination avec les EA-18G.

  7. Fralipolipi dit :

    Il y a certains commentaires assez solides sur ce sujet ci 🙂
    .
    Perso, je ne crois pas une seconde que l’US Navy va laisser tomber le rôle A2/AD pour son (ou ses) futur UCLASS … car avec l’ISR, ce sont les 2 seuls types de missions qui puissent justifier un profil  » Stealth » pour un drone.
    Avoir un ravitailleur ultra discret pourrait éventuellement aider les F35c à être ravitaillés un tout petit peu plus prêts de leur cibles, mais sans doute pas de beaucoup car une opération de ravitaillement n’est pas bien »Stealth » à la base. Pour le f18, cela fait encore moins sens que le drone ravitailleur soit « Stealth » vu que le F18 ne l’est pas du tout (ou bien peu).
    Donc ce discours est assez incohérent … au moins suffisamment pour penser qu’il s’agirait plutôt d’une opération Com’ pour minimiser l’intérêt d’un UCLASS faisant du A2/AD (et de l’ISR) à partir d’un PA.
    .
    Espérons que le programme FCAS ne suivra pas ce train là, et que la France arrivera à en sortir une version UCLASS pleinement déployable depuis PA CDG, et qui, en association avec le Rafale M permettra de lancer sereinement des Strikes lointains et très compliqués.
    .
    Selon moi, le couple FCAS M + Rafale M apporterait clairement plus de valeur ajoutée qu’un couple F35C + drone UCLASS cantonné au ravitaillement …
    Aussi, je veux bien parier que cette Com’ de l’US Navy est un coup d’enfume.

    • Marine dit :

      Bonsoir Fralipolipi,

      Pas forcément incohérent… Rien n’empêche d’utiliser le drone comme ravitailleur (*) dans un premier temps, puis de lui confier de l’ISR, avant de prendre la décision de l’armer (drone piloté à distance : pas une révolution, mais si le drone est ensuite autonome, c’en est une !).

      (*) je pense notamment aux missions de refuel effectuées au retour d’une mission comportant plusieurs avions : un avion est catapulté uniquement pour ravitailler ses camarades afin qu’ils puissent attendre leur tour à l’appontage, sans devoir se dérouter. En l’occurrence, de pareilles missions permettraient de tester le drone MQ-25A dans un espace relativement restreint autour du PA. Avec, peut-être, un MQ-25B, puis C, qui auront des missions plus « offensives ».

      • Fralipolipi dit :

        Désolé, mais je n’arrive toujours pas à percevoir l’intérêt de développer un drone UCLASS (qui est par essence un appareil de très très haute technologie) pour le cantonner ensuite à un rôle de citerne volante.
        D’autant plus que les USA ont des habitudes de ravitaillement plus complexes que les nôtres avec partie de leurs appareils se ravitaillant via panier-entonnoir, et d’autres via perche ‘Boom’.
        D’ailleurs, sans parler de l’USAF, au sein même de l’US Navy, ne va-til pas falloir ravitailler les F35C (comme le F35A) avec système Boom ? (c’est une vraie question car je n’ai pas la réponse), lorsque les F18 sont eux sur système ‘Panier’.
        Bref, si le drone citerne UCLASS doit pouvoir tout ravitailler, cela va compliquer encore plus les aménagements et réduire d’autant le carburant embarqué à redistribuer … sachant qu’un tel drone UCLASS est loin d’être d’un volume comparable à un Boeing ou un Airbus, pour ce ‘petit’ appareil cela peut vite être une contrainte bien pénible.
        .
        Et puis, j’ai du mal à croire qu’un drone UCLASS (conçu au départ pour l’ISR ou le SEAD, avec tous les capteurs intégrés ad-hoc) soit facilement configurable en avion-citerne polyvalente « valable » sans avoir à tout refaire à l’intérieur …
        Cela nécessite sans doute de développer 2 drone différents qui n’auraient de commun que la silhouette et le système de pilotage. Certes, c’est dans les moyens des USA.
        Mais ce n’est plus du tout le cas chez nous.
        Ce n’est donc pas un modèle à suivre pour nous.
        .
        Plus pragmatiquement, je pense que pour nous, la meilleure des solutions reste celle qui est en cours de développement : une nouvelle nacelle Buddy-Buddy pour Rafale M, … avec un transfert de carburant (tout simplement) accéléré ..! (vu qu’un temps de ravito plus rapide apporte déjà en soi un gain en sécurité et en efficacité opérationnelle).

        • tschok dit :

          Si vous mettez un ravitailleur non furtif devant un F35, ou un F22 ou un B2, vous permettez à des radars de « voir » l’avion ravitaillé, ou de comprendre où il se trouve (derrière le gros machin qui se traine et fait un écho caractéristique).
          .
          Donc le ravitailleur doit être furtif.
          .
          Or il se trouve qu’un drone peut-être rendu furtif et adapté à la mission de ravitaillement.
          .
          Donc, l’idée d’utiliser un drone comme ravitailleur furtif a son intérêt, car la fonction de ravitaillement est critique: ce n’est pas une fonction subalterne en soi, mais stratégique. Et puis il y a le problème de la cohérence de la furtivité: si vous dépensez des fortunes pour faire des avions furtifs, mais qu’on peut détecter quand il font le plein, ben c’est bête.
          .
          La furtivité du drone ravitailleur est intéressante y-compris pour l’aéronavale française, dont les Rafale sont seulement discrets: le rendez-vous avec le drone ravitailleur est plus sûr s’il n’est pas lui-même détectable, quand bien même le Rafale le serait. Un drone ravitailleur furtif vous offre la possibilité de dissimuler à l’ennemi vos réserves de carbu et de les mobiliser rapidement là où on en a besoin, en diminuant les risques d’une interception intempestive, à un moment où l’avion ravitaillé est très vulnérable.
          .
          C’est une fonction ++ même pour une flotte équipée d’avions de 4ième génération.

          • Zuperdjoul dit :

            Le resonement américains na t il pas ete inverse ? : si le concept F35 n’a de sens quand version lisse, il se contente d’une autonomie limitée sans bidons externes… ils ont donc besoin dun reservoir volant tout aussi furtif…ce drone ravitailleur sera donc INDISPENSABLE aux utilisateurs du F35 ! Sortez vos carnets de chèque !

            Question : Existe t il actuelement des ravitailleurs catapultables ?

          • Fralipolipi dit :

            Tschock,
            Lorsque j’évoquais la très faible utilité de mettre un drône furtif devant un F18 non furtif, il est effectivement intéressant de se poser des questions sur l’interet d’une configuration inverse : drône non furtif devant avons furtif … Même conclusion en effet.
            .
            Cela dit, l’interet de l’hypothèse que vous avancez ne tient qu’à condition TRÈS stricte que l’ensemble [drône furtif ravitaillant un avion furtif] reste lui même parfaitement furtif … Ce qui est loin d’être une certitude si l’on considère les ouvertures de trappes sur les 2 aéronefs + la perche boom !
            Une telle configuration sera certes plus discrète que celle d’un ravito standard, mais rien ne dit que cela sera suffisant pour risquer des trucs proche des lignes de front … Lorsque l’opération de ravito rend forcément les 2 aéronefs liés … plus vulnérables.
            .
            Bref, encore un aspect des choses qui me rend sceptique quand à la franchise potentielle de cette Com’.

          • Fralipolipi dit :

            Zuperdjoul
            Attention, si le F35B sera effectivement assez limité en autonomie de vol s’il est sur seuls réservoir interne et s’il décolle en Short Take Off,
            il ne faut pas confondre avec le F35C (dont il est question ici) qui sera lui « catapulté » depuis les PA US et qui aura une bien plus grande autonomie, même sur ces seuls réservoirs internes !

          • Fralipolipi dit :

            Par ailleurs, les derniers ravitailleurs catapultables sont à ce jour le F18 pour l’US Navy et le Rafale M pour la MN … lorsque ces avions sont équipés d’une nacelle buddy-buddy, en plus de nombreux réservoirs pendulaires.

        • Nico St-Jean dit :

          @ Fralipolipi

          Je pense globalement comme vous, pour moi il est inconcevable que l’US Navy se résout à une seule version ravitailleur du X-47, déjà le X-47B serais présentement apte au combat pour des missions de pénétration puisqu’il emporte déjà plus d’armement en soute que n’importe quel autre UCAV en service et qu’il dispose d’un rayon d’action dépassant les 1500 km.
          .
          Le X-47C sera beaucoup plus gros et performant, la construction du premier prototype de pré-production est prévu pour démarré en 2018 et je pense que si il y a ne serais-ce qu’un fond de vérité dans les déclarations récentes de l’US Navy, le drone sera alors décliné en 2 versions, l’une en ravitailleur et l’autre en UCAV polyvalent, pouvant effectué de l’ISR comme des missions de combats.

  8. Aute dit :

    bonjour.
    question HS mais la france compte t elle se doter de drone HAPS type zephyr 7 comme les anglais ? .

    • Alpha dit :

      @Aute
      A priori non, mais il s’agit de ZEPHYR … 8 !… Ce dernier est plus léger, à une plus grande envergure, peut emporter une charge utile plus importante, et une autonomie de 50 % de plus que le ZEPHYR 7 . 😉

  9. Pinkdwarf dit :

    Même si j’ai du mal à imaginer cet appareil en ravitailleur, je peux concevoir qu’une flotte importante de ceux-ci soit un avantage par rapport à de rares, grosses, lentes et vulnérables citernes volantes.

    • James dit :

      C’est surtout le côté opérable à partir d’un PA qui est un avantage indéniable

  10. Lagaffe dit :

    Un drone ravitailleur pourra, demain, ravitailler un drone d’attaque, permettant à ce dernier de rester en vol beaucoup plus longtemps et sans risquer la vie de pilotes.
    A terme il n’y aura plus d’appareils pilotés sur les porte-avions (qu’on pourra rebaptiser porte-drones).
    Pour la surveillance maritime, les américains vont déployer le drone longue distance MQ-4C Triton qui est capable de mener des missions durant jusqu’à 30 heures à des altitudes supérieures à 16 000 mètres, ce qui autorisera une portée de 2 000 milles à ses senseurs. Selon l’US Navy, un drone Triton pourra couvrir une zone de couverture de 4,35 millions de km2 en un seul vol, ils doivent remplacer à terme les P-3 Orion.

  11. jojo dit :

    1 drone c’est pas de pilote, donc on Catapultage-Appontage-Catapultage aussi longtemps que la machine n’est pas en panne ou est encore dans la norme de ces besoins (huile moteur et autre). C’est une bonne grosse idée cela adieu nounou faucon ( faut qu’on la catapulte), yaka( yaka la catapulter) en alerte( faut alimenter le pilote en eau et new look). La toujours en vol, elle reviens pour le plein et hop elle repart. de jour comme de nuit, les pilotes de drone au tier, un drone sur le PA un dans la mission un sur le retour……….

  12. MP3 dit :

    Voilà qui devrait nous donner à réfléchir sur le programme FCAS/SCAF.
    Les drones signent en fait le retour des plateformes spécialisées, hyperspécialisées même. C’était déjà le cas pour les drones MALE, et la tendance ne fait que se confirmer avec le MQ-25A.
    Réfléchissons bien avant de nous engager dans la mauvaise voie. Il faut penser très large, en système de systèmes : on a du Mirage 2000 et du Rafale, mais aussi du Mamba, du Tigre, du LRU… etc.

  13. Chasseur dit :

    Bof …
    – En embarqué en France on fait déjà depuis longtemps du ravitaillement depuis le PA, un Super Etendard était capable de ravitailler un de ses copains en vol (son surnom c’était le super étendard ‘nounou’)
    – la plupart des missions des chasseurs embarqués c’est actuellement d’aller pulvériser des Toyota à 30000 euros pièce…. ou des immeubles vides construits à 3 euros le sac de ciment. Rien que le coût de la GBU dépasse déjà le prix de la Toyot’. Alors des chasseurs embarqués à 350 millions de $ pièce, ravitaillés avec des drones hyper sophistiqués, c’est comme sortir la Bentley du garage pour aller pisser au troquet du coin de la rue ….
    – Et puis, ravitailler en vol, ça fait longtemps que c’est du standard OTAN, cf les Rafale et autres chasseurs de toutes nationalités qui biberonnent sans distinction sur des tankers US, Australiens ou Anglais dans le ciel irakien… Donc faut pas trop s’en faire, comme la probabilité est forte dans le futur pour que tout se passe en coalition comme d’habitude, nos chasseurs profiteront aussi de tous ces beaux joujoux US pour se ravitailler… :-))

  14. Dany40 dit :

    Ce qu’il faut comprendre dans ce changement de mission de l’UCLASS c’est :

    1) Que ce drone va permettre d’augmenter nettement le rayon d’action des F-35C qui se défendaient déjà bien en terme d’autonomie en réservoir interne pur …. Il s’agit de donner plus de souplesse à l’usage des F-35C, car depuis que la capacité de portée missile des chinois est devenue sérieuse jusqu’à Pearl Harbor la notion d’éloignement de la flotte pour se mettre hors portée est devenue obsolète (et le Super Hornet avec elle). Donc il s’agit moins de permettre d’atteindre des cibles lointaines que de pouvoir rester plus longtemps sur zone (d’où l’intérêt de la furtivité du drone)
    2) Que les technologies d’Intelligence Artificielle équipant les drones autonomes ne sont pas encore assez matures pour les militaires US … cette maturité va venir et de gros progrès ont été faits récemment, mais pas assez pour faire effectuer des action offensives à une IA sans intervention humaine … Donc dans l’intervalle ils vont de doter d’une expérience de terrain solide dans la coopération homme/machine ce qui facilitera l’intégration des drones d’attaque autonome lorsque la maturité des technologies sera suffisante …

    • Fralipolipi dit :

      @Dany
      1/ « rester plus longtemps sur zone (d’où l’intérêt de la furtivité du drone) »
      … rester plus longtemps sur zone, c’est plus utile pour de l’ISR (fonction alors dévolue au drone UCLASS, sans avoir besoin du F35C à biberonner en parallèle), que pour du SEAD/DEAD.
      .
      Maintenant, peut-être qu’il y a un intérêt « à pouvoir roder » avant de faire du SEAD, mais je doute que cela soit dans un périmètre très dangereux où la discrétion Stealth serait totalement nécessaire (sans être une garantie totale de survie).
      Aussi, dans un périmètre moins dangereux, légèrement en retrait, un F18 Super Hornet devrait pouvoir ravitailler un F35C (plus) vite et tout aussi bien qu’un drone UCLASS, le F35C conservant ensuite une allonge tout à fait confortable.
      .
      Enfin, comme je l’évoquais déjà plus haut, qui nous dit que les 2 appareils (UCLASS + F35C) en plein ravitos, toutes trappes ouvertes + perche télescopique entre deux, restent suffisamment « discrets » … surtout que durant un ravito, les 2 appareils évoluent lentement et sans pouvoir manœuvrer … ils sont donc alors très vulnérables s’ils sont détectés … ce n’est donc pas un jeu à tenter souvent dans un ciel bien surveillé et défendu …
      .
      2/ « Que les technologies d’Intelligence Artificielle équipant les drones autonomes ne sont pas encore assez matures pour les militaires US  » 🙂
      Je n’avais pas perçu qu’un drone UCLASS imposait qu’il soit piloté par une IA … j’imaginais plutôt qu’il serait « d’abord et avant tout » piloté à distance comme un Reaper, par un pilote (humain) déporté.
      .
      Et rien n’empêche les US de prévoir un autre système de contrôle possible en parallèle, de proximité, via un F18 ou un F35C resté en retrait (ainsi que Dassault envisage de faire avec le FCAS couplé au Rafale).