Le Commandement du Territoire national de l’armée de Terre a été créé

comtn-20160603-2

Pendant que, au nord d’Orléans, le 12e Régiment de Cuirassiers d’Olivet se portait au secours des victimes des innondations dans le cadre de l’opération Moïse, l’armée de Terre a créé administrativement, le 1er juin, deux nouveaux commandements, à savoir ceux des Forces spéciales Terre (CSFT) et du Territoire national (COM TN).

Pour le premier, il ne s’agit pas stricto sensu d’une création puisque sa structure repose sur la Brigade des Forces spéciales Terre (BFST). En revanche, le second, qui, comme son nom l’indique, sera dédié aux missions intérieures de l’armée de Terre, est une nouveauté.

comtn-20160603Prévu par le plan « Au Contact », le COM TN « concrétise la prise en compte par l’armée de Terre de l’évolution de la menace sur le territoire national, à travers notamment un rééquilibrage de son offre stratégique ». Il s’agira d’un « pôle d’excellence » dédié à l’anticipation, à la réflexion, à la préparation et l’engagement opérationnel sur le territoire national.

Doté d’une composante opérationnelle, ce commandement devra aussi, le cas échéant, être en mesure de renforcer en urgence les états-majors interarmées chargés de la conduite des opérations sur le territoire national.

Installé à l’École militaire, à Paris, le COM TN est placé directement sous l’autorité du chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT). Il sera commandé par le général de division Gaëtan Poncelin de Raucourt. La cérémonie officialisant la création de ce commandement aura lieu le 19 octobre prochain.

« Quand le chef d’état-major de l’armée de Terre a présenté son modèle ‘Au contact’, les premières attaques de Paris n’avaient pas encore eu lieu. Pourtant, dans les 13 piliers qui en constituaient l’ossature, apparaissait clairement un échelon de commandement TN. Le général Bosser avait compris que le territoire national serait un des grands enjeux de l’armée de Terre. Mais pour rendre le projet cohérent, il était nécessaire de disposer d’un commandement dédié », explique le général Poncelin de Raucourt, sur le site de l’armée de Terre.

Pour rappel, le plan « Au Contact » a été publiquement présenté en mai 2015 par le CEMAT, qui en avait donné les grandes lignes quelques semaines plus tôt lors d’une audition au Sénat. Soit, après les attentats commis les 7 et 9 janvier à Paris et le lancement de l’opération intérieure Sentinelle.

Outre cette dernière, l’armée de Terre prend part à d’autres missions intérieures, comme Héphaïstos (lutte contre les incendies de forêts) et Harpie (en Guyane, contre l’orpaillage clandestin). Comme lors des innondations dans le Loiret, elle est aussi sollicitées pour intervenir en cas de catastrophes naturelles, industrielles ou sanitaires.

22 commentaires sur “Le Commandement du Territoire national de l’armée de Terre a été créé”

  1. C’est bien, ça case un divisionnaire, un deux brigadiers adjoints, combien de colonels?

  2. Euh, suite: Bien regarder le PPT avec le COMTN, comme dans tout bon PPT, au milieu. En fait le patron c’est le préfet de zone, qui s’adresse à l’EMIA ZD; le COM TN son boulot c’est de fournir des gaziers avec si possible des rangers qui ne se décollent pas….Je ne suis pas sûr qu’il fallait un divisionnaire…

    1. je ne suis pas sur que lire un PPT sans le fond de culture militaire soit suffisant pour exprimer un avis argumenté, sauf à illustrer le fond de votre opinion: « j’aime pas les généraux »

      1. Mon cher Anthony, j’ai dû être un peu succint, pardonnez-moi. J’ai « un peu » de culture militaire et contrairement à ce que vous pourriez penser, beaucoup de bons copains généraux. De ce fait, je sais que c’est difficile, dans un contexte de réduction des forces armées depuis plus de trente ans, (quand ils étaient lieuts), de leur trouver des postes de leur niveau. Cette manoeuvre permet d’en caser, mais je doute simplement que l’exiguïté du placard leur permettra de donner la pleine mesure de leurs réelles qualités. Ceci me renvoie aussi vers un billet précédent, dans lequel je dénonçais le fait que des énarques (gens aussi de qualité) débarquaient dans des postes de haute responsabilité dans la défense. Il s’agissait en l’occurrence de la DRHMD. Dans le cas qui nous occupe ici, nos généraux brillants ont parfaitement les capacités pour occuper des postes de Préfet de Zone, je regrette simplement qu’on les cantonne à des postes subalternes.

    2. Au pire Pat, vous pouvez proposer d’augmenter les impôts pour être solidaire des soldats qui eux les mouillent leurs Rangers (qu’ils paient de leur poche pour la plus grande part!!). Vous pouvez même aller les aider bénévolement…

  3. Ah P’tain c’est vrai y a plus d’appelés pour faire le ménage et les marées noires !
    Remettez vite en place le service militaire sinon on est foutus!…LOL!

  4. Un nouveau mille-feuille administratif.
    À ce rythme, il y aura bientôt plus de structures de commandement dédiés que de régiments.

  5. Au vu des menaces actuelles sur le territoire national, ainsi que les divers sollicitations pour des missions civiles, je trouve cette décision très cohérente si cela permet une meilleur organisation des forces.

    1. Encore des commandements de + !!! et je ne vois pas les GSBdD dans cette slide ! ils dépendent de qui, car pour avoir du matos et faire vivre ces deux entités, il faut bien le demander à quelqu’un; enfin, à un autre commandement !!!!

  6. Ils sont gentils, non vraiment c’est trop… Hey ho! C’est pas ici l’état islamique! Au « contact » de qui? Des terroristes à Raqqa ou des français à Brie-contre-robert? Ceux qui aiment le gris à droite, ceux qui aiment le caca-doigt à gauche! Pour ceux qui aiment les couleurs, mettez-vous à poile et passez à la décontamination! Et qu’ça saute!
    -Chef chef! Les nids de mitrailleuses sont sous les eaux?!
    -Z’avez cas construire des miradors!
    ……….

  7. On est dans un monde de fous furieux. On créait un commandement du territoire national pour l’armée nationale. Reveillez-moi, je fais un cauchemar.

  8. Il est grand temps qu’on reprennent la notion de protection du TN.
    Il y a du boulot!
    Entre le listage des risques de terrorisme à l’économie sur les cibles plus ou moins molles, la protection des populations suite à plusieurs attaques de cette nature, en conjonction avec des événements climatiques, des émeutes etc…
    Il est grand temps de voir de quoi l’on dispose vraiment pour « Faire Face ».
    Le tout en pensant « qu’un pessimiste n’est qu’un optimiste bien informé » et pas qu’un joli plan particulier permet de partir sur une promotion!

  9. Je ne vois pas en quoi ce commandement vous choque tous … Il a pour objet de préparer et d’encadrer les operations possibles sur le territoire , or on voit bien qu’il y en a de plus en plus. Il s’agit non seulement de préparer les missions, d’anticiper les besoins et de faire savoir aux regiments et aux écoles de ce qu’ils peuvent être amené à devoir faire, mais egalement d’anticiper toute la logistique liee à ces operations …
    Or quand in déploie à chaud 10 000 soldats sur le territoire sans y avoir pensé préalablement , ou pas suffisamment , cela donne Sentinelle …
    On ne peut pas fustiger les conditions d’hébergements de nos soldats , l’impact sur leur vie de famille et sur l’entraînement , et sur la preparation operationelle, et critique la création d’un état major dédié à resoudre ces problemes … Ca n’a pas de sens …

  10. « Un état-major de plus ! Mais pour quoi faire ? » C’est la question que nous avons tous posée en 1983 quand Charles Hernu a créé la FAR.
    Nous avons compris par la suite : j’apporte le même genre de réponse pour le COM TN aujourd’hui que pour la FAR autrefois : il s’agit d’un signal de politique intérieure et même de politique politicienne. Pourtant ce n’est pas nécessairement mauvais.
    .
    En 1983, Charles Hernu voulait obliger ses camarades socialistes, antimilitaristes pour la plupart, à admettre que l’existence de troupes professionnelles était indispensable pour intervenir outre-mer. Ces interventions futures étaient gentiment qualifiées « d’action rapide »‘ et la création de la FAR impliquait d’inscrire dans la loi le principe des opex (qui ne portaient pas encore ce nom), principe auquel les socialistes s’étaient vigoureusement opposés jusque là.
    .
    Aujourd’hui il s’agit de formaliser les interventions de l’armée sur le territoire national, interventions qui sont jusqu’à présent illégales lorsqu’elles ne prévoient pas la mise en œuvre des armes : les armées sont chargées, par la loi, de mettre en œuvre les armes et c’est leur seule mission légale.
    .
    Comme celle de la FAR en son temps, il faut maintenant que la création du COM TN soit entérinée par une loi : sinon l’existence du COM TN est illégale parce que son rôle n’est pas de mettre en œuvre les armes. Par conséquent il y aura une loi, à moins que nous soyons vraiment gouvernés par des incapables conseillés par des brêles. Ce que, bien évidemment, je ne peux pas croire.
    .
    Cette création du COM TN, quand elle sera légale, permettra de préciser beaucoup de choses qu’il est indispensable de préciser : préciser les financements par les ministères ou les collectivités territoriales bénéficiaires (Polmar, Héphaïstos, Moïse, etc.) ; préciser les consignes d’ouverture du feu (désarmer les porteurs d’armes de guerre : Vigipirate, Sentinelle, Harpie, etc).
    .
    Pour finir, un mot sur l’argument « création de postes d’officiers supérieurs et généraux » : il est fallacieux. Le problème aujourd’hui et à l’avenir n’est plus, ne sera plus, de trouver des postes pour « caser » ces officiers. Le problème sera de plus en plus de trouver des officiers de qualité pour tenir ces postes parce que ceux-ci quitteront, de plus en plus nombreux, l’armée après le TC de capitaine.
    Qu’on le veuille ou non, l’on change de métier après le TC de capitaine même si l’on reste dans l’armée. L’on s’aperçoit alors que les servitudes et privations imposées par le métier militaire ne sont plus compensées par l’intérêt humain du commandement de contact.
    .
    Les jeunes officiers qui réfléchissent à la suite de leur carrière savent de mieux en mieux qu’une « carrière courte » dans l’armée peut se révéler plus intéressante qu’une carrière longue. Ils le savent par les blogs mais surtout par les échanges associatifs où les anciens, devenus civils, leur racontent les logements de fonction, les voitures de fonction à usage privé, les primes, les rémunérations annexes, la liberté de parole et du choix de sa résidence, la stabilité familiale pour la scolarité des enfants et pour le travail de l’épouse. Les jeunes Cyrards voient aussi tout ça en jetant un coup d’œil sur l’annuaire de l’Association des Saint-Cyriens dans la Vie Civile (ASCVIC).
    .
    En définitive l’on peut créer un état-major de plus pour donner une forme légale à des interventions qui ne le sont pas. Mais en même temps il faut se demander si l’on aura la ressource pour garnir tous les états-majors.

Les commentaires sont fermés.