Libye : Le président Obama tacle Nicolas Sarkozy et David Cameron

obama-20140529

Le président américain, Barack Obama, est presque en roue libre : au début de l’année prochaine, il quittera la Maison Blanche après deux mandats et sa carrière politique sera derrière lui. S’il écrit ses mémoires, quelques dirigeants risquent d’être piqués au vif. Surtout si elles sont de la même eau que l’entretien qu’il vient d’accorder au magazine The Atlantic et dans lequel il a évoqué la situation en Libye.

On le sait, depuis la chute du colonel Kadhafi, le pays est en proie au chaos, avec deux factions rivales qui se disputent le pouvoir, la prolifération et l’expansion d’organisations jihadistes comme l’État islamique (EI ou Daesh) ou encore l’exploitation des flux migratoires à partir de ses côtes.

En aurait-il été autrement si le colonel Kadhafi avait gardé la mainmise sur la Libye? La suite des évènements aurait été certes différente. Mais rien ne nous dit qu’elle n’aurait pas évolué selon un scénario à la syrienne. « Avec des si, on mettrait Paris en bouteille », dit-on…

Bref. Dans l’entretien donné à The Atlantic, le président Obama a donc évoqué l’intervention menée en 2011 en Libye par la France et le Royaume-Uni, avec le soutien de l’Otan (opération Unified Protector)

Pour autant, M. Obama n’a pas remis en cause le bien-fondé de cette intervention, à laquelle les forces américaines, bien qu’en « second rideau », ont prêté leur concours, en particulier dans les premiers jours, avec des frappes massives (192 missiles Tomahawk lancés le 28 mars 2011 et plus de la moitié des sorties aériennes de la coalition). Mais, selon lui, les Européens n’ont pas fait ce qu’il fallait pour stabiliser la Libye après la chute de Kadhafi.

« Lorsque je me demande pourquoi cela a mal tourné, je réalise que j’étais convaincu que les Européens – étant donné la proximité de la Libye – seraient plus impliqués dans le suivi », a en effet déclaré M. Obama. « Le Premier ministre britannique David Cameron a ensuite été distrait par d’autres choses » et « le président français de l’époque, Nicolas Sarkozy, voulait claironner ses succès dans la campagne aérienne alors que nous avions détruit toutes les défenses anti-aériennes », a-t-il ajouté.

En réalité, le chef de la Maison Blanche n’a pas totalement raison : dès les premiers jours de l’intervention, les avions britanniques et français ont aussi neutralisé des défenses aériennes libyennes. Mais il est vrai que le plus gros du travail a été réalisé par l’US Navy et l’US Air Force.

Quoi qu’il en soit, il est tout aussi vrai que le soutien aux nouvelles autorités libyennes n’a pas été à la hauteur de ce qu’il aurait dû être. Mais, à sa décharge, le président Sarkozy ayant quitté ses fonctions un peu plus de six mois après la fin des opérations en Libye, il n’a pas eu le temps d’assurer le « service après-vente », pour reprendre l’expression utilisée par le président tchadien, Idriss Déby, pour critiquer le manque d’implication de l’Otan en Libye après la fin de Kadhafi. L’aurait-il fait s’il avait été réélu (avec des si…).

Pour autant, quelques initiatives avaient été prises. Ainsi, en février 2012, le ministre de la Défense, Gérard Longuet à l’époque, avait fait le déplacement à Tripoli pour signer une « lettre d’intention » de coopération militaire bilatérale et promettre la remise en état de vol des Mirage F1 libyens. Depuis, rien de plus n’a été fait.

Même chose côté britannique… Et l’expérience a même tourné court. Cela étant, les propos de M. Obama ont provoqué un certain émoi outre-Manche. Du moins chez les éditorialistes. Le quotidien The Independant a ainsi souligné qu’il s’agissait d’une « attaque sans précédent d’un président américain en exercice sur un leader britannique ».

Toutefois, M. Cameron n’a pas souhaité entrer dans la polémique. « Nous sommes d’accord qu’il reste beaucoup de défis difficiles à relever en Libye. Mais comme le Premier ministre l’a répété à de nombreuses reprises: venir en aide à des civils innocents qui se faisaient torturer et tuer par leur leader était le bon choix », a, selon l’AFP, réagi son porte-parole.

65 commentaires sur “Libye : Le président Obama tacle Nicolas Sarkozy et David Cameron”

  1. Depuis que le colonel Kadhafi a été renversé c’est le merdier dans la contrée, merci Sarko ! Il en est de même dans tous les pays musulmans dont l’organisation s’articule sur le Coran; l’Occident a voulu imposer la démocratie mais ça ne fonctionne pas, voire l’Irak.

    1. Pas à ce point mais il est très possible que russes et américains se soient mis d’accord , par la force des choses, pour devenir malgré les apparences et les postures se montrer en silence complémentaires et dans le fond alliés .
      Je sais pas si c’est un bien ou un mal mais l’Europe va le payer très très cher . Pour la France , ça a déjà commencé . Inconsciemment la question du Brexit ne tombe pas par hasard …

  2. Si les défenses aériennes ont été massivement détruites pas les USA, il n’en est pas moins vrai que les avions français et britanniques n’en on pas trop été affectés dans leurs premiers raids. Il fallait un sacré courage et une sacrée confiance dans les capacités du Rafale pour effectuer les « entrées en premier ». Encore chapeau aux pilotes.
    Pour le reste, en effet Sarkozy n’est pas resté aux commandes assez longtemps pour s’occuper de l’après Kadhafi. A l’époque la situation n’était d’ailleurs pas aussi inextricable qu’elle l’est aujourd’hui. Aurait-il fait mieux ? On ne le saura jamais.
    Par ailleurs, Sarkozy n’est pas l’Europe qui, en tant que telle, s’est joyeusement désintéressée de la question, comme aujourd’hui d’ailleurs. Seuls les réfugiés dérangent un peu la somnolence de Bruxelles.
    Donc, en effet, si ma tante etc.

    1. D’une pierre deux coups : Sarko débarrassé d’un ami encombrant et les US vengés. C’est tout bénef.

  3. « venir en aide à des civils innocents qui se faisaient torturer et tuer par leur leader » : ben tiens toujours le même argumentaire de sophiste ; or on apprend par ailleurs (mais ce n’est pas nécessairement vrai) que les attaques de Bengazi auraient été le fait de sunnites sponsorisés par l’Arabie séoudite, un peu comme une répétition pour la Syrie … ou auparavant le Maïdan …

    Tandis que les Kurdes turcs qui se seraient(*) fait massacrer, décapiter ou brûler vif à Cizre (Turquie) par le régime du Sultan du sarin n’appellent pas une intervention immédiate des drôa-de-lhommistes-à-géométrie-variable ?

    (*) « seraient » car comme la vidéo est de RT il s’agit sûrement d’un bidonnage.

  4. Pour autant, M. Obama n’a pas remis en cause le bien-fondé de cette intervention, à laquelle les forces américaines, bien qu’en « second rideau »…
    Faux, il avait interdit aux anglais et aux français d’intervenir avec des troupes au sol et cet individu hypocrite cherche à se dédouaner des ses erreurs, c’est un minable.
    Pareil pour la Syrie, il avait interdit toutes interventions franco-britannique avec des troupes au sol, sans cet interdiction il y aurait pas eu le ras de marée de réfugiés syriens.
    Vivement qu’il quitte la Présidence, tout le monde veut le voir partir… démocrate, Républicain et les pays membres de l’OTAN.

    1. Réactions normales du président d’un pays qui veut islamiser l’Europe, cette vieille région du Globe.

      1. Sa première visite et discours fut dans l’antre es frères musulmans en egypte, et c’est pour ça qu’il n’aime pas trop sissi, son frère (ou demi) étant financier de ces frères musulmans avec les entrées à la maison blanche….Bref, en dehors de la couverture maladie, c’est un président qui ne marquera pas les usa, hormis premier black;
        Au contraire, il a détruit le leadership des usa, permettant à des pays, après avoir testé ses faiblesses, d’annexer, d’ignorer les frontières internationales , des iles, sans que celui ci bouge…
        Vite , la suite…

        1. Si la suite c’est Trump, vous allez faire une crise cardiaque, ce dernier est isolationniste, pro-poutine et se fout complètement de la sécurité de l’Europe ou d’Israël par exemple.

          1. Là tu te trompes lourdement!
            « Nos ennemis deviennent chaque jour plus forts, et nous devenons plus faibles », a fustigé M. Trump. « Nous devons protéger Israël », a-t-il affirmé. « Si l’accord entre l’Iran et le P5+1 est conclu, Israël n’existera plus pour très longtemps », a mis en garde le magnat américain de l’immobilier.

          2. Tout le monde a oublié dans quel état économique O’bummer a trouvé les USA après dableyou!

            Aujourd’hui, la croissance a repris…

  5. Le retrait des forces américaines d’Irak aura sans doute été une très sage décision dont l’actuel président des États Unis devrait se glorifier un peu plus. Donc au moment où il se prépare à quitter le pouvoir avec son prix Nobel de la paix bien mérité en poche, quand on voit dans quel état il laissera ce pays , on doit se dire que Cameron et Sarkozy, malgré tout ce qu’il leur reproche, n’auront pas fait cette bourde là.

    1. Voilà. C’est ce que je voulais dire. Quand on devient président d’un pays, on assume ce que son prédécesseur a laissé et on ne part pas en léaissnt la merde derrière soi pour dire que ce n’est pas la sienne. Daesh est directement la conséquence de l’inconséquence de ce monsieur qui ne laissera pas un souvenir impérissable de ses qualités humaines vis à vis de ses homologues étrangers. Fuck Off Mister Nobama.

      1. Daesh est la conséquence de l’intervention décidée par M. G. W. Bush en 2003, du démembrement de l’armée irakienne décidé par l’occupant étasunien, et des tortures d’irakiens. Daesh est né en Irak et non en Syrie. Il faut arrêter de proférer des âneries.

  6. C’est la première fois dans l’histoire récente des USA qu’un président américain en exercice se livre a de telles confessions sur sa politique étrangère.
    .
    Le contenu de l’article de « The Atlantic » par Jeffrey Goldberg est extrêmement intéressant pour quiconque essaye de suivre la politique internationale.
    .
    Cet article contient certaines révélations sur la façon de penser d’Obama, ou tout du moins sur ce qu’il veut bien laisser paraitre.
    .
    Mais au delà des piques contre Sarkozy, de son appréciation de Poutine, etc… Il y a une impression générale très dérangeante qui se dégage de cette article:
    .
    Il ressort que POTUS n’est pas le « Commander in Chief » tout puissant de l’exécutif dans ce sens qu’il ne contrôle pas la politique exécutive du gouvernement des États Unis de bout en bout.
    .
    A l’entendre, la maison blanche est une citadelle infiltrée et assiégée de toutes parts par une bureaucratie tentaculaire et autonome qui l’entraine dans des actions sans que le chef de l’exécutif ne puisse préempter leurs actions. La maison blanche est soumise a une telle pression des lobbies, qu’Obama est souvent réduit a un rôle d’arbitre en des scenarii du pire, sans vraiment être le capitaine du navire USA.
    .
    Ce que livre Obama dans cet article est très inquiétant, surtout si l’on imagine des individus comme Trump ou Cruz , beaucoup moins pondérés dans le jugement, dans la mème position que le président actuel, que ses proches conseillers surnomment Vulcain (Reference au fameux Mr Spock de Star Trek pour illustrer son tropisme pour le raisonnement glacial).
    .
    Pour ceux qui comprennent l’anglais, la source est ici:
    .
    http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2016/04/the-obama-doctrine/471525/

    1. Ce n’est pas une révélation que le hobby militaro-industriel américains dirige réellement la Maison Blanche…
      .
      Par contre, on aurait aimé plutôt savoir quelles étaient les vraies opinions d’Obama et son passé obscure… Mais il est plus facile de jeter l’opprobre sur l’autre que de balayer devant sa porte.

    2. RC,
      Trump semble moins interventionniste que les autres, plus isolationniste, favorable à un accord avec Cuba, moins à la remorque du lobby israélien très puissant là-bas et favorable aux droits des palestiniens. Je ne vois pas ce genre d’option pousser à la guerre à tout bout de champ.
      Ceci dit, ce n’est pas ce qui me ferait voter pour lui, le problème aux USA, c’est qu’un candidat qui a des vraies valeurs morales, ce n’est pas vraiment le cas de Trump mais l’est pour Cruz, se retrouve à la remorque des bellicistes.

      1. Entre Trump et Cruz, il vaut mieux Trump si le critère unique d’appreciation est d’éviter une troisième guerre mondiale. En plus, Cruz est un « crook » washingtonien, il est une marionnette des lobbies, un arriviste, il n’a rien d’un homme d’état. Trump a au moins pour lieu de ne pas avoir besoin de l’argent des lobbies pour exister.
        J’ai bien peur que les soit disant valeurs morales de Cruz soient une vaste fumisterie.
        Cruz= Nixon en pire.
        .
        Ce qu’il faut a la tête d’un empire comme les USA c’est un homme d’état qui aie des convictions nobles, une stature crédible, un projet ambitieux mais réaliste, un pragmatisme de bon sens teinté d’une bonne dose de machiavélisme, et qui aie la tête froide.
        .
        Dommage que James Baker soit beaucoup trop vieux pour se présenter. Pour ce qui me concerne, Baker reste le benchmark du « statesman » américain, une espèce en voie de disparition.

      1. Bien sur, ce n’est pas une autocratie et les USA ne sont pas non plus un système purement présidentiel, puisque le parlement (pouvoir législatif) a de large prérogatives de contrôle sur le pouvoir exécutif (maison blanche) et que le pouvoir judiciaire est en bonne partie indépendant (Supreme court vs DOJ).
        .
        Mais je ne parle pas du système institutionnel je parle de la branche EXECUTIVE.
        Selon les textes, POTUS devrait diriger la branche EXECUTIVE, il en a le pouvoir total et exclusif en théorie.
        Le Pentagone, la CIA, le département d’état devraient être sous le commandement exclusif et entier de POTUS, tandis que le pouvoir législatif tient les cordons de la bourse et contrôle via des commissions parlementaires.
        .
        En pratique d’après cet article la maison blanche est presque un bateau ivre qui se déplace au grès des courants de lobbying, le Pentagone et la CIA font ce qu’elle veulent sans que POTUS ne puisse mettre son véto sauf s’il s’agit de rentrer en guerre officiellement, mais souvent, quand au lui demande son avis, c’est trop tard, et s’il dit non il est vilipendé. Mème le State Department, qui est sensé faire uniquement de la diplomatie, drafte des plans de guerre sans consulter la maison blanche, fait du lobbying pour faire rentrer les USA en guerre, exerce une pression sur POTUS pour le contraindre a signer l’ordre officiel (Executive order) d’engagement des armées (avec succès en Libye mais pas en Syrie) …
        .
        Bref, il y a de grave problèmes institutionnels aux USA.
        Il faut peut être un changement de régime a Washington 😉

        1. Le budget de la maison blanche (et de l’exécutif en général) est fixé par le parlement : Obama ne peut pas acheter un trombone sans l’accord du Sénat et de la Chambre des représentants.
          Il ne peut rien décider qui nécessite un financement, ça limite considérablement ses pouvoirs.

          1. Il s’agit actions prises par les agences de l’exécutif CONTRE la volonté d’Obama, chef de l’exécutif. Ce qui veut dire que l’obstacle de ces agences n’est pas le Congres. Bien au contraire, vu qu’il y a cohabitation entre les républicains au Congres et un président démocrate qui ne contrôle même pas sa propre administration.
            The system is broken.

          2. « Il ne peut rien décider qui nécessite un financement »
            FAUX!!!
            Obama et sa famille paient pour tous leurs repas à la Maison Blanche comme ailleurs, c’est la Loi (sauf pour les « State Dinners »), et ils peuvent choisir le menu qu’ils veulent.
            À l’Élysée bien sûr, tout est gratuit…

    3. @Reality Check
      Merci pour le lien.
      Je pense aussi que les US vont garder profil bas en cette année d’élections… ils ont comme un cycle aisément identifiable entre les périodes d’expansion et de retrait : )
      En revanche, il est plus surprenant qu’ils s’en prennent à la Grande-Bretagne. Cela relèverait presque du réglement de compte personnel (?) Ou d’une opération « nettoyage de mains »: regardez ce qu’ils ont fait, c’est encore nous qui allons devoir nettoyer…
      .
      Quant aux conflits entre les services, les politiques et les lobbies, rien de nouveau. Les premiers sont en poste plus ou moins permanent, alors que les seconds passent (comme la caravane), avec leur cortège de « soutiens aux élections ». Si conflit d’intérêts il n’y avait pas, on se demanderait comment : )

  7. Certain pense que Sarko est un ange déchu, qui n’a pas eu assez de temps pour établir la paix en Libye. C’est une ignoble farce! Je pense tout le contraire de ceci, car quand nous avons étés attaquer Kadafi, parce qu’il a réprimé une manif de salafiste dans le sang, on s’est tiré une balle dans le pied. Ni plus ni moins. La réalité est souvent meilleur que ceux qui veulent la travestir…(c)

  8. @Laurent Lagneau a raison, Obama est vraiment en roue libre…et vivement le pot de départ où il pourra fêter ses innombrables réussites !
    Et derrière la critique de Sarko (qui est implicitement un manque de respect pour l’action de nos aviateurs), on sent toute la francophobie américaine, le cliché xenophobe des Français inefficaces qui ne pense qu’à se mettrent en se mettrent en valeur.
    Ces « alliés » qui passent leur temps à nous cracher à la gueule commencent à me les briser menu.

    1. C’est vrai , on en a marre de ces Américains qui nous aident à chaque guerre ! Laissez nous donc perdre tranquillement : regardez Vichy, ça a été un franc succès.

      1. Marre aussi que l’on nous ramène toujours à la deuxième mondiale et à notre défaite de 40 contre une armée Allemande qui à cette époque était pratiquement imbattable. Donc juste un rappel historique :
        La deuxième GM n’était pas une guerre de la France contre l’Allemagne mais celle du bien contre le mal. Les USA sont rentrés dans cette guerre non pour aider la France mais pour éliminer 2 régimes néfastes à la communauté mondiale et aussi à leurs intérêts. Et pour cela, il a fallu attendre fin 41 et pearl harbor, soit plus de 2 longues années après la déclaration de guerre de la France.

        1. Effectivement Vichy est un peu rebattu. Parlons plutôt de nos victoires en Indochine, à Suez, en Algérie.
          Vous allez me dire que Suez et l’Algérie n’étaient pas des défaites militaires et j’en suis d’accord. Il n’empêche que dans ces deux cas nous avons du remballer et nous en aller. Tout seuls.

          Plus sérieusement, nous avons tout à gagner d’être très proches des USA : ils sont comme certains copains de collège un peu bêtes mais forts et courageux et la cour de récréation est un peu dangereuse ces temps ci.

    2. Pourquoi se priver quand on voit la totalité de la classe europeenne a genoux devant leur maitre , le fort ne respecte jamais le faible
      ….

    3. Quand on est pas capable de penser par soit même on ferme sa gueule en effet! On parle bien d’un chaos en Libye, qui est un danger pour des milliers de familles au quotidien, dans une peur bien réel, alors les idées-rata de politiciens de malheur, j’m’en bas les machines!

    4. Pourtant vous n’auriez pas pu intervenir sans les US ! La vérité est que la France n’a plus les capacités d’intervenir indépendamment tout comme les britannique. Maintenant le fait est que les Américains et les Européens aurez du assurez le ‘services après ventes’ des qu’ils ont décidé de ce debarasser de l’ancien ami Kaddafi.

  9. morale de l’histoire, faut pas s’engager dans les guerres « humanitariennes « , mais juste quand nous sommes directement menacés, ou que nos intérêts sont menacés.

    Obama essaie de se construire une légende pour l’histoire, tout comme Mitterrand, à la fin les faits viennent ternir la légende

  10. Ce qui est extrêmement préoccupant c’est l’incompréhension totale des gouvernants occidentaux face au Moyen Orient. A force d’être ignorants et incultes, ils se sont mis à la merci des courants lobbyistes de tous poils. Et prennent des décisions aux conséquences incalculables. Obama critique Sarko et Cameron sur la Libye, il a raison. Mais il oublie que les USA ont fait pire en Iraq (certes c’était GW Bush à l’époque). Daech est né dans le berceau doré que les USA lui ont préparé avec leur intervention militaire aux conséquences politiques désastreuses. Jamais Daech n’aurait pu naître et fleurir comme ça, si des pans entiers de la société civile irakienne n’avaient pas été mis en vrac par les USA. En Iraq comme en Libye, on supprime militairement à l’aveugle un équilibre ancien, juste pour faire le beau dans les media avec des video noir et blanc de 4×4 qui explosent. C’est Call of Duty reloaded par BHL. Et ensuite on le remplace par quoi, l’équilibre foutu en l’air ? Là, silence radio. Aucune anticipation, aucune vision, aucune clairvoyance. Rien. Encéphalogramme plat. Finalement, ce sont les militaires qui deviennent philosophes, à force d’être envoyés risquer leur peau sur des théâtres où les objectifs politiques ne sont pas définis : « il est facile de gagner la guerre, il est beaucoup plus difficile de gagner la paix », dixit le CEMA français P. de Villiers. Je préfère Lyautey. Au moins, ses officiers des affaires indigènes étaient polytechniciens, parlaient arabe et savaient faire la différence entre un sunnite, un alaouite syrien un chhiite. Pas comme tous ces cons de politicards actuels qui nous f..tent le merdier total.

  11. Voilà surtout un bon moyen pour éviter, en pleines primaires américaines, d’évoquer le fiasco d’Hillary Clinton en Libye.

    1. A ce propos, un autre article du NYT du 26 février 2016 évoque la guerre de 2011 en Libye et sa genèse. Son contenu est extrêmement intéressant.
      Cet article est le produit d’entretiens avec une cinquantaine d’acteurs aux USA , en Europe et ailleurs.
      .
      Extrait traduit :
      .
      Gérard Araud, ambassadeur de France a l’ONU raconte que la France et la GB poussaient énergiquement pour une résolution a l’ONU sur la Libye.
      Mr Araud relate sa conversation téléphonique avec Mme Susan Rice, son homologue ambassadrice américaine a l’ONU:
      « Vous n’allez pas nous entrainer dans votre « guerre de merde » dit elle, « Si vous le faites, nous serions contraints de vous suivre, et nous n’en avons aucune envie »
      Mr Araud raconte avoir alors répondu: « La France n’est pas une filiale des USA ».
      .
      Donc de la propre admission de monsieur Araud, representant de monsieur Sarkozy aux nations unies, et qui était aux premières loges, c’est la France qui a poussé les USA a créer le chaos en Libye.
      .
      Je préempte ceux qui me diront que je critique le gouvernement français sur ce sujet:
      .
      Oui je critique le gouvernement français , depuis le début, sur cette décision scélérate de rentrer en guerre en Libye.
      .
      Et FACTUELLEMENT, selon les propres dires de monsieur Araud, ambassadeur de France a l’ONU, c’est bien Sarkozy qui voulait cette guerre, et auxiliairement Cameron, Obama n’a fait que ce soumettre a leur pression, ce qui est une erreur certes, mais ce n’est pas de lui que venait cette initiative désastreuse.
      .
      Source:
      http://www.nytimes.com/2016/02/28/us/politics/hillary-clinton-libya.html

      1. Kadhafi nous a refait le coup de l’éventail. Vous savez ce qu’il en coûte. Mais de toute façon, si nous n’étions pas intervenu, ce serait la Syrie Bis. Et cela serait tout aussi inconfortable, voire pire qu’actuellement. Car vous auriez soutenu votre ami et vous en paieriez des conséquences aujourd’hui même autrement plus graves. Car la guerre se serait porté chez vous. Ce n’est qu’une question de temps. D’ailleurs. Mais j’espère que vous vous y préparez.

        1. Vu l’acceleration de l’Histoire le coup de pied dans le derrière qui a suivi le coup d’éventail va aller plus vite.
          Il serait temps d’accepter que le gouvernement français doit se remettre en question sur sa politique étrangère.
          A moins qu’il vous faille un autre 13 novembre pour ouvrir les yeux.

          1. Vous reprenez exactement la propagande de Daesh pour « justifier » ces attentats auprès d’une opinion musulmane habituée à entendre ce type de discours. Je passe sur le commentaire abject concernant les attentats du 13 novembre.
            Bien sûr, il n’y a pas d’islamisme depuis 1979, comme le savent les Algériens d’ailleurs. Les attentats, c’est la faute du gouvernement français… comme tout le reste.

        2. @Reality Check
          L’Europe a ouvert grand ses yeux en Novembre… puis s’est empressée de les refermer. Il y a comme une incapacité à gérer ce qui n’est pas souhaitable : )
          .
          Je lis de temps en temps vos journaux (Algérie et Tunisie) pour un bol d’air. Le contenu et la forme y sont plus proches de l’enquête sur le terrain, que des sermons stériles qui couvrent les pages des nôtres (entre les pubs)… moins de moyens, mais plus de journalisme!

      2. Les raisons dont nous n’entendons pas parler ou très peu concernant les motivations de la France étaient les projets de Khadafi en matière financière à l’aide de ses réserves: Création d’une banque de financement pour les pays africains et frappe d’un Dinar or.
        Cette banque aurait été en concurrence directe et voulue avec la banque Mondiale et le Fmi, mais pour la France cela signifiait à moyen terme la disparition du Franc Cfa et de tous les leviers politico-économiques qu’elle détient sur sa zone d’influence.
        Quand à Sarko, il y avait également des motivations « personnelles » sur de possibles financements reçus de Khadafi.

        Suivez l’argent! 😉

        1. @Yes Man
          En plus de cette banque, il était également question de créer un réseau télécom africain. Les pays de ce continent passant tous par des compagnies occidentales (peut-être même chinoises à ce jour?).
          Difficile d’en savoir plus à ce jour. La chute de l’un valait-elle celles des autres?

      3. « ..Oui je critique le gouvernement français , depuis le début, sur cette décision scélérate de rentrer en guerre en Libye. »
        quand c’est pas pour ça ,c’est pour autre chose, bref, tu critiques constamment le gouvernement français, surement un reste de notre apport civilisationnel à ton pays, que tu n’as pas encore avalé!

  12. Obama se lave les mains, car il est en train de terminer son mandat.
    Après coup, il est toujours si simple de dire ce qui n’a pas été bien fait et ce qu’il fallait ou pas accomplir.
    Non Obama cherche a rejeter une accusation sur d’autres.
    .
    On ne change pas le passé, par contre on écrit l’avenir.Il n’est pas impossible que les américains cherchent a pousser les européens a s’acquitter du service après vente comme eux le font avec l’Irak.
    Il y aura une suite, c’est une évidence, et c’est cette suite qui doit soulever des questions et des remarques.

  13. Moralité quand on commence quelque chose on le termine ou au moins on prévois les moyens d’atteindre son but.

  14. Obama oubli quand meme que Daesh est né de son intervention raté en Irak, est né de ses prisons irakiennes où ils ont torturé et humiliés des innocents qui s’y sont radicalisés.
    Après, il est clair que l’occident (OTAN, USA, Europe) a foiré en voulant imposer en afrique et au moyen orient notre modèle démocratique. ces pays ont une autre culture, d’autres moeurs, une religion très archaique, et de ce fait on aurait jamais du imposer nos modèles. Ce sont des pays qui ont toujours été dirigé par des dictateurs ou des emirs, c’est leur modèle, leur mode de vie, et on aurait du les laisser ainsi. Ce sont des pays très instables, fragiles, avec de nombreuses tensions internes, de nombreuses divisions, des peuples assez excités, et s’il n’y a pas un homme fort pour maintenir ce tout, ça part en conflit. Et nous on a fait exactement ce qu’il ne fallait pas faire et aujourd’hui on en paie les pots cassés.
    Obama, Sarko, Blair, tous coupables de la situation actuelle.

  15. Les Américains jouent leur partition de leur côté, US first, ne l’oublions jamais.
    De l’Ukraine au Levant en passant par les migrants, c’est surtout démerdez-vous les Européens.
    Commençons donc par garder voire développer notre autonomie nationale.

  16. Quand on est vassal on plie le genou devant son seigneur et on ferme sa gueule sinon ! hop avec de la chance on se retrouve à poil jeté au dehors de son ancienne maison où pire jeté dans un cul de basse fosse !… la France est devenue vassal des US par lâcheté des Français qui comme dans la fable du Chien et du Loup on préféré le collier, la niche et la gamelle à la liberté, la faim et le froid …. C’est un choix ! On ne peut obtenir à la foi le beurre et l’argent du beurre …

      1. vassal ? je trouve ça très gentil, vassal..allez voir du côté de bordeaux ou un commandant de l’armée de l’air vient de décorer l’ imam de Cenon appartenant à l’uoif. Celui là même qui déclarait que les chrétiens n’étaient pas persécuté dans le moyen orient

        1. Chuuuut. On est en train de vendre plein de Rafale et de Chars Leclerc aux théocraties du Golfe (mentors idéologiques de DAESH). Business is business, quoi …

  17. Cameron ne répondra pas. Il l’a dit. Par contre, il faut qu’Obama s’attende à ce que Sarko lui réponde. et ceux des Américains qui détestent Obama, il y en a un paquet, s’en pourlèchent déjà les babines. Obama est un jean-foutre. Cela ne se fait pas. Sinon, très longtemps après avoir quitté ses fonctions et beaucoup plus subtilement. Il met Hillary dans une position aussi délicate.

    1. Et je rajoute. Qu’en plus, il donne l’impression d’avoir été à la traîne des Anglo-Français ! 😀 (ça, ça va plaire aux Ricains…)

    2. Que peut répondre Sarkozy ? Qu’il a voulu éliminer le leader lybien à qui il devait (?) une fière chandelle pour les élections présidentielles ?

      1. Si tu as des preuves, amènes les vite aux juges car jusqu’à maintenant, il n’y a rien!

  18. Quand nous ne suivons pas les Américains, nous sommes des traîtres ingrats – version néocon républicain – quand nous sommes à peu près alignés, nous sommes des « profiteurs » et des fanfarons – version démocrate. Depuis 2011, on se sera fait bien assaisonné par notre « allié ». Comme quoi il y aura toujours une ambiguïté fondatrice dans la relation transatlantique, et ces commentaires teintés de francophobie sont là pour nous le rappeler. Dommage pour nos soldats qui s’entraînent et coopèrent parfaitement avec leurs collègues américains.
    Attention, je ne défends pas la politique de Sarkozy, mais la lâcheté d’Obama est manifeste.

  19. Je le trouve un peu gonflé Obama : partout où les américains sont intervenus, ils n’ont pas fourni le moindre crédit pour la reconstruction : Afghanistan après le départ des soviétiques, Irak… La liste est longue. Quant à Sarkozy, il fallait faire taire Mouhammar qui en savait beaucoup trop sur le financement de la campagne de 2007…

  20. La mort de l’un de leur ambassadeur est assez rare, et restera un embarra pour Obama, qui a été trop gentil de suivre la France dans cette fumisterie, il restera malgré tout un bon président en terme d’évolution, si on compare sa politique à celle Bush Jr, qui elle, a laissez bon nombre d’innocent sur le carreau, avoir le pétrole irakien ne les à pas empêché de subir la crise de la bulle immobilière, et qui elle aussi à laissez bon nombre de citoyens occidentaux dans la « rigueur », jusqu’au Grèquexit de l’Europe…

  21. Pour ceux qui veulent se cultiver sur les raisons qui ont mené à la guerre contre la Libye, je leur recommande la lecture de l’étude du Belfer Center de la Kennedy School of Government nommée « How not to intervene » (en anglais). On y apprend que les profils des victimes des villes dont Kaddhafi souhaitait massacrer la population ne comportaient pas plus de femmes, enfants, vieillards, qu’il n’y en a dans le cadre de dommages collatéraux classiques en guerre urbaine. Donc les motifs avancés par MM. BHL, Sarko, Cameron, et par la presse Mainstream et autres faucons, relevaient du mensonge de guerre. L’étude est ici : http://belfercenter.ksg.harvard.edu/publication/23387/lessons_from_libya.html
    Le pire c’est que les même ont reessayé avec les attaques chimiques sous « faux drapeau » de la Ghouta (idem : cette fois ci c’est le MIT qui a montré par une étude balistique que les roquettes chimiques ne pouvaient en aucun cas provenir des positions de l’armée syrienne). Et qu encore une fois on a essayé de déclencher un guerre sur des motifs fallacieux (la France Fabius Sarko gauche et droite confondues, en pointe dans ces sordides manipulations). Ce petit manège va durer encore longtemps? Les français n’en ont pas marre de financer avec leurs impôts des guerres criminelles ? Moi si.

  22. @ fouineur,
    .
    Les deux docs auxquels vous vous référez (merci pour le lien vers le premier, d’ailleurs) ne disent pas exactement ce que vous dites.
    .
    Dans le premier doc, Alan Kuperman explique en gros qu’à la date de l’opération Unified Protector, Kadhafi avait repris le contrôle de la situation moyennant des pertes humaines raisonnables (environ 1.000 morts) et que l’intervention occidentale a permis à la rébellion de prolonger un état de guerre qui en a fait au moins 7.000. Il ajoute que l’action du régime et des pro-kadhafi ne visait pas particulièrement les civils et que les pertes civiles ont été surestimées par la presse.
    .
    Il parle de propagande rebelle et de désinformation par les médias occidentaux, dont nous savons bien tous, je crois, qu’ils ne vérifient plus très sérieusement les informations qu’ils diffusent avant de le faire, mais après (effet buzz). Et encore.
    .
    Il en tire trois conclusions que je résume en une seule: si on veut vraiment protéger les civils – si c’est vraiment ça le but poursuivi – alors, il faut agir avec plus de discernement.
    .
    En ce qui concerne l’étude du MIT, ses conclusions portent sur un point essentiel: les roquettes utilisées pour disperser les gaz toxiques avaient une portée de 2 km, ce qui induisait au moins deux conséquences:
    – Premièrement, la version officielle selon laquelle ces roquettes avaient été tirées depuis le « cœur » des zones contrôlées par le régime pouvait objectivement être contestée avec des éléments de calcul et des indices matériels, certes parcellaires, mais suffisants pour créer un doute raisonnable, à la façon du droit anglo-saxon.
    – Deuxièmement, aucun des points touchés par ces roquettes ne se trouvait plus loin que 2 km des zones contrôlées par les rebelles, ce qui rend possible un tir depuis ces zones.
    .
    Mais, à aucun moment l’étude n’a conclu à une implication certaine des troupes rebelles dans les attaques au gaz, elle a simplement dit que la thèse officielle ne collait pas avec les indices.
    .
    Ces deux études sont le produit d’un intellectualisme académique à l’anglo-saxonne: elles nous montrent que tout est relatif, qu’il n’existe pas de grandes vérités évangéliques, que les gouvernements prennent souvent des décisions graves, comme s’engager dans des guerres, un peu au pifomètre (sur la base d’informations non vérifiées) et sur le coup de l’émotion. Et que tout cela n’exclut nullement la roublardise: en Libye, on voit bien que l’objectif n’était pas tant humanitaire (sauver Willy à Benghazi) que stratégique (buter Kadhafi).
    .
    Bon. Et puis après? So What? comme dirait l’autre.

  23. Cui Bono ? Sachant que c’est arrivé juste à un moment où les occidentaux répétaient en boucle : si vous utilisez des armes chimiques, c’est une ligne rouge qui justifiera notre intervention et … ô miracle des armes chimiques sont utilisées juste à ce moment là … la ficelle n’est elle pas un peu grosse ? Par ailleurs s’il y a de tel doutes quant à l’origine des tirs d’armes chimiques, comment se fait il que MM. Fabius et Hollande aient été si affirmatifs au point de faire des pieds et des mains auprès des USA pour déclencher une guerre ? N’y a t il pas d’autres motifs que les motifs humanitaires (brandis sélectivement dans certains cas lorsque dans d’autres on s’accommode très bien des dictateurs lorsqu’on fait du business avec, type Gabon, Turkménistan ou Arabie Saoudite par exemple ?). Cette pseudo – morale élastique n’a t elle pas quelque chose de grotesque et d’indécent ?

Les commentaires sont fermés.