Bercy lorgne sur les économies réalisées par les armées sur leur facture de pétrole

Voir aussi...

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

51 contributions

  1. 1812 dit :

    « Bercy lorgne … »
    Tiens, un rat !? Les égouts débordent ?

  2. Maotchao dit :

    Il faut comprendre Bercy, leur but et de gérer les finances en cherchant tout ce qui peut servir.
    Mais la défense fait désormais partie d’une priorité difficilement amputable, bien au contraire. Même si tout le monde a encore en tête près de 10 ans de coupes, il convient de voir que ça a changé et que l’on est dans une augmentation dans la défense.
    Donc cette déclaration sombrera dans le néant.

    • Bob62 dit :

      Bonjour Maotchao,
      Puissiez vous avoir raison. Mais j’ai quand même l’impression que ce triste personnage est dans sa haine de l’armée et jusqu’au-boutiste dans sa logique imbécile de réduction des moyens alloués des qu’il peut sabrer.
      Surtout pour  » financer d’autres mesures comme le plan emploi… » alors que Mr L’agneau le souligne bien dans le paragraphe d’après, les armées, en plus de notre sécurité participent également et activement à l’activité économique du pays..
      Pourvu qu’on ne laisse pas eckert ( sans majuscule ni titre ) faire ce qu’il voudrait.

    • Banquier dit :

      I believe i can fly…………….

  3. Abuse of mainstream media can harm your mind! dit :

    Dans le sud de la Turquie, le carburant est particulièrement bon marché.
    😉

  4. cipal dit :

    je reprends oups:
    quand cet a*ruti dogmatique idéologiquement intoxiqué par l’éducation nationale une vie durant va-t-il ,être envoyé devant la cour de justice de la République pour haute trahison et incompétence notoire ! qu’un ectoplasme pareil, bouffi dans sa connerie ose parler d’emploi c’est à mourir de rire ou de rage ! pour ce qui me concerne c’est de rage; j’aimerai savoir à quel moment ce type a créé le moindre emploi en dehors des cégétistes de sa corporation, payés à rien foutre et pondre des conneries dans son ancien job (Inspecteur de l’éducation nationale) dehors la racaille incompétente, j’ose espérer que l’on n’accorde pas de protection à ce type çà fera des économies !

    • Thaurac dit :

      Flamby a pas le choix « je veux qu’on me juge sur l’emploi des jeunes » croassait la grenouille lors des joutes électorale, alors il faut à tout pris sortir les jeunes du chômage pour les caser, le temps des élections , dans des formations diverses et variées;
      Entre autre chose, il est gonflé comme un têtard .Imaginez un président qui veut seulement être jugé à la fin de son mandat, juste sur le prix des allumettes…
      Il sera (et l’est déjà) jugé sur tout le bordel que lui et sa clique de guignols ,ont mis en france, sinon, cela serait trop facile…

      • Plouc putatif dit :

        Ça croasse, une grenouille ?

        • Lagaffe dit :

          Bien vu.
          La grenouille coasse, c’est le corbeau qui croasse.

        • Thaurac dit :

          Oui , celle modifiée génétiquement avec des cellules souches de crapaud 😉

          • Thaurac dit :

            Bon, vous me coasser les c…..s 😉 sacré correcteur il ne la pas vu celle là!

          • Roger Dubreuil dit :

            @ tous
            Redevenons un peu sérieux si ça ne vous ennuie pas.
            Avant que l’on parle de grenouilles, l’on pouvait lire beaucoup d’imprécations contre « les dépenses inutiles ». C’est oublier que le budget des services publics ne fonctionne pas comme un budget perso.
            .
            Dans le budget des services publics, contrairement aux apparences il n’y a pas de dépenses inutiles car c’est de l’argent qui reste dans l’économie française et contribue (fortement) à la faire tourner.
            Excepté, évidemment, quand les bénéficiaires des fonds publics s’empressent d’aller ouvrir des comptes offshores mais ce n’est certainement pas le cas des exemples cités ci-dessus : intermittents du spectacle, petits fonctionnaires du « mille-feuilles administratif », employés des entreprises qui vendent aux pouvoirs publics (BTP, équipements de toutes sortes).
            .
            Conséquence de ce qui précède, la nocivité des fameux « critères de convergence » doit être comprise et dénoncée : en voulant faire des économies budgétaires, nos malheureux gouvernants cèdent à la pression de l’Allemagne qui a besoin d’une monnaie forte parce que ses importations d’hydrocarbures sont massives et vitales. Nous au contraire sommes forts de notre indépendance énergétique : nous parlons aujourd’hui de la baisse du prix du pétrole, c’est intéressant pour les armées qui en sont grosses consommatrices mais c’est « peanut » dans notre activité économique générale qui fonctionne majoritairement à l’électricité nucléaire.
            .
            Au contraire de l’Allemagne, l’activité économique française n’a pas besoin d’une monnaie forte car elle n’importe pas des masses d’hydrocarbures. Nous avons besoin d’une monnaie faible pour favoriser nos exportations hors de la zone €uro. Au contraire les exportations allemandes ne sont pas entravées par un €uro fort parce que l’Allemagne exporte dans la zone €uro.
            .
            Dans le budget des services publics, il n’y a pas de dépenses inutiles car elles soutiennent toutes l’activité économique. Ce que l’on qualifie de « dépenses inutiles » ce sont seulement des dépenses qui nous empêchent de respecter les fameux critères de convergence. Les Allemands y tiennent beaucoup et nos malheureux gouvernants s’efforcent de les respecter sans comprendre qu’ils agissent ainsi contre l’intérêt de la France.

  5. aero dit :

    Financer le plan emploi avec les économies réalisées sur le carburant. Mr Eckert est vraiment au dessous de tout. La défense a certainement bien d’autres projets à financer avec ces économies. Comme on l’a déjà entendu, les c… osent tout, c’est à ça qu’on les reconnaît. Pitoyable, quel manque de respect et de considération pour tous nos camarades actuellement au combat.

  6. Eliot Mess dit :

    A force de lorgner, ils vont finir borgne. Comme on dit au gamin qui joue à loucher, d’arrêter de le faire sinon il risque de rester comme ça.

  7. caiusbonus dit :

    Un imbécile reste un imbécile! Les Français ont voté pour ce genre de crétin, il faut assumer…

  8. Nenel dit :

    Ahhh Bercy ! Toujours en train de chercher des poux là où il ne faut pas. M.Eckert, c’est dans la tête qu’il faut chercher pas sur les jambes qui font marcher la grosse bête qu’est l’état !

  9. Romulus dit :

    Le pays est menacé et on prendrait des ressources de la Défense pour payer le surcoût des aides pour les migrants et pour les branleurs professionnels qui pullulent style les intermittents ?
    J’espère que Le Drian va calmer ce minable. Sinon laissez moi 5 mn avec lui, je vais le mettre d’Eckert !

    • Waernuk dit :

      Si le statut d’intermittent est si enviable, n’attendez plus : obtenez le. Cependant, je ne saurais vous le conseiller : à part dans le milieu télévisuel où on en abuse largement, ce statut est synonyme de conditions de vies précaires.
      Il en va de même pour les migrants, déménagez à Calais et à vous la prospérité 😉

      • Nenel dit :

        Intermittents du spectacle, 100.000 personnes responsablent d’ 1 Mrds( Milliard) de déficits à la caisse chômage par an(sur les 4 Mrds tout compris). On peut dire qu’en moyenne ces gens bossent à mis temps et le reste sur le dos de la société qui elle, paye pour ces branleurs. Mais la culture n’a pas de prix, il faudrait faire du ménage entre les vrais intermittents et les parasites !

        • Waernuk dit :

          Si encore vos chiffres étaient bons, mais ce n’est même pas le cas.
          http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/02/26/intermittents-cinq-questions-pour-tout-comprendre_4372877_3246.html

          En ce qui concerne les temps travaillés, comprenons dès maintenant que les intermittents du spectacle ne sont payés que sur les heures où ils assurent leur service, et donc leur spectacle. Cela n’inclue pas le temps de création.

          C’est un peu comme si on payait nos ingénieurs uniquement sur le temps d’industrialisation des procédés / produits conçus, et pas du tout sur le temps de ladite conception. En clair, les intermittents sont payés uniquement en fonction du produit fini proposé, et non du travail amont nécessaire.

          Si être payé uniquement sur 1/4 du travail effectué c’est être un parasite, nous n’avons pas la même définition du parasitisme …

        • Romulus dit :

          Vos chiffres sont -malheureusement – tout à fait exacts et ils émanent de la cours des comptes.. mais cette institution n’est sans doute qu’un petit groupe de comptables amateurs et médiocres en comparaison de @Waernuk 🙂

          • Mantore Gérard dit :

            @ Romulus
            La Cour des Comptes, c’est effectivement un petit groupe de comptables. Avec pour principale caractéristique de disposer d’argent public dont personne ne contrôle l’utilisation.
            .
            La Cour des Comptes, plutôt que de rechercher les détournements d’argent public et d’informer le procureur à fin de poursuites judiciaires comme c’est sa mission, préfère produire des rapports dont la presse se nourrit et dont le contenu est toujours le même : « c’est trop cher et ça n’est pas rentable » : le SSA, par exemple.
            Parce que, bien évidemment, ces petits Messieurs sont parfaitement compétents pour évaluer l’efficacité de la médecine de combat.
            .
            Par conséquent, sur n’importe quel sujet vous pouvez vous référer à la Cour des Comptes si vous voulez. Quelques uns de vos interlocuteurs feront peut-être mine de vous prendre quand-même au sérieux.

          • Romulus dit :

            @De Mantore
            Audiard avait raison, vous osez vraiment tout !

          • Plouc putatif dit :

            @ Romulus
            Vous avez le droit de ne pas être d’accord mais dites pourquoi, ce pourrait être intéressant.
            L’intervention de Mantore Gérard est argumentée : lui répondre par une insulte, c’est totalement improductif et méprisable.
            Audiard a dit aussi : « la bave du crapaud n’empêche pas la caravane de passer ».

      • caiusbonus dit :

        je ne les ai pas invités et le mot « migrant » est inexact (se rapporte aux animaux migrateurs), eux ce sont des clandestins illégaux, mais avec la novlangue on transforme! et je n’ai pas besoin d’habiter Calais.

      • Romulus dit :

        Et si le statut de militaire est enviable et le budget adapté aux missions et aux équipements nécessaires, engagez vous…, on ne sait jamais, vous pourriez être utile à quelque chose dans les unités 😉

    • Thaurac dit :

      🙂 B lack et d’Eckert (avec percussion)!

    • Pentothal dit :

      Romulus? Rikikinus plutôt. Vive les artistes désoeuvrés, les gros kékés prolos l’auront toujours dans l’baba de tout façon.

  10. Lagaffe dit :

    Bercy envisage déjà les moyens de dépenser de l’argent qu’on n’a pas encore économisé sur la base d’une hypothèse très aléatoire de baisse continue du prix du pétrole ?
    Et il se passe quoi si le prix du pétrole repart à la hausse, on arrête la guerre pour cause de panne d’essence ?

    • Thaurac dit :

      C’est ça la gestion socialiste, vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuer, et la préparation de leur budget doit être du niveau d’une voyance chez madame Irma!

  11. Chasseur dit :

    Les français ont confié les clés de l’autobus à une bande de crétins. Comme les crétins ne savent pas le faire démarrer, il ne faut pas s’étonner maintenant qu’ils cherchent à siphonner un peu d’essence pour se faire du blé …

  12. Khay dit :

    Très honnêtement je suis pas plus outré que ça. Bercy est dans son rôle de ne pas faire deux poids deux mesures entre les ministères à ce niveau là. A charge ensuite au chef du gouvernement et au chef de l’état d’arbitrer. On peut espérer sans excès d’optimisme, au vu du contexte actuel (et de l’opinion publique ayant une vision positive de l’effort de défense actuellement, pour autant que je sache), d’un arbitrage favorable pour la défense. Si je me souviens bien on a eu un article quasiment similaire il y a un an qui au final est resté sans suite néfaste pour la défense.

  13. Dub dit :

    Monsieur Eckert, laissez les gens travailler à notre sécurité. Essuyez vos godasses ailleurs.

  14. Wrecker47 dit :

    L’armée: éternelle variable d’ajustement des finances Françaises et d’un monde politique d’oligarques qui gère un pays à la petite semaine n’est pas prêt de faire bouger les choses…Leur départ ne sera que …Triste fin d’un règne !

    • Thaurac dit :

      Déjà il y a des milliards d’économie à réaliser en reformant bercy (le ministère) lui même.

  15. sgt moralès dit :

    Perso je partirai bien en vacance avec les économies de carburant des voitures de fonction de Bercy,ah la fourmi n’est pas préteuse?

  16. Parabellum dit :

    Éternelle arnaque comptable et dictature niaise de Bercy. Si on est  » en guerré »on a un budget de guerré avec priorite absolue à La Défense interne et externe. On s arme en hommes et matériel et renseignement…mais en fait on a rien à attendre de ces médiocres blablateurs…du vent!

  17. Roger Dubreuil dit :

    L’on peut bien sûr, comme le font ici plusieurs commentateurs, fustiger les personnes : on aurait tort de ne pas exprimer ce que l’on pense de leur façon d’occuper leur poste.
    Mais il faut aller plus loin et s’interroger, pour trouver des solutions, sur un système politique donnant du pouvoir à des gens qui en font trop librement un mauvais usage.
    .
    L’utilisation même du mot « Bercy » pour désigner le ministère du Budget, est un encouragement à l’abus de pouvoir. Il ne faut pas oublier que le Gouvernement, et dans le gouvernement chaque ministre pour ce qui le concerne, en l’espèce le ministre du Budget, est chargé d’exécuter les lois sous le contrôle du Parlement. « Contrôle » au sens français, avec sanction éventuelle, et non « control » au sens américain.
    .
    Par conséquent « Bercy » n’a pas à lorgner sur quoi que ce soit, il doit appliquer la loi : le budget est une loi. S’il ne l’applique pas, il y a deux solutions : soit il présente un correctif budgétaire en expliquant qu’il y a des données imprévues (et dans toute entreprise sérieuse il se ferait virer pour n’avoir pas prévu parce qu’il est payé pour prévoir), soit le Parlement congédie le Gouvernement qui n’applique pas la loi.
    .
    Notre problème, c’est que les Parlementaires pétochent, craignant d’être renvoyés devant les électeurs s’ils agacent le monarque : ça s’appelle « dissolution de l’Assemblée nationale », c’est très désagréable et risqué à cause de ces cons d’électeurs qui ne votent pas toujours dans le sens où on leur dit de voter : en ce moment par exemple, la hantise du personnel au pouvoir comme de l’opposition, c’est de faire entrer au Parlement trop d’élus FN. Par conséquent personne ne bouge et le ministre du Budget se croit tout permis.
    .
    Mais ce brave homme prend quand-même un risque dont il n’est pas conscient : déjà trop vieux pour comprendre la nouvelle donne, il en est resté à l’époque de l’antimilitarisme quasi-institutionnel.
    La nouvelle donne, c’est que l’armée est devenue le service public auquel les Français font le plus confiance : en un mot, l’armée est populaire et elle le sait. D’ailleurs elle le mérite.
    Que le Gouvernement soit censuré ou pas, que l’Assemblée soit dissoute ou pas, les vrais comptes se régleront à la prochaine élection. En attendant, ceux à qui ça fait plaisir peuvent brocarder le ministre du budget.
    Dans les limites de la loi, bien entendu, même si le ministre, de son côté, veut ignorer la loi.

  18. adadaf dit :

    C’est un peu déprimant de lire les commentaires brut de fonderie de ceux qui confondent Bercy avec JP Morgan Chase en hurlant à la lune dés que les finances tentent de faire des économies.
    Ce sont les mêmes qui s’indignent de la dette, qui trouvent les militaires sous-payés, les autres fonctionnaires sur-payés, l’éducation nationale à vomir, les aides sociales laxistes et qui conchient l’euro.
    Pourtant, n’étant pas à un paradoxe près, ils ne supporteraient pas qu’on touche leur retraite, leur RSA, les bourses de leurs enfants. Ils se lèvent tous si un professeur n’est pas remplacé illico dans le collège de leurs gamins et se mobilisent pour défendre leur carte de réduction SNCF.
    Sans doute préfèreraient-ils être payés avec de grosses liasses de francs dévalués ou faire la queue au distributeur de billets comme les grecs.

    • Lagaffe dit :

      « les finances tentent de faire des économies » : c’est une blague ? depuis quand les finances tentent de faire des économies, Valls vient aujourd’hui de débloquer 500 millions d’euros pour le chantier Eole du Grand Paris dont on peut douter de l’urgence et on n’entends pas Bercy protester il me semble !
      La Cour des Comptes dénoncent le gaspillage des fonds publics et là non plus on n’entends jamais Bercy faire des propositions pour arrêter le gaspillage.
      Plutôt que de dépenser de l’argent en pariant sur le prix futur du carburant, Bercy devrait stopper les dépenses de prestiges, toutes les constructions non financées, refuser d’augmenter les ministères non indispensables (budget du ministère de la Culture en hausse de 2,9% pour 2016), refuser d’annuler les dettes des pays étrangers (encore 212 millions d’euros offert en cadeau la semaine dernière à la dictature cubaine) ou d’offrir des ristournes fiscales ahurissantes (plus de 2 milliards d’euros à la Société Générale par exemple).
      Mais c’est difficile d’être pris au sérieux quand on a eu Cahuzac comme responsable de la lutte contre la fraude fiscale…

      • Thaurac dit :

        80 millions pour un tableau de 160 millions acheté à deux avec les pays bas.
        Et ça pleure, et des conneries comme ça il y en a chieries, des bourges qui ont une habitation classée et qui se la font retaper au frais de la princesse, ouvrant de temps en temps une pièce au public, la culture, un abime financier, surtout quand on voit ce que les médias fournissent, tout gravite autour d’une cinquantaine de personnse…le mille feuilles administratif, idem pour les élus, bref, du fric il y en a si on sait où élaguer , mais pour des raisons de clanisme, d’ électoralisme et d’idéologie, on fait exprès de se voiler les yeux;
        Tous les pays qui ont sorti la tête de l’eau , on diminué fortement la masse salariale des fonctionnaires et assimilés , nous quand le fmi, l’europe nous en parle, on regarde ailleurs en sifflant;
        Bien entendu, ils sont dans la meuh car la classique variable d’ajustement était l’armée, puis la police, mais la conjoncture et l’opinion public ne le permet plus, alors au lieu de virer ailleurs, il ne bouge pas car c’est très mal vu un an avant les élections;
        A ce sujet, le gouvernement portuguais qui s’en sortait pas mal au prix de sacrifice, va surement replonger car la gauche au pouvoir détricote toutes les lois de l’ancien gouvernement, embauche des fonctionnaires à tour de bras, et les augmente, il n’y a pas pour longtemps qu’elle appelle à l’aide.

      • Romulus dit :

        Bien dit !

      • adadaf dit :

        Franchement, je ne vois pas ce que vous pouvez trouver d’inepte à prolonger le RER E de St Lazare à Mantes la jolie via la porte Maillot.
        Pour la dette cubaine vous n’y connaissez rien. Il s’agit de 512 M€ prêtés par la France que Cuba ne peut plus rembourser depuis 1986. Il s’est transformé en dette de 4,23 milliards d’euros en 2016 – soit un taux d’ami de 7,17%. Comme ses partenaires du Club de Paris (Australie, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Finlande, France, Italie, Japon, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse), la France a accepté de tirer un trait sur une partie des intérêts et de transformer le reste en aide au développement sur projets conjoints (212M€). Cuba a 18 ans pour rembourser le principal du prêt qui n’est pas effacé. Vous préférez faire la guerre à Cuba, piquer leurs hôtels, leurs cigares et employer les cubains comme esclaves dans les champs de canne à sucre ? On peut extrapoler le problème à la dette des pays du tiers monde. Vous préférez les aider chez eux ou qu’ils nous emmerdent chez nous ?
        Je n’embraye pas sur la société générale dont la soi-disant « ristourne fiscale » mériterait de plus longs développements.
        Quant à l’argument de Thaurac, que j’apprécie d’habitude, sur la gabegie générale et à la Culture en particulier je peux lui objecter qu’avec des raisonnement comme ça, on n’aurait jamais construit la Tour Eiffel.

        • Thaurac dit :

          « Quant à l’argument de Thaurac, que j’apprécie d’habitude, sur la gabegie générale et à la Culture en particulier je peux lui objecter qu’avec des raisonnement comme ça, on n’aurait jamais construit la Tour Eiffel. »
          Qu’est ce que j’en ai à foutre de la tour Eiffel, j’ai 59 ans, je suis allé à paris, je l’ai aperçu mais je n’ai jamais eu l’envie de la visiter.
          Ceci dit, si comme j’en suis sûr, cela a servi Eiffel pour montrer son savoir faire et amener des ventes telles que le pont de porto, des viaducs, des halles, là il y a un intérêt mais 2 tableaux que seule une infime , voire une nano minorité pourra contempler…
          Il y a d’autres priorités actuelles qui dépassent de loin les désidératas du ministère de la culture

          • adadaf dit :

            En général ce sont les provinciaux et les étrangers qui visitent la tour. Moi je suis parisien d’origine contrôlée et je ne suis grimpé dessus qu’à 23 ans, pour faire plaisir à une copine italienne à qui j’ai ensuite rendu la pareille (ou l’appareil).
            L’allusion à la Tour Eiffel c’est qu’elle a rapporté un max de fric à l’État et à Paris depuis son érection (décidément!). La culture, contrairement à ce que vous pouvez penser est un bon investissement. Les contre-exemples abondent comme la mise à la ferraille des pavillons de Baltard, la destruction du Palais rose de Boni de Castellane pour faire place à une « résidence de standing » style années 70, sans oublier la vente aux enchères des joyaux de la couronne de France en 1887 pour boucher les trous du budget déjà insuffisant.
            Allez donc faire un faire la queue (encore!) à la tour de Londres pour mesurer l’inanité de céder aux éternelles « priorités actuelles ».

  19. Roger Dubreuil dit :

    @ tous
    Redevenons un peu sérieux si ça ne vous ennuie pas.
    Avant que l’on parle de grenouilles, l’on pouvait lire beaucoup d’imprécations contre « les dépenses inutiles ». C’est oublier que le budget des services publics ne fonctionne pas comme un budget perso.
    .
    Dans le budget des services publics, contrairement aux apparences il n’y a pas de dépenses inutiles car c’est de l’argent qui reste dans l’économie française et contribue (fortement) à la faire tourner.
    Excepté, évidemment, quand les bénéficiaires des fonds publics s’empressent d’aller ouvrir des comptes offshores. Mais ce n’est certainement pas le cas des exemples cités ci-dessus : intermittents du spectacle, bénéficiaires du RSA, petits fonctionnaires du « mille-feuilles administratif », employés des entreprises qui vendent aux pouvoirs publics (BTP, équipements de toutes sortes).
    .
    Conséquence de ce qui précède, la nocivité des fameux « critères de convergence » doit être comprise et dénoncée : en voulant faire des économies budgétaires, nos malheureux gouvernants cèdent à la pression de l’Allemagne qui a besoin d’une monnaie forte parce que ses importations d’hydrocarbures sont massives et vitales pour elle.
    Nous au contraire sommes forts de notre indépendance énergétique : nous parlons aujourd’hui de la baisse du prix du pétrole, c’est intéressant pour les armées qui en sont de plutôt grosses consommatrices mais c’est « peanut » dans notre activité économique générale qui fonctionne majoritairement à l’électricité nucléaire.
    .
    Au contraire de l’Allemagne, l’activité économique française n’a pas besoin d’une monnaie forte car elle n’importe pas des masses d’hydrocarbures. Nous avons besoin d’une monnaie faible pour favoriser nos exportations hors de la zone €uro. Au contraire les exportations allemandes ne sont pas entravées par un €uro fort parce que l’Allemagne exporte à l’intérieur de la zone €uro.
    .
    Dans le budget des services publics, il n’y a pas de dépenses inutiles car elles soutiennent toutes l’activité économique. Ce que l’on qualifie de « dépenses inutiles » ce sont seulement des dépenses qui nous empêchent de respecter les fameux critères de convergence. Les Allemands y tiennent beaucoup et nos malheureux gouvernants s’efforcent de les respecter sans comprendre qu’ils agissent ainsi contre l’intérêt de la France.

    • Thaurac dit :

      On est plombé par la masse salariale et sans les emprunts, il n’y aurait plus de salaire, ou d’investissement .

  20. Roger Dubreuil dit :

    @ tous
    Redevenons un peu sérieux si ça ne vous ennuie pas.
    Avant que l’on parle de grenouilles, l’on pouvait lire beaucoup d’imprécations contre « les dépenses inutiles ». C’est oublier que le budget des services publics ne fonctionne pas comme un budget perso.
    .
    Dans le budget des services publics, contrairement aux apparences il n’y a pas de dépenses inutiles car c’est de l’argent qui reste dans l’économie française et contribue (fortement) à la faire tourner.
    Excepté, évidemment, quand les bénéficiaires des fonds publics s’empressent d’aller ouvrir des comptes offshores mais ce n’est certainement pas le cas des exemples cités ci-dessus : intermittents du spectacle, allocataires du RSA, petits fonctionnaires du « mille-feuilles administratif », employés des entreprises qui vendent aux pouvoirs publics (BTP, équipements de toutes sortes).
    .
    Conséquence de ce qui précède, la nocivité des fameux « critères de convergence » doit être comprise et dénoncée : en voulant faire des économies budgétaires, nos malheureux gouvernants cèdent à la pression de l’Allemagne qui a besoin d’une monnaie forte parce que ses importations d’hydrocarbures sont massives et vitales. Nous au contraire sommes forts de notre indépendance énergétique : nous parlons aujourd’hui de la baisse du prix du pétrole, c’est intéressant pour les armées qui en sont grosses consommatrices mais c’est « peanut » dans notre activité économique générale qui fonctionne majoritairement à l’électricité nucléaire.
    .
    Au contraire de l’Allemagne, l’activité économique française n’a pas besoin d’une monnaie forte car elle n’importe pas des masses d’hydrocarbures. Nous avons besoin d’une monnaie faible pour favoriser nos exportations hors de la zone €uro. Au contraire les exportations allemandes ne sont pas entravées par un €uro fort parce que l’Allemagne exporte dans la zone €uro.
    .
    Dans le budget des services publics, il n’y a pas de dépenses inutiles car elles soutiennent toutes l’activité économique. Ce que l’on qualifie de « dépenses inutiles » ce sont seulement des dépenses qui nous empêchent de respecter les fameux critères de convergence. Les Allemands y tiennent beaucoup et nos malheureux gouvernants s’efforcent de les respecter sans comprendre qu’ils agissent ainsi contre l’intérêt de la France.

  21. Thaurac dit :

    « Dans le budget des services publics, il n’y a pas de dépenses inutiles car elles soutiennent toutes l’activité économique »
    Je vous en prie Mr Dubreuil, c’est un gaga ou quoi?