En cachant la mort du mollah Omar, les taliban ont joué la montre

« Nous avons la montre, ils ont le temps », pouvait-on penser au moment de l’annonce du retrait d’Afghanistan de l’Otan et des taliban. En réalité, ce proverbe n’était pas tout à fait exact…

En effet, le mouvement taleb vient d’admettre qu’il a caché la mort du mollah Omar, son chef suprême, pendant deux ans afin de « garder leur élan » sur le terrain alors que la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF) s’apprêtait à mettre un terme à sa mission de combat et à se retirer d’Afghanistan.

« De nombreux membres de longue date du conseil suprême de l’Emirat islamique et des responsables religieux avaient décidé d’un commun accord de cacher l’annonce tragique de la mort (du mollah Omar) », a en effet expliqué le mouvement taleb, via un communiqué.

Trois jours plus tôt, le porte-parole du mouvement taleb afghan, Zabihullah Mujahid, avait également admis que la mort du mollah Omar avait été cachée en raison, à l’époque, de « certaines questions et conditions critiques susceptibles d’être exacerbées avec une telle annonce ». Et d’ajouter : « Nous sommes maintenant sortis de cette phase ».

Comme l’ont affirmé les services de renseignement afghans, la mort du mollah Omar remonte donc au 23 avril 2013. Ce dernier aurait été admis dans un hôpital de Karachi, au Pakistan. Il est difficile de croire que leurs homologues pakistanais n’étaient pas au courant… tout comme les responsables d’al-Qaïda, qui le présentaient comme « l’Émir des Croyants ».

Quoi qu’il en soit, la désignation récente du mollah Mansour à la tête du mouvement taleb relève donc d’un simulacre puisque, apparemment, il était déjà aux commandes depuis plus de deux ans. D’ailleurs, ce fut lui qui s’adressa, via courrier, au chef de l’État islamique (EI) pour lui demander de renoncer à implanter son organisation en Afghanistan.

En tout cas, les négociations avec Kaboul en vue d’arriver à un accord de paix sont toujours suspendues depuis l’annonce officielle de la mort du mollah Omar.

En outre, les taliban ont gagné du terrain, notamment dans le sud de l’Afghanistan, en s’emparant récemment du district stratégique de Musa Qala. Enfin, ils ont perdu un allié, à savoir le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO) qui a fait allégeance à l’EI. Mais Zabihullah Mujahid a relativisé cette défection, expliquant que cette organisation n’était pas présente en Afghanistan.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].