Spécialistes de l’armement terrestre, le français Nexter et l’allemand Krauss-Maffei Wegmann scellent leur rapprochement

leclerc-20150201

Annoncée l’an passé à pareille époque, le rapprochement entre le français Nexter et l’allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) ont fait un pas de plus vers leur fusion avec la signature, ce 29 juillet, de l’accord scellant leur rapprochement. Et cela alors que la loi Macron, qui prévoit la privatisation du constructeur du char Leclerc et du VBCI, doit encore être examinée par le Conseil constitutionnel avant sa publication au Journal Officiel.

Ce rapprochement passe donc par la création, d’ici le 1er janvier 2016, d’une société holding qui, détenue à parité par l’État français, via GIAT Industries, et la famille Bode-Wegmann, propriétaire de KMW, aura son siège aux Pays-Bas. Le nouvel ensemble pèsera ainsi près de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel et 9 milliards de prises de commande, ce qui en fera l’un des chefs de file de l’armement terrestre , derrière le britannique BAE Systems et l’américain General Dynamics.

Pour le moment, les sites de production des deux groupes seront conservés. Le rapprochement vise d’abord à mutualiser et à rationaliser la recherche et le développement, à regrouper les achats et à mettre en commun les réseaux d’exportation. En outre, Nexter et KMW conserveront leurs marques et resteront indépendants sur le plan juridique.

Quant à une éventuelle fusion, elle n’en sera pas question avant 5 ans et à condition que tout se passe bien. Il a fallu batailler ferme pour que ce rapprochement puisse devenir réalité. En Allemagne, le ministre de l’Économie, Sigmar Gabriel, était en effet plutôt favorable à une fusion entre KMW et Rheinmetall, l’autre champion allemand de l’armement terrestre.

En outre, la valorisation de Nexter est plus importante que celle de son désormais ex-concurrent d’outre-Rhin, ce qui a posé des problèmes pour arriver à la parité 50-50 au sein de la holding, qui, au passage, n’a pas encore de nom (elle pourrait conserver celui de KANT – KMW and Nexter Together, qui lui avait été donné au moment de l’annonce de cette opération).

« Les discussions entre Nexter et KMW ont actuellement lieu. Elles sont un peu compliquées, du fait d’une compétition sur certains carnets de commandes. La doctrine est claire : on doit être à 50-50 à l’arrivée. Il faudra faire en sorte que ce soit le cas. On y parviendra; pour ce faire, on réalisera les ajustements de trésorerie nécessaires dans les deux camps », avait expliqué, en octobre dernier, Laurent Collet-Billon, le délégué général à l’armement.

Enfin, un autre écueil concerne la politique allemande – très restrictive, du moins quand ça l’arrange – en matière d’exportation d’armements. « On n’ira pas plus loin dans cette aventure si on n’a pas purgé ce sujet » avec le gouvernement allemand, avait d’ailleurs lancé, en décembre, Emmanuel Macron, le ministre de l’Économie.

Ce rapprochement entre les deux industriels de l’armement terrestre suscite aussi des inquiétudes chez les syndicats, lesquels ne se sont pas privés de les exprimer lors du dernier comité central d’entreprise de Nexter. Pour la CFDT, les détails du projet ne permettent pas de « mesurer les conséquences du rapprochement en terme de pérennité des sites et des emplois chez Nexter ». Et de déplorer que les « aspects sociaux ne sont pas la priorité de ce projet ».

Quant à la CGT, qui s’oppose à cette opération, elle a fait valoir que ce projet répond à « des considérations politiques plus qu’à une réalité industrielle » et qu’il n’apporte « aucune garantie pour l’emploi ». Le syndicat estime également que ce rapprochement est un « pas de plus vers l’inconnue » et qu’il « poursuit le désengagement de l’État dans son outil de défense ».

57 commentaires sur “Spécialistes de l’armement terrestre, le français Nexter et l’allemand Krauss-Maffei Wegmann scellent leur rapprochement”

  1. Il y a de nombreuses synergies possibles entre ces deux constructeurs, et une mise en commun de leurs moyens permettra entre autre d’éviter des concurrences fratricides. Mais si le gouvernement Allemand continue à avoir des états d’âme et met son veto sur la vente des armes issues de ce regroupement, on est mal parti. Sans parler des querelles sur la nationalité des preneurs de décision, querelles stupides qui ont foutu dans le passé la pagaille chez Airbus. Il est évident et normal que les syndicats soient inquiets car les fusions ne sont jamais génératrices d’emplois dans un premier temps. De là à regretter que les « aspects sociaux ne sont pas la priorité de ce projet » c’est surréaliste et révélateur de l’état d’esprit de nos syndicats qui n’ont toujours pas compris que la création d’emplois n’est jamais l’objectif d’une entreprise. Mais c’est la conséquence inévitable de son développement.

  2. Il faut dépasser les archaïsmes et les visons corporatistes – c’est un aliance qui sera certainement difficile mais c’est un premier pas , les champions de la chenille et les champion des roues ..une belle corbeille qui pourraient nous reserver de bons materiels !

  3. Et voila donc d ici quelques annees nexter n existera plus et les emplois aussi je ne comprend pas cette soumission face aux allemands…….

    1. Si vous avez bien lu ce dont on peut douter à votre commentaire, vous remarquerez que c’est une Joint Venture a part égales qui plus est n’est pas une fusion et ne le sera pas avant quelques années a supposer que tout se passe bien – Pour le moment il s’agit juste de mettre en accord les idées, cerveaux, les projets pour trouver une complémentarité, chacun restant maitre de ses marchés et production de matériels – Relisez l’article et réfléchissez en ouvrant grand les méninges …!

      1. +1
        Ah nos chers syndicats…très chers d’ailleurs!
        toujours rien compris. Tout dans le social…regardez ou ça nous mène!
        Il est évident que pour Nexter, ce rapprochement dans un premier temps ne peut être que bénéfique.
        Il serait intéressant à ce sujet d’avoir l’avis des syndicats allemands…juste pour voir.
        Les syndicats français soumis aux allemands…? c’est bon ça

    2. Euh… Bob !…. Je crois que vous n’avez pas bien compris quelle est la teneur de ce rapprochement… De plus, on vous dit dans cet article « parité 50 – 50  » ! Ca vous parle ? Alors où voyez-vous une soumission à l’Allemagne ? Surtout que si on creuse un peu, on voit que c’est Nexter qui est plutôt gagnant…. Et encore, on vous dit que ce rapprochement n’était pas le choix initial des allemands qui préféraient le faire avec Rheinmetall… Franchement, il faut arrêter de chouiner sans cesse dès qu’un projet européen voit le jour… Surtout si ce dernier donne naissance par la suite à un géant mondial !

    3. Si on compare le succès du Léopard 2 à celui du Leclerc, Nexter a tout à gagner à s’allier aux Allemands.
      Le syndrome d’Asterix c’est rigolo et ça marche uniquement dans les BD. Dans la vraie vie du XXIe siècle, rester isolé dans son petit coin à faire sa petite soupe sur son petit feu ça conduit à la faillite.

      1. Le succès du Léopard 2 s’explique surtout par des ventes d’occasion de chars devenus surplus après la chute de l’URSS.
        Si NEXTER est mieux valorisé et qu’ils font 50/ 50 c’est quand même NEXTER qui se fait un peu avoir…

        1. Le succès du Léopard 2 s’explique d’abord par ses ventes NEUFS qui lui ont permis ensuite de réussir les ventes d’occasions, ce char ayant un excellent rapport qualité/prix contrairement au Leclerc qui ne s’est pas vendu (neuf ou occasion). Nexter est largement gagnant de pouvoir maintenir ses compétences « chars lourds », alors que la France va garder ses Leclerc jusqu’en 2040, et de pouvoir bénéficier des commandes allemandes de Leopard 3 en 2025/2030. Contrairement à l’Allemagne, Nexter n’avait pas de plan B.

        2. NEXTER qui se fait avoir, hein ? A priori, vous n’avez pas conscience du poids économique de KMW pa rapport au fleuron français… C’est au contraire NEXTER qui a tout a gagner !!!

          1. @ Anonymus
            Ah bon ?… Étayez un peu ce que vous avancez !… Juste pour voir, histoire qu’on se marre un peu … 🙂

          2. Quand un gars de 60 kilos parle à un autre de 120 kilos ….
            ça va c’est assez « rigolo », ou on continu ?

    4. 50% l’état français, 50% une famille allemande a l’image de Dassault, vous croyez qu’outre Rhin ils ont un peu plus raison d’y voir une soumission a la France que l’inverse.

        1. Ben oui, l’état détient 100% et va donc devoir privatiser le groupe pour que le partage se fait a 50/50, ça ne changera rien au fait que dans le futur KANT, l’état français sera actionnaire a 50% (même si je pense qu’il devront en profiter pour vendre des parts a d’autres industriels/équipementiers français)

  4. Prendre le nom d’un philosophe critique de la raison …? quelle humour ces Allemands
    Efin on a quan même échappé à un physicien dont la constante aurait pu prêter à sourire : Planck !
    Pour un marchand d’arme ce n’était pas génial….

  5. Il me semble que certains dirigeants de KMW l’ont dit : Si l’Allemagne continue à faire sa difficile au sujet des exportations, la nouvelle holding KANT pourra toujours faire passer ses usines de notre côté de la frontière…

    1. Exactement et si KMW préfère voir du côté français(plutôt que le compatriote Rheinmetal comme souhaiter au Bundestag), c’est bien pour se développer en dehors de l’Allemagne.Entre Berlin qui refuse de vendre des centaines de Léopard aux Saoudiens, refusent de vendre des Boxer a la Lituanie, je pense que ce groupe, plutôt cette famille, en a ras le bol de ce gouvernement qui lui coupe les bras.
      Ce qui est bien, c’est que le futur char de bataille de l’entreprise, deviendra le seul en Europe, en toute logique, tout ceux qui voudront remplacer ses chars, se joindront a ce projet.Ce qui a fait la succès du Léopard, c’est avant tout sa grosse production allemande, qui a rapidement été revendu aux quatre coins du monde.Mais le char lourd et moderne reste un produit coûteux.Leurs nombres dans le monde ne cesse de décroître (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a plus personnes qui en achètent), certains pays comme les Pays Bas, ont même abandonnés tout leurs Léopard a d’autres.
      Des USA jusqu’en Russie, leurs nombres ne cessent de diminuer, même si la Russie annoncent fièrement l’arrivée d’un nouveau char, dont la cible est de 2000 exemplaires, cela n’enlève pas le fait qu’ils sont sensés remplacer près de 15 000 chars (en service, en réserve ou en stockage pour l’énorme majorité), sans compter les milliers de chars plus anciens (T-54/55 , T-62/64) déjà retirés.C’est un peu pareil dans le monde entier, les reliques de la guerre froide commencent par s’effacer.
      C’est quoi le marché pour ce futur char européen?
      -Allemagne: 300
      -Pologne:250 voir plus au vu de la situation
      -France: 200
      -Grande Bretagne: 200
      -Italie: 150
      -Espagne: 200 voir 250 dans le meilleur des cas (même si d’ici là on sera plus proche de 150 je pense)
      -Suisse: 100 (en prenant en compte le nombre de chars modernisés, donc sensé durer quand les autres seront très certainement supprimés d’ici quelques années)
      -Grèce: Bien qu’ayant plus de 1000 chars, au vu de sa situation économique a court et moyen terme, je lui donne un potentiel de 100 chars.
      -Finlande/Suède/Norvège: 200-250 les trois ensembles
      -Tout les autres petits pays de l’Est où non, qui ont encore des chars, qui pour la plupart en ont hérités de l’URSS, le marché global ne dépassera pas 200 unités.Et personnes n’achètera russe!
      -Reste a savoir pour l’Ukraine, si celle ci sera redressé économiquement, sera intégré a l’UE, elle pourrait en acquérir dans 15-20 ans.
      Donc pour un marché ou ce char deviendra l’unique solution et surtout la plus censée du point de vue politique, la cible a espéré est de 1900 chars.On était habitué a des périodes de réductions, mais ces derniers temps, on revoit la copie dans beaucoup de pays et il n’est pas impossible que ce chiffre augmente.Seule chose de dommage, c’est que cela ne se fera pas en une seule commande.

      1. Et qu’est ce que vous voulez faire avec vos 1900 chars en 2030, éparpillés (tiens ça rappelle quelque chose !) dans un trentaine de pays. Il en existe plus de 100 000 à travers le monde (et même des pays relativement moyen, comme la Corée du sud se sont lancer dans la production de leur propre modèle), et que juste à coté de chez on vient de se lancer (pas en 2030 !) dans la production d’une série de 2300 chars de nouvelle génération.

        1. 1900 chars de construction franco-allemande pour l’Europe, plus quelques centaines pour des pays tiers vaudront mieux que 200 chars (en voyant large…) franco-français …
          Et pour ce qui est du lancement de 2300 chars, par la Russie j’imagine, si le lancement de la chaîne est effective, en revanche, en ce qui concerne la cible à atteindre, il y a de l’eau qui va passer sous les ponts !!!

          1. La production a déjà commencé.
            Et la cible des 4 ou 500 par an, semble tenable. Ils en produisait déjà 200 (T90) à la fin des années 2000. Si il y a bien un secteur que les russes soignent en priorité, c’est bien leurs capacités et leurs industries d’armement (vous ne saviez pas ?!). Et avec un budget qui est plus du double du notre …
            D’autre part le châssis est prévu comme modulaire : VCI lourd comme ce qui ce fait en tendance aujourd’hui (Israël, Allemagne, nouveaux projets américains, et donc Russie), automoteur d’artillerie, et autres. Donc même sans doute plus de modèles encore à produire, et sans doute en partie à exporter (en plus à prix défiant toute concurrence).

          2. Ben c’est formidable tout ça, mon cher Anonymus ! Les russes soignent leur secteur armement, c’est vrai, mais il vous sans doute échappé que ces derniers courent plusieurs lièvres à la fois, et qu’ils rencontrent en ce moment quelques difficultés économiques (vous ne saviez pas ?!…)
            Par exemple, leur chasseur T-50 connais quelques difficultés : la cible est tombée à 50 exemplaires au lieu de …200 (pour 2016, sous réserve…) ! Et j’imagine qu’il vous a (volontairement bien sur…) échappé que leurs avions tombaient comme des mouches ces derniers temps ? Sans parler de leurs casernements qui se casse la gueule sur la troupe… Je crois donc que leur budget n’est pas aussi réel qu’il n’y paraît…. 😉
            Et oui, l’an 2000 n’est pas l’an 2015 ! Vous ne saviez pas ?!

          3. En même temps, l’objectif n’est pas de savoir qui de l’Europe ou de la Russie a le plus de chars lourds. Car culturellement et civilisationnellement nous n’avons pas vocation à nous confronter.
            Il faudrait, donc, rapidement dépasser notre antagonisme actuel concernant l’Ukraine afin de pouvoir se concentrer sur l’essentiel, notre lutte contre les islamistes totalitaires et conquérant.
            .
            Là est le sujet selon moi.
            .
            Et si cela doit en fâcher certains, alors « ainsi soit-il » (« so be it » en anglais). Car cela commence à bien faire l’invasion islamiste de l’Europe…

  6. Appeler cela du défaitisme ou du pessimisme mais je la sens trés mal embarqué cette affaire…………

  7. Quand cessera notre fascination pour les matériels high-tech!? La guerre, et les combats qui en découlent, sont faits par l’Homme, la machine n’est qu’un outil. Nous avons tant d’exemples récents qui démontrent ce qui devraient être une vérité universelle.

    T. E. Lawrence en Arabie a appliqué d’autres méthodes, avec des résultats remarquables. L’approche des Vietnamiens il y 50 ans, des Takfiris aujourd’hui… et de l’Orient dans son ensemble me semble plus appropriée que notre entêtement à tout aborder en mode binaire.

    Je vous propose de consulter les écrits du Général H.John Poole (ancien US Marine) pour l’aspect tactique, et Basil H.Lidell Hart pour la partie stratégique. La troupe a bien mieux à faire que de l’OS ou de l’entretien de matériels…

    1. Si vous êtes prêts à perdre des trouffions par centaines, alors oui, prenons exemple sur lawrence et ho chi min.
      Sinon le recours à la high tech est la seule solution

  8.  » Z’est pas ma marque préférée » (Horst Frank « Théo » parlant du Shermann, dans « les tontons flingueurs »).

    Je propose « Panzer N.V. » (NV = S.A. en raison sociale hollandaise), ça offre tout de suite une image claire en terme de politique produit, ça fait bénéficier l’ensemble du nouveau groupe de la prétendue « Deutsche Qualität », et ça désigner clairement l’ennemi anglo-saxon à L’Ouest et bolchévique (reconverti) à l’est (en termes commerciaux au moins).

    En plus ça s’applique aussi bien aux blindés à roue (SDKFZ 234 « Puma ») qu’à chenille (Tiger etc..), aux chasseurs de char (JagdPanzer…), ça veut juste dire « blindé », ce qui pour les actionnaires est synonyme de Thune en plus !

    ex VBCI devient IKP(W) : InfanterieKampfPanzer(Wagen), VBMR devient MRPW: MultiRollePanzerWagen, et EBRC devient KRP : KampfRadPanzer…

    Non franchement, je ne vois pas où est le problème….

    Trève de conneries : si on ne lance pas un projet structurant (le futur char lourd, quoi d’autre ?), ça ne marchera tout simplement pas, il faut forcément que les équipes techniques et commerciales focalisent leurs efforts sur une finalité clairement établie pour structurer le nouveau groupe en vue de sa réalisation. Refaire des organigrammes usine à gaz pour contenter les uns et les autres ne fera que désorganiser les deux entités qui n’auront de toutes façon pas de sujet de conversation autres que ceux artificiellement choisis par leurs hiérarchies respectives pour essayer de baiser l’autre entité pedant que certains font carrière. Comme d’hab, quoi….

  9. Nous avons signé la fin des blindés français. Encore une trahison de nos élites mondialistes

    1. Quand on fait le bilan de la saga du char Leclerc, on réalise que c’est une bonne chose.

      1. C’est clair ! Et si on remonte aussi à l’AMX-30, on s’aperçoit que la France n’est pas spécialement un gros vendeur de chars lourds ! Autant se concentrer sur les avions et les navires…

  10. Le problème n’est pas ce rapprochement mais les sites de productions à terme ils ne fait aucun doute que pour rentabilité qu’ils seront délocalisés dans les pays de l’Est car le cout de la main d’œuvre défit toute concurrence ceux qui perçoivent une pension où retraite on du soucis à ce faire car qui paiera leurs dites pensions ? je ne pense pas que les chômeurs où les immigrants y pourvoiront ! notre système est basé sur l’inter génération les actifs payent pour les inactifs ….à méditer !

    1. @ lephil
      Mouais …. C’est pour ça que les dirigeants de KMW parlent de délocaliser en France sûrement …
      Sans parler du fait que l’Etat français va probablement garder un certain pourcentage dans la future entité, c’est sur alors que ça va être vachement facile de délocaliser dans les pays de l’Est… Je me marre !…

  11. …Et qu’en pensent nos « amis » Américains ?
    Cette nouvelle boite fabriquera des chars européens pour remplacer les M60 ?…

    1. Mais si en revanche cette nouvelle entreprise fonctionne aussi bien que la société AIRBUS dans son ensemble, là, tous les espoirs sont permis !…

  12. Déjà en mutualisant les achats, les frais commerciaux et la R&D, le nouvel ensemble fera immédiatement des tonnes d’économies.

    Pour le reste, il faudra attendre quelques années, que la nouvelle culture d’entreprise s’établisse, que les projets communs se fassent, et que les allemands mettent un peu en veilleuse leur foutu complexe de supériorité.

  13. La fin de l’armement terrestre français indépendant, de fait à plus ou moins longs termes, inutile de vouloir nous faire prendre encore des vessie pour des lanternes, il n’y a vraiment pas de quoi se réjouir cela ressemble plus à un aveux de faiblesse qu’autre chose.
    .
    « Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité. » (Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946).

    1. Ça sert à quoi « l’indépendance » si on ne parvient pas à maintenir la ligne de production en service, si on produit des chars à des prix prohibitifs, si on ne parvient pas à les exporter et si on perd petit à petit les compétences ?

      1. L’indépendance n’est plus qu’une idée qui s’attache a des signes, a des impressions mais en aucun cas a des faits.
        Le monde est mondialisé, certains pensent que l’indépendance c’est vivre seul, dans son coin, a se vanter de ce qu’il est capable de faire. sauf qu’aucune nation au monde n’est parvenu seul, à garder son indépendance.
        Personnes n’occupe la France, l’économie est mondialisée, c’est difficile a comprendre.Certains pensent que Renault est français, lorsqu’il produit ses voitures au Maroc? moi je préfère qu’il y ait une usine Fiat chez nous.

      2. Ce qui est le plus étonnant, c’est que les pays qui ont le vent en poupe (et pas sur le déclin, ou en tous cas en pleine stagnation, ne serait ce au niveau économique), au niveau armement font exactement la démarche inverse, en développant, toujours plus leur propre modèles nationaux (en matière de char de combat on peut songer par exemple à la Corée du sud, et sinon à bien d’autres). Nous on s’apprête à vendre, présentement, notre industrie militaire terrestre !

        1. C’est drôle : Les allemands opposés à cette fusion disent exactement l’inverse, que l’Allemagne s’apprête à vendre les précieuses technologies de KMW au concurrent français. Comme quoi les résistances au changement sont les mêmes partout.

          1. Non c’est un peu la même chose au contraire.
            De même, il serait plus que temps de changer en effet notre (no-) politique (à part vendre au plus offrant et ce quoi qu’il en coute, notamment sur le long terme comme on fait depuis 20 ans justement).

        2. @ Anonymus
          Justement ! La réponse est dans votre questionnement… Cherchez un peu ….
          Précision : Et arrêtez de dire qu’on va vendre notre industrie militaire terrestre ! Vous savez lire, non ? Association de deux entreprises à 50/50!!! C’est pourtant clair, non ? A moins que vous évoluiez dans les hautes strates de l’Etat (ce qui m’étonnerait…) et que vous soyez détenteur d’informations sensibles ?!?!?!…… 🙂
          Si c’est le cas, dites nous vite !

    2. @ Anonymus
      A priori, vous ne souhaitez comprendre que ce que vous voulez… Avec une société détenue à parts égales 50/50 entre les allemands et les français, mais vous l’avez toujours votre indépendance !!!!

      1. Bien sur, bien sur, mais c’est bien sur.
        Une société, encore une fois (!) qui pèse deux fois plus qu’une autre, et d’autant que diriger par des intérêts regroupés par une famille privée, et l’autre par l’Etat français, avec tout ce que cela présuppose aujourd’hui, c’est tellement évidemment.

    3. Rien de nouveau depuis 60 ans???
      Et Eurocopter / Airbus HELI c’est la fin de l’aéromobilité peut-être? Foutaises…

      1. Pas 60 ans optimist, mais cela remonte plutôt de ces trentes dernières années (les trente piteuses en quelque sorte, avant peut être les trente calamiteuses ?).
        En matière d’aéromobilité on voit en effet les résultats avec des NH90 et des Tigre devenus tellement couteux, que l’on ne peut même s’en payé suffisamment pour équiper correctement nos forces (c’est à dire pas seulement pour faire de la démonstration commerciale !).
        Pour le reste et de manière générale, si vous avez renoncer à toute souveraineté, et plus encore à toute autonomie en matière de choix stratégiques, éminemment politiques concernant en particulier ici nos systèmes d’armement et de défense, sachez que ce n’est pas forcément le cas de tout le monde, il y a toujours eut, et il y aura toujours dans ce pays des résistants.
        PS : Incroyable ce défaitisme et ce renoncement généralisé ambiant (« on ne peut pas faire autrement » !), et décidemment presque du jamais vu (ça explique bien des choses, si on y croit même plus !) !

  14. On a déjà plus de fusils ,plus de fabrique ,on aura bientôt plus de chars et encore moins de gens pour savoir les construire !

    1. Faites gaffe, OPTIMIST va vous parler de foutaises, un fusil de combat français, pensez vous, et puis quoi encore !

Les commentaires sont fermés.