Un sous-officier des forces spéciales canadiennes tué en Irak

doiron-20150308

Au moins à 3 reprises, des militaires des forces des opérations spéciales (FOS) canadiennes envoyés en Irak pour conseiller les troupes irakiennes et kurdes ont été accrochés sur le terrain par des jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh).

Le commandant des FOS, le général Michael Rouleau, avait expliqué en janvier, pour le premier accrochage, que les militaires canadiens avaient essuyé des tirs alors qu’ils préparaient de prochaines frappes aériennes dans le cadre d’une planification avec l’état-major irakien.

Et il était même été allé plus loin en affirmant que les forces spéciales canadiennes avaient aussi, à plusieurs reprises, « désigné des cibles au sol » au chasseurs-bombardiers de la coalition anti-Daesh emmenée par les États-Unis.

Ce qui ne manqua pas de susciter une polémique sur leur rôle exact en Irak, étant donné que le gouvernement en place, conduit par le conservateur Stephen Harper, avait affirmé qu’il n’était pas question pour le Canada d’engager des troupes au sol pour combattre les jihadistes.

Quoi qu’il en soit, accompagner les forces irakiennes et kurdes reste une mission dangereuse. Ainsi, des militaires canadiens des FOS ont été pris pour cible, par erreur, par des combattants du Kurdistan irakien (peshmergas), lors de leur retour à un poste d’observation derrière la ligne de front.

Malheureusement, le sergent Andrew Doiron a été mortellement blessé. Trois autres militaires ont été touché mais leur vie n’est pas en danger, a assuré le ministère canadien de la Défense.

« Ma compréhension est que les soldats canadiens ont agi avec professionnalisme et ont fait ce qu’ils devaient faire dans de telles circonstances, mais malheureusement, il s’agit d’une erreur de reconnaissance de la part de la milice kurde ayant résulté en un tir ami tragique », a expliqué Jason Kenney, le ministre canadien de la Défense, lors d’une conférence de presse.

Le détachement des forces spéciales canadiennes, qui compte 70 militaires, a été déployé près d’Erbil, la capitale du Kurdistan irakien. L’incident qui a été fatal au sergent Doiron aurait eu lieu près de Mossoul, où les peshmergas ont mené des opérations récemment.

Dans le cadre de l’opération Impact, qui est le nom de la participation du Canada à la coalition anti-Daesh, les forces armées canadiennes ont déployés 625 militaires, 6 avions CF-18 Hornet de la 4e Escadre de Cold Lake, 2 appareils de patrouille CP-140 Aurora de la 14e Escadre de Greenwood et 1 ravitailleur CC-150T Polaris de la 8e Escadre de Trenton.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].