Le Pentagone a commandé 16 avions de surveillance maritime P-8A Poseidon

En janvier, l’agence Bloomberg s’était fait l’écho d’un rapport annuel du Bureau de contrôle du Pentagone concernant les équipements mis en oeuvre par les forces armées américaines. Et selon ce document, l’avion de surveillance maritime P-8A Poseidon, développé par Boeing à partir d’une cellule de B-737, serait loin de donner entière satisfaction à l’US Navy.

« Nombre de lacunes conduisent à dire que le P8-A n’est pas efficace pour les missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance et qu’il n’est pas assez performant pour la recherche anti-sous-marins dans des zones étendues », a écrit le Michael Gilmore, le directeur du bureau de contrôle du Pentagone. Le radar ainsi que plusieurs capteurs électroniques sont particulièrement mis en cause.

Cela étant, 6 de ces avions ont récemment été déployés au Japon afin de soutenir les opérations de la 7e Flotte de la marine américaine. Et visiblement, le vice-amiral Robert Thomas, le commandant de cette dernière, ne partage pas les conclusions du rapport en question. Pour lui, le P-8A « représente une amélioration significative » par rapport au P-3 Orion qu’il remplace, en « offrant une capacité de détecter, de suivre et d’informer sur plusieurs cibles meilleure que jamais ».

« Les critères pour effectuer des patrouilles efficaces ont été pleinement atteints, », a fait valoir, selon Bloomberg, le lieutenant Caroline Hutcheson, un porte-parole de l’US Navy. « La plupart des problèmes cités avaient déjà été identifiés » et la Marine a développé des « mises à jour logicielles pour corriger les lacunes », a-t-elle ajouté. « Comme toujours, Boeing travaillera main dans la main avec la Marine pour régler tous les problèmes qui peuvent survenir », a-t-elle conclu.

Circulez, il n’y a donc rien à voir… Et, le 27 février, le Pentagone a passé une nouvelle commande portant 16 P-8A Poseidon supplémentaires pour un montant de 2,1 milliards de dollars. Les livraisons s’étaleront jusqu’en 2017.

Au total, la marine américaine espère disposer de 117 exemplaires de cet appareil afin de pouvoir remplacer sa flotte vieillissante de P-3 Orion. Le coût de ce programme est de 35 milliards de dollars.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant.

Commentaires

  1. de themistocles

    Répondre

  2. de MP3

    Répondre

  3. de Frédéric

    Répondre

  4. de GrosNez

    Répondre

  5. de MP3

    Répondre

  6. de Alpha

    Répondre

  7. de ALAIN

    Répondre

  8. de Céphée

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>