Un gendarme du GIGN porté disparu en mer

Un militaire appartenant au Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN), est porté disparu après avoir chuté en mer, le 6 novembre, vers 21 heures, à environ 11 km au large de la presqu’île varoise de Giens.

Le gendarme, âgé de 28 ans, participait à un cycle d’entraînement organisé conjointement par la Marine nationale et le GIGN. L’accident s’est produit lors d’un exercice visant à prendre d’assaut un navire depuis une embarcation semi-rigide. Le jeune militaire est alors tombé de l’échelle avec tout son équipement.

Une opération de recherche et de sauvetage, coordonnée par le Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC) Tonnerre (qui était le navire à prendre d’assaut), a immédiatement été lancée, mobilisant d’importants moyens, dont le chasseur de mines Orion, un avion de patrouille maritime Atlantique 2, un Falcon 50 et des hélicoptères.

« Toute la nuit, (ces) moyens (…) engagés sur cet entraînement ont méthodiquement investigué une zone matérialisée autour du point de chute en tenant compte d’une possible dérive », a expliqué la préfecture maritime. Au matin, les recherches n’avaient toujours rien donné.

Dans un communiqué conjoint, les ministres de la Défense et de l’Intérieur, Jean-Yves Le Drian et Manuel Valls ont exprimé « leur profonde tristesse à l’annonce de la disparition » du gendarme du GIGN, tout en précisant que les recherches se poursuivaient.

Une enquête judiciaire et une autre de commandement ont été ouvertes à l’initiative des deux ministres, afin de déterminer les « circonstances de cet évènement tragique ».

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].