Le drone de transport K-Max donne satisfaction en Afghanistan

En décembre 2011, l’US Marine Corp (USMC) a envoyé deux drones de transport K-Max en Afghanistan afin d’évaluer leurs performances dans un environnement opérationnel. Et manifestement, le retour d’expérience concernant ces appareils donne satisfaction étant donné qu’il est désormais question de prolonger leur utilisation sur ce théâtre d’opérations jusqu’au 30 septembre prochain, soit pendant trois mois de plus que prévu.

Développé par Kaman et Lockheed-Martin, le K-Max UAS est capable de transporter 2,7 tonnes de matériels et voler jusqu’à une altitude de 15.500 pieds. En fonction de la charge qu’il emporte, son rayon d’action est de 556 km. Qui plus est, il est autonome : il suffit de saisir mes coordonnées de la destination où il doit déposer sa cargaison ainsi que d’autres données ayant trait au vol prévu pour qu’il exécute sa mission.

L’utilisation de ce drone hélicoptère permet d’éviter le recours aux convois de camions, vulnérables aux embuscades ainsi qu’aux engins explosifs improvisés, responsables principaux des pertes de la coalition internationale engagée en Afghanistan.

En outre, par rapport aux Largages de Matériel à très Grande Hauteur (5.000-7.000 mètres) avec ouverture basse (LMTGH-OB) ou à faible ou moyenne hauteur (FH/MH), autrement dit, aux parachutages, ainsi qu’au transport par hélicoptère, il est très économique, le coût d’une heure de vol étant de 1.100 dollars (900 euros).

Depuis le 17 décembre dernier, date à partir de laquelle ils ont commencé leurs missions, les deux K-Max UAS de l’USMC ont effectué plus de 230 sorties et livré, à deux bases avancées situés dans le sud de l’Afghanistan, près de 500 tonnes de fret avec un taux d’efficacité de 94%. De plus, ils ne demandent pas une lourde maintenance pour rester opérationnels.

« Le K-MAX a prouvé sa valeur pour nous sur ce théâtre. Il nous permet de livrer en toute sécurité du fret dans les zones avancées » a fait valoir le major Kyle O’Connor, qui commande le détachement de l’USMC en charge de ces appareils.

D’après le directeur du développement commercial de Lockheed-Martin, Jim Naylor, le concept du K-Max a séduit d’autres acteurs, à commencer par l’US Army. Mais, toujours selon de responsable, des pays de l’Otan auraient exprimé leur intérêt pour cet appareil.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].