Vers une coopération militaire renforcée entre les Etats-Unis et l’Indonésie

Après avoir établi des relations militaires avec les Philippines et la Thaïlande et amorcé une coopération avec le Vietnam, les Etats-Unis continuent de placer leurs pions en Asie du Sud-Est en s’intéressant à l’Indonésie.

Ainsi, le secrétaire américain à la Défense, Leon Panetta, a rencontré son homologue indonésienn Purnomo Yusgiantoro, sur l’île de Bali, le 23 octobre. A l’issue de cet entretien, le patron du Pentagone a indiqué que de nouveaux domaines de coopération entre les armées des deux pays vont être ouverts, ce qui, selon lui, « reflète l’importance croissante de l’Indonésie en tant que leader mondial et l’engagement continu des Etats-Unis pour la sécurité et la prospérité de la région ».

Toujours selon Leon Panetta, il s’agit « d’assurer le libre accès à la mer, de protéger nos droits de navigation et ceux de toutes les nations de l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud-Est) », dont certains membres doivent faire face aux revendications territoriales chinoises en mer de Chine méridionale, laquelle est également l’une des routes maritimes commerciales les plus fréquéntées au monde.

Par ailleurs, le secrétaire américain à la Défense a précisé que les Etats-Unis et l’Indonésie entameront, en décembre prochain, une coopération en matière de planification militaire et que Washington étudiera une demande indonésienne visant à acquérir de nouveaux avions F-16 qui viendront renforcer la dizaine actuellement en état de vol sur les 30 achetés par Jakarta précédemment.

Les relations entre les Etats-Unis et l’Indonésie, où le président américain, Barack Obama, a passé une partie de sa jeunesse, avaient été suspendues pendant une douzaine d’années après les exactions commises au Timor Oriental et en Papouasie par le Kopassus (Komando Pasukan Khusus, les forces spéciales indonésiennes).

En juillet 2010, la coopération militaire entre les deux pays avait reprise sur la base d’un programme graduel établi par Robert Gates, le prédécesseur de Leon Panetta à la tête du Pentagone. Aussi, ce dernier à fait savoir qu’il s’assurerait que cette coopération militaire entre Washington et Jakarta ne puisse bénéficier « à quelqu’un qui peut être accusé de façon crédible de violations des droits de l’Homme ».

Dans cette affaire, les Etats-Unis cherchent à contrebalancer l’influence de Pékin dans l’archipel indonésien. Après avoir rompu leur relations diplomatiques en 1967, les deux pays renouèrent en 1990. Depuis, la Chine est devenu le premier partenaire commercial de l’Indonésie, avec des échanges qui ont pratiquement doublé depuis 2000.

Par ailleurs, en 2005, la Chine et l’Indonésie, qui compte une importante communauté chinoise au sein de sa population, ont signé un « partenariat stratégique ». A noter que Paris en a fait de même avec Jakarta, en juillet dernier.

Cette proximité s’est traduite récemment par l’achat, pour les besoins de la marine indonésienne, de missiles anti-navires chinois C-802A au détriment de l’Exocet, jugé trop cher. Cela étant, l’Indonésie, dont le budget de la Défense passera de 2,5 milliards de dollars en 2005 à 7,5 milliards en 2012, n’a pas de fournisseur exclusif pour ses équipements militaires. Ainsi, Jakarta a récemment commandé des Sherpa II de Renault Trucks Defense, qui s’ajouteront aux VBL de Panhard et aux VAB déjà en dotation et des avions de combat Sukhoï Su-27 et Su-30 côtoient des Hawk Britanniques ou encore des F-16 américains et des Aermacchi SF.260.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].