Mise à flot de la FREMM marocaine à Lorient

La première frégate multimission (FREMM) vendue à l’export sera mise à flot, ce 14 septembre, à Lorient, par le groupe français de construction navale DCNS, afin de rejoindre le quai d’armement.

Baptisée Mohammed VI, il s’agit de la FREMM commandée en 2007 par le Maroc. Dérivée de la classe Aquitaine destinés à la Marine nationale, ce bâtiment de 142 mètres de long pour un déplacement de 6.000 tonnes, sera armé par des missiles Exocet MM40-Block3 antinavires et Aster 15 de défense aérienne, une tourelle de 76 mm et des torpilles MU90. Il emportera également un hélicoptère.

La FREMM marocaine sera en outre dotée du système de combat SETIS, d’un radar multi-fonctions à grande distance Herakles, du système de navigation et de contrôle Shipmaster ainsi que de moyens d’observations, comme le système ARTEMIS (Advanced Reliable Third generation Electro-optical Multiplexing Infra-red Search and Track), sans oublier les équipements de guerre électronique et les sonars CAPTAS 4 et UMS 4110 CL fournis par Thales.

Le Mohammed VI, dont la livraison est prévue pour 2013, sera ainsi le plus grand navire de la marine royale marocaine. Cette dernière a d’ailleurs réceptionné, à Flessingue (Pays-Bas), le 12 septembre, sa première frégate de classe SIGMA, appelée Tariq Ibn Zyad, un stratège militaire artisan de la conquête de la péninsule ibérique au VIIe siècle (les Espagnols apprécieront). Construite par les chantiers navals DSNS (Damen Schelde Navan Shipbuilding), elle sera suivie dans le courant de l’année 2012 par deux autres bâtiments de ce type, longs de 105 m et armées par des missiles Exocet et un canon de 76 mm.

Cette livraison fait suite à celle du patrouilleur hauturier Bir Anzaran, en juin 2011. Conçu par Raidco Marine et STX, cet OPV (offshore Patrol Vessel), long de 70 mètres, est armé par deux canons (76 mm et 40 mm) ainsi que par 4 mitrailleurs (2 de 14,7 mm et 2 de 12,7 mm).

Ces nouveaux moyens, pour la plupart commandés en 2007, visent à renforcer les capacités de la marine royale marocaine pour ses missions de lutte contre l’immigration clandestine et les trafics illicites.

Bien évidemment, cet effort en faveur des forces navales marocaines est à mettre en regard de ceux fournis par l’Algérie. Les deux pays se sont lancés, depuis quelques années, dans une course à l’armement. Récemment, Alger a commandé deux frégates de type Meko 200 auprès de l’Allemagne, dans le cadre de plusieurs contrats d’une valeur totale de 14,6 milliards de dollars étalés sur 10 ans.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].