80 tués dans l’accident d’un C-130 Hercules des Forces Royales Air marocaines

Les Forces Royales Air (FRA) marocaines ont connu la plus grave catastrophe aérienne de leur histoire avec l’accident, le 26 juillet, d’un C-130 Hercules assurant la liaison Agadir-Laayoune-Dakhla.

L’appareil, avec 80 personnes à son bord, dont 60 soldats et 12 civils, a heurté la montagne de Sayyert alors qu’il allait atterrir sur une piste d’un aéroport militaire situé près de Guelmin, dans une région désertique et montagneuse, à 850 km au sud de Rabat.

Le C-130 était utilisé pour « le transport de troupes mais aussi pour leurs familles » a précisé un reponsable marocain. Si un enquête a été ouverte pour déterminer les causes du drame, il semblerait, d’après un témoin, que les mauvaises conditions météorologiques soient en cause. « L’avion s’apprêtait à atterrir dans l’aéroport militaire quand on a aperçu une immense fumée venant des montagnes près de Guelmim », a-t-il indiqué à l’AFP.

Avant cet accident, les FRA disposaient de 12 C-130H Hercules, mis en oeuvre par l’escadrille de transport basée à Rabat.

Le roi du Maroc, Mohammed VI, a décrété un deuil national d’une durée de 3 jours, avec la mise en berne du drapeau marocain. Cette catastrophe fait suite à l’accident d’un bimoteur de type Defender appartenant à la gendarmerie royale qui, en décembre 2010, s’était écrasé dans la région de Ouarzazate, avec 5 personnes à bord. Là aussi, les mauvaises conditions météorologiques avaient été avancées pour expliquer la chute de l’appareil.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].