Incursion de la marine israélienne dans les eaux territoriales libanaises

Une corvette israélienne a pénétré, lundi, dans les eaux territoriales libanaises avant d’être intercéptée par le Betteca, un navire de la marine italienne appartenant à la Force des Nations unies au Liban (Finul).

Cette information a été communiquée à l’AFP par un porte-parole de l’armée libanaise puis confirmée par la Finul. « Un navire en provenance d’Israël est entré hier dans la zone d’opérations maritimes de la Finul sans respecter la procédure requise, violant les eaux territoriales libanaises au sud de Naqoura », a déclaré Yasmina Bouziane, porte-parole de la Finul. Une enquête a été ouverte et le commandement de la Finul a contacté l’armée israélienne pour avoir des éclaircissements.

En tous les cas, cette incursion d’un navire de guerre israélien dans les eaux libanaises est une violation de la résolution 1701 du Conseil de sécurité de l’ONU, votée pour mettre un terme aux combats qui ont opposé les militants du Hezbollah à Israël en août 2006.

Ce n’est pas la première fois qu’Israël prend quelques libertés avec la résolution 1701. Des avions israélien pénétrent en effet régulièrement dans l’espace aérien du Liban. Le 31 octobre 2006, des F-15 israéliens avaient simulé l’attaque d’une position tenue par des casques bleus français de la Finul, provoquant ainsi la protestation de Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense à l’époque.

La situation s’est tendue entre le Liban et Israël depuis la mort, à Damas, d’Imad Moughnieh, l’un des hauts responsables militaires de Hezbollah. Le chef du mouvement chiite, Hassan Nasrallah, avait alors menacé l’Etat hébreu de guerre « ouverte », l’estimant coupable de l’assassinat de Moughieh. Pour sa part, Israël nie toujours une quelconque culpabilité.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant; [Voir les règles de confidentialité].