Coordonnée par MBDA, la capacité européenne de « tir au-delà de la vue directe » a été testée avec succès à Chypre

Faisant l’objet d’un financement depuis 2019 dans le cadre du Programme Européen de Développement Industriel dans le domaine de la Défense [PEDID], le projet LYNKEUS, auquel participent la France, la Belgique, la République de Chypre et la Suède, vise à mettre au point une capacité de tir au-delà de la vue directe [TAVD ou BLOS, pour Beyond Line of Sight] à partir du missile anti-char Akeron MP [ex-Missile Moyenne Portée, ou MMP, nldr] développé par MBDA.

Dans les grandes lignes, le concept consiste à utiliser un mini-drone afin de repérer une cible éventuelle située au-delà de la vue et de communiquer ses coordonnées au poste de tir du missile Akeron MP, lequel a une portée pouvant atteindre les cinq kilomètres.

En 2021, l’armée de Terre et la Direction générale de l’armement [DGA] achevèrent une première évaluation tactique [EVTA] de cette capacité, avec le tir [réussi] d’un Akeron MP contre un char situé hors du champ de vision de l’opérateur. Pour l’occasion, un drone NX-70 du constructeur français Novadem avait été utilisé.

En novembre dernier, l’Agence de l’Innovation de Défense [AID] avait expliqué que la prochaine étape viserait à intégrer le poste de tir de l’Akeron MP et la station de contrôle d’un drone dans un véhicule Sherpa équipéde la tourelle IMPACT de MBDA, le tout relié par une liaison de données sécurisée. Et d’ajouter que des démonstrations des « technologies étudiées » auraient lieu à Chypre d’ici la fin de l’année 2022, avec, à la clé, des « tirs réels de missiles MMP au-delà de la vue directe avec une désignation d’objectif autonome sur la base de l’un des scénarios opérationnels ».

Ces démonstrations viennent d’avoir lieu avec succès. C’est en effet ce qu’a annoncé Charalambos Petrides, le ministre chypriote de la Défense, via Twitter, le 29 septembre.

« Les tests du programme PEDID – BLOS ont été réalisés avec succès à Chypre, en collaboration avec les ministères et les entreprises français, belges, suédois, luxembourgois et grecs. Nous continuerons à soutenir les efforts de notre industrie nationale pour développer les capacités de défense », s’est félicité M. Petrides.

Sans attendre les résultats de ces essais, et dans le cadre du programme FEDef [fonds européen de défense], la Commission européenne a retenu, en juillet, le projet MARSEUS [Modular Architecture Solutions for EU States], lequel est un prolongement de LYNKEUS.

« Conduit en partenariat étroit avec les forces armées françaises, belges, chypriotes et désormais également suédoises, MARSEUS, capitalisant sur les acquis de LynkEUs, vise à consolider un concept opérationnel européen autour de la capacité TAVD des missiles du combat de contact et du combat collaboratif consolidé au travers d’une vision de Gestions des Effets », avait commenté MBDA, à l’époque. Et de préciser qu’il s’agirait également « d’identifier et d’expérimenter de nouvelles solutions technologiques émergentes susceptibles de contribuer aux évolutions futures de ces architectures de systèmes d’armes ».

Photo : Ambassade de France à Chypre

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

27 contributions

  1. Mica X dit :

    Bonne synergie et complément nécessaire avec le programme scorpion et son partage d’informations

  2. Sempre en Davant dit :

    Avec les gadgets nouveaux il va être compliqué de faire montre de mesure et de discrimination.

    Ces moyens appellent le développement d’obus thermobariques pour les 120 et 155 ainsi que d’airbust où de détection de proximité. Après tout l’apogée d’un obus de CAESAR frise les 15km il faut employer toutes les bonnes volontés.

    L’artillerie va devoir être en mesure de traiter des zones de plus en plus large avec les MRAP portes-drones qui s’y trouvent. Pour pas cher bien sûr…
    Via renseignements satellite, drone (du plus haut au plus bas) ou analyse d’images tweeters… Bonjour à tous de la ste Barbe à st Gabriel.

    Les pertes des Ukrainiens sont peu évoquées et les ruskofs étant très méchants ils sont supposés faire le plus de mal possible.

    Pourtant aucun usage de TsarBomba sur une. ville a ce jour (a ma connaissance).

    En dernier avertissement près nucléaire ou en destruction massive des forces en poursuite d’un recul russe a leur premier regroupement hors ZU… Ça pourrait faire très mal.

    Quant à la capacité d’entrée en premier les IEM qui ce suivent et le combat terrestre sous les retombées me semblent plus réaliste que la furtivité météo sensible.

    L’avenir s’annonce radieux, avec des capacités en mains privée allant de l’espace aux abysses dépassant celles des états… James Bond Girls sauvez nous !

    • joe dit :

      Les pertes Ukrainiennes sont connues. De l’ordre de 10K morts. Nous parlons bien sur des militaire, pas des civils dont le nombre est inconnu, notamment du fait que plusieurs dizaines de milliers auraient pu être tués à Marioupol.
      Les pertes russes sont 5 fois plus importantes… et pas de civils, en tout cas très rare et pas intentionnellement contrairement à la pratique russe de terreur.

    • Moddus dit :

      Donc en dernier avertissement pré nucléaire, vous utilisez… La bombe nucléaire la plus puissante jamais créée ?

      Vous devez confondre Tsar Bomba et bombe FOAD. Surtout que la Tsar Bomba a été retiré de l’arsenal russe.

      Pour la non utilisation de la FOAD, je doute de l’aspect « humanitaire » de sa non utilisation. Simplement, il faut un bombardier lourd pour la mettre en œuvre, et ceux-ci ne peuvent pas s’aventurer au dessus du territoire tenu par l’Ukraine, la DCA est trop présente pour ce type d’avion.

    • Alain d dit :

      « L’apogée d’un obus de CAESAR frise les 15km. »
      La flèche était à ~ 19,5 km pour une portée maxi à 34 km en « tir vertical »
      Avec une flèche à ~ 15,5 km, toujours en tir vertical, la portée est de 25 km.
      ~ 14,8 km en tir plongeant pour une portée de 38 km.
      Etait, parce que l’obus évolue
      Eurosatory 2022 : l’obus LU 220 de Nexter Arrowtech, un coup de punch pour l’artillerie de 155 mm
      https://www.forcesoperations.com/eurosatory-lobus-lu-220-de-nexter-arrowtech-un-coup-de-punch-pour-lartillerie-de-155-mm/
      Je n’ai pas les chiffres pour le Katana
      L’obus de précision KATANA sur trajectoire pour un éventuel premier contrat
      https://www.forcesoperations.com/lobus-de-precision-katana-sur-trajectoire-pour-un-eventuel-premier-contrat/

    • Aurelien dit :

      faux les obus ceasar de dernière génération vont à 80 km

    • Sempre en Davant dit :

      Joe : » Le premier qui meurt à la guerre c’est la vérité ». En tête de gondole, si vous le voulez bien, j’aimerai avoir des certitudes sur le nombre de divisions chinoises impliqués à DbP.
      De même pour https://fr.wikipedia.org/wiki/Conflit_frontalier_sino-sovi%C3%A9tique_de_1969 avec un peu de musique pour adoucir les mœurs : https://www.youtube.com/watch?v=tCyUOMzBpGc .
      Ne vous déplaise ce conflit est couvert avec encore plus de mauvaise fois que l’Irak en 90/91. Les « frappes chirurgicales épargnent toute souffrance aux femmes aux p’it n’enfants et autre bien pensants qui ne belligèrent pas. Quand leur immeuble s’éffondre c’est sans bruit, sans poussière, sans les broyer entre les plaques de bétons des étages. Seuls les méchants souffrent quand ce sont les « bons chirurgicaux » qui frappent.
      N’allez pas croire que j’excuse des actes ignobles, dont je ne doute pas qu’li en ait été commis, tant ils accompagnent les conflits. Quelque soit mon envie de saluer le patriotisme et la vaillance des Ukrainiens je ne doute pas non plus que des crimes aient été commis aussi dans leur camp. Il n’y a pas que de la bravoure des deux cotés de l’orage… Désolé pour l’ironie.

      Moddus : Merci d’avoir corriger mon erreur. Je ne suis pas parvenu dans les articles du Pacha a retrouver « la grosse thermobarique popovich ». Si votre mémoire est meilleure. Merci de compléter.
      Au début de l’affaire je craignais l’emploi systématique de munitions thermobarique notamment via : http://www.opex360.com/2022/02/09/des-obusiers-automoteurs-2s7m-malka-de-203-mm-ont-ete-deployes-par-larmee-russe-pres-de-lukraine/ dont le déploiement me semblait prouver l’existence de munition « spéciales ZU » pour vieilleries et http://www.opex360.com/2021/11/23/artillerie-la-russie-envisage-de-developper-un-nouveau-lance-roquettes-multiple-pour-ses-troupes-aeroportees/ comme http://www.opex360.com/2019/04/11/la-russie-a-livre-des-systemes-dartillerie-tos-1a-a-larabie-saoudite/ ou http://www.opex360.com/2015/10/03/losce-repere-systeme-russe-tos-1-buratino-dans-lest-de-lukraine/
      Si finalement l’objectif russe n’est que de s’assurer un corridor d’accès aux mers chaude au long de la mer d’Azov et jusqu’en Crimée des systèmes de LRM capable de saturer le terrain depuis l’autre rive d’Azov feraient la blague.
      L’échec du plan Clinton/Albright de couper la CEI des mers chaudes en engouffrant la Turquie dans l’€urope maastrichienne ne m’attriste en rien. Le rôle de la Turquie dans cette crise, ou Erdogan n’est pas devenu un génie politique tout a coup, montre qu’il ne faut jamais ignorer la géographie.
      Notre dissuasion nucléaire défend nos « intérêts vitaux ». Si nous avions des Politiques et pas des politiciens ils auraient évité ces circonstances pour en éviter les conséquences. Il y a une citation de Sun Tsu… Comme toujours

      Alain d: Les obus super puissant super cher doivent ruiner les précieux tubes à une vitesse folle. Les quelques artilleurs qui nous restent doivent couver leurs 55 Caesar avec plus de vigilance qu’un cygne (c’est comme une oie mais encore plus vache et puissant). Donc je vous remercie du complément mais l’essentiel me semble être de donner des capacités a tous nos échantillons en préservant ceux ci. Nous avons des techniques de pointe : super! Cela nous contraint a faire feu de tous bois dans tous les Azm. N’oublions pas que nous manquons terriblement de gens dans les professions techniques. Par exemple ce sont des italiens qui soudent certaine des pièces qui manquent a nos centrales nucs : personne pour mettre en cause le « tous en fac de spycolaugie ».

      Aurélien : l’apogée c’est le point le plus haut sur la trajectoire de l’obus. Il est vrai que je me suis pris les pieds dans la bomba mais pour le moment si votre tv n’affiche plus le satellite ne psalmodiez pas RAMA RAMA RAMA… pour le moment c’est pas eux… sauf si votre immeuble a perdu la façade supportant la parabole. Là, dans le doute…

      😉

  3. de Combles dit :

    Sait-on quel drone a été utilisé? Toujours le NX70?

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      C’est ce qui est dit dans l’article.
      MBDA a commencé a travailler avec NOVADEM bien avant ce contrat, d’où ce choix. Mais un des éléments du projet c’est également de voir comment intégrer d’autres drones, d’autres types de désignation d’objectifs etc.

  4. TOP dit :

    Les projets de développement militaire européens où la France participe mais ou l’Allemagne est absente se déroulent très souvent bien (efficacité, rapidité …).

  5. Lucy dit :

    Je ne doute pas que l’arme sera excellente. Par contre quel sera son prix? Je suppose que ce sera au bas mot +50k EUR. Probablement 2-4 fois ce prix.
    Une munition vagabonde, bien que ne jouant pas dans la même classe et pouvant être brouillée, coûte beaucoup moins cher et offre également du renseignement. Je pense que dans pas mal de cas il faut mieux avoir un nombre de munitions vagabonde qu’un missile de ce style.

    • Ulysse dit :

      un MMP c’est 200 000 euros.

    • Loufi dit :

      C’est sûr. 3 ans de branlette de mouche pour faire ces essais (donc loin du déploiement en service). Les ukrainiens en guerre sont bien plus efficaces pour inventer des solutions viables

      • Jupiter dit :

        Bonjour,
        La différence, comme toujours, c’est l’intégration
        Quand l’un utilise 2 systèmes différents non reliés, l’autre n’est qu’une seule capacité intégrée
        L’un est rapide à mettre en œuvre, l’autre est sur et résilient

      • Jack dit :

        ukrainiens en guerre… qui réclament à corps et à cris du matériel occidental efficace car éprouvé par 3 ans de branlette de mouche. CQFD

    • Leroy dit :

      Durée de vol et vitesse de tir font la différence

    • joe dit :

      Le MMP coûte dans les 130K€. Les munitions rôdeuses sont en cours de développement, la DGA ayant notifiée les spécifications. Il faut savoir que la France ne part pas de zéro et possède toutes les capacités techniques et industrielles sur le territoire, inclus l’ensemble de la filière électronique et logiciel.

    • LS dit :

      Le missile akeron MP coute 150K et le poste de tir (réutilisable lui) 400K. C’est cher, oui, même si le prix ne devrait pas bouger avec l’adjonction des fonctions indiqués dans l’article. L’akéron est un missile qui se pilote comme un drone mais à M0.5, c’est peut être pour cela qu’il coute 2 fois plus cher que ses concurents (Javelin par ex.).
      Ceci dit, je ne suis pas sûr que les munitions vagabondes restent très longtemps si efficaces au vu des améliorations de la DCA qui ne manquera pas d’arriver comme cela commence à se voir en Ukraine. Eternelle lutte de l’épée et du bouclier et de la masse contre la technologie.

    • Jupiter dit :

      Bonjour,
      Un Akeron MP, c’est pas donné en effet.
      En revanche, ca n’a rien a voir avec un drone type Switchblade.
      L’Akeron a toujours pour coeur de mission l’Antichar. Il a donc une très grosse charge spécialisée, qui est a elle seule plus lourde que le Switchblade.
      Et puis comme vous l’avez dit, avec un guidage par fibre optique, l’Akeron ne peut être brouillé.
      Avantages et inconvénients, c’est bel et bien deux missions différentes, donc deux systèmes différents

  6. Maya dit :

    En espérant que les toutous allemands des américains , ne s’en mêlent pas.

    • Vinz dit :

      Votre test QI vous attend. Ou pas en fait. C’est bientôt la marche des Débilos. Comme vous êtes déjà échauffées, ça devrait passer comme une lettre à la poste.

  7. albatros24 dit :

    C est plus ou moins ce que font actuellement les ukrainiens, en bricolant desdrones civils et ils infligent desérieueses pertes en plus du moral russe dans les chaussettes

  8. Tina dit :

    Bjr TOP! Je rejoins votre observation sur nombre de projets – dossiers – réflexions inter-etatiques ou plus encore entre nos armées, depuis la fin des années 2000…. Si les mondialistes en poste sont supprimés de leur fonction, alors seulement nous pourrons effectuer une réactualisation constructive… Pour plusieurs pays en même temps que pour le nôtre, et donc conserver notre avance militaire comme technologique.

  9. VinceToto dit :

    Au-delà de la vue directe, avec un drone pour une vue directe?
    Pour résumer, tir avec coordonnées suite à une vue directe sur la cible. Je ne vois pas trop la nouveauté pour du tir de missile, artillerie, etc. .
    Le tir sans vue directe avec missile Anti-char, c’est quand on sait qu’un véhicule est dans une zone mais que l’on n’a pas les coordonnées précises, ni de vue directe(drone, reco artillerie ou satellite) et qu’on envoi un missile qui trouve tout seul sa cible sur la zone.

    • Charles FALCON dit :

      A 150 k€ pièce la munition, il vaut mieux peut être attendre de voir la cible, ou embarquer celle-ci sur un drône réutilisable, qui opérera la recherche avec des capteurs plus puissants … comme le font déjà les ukrainiens à moindre coût. Mais voilà, côté drones de combat chez nous, qui disposons pourtant de toutes les compétences nécessaires c’est la Bérézina. Et pourquoi donc? Tout simplement à cause de rivalités entre industriels que nos gouvernants, comme à leur habitude, n’ont pas su ou voulu trancher. Il est vrai que l’Europe était alors en paix …