Les forces finlandaises veulent acquérir jusqu’à 2000 mini-drones aériens

En 2020, la Finlande avait décidé d’augmenter ses dépenses militaires de +54% [et donc de les porter à 4,87 milliards d’euros] afin de financer, notamment, l’acquisition de 64 nouveaux avions de combat dans le cadre du programme HX [et pour lequel le F-35A américain a été retenu en décembre 2021, ndlr].

Cette année, dans un contexte marqué par l’invasion de l’Ukraine par la Russie, Helsinki, qui envisage désormais de rejoindre l’Otan, a annoncé un nouvel effort significatif, avec une hausse de 40% du budget de ses forces armées. Ainsi, celui-ci augmentera d’environ 800 millions dès 2023, puis de 400 millions d’euros par an jusqu’en 2026. À cette échéance, les dépenses militaire finlandaises annuelles seront supérieures à 7 milliards d’euros.

« Nous faisons face à une nouvelle situation. Tout ce à quoi nous avons été habitués est maintenant remis en question », a justifié Antti Kaikkonen, le ministre finlandais de la Défense, le 6 avril. « L’attaque de la Russie contre l’Ukraine signifie que nous devons réévaluer nos besoins de défense », a-t-il ajouté.

Cette hausse des crédits militaires permettra ainsi de combler les lacunes capacitaires des forces finlandaises, des plus grandes [défense aérienne, missiles, etc] aux plus plus petites… dont les mini-drones pour la surveillance et le renseignement.

Dans un communiqué publié le 11 avril, l’état-major finlandais a ainsi fait part de son intention de se procurer 1000 à 2000 mini-drones dans les deux années à venir, pour un coût d’environ 14 millions d’euros. Ce paraît très modeste par rapport aux hausses budgétaires annoncées. Un appel a été lancé à cette fin aux industriels, lesquels ont jusqu’au 9 mai prochain pour remettre leurs propositions.

« Nous recherchons un système qui fonctionne quelles que soient les conditions météorologiques et par n’importe quelle saison ainsi que dans des environnements variés. De plus, il devra être facile à utiliser pour nos personnels assujettis au service militaire », a expliqué le lieutenant-colonel Riku Rantakari, dans le communiqué.

Ces appareils permettront d’améliorer « considérablement la capacité de reconnaissance des unités et la collecter de donnnées en toutes cironconstances », a précisé l’état-major finlandais.

Photo : NX-70 de Novadem / armée de Terre

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

53 contributions

  1. willage dit :

    cette guerre en ukraine montre l’echec du materiel lourd face l’efficacité du materiel leger. je pense qu’il va y avoir une réaffectation des budgets d’armement et de recherche et developpement vers ces materiels legers. les russes ont perdus des milliards de matériel, avions, helicopteres, chars, a cause de missiles tirés aves des armes d’epaule, ou des drones pas plus grands qu’un ULM.

    • fabrice dit :

      Pas du tout. Il faut juste donner aux Tanks l’équipement qu’ils ont besoin.

    • PK dit :

      « cette guerre en ukraine montre l’echec du materiel lourd »

      N’importe quoi. Les Ukrainiens refusant (ou ne pouvant pas) combattre à la régulière, utilisent les moyens qu’ils ont, c’est-à-dire se planquer dans les villes (avec un certain mépris pour leur propre population au passage). Le combat urbain est un autre type de combat (et demande d’ailleurs du matériel lourd pour s’installer… puis des fourchettes pour sortir les combattants).

      • Freddy dit :

        Donc les russes à Stalingrad et autres durant la 2e guerre mondiale ne voulaient pas ou ne pouvaient pas combattre à la régulière en affichant un grand mépris des villes qu’ils occupaient?

        En fait vous essayez de rabaisser et culpabiliser les ukrainiens d’une guerre dont ils se seraient bien passé et vous êtes presque là à dire qu’ils devraient se rendre (au grand bonheur des russes…) afin d’éviter que les russes soient dans le « besoin » de pilonner les civils?

        Faut vivre dans son temps, désormais l’essentiel des combats seront urbains et sur les axes qui mènent aux villes, deux armées s’affrontant dans un découvert c’est du passé. Tous les experts de tous les pays vous le diront, la ville offre un avantage défensif non négligeable et aucun pays ne se privera d’en faire ses bastions principaux plutôt que de se dire qu’on a qu’à se rendre pour préserver la population. Il faut au contraire s’interroger sur le pourquoi du comment un attaquant réalisera le siège de villes dont il refusera ou perturbera l’évacuation des civils.
        Les responsabilités sont partagées et quand vous avez un pays qui a engendrer une guerre, ce n’est pas le défenseur qui doit être culpabilisé.
        Mais le monde pro-russe est caractérisé par cette manière de toujours rejeter la faute aux autres, ils sont toujours les victimes…

      • Castel dit :

        « se planquer dans les villes »
        Comme l’avait fait les Russes pendant la seconde guerre mondiale, notamment à Kharkov ( à l’époque) ou même à Stalingrad, ou la population civile n’a été évacuée qu’au dernier moment…
        A ne pas confondre avec ce que font les djihadistes, qui eux n’hésitent pas à se cacher au milieu des familles pour se protéger, comme l’ont rapporté les survivants de Raqua ou d’Alep par exemple….
        Les Ukrainiens ne font jamais ça, comme le prouve le grand nombre de morts dans la caserne de Mykolaev bombardée par les Russes, ou à Marioupol ou les derniers défenseurs se battent, retranchés dans une usine…..

      • Alan dit :

        J’aime la manière d’écrire qui dit que les ukrainiens sont les fourbes et les russes les gentils qui combattent de manière loyale. Au passage, une personne comme vous aura volontairement oublié de signaler que l’évacuation de la population est empêchée par les russes, par destruction de gare ou en proposant d’évacuer la population… en Russie. D’ailleurs, les troupes russes ont aussi montré, comme auparavant les « rebelles du Donbass », leur parfaite gentillesse dans les territoires qu’ils occupent.
        Sinon, vous avez du louper la destruction du matériel lourd en pleine campagne, loin des villes.

      • Dolgan dit :

        Combattre à la régulière ? Ou les méchants ukrainiens qui utilisent une stratégie interdite par la Russie car si ils se défendent c’est pas du jeu.

        Les ukrainiens appliquent une défense en profondeur et défendent leurs villes. Quel scandale vraiment.

        Si le sort des civils vous intéressait, vous denonceriez l agresseur, pas le défenseur.

      • Edgar dit :

        @ PK Les Ukrainiens ont certains moyens leur permettant de combattre « à la régulière », c’est-à-dire, si je vous comprend bien, du fort au fort; char de combat principal contre char de combat principal. Genre : « bataille de Koursk, 1943 »; le type d’affrontement sur un espace réduit qui bénéficie à l’adversaire qui dispose du plus de matériel lourd. Mais pourquoi feraient-ils cela ? Leurs adversaires russes s’avancent d’eux même dans les immensités ukrainiennes, en colonne sur des routes étroites, à la mauvaise saison, loin de leurs bases, et une simple infanterie motorisée suffit à les user dramatiquement. Pourquoi Kiev devrait-elle gaspiller ses forces blindées ? A Kiev on préfère utiliser ces chars lourds en tandem avec de l’infanterie, et taper là où les Russes commencent à faiblir. D’ailleurs, attirer les forces blindées de l’adversaire dans un piège antichar est une vieille tactique que l’on a vu appliquer par tous les belligérants en Afrique du Nord, entre 1941 et 1943, et en URSS de 1941 à 1945. Les Egyptiens l’ont magnifiquement remise au goût du jour en 1973.

      • PK dit :

        Carton plein : c’est marrant, il suffit d’appâter au vinaigre pour faire sortir tous les Benny Hill… Même pas drôle. Trop facile. J’aurai selon le barème macronien sans doute droit à la Grand Croix.

  2. Frédéric dit :

    Attention, il faut que les communications entre le drone et le pilote soit sécurisé. On voit en Ukraine que les Russes ont commencé à brouillé les minidrones civils et à repérés les positions des pilotes. Cela a était efficace plus d’un mois, mais même les militaires russes peuvent s’adapter.

    • MOMO dit :

      Malgré cette position difficile à tenir, l’enseigne de bricolage avance plusieurs arguments. Dans un premier temps, Leroy Merlin, tout comme Auchan, a affirmé avoir une « responsabilité d’employeur vis-à-vis de ses 45 000 collaborateurs et de leurs familles qui contribuent depuis 18 ans à la construction de Leroy Merlin Russie. » Et d’ajouter : « Nous n’avons pas de raison de condamner nos équipes russes pour une guerre qu’elles n’ont pas choisie. » Les entreprises françaises continuent à financer la guerre de Poutine, Total, Renault…. le France n’a pas livré des armes pour Ukraine
      L’entreprise est depuis le début de la guerre en Ukraine sous le feu des critiques. Lundi, des salariés de la branche ukrainienne de l’enseigne avaient demandé à Leroy Merlin, ainsi qu’aux autres enseignes de l’association familiale Mulliez (AFM) présentes en Russie, Auchan et Decathlon, d’y cesser leurs activités, alors qu’un magasin Leroy Merlin, situé dans le centre commercial Retroville dans le nord-ouest de Kiev, a été bombardé dimanche soir, provoquant la mort d’au moins huit personnes.

  3. Kaya dit :

    1000 à 2000 drones pour 14 millions cela fait entre 700 et 1400 dollars l’unité ,je ne vous qu’une seule adresse avec un tel budget ALIBA.. . 🙂 🙂

    • guillaume dit :

      Au contraire, il me semble que cela commence a etre raisonable.
      Un drone c est vraiment tres cheap niveaux techno, nimporte qui peut se faire un racer fpv pour 100E, la seule chose qui peut couter cher (Pour une utlilisation type reco) c est l optique HD avec stabilisation et un emeteur recepteur long range numerique. Pour 1000E meme chez parot vous pouvez avoir de l HD en long range.
      Que la securisation des donnees augmente le prix, je comprend, mais 10k le parot pour l armee francaise ne fait aucun sens, sauf a inclure les couts de developpement d un nouveaux protocole.

      Mais une fois produit en serie, un drone ne peut pas etre a plus de 2k (Sans le poste au sol bien sur).

    • Laurent dit :

      Ca fait plutot 7.000 a 14.000 $ l’unité 😉

    • VinceToto dit :

      En direct ALIBA…, je parie qu’ils sont plutôt entre 200…600$ l’unité commande en gros transport inclus.

    • Le sicaire dit :

      @ Kaya vous avez oublié un zéro. A ce prix là vous avez plutôt la Rolls des mini-drones aériens. 😉

      • Kaya dit :

        C’est vrai j’ai honte ,comment ai-je pu me tromper ainsi ?? ☹️Je me suis trop vite emballé car je pense que toute armée devrait avoir un minimum de drones de ce types dans son inventaire depuis longtemps ,je ne parle même de drones armés dont la nécessité est presque vitale .C’est vrai qu’à ce prix de 7 à 14 000 dollars ,ces futurs drones ,qui ne seront sûrement uniquement que de surveillance ,n’auront pas d’optronics ni de désignateurs lasers ,ce qui les rend dans ce cas là un peu chers ,ceux sur ALIBA.. peuvent faire le même travail pour beaucoup moins .

    • Dolgan dit :

      Si on compare avec la facture des novadem, effectivement c’est très léger comme budget.

  4. Courmaceul dit :

    « Tout ce à quoi nous avons été habitués est maintenant remis en question  »

    Cette phrase résume bien ce que seront les futures relations en l’Occident et la Russie.

    • Frank dit :

      @ Cousrmaceul Intéressante, cette remarque que vous signalez.
      « Tout ce à quoi nous avons été habitués est maintenant remis en question »
      Le poids des habitudes confortables remis en question.
      Très significative, cette réflexion..
      Tant que la guerre se limitait au lointain Dombass depuis 2014, peu importait, ignorons-là. Qu’ils crèvent silencieusement, ils sont du mauvais coté.
      Vous aviez « l’habitude » de guerres lointaines, qui ne vous dérangeaient pas.
      Mais si ces dernières se rapprochent de votre confort, c’est différent.
      Hormis que l’importance d’un conflit est proportionnelle avec sa proximité, selon vous, elle résume bizarrement votre appréciation des relations entre « Occident » et Russie.
      Que pensez-vous des relations/menaces/invasions entre Afrique d’une part, et Russie pour l' »Occident »?
      Un peu de courage, Courmaceueil, prononcez-vous sur nos futures relations, pour rire.
      Comme si notre compassion légitime, mais douteuse, sur l’Ukraine devait nous éloigner de la véritable invasion.
      Il y a des sujets plus importants, et plus brefs, que nos « futures relations en l’Occident et la Russie », désolé.
      Mais curieusement, nul n’en parle.
      Surveillons la ligne bleue des Vosges face aux Russes, et ouvrons notre flanc Sud, pour résumer.

      • Courmaceul dit :

        Un seul mot : le garrot sous Franco…comme cela on « voit » les choses venir. 🙂

        Et mettez-vous au Mandarin, ça va vous servir !

      • Castel dit :

        @ Frank
        Ce qui se passait au Donbass depuis 2014 n’avait strictement rien à voir avec se qui se passe e Ukraine aujourd’hui…
        Cela se limitait à un échange d’artillerie par dessus la ligne de front, qui faisait des morts de part et d’autre.
        D’ailleurs, quand Poutine parle de génocide, il oublie une chose :
        Pour qu’il y en ait un, il aurait fallut que les troupes Ukrainiennes traverse celle-ci pour qu’elles y commettent des massacres, ce qui n’a jamais été le cas….
        Donc, cela prouve bien que cela se limitait à un échange d’artillerie, qui faisait des morts des deux côtés, et que les Ukrainiens n’avaient pas l’intention d’arrêter tant qu’ils n’auraient pas récupéré une terre qui leur avait toujours appartenu par le passé, et c’est donc cela qui a incité le maître du kremlin à entamer cette guerre, car, même si les pertes étaient ( sans doute) à peu près équivalentes des deux côtés, il ne supportait plus de voir ses partisans se faire tuer, sauf à renoncer à leur rapprochement avec la « mère patrie » sur une terre qui ne leur appartenait pourtant pas !!

  5. DLoQueb. dit :

    Le plus intéressant dans cet article, la Finlande et la Suède envisageraient très sérieusement de se joindre à l’OTAN. Alors que les sondages d’opinion étaient en défaveur en Finlande et qu’il n’y avait pas de majorité parlementaire en Suède pour une telle adhésion, l’invasion de l’Ukraine à fait en sorte que le vent a tourné et qu’une décision pourrait être prise aussitôt qu’au printemps en Finlande. La Suède aurait l’intention de suivre la décision de la Finlande, et le parti d’opposition qui est actuellement contre appuierait l’adhésion dans le but de suivre les finlandais. Comme les 2 pays sont déjà partenaires de l’OTAN et possiblement « conforme » aux normes de l’OTAN, on pourrait se diriger vers une adhésion très rapide. De quoi ajouter 1300 km de frontière entre la Russie et un pays membre de l’OTAN. Reste à voir la décision, mais Poutine en ce moment semble être le vendeur numéro 1 d’une organisation qu’on disait désuète il y a peu.

    • PK dit :

      « l’invasion de l’Ukraine à fait en sorte que le vent a tourné »

      Donc, je résume…

      Biden sort vainqueur de cette guerre en accroissant le nombre d’adhérent au club de golf de l’OTAN (dont on commence à se demander pourquoi il s’appelle ainsi…), Biden sort vainqueur de cette guerre en augmentant le nombre de ses clients pour filer des produits comme le gaz qu’il ne pouvait plus vendre, Biden sort vainqueur économiquement parce qu’il continue à acheter aux Russes des produits que les Européens s’interdisent,…

      On se demande bien qui tire les marrons du feu de cette guerre.

      Corollaire : qui est vraiment responsable de cette guerre (je ne parle pas de qui l’a déclenchée : c’est Poutine) ?

      • DLoQueb. dit :

        Je maintiens mon idée qu’à terme, le plus grand gagnant sera la Chine qui pourra profiter d’une Russie sanctionnée par l’Occident pour la rendre dépendante à la Chine, acheter des actifs stratégiques russes à faible coût et à terme en faire une sorte d’état vassal sans avoir à tirer une seule balle. N’oubliez pas que c’est à Pékin que Poutine est aller chercher « le OK » d’envahir l’Ukraine, pas à Washington. Les USA vont tirer profit de cette guerre, mais à une moindre mesure que la Chine, et à coût beaucoup plus élevé.

        • PK dit :

          Bien sûr que la Chine tire le gros lot : mais qui pousse les Russes dans les bras des Chinois pour les séparer de l’Europe ? Ce sont les Américains.

          Ces mecs-là sont dangereux, car à termes, ils veulent une troisième guerre mondiale.

          • Courmaceul dit :

            « Ce sont les Américains. » Non, c’est Poutine, tout seul comme un grand. Votre manque de perspicacité m’inquiète ! 🙂

      • Courmaceul dit :

        « comme le gaz qu’il ne pouvait plus vendre » 🙂 Vos connaissances du marché de l’énergie sont consternantes.

        Les USA ne fourniront que 15 % des besoins de l’UE, ils ont d’autres clients comme la ….Chine.

        • PK dit :

          Et ils vont désormais pouvoir largement augmenter leurs ventes, en fournissant les 85% de marché qui leur manquait, par un produit invendable quand on est connecté à un gazoduc…

          Je vous remercie d’avoir confirmé mes propos.

          Quant à la duplicité des Américains, merci de confirmer aussi.

      • Alan dit :

        Ben dans l’histoire, si on suit votre logique, il y a un mec que tous les LFIstes décrivent comme suprêmement intelligent qui se serait laissé manipulé en déclenchant une guerre à l’avantage de ses adversaires?

    • Jean Ker dit :

      Bonjour,
      Si vous considérez un instant sur une carte la position de Mourmansk (équivalent de l’Ile Longue), par rapport à la frontière finlandaise, je pense que vous comprendrez pourquoi l’entrée de la Finlande dans l’OTAN serait immédiatement gravissime en termes de conséquences.
      Le seul fait de l’envisager comme possible se révèle dangereux et en dit long sur l’état de la stratégie atlantiste.
      Autant imaginer l’équivalence qui ressemblerait caricaturalement à des batteries de missiles russes stationnées à Ouessant !
      Inacceptable, à tous points de vues.

      • HMX dit :

        « Inacceptable, à tous points de vues »
        Et pourtant, c’est bel et bien ce qui va se passer… Un vrai tour de force ! L’extension de l’OTAN, qui était encore en état de « mort cérébrale » il y a encore quelques semaines (!), sera la conséquence directe et le prix à payer pour l’intervention russe en Ukraine.
        Magnifique « victoire » pour Poutine… pas sûr que l’annexion du Donbass suffise à compenser cet échec stratégique majeur.

      • Freddy dit :

        Ils vont faire quoi les russes? Bombarder Washington? Envahir la Finlande et la Suède étant donné que l’invasion de l’Ukraine leur a redonné confiance en ce qu’ils peuvent faire par les armes (je rigole) ?

        Allons donc, cela fait des années que c’est bien la politique russe et cette attitude menaçante, agressive, quand ils ne passent pas directement aux actes, qui donne un intérêt aux américains en Europe et à l’Otan en général.
        Les russes plutôt que de montrer les avantages que les pays ont à ne pas entrer dans l’Otan, ils montrent que pour Moscou, un pays neutre c’est un pays qui sur lequel ils peuvent agir. Donc forcément quand à côté on a l’Otan qui empêche la Russie d’agir, ben on souhaite y adhérer.

        La Suède et la Finlande ne sont pas l’Ukraine, une adhésion peut aller très vite, surtout dans les conditions actuelles.

        Poutine qu’on présente comme un stratège sur le long terme ne l’est pas du tout. Tout ce qu’il fait n’est que de la satisfaction personnelle sur le présent avec la tête dans le passé. Il n’a qu’à réfléchir aux conséquences de ses actes et à comprendre que ses ambitions impérialistes, sa rivalité avec l’ouest, son esprit soviétique n’est qu’un baroud d’honneur qui ne fera que faire perdre la Russie sur le long terme.

      • HMX dit :

        Sur la proximité de la frontière Finlandaise avec Mourmansk, regardons sur la carte, en effet : Mourmansk est située à environ 150/200 km de la Finlande… mais à moins de 100km de la frontière norvégienne, pays membre de l’OTAN depuis sa création en 1949… bref, rassurez-vous, ça ne changera donc pas grand chose pour Mourmansk !

        • Jean Ker dit :

          Vous êtes dans le vrai à condition qu’on exclue le fait que le bout de frontière norvégienne au Nord est facilement circonscrit, alors que la Finlande otanisée offrirait la possibilité d’un très long front entre le Sud de Mourmansk et St Pétersbourg :
          Je ne suis pas certain que ce serait très bien reçu !

      • Courmaceul dit :

        « Inacceptable, à tous points de vues. » 🙂 Ho ! Mais c’est qu’il fait les gros yeux en plus !

        Si la Finlande le décide, elle rentrera dans l’OTAN. Et la Russie avalera. Quant à son armée, si elle veut une deuxième raclée, qu’elle envahisse la Finlande ! A part piller, violer, exécuter, je ne vois pas à quoi servent ces déchets de l’humanité.

      • Alan dit :

        Qui dit OTAN ne veut pas dire missile, mais juste à la base alliance de défense. Vous reprenez ici les éléments de langage de Vladimir, qui oublie que l’immense majorité de sa frontière n’est pas en contact avec l’OTAN (alliance de défense).

      • TINA dit :

        Bsr Mr KER Jean !

        Etre une menace à moins de 90 kms de Mourmansk, Je rejoins votre projection.
        La Finlande et La Russie devrait obligatoirement discuter et concrétiser un respect commun comme réciproque!
        Merci à vous !

      • L'Alacrite dit :

        1- La Finlande n’a plus d’accès septentrional à la mer depuis … l’agression soviétique (déjà !) et les pertes territoriales induites. La Norvège, membre de l’OTAN depuis sa création, est bien mieux placée pour surveiller la sous-marinade russe de Mourmansk.

        2- La doctrine militaire finlandaise est clairement axée sur le défensif, pour d’évidentes raisons humaines, matérielles et historiques. Si l’acquisition de F-35 est étonnante pour la Finlande, il n’en demeure pas moins que l’armée finlandaise n’est absolument pas taillée pour l’offensif. Comme la Suède, l’approche finlandaise est celle de la « défense totale » ; une approche totalement adaptée face au seul adversaire potentiel de la Finlande, la Russie, et qui se retrouve plutôt confortée par les déboires de la machine de guerre du Tsar Botox 1er en Ukraine. L’intégration à l’OTAN ne changera pas fondamentalement cette doctrine.

        3- La décision d’intégrer ou non l’OTAN appartient à la Finlande et à elle seule. Si ce pays traditionnellement neutre y voit un intérêt, c’est bien parce que la Russie est un véritable repoussoir pour tous les pays de la région. Comme disent les américains, deal with it !

    • Putin, idi na hoy ! dit :

      Poutine à redonné vie à l’OTAN qui était en « état de morte cérébrale » il n’y a pas si longtemps parait-il. On devrait lui bâtir un monument et le planter devant le siège OTAN à Bruxelles (avec distribution gratuite de tomates).
      Je ne vois pas comment on pourrait mettre en place une Europe de la défense. Il y a trop de divergences politiques et économiques entre les « partenaires » européens. Une armée européenne serait un instrument qui servirait surtout les intérêts allemands et/ou peut-être français qui sont diamétralement opposés aux intérêts des pays de l’Est par exemple.

  6. PHILIPPE dit :

    Comment le drone turc Bayraktar TB2 aux mains des Ukrainiens est devenu la hantise des Russes
    https://www.youtube.com/watch?v=y-g9mC2rCC
    Dès à présent il faut donc envisager l’utilisation de drones en essaims et s’organiser en conséquence (GAN etc…)’

    • vacocap dit :

      votre vidéo a été supprimée….. ou erreur de lien?

      • PHILIPPE dit :

        effectivement la vidéo a été retirée c’est dommage mais il ne s’agit pas d’une erreur de lien de ma part.

    • Carin dit :

      @PHILIPPE
      La plupart des pays qui font un achat massif de drones de combat, mettent tout simplement la charrue loin devant les bœufs…
      Les Bayraktar turcs fonctionnent très bien en Ukraine parce qu’un milliardaire américain les fait équiper d’un module SATCOM et met à disposition des forces ukrainiennes sa pléthorique constellation satellitaire… les pays tel la Finlande n’ont pas ce genre de constellation, et de fait leurs drones ne leurs seront d’aucune utilité face aux russes… je dirais même qu’ils mourront avant le plan! Surtout qu’à 1400 $ pièce, c’est des drones de loisirs qu’ils veulent, et même pas haut de gamme…. Le genre de drone qui ne pourra même pas transporter le poids d’un module SATCOM. Donc nos amis finlandais ont balancés un chiffre, mais vont sûrement revoir leurs prétentions à la baisse, et le prix des engins à la hausse. Pour comparaison un NX70 de chez Novadem c’est 20000 euros, et nous sommes propriétaire des satellites qui relais leurs coms!

  7. Kamelot dit :

    Comme toujours il y a drone et drone… la surprise passée, les moyens de s’en défendre vont se développer. Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions fermes et définitives. Malgré son intérêt, le drone « militaire » a des faiblesses en matière de communication et de guidage, d’un point de vue technique et doctrinale.
    La missilerie (la frontière est parfois étroite avec certains drones) et l’artillerie sont aussi en pleine évolution… Mais avant de parler des effecteurs, il faut: voir, analyser, comprendre et commander la manoeuvre avec des transmissions fiables. Dans ce cadre le char et plus généralement les blindés ont, encore, toute leur place.

  8. Mon général dit :

    Arguties… La problématique finlandaise n’a rien à voir avec l »ukrainienne.

  9. Thierry dit :

    Les défenseurs du ciel ukrainien ont déjà abattu 300 cibles ennemies. Le 12 avril, les forces de missiles anti-aériens ont détruit un avion d’attaque russe Su-25.
    source :
    https://news.obozrevatel.com/vojna-v-ukraine/vozdushnyie-silyi-porazili-yubilejnuyu-300-yu-vrazheskuyu-tsel-sbit-rossijskij-shturmovik-su-25.htm?_gl=1*rt6372*_ga*MTU4MjQ1NDMzOC4xNjQ5MDI0NDQw*_ga_JBX3X27G7H*MTY0OTgwMzY1Ny4xMC4xLjE2NDk4MDQxMTQuMTg.
    ——————————————————————————-

    Score impressionnant, c’est déjà plus de deux fois l’équivalent de l’armée de l’air française qui a été balayé du ciel ukrainien en 46 jours !!!

    ça fait aussi réfléchir sur la faiblesse de nos forces aériennes.

    et ces avions là, Poutine ne pourra pas les remplacer de sitôt, l’embargo bloque ses usines qui manquent de tout. (y compris de technologie occidentale…)

  10. Edgar dit :

    Ces petits drones, étudiés pour les militaires ou tirés directement du marché civil, révolutionnent le repérage d’artillerie. Plus besoin de percher un observateur d’artillerie dans un clocher ou un arbre, l’un de ces petits engins, voletant au-dessus des positions ennemies (avant de se faire abattre) aura le temps d’expédier à son pilote des images de ces positions. Ne reste plus aux officiers d’artillerie qu’à situer ces positions sur la carte et de donner les coordonnées de tir aux batteries. Et comme un drone s’en va plus loin dans le territoire adverses qu’un observateur à pied, il révèle des éléments particulièrement vulnérables du dispositif ennemi : QG, dépôts de munition, systèmes antiaériens, infanterie au repos, citernes de carburant, … Pendant la Seconde Guerre mondiale, sur le front de l’Est, l’artillerie, pour son observation, était gênée par le manque de relief. D’où l’intérêt de porter cette artillerie au plus près de l’ennemi, pour des tirs directs : Sturmgeschütz, Su-76, Su-85, … Grâce aux drones, cet inconvénient disparait. Et chaque obus prend une valeur qu’il n’avait pas avant.

  11. Voltaire dit :

    La France devrait envoyer rapidement à la Finlande la liste des prix du menu de tous les drones disponibles pour répondre à toutes les tailles de besoins ! oh, ah, attendez, laissez-moi le chercher dans mes dossiers…