Le futur drone aérien de la Marine va bientôt effectuer des essais à bord d’une frégate multimissions

Comme l’a confié l’amiral Pierre Vandier, le chef d’état-major de la Marine nationale [CEMM] à la revue Conflits, l’un des enseignements tirés de l’exercice Polaris 21, mené en décembre dernier en reproduisant un contexte de « haute intensité », est que la « composante drone » peut tenir un rôle important, « surtout avec les difficultés durables sur la disponibilité des hélicoptères Caïman ».

D’où l’intérêt du programme SDAM [Système de drones aériens pour la Marine], confié en 2017 par la Direction générale de l’armement [DGA] à Airbus et à Naval Group. Il repose sur le prototype VSR-700, c’est à dire un appareil dérivé de l’hélicoptère civil léger Cabri G2, développé par la PME française Guimbal.

En novembre 2020, ce projet a franchi une étape cruciale, un Cabri G2 transformé en banc d’essai volant, appelé OPV pour Optionnally Piloted Vehicle, ayant réussi des « approches de décollage et d’atterrissage entièrement autonomes vers et depuis une plate-forme mobile » qui, montée sur une remorque, était censée simuler les mouvements d’un navire. Et cela, grâce au système DeckFinder, qui transmet la position exacte d’une plate-forme en temps réel au pilote automatique de l’appareil. Ce succès ouvrait alors la voie à des premiers essais en mer.

Ceux-ci viennent d’avoir lieu au large de Brest, à bord d’un navire civil affrété pour l’occasion et avec le Cabri G2 « banc d’essais ». L’annonce en a été faite par Airbus Helicopters, ce 25 mars.

« En utilisant l’OPV, nous avons démontré les capacités uniques de décollage et d’appontage autonomes du VSR700. Nous avons aussi prouvé le bon fonctionnement de l’interface entre le véhicule et sa station de contrôle embarquée sur le navire », a expliqué Nicolas Delmas, le directeur du programme VSR700 chez Airbus Helicopters

Outre les capacités de décollage et d’appontage autonomes, cette campagne d’essais a permis d’évaluer l’enveloppe de vol du VSR700 en mer et à proximité d’un navire, l’objectif ayant été de confirmer « la compatibilité du véhicule avec les opérations navales ».

« Les modes d’appontage et de décollages semi automatiques et automatiques ont été testés avec succès par différents états de mer », a assuré Airbus Helicopters, précisant que 150 appontages autonomes ont été réalisés et que les « manœuvres de saisinages et de déplacement de l’OPV, représentatif du VSR700, sur le pont d’envol ont également été testées ».

« Ces essais en conditions réelle constituent une étape essentielle en vue des essais avec la DGA et la Marine Nationale qui auront lieu plus tard cette année », s’est félicité M. Delmas. Plus précisément, cette nouvelle campagne de tests mobilisera une frégate multimissions [FREMM].

Pour rappel, quinze SDAM doivent être livrés à la Marine nationale, qui prévoit d’en doter ses frégates dites de « premier rang ». Avec leurs performanes [endurance de 10 heures à 100 nm] et leurs capteurs, ces appareils seront des « multiplicateurs d’effets », notamment en matière de surveillance, de reconnaissance, et de renseignement. Selon la fiche du ministère des Armées, ils pourraient « engager » des objectifs ou encore servir de relais de communications. Ces drones « devraient être livrés à partir de 2029 », y est-il précisé.

Conformément à l'article 38 de la Loi 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. [Voir les règles de confidentialité]

31 contributions

  1. VinceToto dit :

    Base hélico simple, fiable et testée, des outils déjà testés(ou presque), pourquoi seulement 2029 pour les premières livraisons?

    • mich dit :

      Bonjour , et bien pour votre question c ‘est en partie la priorité donnée aux moyens et aussi que c ‘est simple surtout dans votre comentaire car rien n ‘est jamais simple dans un programme militaire et là on parle d’ un drone arien qui est loin d’être au 1/72 emme et qui devra évolué en ambiance de combat dans un milieu un peu particulier donc non ,tout sauf simple .

    • HMX dit :

      Bonne question. Programme notifié officiellement en 2017, sur la base d’un hélico civil éprouvé. Premiers essais d’appontage automatique réalisés avec succès en 2020. Un second prototype est même commandé en avril 2021 au titre du plan de relance, ce qui est de nature à accélérer fortement le calendrier des essais… Mais non, il faudra quand même attendre la fin de la décennie pour voir arriver les premières livraisons, ce qui signifie au passage qu’il faudra supporter les coûts de développement pendant tout ce temps. On s’étonnera ensuite que les coûts d’acquisition seront très élevés.

      Comme beaucoup d’autres programme contemporains, ce programme est victime du « monde d’avant » : on étale les programmes au maximum, et on décale loin, très loin, les livraisons en réduisant bien sûr les cibles d’acquisition, alimentant ainsi un cercle vicieux dévastateur pour nos capacités opérationnelles. Le programme FREMM représente probablement l’exemple le plus « abouti » de cette aberration. Jusqu’à présent, dans un monde voué à la paix éternelle, à peine perturbé par quelques Opex, ce genre de politique de gestion de nos programmes d’armements « passait » plutôt bien. La priorité absolue était de réduire les déficits budgétaires. L’ armée échantillonaire servait principalement à faire joli pour le défilé du 14 juillet.

      Mais maintenant qu’on s’est brutalement rendu compte que la guerre frappait à nos portes, on peut espérer certains changements. On peut typiquement espérer qu’un programme tel que le SDAM fasse l’objet de premières livraisons non plus en 2029/2030, mais bien à partir de 2025. C’est techniquement faisable et largement à la portée d’Airbus, surtout avec 2 prototypes dédiés aux essais.

      En étant encore plus ambitieux, et sans attendre la mise en service dans la Marine avec ses contraintes spécifiques et complexes liées à l’appontage, on pourrait d’ores et déjà lancer le programme d’une version « terrestre » du VSR 700, dédiée cette fois à l’ALAT. L’idée serait de faire du VSR 700 l’effecteur déporté du Tigre Mk3, qui sera précisément doté des moyens de contrôler des drones en vol dans le cadre de sa modernisation (Manned-Unmanned Teaming – MUM-T). Or, à ce jour, si le programme Tigre mk3 a péniblement été acté avec l’Espagne, il n’existe pour le moment aucun programme de drone prévu pour exploiter cette capacité MUM-T, ce qui est parfaitement regrettable (voir ridicule… on aura donc la capacité, mais pas les drones !). Qu’attend l’Etat, et surtout qu’attend Airbus, qui rappelons le gère à la fois le programme VSR 700 et le programme Tigre ?… la capacité MUM-T a déjà été expérimentée il y a plus de 3 ans par Airbus, avec un H145 contrôlant un Campcopter S100. Est-il impensable de faire rapidement la même chose avec un Tigre et un VSR-700 emportant cette fois de l’armement, pour démontrer la validité du concept ?

      On imagine tout l’intérêt de faire voler simultanément un ou plusieurs VSR 700, contrôlés par un Tigre. Les drones iraient « au contact » et engageraient directement avec leur armement certaines cibles, désigneraient des cibles pour le Tigre resté prudemment à l’abri, et pourraient contribuer à la protection rapprochée du Tigre. De quoi redonner de la masse à l’ALAT, et surtout accroître sensiblement ses capacités opérationnelles en contexte « haute intensité ». On imagine aussi très bien l’intérêt d’utiliser plusieurs dizaines de tels drones armés pour un déploiement depuis les PHA de classe Mistral, dans un scénario d’action depuis la mer sur la bande littorale (Lybie…).

  2. beber dit :

    4 pale au lieu de 6, le reste pour un retrofit ultérieur comme les FDI ?

    • HMX dit :

      Oui, de façon assez logique les USA partent sur un héli-drone dimensionné dès le départ pour accueillir de l’armement. Les missions ASM, guerre des mines ou anti-surface font clairement partie du cahier des charges, même si les essais armés interviendront dans un second temps.

      Nous on part sur une machine dimensionnée « au plus juste » dès le départ. C’est suffisant, puisque le cahier des charges ne parle que de reconnaissance, surveillance, renseignement. Par contre, le jour où il faudra ajouter plusieurs dizaines ou centaines de kilos d’armement, parce qu’on aura subitement découvert que ça peut être utile, ce sera mission impossible. Il faudra tout revoir, à commencer par la motorisation.

  3. Carin dit :

    C’est une très bonne chose, j’espère juste qu’on doublera la mise, car vu leur petite taille, pour peu qu’on puisse « rabattre » leurs pales, il se pourrait que l’on puisse en caser 2 en plus du NH90 en panne!

    • scalectric dit :

      je ne vois pas l’utilité d’en avoir plus d’un par vaisseau à par garnir le pont d’envol pour faire joli

  4. ScopeWizard dit :

    Espérons que vous passerez dans les parages…

    @mark41

    « visiblement (adverbe):
    1.De manière à être vu ; en se manifestant à la vue.
    2.D’une manière évidente, claire.

    visiblement: (adverbe)
    D’une façon évidente.

    visiblement : adv.
    1.[Qqc. est présent physiquement] De manière à rendre, à être visible; ostensiblement.
    2.[En parlant d’un procès, d’un état qui se traduit par des signes apparents] De manière visible.
    2. [En parlant d’un procès, d’un état qui se traduit par des signes apparents] De manière visible.

    nuance:
    1.état intermédiaire par lequel peut passer qqn, qqch.
    2.différence subtile, voire presque imperceptible, qui peut exister entre deux choses

    Inutile de m’expliquer quel pourrait être la différence subtile (ou état intermédiaire) qu’il pourrait exister entre voir et ne pas voir. »

    Au contraire , c’ est très utile .

    Je vous soupçonne d’ être imbibé d’ Individualisme comme d’ Utilitarisme , les deux étant tout sauf antinomiques .

    Ce qui expliquerait pourquoi vous paraissez avoir oublié ou négligé un point crucial pourtant évident ; à savoir que le monde n’ est pas né avec vous , il existait avant .

    Par conséquent , vu que tous ici n’ avons pas le même âge , il y a déjà toute la question de l’ évolution du langage et du fait que nous n’ avons donc pas tous appris les mêmes choses ou de la même façon , en tout cas rarement à l’ identique .

    Mais se greffe également à cela avec parfois une réelle corrélation tout ce qui a trait à l’ autre évolution ; celle des mentalités jusqu’ à parfois d’ importants changements sociologiques .

    Personnellement , je fais partie de ceux qui sont très attachés à la précision des mots mais qui en parallèle tiennent à une certaine souplesse .
    D’ autant que nombre de termes ne sont pas appris dans le détail , il y a beaucoup de « langage courant »donc d’ imagination ce qui fait que cette part de subjectivité joue sur le sens de certains mots , du reste parfois exagérément .

    Quoi qu’ il en soit , à mon sens , cette « souplesse » permet de fluidifier l’ expression de telle ou telle idée , de ne pas trop avoir à se limiter par excès de rigidité .

    Par exemple , prenons l’ adjectif « plusieurs » , un terme somme toute très utilisé et très banal .
    Il s’ agit d’ un mot qui à lui seul ne signifie rien de précis ou défini dont la signification stricte est : supérieur ou égal à deux .

    Eh bien , dans mon acception , « plusieurs » sera le plus souvent supérieur ou égal à trois , voire à quatre ou même à cinq , très rarement supérieur ou égal à deux .
    C’ est ainsi .

    Pour revenir à cette évolution du langage , il en va de même au niveau du dictionnaire ; certains mots nouveaux y font leur entrée quand d’ autres en sortent , en comparaison ces-derniers n’ étant quasiment jamais médiatisés .

    Mais il se produit également un autre phénomène à savoir que la définition de certains mots elle aussi évolue , que ce soit par extension de sens ou par changement pur et dur , parfois même et je dirais de plus en plus par motivation idéologique .

    Prenons le cas du terme « ambition » .
    Il y a encore quelques décennies , courant années 1950-1960 , dans son sens premier sa définition était : « désir immodéré de… »
    Courant années 1990 : « désir ardent de , désir profond de »
    À ce jour : « désir de gloire , de réussite sociale »

    C’ est à dire qu’ avant , il s’ agissait d’ un terme à connotation plutôt péjorative , aujourd’hui il s’ agit plutôt d’ une qualité .

    Et devinez où tout ceci nous amène ?
    Au sens de l’ adverbe « visiblement » , pardi .

    Perso , j’ ai appris qu’ il était synonyme de « apparemment » ou « à ce qu’ il paraît » « à ce qu’ il semble » .
    Pourquoi ?
    Parce qu’ il y avait une notion de « perception » .

    Par exemple : « visiblement » , le président sortant sera réélu .
    Vous comprenez ?
    Dans cette notion de « perception » se rajoute une notion d’ « abstrait » .

    Quant au terme « nuance » , ce qui ressort c’ est la notion de « degré » .

    Les définitions actuelles sont donc éloignées de celles qui sont les miennes et qui à leur époque étaient tout aussi officielles que celles d’ aujourd’hui .

    D’ après moi , elles sont devenues trop strictes et trop limitatives , mais je ne saurais dire si c’ est là une bonne chose ou le contraire , en revanche je constate que nous ne parvenons plus à nous comprendre aussi bien entre générations , ce qui provoque son lot de frictions comme de malentendus .

    Tandis qu’ il s’ agissait d’ images destinées à faire un coup de « com’  » , souvenez-vous que vous affirmiez que je gobais la propagande du tir par la Russie d’ un missile hypersonique Kinjal , uniquement à cause du fait d’ avoir écrit « visiblement » , ce qui nous a fait faire un point fixe assez invraisemblable .

    « Effectivement, je fais preuve de naïveté, j’avais imaginé que votre sentiment pro-russe pouvait faire preuve de « nuance » ».

    Je ne suis « pro » de rien , éventuellement pro-France .
    Pour moi , c’ est une qualification un peu trop fourre-tout qui veut tout dire comme rien dire .

    « Je contribue assez peu ici bien que je consulte depuis un certain temps. »

    Je vous lis souvent pourtant .

    « Je vous lis depuis un petit moment, et malgré la sympathie que j’ai parfois pu avoir envers certains de vos commentaires, vos positions exprimées depuis 1 mois (en pleine cohérence avec le reste, pas de soucis de ce coté là), démontrent, a minima, un certain enfermement idéologique. »

    C’ est votre perception ; perso , c’ est surtout l’ enfermement idéologique dont fait preuve le camp auquel j’ appartiens qui depuis le début m’ a considérablement gêné et agacé .

    « Je n’ai aucun gout particulier pour les dialogues de sourds, »

    Itou , mais Afflelou est là pour nous aider à remédier à cela .

    « je vous laisse à vos messages insultants, »

    Lesquels ?
    Je n’ insulte jamais personne ; maintenant , si certains se laissent un peu trop aller et surtout un peu trop souvent avec un goût certain pour le crescendo ou le mépris d’ autrui voire une savante combinaison des deux , n’ étant pas du genre à indéfiniment encaisser sans broncher , forcément au bout d’ un moment la bête sauvage et féroce finit par surgir , rugir , mordre , dévorer et même se marrer .

    « cela vous fera sans doute le plus grand bien. »

    Je n’ en demande pas tant .

    À vous de voir si par cette présente , il sera possible de partir sur de meilleures bases…

    Mais sous peu , les choses vont évoluer .

    • Thaurac dit :

      Scope, tu veux qu’on appelle un toubib, tu n’es pas bien?

    • hUmU973 dit :

      J’ai pas tout lu… je vous conseil d’échanger vos pavés en mp. On gagnerait en clarté et éventuellement des économies en doliprane.

    • fdb dit :

      ??? rien compris à votre longue litanie ???
      en résumé que voulez vous dire?

    • Guibson dit :

      @ Scope : Pff quel pavé indigeste pour pas grand chose, on vous a connu plus synthétique ! de grâce coupez l’inutile et gardez le fond.

      • ScopeWizard dit :

        Heu…

        Il s’ agit d’ une réponse à une discussion qui ne vous concerne en rien , simplement sur le fil concerné les commentaires sont clos .

        Maintenant , si vous ne comprenez pas ou que de loin , franchement il n’ y a rien d’ anormal ; tranquillisez-vous .

        @Thaurac

        Ceux-là tu les laisses où ils sont ; le fric passant avant la médecine ou leur fameux serment , qu’ ils aillent se faire foutre .
        Cela étant , tu es sûr que tu ne pouvais rédiger un truc plus condescendant ?
        À y être…

        @hUmU973

        C’ est très clair , mais faut avoir suivi .

        @fdb

        Pas plus , pas moins que ce qui est écrit .

        @Guibson

        Ben vous savez , on fait ce qu’ on peut .

        • mark41 dit :

          Bonjour Scopewizzard,

          Vous vous méprenez, ne vous attendez pas à ce que vos interlocuteurs comprennent le signification particulière que vous pouvez donner aux mots. Si votre définition d’un mot ne correspond a ce que l’on trouve dans le dictionnaire, alors, pour ma part, il est inutile d’entretenir une conversation avec vous. Merci.

          • ScopeWizard dit :

            @mark41

            Mais « mes » définitions correspondent parfaitement , c’ est vous qui ne voulez pas comprendre ou faire preuve d’ un minimum de souplesse alors que je suis quasi-certain que paradoxalement vous êtes chaud partisan du concept d’ adaptabilité ; vous saisissez la contradiction ?

            En conclusion , primo votre réaction ne me surprend pas du tout , secundo c’ est bien ce que je dis , nous ne nous comprenons plus et pire les générations ne feront plus d’ efforts en ce sens , « la fabrique à crétins » ayant entre-autres fait son ouvrage .

  5. farragut dit :

    Certes, il est intéressant de disposer d’un drone de reconnaissance embarqué, capable de voir et d’écouter (s’il peut larguer de petites bouées acoustiques), mais on retombera vite dans le dilemme des drones armés.
    A quoi sert d’implémenter une partie de la boule « OODA » si l’on ne peut que faire « OO » (Observe, Orient), et pas « D » (Decide) et plus encore, « A » (Act) ?
    Aussi comparer un Caiman, qui embarque des « décideurs » humains (équipage) et des « effecteurs » (armes pour agir) avec un simple drone d’observation est un peu tendancieux. Ce qui compte aussi, c’est la rapidité de réaction face à un adversaire identifié comme menaçant. Est-ce qu’un drone basé sur un Cabri G2 peut disposer d’une IA autonome équivalente à un équipage, et capable de neutraliser un ou des menaces avec sa capacité d’emport limitée ?
    Si oui, bravo. Si non, c’est une économie de bout de chandelle, histoire de justifier des postes de « décideurs ». Tant que les marins à bord des frégates ont le temps de se mettre à l’Abri (G2)… 😉

  6. Félix GARCIA dit :

    Comme « démultiplicateurs d’effets », je continues de proposer des voiliers motorisés (voiles « Solid Sail », moteurs diesels-électriques et éventuellement multicoques) !
    ^^
    – Des « très légers » : équipés d’une tourelle téléopérée de 20mm
    – Des « légers » : équipés d’une tourelle téléopérée de 20mm, 2 M2, et capables de mettre à l’eau une embarcation rapide et son équipage
    – Des « moyens » : équipés d’une tourelle téléopérée de 40mm, de deux tourelles de téléopérées 20mm, d’une hélisurface, et capables de mettre à l’eau une embarcation rapide et son équipage
    – Des « lourds » : équipés de tourelles téléopérées de 76mm, de deux tourelles téléopérées de 20mm, d’un hangar capable d’abriter et de mettre en oeuvre un drone à voilure tournante, d’une hélisurface, et capables de mettre à l’eau une embarcation rapide et son équipage
    – Des voiliers dédiés à la lutte/patrouille ASM et anti-mine
    – Navires ravitailleurs
    – Héliports flottants
    – Navires-hôpitaux
    – Navires océanographiques
    – Etc …

    Ils ne « couteraient pas cher » (peu de carburant, peu d’armements, pas de « radars lourds », peu d’équipage), pourraient durer dans le temps (entre autres car moins exposés à l’obsolescence au vu de leurs missions) et étofferaient la Marine Nationale (notamment en attendant « la fin de la montée en puissance » et dans les zones « peu contestées » [du point de vue de la « qualité des moyens »]). Et pourraient éventuellement trouver des débouchés à l’export …

    Ainsi que des dirigeables, notamment dronisés, type « VOLIRIS » pour servir de « petits effecteurs déportés » ! Faisant des allers-retours continus pour pas cher.
    Sans oublier les dirigeables type « FLYING WHALES » (LCA60T : 60 tonnes de chargement en soute ou sous élingue), pouvant faire dirigeables de transport, de ravitaillement, « vaisseau-mère » (porte-drone/munitions rôdeuses), « canonnière volante », lutte ASM en trempant des sonars ou en larguant des bouées/leurres/mines/grenades/torpilles, reco/surveillance/… en version « chargement léger », etc …

    Et des avions type « Celera 500/1000L » …

  7. Thierry dit :

    Seulement 15 drones pour la totalité de la marine nationale…, entre ça et rien…

    durant la seconde guerre mondiale les cuirassés qui embarquaient des hydravions en avaient plusieurs pour chaque navire, jamais un seul… et ça se comprend, si c’est pour voir ses capacités aériennes annihilé à la perte du seul drone… c’est comme si l’on en avait pas.

    Pour les hélicoptères avec pilote c’est différent, un seul peut suffire car il peut être remplacé depuis la terre quand le bateau est en mer, mais je me doute que ce drone ne sera pas ravitaillable en vol…et donc de faible rayon d’action.

  8. Félix GARCIA dit :

    Toujours sur les « multiplicateurs d’effets » :
    Couach’s new concept of ASW Patrol Boat
    https://www.youtube.com/watch?v=hudZQ1pYNXs
    Chantier Naval Couach
    https://couach.com/fr/

  9. dompal dit :

    Je n’aime pas faire de HS comme certains….mais pour ceux qui sont à Paris ou alentours : ‘Marche de la fierté française’.

    https://www.place-armes.fr/post/consignes-pour-la-marche-du-26-mars

    Venez nombreux+++ !!!

  10. Trotaralasoupe dit :

    Je trouve que depuis que l’on en parle de ce projet pour la MN, la mise au point me semble bien longue. Surprenant pour le côté technique.

    • tschok dit :

      Imaginez que le drone soit pris dans les turbulences du navire, qu’il devienne incontrôlable et termine dans les panneaux radar à quelques millions d’euros l’unité, ou un autre équipement ou armement.

      Tout le monde veut éviter que ça se produise, donc dans le processus de validation, vous aurez une étape comme celle-là:

      « cette campagne d’essais a permis d’évaluer l’enveloppe de vol du VSR700 en mer et à proximité d’un navire, l’objectif ayant été de confirmer « la compatibilité du véhicule avec les opérations navales » ».

  11. Alsaco dit :

    Livré a partir de 2029, punaise c’est long, trop long ces temps de développent je trouve

  12. Jul dit :

    Encore du matos que les US avait depuis le début des années 2000…. 22 ans de retard la France !

    • Aramis dit :

      Avec le budget qu’on a c’est plus que du retard. C’est du déclassement.